Accueil / Tag Archives: projet

Tag Archives: projet

Les Oasis du Colibri

Nombreux sont ceux qui connaissent l’expérience passionnante vécu en Alsace à Feldheim, tout comme celle de Totnes, en Grande Bretagne, ou Marinaleda, en Andalousie, ces villes qui visent l’autarcie autour de projet respectant l’environnement, mais ils sont encore peu nombreux à connaitre les Oasis du Colibri. En effet, à Totnes, ...

Lire la suite

Liaison ferroviaire Lyon-Turin : un projet inutile et nuisible

Le projet de liaison Lyon-Turin est revenu sur le devant de la scène médiatique début 2015 avec la signature par François Hollande et Matteo Renzi, réunis à l’occasion d’un sommet franco-italien, de l’avenant à l’accord de 2001 qui permet de lancer les premiers travaux. 

Mais son coût astronomique, les prévisions fantaisistes et les discours de ses promoteurs en contradiction totale avec les faits, les chiffres et les statistiques imposeraient d’arrêter immédiatement ce projet car c’est en définitive le contribuable qui payera la gabegie…
 

Le projet de liaison Lyon-Turin est l’un des 30 projets prioritaires à l’horizon 2020 du Réseau Trans-Européen de Transport (RTE-T) et s'inscrit dans l’axe ferroviaire Lyon-Trieste-Divaca-Koper-Ljubljana-Budapest-frontière ukrainienne, contenant la partie transalpine Lyon-Turin. Avec 140 km de ligne nouvelle dont 86 km enterrés, la nouvelle liaison doit mettre Paris à 4 heures de Milan, contre 7 actuellement. Ses promoteurs veulent officiellement développer le fret entre la France et l’Italie et désengorger les voies routières.  

Le tracé des accès français concerne 3 départements (le Rhône, l’Isère et la Savoie) et traverse 71 communes, dont 43 à l’air libre. Il s’appuie sur la réalisation de deux tunnels, l’un de 53,1 km qui reliera Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) à Venaus (Val de Suse), et l’autre de 12,2 km entre Venaus et Bruzolo. Le percement du tunnel sous les Alpes doit débuter en 2016. 

Un projet discutable sur les plans financier, technique et environnemental  
 
Pour l’ensemble de la ligne, le coût estimé par la Cour des comptes est de 26 milliards d’euros (valeur 2010). Mais comme en matière de grand travaux, la réalité dépasse toujours les prévisions et il faut s’attendre à dépasser allégrement les 30 milliards d’euros. Pour la seule partie française, le coût prévisionnel de 13 milliards d’euros représente 20 fois le coût de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes !  
 
Aucun financement n’est assuré pour finaliser complétement le projet. C’est seulement en mars 2015 que la France et l’Italie ont déposé une demande de financement européen portant sur 40% des 8,5 milliards d’euros que coûtera la construction du premier tunnel transalpin. L’Union européenne ne peut s’engager sur la période après 2020 et la poursuite du financement est donc une autre affaire. 
 
En août 2012, la Cour des comptes indiquait déjà : « Le choix technique a été retenu de réaliser un tunnel de base de grande longueur alors que sur d’autres tronçons, d’autres États (Slovénie, Hongrie) ont opté, pour des raisons financières, pour une modernisation progressive des voies existantes. Il apparaît que d’autres solutions techniques alternatives moins coûteuses ont été écartées sans avoir toutes été complètement explorées de façon approfondie.  » 

En juin 2013, la commission Mobilité 21 dressait le constat « qu’avant 2018, sans évolution des ressources de l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport en France (AFITF), compte-tenu des engagements déjà pris pour les quatre lignes LGV en cours de construction, les appels à projets pour la mobilité urbaine ou encore le renouvellement des matériels thermiques des trains d’équilibre du territoire, le budget de l’AFITF n’offre aucune marge de manœuvre pour financer de nouvelles dépenses. » 
 
Le 15 juillet 2015, dans un courrier adressé à Manuel Valls, Premier ministre, Michèle Rivasi, députée européenne EELV, soulignait que « Monsieur Hubert du MESNIL, actuel président de Lyon Turin Ferroviaire et président de Réseau Ferré de France jusqu’à fin 2012, a fait publier un dossier d’enquête publique sur le projet Lyon Turin dans lequel on lit que la ligne ferroviaire existante, qui a été entièrement rénovée et mise au gabarit GB1 (soit 80% du parc des camions qui circulent entre la France et l’Italie), dispose d’une capacité de 120 trains de fret par jour (notice pièce C page 12). Il en circule actuellement une vingtaine par jour (7.027 par an), il subsiste donc 100 possibilités de circulation par jour, ce qui permet de proposer aux transporteurs 700.000 places pour des camions par an (100 trains jour X 20 camions X 350 jours d’exploitation). »
 
En France, les associations opposées à ce projet de liaison ferroviaire : France nature environnement, la commission internationale pour la protection des Alpes, la Coordination Ain Dauphiné Savoie, le Mouvement Région Savoie notamment considèrent que le débat public, tant sur le plan technique que financier, ne s'est pas déroulé dans des conditions satisfaisantes. Les règles issues de la Convention d’Aarhus sur l'accès à l'information, la participation du public au processus décisionnel et l'accès à la justice en matière d'environnement (signée le 25juin 1998par trente-neuf états dont la France et l’Italie), n'ont pas été mise en place. Elles mettent en garde en outre sur la présence de roches amiantifères et uranifères dans le massif d'Ambin, le problème du drainage des eaux souterraines dans les tunnels, la maîtrise des inévitables émissions de poussières et de bruits, etc.  
 
