Accueil / Tag Archives: élection (page 10)

Tag Archives: élection

Sarkozy (encore) hors-la-loi

« Les membres du Conseil constitutionnel ont pour obligation générale de s’abstenir de tout ce qui pourrait compromettre l’indépendance et la dignité de leurs fonctions », proclame l’article 1er du décret n°59-1292 du 13 novembre 1959. Et son article 2 précise : « Les membres du Conseil constitutionnel s’interdisent en particulier pendant la durée de leurs fonctions : [...]

Lire la suite

Sarkozy président ! et maintenant…

« Samedi soir, il peut ne plus y avoir d’UMP si Nicolas Sarkozy est élu » (Bruno Lemaire). Eh bien c’est fait ! et les résultats qui donnent la victoire à Nicolas Sarkozy avec 64,5% des voix, contre 29,18% à Bruno Lemaire et 6,32% à Mariton, ne sont pas surprise. Même si Lemaire a obtenu un score qui lui ...

Lire la suite

Europ?ennes : l?Union europ?enne d?l?gitim

La claque?! On avait beau l?attendre, elle est cinglante. C?est une Union europ?enne d?l?gitim?e, d?cr?dibilis?e qui sort en loques des urnes. Abstention toujours record quoiqu?en m?gotent les m?dias mainstream. Mont?e des ?euroscepticismes?, h?las plut?t d?extr?me droite que de gauche. Portion archi-congrue pour les eurol?tres confits, surtout socialistes. La gauche humili?e ...

Lire la suite

Pr?sidentielles au Liban

I ? Le Pr?sident libanais un faussaire Le commandant en chef d?une arm?e d?un pays en guerre se doit de se porter ? l?avant-garde de la ligne de front et non de prendre la poudre d?escampette, particuli?rement lorsque le commandement supr?me est exerc? au double titre de Pr?sident de la ...

Lire la suite

L’obsolescence contrariée de notre système politique

La figure paternaliste de l’homme providentiel, du chef, du sauveur, de celui qui sait est totalement dépassée dans une société où le niveau général d’éducation et d’information n’a jamais été aussi élevé. On continue à brandir une professionnalisation politique comme…

Lire la suite →

Lire la suite

Le monde du travail est-il soluble dans la gauchitude?

Peut-on être dans la communication et de gauche?

Toro LocoC'est la question que m'a posée un de mes lecteurs par mail.
Il attend toujours la réponse.

Je ne compte plus le nombre considérable de fois où j'ai dû justifier de la neutralité politique de mon travail. D'expliquer que dans mon boulot, je fais la part des choses et ceci, cela. Que oui, il est possible de travailler avec moi dans la sérénité, que non, je ne me rends pas au boulot chaque matin avec un couteau entre les dents.

Sauf que cette fois-ci, j'ai décidé de ne pas me retrouver immédiatement sur la défensive, mais plutôt de prendre le temps de réfléchir tranquillement à la question. Longuement. Très longuement. À cette question et à ce qu'elle signifie. Au fait que je l'ai toujours trouvée tellement normale et évidente comme question que je ne me suis même jamais étonnée de la régularité avec laquelle elle m'est infligée. Au fait même que je la considère comme inéluctable, et qu'il m'arrive tout aussi régulièrement de m'interroger sur ma légitimité politique —et non pas professionnelle— à m'engager dans tel ou tel projet avec tels ou tels partenaire, client ou collaborateur.

Prenons le problème sous un autre angle. C'est toujours une bonne idée de que changer de point de vue sur une question. D'inverser les perspectives. De plonger dans la dystopie concrète.
Imaginons donc que je sois de droite.
Là, comme ça.
Froidement.

C'est tout de même une chose suffisamment commune, d'être de droite dans ce pays, pour qu'on se tape plus souvent un gouvernement de ce bord que de l'autre. On ne va même pas discuter de ce que signifie réellement, aujourd'hui, être de droite. Mis à part quelques mal câblés du ciboulot, je pense qu'il y a une belle unanimité à me qualifier spontanément de femme de gauche.

Donc, inversons la proposition.

Mon lecteur m'aurait-il posé la même question si j'étais identifiée de manière aussi évidente et récurrente comme personnalité intrinsèquement de droite ? La question n'est alors pas de se demander si la communication est une activité de droite, mais plutôt, est-ce que les gens de droite ont à rendre des comptes sur leur activité professionnelle ?
Ou, encore plus simplement, est-ce que les gens de droite se posent des questions quant à leur compatibilité professionnelle ?

Ce qui reviendrait à dire qu'être de gauche implique une éthique, une déontologie de chaque instant, un engagement, non seulement politique, mais aussi dans chaque acte de notre vie quotidienne, probablement jusqu'au fond des chiottes ou dans l'intimité feutrée de la chambre à coucher.

L'opinion politique est-elle une cosmologie ?

Dans l'absolu, oui, puisqu'il s'agit concrètement d'une vision du monde, d'un modèle de société. En réalité, non, puisque l'acte politique pour beaucoup de mes concitoyens, se limite à choisir de temps à autre entre la peste et le choléra, à glisser un nom dans l'urne et à râler quotidiennement devant son poste de télé, son journal, ses collègues, contre les impôts, la voirie, l'école, la Sécu, les fonctionnaires, les parasites, les rentiers, les vendus et les pourris tout en soulignant abondamment tous ces propos par de sempiternels :

Non, mais moi, je ne fais pas de politique. D'ailleurs ça ne m'intéresse pas.

