Accueil / Tag Archives: Marchand

Tag Archives: Marchand

Braquage géant chez Smart : les bandits ne courent même pas.

Le démontage en cours du Code du travail a ceci de particulier qu’il nous renvoie à la féodalité sans que personne mesure réellement l’amplitude hallucinante de ce gigantesque bond en arrière. Le simple fait de faire primer l’accord d’entreprise sur…

Read more →

Lire la suite

Dernier supermarch? avant la fin du monde

Déconsommation accélérée en temps de paix.

RencontreFinalement, on n'apprécie ce que l'on a qu'au moment où on le perd.
C'est ballot.
La satisfaction par l'absence. La fin du confort signe ses inénarrables bienfaits.

Ça a commencé par l'eau. En fait, ça a commencé bien avant, avant même la tempête où j'ai pris conscience de notre terriblement vulnérabilité, de notre dépendance à l'énergie, où j'ai ressenti, pour la première fois, la nostalgie du quotidien. En fait, ça a commencé avant même le jour où mon père a troqué la Commodore pour la 4L. C'est comme si j'appartenais à la dernière génération qui a pu entrevoir le formidable bonheur consumériste au moment même où les cornes de l'abondance ont commencé à se tarir, ou plutôt, au moment où les plus gros convives ont commencé à refermer les portes de la salle du banquet au nez des nouveaux arrivants.

Du coup, on s'habitue à se souvenir des bonnes choses.
Comme de la sensation quasi orgasmique que peut procurer une bonne douche bien chaude de bon matin.
Ce n’est rien une douche, de nos jours, c'est le RSA du confort moderne, le minimum vital sans lequel on est en droit de gueuler pendant des heures au guichet. N'empêche que quand la régie intercommunale a décidé de réparer notre château d'eau, j'ai ressenti avec une précision douloureuse l'absence d'un débit suffisant d'eau. J'ai passé une petite quinzaine de jours à glapir sous un petit filet anémique de flotte tiédasse et pas réconfortante pour un sou. À moment donné, j'ai même envisagé de me raser le crâne pour m'épargner l'épreuve du rinçage sans fin de l'après-shampoing dans l'extravagante longueur de ma chevelure.
Puis, la pression est revenue et la première chose que j'ai faite, c'est me prendre l'explosion de mon pommeau hors d'âge de douche en pleine poire.
Autant dire que cela m'a beaucoup, beaucoup contrariée.

Par contre, je ne saurais décrire l'incroyable impudeur de la première douche après le remplacement du pommeau. Un jet parfaitement adapté en largeur et en puissance pour obtenir une magnifique pluie tropicale en plein mois de décembre. J'ai vraiment adoré cette douche. Et la suivante. Et celle d'après. En fait, je ne m'en lasse carrément pas tout en sachant qu'il est complètement vain de vouloir partager cette toute nouvelle félicité qui est probablement parfaitement incompréhensible pour 99 % de la population de ce pays. Se pâmer du simple plaisir d'une bonne douche, voilà qui est absolument incongru dans le cinquième pays le plus riche du monde.


D'un autre côté, s'il y a vraiment un truc que je fuis de plus en plus comme la peste et le choléra réunis, ce sont les courses.
Pousser connement un charriot rétif et couinant dans un hangar en taule ondulée encombré de longues travées de choses remarquablement inutiles et clinquantes dans le meilleur des cas, potentiellement toxiques et délétères, le tout dans un brouhaha de musique dégoulinante, au milieu d'autres pousseurs de charriots rétifs, au regard vide et au rictus concentré, est l'une des activités les moins intéressantes et stimulantes que je connaisse.
Sans compter que tout cela se fait aux dépens d'un temps de vie affreusement étriqué et dans un contexte économique tendu où chaque transaction commerciale ressemble de plus en plus à un braquage à main armée. Au final, on rentre dans sa tanière, épuisé et vaguement nauséeux, lesté d'une nouvelle cargaison de choses inutiles et clinquantes qu'il faudra entasser dans une nouvelle armoire fabriquée par des esclaves au bout du monde.
Et en ce moment, c'est encore pire que le reste de l'année.

