Accueil / Tag Archives: civilisation (page 4)

Tag Archives: civilisation

La faim d’un monde

On a beau faire, cette apocalypse s'annonce bien mal emmanchée.

C'est l'heure de rentrer, même s'il est encore tôt...Déjà, ça manque cruellement de délit d'initiés, vous ne trouvez pas ? Une bonne fin du monde, ça se prévoit, certes, un peu à l'avance, mais surtout, il faut que la date soit bien confirmée avant de pouvoir commencer à songer à régler ses petites affaires en cours. Il y a bien eu des fuites, mais rien de très convaincant, en dehors de l'évasion soi-disant fiscale très suspecte et précipitée d'un gros mangeur vers la région de Néchin. Parce que franchement, en dehors d'une info de première main sur la possibilité de passer à travers les mailles du filet apocalyptique, comment expliquer autrement qu'un type échange un magnifique hôtel particulier avec piscine en plein cœur de Paris pour un pavillon Sam'suffit bien glauque dans un bled sinistre paumé au milieu de nulle part, et tout ça, en brûlant systématiquement tous ces vaisseaux ? Hein ? Juste pour une poignée de millions en plus ? À d'autres !


Bref, il faut des gens pour vendre la mèche, sinon, aller dire ses quatre vérités à quelques personnes bien triées sur le volet demain peut s'apparenter à un suicide social dès lundi prochain quand il faudra retourner au taff devant des collègues hilares et nettement plus prévoyants que vous. Parce que c'est ça, le truc bandant avec la fin du monde, c'est que ça commence par être la fin des conséquences. Un monde sans lendemain est un monde où on n'a pas à assumer ses erreurs, ses conneries, ses lâchetés, ses renoncements, ni même sa gueule de bois. C'est un monde sans règles, sans contraintes, sans sanctions, c'est probablement ce qui se rapproche le plus du paradis néolibéral, la triste réalité en moins. Dans la vraie vie, on peut effectivement se lobotomiser à grands coups de mauvaise foi jusqu'à nier superbement les conséquences sonnantes, trébuchantes et agonisantes de ses décisions égoïstes, mais dans un contexte de fin globale imminente, tout acte est égal à un autre, parce qu'il n'y aura plus personne pour présenter l'ardoise à la fin des festivités.

Le truc, c'est qu'on n'est sûrs de rien. Donc, impossible de flamber tout le PEL de la famille dans un aller simple sous les cocotiers, histoire d'avoir une vue imprenable sur le cataclysme, impossible de régler ses comptes, solder ses rancunes, se libérer de ses chaînes. On est condamné à faire comme d'habitude jusqu'à preuve du contraire et à s'imaginer, horrifiés, que la dernière chose que l'on verra du monde sera Ginette, du service comptable, en train de raconter une blague pas drôle devant la machine à café du deuxième étage. Ça, c'est plus déprimant que toutes les fins du monde réunies !
Pire ! Il y a des gens qui misent sur leur survie ! Des gens qui dépensent sans compter depuis des mois, voire des années, pour se bunkériser dans un placard à godasses avec un an de haricots Heinz sur les étagères et deux fois le stock d'armes des Men in Black dans le buffet pour s'assurer une bonne place dans le monde d'après.

Putain, rien qu'à l'idée que je pourrais survivre à la fin de la civilisation pour me retrouver sur la même planète que ces mecs-là, ça me file gravement le bourdon ! Ce serait comme maintenant, mais sans la douche chaude et Internet et avec plus que des killers pétomanes comme voisins ! Franchement, vous avez toujours envie de survivre ?
Parce que voilà, ce qui est bien, avec la fin du monde, c'est que c'est un peu comme la fin de soi (qui, elle, est totalement certaine et garantie !) sauf qu'on peut la mettre sur Google Agenda et qu'on est sûr de ne rien rater ensuite. Tout comme on est sûr que personne ne dira de conneries sur notre tombe et ça, c'est quand même vachement réconfortant.
Ce qui est aussi très réconfortant, mais à un point tellement inimaginable que cela doit bien expliquer en partie l'engouement pour ce genre de mauvaise nouvelle, c'est qu'il n'existe absolument rien de plus démocratique et égalitaire qu'une bonne fin du monde rondement menée.
Franchement, n'est-il pas réjouissant de penser que Madame Merkel n'a rigoureusement pas plus d'avenir que les Grecs qu'elle a si méticuleusement conduits au bord du suicide collectif ? C'est un peu comme un remake géant des écuries d'Augias, sauf que les chevaux aussi vont y passer. Demain, on nettoie toute la merde, on atomise les blaireaux, les crétins, les profiteurs, les voleurs, les menteurs, les corrompus, les pollueurs, toute la bande d'incompétents qui nous mène tambour battant au bord du précipice dans le plus bel élan de saloperie collective de notre espèce qui n'est pourtant pas novice en la matière. Nettoyés les banquiers, les patrons, les petits-bras, les gros riches et les faméliques. Tout le monde est sur le même bateau et il n'y aura de canot de sauvetage pour personne.

Je pense que c'est cette idée qui rend cette fin du monde tellement populaire. Du passé, faire table rase. Une grande aspiration révolutionnaire de sans-couilles, puisque finalement, on attend tranquillement que la fatalité se charge du boulot à notre place. On attend la fin, comme on a attendu tout le reste, comme un gros troupeau de bovidés blasés et résignés. Une fin de règne animal, le suicide d'une espèce.

Donc, il va y avoir pas mal de déçus dans les jours qui viennent. Et c'est peut-être à partir de ce moment-là que les choses vont devenir nettement plus intéressantes. L'idée que notre univers n'en a rien à secouer de nous. Qu'il n'existe pas de Deus ex machina pour liquider le bordel à notre place. Pas plus qu'il n'y a eu d'homme providentiel jailli des urnes pour nous ouvrir la voie vers des lendemains qui chantent.