Pourtant, plus un gars ne fait pas de politique et plus il a tendance à avoir un discours de droite. À croire qu'être de droite consiste essentiellement à ne pas se sentir concerné par la chose politique. Sauf que si c'était vraiment le cas, les gens de droite n'iraient pas jusqu'aux urnes et que nous passerions des temps forts intéressants à être exclusivement gouvernés par des gens vraiment intrinsèquement de gauche.
Ce qui n'est —vous en conviendrez aisément— absolument pas le cas.

À moins d'admettre que le simple acte de voter soit la quintessence de la démission démocratique, celui qui consiste à dire à la face du monde :

Vous m'avez déjà fait perdre assez de temps comme cela : maintenant gérez le merdier et ne venez surtout plus me casser les couilles avant la prochaine grande messe électorale, celle-là même qui me permet de jouer à la démocratie tout en n’en ayant absolument rien à secouer.

Ce qui nous éloigne terriblement de la question initiale qui est de savoir si je suis gaucho-compatible avec mon gagne-pain.

Ce que je trouve assez remarquable, en creusant quelque peu dans mes souvenirs professionnels, c'est que, oui, généralement, les gens de droite ont plutôt tendance à se trouver légitimes, quelle que soit leur fonction dans le système. Ils se trouvent d'autant plus légitimes qu'ils sont hauts dans la hiérarchie et dans la fourchette des salaires. En fait, l'aisance des gens de droite dans le monde professionnel contemporain aurait tendance à conforter l'idée que le système socioéconomique actuel leur convient parfaitement et qu'ils y sont comme des poissons dans l'eau.
Le gars de droite trouve ses convictions renforcées par ses réussites concomitantes matérielles et professionnelles quand le gauchiste éprouve toujours une certaine culpabilité à l'amélioration sensible de ses conditions de vie, un peu comme s'il lui avait fallu pactiser avec l'ennemi ou transiger avec ses convictions pour se couler dans un moule bien inconfortable pour ses idées.

Un peu comme si le système lui-même était profondément de droite.

Mais si nous transplantons le gars de droite dans un secteur socioéconomique profondément de gauche —des trucs improbables comme l'économie sociale et solidaire ou le milieu associatif— il est toujours étonnant de voir à quel point le gars de droite ne se pose jamais la question de sa légitimité professionnelle. Il arrive un peu comme un New-Yorkais de Manahattan tombant en panne au cœur des vertes collines bouseuses de Gascogne. Il observe ce qui est un évident décalage entre les pratiques concrètes de son nouveau milieu et les modèles implantés de longue date par la certitude de faire partie de ceux qui ont toujours raison. Et il arrive très rapidement à la conclusion que s'il y a bien dissonance entre lui et son boulot, cela vient forcément des autres. Et il met en œuvre ce qu'il appelle son esprit réformateur, son sens de la modernité et des réalités en bousillant absolument tout ce qui ne répond pas à des impératifs de rentabilité immédiate et de profitabilité maximum, à sa propre vision du monde du travail.

Autrement dit, le gars de droite n'est jamais dans une posture de remise en cause professionnelle, c'est le reste du monde qui doit s'adapter à sa cosmologie personnelle.
Et c'est probablement ce qui fait tout sa force, pendant les gauchistes continuent de s'autoflageller de n'être pas vraiment à la hauteur de leurs utopies.

Le gars de droite, c'est le Midas des temps modernes qui transforme en merde capitaliste absolument tout ce qu'il touche pendant que le gars de gauche se perd en circonvolutions métaphysiques ineptes, du genre :

Mais est-ce que je peux être dans la communication et de gauche ?

Un gars de droite dans une association à caractère social ou culturel ne va jamais se dire qu'il n'est pas du tout à sa place (ce qui est pourtant le cas). Non, il va juste peser de toute la force de sa conviction intime qu'il est le meilleur et qu'il a toujours raison pour faire d'une structure démocratique, fondée sur la coopération, l'échange et la solidarité, une bonne grosse machine de guerre économique, qui élimine les activités non rentables, compresse les couts (à commencer par les personnes) et augmente les profits en se focalisant sur les prestations à haute valeur ajoutée. Si, en plus, les politiques et gouvernants marchent dans la combine en étranglant financièrement tout ce qui est de l'ordre du non marchand, on voit alors avec quelle efficacité une pensée politique n'a absolument pas besoin de passer par le cirque médiatique et électoral pour s'imposer brutalement à tous.

Tout est politique, y compris et surtout, le champ professionnel!

Si l'on s'intéresse quelque peu au monde de la communication contemporaine, on y trouve effectivement une belle brochette d'affabulateurs dont le talent se résume souvent à prendre le reste du monde pour un ramassis de crétins auquel il convient de s'adresser en beuglant des insanités grotesques avec toute la puissance de conviction que seule la médiocrité d'esprit la plus profonde peut conférer aux fumistes flamboyants. La communication, coco, c'est l'univers de l'esbroufe, du clinquant, du mépris social et du mensonge institutionnalisé. C'est bien évidemment un repaire de tout ce qui pense à droite, vit à droite, respire à droite et n'a toujours pas compris la profonde différence entre l'information et la propagande.
À priori, c'est tout, sauf une profession compatible avec des idées de gauche.