Je touche au but. J'ai acheté des choses meilleures que d'habitude, parce que si on n'achète pas des choses meilleures que d'habitude, on a l'impression d'être un peu un pissefroid, un traitre à la patrie et un mauvais parent, tout à la fois. J'ai fait une folie, un plaid double couche ultra doux qui permettra de lutter longtemps et efficacement contre l'inflation énergétique qui refroidit lentement et surement l'intérieur de nos tanières. Le frigo sera un peu plus plein, ce soir, je pense que j'ai bien lu toutes les foutues étiquettes pour ne pas me faire fourguer du chocogras, de l'huile de palme où une autre merde cancérigène ou moulée au jus d'esclave. J'ai fait attention, tout de même, c'est devenu comme une seconde nature, de faire attention. Tout le temps. À tout. Ça me rappelle un jeu de rôle où il fallait répéter régulièrement au maitre de jeu qu'on était hyper-vigilant, sous peine de se faire buter et virer du jeu sans autre forme de procès.

Bref, j'ai fait mon devoir de bonne petite maitresse de maison, rien d'y penser, ça me fait chier, et en plus, je n'en retire pas le quart de la moitié du bonheur que peut me procurer la bonne douche bien chaude et bien calibrée du matin.
Mais bon, le récif des caisses barre l'horizon avant le retour au port, et je godille avec une petite joie, quand même, vers la file immobile qui attend.

Devant la caisse, il y a une femme qui a l'air de discuter civilement du beau temps et des fêtes qui approchent bêtement. La caissière sourit, mais plutôt vers les autres, qui attendent. Et là, je remarque que la femme vide son cabas au lieu de le remplir, ce qui est extrêmement contreproductif en bout de caisse.

Un peu plus tôt dans ma déambulation de bagnard, j'ai croisé avec une pointe de satisfaction revancharde, un jeune cadre dynamique dans un assez beau costume noir, plutôt seyant, en train de décharger à grands gestes les palettes de fruits et légumes du magasin. Chaque jour, les salariés du discounter doivent jongler entre les caisses, les palettes, les rayons, les balais et tout le bordel, mais planqués dans leurs blouses informes et règlementaires, ils font juste partie d'un paysage familier. Aujourd'hui, ce sont les arrivages de Noël, des cartons pleins de nourriture pas forcément meilleure, mais assurément plus chère que d'habitude, des objets inutiles et clinquants — en fait, encore plus inutiles et clinquants qu'à l'accoutumée ; c'est ce que l'on nomme l'esprit de Noël — des monceaux de marchandises qu'il faut placer en flux tendu. Et comme les corps cassés de deux salariés n'ont pas répondu présents cette semaine, ce sont les directeurs de secteur qui s'y collent.
Une certaine vision de l'égalité en entreprise.

La caissière appelle le type au costard noir. Il arrive avec une petite clé qu'il introduit dans la caisse. Il s'agit d'annuler les produits surnuméraires de la femme. Devant moi, les gens font mine de regarder à peu près partout sauf vers la caisse et évitent comme des fous de croiser le regard de qui que ce soit. La femme babille tout en commentant ses renoncements. La seule chose qui ne rend pas ce moment totalement insupportable, c'est que par une sorte d'accord tacite, personne ne fait montre de la moindre impatience, ce qui, dans une file d'attente bloquée, est plutôt exceptionnel.

Il n'y avait déjà rien dans son cabas et pourtant, elle arrive à en sortir encore plus. Annulés : la purée en sachet, la bouteille d'huile, la boite de bière à 8,6°. Mais il faut encore en sortir. Elle renâcle à abandonner le pot de mayonnaise et elle s'accroche à un cubi de vin de pays comme une naufragée à sa bouée. Petits sourires entendus entre tous les spectateurs involontaires. J'ai envie d'arrêter le massacre et de payer ce qui manque. Arrêter le jugement de valeur. Je sais qu'elle sait que les autres sourient parce qu'elle ne veut pas lâcher le cubi de picrate. Et j'ai honte parce que je ferme ma gueule et que mes pupilles sont irrésistiblement attirées par la contemplation silencieuse du bout de mes pompes. Et j'ai encore plus honte, alors je la regarde. Elle tient le coup, elle sourit, malgré son vilain coquard à l'œil gauche et sa dégaine de pochetronne arrivée au bout de tout. Elle trouve finalement deux euros supplémentaires au fond d'une poche et embarque son maigre butin tout en continuant à deviser doctement sur l'importance fondamentale de la mayonnaise dans sa gastronomie personnelle.