Ni Dieux, ni maîtres, ni extra-terrestre, que dalle, bernique... juste nous !

Juste nous, nos vies, nos choix, nos renoncements et notre incapacité actuelle à prendre nos destins en main, à accepter l'idée que la vie, c'est agir et non subir.

Lire la suite

Le grand soir

Cela fait tellement de temps qu'on en a marre de tout ça, que je ne me souviens plus d'avant.
Et pourtant, j'ai toujours cette impression persistante de chute interminable et de fuite en avant.
Et pourtant, malgré toutes ces frustrations, ces colères et ces belles envolées lyriques, plus ça va mal et plus on ne fait rien.


Lutte

  • Manière, c'est pas compliqué : dès que ça pète, je sors le manche de pioche !

Puis, il retourne tranquillement négocier sa vie somme toute assez plaisante entre le travail que l'on est bien content d'avoir gardé dans la tourmente et les petites compensations que l'on s'octroie régulièrement pour oublier combien les temps sont durs et l'horizon des jours nouveaux lointain et incertain.


C'est marrant, c'est exactement cette ambiance foutraque que le duo Délépine/kervern, les deux clowns les plus déprimés de l'histoire de la contestation sociale, a si bien décrite dans son film Le Grand Soir. La désespérance des déchus, des jamais soumis, des marginaux qui se heurte de plein fouet avec la résignation consumériste de ceux qui sont encore dans la matrice et s'offrent des indignations à bon compte avant d'aller s'acheter au prix du sang et de la sueur le dernier gadget à la pomme totalement hors de prix et de propos.


En fait, c'est en train de péter


Là, juste maintenant, sous nos yeux et partout. Les gouvernements aux ordres de la finance, des organisations commerciales, des multinationales tapent dur et fort sur les peuples du monde, sous des prétextes plus ou moins vaseux, dont le manque d'imagination et de crédibilité traduit manifestement un grand laissé-aller dans le carnaval pseudodémocratique. C'est gravement en train de péter de partout, les coups d'États financiers ouvrent la voie aux coups d'État parlementaires qui eux-mêmes s'assoient pesamment sur les Constitutions de plus en plus de pays et tout cela provoque partout et en ce moment la misère des peuples et la révolte des opprimés les plus désespérés dans l'indifférence polie du plus grand nombre. 


Sur tous les continents, les conditions de vie de plus en plus de personnes se dégradent significativement selon, toujours, les mêmes modalités : l’explosion de la bulle immobilière américaine a ravagé la classe moyenne laborieuse, avant de s'étendre à l'ensemble de la planète par de très astucieux jeux de contamination financière interbancaire, jusqu'à ce que tout le casino planétaire tremble sur ses fondations. À ce moment-là, les rois du bonneteau financier international ont fait un énorme tapis en réclamant l'aide inconditionnelle des finances publiques sous la menace d'un effondrement total de civilisation. Abondamment nourris et financés par ces géants de pognons aux pieds d'argile, les dirigeants des démocraties mondiales, censés représenter les intérêts des peuples qui les ont portés au pouvoir, ce sont empressé de vider les coffres des nations pour que les grandes lessiveuses à essorer la richesse collective ne ralentissent surtout pas le rythme. Et ensuite, ces mêmes instances financières sont venues chouiner que le braquage des peuples avait quelque peu compromis leur capacité à rembourser leurs dettes iniques nées pour la plupart du changement constant des règles budgétaires et monétaires et dont la ligne directrice depuis 40 ans pourrait se résumer ainsi : privatiser les gains et les ressources, socialiser les pertes ! Et les gouvernements corrompus se sont empressés de détourner leurs mandats prétendument démocratiques pour organiser la grande purge des populations au bénéfice d'une toute petite élite financière pourtant déjà gavé jusqu'à la glotte.


De serrages de ceinture permanents en reculs sociaux concertés, tout ce qui avait été plus ou moins mis en place dans le cadre du grand contrat social entre ceux qui créent les richesses par leur travail et ceux qui font du gras en prélevant leur dîme indécente dessus, est en train d'être définitivement détruit. Là où la société exige le respect des règles et des contraintes de la vie collective, l'aliénation d'une part de nos libertés, en échange du bien-être et de la sécurité, il ne reste plus qu'une sorte d'immonde simulacre de la loi de la jungle. Et quand il n'y a plus rien à sacrifier, plus rien à quoi renoncer, quand on a déjà tout perdu, tout ce à quoi l'on croyait, tout ce à quoi on voulait nous faire croire, il ne reste plus alors que le désespoir, la mort ou la révolte. 


Partout, en ce moment, dans le monde, des gens se soulèvent. Ils dénoncent le grand hold-up du siècle. Ils ont pris conscience de l'ampleur du désastre et se retrouvent confrontés aux matraques de ceux qui étaient censés les protéger. Mais ce ne sont que quelques poignées d'enragés, quelques vagues de désespérés, rien qui n'agite encore les courants forts de la révolte sous la ligne de flottaison des foules placides.


On râle, on serre les boulons, on bricole, on traficote à droite et à gauche, on tente de tenir. Juste encore un peu.

En attendant quoi ? En attendant qui ? 

La cavalerie ? Le sauveur ? Le putain de grand soir ?


Le grand soir, c'est nous. 

Et pendant que je vois ces millions de petites fenêtres qui clignotent de publicités et de fausses nouvelles dans le jour déclinant, ces millions de petites histoires transies et honteuses qui s'imaginent vivre dans une autre époque révolue, ces millions de petites lueurs dispersées qui ne parviennent plus à faire reculer les ténèbres, je me dis que le grand soir s'est égaré quelque part au fond de la cinquième étagère de la travée 4 de l'Auchan ou de l'Ikéa du coin et que nous tous, on l'a bien profond dans le cul !