Sauf que si on retourne la proposition, la communication, c'est avant tout ce que l'on en fait. On peut bien sûr laisser les coudées franches à toute cette mentalité réductrice et vaine que l'on combat chaque jour dans ses effets les plus pernicieux tout en se plaignant de perdre bataille sur bataille dans le domaine des représentations sociales que les médias aux ordres pondent chaque jour un peu plus dans la tête de nos concitoyens. En gros, on peut faire nos dégoutés, n'y toucher qu'avec des gants et une pince à linge plantée sur le nez, mais on peut aussi décider, à l'instar des petits Midas de l'entreprise, que la communication gagnerait beaucoup à évoluer vers une configuration déontologique plus conforme à notre confort intellectuel.

On peut juste estimer que communiquer, c'est rendre des informations visibles et intelligibles au plus grand nombre, c'est porter le message, l'amplifier, l'adapter sans jamais le faire mentir, sans jamais tenter de tromper le chaland, c'est participer à la petite musique des mots et à la symphonie des images, c'est créer du lien, bâtir des passerelles, construire des émulations, des coopérations là où il n'y avait que du vide, de l'incompréhension et des rodomontades.

Finalement chacun de nous porte la possibilité de ses choix, même les plus contraints, en ce qu'il peut toujours décider de tendre à vivre conformément à ce qu'il croit juste et nécessaire. Pourquoi seules les outres à vents réactionnaires et imbéciles pourraient-elles choisir de transformer le monde dans lequel elles évoluent ? Pourquoi devrait-on toujours jouer selon leurs règles, réécrites au fil de l'eau afin de toujours rester en leur faveur ? Pourquoi ne seraient-ce que leurs idées moisies qui ont le droit de citer dans cet implacable monde du travail qu'elles ont façonné à leur sinistre image étriquée du bulbe depuis tant d'années et avec le triste résultat que nous ne pouvons plus feindre d'ignorer ?

Nous avons depuis toujours la force du nombre avec nous. Il nous reste à remporter la bataille des convictions et la guerre des idées et cela commence ici et maintenant, au cœur même de la bête, dans chacune des activités dans lesquelles nous passons tant de notre temps de vie.

Lire la suite

? propos de l??lection de Brignoles

? propos de l??lection de Brignoles Mais quel est donc le ph?nom?ne majeur de l??lection cantonale de Brignoles?? Est-ce l??lection d?un conseiller g?n?ral du Front national, ou est-ce l?abstention?? Pour la presse et les partis politiques de tous bords (mais y a-t-il vraiment plusieurs bords??), la chose est claire?: les ...

Lire la suite

Le d?lire des grandeurs

Il y a quelque temps, quelqu'un m'avait envoyé La Grève de Ayn Rand pour que je lui donne mon avis.


Guns
Je n'avais absolument aucune idée de ce dont il s'agissait et afin de garder l'esprit ouvert et libre de toute influence, je m'étais abstenue de m'informer de quelque manière que ce soit de la genèse du bouquin. C'est donc sans aucun préjugé que j'ouvris ce fort réjouissant pavé de 1 170 pages, parce que, comme lectrice, j'ai tendance à apprécier particulièrement les gros pavés à caler les armoires normandes.

 

À cause du titre, je m'attendais tout de même un peu à un bon gros roman social, avec de la lutte des classes et tout, et des gens nobles et courageux, âpres à la tâche, durs sur les idéaux, qui à force de pugnacité et de révolte, gagnent forcément à la fin.

Quelque part — mais je dis bien « quelque part » —, c'était bien le sujet du bouquin, sauf qu'il vient d'un point de vue, pour le moins... différent.

 

Dès le départ, la manière partisane dont sont décrits les gens du peuple, les présentant comme de sales parasites qui se complaisent dans leur merde et n'ont d'autres buts que d'y entraîner les autres ; et les riches, a contrario, comme des êtres particulièrement grands, beaux, intelligents et, pour tout dire, supérieurs en tous points, me mit extrêmement mal à l'aise. Mais, je le répète, bien à l'abri de toute connaissance prémâchée quant au livre qui me pesait salement sur les biceps, je pensais qu'il s'agit là d'une intéressante manière de décrire l'état d'esprit de mes ennemis de classe en se collant dans la peau d'un narrateur qui verrait leur monde à travers leur regard dément. En gros, j'en arrive à croire que mon malaise est une manœuvre littéraire des plus subtiles de la part de l'auteur (dont j'ignore jusqu'au sexe) et que le retournement de situation final, quand le peuple méprisé va montrer à tous ces péteux imbus d'eux-mêmes qui crée vraiment les richesses, que ce retournement, va être un grand moment de joie féroce et de soulagement quand il arrivera.