Je nous déteste tous. Les ricanants, les silencieux, les honteux, les planqués, les plumés, les fins de mois précoces. Les lâches. Les égoïstes.

Je la retrouve dehors, seule avec son cabas lesté de pinard et de gras. Elle appelle un abonné absent sur son portable. Et elle repart à pied, au milieu de la zone commerciale, juste comme ça. Comme si cela était sa vie normale et habituelle.
Parce que cela est sa vie normale et habituelle.

Lire la suite

Court-circuitons!

Par?Patrick Mignard Le mauvais temps du printemps a bon dos. Les conditions m?t?orologiques seraient sens?es expliquer le diff?rentiel important, concernant les fruits et l?gumes, entre les prix ? la production et les prix de march?. S?il est exact qu?il y a un retard et donc une relative raret? (encore que?!) ...

Lire la suite

De la marchandisation des droits

À quoi sert un droit si l’on est dépossédé des moyens concrets de le réaliser ?


Résistances
Il y a ce que l’on appelle communément des droits acquis. C’est un peu un abus de langage parce que chacun sait bien que depuis le règne de Laurence Parisot et avant elle, celui de Madame Thatcher, que tout est précaire, surtout quand il s’agit précisément des droits des plus fragiles et que donc, rien ne doit jamais être tenu pour acquis.

Prenons la retraite, comme ça, totalement au hasard.

Personne ne se pointera jamais en balançant tout de go : « dans notre modèle économique actuel, il est impossible de continuer à dépenser des ressources forcément limitées pour des éléments parasitaires parce que n’étant plus productifs. » Non, c’est impensable de dire des choses pareilles, c’est un coup à déclencher une flash mob... voire, pire : une pétition en ligne.

Au contraire, il faut s’afficher délibérément en train de sauver ce fameux droit acquis à la retraite : « parce que nous voulons sauvegarder le régime de retraite par répartition, nous allons juste faire en sorte que plus personne n’y accède et que tout le monde crève avant. Comme ça, il y aura plein d’argent dans les caisses et le régime des retraites par répartition sera sauvé... des retraités. »

Ça non plus, personne ne le dira clairement. À la place, on va sauver le droit à la retraite en le rendant juste... absolument impossible à réaliser. C’est tout le principe de la conditionnalité. En fait, dès qu’un droit s’assortit de conditions d’accès, il devient plus difficile à réaliser pour une partie de la population... tout en restant un droit.

Ainsi, on ne supprime pas le droit à la retraite, on se contente de durcir les conditions d’accès. En allongeant le temps de cotisation obligatoire, par exemple. C’est là un très bon moyen de virtualiser la retraite en faisant en sorte que la majorité des ayants droit décèdent avant de le faire valoir. Pour les gens de ma génération, on se propose de le reculer à 43 ou 44 ans de cotisation. Tout en sachant pertinemment que cette même génération est entrée plus tardivement sur le marché du travail pour cause d’allongement du temps de formation initiale. Après, on peut encore ergoter en rappelant que ma génération a été marquée par des accès plus difficiles à l’emploi, sur fond de baisse des rémunérations (un jeune diplômé touche moins qu’un insider senior moins formé), de chômage et d’emploi précaire. Ainsi, beaucoup d’entre nous ont commencé à travailler aux alentours de 25 ans. Ce qui nous fait déjà un âge théorique d’accès au droit de la retraite à 69 ans.

69 ans... je veux que vous visualisiez bien ce chiffre et que vous vous projetiez dans un univers d’hyper-productivité à cet âge.

Mais ça, c’est pour les veinards qui ont trouvé un boulot directement en sortant du système éducatif et sans ne plus jamais en changer.

Dans la vraie vie, beaucoup d’entre nous ont navigué entre des stages non rémunérés et des petits boulots sans lendemain, le tout entrecoupé de va-et-vient à Pôle Emploi, pas toujours comptabilisés ou même indemnisés. Et je ne parle même pas de ceux qui ont réussi à survivre à l’ombre du salariat en s’improvisant autoentrepreneurs et à qui on n’a jamais clairement expliqué que la plupart de ces années de travail en pointillés comptent pour du beurre.

Par jeu, en tenant compte de la nécessité d’augmenter encore la durée minimale de cotisation pour obtenir le droit à une retraite pleine et entière, j’ai calculé qu’il me faudrait probablement vivoter jusqu’à mes 78 ans pour espérer palper royalement le minimum vieillesse... s’il existe toujours.