=-=-=-=-=
Powered by Blogilo

Lire la suite

Le grand soir

Cela fait tellement de temps qu'on en a marre de tout ça, que je ne me souviens plus d'avant.
Et pourtant, j'ai toujours cette impression persistante de chute interminable et de fuite en avant.
Et pourtant, malgré toutes ces frustrations, ces colères et ces belles envolées lyriques, plus ça va mal et plus on ne fait rien.


Lutte

  • Manière, c'est pas compliqué : dès que ça pète, je sors le manche de pioche !

Puis, il retourne tranquillement négocier sa vie somme toute assez plaisante entre le travail que l'on est bien content d'avoir gardé dans la tourmente et les petites compensations que l'on s'octroie régulièrement pour oublier combien les temps sont durs et l'horizon des jours nouveaux lointain et incertain.


C'est marrant, c'est exactement cette ambiance foutraque que le duo Délépine/kervern, les deux clowns les plus déprimés de l'histoire de la contestation sociale, a si bien décrite dans son film Le Grand Soir. La désespérance des déchus, des jamais soumis, des marginaux qui se heurte de plein fouet avec la résignation consumériste de ceux qui sont encore dans la matrice et s'offrent des indignations à bon compte avant d'aller s'acheter au prix du sang et de la sueur le dernier gadget à la pomme totalement hors de prix et de propos.


En fait, c'est en train de péter


Là, juste maintenant, sous nos yeux et partout. Les gouvernements aux ordres de la finance, des organisations commerciales, des multinationales tapent dur et fort sur les peuples du monde, sous des prétextes plus ou moins vaseux, dont le manque d'imagination et de crédibilité traduit manifestement un grand laissé-aller dans le carnaval pseudodémocratique. C'est gravement en train de péter de partout, les coups d'États financiers ouvrent la voie aux coups d'État parlementaires qui eux-mêmes s'assoient pesamment sur les Constitutions de plus en plus de pays et tout cela provoque partout et en ce moment la misère des peuples et la révolte des opprimés les plus désespérés dans l'indifférence polie du plus grand nombre. 


Sur tous les continents, les conditions de vie de plus en plus de personnes se dégradent significativement selon, toujours, les mêmes modalités : l’explosion de la bulle immobilière américaine a ravagé la classe moyenne laborieuse, avant de s'étendre à l'ensemble de la planète par de très astucieux jeux de contamination financière interbancaire, jusqu'à ce que tout le casino planétaire tremble sur ses fondations. À ce moment-là, les rois du bonneteau financier international ont fait un énorme tapis en réclamant l'aide inconditionnelle des finances publiques sous la menace d'un effondrement total de civilisation. Abondamment nourris et financés par ces géants de pognons aux pieds d'argile, les dirigeants des démocraties mondiales, censés représenter les intérêts des peuples qui les ont portés au pouvoir, ce sont empressé de vider les coffres des nations pour que les grandes lessiveuses à essorer la richesse collective ne ralentissent surtout pas le rythme. Et ensuite, ces mêmes instances financières sont venues chouiner que le braquage des peuples avait quelque peu compromis leur capacité à rembourser leurs dettes iniques nées pour la plupart du changement constant des règles budgétaires et monétaires et dont la ligne directrice depuis 40 ans pourrait se résumer ainsi : privatiser les gains et les ressources, socialiser les pertes ! Et les gouvernements corrompus se sont empressés de détourner leurs mandats prétendument démocratiques pour organiser la grande purge des populations au bénéfice d'une toute petite élite financière pourtant déjà gavé jusqu'à la glotte.


De serrages de ceinture permanents en reculs sociaux concertés, tout ce qui avait été plus ou moins mis en place dans le cadre du grand contrat social entre ceux qui créent les richesses par leur travail et ceux qui font du gras en prélevant leur dîme indécente dessus, est en train d'être définitivement détruit. Là où la société exige le respect des règles et des contraintes de la vie collective, l'aliénation d'une part de nos libertés, en échange du bien-être et de la sécurité, il ne reste plus qu'une sorte d'immonde simulacre de la loi de la jungle. Et quand il n'y a plus rien à sacrifier, plus rien à quoi renoncer, quand on a déjà tout perdu, tout ce à quoi l'on croyait, tout ce à quoi on voulait nous faire croire, il ne reste plus alors que le désespoir, la mort ou la révolte. 


Partout, en ce moment, dans le monde, des gens se soulèvent. Ils dénoncent le grand hold-up du siècle. Ils ont pris conscience de l'ampleur du désastre et se retrouvent confrontés aux matraques de ceux qui étaient censés les protéger. Mais ce ne sont que quelques poignées d'enragés, quelques vagues de désespérés, rien qui n'agite encore les courants forts de la révolte sous la ligne de flottaison des foules placides.


On râle, on serre les boulons, on bricole, on traficote à droite et à gauche, on tente de tenir. Juste encore un peu.

En attendant quoi ? En attendant qui ? 

La cavalerie ? Le sauveur ? Le putain de grand soir ?


Le grand soir, c'est nous. 

Et pendant que je vois ces millions de petites fenêtres qui clignotent de publicités et de fausses nouvelles dans le jour déclinant, ces millions de petites histoires transies et honteuses qui s'imaginent vivre dans une autre époque révolue, ces millions de petites lueurs dispersées qui ne parviennent plus à faire reculer les ténèbres, je me dis que le grand soir s'est égaré quelque part au fond de la cinquième étagère de la travée 4 de l'Auchan ou de l'Ikéa du coin et que nous tous, on l'a bien profond dans le cul !