 

Et ainsi s'écoulent des pages de plus en plus lourdes et douloureuses à lire, avec des envolées lyriques monstrueuses qui ne sont pas sans rappeler la propagande extatique du troisième Reich. Et forcément, au bout d'un moment, un doute affreux m'étreint : mais qu'est-ce donc que ce cadeau empoisonné que je lis avec une nausée de plus en plus persistante ? Pas besoin d'être sortie d'une grande école pour deviner à force que la révélation finale de ce pavé psychotique international sera que le monde s'effondrera si les riches se mettent en grève de tout leur génie sublime et incompris dont ils abreuvent en permanence la chienlit populaire dans leur grande mansuétude, ce ramassis d'hypocéphales dégueulasses et grotesques qui se vautrent dans la fange de leur infériorité génétique et sociale bien méritée. Et là, je commence à penser que je suis en train de perdre de bien belles heures de ma vie à me fader le délire paranoïaque et monstrueux d'un auteur manifestement sociopathe. Je balance le pavé à mi-course alors qu'il me tombe des mains sous l'effet d'une répulsion physique insurmontable et me demande s'il ne va pas me falloir quelques bonnes séances avec un praticien spécialisé pour réparer les dégâts probablement causés à mon psychisme pour avoir si longuement vu le monde à travers les yeux de personnes aussi tordues.

 

Évidemment, j'ai fini par demander à Google de bien vouloir m'explique ce sur quoi je venais de me putréfier l'esprit et je découvris avec une horreur non feinte que cet étron littéraire — parce que même le style est d'une lourdeur crasse et indigeste — est la bible, que dis-je ? le livre de chevet, la référence indépassable de tout ce que notre monde de merde compte de thuriféraires du Marché triomphant et de la Main invisible qui se gratte les couilles chaque matin en se foutant éperdument de la gueule de 99 % de la population humaine de cette planète.

 

 

Forcément, me voilà subitement mieux armée pour comprendre l'incroyable absurdité du monde tel qu'il a été pensé et mis en œuvre par les adorateurs de cette foutue psychopathe. 

 

Il existe donc une certaine quantité de personnes sur cette planète qui sont convaincues d'être, en quelque sorte, naturellement supérieures à toutes les autres, comme un don ou une élection divine. Il faut bien comprendre que non seulement ces gens existent, mais surtout qu'ils n'ont de cesse de prendre le pouvoir, tout le pouvoir, de toutes les manières possibles et imaginables, juste parce qu'ils pensent que leur supériorité le justifie et que cela suffit très largement à asseoir leur légitimité.

 

Bien sûr, le principal problème de ces gens, c'est l'énorme masse des autres. Les restes du monde. Cette foule gigantesque des médiocres qui sont trop stupides pour se rendre compte naturellement de la magnificence des élus, et de l'absolue nécessité qu'ils ont de leur laisser gérer à leur façon (forcément la meilleure, puisqu'ils sont excellents, c'est dans leur sang, dans leurs gènes !) les affaires de la planète.

 

Cette petite oligarchie autoproclamée préexiste à la « philosophie » de Ayn Rand et de ces potes zélateurs dont la liste serait bien trop longue, mais au nombre desquels figurent pas mal de gens assez peu recommandables comme les Hayek et Friedman et leur descendance idéologique tordue des Chicago Boys, mais aussi le gros de la brochette d'éditocrates bien de chez nous qui nous pourrissent le PAF depuis tellement longtemps que c'est à se demander s'ils ne se sont pas clonés pour pouvoir continuer à nous pondre dans la tête bien au-delà de ce que les limites biologiques de la vie humaine peuvent décemment leur permettre.

 

C'est ce ramassis de psychopathes — parce qu'il convient d'appeler les choses par leur nom pour bien comprendre de quoi l'on parle — qui construisent depuis des décennies des théories socio-économiques délirantes sur lesquelles sont fondées nos sociétés actuelles avec les succès que l'on connaît : crises perpétuelles, guerres sans fin, gaspillages colossaux, destruction accélérée de la biosphère, pillage des ressources naturelles, augmentation continue de la faim, de la pauvreté, de la misère et de l'exclusion dans un monde d'abondance où il n'y a jamais eu autant de richesses produites pour un aussi médiocre résultat. Et chaque fois que le doute étreint les peuples quant à la pertinence de ces choix de société, l'oligarchie autosatisfaite — car toujours servie en premier — ne cesse de répéter qu'il faut toujours aller plus loin dans son projet de société pour en voir les hypothétiques retombées bénéfiques pour le plus grand nombre et que ça ne marche pas aussi bien que cela ne le devrait, juste parce que nous sommes trop cons pour bien comprendre la beauté du dessein et que nous persistons à traîner des pieds alors que nous devrions foncer vers le précipice insondable de leur monde égoïste et mortifère vent debout sur l'accélérateur et en klaxonnant joyeusement l'hallali en prime, s'il vous plaît !

 

Voilà donc comment nous avons laissé une classe sociale minoritaire et terriblement égocentrique diriger la destinée humaine sous prétexte que ses membres étaient manifestement les meilleurs d'entre nous.

Voilà donc comment nous avons fini par croire comme les imbéciles qu'ils se plaisent à voir en nous que l'on pouvait construire une civilisation entière sur l'idée grotesque que de la somme des égoïsmes jaillirait naturellement le bien-être commun.

