Accueil / Tag Archives: photos

Tag Archives: photos

? Les pollutions engendr?es par l?industrie mini?re repr?sentent un danger pour les d?cennies ? venir ?

PAR?SIMON GOUIN?(26 SEPTEMBRE 2013) Des prix records, une demande croissante, un besoin de s?curisation des approvisionnements?: une nouvelle ru?e vers les minerais est ? l??uvre, partout dans le monde. Face aux multiples impacts de cette industrie, les r?sistances se multiplient, en Am?rique Latine comme en Afrique ou m?me en Europe. ...

Lire la suite

Il faut sauver les Indiens Huichols

  Photos de :norma delia Plaidoyer.?Au Mexique, une compagnie mini?re canadienne menace la montagne sacr?e de ce peuple. Indign?, le Prix Nobel de litt?rature J.M.G. Le Cl?zio ?crit au Point. L?Histoire b?gaie, on le sait. Parfois, il y a tellement d?insupportable dans ce b?gaiement qu?on ne peut l?accepter. Le g?nocide ...

Lire la suite

L?Etat fran?ais aurait-il peur de trouver des solutions durables pour les Roms ?

PAR?STANY CAMBOT?(19 JUILLET 2013) Le 16 juillet, 80 personnes dont 45 enfants ont ?t? expuls?s du bidonville du quartier de l?Eure, au Havre. Depuis plusieurs mois, des associations locales s?attachaient avec ces habitants ??? am?nager collectivement l?enfer??. Dix jours plus t?t, elles avaient soumis ? la sous-pr?fecture un projet alternatif ...

Lire la suite

Partis sans laisser d?adresse

MONOLECTE l m’a fallu plusieurs semaines, entre autres activités, pour finir de
nettoyer mes flux RSS. En fait, tout cela, c’est de la faute à
Google. Un peu comme, il y a 10 ans, c’était forcément de la faute de
Microsoft. Parce que Google … Lire la suite

Lire la suite

Partis sans laisser d?adresse

Il m’a fallu plusieurs semaines, entre autres activités, pour finir de nettoyer mes flux RSS.


La biche
En fait, tout cela, c’est de la faute à Google. Un peu comme, il y a 10 ans, c’était forcément de la faute de Microsoft. Parce que Google a pris une place énorme dans la vie de la plupart des connectés et que, comme je le prédisais à l’époque, il nous murmure à l’oreille et voit même à travers nos yeux.

Toujours est-il que Google offre plein de services réellement très utiles et que, quand la firme décide que l’un d’entre eux n’est plus rentable et le ferme, cela fout un peu la merde dans nos vies numériques et nous rappelle toujours à bon escient à quel point il est bon de ne pas toujours mettre tous nos œufs dans le même panier.

Ainsi donc, tout a commencé il y a un peu plus d’un mois. Voire deux, je ne sais plus, tellement le temps s’est accéléré. Google m’annonce qu’il va fermer l’agrégateur de flux RSS Google Reader.

C’est probablement la page Internet que je consultais le plus, chaque jour, depuis des années. C’est le premier site où je me connectais, chaque matin, en sirotant mon thé brûlant, la première réponse à cette question vitale : mais qu’est-ce qu’il s’est passé depuis hier soir dans ce monde où le soleil ne se couche jamais ?

Google Reader était ma mémoire du Net, plus de 800 sites référencés au fil du temps et dont je surveillais ainsi les nouvelles fraîches pratiquement tous les jours. Il y avait un peu de tout : des blogs de potes, beaucoup, des blogs intelligents, drôles, tragiques, bien écrits, des sites d’information d’ici et d’ailleurs, des portails scientifiques, des plateformes de publications de photos, de BD, des informations, des tas d’informations, de partout, sur tout, tout le temps, la substantifique moelle de mon rapport au monde, l’endroit où je m’abreuvais directement dans le flux, où je prenais des nouvelles, des uns et des autres, le maeltröm dont je triais la masse jusqu’à trouver ce petit fait insignifiant qui résumait le mieux l’état du monde.

Je ne pense pas que l’on puisse ressentir la puissance d’Internet si l’on pas déjà goûté à l’ivresse du flux RSS en continu, quelque chose d’encore plus énorme de Twitter et l’AFP réunis, parce que fabriqué sur mesure, au fil du temps, des navigations, des échanges de mails, des commentaires pertinents, de-ci, de-là. Un trésor de guerre que le géant de pixels se propose de définitivement enterrer.

