Accueil / Tag Archives: Écologie (page 2)

Tag Archives: Écologie

Amérique centrale: Sécheresse et réchauffement climatique

La sécheresse et le réchauffement climatique commencent à affamer l’Amérique centrale Au Guatemala, au Salvador, au Honduras et au Nicaragua, plus de 3 millions de personnes, essentiellement des familles de petits agriculteurs, se trouvent actuellement affectées par la sécheresse qui frappe la région depuis plus d’un an. Elle a détruit ...

Lire la suite

«Cosse» toujours, tu m’intéresses

Décidément la soif du pouvoir n’épargne personne, et voilà que maintenant l’ex patronne des Verts tombe dans le piège tendu par Hollande, convaincue, avec une belle naïveté, que ça n’a été l’objet d’aucun marchandage. En mettant en même temps dans ce gouvernement un ardent défenseur du projet NDDL, le léthargique ...

Lire la suite

Catastrophe écologique au Brésil: l’heure est venue de rendre des comptes

Après la catastrophe écologique au Brésil, l’heure est venue de rendre des comptes Deux mois après la rupture du barrage qui a provoqué la plus grande pollution environnementale que le Brésil ait connue, les habitants font toujours face à d’importantes difficultés au quotidien et réclament justice.  Sao Paulo (Brésil), correspondance ...

Lire la suite

Prévoir la météo: un métier rendu difficile par l’austérité

Prévoir la météo et les évènements climatiques : un métier rendu difficile par l’austérité Chargés de prévoir et d’étudier les phénomènes météorologiques, les salariés de Météo-France passent leur temps à interpréter les données fournies par des capteurs. Une automatisation récente qui s’est faite au détriment de l’« expertise humaine ». Réduction d’effectifs, ...

Lire la suite

Mon ami Jean-Marie

Il ne s’agit pas d’évoquer ici l’homme tonitruant, d’extrême droite, créateur du FN, mais d’un autre, un vrai humaniste celui là, le grand biologiste Jean-Marie Pelt qui nous a quitté la veille de Noël, joli pied de nez à cette journée dont il aimait à rappeler qu’elle était d’abord une ...

Lire la suite

Le flop de la COP 21

Dans des moments difficiles pour notre planète, on attendait de la COP 21 qu’elle prenne des décisions courageuses et visionnaires.
 
Mais à l’État d’urgence climatique, l’accord de Paris oppose un bricolage constitué de la somme des égoïsmes nationaux, aussi bien en matière de financements que d’objectifs de réduction des émissions…
 
 
L’accord de Paris intervenu à la fin de la COP 21 est présenté comme un succès par François Hollande et Laurent Fabius mais il sape en réalité les droits des communautés les plus vulnérables de la planète et ne comprend à peu près rien de contraignant qui garantisse un climat sain et vivable pour les générations futures.
 
Il y a des années, les États-Unis avaient fait du Protocole de Kyoto un accord inefficace. L’histoire se répète malheureusement à Paris, puisque les États-Unis, avec le soutien de l’UE et des autres pays riches, ont veillé à ce que les parties les plus importantes du traité soient dépouillées et édulcorées au point d’en devenir absurdes.

 
Car il ne faut pas oublier l’essentiel : l’accord de Paris entérine un réchauffement climatique supérieur à 3°C, sans se doter des dispositifs pour revenir sur une trajectoire inférieure à 1,5°C ou même 2°C.

 
François Hollande souhaitait qu’on se souvienne de la COP 21 comme du moment déclenchant une « révolution climatique ». Par bien des points, l’accord de Paris tranche en faveur des options les plus conservatrices et les moins ambitieuses qui étaient présentes dans le texte de négociation. Il ne valide qu’une une chose positive : les 195 États de la planète sont d’accord pour maintenir un cadre international et multilatéral de gouvernance du climat pour véritablement changer la donne.
 
L’accord de Paris est-il ambitieux ?

 
En entérinant des contributions nationales (INDCs) qui conduisent vers un réchauffement supérieur à 3°C, la COP 21 se montre incapable de désamorcer la bombe climatique.

 
L’objectif d’1,5°C, qui n’est pas un objectif contraignant, ne saurait masquer l’absence d’engagements chiffrés de réduction d’émissions de GES pour les années à venir (art. 2)
 
Aucune date n’est mentionnée pour le pic des émissions et l’objectif de long terme, attendu pour 2050, ne concerne que la seconde partie du siècle. La formulation de l’objectif de long terme ouvre la porte à l’utilisation massive de techniques inappropriées telles que le stockage et la séquestration du carbone, la compensation carbone et la géo ingéniérie.