Autrement dit, même si le droit à la retraite est maintenu, pour beaucoup d’entre nous, dans les faits, il n’est plus réalisable. C'est devenu un droit virtuel.

C'est tendance, le virtuel.

Ce qui vaut pour la retraite vaut pour de plus en plus de nos droits. Nous avons acquis le droit au logement, mais en l’absence d’une politique réelle et volontariste d’adaptation du parc immobilier aux besoins et aux moyens réels de la population, ce droit est juste un droit pour rire... mais surtout pour pleurer.

Nous avons le droit à l’information, mais il nous manque en face un financement pérenne et efficace qui garantisse une véritable liberté de la presse et son indépendance tant du pouvoir régalien que du pouvoir de l’argent.

Nous avons le droit de vote, mais dans les faits nous n’avons le choix qu’entre différentes personnalités toutes issues du même sérail politique et dont la vision du monde et les options politiques sont strictement identiques, ce qui nous ôte, de fait, tout contrôle démocratique du fonctionnement de notre société.

Nous avons le droit à la santé, mais de déremboursements en franchises, en passant par le non-renouvellement des praticiens dans une population qui continue de croître, sans compter les dépassements d’honoraires raisonnables à 150 % du tarif de la Sécu, les fermetures de lits, d’hôpitaux, etc., beaucoup d’entre nous ont déjà renoncé à pleinement exercer ce droit, faute de moyens ou même juste d’un rendez-vous à moins de 12 mois pour une spécialité en voie de disparition comme la gynécologie ou l’ophtalmologie.

Nous avons le droit à l’éducation, mais on continue à réduire le nombre des profs, à fermer des classes, puis des écoles, à alléger les programmes, à vider de sa substance toute l’architecture complexe de l’Éducation Nationale sous prétexte de dégraisser le mammouth et au final, on s’étonne que tout cela ne soit plus qu’une grande machine folle à trier les enfants et à reproduire les inégalités sociales en les creusant. 

Il y a 20 ans, j’ai eu le droit d’accéder à un enseignement supérieur, à présent je doute d’avoir les moyens financiers de rendre la pareille à ma fille.

Nous avons donc des droits, mais des droits de papier, des droits conditionnels, des droits inaccessibles, des droits virutels... pour amuser la galerie.

En fait, on nous a surtout laissé le choix de mettre le prix nécessaire pour continuer à jouir de nos droits

On nous laisse donc ce choix de l'argent, en nous expliquant qu’avoir le choix, c’est la liberté.

Nous avions donc des droits universels et nous voilà avec le choix de payer pour continuer à jouir pleinement de nos droits les plus élémentaires... et un droit qui s’achète, ce n’est plus un droit, tout au plus un produit.

Lire la suite

? La libert? de consommer est une illusion bien cher pay?e ?

D?croissance Agn?s Rousseaux ??Nous avons r?ussi ? cr?er de la mis?re et du mal-?tre dans des soci?t?s d’opulence mat?rielle??, ass?ne Vincent Liegey. L’ing?nieur et porte-parole du Parti pour la d?croissance ne se contente pas de pourfendre le mythe de la croissance infini. Lui et les co-auteurs du livre ??Un projet ...

Lire la suite

Dernier voyage de Champlain

ANDRE LEFEBVRE Corrigeons tout de suite une fausse impression que l’histoire nous donne au sujet de la fin de l’emprise des frères Kirke sur Québec. Ce n’est pas du tout Champlain qui reprend Québec des frères Kirke mais plutôt le … Lire la suite

Lire la suite

L’incompr?hension

Le diable se cache dans les détails

Pré ado

Il est difficile de décrire l'atmosphère d'une époque, d'exprimer clairement ce qui n'est que de l'ordre du ressenti et de la sidération, aussi. De ma totale incompréhension.
Je suis le dinosaure. Je vais m'éteindre. Et refermer la porte en sortant.

J'ai donc profité d'un aller-retour express au bled en chef pour recharger mon sobre destrier. En fait, après moult calculs, je me suis rendu compte que le carburant étant toujours plus cher dans les bleds paumés comme le mien, mais que d'aller jusqu'au bled plus abordable revenait encore plus cher, même avec une caisse ne consommant que 6 litres aux 100 kilomètres. L'idéal, c'est de remplir le réservoir chaque fois que je me déplace dans une ville assez importante pour que le 95 y soit vendu 10 cents de moins au litre que chez moi. Même si ma jauge annonce encore un réservoir aux trois quarts plein. Ce qui ventile d'ailleurs efficacement mon budget transport.