Voilà donc comment nous avons laissé chaque jour un peu plus la sphère économique partir en roue libre et dévaster chaque jour un peu plus notre seul bien commun : la planète que nous devons forcément partager.

 

Voilà comment s'est organisée l'impuissance du politique ou comment en privant les représentants des peuples de tout levier matériel de décision, nous avons laissé l'idéal démocratique se transformer en un immense spectacle clinquant dont l'unique objectif est de détourner notre attention de la confiscation économique que nous subissons tous, chaque jour un peu plus.

 

J'ai repensé à l'horrible bouquin de Ayn Rand ces derniers jours en contemplant, médusée, les folles sommes englouties par les grandes multinationales dans le show présidentiel américain, alors même que ceux que nous avons portés au pouvoir dans notre pays trahissaient sans vergogne tous leurs engagements politiques pour appliquer la politique des possédants, dans un abominable copié-collé réactionnaire.

 

J'ai trouvé effrayante la comparaison entre les deux événements, entre la grande parade pseudodémocratique financée par ceux-là mêmes qui comptent bien continuer à s'en affranchir et le simulacre de débat budgétaire français, où un gouvernement totalement aux ordres fait semblant de convoquer l'expertise d'un patron surtout célèbre pour son œuvre de déconstruction sociale pour faire passer la pilule d'une politique économique qui n'a jamais, je dis bien jamais, été pensée, conçue et appliquée avec l'assentiment des peuples qui la subissent.

 

Le système économique actuel échappe dans son intégralité à toute forme de contrôle démocratique. Il est le fait d'organisations non gouvernementales dont aucun des membres n'a jamais été élu par qui que ce soit. Et ce sont ces organismes internationaux qui, chaque jour et partout sur la planète, dictent aux gouvernements-spectacles la nature des décisions politiques et économiques qui doivent être appliquées à l'humanité.

 

Combien de temps, encore, allons-nous faire semblant de trouver cela normal.

Combien de temps, encore, allons-nous les laisser nous faire cela ?

Lire la suite

Le d?lire des grandeurs

Il y a quelque temps, quelqu'un m'avait envoyé La Grève de Ayn Rand pour que je lui donne mon avis.


Guns
Je n'avais absolument aucune idée de ce dont il s'agissait et afin de garder l'esprit ouvert et libre de toute influence, je m'étais abstenue de m'informer de quelque manière que ce soit de la genèse du bouquin. C'est donc sans aucun préjugé que j'ouvris ce fort réjouissant pavé de 1 170 pages, parce que, comme lectrice, j'ai tendance à apprécier particulièrement les gros pavés à caler les armoires normandes.

 

À cause du titre, je m'attendais tout de même un peu à un bon gros roman social, avec de la lutte des classes et tout, et des gens nobles et courageux, âpres à la tâche, durs sur les idéaux, qui à force de pugnacité et de révolte, gagnent forcément à la fin.

Quelque part — mais je dis bien « quelque part » —, c'était bien le sujet du bouquin, sauf qu'il vient d'un point de vue, pour le moins... différent.

 

Dès le départ, la manière partisane dont sont décrits les gens du peuple, les présentant comme de sales parasites qui se complaisent dans leur merde et n'ont d'autres buts que d'y entraîner les autres ; et les riches, a contrario, comme des êtres particulièrement grands, beaux, intelligents et, pour tout dire, supérieurs en tous points, me mit extrêmement mal à l'aise. Mais, je le répète, bien à l'abri de toute connaissance prémâchée quant au livre qui me pesait salement sur les biceps, je pensais qu'il s'agit là d'une intéressante manière de décrire l'état d'esprit de mes ennemis de classe en se collant dans la peau d'un narrateur qui verrait leur monde à travers leur regard dément. En gros, j'en arrive à croire que mon malaise est une manœuvre littéraire des plus subtiles de la part de l'auteur (dont j'ignore jusqu'au sexe) et que le retournement de situation final, quand le peuple méprisé va montrer à tous ces péteux imbus d'eux-mêmes qui crée vraiment les richesses, que ce retournement, va être un grand moment de joie féroce et de soulagement quand il arrivera.

 

Et ainsi s'écoulent des pages de plus en plus lourdes et douloureuses à lire, avec des envolées lyriques monstrueuses qui ne sont pas sans rappeler la propagande extatique du troisième Reich. Et forcément, au bout d'un moment, un doute affreux m'étreint : mais qu'est-ce donc que ce cadeau empoisonné que je lis avec une nausée de plus en plus persistante ? Pas besoin d'être sortie d'une grande école pour deviner à force que la révélation finale de ce pavé psychotique international sera que le monde s'effondrera si les riches se mettent en grève de tout leur génie sublime et incompris dont ils abreuvent en permanence la chienlit populaire dans leur grande mansuétude, ce ramassis d'hypocéphales dégueulasses et grotesques qui se vautrent dans la fange de leur infériorité génétique et sociale bien méritée. Et là, je commence à penser que je suis en train de perdre de bien belles heures de ma vie à me fader le délire paranoïaque et monstrueux d'un auteur manifestement sociopathe. Je balance le pavé à mi-course alors qu'il me tombe des mains sous l'effet d'une répulsion physique insurmontable et me demande s'il ne va pas me falloir quelques bonnes séances avec un praticien spécialisé pour réparer les dégâts probablement causés à mon psychisme pour avoir si longuement vu le monde à travers les yeux de personnes aussi tordues.