Comme tous les autres nerds hyperconnectés, j’ai cherché un autre endroit où transférer cette mémoire vivante et d’export en migrations, j’ai fini par arriver sur theolreader  projet qui a pour ambition de remplacer le défunt service de Google. Rien que cela.

J’importe donc ma grosse base de flux, d’articles favoris et commentés et plaf, un clic intempestif réduit à néant tout le classement construit par les années.

Commence alors cette longue période que je viens juste de clore et où j’ai vérifié chacun de mes flux, un à un.
Regarder s’il y a eu une publication récente. Aller sur le site pour en vérifier l’identité. Vérifier que lors d’une mise à jour, le flux RSS n’a pas changé d’adresse. Comprendre pourquoi telle source n’a rien écrit depuis 2 ou 3 ou 4 ans. Trouver le nouveau site pour ceux qui ont bougé. Et pour mes préférés, à présent aux abonnés muets, écrire un mail directement pour savoir s’ils vont bien.

Deux mois de travail et la moitié des flux en moins. Quelques-uns écrivaient que les blogs étaient morts. Ils n’ont pas totalement tort. La grande prolifération de l’âge d’or d’Internet est derrière nous. Des blogs meurent et se créent chaque jour. Certains traversent le temps avec, toujours intacte, la petite flamme du début; beaucoup s’assèchent lentement, progressivement, jusqu’au grand silence final; d’autres, enfin, s’interrompent brutalement, faute de combattants.
Peut-être était-ce parce que je suivais beaucoup de monde de la Gauchosphère. Toujours est-il que l’élection de Hollande a coupé le sifflet à beaucoup d’entre eux. Se faire une tartine de Sarko, le matin, avant de se mettre en piste, avait tout de même, pour eux, une autre saveur que de se tirer dans le pied à énumérer les renoncements permanents de la GÔche au pouvoir.

Et puis, on a changé. On a grandi. On a des gosses. Un boulot. Ou plus assez de ressources pour continuer. Tiens, même moi, là, j’ai bonne mine à balancer sur les autres alors que je maintiens à peine assez de publications pour ne pas totalement disparaître. Plus le feu, plus le temps... même pas.
Il m’arrive souvent de me punir d’écriture pour me forcer à terminer un boulot pas évident : « tiens, tant que je n’aurais pas rendu le bousin, j’écris rien dans Le Monolecte. » Sauf que le temps passe, et qu’il y a toujours autre chose dans les tuyaux, pendant que les histoires que j’écris dans ma tête finissent immanquablement par se dissoudre dans le flux du temps. Et puis, bon, à force de croiser mes lecteurs dans la rue, en faisant mes courses ou même dans les petites bouffes entre potes, j’ai fini par me censurer. Bon, ça, je ne peux pas l’écrire, ça la foutrait mal par rapport à Machin. Et si Truc me lit, il se reconnaîtra tout de suite. Ça, c’est du lourd, mais si un client tombe dessus, pour le prochain contrat, je l’ai dans le cul...

Et sinon, il y a toujours tellement autre chose à faire : la famille, les potes, les courses, les impôts, le boulot ou même juste un peu de temps pour dormir.

S’il faut, c’est comme cela que meurent les blogs.

Mais rien n’est jamais tout à fait perdu. Car la discussion, la grande conversation, ne s’interrompt jamais. Elle continue juste ailleurs, autrement, un coup sur Facebook, un autre sur Twitter, ou Scoopit, ou Seenthis dans le flux partagé. Qui tomberont tous en désuétude, à leur tour. 

Mais la discussion continuera toujours.
Encore.
Ailleurs.
Parce que c’est dans notre nature.

Lire la suite

Infid?lit? d?lib?r

Petit à petit, je me défais de mes réflexes conditionnés.

Scène de la vie ordinaireÀ moment donné, j'ai voulu juste délester mon portefeuille. Au fil du temps, il était devenu une petite chose bombée et lourde, et ses nombreux compartiments dégueulaient de rectangles de plastique colorés. Même si je déconsomme au maximum — peut-être pas encore aussi radicalement que nos amis Grecs, Portugais et Espagnols, mais je sens que ce n'est là qu'une sorte de contretemps historique — j'avais encore la poche gonflée de ces cartes qui te promettent immanquablement quelques bonnes affaires, voire, carrément, du pouvoir d'achat en échange de ta constance à toujours aller dépenser le fric que tu n'as pas dans les mêmes bouges qui te fourguent ce dont tu n'as pas besoin. 