=-=-=-=-=
Powered by Blogilo

Lire la suite

Le grand soir

Cela fait tellement de temps qu'on en a marre de tout ça, que je ne me souviens plus d'avant.
Et pourtant, j'ai toujours cette impression persistante de chute interminable et de fuite en avant.
Et pourtant, malgré toutes ces frustrations, ces colères et ces belles envolées lyriques, plus ça va mal et plus on ne fait rien.


Lutte

  • Manière, c'est pas compliqué : dès que ça pète, je sors le manche de pioche !

Puis, il retourne tranquillement négocier sa vie somme toute assez plaisante entre le travail que l'on est bien content d'avoir gardé dans la tourmente et les petites compensations que l'on s'octroie régulièrement pour oublier combien les temps sont durs et l'horizon des jours nouveaux lointain et incertain.


C'est marrant, c'est exactement cette ambiance foutraque que le duo Délépine/kervern, les deux clowns les plus déprimés de l'histoire de la contestation sociale, a si bien décrite dans son film Le Grand Soir. La désespérance des déchus, des jamais soumis, des marginaux qui se heurte de plein fouet avec la résignation consumériste de ceux qui sont encore dans la matrice et s'offrent des indignations à bon compte avant d'aller s'acheter au prix du sang et de la sueur le dernier gadget à la pomme totalement hors de prix et de propos.


En fait, c'est en train de péter


Là, juste maintenant, sous nos yeux et partout. Les gouvernements aux ordres de la finance, des organisations commerciales, des multinationales tapent dur et fort sur les peuples du monde, sous des prétextes plus ou moins vaseux, dont le manque d'imagination et de crédibilité traduit manifestement un grand laissé-aller dans le carnaval pseudodémocratique. C'est gravement en train de péter de partout, les coups d'États financiers ouvrent la voie aux coups d'État parlementaires qui eux-mêmes s'assoient pesamment sur les Constitutions de plus en plus de pays et tout cela provoque partout et en ce moment la misère des peuples et la révolte des opprimés les plus désespérés dans l'indifférence polie du plus grand nombre. 


Sur tous les continents, les conditions de vie de plus en plus de personnes se dégradent significativement selon, toujours, les mêmes modalités : l’explosion de la bulle immobilière américaine a ravagé la classe moyenne laborieuse, avant de s'étendre à l'ensemble de la planète par de très astucieux jeux de contamination financière interbancaire, jusqu'à ce que tout le casino planétaire tremble sur ses fondations. À ce moment-là, les rois du bonneteau financier international ont fait un énorme tapis en réclamant l'aide inconditionnelle des finances publiques sous la menace d'un effondrement total de civilisation. Abondamment nourris et financés par ces géants de pognons aux pieds d'argile, les dirigeants des démocraties mondiales, censés représenter les intérêts des peuples qui les ont portés au pouvoir, ce sont empressé de vider les coffres des nations pour que les grandes lessiveuses à essorer la richesse collective ne ralentissent surtout pas le rythme. Et ensuite, ces mêmes instances financières sont venues chouiner que le braquage des peuples avait quelque peu compromis leur capacité à rembourser leurs dettes iniques nées pour la plupart du changement constant des règles budgétaires et monétaires et dont la ligne directrice depuis 40 ans pourrait se résumer ainsi : privatiser les gains et les ressources, socialiser les pertes ! Et les gouvernements corrompus se sont empressés de détourner leurs mandats prétendument démocratiques pour organiser la grande purge des populations au bénéfice d'une toute petite élite financière pourtant déjà gavé jusqu'à la glotte.


De serrages de ceinture permanents en reculs sociaux concertés, tout ce qui avait été plus ou moins mis en place dans le cadre du grand contrat social entre ceux qui créent les richesses par leur travail et ceux qui font du gras en prélevant leur dîme indécente dessus, est en train d'être définitivement détruit. Là où la société exige le respect des règles et des contraintes de la vie collective, l'aliénation d'une part de nos libertés, en échange du bien-être et de la sécurité, il ne reste plus qu'une sorte d'immonde simulacre de la loi de la jungle. Et quand il n'y a plus rien à sacrifier, plus rien à quoi renoncer, quand on a déjà tout perdu, tout ce à quoi l'on croyait, tout ce à quoi on voulait nous faire croire, il ne reste plus alors que le désespoir, la mort ou la révolte. 


Partout, en ce moment, dans le monde, des gens se soulèvent. Ils dénoncent le grand hold-up du siècle. Ils ont pris conscience de l'ampleur du désastre et se retrouvent confrontés aux matraques de ceux qui étaient censés les protéger. Mais ce ne sont que quelques poignées d'enragés, quelques vagues de désespérés, rien qui n'agite encore les courants forts de la révolte sous la ligne de flottaison des foules placides.


On râle, on serre les boulons, on bricole, on traficote à droite et à gauche, on tente de tenir. Juste encore un peu.

En attendant quoi ? En attendant qui ? 

La cavalerie ? Le sauveur ? Le putain de grand soir ?


Le grand soir, c'est nous. 

Et pendant que je vois ces millions de petites fenêtres qui clignotent de publicités et de fausses nouvelles dans le jour déclinant, ces millions de petites histoires transies et honteuses qui s'imaginent vivre dans une autre époque révolue, ces millions de petites lueurs dispersées qui ne parviennent plus à faire reculer les ténèbres, je me dis que le grand soir s'est égaré quelque part au fond de la cinquième étagère de la travée 4 de l'Auchan ou de l'Ikéa du coin et que nous tous, on l'a bien profond dans le cul !

=-=-=-=-=
Powered by Blogilo

Lire la suite

Le d?lire des grandeurs

Il y a quelque temps, quelqu'un m'avait envoyé La Grève de Ayn Rand pour que je lui donne mon avis.