 

Évidemment, j'ai fini par demander à Google de bien vouloir m'explique ce sur quoi je venais de me putréfier l'esprit et je découvris avec une horreur non feinte que cet étron littéraire — parce que même le style est d'une lourdeur crasse et indigeste — est la bible, que dis-je ? le livre de chevet, la référence indépassable de tout ce que notre monde de merde compte de thuriféraires du Marché triomphant et de la Main invisible qui se gratte les couilles chaque matin en se foutant éperdument de la gueule de 99 % de la population humaine de cette planète.

 

 

Forcément, me voilà subitement mieux armée pour comprendre l'incroyable absurdité du monde tel qu'il a été pensé et mis en œuvre par les adorateurs de cette foutue psychopathe. 

 

Il existe donc une certaine quantité de personnes sur cette planète qui sont convaincues d'être, en quelque sorte, naturellement supérieures à toutes les autres, comme un don ou une élection divine. Il faut bien comprendre que non seulement ces gens existent, mais surtout qu'ils n'ont de cesse de prendre le pouvoir, tout le pouvoir, de toutes les manières possibles et imaginables, juste parce qu'ils pensent que leur supériorité le justifie et que cela suffit très largement à asseoir leur légitimité.

 

Bien sûr, le principal problème de ces gens, c'est l'énorme masse des autres. Les restes du monde. Cette foule gigantesque des médiocres qui sont trop stupides pour se rendre compte naturellement de la magnificence des élus, et de l'absolue nécessité qu'ils ont de leur laisser gérer à leur façon (forcément la meilleure, puisqu'ils sont excellents, c'est dans leur sang, dans leurs gènes !) les affaires de la planète.

 

Cette petite oligarchie autoproclamée préexiste à la « philosophie » de Ayn Rand et de ces potes zélateurs dont la liste serait bien trop longue, mais au nombre desquels figurent pas mal de gens assez peu recommandables comme les Hayek et Friedman et leur descendance idéologique tordue des Chicago Boys, mais aussi le gros de la brochette d'éditocrates bien de chez nous qui nous pourrissent le PAF depuis tellement longtemps que c'est à se demander s'ils ne se sont pas clonés pour pouvoir continuer à nous pondre dans la tête bien au-delà de ce que les limites biologiques de la vie humaine peuvent décemment leur permettre.

 

C'est ce ramassis de psychopathes — parce qu'il convient d'appeler les choses par leur nom pour bien comprendre de quoi l'on parle — qui construisent depuis des décennies des théories socio-économiques délirantes sur lesquelles sont fondées nos sociétés actuelles avec les succès que l'on connaît : crises perpétuelles, guerres sans fin, gaspillages colossaux, destruction accélérée de la biosphère, pillage des ressources naturelles, augmentation continue de la faim, de la pauvreté, de la misère et de l'exclusion dans un monde d'abondance où il n'y a jamais eu autant de richesses produites pour un aussi médiocre résultat. Et chaque fois que le doute étreint les peuples quant à la pertinence de ces choix de société, l'oligarchie autosatisfaite — car toujours servie en premier — ne cesse de répéter qu'il faut toujours aller plus loin dans son projet de société pour en voir les hypothétiques retombées bénéfiques pour le plus grand nombre et que ça ne marche pas aussi bien que cela ne le devrait, juste parce que nous sommes trop cons pour bien comprendre la beauté du dessein et que nous persistons à traîner des pieds alors que nous devrions foncer vers le précipice insondable de leur monde égoïste et mortifère vent debout sur l'accélérateur et en klaxonnant joyeusement l'hallali en prime, s'il vous plaît !

 

Voilà donc comment nous avons laissé une classe sociale minoritaire et terriblement égocentrique diriger la destinée humaine sous prétexte que ses membres étaient manifestement les meilleurs d'entre nous.

Voilà donc comment nous avons fini par croire comme les imbéciles qu'ils se plaisent à voir en nous que l'on pouvait construire une civilisation entière sur l'idée grotesque que de la somme des égoïsmes jaillirait naturellement le bien-être commun.

Voilà donc comment nous avons laissé chaque jour un peu plus la sphère économique partir en roue libre et dévaster chaque jour un peu plus notre seul bien commun : la planète que nous devons forcément partager.

 

Voilà comment s'est organisée l'impuissance du politique ou comment en privant les représentants des peuples de tout levier matériel de décision, nous avons laissé l'idéal démocratique se transformer en un immense spectacle clinquant dont l'unique objectif est de détourner notre attention de la confiscation économique que nous subissons tous, chaque jour un peu plus.

 

J'ai repensé à l'horrible bouquin de Ayn Rand ces derniers jours en contemplant, médusée, les folles sommes englouties par les grandes multinationales dans le show présidentiel américain, alors même que ceux que nous avons portés au pouvoir dans notre pays trahissaient sans vergogne tous leurs engagements politiques pour appliquer la politique des possédants, dans un abominable copié-collé réactionnaire.