Bref, me voilà en vue de la station-service réputée la moins chère du bled en chef, selon le dernier calcul d'itinéraire de Carbeo, station qui s'étend devant moi comme une barre de péage le lendemain de la rentrée des classes. Je n'ai que l'embarras du choix entre la douzaine de pistes dont une seule autre est déjà occupée.

Tout à l'heure, à l'hypermarché qui est à l'autre bout de la ville, c'était un peu la même chose lors du passage en caisse ou même sur le parking : il n'y avait tellement personne, que j'aurais pu me garer directement devant le rayon qui m'intéressait. S'il faut, Golfech a pété, là-haut, un peu plus au nord, et les gens ont été évacués. Les caissières sont tellement désœuvrées que j'ai dû demander à celle que je visais si elle était encore en service. Le temps de poser mon truc, trois personnes étaient derrière moi, à jouer des coudes pour poser leurs achats sur le tapis roulant soudain trop petit. Derrière la barre de séparation, mon voisin avec une tête de Papy Brossard a juste posé un bouquet de roses rouges. Du coup, on s'est souri.

J'ai choisi une pompe du bon côté de la voiture, celui du réservoir, tant il m'est pénible habituellement de m'arc-bouter sur le tuyau en gros caoutchouc noir pour réussir à lui faire contourner mon pot de yaourt et à bien vouloir incliner du bec dans le réservoir à colibri, sans que l'enrouleur me bloque à cinq centimètres du but ou, pire encore, ne ravale goulûment l'appendice noirâtre dans ses entrailles, me traînant lamentablement à sa suite. Je n'aime pas tellement me battre contre les choses. Ni contre les gens, d'ailleurs.
Je prends le temps de noter le kilométrage sur mon téléphone, mais je n'ai même pas celui de sortir de ma voiture qu'un break dont je me contrefous d'identifier le modèle ou la marque vient se coller à mon parechoc.

Là, je ne comprends juste pas.
Plus de la moitié des bornes de distribution sont encore totalement libres, désertes, accueillantes, il suffit d'y aller pour commencer à se servir, mais non, cette femme doit avoir un chiffre fétiche, une manie inavouable ou un gros problème de vue, toujours est-il qu'elle s'est collée derrière moi et qu'elle commence immédiatement à attendre.

Vous avez remarqué comme les caissières des supermarchés sont devenues terriblement rapides, ces derniers temps ? Bip, bip, bip, elles passent les articles au scanner à toute berzingue, ça couine encore pire que le cœur d'un écureuil sous ecsta, le temps de le dire, une semaine de votre vie de famille s'entasse de l'autre côté de la caisse et vous n'avez même pas fini de décharger le caddie. Vite, vite, vite ! Les trucs volent et arrivent plus rapidement que vous ne parvenez à les saisir. Alors, ranger la camelote, vous n'y pensez pas ! Malgré toutes vos stratégies dans l'agencement des marchandises sur le tapis roulant en amont, il arrive toujours un moment de l'autre côté où vous vous retrouvez à balancer la boite d'œufs au fond du gros sac de conserves, à cogner les bouteilles entre elles en espérant que l'apéro ne va pas finir par goutter lamentablement sur le parking. Et alors que vous présentez tous les signes les plus évidents de la débâcle logistique, les autres clients, déjà, poussent leurs propres monticules dérisoires à l'assaut du vôtre tout en vous faisant bien sentir que vous ne dégagez pas assez vite le plancher, quand bien même ils vont passer un quart d'heure ensuite à donner des nouvelles du petit-neveu tout en triant un annuaire de bons de réduction.

Ça n'arrive pas qu'à moi, n'est-ce pas ?
Et vous aussi, vous détestez ça ? Comme tout ce qui va avec : les étiquettes qu'il faut décrypter avec une encyclopédie des poisons et un tableur Excel, la musique geignarde ou faussement hystérique qui donne envie de se coller du Destop dans les esgourdes, les caddies en travers qui bloquent tout un rayon dans l'indifférence goguenarde de leur locataire du moment, les fausses promos où le pack familial est vendu nettement plus cher que la dose bourgeoise à l'unité. Ce genre de choses pas très intéressantes et assez stressantes que sécrète forcément la société de consommation...