Guns
Je n'avais absolument aucune idée de ce dont il s'agissait et afin de garder l'esprit ouvert et libre de toute influence, je m'étais abstenue de m'informer de quelque manière que ce soit de la genèse du bouquin. C'est donc sans aucun préjugé que j'ouvris ce fort réjouissant pavé de 1 170 pages, parce que, comme lectrice, j'ai tendance à apprécier particulièrement les gros pavés à caler les armoires normandes.

 

À cause du titre, je m'attendais tout de même un peu à un bon gros roman social, avec de la lutte des classes et tout, et des gens nobles et courageux, âpres à la tâche, durs sur les idéaux, qui à force de pugnacité et de révolte, gagnent forcément à la fin.

Quelque part — mais je dis bien « quelque part » —, c'était bien le sujet du bouquin, sauf qu'il vient d'un point de vue, pour le moins... différent.

 

Dès le départ, la manière partisane dont sont décrits les gens du peuple, les présentant comme de sales parasites qui se complaisent dans leur merde et n'ont d'autres buts que d'y entraîner les autres ; et les riches, a contrario, comme des êtres particulièrement grands, beaux, intelligents et, pour tout dire, supérieurs en tous points, me mit extrêmement mal à l'aise. Mais, je le répète, bien à l'abri de toute connaissance prémâchée quant au livre qui me pesait salement sur les biceps, je pensais qu'il s'agit là d'une intéressante manière de décrire l'état d'esprit de mes ennemis de classe en se collant dans la peau d'un narrateur qui verrait leur monde à travers leur regard dément. En gros, j'en arrive à croire que mon malaise est une manœuvre littéraire des plus subtiles de la part de l'auteur (dont j'ignore jusqu'au sexe) et que le retournement de situation final, quand le peuple méprisé va montrer à tous ces péteux imbus d'eux-mêmes qui crée vraiment les richesses, que ce retournement, va être un grand moment de joie féroce et de soulagement quand il arrivera.

 

Et ainsi s'écoulent des pages de plus en plus lourdes et douloureuses à lire, avec des envolées lyriques monstrueuses qui ne sont pas sans rappeler la propagande extatique du troisième Reich. Et forcément, au bout d'un moment, un doute affreux m'étreint : mais qu'est-ce donc que ce cadeau empoisonné que je lis avec une nausée de plus en plus persistante ? Pas besoin d'être sortie d'une grande école pour deviner à force que la révélation finale de ce pavé psychotique international sera que le monde s'effondrera si les riches se mettent en grève de tout leur génie sublime et incompris dont ils abreuvent en permanence la chienlit populaire dans leur grande mansuétude, ce ramassis d'hypocéphales dégueulasses et grotesques qui se vautrent dans la fange de leur infériorité génétique et sociale bien méritée. Et là, je commence à penser que je suis en train de perdre de bien belles heures de ma vie à me fader le délire paranoïaque et monstrueux d'un auteur manifestement sociopathe. Je balance le pavé à mi-course alors qu'il me tombe des mains sous l'effet d'une répulsion physique insurmontable et me demande s'il ne va pas me falloir quelques bonnes séances avec un praticien spécialisé pour réparer les dégâts probablement causés à mon psychisme pour avoir si longuement vu le monde à travers les yeux de personnes aussi tordues.

 

Évidemment, j'ai fini par demander à Google de bien vouloir m'explique ce sur quoi je venais de me putréfier l'esprit et je découvris avec une horreur non feinte que cet étron littéraire — parce que même le style est d'une lourdeur crasse et indigeste — est la bible, que dis-je ? le livre de chevet, la référence indépassable de tout ce que notre monde de merde compte de thuriféraires du Marché triomphant et de la Main invisible qui se gratte les couilles chaque matin en se foutant éperdument de la gueule de 99 % de la population humaine de cette planète.

 

 

Forcément, me voilà subitement mieux armée pour comprendre l'incroyable absurdité du monde tel qu'il a été pensé et mis en œuvre par les adorateurs de cette foutue psychopathe. 

 

Il existe donc une certaine quantité de personnes sur cette planète qui sont convaincues d'être, en quelque sorte, naturellement supérieures à toutes les autres, comme un don ou une élection divine. Il faut bien comprendre que non seulement ces gens existent, mais surtout qu'ils n'ont de cesse de prendre le pouvoir, tout le pouvoir, de toutes les manières possibles et imaginables, juste parce qu'ils pensent que leur supériorité le justifie et que cela suffit très largement à asseoir leur légitimité.

 

Bien sûr, le principal problème de ces gens, c'est l'énorme masse des autres. Les restes du monde. Cette foule gigantesque des médiocres qui sont trop stupides pour se rendre compte naturellement de la magnificence des élus, et de l'absolue nécessité qu'ils ont de leur laisser gérer à leur façon (forcément la meilleure, puisqu'ils sont excellents, c'est dans leur sang, dans leurs gènes !) les affaires de la planète.

 

Cette petite oligarchie autoproclamée préexiste à la « philosophie » de Ayn Rand et de ces potes zélateurs dont la liste serait bien trop longue, mais au nombre desquels figurent pas mal de gens assez peu recommandables comme les Hayek et Friedman et leur descendance idéologique tordue des Chicago Boys, mais aussi le gros de la brochette d'éditocrates bien de chez nous qui nous pourrissent le PAF depuis tellement longtemps que c'est à se demander s'ils ne se sont pas clonés pour pouvoir continuer à nous pondre dans la tête bien au-delà de ce que les limites biologiques de la vie humaine peuvent décemment leur permettre.