Voilà qui était assez contrariant. 

Que faire de cette accumulation encombrante ? 

Comment rationaliser le flux consumériste ?

Dans un premier temps, j'ai dématérialisé. 

C'est un truc très contemporain que de dématérialiser. On transforme petit à petit notre environnement en des séquences ordonnées de 0 et de 1. Très propres, très moderne. On dématérialise les échanges, les livres, la paperasse, les photos, les souvenirs, l'argent, les amis... pourquoi ne pas dématérialiser l'invasion plastique de mes cartes de fidélité ? Je télécharge donc une application dédiée et voilà tous mes assistants de transaction transformés en petits codes barre.

Voilà qui est bien pratique.

J'arrive à la caisse, je farfouille mon interface digitalement sensible, je sors le bon code-barre de la bonne enseigne et je présente l'écran au scanner. C'est tellement beau qu'on croirait un film de science-fiction ! Sauf que c'est la vraie vie, et que dans la vraie vie, la technologie, c'est plutôt l'effet Bonaldi.

Ça a commencé avec la carte Carrefour. Non content de produire une application dédiée qui bouffe plein d'espace disque du téléphone — parce que l'espace qu'on gagne dans les poches, on le perd dans les mémoires virtuelles — Carrefour a aussi dématérialisé les bons de réduction que l'on accumule à force de présenter son code-barre en caisse, pour prouver qu'on est un bon client.  Accumuler, n'est-ce pas là l'essence du capitalisme ? N'est-ce pas terriblement fair-play que d'ouvrir les plébéiens aux joies de l'accumulation ? 

Sauf que, pour obtenir l'accès au bon de réduction dématérialisé, il faut rentrer un code. Et que pour avoir le code, il faut appeler une foutue plate-forme téléphonique où l'on se tape des plombes de disque-robot tout pourri et, bien sûr, surtaxé, avant de tomber sur une opératrice délocalisée dans un quelconque paradis pour le fric et enfer pour les gens. Voilà qui relativise brusquement l'aspect pratique de la chose. Sans compter que l'opératrice m'accuse de n'être pas le titulaire de la carte, lequel devra donc rappeler le disque surtaxé en espérant parvenir à convaincre quelqu'un de lui fournir le foutu code.

Là, j'ai commencé à douter salement des bienfaits de la modernité matérialiste dématérialisée et je me suis souvenue que tout ce merdier, c'était quand même essentiellement pour tracer mes habitudes de consommation, les archiver, les disséquer, les vendre et les revendre à des tas de compagnies assez dématérialisées, elles aussi — surtout en droits sociaux — qui vont me pourrir la vie à me démarcher au téléphone pour des vérandas au Pôle Nord et que le bon d'achat est finalement un bien maigre dédommagement pour tous ces désagréments.

J'ai donc désinstallé l'appli Carrefour et libéré ainsi bien plus que de l'espace disque.

Chez Décathlon, c'est un peu pareil. Ils ont lancé une jolie application mobile qui a dématérialisé tout le programme de fidélité et quelques caissières, aussi, en passant. Sauf que leurs scanners sont du genre à ne pas vouloir scanner les écrans de portable. C'est parfois tellement tonifiant, le progrès, surtout quand on s'escrime seule devant un écran vaguement tactile à rentrer à la main un foutu bon d'achat de 23 chiffres dans une interface manifestement pas prévue pour ça ! Et c'est tellement mieux quand ça tombe un samedi et qu'il y a toute l'équipe de rugby du coin derrière moi qui se racle la gorge et se contracte les scrotums en attendant son tour. Sans compter la température purement apocalyptique des grandes surfaces en tôle ondulée surchauffées l'hiver et congelées l'été avec une amplitude à mettre à genou au moins trois centrales nucléaires.

Le moment est juste arrivé où je me suis vue, dégoulinante et hystérique, tapotant frénétiquement un écran manifestement hostile devant une foule grognante et à bout de patience.

Pathétique.

J'ai juste laissé tomber : la caisse, les trucs dont je n'avais pas tellement besoin, dans le fond, en fait, le bon de réduction qui commençait à bien me coûter, ne serait-ce qu'en estime de soi, et puis tout le reste avec.