Je n'ai donc pas envie de me presser. Je n'ai pas envie de traîner non plus, l'endroit manque singulièrement d'attraits. Je veux juste faire les choses calmement, à leur rythme, sans pression. Sans cette sensation trop récurrente d'être le foutu lapin d'Alice au Pays des merveilles. Je me dis même que si j'agis posément, la femme au break va finir par comprendre qu'elle a d'autres possibilités. Ou alors, décider qu'elle aussi, elle n'est pas spécialement pressée à l'heure la plus creuse de la journée.

Eh bien non !

Elle doit trouver que je n'ai pas le rythme qui lui convient, parce qu'elle envoie deux ou trois petits coups d'accélérateur bien éloquents quant à ce qu'elle doit penser être sa très légitime impatience.

C'est là que je suis très fière de moi.

J'ai carrément refoulé l'envie d'exploser de colère, de fondre sur sa portière, de l'extraire par la vitre et de lui défoncer la gueule sur le bitume huileux et malodorant en l'agonissant d'injures : mais putain, sale connasse, qu'est-ce que tu viens me faire chier la rate alors que la station est déserte ?!?! J'ai également résisté à la pulsion d'accélérer que quelque manière que ce soit le mouvement ou même de ralentir, ou même de réagir à cette provocation délibérée. Je suis restée concentrée sur le moment, l'enchaînement des opérations, ne pas oublier d'aller chercher le ticket pour vérifier les chiffres, les reporter dans l'application prévue à cet effet, remettre le compteur journalier à zéro et m'en aller sans hâte vers la suite de mon étrange et néanmoins banale destinée.

Cela dit, je ne comprends toujours pas le comportement de cette femme.

Lire la suite

L’incompr?hension

Le diable se cache dans les détails

Pré ado

Il est difficile de décrire l'atmosphère d'une époque, d'exprimer clairement ce qui n'est que de l'ordre du ressenti et de la sidération, aussi. De ma totale incompréhension.
Je suis le dinosaure. Je vais m'éteindre. Et refermer la porte en sortant.

J'ai donc profité d'un aller-retour express au bled en chef pour recharger mon sobre destrier. En fait, après moult calculs, je me suis rendu compte que le carburant étant toujours plus cher dans les bleds paumés comme le mien, mais que d'aller jusqu'au bled plus abordable revenait encore plus cher, même avec une caisse ne consommant que 6 litres aux 100 kilomètres. L'idéal, c'est de remplir le réservoir chaque fois que je me déplace dans une ville assez importante pour que le 95 y soit vendu 10 cents de moins au litre que chez moi. Même si ma jauge annonce encore un réservoir aux trois quarts plein. Ce qui ventile d'ailleurs efficacement mon budget transport.

Bref, me voilà en vue de la station-service réputée la moins chère du bled en chef, selon le dernier calcul d'itinéraire de Carbeo, station qui s'étend devant moi comme une barre de péage le lendemain de la rentrée des classes. Je n'ai que l'embarras du choix entre la douzaine de pistes dont une seule autre est déjà occupée.

Tout à l'heure, à l'hypermarché qui est à l'autre bout de la ville, c'était un peu la même chose lors du passage en caisse ou même sur le parking : il n'y avait tellement personne, que j'aurais pu me garer directement devant le rayon qui m'intéressait. S'il faut, Golfech a pété, là-haut, un peu plus au nord, et les gens ont été évacués. Les caissières sont tellement désœuvrées que j'ai dû demander à celle que je visais si elle était encore en service. Le temps de poser mon truc, trois personnes étaient derrière moi, à jouer des coudes pour poser leurs achats sur le tapis roulant soudain trop petit. Derrière la barre de séparation, mon voisin avec une tête de Papy Brossard a juste posé un bouquet de roses rouges. Du coup, on s'est souri.

J'ai choisi une pompe du bon côté de la voiture, celui du réservoir, tant il m'est pénible habituellement de m'arc-bouter sur le tuyau en gros caoutchouc noir pour réussir à lui faire contourner mon pot de yaourt et à bien vouloir incliner du bec dans le réservoir à colibri, sans que l'enrouleur me bloque à cinq centimètres du but ou, pire encore, ne ravale goulûment l'appendice noirâtre dans ses entrailles, me traînant lamentablement à sa suite. Je n'aime pas tellement me battre contre les choses. Ni contre les gens, d'ailleurs.
Je prends le temps de noter le kilométrage sur mon téléphone, mais je n'ai même pas celui de sortir de ma voiture qu'un break dont je me contrefous d'identifier le modèle ou la marque vient se coller à mon parechoc.