 

C'est ce ramassis de psychopathes — parce qu'il convient d'appeler les choses par leur nom pour bien comprendre de quoi l'on parle — qui construisent depuis des décennies des théories socio-économiques délirantes sur lesquelles sont fondées nos sociétés actuelles avec les succès que l'on connaît : crises perpétuelles, guerres sans fin, gaspillages colossaux, destruction accélérée de la biosphère, pillage des ressources naturelles, augmentation continue de la faim, de la pauvreté, de la misère et de l'exclusion dans un monde d'abondance où il n'y a jamais eu autant de richesses produites pour un aussi médiocre résultat. Et chaque fois que le doute étreint les peuples quant à la pertinence de ces choix de société, l'oligarchie autosatisfaite — car toujours servie en premier — ne cesse de répéter qu'il faut toujours aller plus loin dans son projet de société pour en voir les hypothétiques retombées bénéfiques pour le plus grand nombre et que ça ne marche pas aussi bien que cela ne le devrait, juste parce que nous sommes trop cons pour bien comprendre la beauté du dessein et que nous persistons à traîner des pieds alors que nous devrions foncer vers le précipice insondable de leur monde égoïste et mortifère vent debout sur l'accélérateur et en klaxonnant joyeusement l'hallali en prime, s'il vous plaît !

 

Voilà donc comment nous avons laissé une classe sociale minoritaire et terriblement égocentrique diriger la destinée humaine sous prétexte que ses membres étaient manifestement les meilleurs d'entre nous.

Voilà donc comment nous avons fini par croire comme les imbéciles qu'ils se plaisent à voir en nous que l'on pouvait construire une civilisation entière sur l'idée grotesque que de la somme des égoïsmes jaillirait naturellement le bien-être commun.

Voilà donc comment nous avons laissé chaque jour un peu plus la sphère économique partir en roue libre et dévaster chaque jour un peu plus notre seul bien commun : la planète que nous devons forcément partager.

 

Voilà comment s'est organisée l'impuissance du politique ou comment en privant les représentants des peuples de tout levier matériel de décision, nous avons laissé l'idéal démocratique se transformer en un immense spectacle clinquant dont l'unique objectif est de détourner notre attention de la confiscation économique que nous subissons tous, chaque jour un peu plus.

 

J'ai repensé à l'horrible bouquin de Ayn Rand ces derniers jours en contemplant, médusée, les folles sommes englouties par les grandes multinationales dans le show présidentiel américain, alors même que ceux que nous avons portés au pouvoir dans notre pays trahissaient sans vergogne tous leurs engagements politiques pour appliquer la politique des possédants, dans un abominable copié-collé réactionnaire.

 

J'ai trouvé effrayante la comparaison entre les deux événements, entre la grande parade pseudodémocratique financée par ceux-là mêmes qui comptent bien continuer à s'en affranchir et le simulacre de débat budgétaire français, où un gouvernement totalement aux ordres fait semblant de convoquer l'expertise d'un patron surtout célèbre pour son œuvre de déconstruction sociale pour faire passer la pilule d'une politique économique qui n'a jamais, je dis bien jamais, été pensée, conçue et appliquée avec l'assentiment des peuples qui la subissent.

 

Le système économique actuel échappe dans son intégralité à toute forme de contrôle démocratique. Il est le fait d'organisations non gouvernementales dont aucun des membres n'a jamais été élu par qui que ce soit. Et ce sont ces organismes internationaux qui, chaque jour et partout sur la planète, dictent aux gouvernements-spectacles la nature des décisions politiques et économiques qui doivent être appliquées à l'humanité.

 

Combien de temps, encore, allons-nous faire semblant de trouver cela normal.

Combien de temps, encore, allons-nous les laisser nous faire cela ?

Lire la suite

Le d?lire des grandeurs

Il y a quelque temps, quelqu'un m'avait envoyé La Grève de Ayn Rand pour que je lui donne mon avis.


Guns
Je n'avais absolument aucune idée de ce dont il s'agissait et afin de garder l'esprit ouvert et libre de toute influence, je m'étais abstenue de m'informer de quelque manière que ce soit de la genèse du bouquin. C'est donc sans aucun préjugé que j'ouvris ce fort réjouissant pavé de 1 170 pages, parce que, comme lectrice, j'ai tendance à apprécier particulièrement les gros pavés à caler les armoires normandes.

 

À cause du titre, je m'attendais tout de même un peu à un bon gros roman social, avec de la lutte des classes et tout, et des gens nobles et courageux, âpres à la tâche, durs sur les idéaux, qui à force de pugnacité et de révolte, gagnent forcément à la fin.

Quelque part — mais je dis bien « quelque part » —, c'était bien le sujet du bouquin, sauf qu'il vient d'un point de vue, pour le moins... différent.

 

Dès le départ, la manière partisane dont sont décrits les gens du peuple, les présentant comme de sales parasites qui se complaisent dans leur merde et n'ont d'autres buts que d'y entraîner les autres ; et les riches, a contrario, comme des êtres particulièrement grands, beaux, intelligents et, pour tout dire, supérieurs en tous points, me mit extrêmement mal à l'aise. Mais, je le répète, bien à l'abri de toute connaissance prémâchée quant au livre qui me pesait salement sur les biceps, je pensais qu'il s'agit là d'une intéressante manière de décrire l'état d'esprit de mes ennemis de classe en se collant dans la peau d'un narrateur qui verrait leur monde à travers leur regard dément. En gros, j'en arrive à croire que mon malaise est une manœuvre littéraire des plus subtiles de la part de l'auteur (dont j'ignore jusqu'au sexe) et que le retournement de situation final, quand le peuple méprisé va montrer à tous ces péteux imbus d'eux-mêmes qui crée vraiment les richesses, que ce retournement, va être un grand moment de joie féroce et de soulagement quand il arrivera.