En Italie, la virulence des opposants au projet a conduit le pays à modifier le tracé, ce qui a occasionné un surcoût de 2 milliards d’euros et un retard de cinq ans et demi. 47 opposants, qui avaient fait irruption sur le chantier et s’étaient heurtés aux forces de l’ordre italiennes, ont été condamnés en janvier 2015 à des peines de prison. 

Cette liaison Lyon-Turin est en fait est un projet du 20ème siècle conçu par un lobby dont le rêve est un retour à la croissance des 30 glorieuses, mais ne répondant pas au défi du 21èmesiècle miné par la crise économique sociale et écologique. Elle est emblématique d’un mode de production et d’un choix de société sous-tendu par le dumping social, où il faut toujours plus de marchandises, toujours plus de transport pour aller toujours plus vite et plus loin en saccageant au passage l’environnement. 

Le récent et tragique accident à Puisseguin en Gironde, qui a fait 43 morts, prouve si besoin était qu’il vaudrait mieux consacrer des crédits budgétaires à l’amélioration des réseaux d’infrastructure existants, pour éviter des drames sur des routes trop étroites pour les poids-lourds et autres autocars, plutôt que de se lancer dans des projets titanesques dont on peine à trouver les financements… 

 

 
Lire toutes les infos du blog :  

Lire la suite

Lyon-Turin, le grand Bluff !

L’expression émane d’un député, Dominique Dord, qui a longtemps défendu ce projet pharaonique, avant de changer d’avis, après avoir écouté les arguments des associations d’opposants, arguments qui ont été confirmés par la Cour des Comptes.   Le projet ferroviaire Lyon-Turin est, avec son cout de près de 30 milliards d’euros, le plus ...

Lire la suite

Sivens : la ZAD évacuée mais un nouveau projet de barrage toujours autant controversé

Vendredi 6 mars, alors que le Conseil général du Tarn votait le redimensionnement du projet de barrage de Sivens, la « zone à défendre » du Testet était évacuée. Si les promoteurs du projet, désormais soutenus par des agriculteurs et des riverains organisés en quasi milices, marquent une nouvelle victoire, la bataille ...

Lire la suite

Subventions indécentes: un « Center Parcs » suscite la colère

En Isère, la construction d’un village touristique artificiel « Center Parcs » par le groupe Pierre et Vacances, en plein coeur d’une zone humide, suscite une opposition croissante. Malgré les avis négatifs des experts et les recours judiciaires, le défrichage de la forêt s’accélère sur fond de millions d’euros d’aides publiques, de ...

Lire la suite

Préserver les forêts et autres merveilles naturelles de l’île Woodlark !

Woodlark Island
Woodlark Island.
En Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’île Woodlark est un véritable trésor biologique avec ses 42 espèces endémiques répertoriées : grenouilles, reptiles, gastéropodes ainsi que le couscous de Woodlark, un petit marsupial nocturne. 

Les scientifiques estiment encore nombreuses les espèces à découvrir sur l'île mais la forêt tropicale abritant cette faune exceptionnelle est sur le point d’être rasée pour produire du bois de construction et des meubles de jardin...



Lire la suite...

Lire la suite

Préserver les forêts et autres merveilles naturelles de l’île Woodlark !

Woodlark Island
Woodlark Island.
En Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’île Woodlark est un véritable trésor biologique avec ses 42 espèces endémiques répertoriées : grenouilles, reptiles, gastéropodes ainsi que le couscous de Woodlark, un petit marsupial nocturne. 

Les scientifiques estiment encore nombreuses les espèces à découvrir sur l'île mais la forêt tropicale abritant cette faune exceptionnelle est sur le point d’être rasée pour produire du bois de construction et des meubles de jardin...


L'île Woodlark ou Woodlark Island, aussi connue sous le nom de Muyuw ou Murua, est une île qui fait partie des îles Trobriand, dans la province de Milne Bay en Papouasie-Nouvelle-Guinée. 

L’habitat naturel de la faune de cette île est aujourd’hui menacé par la société  Karridale qui souhaite couper à blanc 17 600 hectares de forêt, soit un cinquième de l’île. Selon les populations autochtones qui rejettent majoritairement ce projet, l’entreprise malaisienne chercherait en réalité à déboiser plus de la moitié de l’île.

Installation de camps, importation de machines lourdes, l’offensive de la société  Karridale est imminente. Les bûcherons n’attendent plus que l’ordre de lancement des opérations selon Simon Piyuwes, un insulaire qui mène la résistance pour préserver ce paradis naturel.