 

J'ai trouvé effrayante la comparaison entre les deux événements, entre la grande parade pseudodémocratique financée par ceux-là mêmes qui comptent bien continuer à s'en affranchir et le simulacre de débat budgétaire français, où un gouvernement totalement aux ordres fait semblant de convoquer l'expertise d'un patron surtout célèbre pour son œuvre de déconstruction sociale pour faire passer la pilule d'une politique économique qui n'a jamais, je dis bien jamais, été pensée, conçue et appliquée avec l'assentiment des peuples qui la subissent.

 

Le système économique actuel échappe dans son intégralité à toute forme de contrôle démocratique. Il est le fait d'organisations non gouvernementales dont aucun des membres n'a jamais été élu par qui que ce soit. Et ce sont ces organismes internationaux qui, chaque jour et partout sur la planète, dictent aux gouvernements-spectacles la nature des décisions politiques et économiques qui doivent être appliquées à l'humanité.

 

Combien de temps, encore, allons-nous faire semblant de trouver cela normal.

Combien de temps, encore, allons-nous les laisser nous faire cela ?

Lire la suite

Le d?lire des grandeurs

Il y a quelque temps, quelqu'un m'avait envoyé La Grève de Ayn Rand pour que je lui donne mon avis.


Guns
Je n'avais absolument aucune idée de ce dont il s'agissait et afin de garder l'esprit ouvert et libre de toute influence, je m'étais abstenue de m'informer de quelque manière que ce soit de la genèse du bouquin. C'est donc sans aucun préjugé que j'ouvris ce fort réjouissant pavé de 1 170 pages, parce que, comme lectrice, j'ai tendance à apprécier particulièrement les gros pavés à caler les armoires normandes.

 

À cause du titre, je m'attendais tout de même un peu à un bon gros roman social, avec de la lutte des classes et tout, et des gens nobles et courageux, âpres à la tâche, durs sur les idéaux, qui à force de pugnacité et de révolte, gagnent forcément à la fin.

Quelque part — mais je dis bien « quelque part » —, c'était bien le sujet du bouquin, sauf qu'il vient d'un point de vue, pour le moins... différent.

 

Dès le départ, la manière partisane dont sont décrits les gens du peuple, les présentant comme de sales parasites qui se complaisent dans leur merde et n'ont d'autres buts que d'y entraîner les autres ; et les riches, a contrario, comme des êtres particulièrement grands, beaux, intelligents et, pour tout dire, supérieurs en tous points, me mit extrêmement mal à l'aise. Mais, je le répète, bien à l'abri de toute connaissance prémâchée quant au livre qui me pesait salement sur les biceps, je pensais qu'il s'agit là d'une intéressante manière de décrire l'état d'esprit de mes ennemis de classe en se collant dans la peau d'un narrateur qui verrait leur monde à travers leur regard dément. En gros, j'en arrive à croire que mon malaise est une manœuvre littéraire des plus subtiles de la part de l'auteur (dont j'ignore jusqu'au sexe) et que le retournement de situation final, quand le peuple méprisé va montrer à tous ces péteux imbus d'eux-mêmes qui crée vraiment les richesses, que ce retournement, va être un grand moment de joie féroce et de soulagement quand il arrivera.

 

Et ainsi s'écoulent des pages de plus en plus lourdes et douloureuses à lire, avec des envolées lyriques monstrueuses qui ne sont pas sans rappeler la propagande extatique du troisième Reich. Et forcément, au bout d'un moment, un doute affreux m'étreint : mais qu'est-ce donc que ce cadeau empoisonné que je lis avec une nausée de plus en plus persistante ? Pas besoin d'être sortie d'une grande école pour deviner à force que la révélation finale de ce pavé psychotique international sera que le monde s'effondrera si les riches se mettent en grève de tout leur génie sublime et incompris dont ils abreuvent en permanence la chienlit populaire dans leur grande mansuétude, ce ramassis d'hypocéphales dégueulasses et grotesques qui se vautrent dans la fange de leur infériorité génétique et sociale bien méritée. Et là, je commence à penser que je suis en train de perdre de bien belles heures de ma vie à me fader le délire paranoïaque et monstrueux d'un auteur manifestement sociopathe. Je balance le pavé à mi-course alors qu'il me tombe des mains sous l'effet d'une répulsion physique insurmontable et me demande s'il ne va pas me falloir quelques bonnes séances avec un praticien spécialisé pour réparer les dégâts probablement causés à mon psychisme pour avoir si longuement vu le monde à travers les yeux de personnes aussi tordues.

 

Évidemment, j'ai fini par demander à Google de bien vouloir m'explique ce sur quoi je venais de me putréfier l'esprit et je découvris avec une horreur non feinte que cet étron littéraire — parce que même le style est d'une lourdeur crasse et indigeste — est la bible, que dis-je ? le livre de chevet, la référence indépassable de tout ce que notre monde de merde compte de thuriféraires du Marché triomphant et de la Main invisible qui se gratte les couilles chaque matin en se foutant éperdument de la gueule de 99 % de la population humaine de cette planète.

 

 

Forcément, me voilà subitement mieux armée pour comprendre l'incroyable absurdité du monde tel qu'il a été pensé et mis en œuvre par les adorateurs de cette foutue psychopathe. 