 
Sans feuille de route clairement établie, sans mention des points de passage en 2020 et 2050 fixés par le GIEC pour revenir sur une trajectoire inférieure à 2°C, l’accord de Paris met en danger le simple droit à vivre de nombreuses populations à travers la planète.

 
L’accord de Paris est-il doté des moyens suffisants ?

 
Absence des 100 milliards de dollars comme plancher de financement dans l’accord de Paris, plancher renvoyé dans le texte de décision de la COP 21 et donc soumis à de nouveaux arbitrages futurs, sans force contraignante et sans amélioration par rapport à Copenhague.

 
Manque de transparence et de prévisibilité des financements pour l’après 2020 : aucune mention des termes « nouveaux » et « additionnels » pour évoquer les financements futurs, pas plus que les termes « adéquats » et « prévisibles ».

 
Après 25 ans de négociation, et alors qu’ils n’ont jamais débloqué les financements nécessaires, les pays riches historiquement responsables du réchauffement climatique tentent ainsi de se dédouaner de leurs responsabilités !

 
L’accord de Paris fait-il oeuvre de « justice climatique » ?

 
Suppression des références aux droits humains et des populations indigènes, références renvoyées dans les préambules.

 
Très net affaiblissement du mécanisme de « Pertes et dommages » puisque tout ce qui concerne les responsabilités juridiques est retiré de cet l’accord. L’affaiblissement du mécanisme de pertes et dommages sonne comme un aveu de culpabilité des pays responsables du dérèglement climatique.
 
L’accord de Paris est-il universel ?
 
Les secteurs de l’aviation civile et du transport maritime, près de 10 % des émissions mondiales sont exemptés de tout objectif.

 
De nombreuses contributions des États, notamment des pays les plus démunis, dépendent de financements additionnels pour mener à bien leur transition énergétique et politiques d’adaptation. Ces financements ne sont pas là et ne sont pas garantis pour le futur.

 

L’Accord de Paris ne se donne pas les moyens d’être universel et refuse de s’attaquer à la machine à réchauffer la planète que constitue la globalisation économique et financière.

 
L’accord de Paris est-il juridiquement contraignant ?

 
L’accord ne transforme par les INDCs en des engagements contraignants et les mécanismes de révision des engagements sont faiblement contraignants.
 
Aucun mécanisme de sanction n’est mis en oeuvre pour sanctionner les États qui ne mèneraient pas à bien leurs engagements ou qui refuseraient de revoir à la hausse leur ambition. Alors que les accords de libéralisation du commerce et de l’investissement sanctionnent les pays lorsqu’ils ne respectent pas les règles établies, encore rien de tel en termes de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

 
L’accord de Paris est-il dynamique ?

 
Il sera impossible de rajouter dans les années futures tout ce qui n’est pas dans le texte de l’accord de Paris (100 milliards de dollars comme plancher…)
 
Des inventaires (stocktaking) sont prévus tous les 5 ans, mais la mise en oeuvre des révisions à la hausse reste dépendante de l’interprétation du texte et de la bonne volonté des États.

 
L’accord de Paris est-il différencié ?

 
Avec la mise en oeuvre des INDCs, les États ont accepté à Lima une autodifférenciation en matière de réduction d’émissions de GES : chaque pays met sur la table ce qu’il souhaite.

 
En matière de financements, alors que la Convention cadre prévoit que les pays historiquement les plus émetteurs débloquent les financements nécessaires à l’adaptation et la mitigation des pays qui en ont besoin, les États-Unis et leurs alliés ont essayé de poursuivre leur œuvre de démolition des principes de la Convention.

 
L’accord de Paris est-il équilibré ?

 
Aucun mécanisme clairement défini pour faciliter le transfert des technologies, notamment pour lever les barrières à l’accès générées par les droits de propriété intellectuelle.
 
Possibilité est laissée aux pays, notamment les plus émetteurs, d’utiliser des mécanismes de compensation carbone pour atteindre leurs objectifs, au détriment d’une réduction domestique des émissions.