 

Et ainsi s'écoulent des pages de plus en plus lourdes et douloureuses à lire, avec des envolées lyriques monstrueuses qui ne sont pas sans rappeler la propagande extatique du troisième Reich. Et forcément, au bout d'un moment, un doute affreux m'étreint : mais qu'est-ce donc que ce cadeau empoisonné que je lis avec une nausée de plus en plus persistante ? Pas besoin d'être sortie d'une grande école pour deviner à force que la révélation finale de ce pavé psychotique international sera que le monde s'effondrera si les riches se mettent en grève de tout leur génie sublime et incompris dont ils abreuvent en permanence la chienlit populaire dans leur grande mansuétude, ce ramassis d'hypocéphales dégueulasses et grotesques qui se vautrent dans la fange de leur infériorité génétique et sociale bien méritée. Et là, je commence à penser que je suis en train de perdre de bien belles heures de ma vie à me fader le délire paranoïaque et monstrueux d'un auteur manifestement sociopathe. Je balance le pavé à mi-course alors qu'il me tombe des mains sous l'effet d'une répulsion physique insurmontable et me demande s'il ne va pas me falloir quelques bonnes séances avec un praticien spécialisé pour réparer les dégâts probablement causés à mon psychisme pour avoir si longuement vu le monde à travers les yeux de personnes aussi tordues.

 

Évidemment, j'ai fini par demander à Google de bien vouloir m'explique ce sur quoi je venais de me putréfier l'esprit et je découvris avec une horreur non feinte que cet étron littéraire — parce que même le style est d'une lourdeur crasse et indigeste — est la bible, que dis-je ? le livre de chevet, la référence indépassable de tout ce que notre monde de merde compte de thuriféraires du Marché triomphant et de la Main invisible qui se gratte les couilles chaque matin en se foutant éperdument de la gueule de 99 % de la population humaine de cette planète.

 

 

Forcément, me voilà subitement mieux armée pour comprendre l'incroyable absurdité du monde tel qu'il a été pensé et mis en œuvre par les adorateurs de cette foutue psychopathe. 

 

Il existe donc une certaine quantité de personnes sur cette planète qui sont convaincues d'être, en quelque sorte, naturellement supérieures à toutes les autres, comme un don ou une élection divine. Il faut bien comprendre que non seulement ces gens existent, mais surtout qu'ils n'ont de cesse de prendre le pouvoir, tout le pouvoir, de toutes les manières possibles et imaginables, juste parce qu'ils pensent que leur supériorité le justifie et que cela suffit très largement à asseoir leur légitimité.

 

Bien sûr, le principal problème de ces gens, c'est l'énorme masse des autres. Les restes du monde. Cette foule gigantesque des médiocres qui sont trop stupides pour se rendre compte naturellement de la magnificence des élus, et de l'absolue nécessité qu'ils ont de leur laisser gérer à leur façon (forcément la meilleure, puisqu'ils sont excellents, c'est dans leur sang, dans leurs gènes !) les affaires de la planète.

 

Cette petite oligarchie autoproclamée préexiste à la « philosophie » de Ayn Rand et de ces potes zélateurs dont la liste serait bien trop longue, mais au nombre desquels figurent pas mal de gens assez peu recommandables comme les Hayek et Friedman et leur descendance idéologique tordue des Chicago Boys, mais aussi le gros de la brochette d'éditocrates bien de chez nous qui nous pourrissent le PAF depuis tellement longtemps que c'est à se demander s'ils ne se sont pas clonés pour pouvoir continuer à nous pondre dans la tête bien au-delà de ce que les limites biologiques de la vie humaine peuvent décemment leur permettre.

 

C'est ce ramassis de psychopathes — parce qu'il convient d'appeler les choses par leur nom pour bien comprendre de quoi l'on parle — qui construisent depuis des décennies des théories socio-économiques délirantes sur lesquelles sont fondées nos sociétés actuelles avec les succès que l'on connaît : crises perpétuelles, guerres sans fin, gaspillages colossaux, destruction accélérée de la biosphère, pillage des ressources naturelles, augmentation continue de la faim, de la pauvreté, de la misère et de l'exclusion dans un monde d'abondance où il n'y a jamais eu autant de richesses produites pour un aussi médiocre résultat. Et chaque fois que le doute étreint les peuples quant à la pertinence de ces choix de société, l'oligarchie autosatisfaite — car toujours servie en premier — ne cesse de répéter qu'il faut toujours aller plus loin dans son projet de société pour en voir les hypothétiques retombées bénéfiques pour le plus grand nombre et que ça ne marche pas aussi bien que cela ne le devrait, juste parce que nous sommes trop cons pour bien comprendre la beauté du dessein et que nous persistons à traîner des pieds alors que nous devrions foncer vers le précipice insondable de leur monde égoïste et mortifère vent debout sur l'accélérateur et en klaxonnant joyeusement l'hallali en prime, s'il vous plaît !

 

Voilà donc comment nous avons laissé une classe sociale minoritaire et terriblement égocentrique diriger la destinée humaine sous prétexte que ses membres étaient manifestement les meilleurs d'entre nous.

Voilà donc comment nous avons fini par croire comme les imbéciles qu'ils se plaisent à voir en nous que l'on pouvait construire une civilisation entière sur l'idée grotesque que de la somme des égoïsmes jaillirait naturellement le bien-être commun.

Voilà donc comment nous avons laissé chaque jour un peu plus la sphère économique partir en roue libre et dévaster chaque jour un peu plus notre seul bien commun : la planète que nous devons forcément partager.

 

Voilà comment s'est organisée l'impuissance du politique ou comment en privant les représentants des peuples de tout levier matériel de décision, nous avons laissé l'idéal démocratique se transformer en un immense spectacle clinquant dont l'unique objectif est de détourner notre attention de la confiscation économique que nous subissons tous, chaque jour un peu plus.