Autre danger, les permis aurifères déposés par plusieurs sociétés minières, notamment la société minière Kula qui se distingue par une insuffisance notoire des informations communiquées à la population et les conséquences écologiques d’un projet de trois mines à ciel ouvert.

Les 6 000 habitants de Woodlark appellent donc au soutien de la communauté mondiale et lancent une pétition internationale pour bloquer ces projets dévastateurs. Grâce à la mobilisation conjuguée des populations locales et de la communauté internationale, un projet de plantations de palmiers à huile avait déjà été bloqué en 2008. 



Monsieur le Premier ministre,
Madame, Monsieur,

Les 6 000 habitants de l'île Woodlark vivent en harmonie avec la nature de leur pays. 

Les forêts vierges de l’île abritent au moins 42 espèces endémiques dont l’emblématique couscous de Woodlark. Et les scientifiques estiment encore nombreuses les espèces restant à y découvrir…

Aujourd’hui, la société malaisienne Karridale Limited projette de déboiser 17 600 hectares des forêts de Woodlark, soit un cinquième de l’île. Selon les communautés autochtones, l’entreprise chercherait en réalité à déboiser plus de la moitié de l’île. 

La population rejette majoritairement le projet. Beaucoup d’insulaires estiment avoir été pris au dépourvu et se mobilisent pour préserver la nature de leur pays. Les chercheurs redoutent la perte des moyens de subsistance pour de nombreuses espèces animales.

Nous vous demandons de prendre en considération les choix de la population et de mettre un terme au projet de Karridale.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Premier ministre, Madame, Monsieur, à l'assurance de notre considération et de notre vigilance citoyenne.



> Signer la pétition ICI







Lire la suite

Legault et sa poign?e demain

La CAQ a profit? de son premier conseil g?n?ral, en fin de semaine, pour d?voiler la pi?ce de r?sistance de son programme : le Projet Saint-Laurent. L’id?e est de d?contaminer des terrains pour encourager les entreprises ? s’y installer et ainsi cr?er une sorte de ? Silicon Valley ? qu?b?coise.? ...

Lire la suite

Projet de loi bancaire : une nouvelle r?forme tremp?e ? l?eau ti?de?

Le gouvernement a adopt? en conseil des ministres du 19 d?cembre un projet de loi bancaire suppos? ??rem?dier ? certaines carences du dispositif de r?gulation du secteur financier??, identifi?es lors de la crise financi?re qui a d?but? en 2007-2008. Mais contrairement ? l?objectif annonc?, cette loi n?apportera ??qu?un ajustement ? ...

Lire la suite

Le Mustard Seed, un mod?le d?int?gration pour les sans-abris? La force du grain de moutarde

  CAROLLE ANNE DESSUREAULT ? ?Une ?mission ? la t?l?vision consacr?e aux d?munis qui fr?quentent?l?association?Mustard Seed??en Alberta a vivement suscit? mon int?r?t quant ? leur fa?on de leur venir en aide. Sans vouloir discr?diter ou diminuer le travail extraordinaire accompli … Lire la suite

Lire la suite

La bataille de l?euro

  ROBERT BIBEAU ? La gabegie des profits? La pr?sente crise de l?Euro et de l?Euroland r?sulte d?une bataille entre les ploutocrates europ?ens et leurs alli?s et concurrents ?tatsuniens pour le contr?le des march?s internationaux. Quelle sera la devise du … Lire la suite

Lire la suite

La g?othermie fait un pas en avant gr?ce ? l’EGS

?Energy production and energy consumption cause more environmental damage than any other peacetime activity on earth. ? Christine Ervin, U.S DOE. Probl?me des ?nergies fossiles : Aujourd?hui, l?utilisation par l?humanit? de quantit?s consid?rables de combustibles fossiles est ? l?origine d?un d?s?quilibre important du cycle du carbone, ce qui provoque une ...

Lire la suite

Le cas Duceppe

  Le tableau du paysage politique québécois ne compte pas en ce moment de grand fleuve tranquille… Aujourd’hui, mardi, le regroupement fantôme de François Legault qui fait tant peur va commencer à prendre la substance d’un vrai parti, jusqu’à son officialisation le 14 novembre, qui ne devrait pas être freiné par le DGE. Et alors, les sondeurs pourront l’ajouter autrement que par le conditionnel… Justement, dans le même ordre d’idée, un sondage Léger-marketing proposait un scénario politico-fictionnel où Gilles Duceppe serait à la tête du PQ. Et à la surprise de beaucoup de gens, dont le chroniqueur Gilbert Lavoie, l’ancien chef du Bloc Québécois « mènerait le Parti québécois au pouvoir s’il y avait des élections, même devant un nouveau parti dirigé par François Legault ». Je sais bien qu’il faut prendre un sondage pour ce qu’il est, un sondage, mais ce résultat ne me surprend pas du tout et m’apparaît même très ...

Lire la suite

Grandeurs et mis?res de la technologie

Par Renart L?veill?   Comme ceux qui me lisent, enfin la plupart si je ne m’abuse, l’?re technologique dans laquelle nous nous trouvons m’appara?t tout ? fait positive. Elle nourrit beaucoup plus mes espoirs que mon cynisme, bien que le … Lire la suite

Lire la suite