 
Maintien de la référence à « la croissance économique » (art. 10)

 
Ce très pâle accord reflète donc l’impuissance des gouvernements à s’attaquer aux causes réelles des dérèglements climatiques. Rien d’étonnant : l’avidité des multinationales, les énergies fossiles et l’obsession de la croissance sont considérées comme des données intouchables.

 
Mais il devient urgent que les règles et principes d’organisation de l’économie mondiale et du commerce international soient soumises à l’objectif climatique. Plus que jamais, il convient de multiplier les initiatives et les alternatives venant du terrain pour sauver le climat et développer des modes de vie socialement justes et écologiquement acceptables…

 
 
 
 

Lire toutes les infos du blog :  

 

Lire la suite

La Terre s’en fout !

Leitmotiv ressassé maintes et maintes fois, surtout lors de la COP21 : « il faut sauver la planète ». Mais la planète s’en fout ! Elle n’est pas en danger !… une fois que l’humanité aura disparu de sa surface, elle mettra quelques millions d’années à s’en remettre, mais elle s’en remettra, mais nous, nous ...

Lire la suite

Guerre du cèdre au Maroc: silence on coupe !

Maroc : la guerre du cèdre, un autre écocide impuni Cédraie: silence, on coupe ! Chaque nuit, depuis plusieurs jours déjà, le rythme et les nombres d’abattages clandestins de cèdres centenaires se sont multipliés. L’impunité dans laquelle se font ces abattages a grandi. Les forestiers les plus courageux et les ...

Lire la suite

Polluer, un peu à tous les jours

Environnement et pollution citoyenne Raymond Viger Dossier Environnement   Capsules espresso En 2012, 27 milliards de capsules pour le café espresso sont jetées à la poubelle. La tendance ne va pas en diminuant. Dans une société où l’on a décidé de faire attention à son alimentation, où l’on veut faire de l’exercice ...

Lire la suite

Le “développement durableˮ est un mensonge

Le terme “développement” n’est que l’application du colonialisme au monde naturel, explique Derrick Jensen.   Le “développement durable” est une prétention à la vertu. Le mot « développement » utilisé dans ce sens est un mensonge.   Le mot “développer” signifie “croître”, « progresser », « devenir plus complet, plus ...

Lire la suite

Brésil: la pire catastrophe écologique de son histoire

Il y a deux semaines, la rupture de deux barrages miniers a libéré des dizaines de millions de mètres cubes de boue polluée dans le Minas Gerais. Depuis, la coulée fraye inexorablement son chemin vers l’océan, provoquant un désastre sur les écosystèmes.  Sao Paulo, correspondance Près de deux semaines après ...

Lire la suite

Robert Hainard, le premier écolo

Robert Hainard

Robert Hainard, est en effet de par son engagement et ses œuvres artistiques l’un des premiers écologistes, et pourtant, il est largement méconnu du grand public, ce qu’un livre qui vient de paraître, essaye de changer. C’est entendu, le grand public connait plutôt le commandant Cousteau, l’homme au petit bonnet rouge, ...

Lire la suite

Les membres de la Commission de Bruxelles : au service d’eux-mêmes et des mutinationales

Commission de Bruxelles

Une enquête de l’ONG Corporate Europe Observatory, dont la raison d’être est d’étudier les groupes de pression qui sévissent à Bruxelles, a établi une liste des anciens membres de la Commission présidée par Manuel Barroso ayant retrouvé de juteuses situations dans les entreprises multinationales. La porosité est telle entre la ...

Lire la suite

Low tech : comment entrer dans l’ère de la sobriété énergétique pour vivre sans polluer

low tech

Les innovations high-tech, fortement consommatrices de ressources, conduisent les sociétés dans l’impasse. Et si nous prenions le contre-pied de la course en avant technologique en nous tournant vers leslow tech, les « basses technologies » ? C’est ce à quoi invite Philippe Bihouix, ingénieur spécialiste de la finitude des ressources minières, auteur de ...

Lire la suite

Un réchauffement glaciaire

Le réchauffement provoqué par le CO2 a diminué considérablement l’épaisseur de la couche de glace libérant des quantités impressionnantes de méthane

Il est difficile, aujourd’hui, d’ignorer le grand rassemblement « citoyen » annoncé à grand fracas médiatique, sous le titre de COP21, manifestation qui devrait rassembler fin novembre 2015, 20 000 experts en tout genre, destinée à prendre « des décisions courageuses », afin de lutter contre le changement climatique…sauf qu’un autre son de cloche pourrait ...

Lire la suite