Là, je ne comprends juste pas.
Plus de la moitié des bornes de distribution sont encore totalement libres, désertes, accueillantes, il suffit d'y aller pour commencer à se servir, mais non, cette femme doit avoir un chiffre fétiche, une manie inavouable ou un gros problème de vue, toujours est-il qu'elle s'est collée derrière moi et qu'elle commence immédiatement à attendre.

Vous avez remarqué comme les caissières des supermarchés sont devenues terriblement rapides, ces derniers temps ? Bip, bip, bip, elles passent les articles au scanner à toute berzingue, ça couine encore pire que le cœur d'un écureuil sous ecsta, le temps de le dire, une semaine de votre vie de famille s'entasse de l'autre côté de la caisse et vous n'avez même pas fini de décharger le caddie. Vite, vite, vite ! Les trucs volent et arrivent plus rapidement que vous ne parvenez à les saisir. Alors, ranger la camelote, vous n'y pensez pas ! Malgré toutes vos stratégies dans l'agencement des marchandises sur le tapis roulant en amont, il arrive toujours un moment de l'autre côté où vous vous retrouvez à balancer la boite d'œufs au fond du gros sac de conserves, à cogner les bouteilles entre elles en espérant que l'apéro ne va pas finir par goutter lamentablement sur le parking. Et alors que vous présentez tous les signes les plus évidents de la débâcle logistique, les autres clients, déjà, poussent leurs propres monticules dérisoires à l'assaut du vôtre tout en vous faisant bien sentir que vous ne dégagez pas assez vite le plancher, quand bien même ils vont passer un quart d'heure ensuite à donner des nouvelles du petit-neveu tout en triant un annuaire de bons de réduction.

Ça n'arrive pas qu'à moi, n'est-ce pas ?
Et vous aussi, vous détestez ça ? Comme tout ce qui va avec : les étiquettes qu'il faut décrypter avec une encyclopédie des poisons et un tableur Excel, la musique geignarde ou faussement hystérique qui donne envie de se coller du Destop dans les esgourdes, les caddies en travers qui bloquent tout un rayon dans l'indifférence goguenarde de leur locataire du moment, les fausses promos où le pack familial est vendu nettement plus cher que la dose bourgeoise à l'unité. Ce genre de choses pas très intéressantes et assez stressantes que sécrète forcément la société de consommation...

Je n'ai donc pas envie de me presser. Je n'ai pas envie de traîner non plus, l'endroit manque singulièrement d'attraits. Je veux juste faire les choses calmement, à leur rythme, sans pression. Sans cette sensation trop récurrente d'être le foutu lapin d'Alice au Pays des merveilles. Je me dis même que si j'agis posément, la femme au break va finir par comprendre qu'elle a d'autres possibilités. Ou alors, décider qu'elle aussi, elle n'est pas spécialement pressée à l'heure la plus creuse de la journée.

Eh bien non !

Elle doit trouver que je n'ai pas le rythme qui lui convient, parce qu'elle envoie deux ou trois petits coups d'accélérateur bien éloquents quant à ce qu'elle doit penser être sa très légitime impatience.

C'est là que je suis très fière de moi.

J'ai carrément refoulé l'envie d'exploser de colère, de fondre sur sa portière, de l'extraire par la vitre et de lui défoncer la gueule sur le bitume huileux et malodorant en l'agonissant d'injures : mais putain, sale connasse, qu'est-ce que tu viens me faire chier la rate alors que la station est déserte ?!?! J'ai également résisté à la pulsion d'accélérer que quelque manière que ce soit le mouvement ou même de ralentir, ou même de réagir à cette provocation délibérée. Je suis restée concentrée sur le moment, l'enchaînement des opérations, ne pas oublier d'aller chercher le ticket pour vérifier les chiffres, les reporter dans l'application prévue à cet effet, remettre le compteur journalier à zéro et m'en aller sans hâte vers la suite de mon étrange et néanmoins banale destinée.

Cela dit, je ne comprends toujours pas le comportement de cette femme.

Lire la suite