J'ai désinstallé l'appli Décathlon.

J'ai regardé ce qui encombrait la mémoire du téléphone et mon temps de cerveau disponible et j'ai tout benné. 

Absolument tout.

Parce que franchement, ça commence à bien faire toutes ces conneries ! 

L'idée même que l'on me donne de l'argent pour que je fasse mes courses aurait dû me faire tiquer depuis longtemps. Mais voilà, l'univers du coupon, de la réduction, de la bonne affaire, de la promo éclair et de la carte de fidélité nous pousse sans cesse à la faute financière tout en nous faisant croire qu'on est quand même vachement rusés de leur soutirer toutes ces miettes d'argent qui ne leur coûte probablement pas grand-chose de plus qu'un tour de table humiliant supplémentaire pour pressurer les fournisseurs ou un appel d'offre encore plus radin pour inciter les sous-traitants à toujours plus maltraiter ceux qui fabriquent comme des esclaves des tas d'objets merdiques dont nous n'avons, en réalité, absolument pas besoin.

En fait, je vais travailler ma fidélité toute seule, comme une grande et comme une antiquité prémoderne. Je vais continuer à aller chez Émilie, la maraîchère de Maulichère, avec ses petits légumes qu'elle sort elle-même de la terre ocre de Gascogne. On va se raconter des histoires du coin, parler du temps qu'il fait, s'échanger deux recettes et se saluer d'un sourire en attendant la semaine prochaine.

Lire la suite

Infid?lit? d?lib?r

Petit à petit, je me défais de mes réflexes conditionnés.

Scène de la vie ordinaireÀ moment donné, j'ai voulu juste délester mon portefeuille. Au fil du temps, il était devenu une petite chose bombée et lourde, et ses nombreux compartiments dégueulaient de rectangles de plastique colorés. Même si je déconsomme au maximum — peut-être pas encore aussi radicalement que nos amis Grecs, Portugais et Espagnols, mais je sens que ce n'est là qu'une sorte de contretemps historique — j'avais encore la poche gonflée de ces cartes qui te promettent immanquablement quelques bonnes affaires, voire, carrément, du pouvoir d'achat en échange de ta constance à toujours aller dépenser le fric que tu n'as pas dans les mêmes bouges qui te fourguent ce dont tu n'as pas besoin. 


Voilà qui était assez contrariant. 

Que faire de cette accumulation encombrante ? 

Comment rationaliser le flux consumériste ?

Dans un premier temps, j'ai dématérialisé. 

C'est un truc très contemporain que de dématérialiser. On transforme petit à petit notre environnement en des séquences ordonnées de 0 et de 1. Très propres, très moderne. On dématérialise les échanges, les livres, la paperasse, les photos, les souvenirs, l'argent, les amis... pourquoi ne pas dématérialiser l'invasion plastique de mes cartes de fidélité ? Je télécharge donc une application dédiée et voilà tous mes assistants de transaction transformés en petits codes barre.

Voilà qui est bien pratique.

J'arrive à la caisse, je farfouille mon interface digitalement sensible, je sors le bon code-barre de la bonne enseigne et je présente l'écran au scanner. C'est tellement beau qu'on croirait un film de science-fiction ! Sauf que c'est la vraie vie, et que dans la vraie vie, la technologie, c'est plutôt l'effet Bonaldi.

Ça a commencé avec la carte Carrefour. Non content de produire une application dédiée qui bouffe plein d'espace disque du téléphone — parce que l'espace qu'on gagne dans les poches, on le perd dans les mémoires virtuelles — Carrefour a aussi dématérialisé les bons de réduction que l'on accumule à force de présenter son code-barre en caisse, pour prouver qu'on est un bon client.  Accumuler, n'est-ce pas là l'essence du capitalisme ? N'est-ce pas terriblement fair-play que d'ouvrir les plébéiens aux joies de l'accumulation ? 

Sauf que, pour obtenir l'accès au bon de réduction dématérialisé, il faut rentrer un code. Et que pour avoir le code, il faut appeler une foutue plate-forme téléphonique où l'on se tape des plombes de disque-robot tout pourri et, bien sûr, surtaxé, avant de tomber sur une opératrice délocalisée dans un quelconque paradis pour le fric et enfer pour les gens. Voilà qui relativise brusquement l'aspect pratique de la chose. Sans compter que l'opératrice m'accuse de n'être pas le titulaire de la carte, lequel devra donc rappeler le disque surtaxé en espérant parvenir à convaincre quelqu'un de lui fournir le foutu code.