 

Il existe donc une certaine quantité de personnes sur cette planète qui sont convaincues d'être, en quelque sorte, naturellement supérieures à toutes les autres, comme un don ou une élection divine. Il faut bien comprendre que non seulement ces gens existent, mais surtout qu'ils n'ont de cesse de prendre le pouvoir, tout le pouvoir, de toutes les manières possibles et imaginables, juste parce qu'ils pensent que leur supériorité le justifie et que cela suffit très largement à asseoir leur légitimité.

 

Bien sûr, le principal problème de ces gens, c'est l'énorme masse des autres. Les restes du monde. Cette foule gigantesque des médiocres qui sont trop stupides pour se rendre compte naturellement de la magnificence des élus, et de l'absolue nécessité qu'ils ont de leur laisser gérer à leur façon (forcément la meilleure, puisqu'ils sont excellents, c'est dans leur sang, dans leurs gènes !) les affaires de la planète.

 

Cette petite oligarchie autoproclamée préexiste à la « philosophie » de Ayn Rand et de ces potes zélateurs dont la liste serait bien trop longue, mais au nombre desquels figurent pas mal de gens assez peu recommandables comme les Hayek et Friedman et leur descendance idéologique tordue des Chicago Boys, mais aussi le gros de la brochette d'éditocrates bien de chez nous qui nous pourrissent le PAF depuis tellement longtemps que c'est à se demander s'ils ne se sont pas clonés pour pouvoir continuer à nous pondre dans la tête bien au-delà de ce que les limites biologiques de la vie humaine peuvent décemment leur permettre.

 

C'est ce ramassis de psychopathes — parce qu'il convient d'appeler les choses par leur nom pour bien comprendre de quoi l'on parle — qui construisent depuis des décennies des théories socio-économiques délirantes sur lesquelles sont fondées nos sociétés actuelles avec les succès que l'on connaît : crises perpétuelles, guerres sans fin, gaspillages colossaux, destruction accélérée de la biosphère, pillage des ressources naturelles, augmentation continue de la faim, de la pauvreté, de la misère et de l'exclusion dans un monde d'abondance où il n'y a jamais eu autant de richesses produites pour un aussi médiocre résultat. Et chaque fois que le doute étreint les peuples quant à la pertinence de ces choix de société, l'oligarchie autosatisfaite — car toujours servie en premier — ne cesse de répéter qu'il faut toujours aller plus loin dans son projet de société pour en voir les hypothétiques retombées bénéfiques pour le plus grand nombre et que ça ne marche pas aussi bien que cela ne le devrait, juste parce que nous sommes trop cons pour bien comprendre la beauté du dessein et que nous persistons à traîner des pieds alors que nous devrions foncer vers le précipice insondable de leur monde égoïste et mortifère vent debout sur l'accélérateur et en klaxonnant joyeusement l'hallali en prime, s'il vous plaît !

 

Voilà donc comment nous avons laissé une classe sociale minoritaire et terriblement égocentrique diriger la destinée humaine sous prétexte que ses membres étaient manifestement les meilleurs d'entre nous.

Voilà donc comment nous avons fini par croire comme les imbéciles qu'ils se plaisent à voir en nous que l'on pouvait construire une civilisation entière sur l'idée grotesque que de la somme des égoïsmes jaillirait naturellement le bien-être commun.

Voilà donc comment nous avons laissé chaque jour un peu plus la sphère économique partir en roue libre et dévaster chaque jour un peu plus notre seul bien commun : la planète que nous devons forcément partager.

 

Voilà comment s'est organisée l'impuissance du politique ou comment en privant les représentants des peuples de tout levier matériel de décision, nous avons laissé l'idéal démocratique se transformer en un immense spectacle clinquant dont l'unique objectif est de détourner notre attention de la confiscation économique que nous subissons tous, chaque jour un peu plus.

 

J'ai repensé à l'horrible bouquin de Ayn Rand ces derniers jours en contemplant, médusée, les folles sommes englouties par les grandes multinationales dans le show présidentiel américain, alors même que ceux que nous avons portés au pouvoir dans notre pays trahissaient sans vergogne tous leurs engagements politiques pour appliquer la politique des possédants, dans un abominable copié-collé réactionnaire.

 

J'ai trouvé effrayante la comparaison entre les deux événements, entre la grande parade pseudodémocratique financée par ceux-là mêmes qui comptent bien continuer à s'en affranchir et le simulacre de débat budgétaire français, où un gouvernement totalement aux ordres fait semblant de convoquer l'expertise d'un patron surtout célèbre pour son œuvre de déconstruction sociale pour faire passer la pilule d'une politique économique qui n'a jamais, je dis bien jamais, été pensée, conçue et appliquée avec l'assentiment des peuples qui la subissent.

 

Le système économique actuel échappe dans son intégralité à toute forme de contrôle démocratique. Il est le fait d'organisations non gouvernementales dont aucun des membres n'a jamais été élu par qui que ce soit. Et ce sont ces organismes internationaux qui, chaque jour et partout sur la planète, dictent aux gouvernements-spectacles la nature des décisions politiques et économiques qui doivent être appliquées à l'humanité.

 

Combien de temps, encore, allons-nous faire semblant de trouver cela normal.

Combien de temps, encore, allons-nous les laisser nous faire cela ?

Lire la suite