Là, j'ai commencé à douter salement des bienfaits de la modernité matérialiste dématérialisée et je me suis souvenue que tout ce merdier, c'était quand même essentiellement pour tracer mes habitudes de consommation, les archiver, les disséquer, les vendre et les revendre à des tas de compagnies assez dématérialisées, elles aussi — surtout en droits sociaux — qui vont me pourrir la vie à me démarcher au téléphone pour des vérandas au Pôle Nord et que le bon d'achat est finalement un bien maigre dédommagement pour tous ces désagréments.

J'ai donc désinstallé l'appli Carrefour et libéré ainsi bien plus que de l'espace disque.

Chez Décathlon, c'est un peu pareil. Ils ont lancé une jolie application mobile qui a dématérialisé tout le programme de fidélité et quelques caissières, aussi, en passant. Sauf que leurs scanners sont du genre à ne pas vouloir scanner les écrans de portable. C'est parfois tellement tonifiant, le progrès, surtout quand on s'escrime seule devant un écran vaguement tactile à rentrer à la main un foutu bon d'achat de 23 chiffres dans une interface manifestement pas prévue pour ça ! Et c'est tellement mieux quand ça tombe un samedi et qu'il y a toute l'équipe de rugby du coin derrière moi qui se racle la gorge et se contracte les scrotums en attendant son tour. Sans compter la température purement apocalyptique des grandes surfaces en tôle ondulée surchauffées l'hiver et congelées l'été avec une amplitude à mettre à genou au moins trois centrales nucléaires.

Le moment est juste arrivé où je me suis vue, dégoulinante et hystérique, tapotant frénétiquement un écran manifestement hostile devant une foule grognante et à bout de patience.

Pathétique.

J'ai juste laissé tomber : la caisse, les trucs dont je n'avais pas tellement besoin, dans le fond, en fait, le bon de réduction qui commençait à bien me coûter, ne serait-ce qu'en estime de soi, et puis tout le reste avec.

J'ai désinstallé l'appli Décathlon.

J'ai regardé ce qui encombrait la mémoire du téléphone et mon temps de cerveau disponible et j'ai tout benné. 

Absolument tout.

Parce que franchement, ça commence à bien faire toutes ces conneries ! 

L'idée même que l'on me donne de l'argent pour que je fasse mes courses aurait dû me faire tiquer depuis longtemps. Mais voilà, l'univers du coupon, de la réduction, de la bonne affaire, de la promo éclair et de la carte de fidélité nous pousse sans cesse à la faute financière tout en nous faisant croire qu'on est quand même vachement rusés de leur soutirer toutes ces miettes d'argent qui ne leur coûte probablement pas grand-chose de plus qu'un tour de table humiliant supplémentaire pour pressurer les fournisseurs ou un appel d'offre encore plus radin pour inciter les sous-traitants à toujours plus maltraiter ceux qui fabriquent comme des esclaves des tas d'objets merdiques dont nous n'avons, en réalité, absolument pas besoin.

En fait, je vais travailler ma fidélité toute seule, comme une grande et comme une antiquité prémoderne. Je vais continuer à aller chez Émilie, la maraîchère de Maulichère, avec ses petits légumes qu'elle sort elle-même de la terre ocre de Gascogne. On va se raconter des histoires du coin, parler du temps qu'il fait, s'échanger deux recettes et se saluer d'un sourire en attendant la semaine prochaine.

Lire la suite

Le CHUM de Gizeh

GAETAN PELLETIER ?Il n?y a pas encore une pierre de pos?e ? l??difice du Centre hospitalier de l?Universit? de Montr?al (CHUM), mais les co?ts du projet continuent de grimper et les d?lais de r?alisation, de s?allonger. Apr?s plusieurs mois de … Lire la suite

Lire la suite

« Ch?ri, fais-moi peur… »

... si les contestataires brisent des vitrines de banques, c?est bien regrettable, mais coh?rent; qu'ils aient choisi de se rendre odieux en arr?tant le m?tro semble au contraire peu vraisemblable. Il va falloir nous montrer des coupables cr?dibles..

Lire la suite