 

J'ai repensé à l'horrible bouquin de Ayn Rand ces derniers jours en contemplant, médusée, les folles sommes englouties par les grandes multinationales dans le show présidentiel américain, alors même que ceux que nous avons portés au pouvoir dans notre pays trahissaient sans vergogne tous leurs engagements politiques pour appliquer la politique des possédants, dans un abominable copié-collé réactionnaire.

 

J'ai trouvé effrayante la comparaison entre les deux événements, entre la grande parade pseudodémocratique financée par ceux-là mêmes qui comptent bien continuer à s'en affranchir et le simulacre de débat budgétaire français, où un gouvernement totalement aux ordres fait semblant de convoquer l'expertise d'un patron surtout célèbre pour son œuvre de déconstruction sociale pour faire passer la pilule d'une politique économique qui n'a jamais, je dis bien jamais, été pensée, conçue et appliquée avec l'assentiment des peuples qui la subissent.

 

Le système économique actuel échappe dans son intégralité à toute forme de contrôle démocratique. Il est le fait d'organisations non gouvernementales dont aucun des membres n'a jamais été élu par qui que ce soit. Et ce sont ces organismes internationaux qui, chaque jour et partout sur la planète, dictent aux gouvernements-spectacles la nature des décisions politiques et économiques qui doivent être appliquées à l'humanité.

 

Combien de temps, encore, allons-nous faire semblant de trouver cela normal.

Combien de temps, encore, allons-nous les laisser nous faire cela ?

Lire la suite

Le d?lire des grandeurs

Il y a quelque temps, quelqu'un m'avait envoyé La Grève de Ayn Rand pour que je lui donne mon avis.


Guns
Je n'avais absolument aucune idée de ce dont il s'agissait et afin de garder l'esprit ouvert et libre de toute influence, je m'étais abstenue de m'informer de quelque manière que ce soit de la genèse du bouquin. C'est donc sans aucun préjugé que j'ouvris ce fort réjouissant pavé de 1 170 pages, parce que, comme lectrice, j'ai tendance à apprécier particulièrement les gros pavés à caler les armoires normandes.

 

À cause du titre, je m'attendais tout de même un peu à un bon gros roman social, avec de la lutte des classes et tout, et des gens nobles et courageux, âpres à la tâche, durs sur les idéaux, qui à force de pugnacité et de révolte, gagnent forcément à la fin.

Quelque part — mais je dis bien « quelque part » —, c'était bien le sujet du bouquin, sauf qu'il vient d'un point de vue, pour le moins... différent.

 

Dès le départ, la manière partisane dont sont décrits les gens du peuple, les présentant comme de sales parasites qui se complaisent dans leur merde et n'ont d'autres buts que d'y entraîner les autres ; et les riches, a contrario, comme des êtres particulièrement grands, beaux, intelligents et, pour tout dire, supérieurs en tous points, me mit extrêmement mal à l'aise. Mais, je le répète, bien à l'abri de toute connaissance prémâchée quant au livre qui me pesait salement sur les biceps, je pensais qu'il s'agit là d'une intéressante manière de décrire l'état d'esprit de mes ennemis de classe en se collant dans la peau d'un narrateur qui verrait leur monde à travers leur regard dément. En gros, j'en arrive à croire que mon malaise est une manœuvre littéraire des plus subtiles de la part de l'auteur (dont j'ignore jusqu'au sexe) et que le retournement de situation final, quand le peuple méprisé va montrer à tous ces péteux imbus d'eux-mêmes qui crée vraiment les richesses, que ce retournement, va être un grand moment de joie féroce et de soulagement quand il arrivera.

 

Et ainsi s'écoulent des pages de plus en plus lourdes et douloureuses à lire, avec des envolées lyriques monstrueuses qui ne sont pas sans rappeler la propagande extatique du troisième Reich. Et forcément, au bout d'un moment, un doute affreux m'étreint : mais qu'est-ce donc que ce cadeau empoisonné que je lis avec une nausée de plus en plus persistante ? Pas besoin d'être sortie d'une grande école pour deviner à force que la révélation finale de ce pavé psychotique international sera que le monde s'effondrera si les riches se mettent en grève de tout leur génie sublime et incompris dont ils abreuvent en permanence la chienlit populaire dans leur grande mansuétude, ce ramassis d'hypocéphales dégueulasses et grotesques qui se vautrent dans la fange de leur infériorité génétique et sociale bien méritée. Et là, je commence à penser que je suis en train de perdre de bien belles heures de ma vie à me fader le délire paranoïaque et monstrueux d'un auteur manifestement sociopathe. Je balance le pavé à mi-course alors qu'il me tombe des mains sous l'effet d'une répulsion physique insurmontable et me demande s'il ne va pas me falloir quelques bonnes séances avec un praticien spécialisé pour réparer les dégâts probablement causés à mon psychisme pour avoir si longuement vu le monde à travers les yeux de personnes aussi tordues.

 

Évidemment, j'ai fini par demander à Google de bien vouloir m'explique ce sur quoi je venais de me putréfier l'esprit et je découvris avec une horreur non feinte que cet étron littéraire — parce que même le style est d'une lourdeur crasse et indigeste — est la bible, que dis-je ? le livre de chevet, la référence indépassable de tout ce que notre monde de merde compte de thuriféraires du Marché triomphant et de la Main invisible qui se gratte les couilles chaque matin en se foutant éperdument de la gueule de 99 % de la population humaine de cette planète.

 

 

Forcément, me voilà subitement mieux armée pour comprendre l'incroyable absurdité du monde tel qu'il a été pensé et mis en œuvre par les adorateurs de cette foutue psychopathe. 

 

Il existe donc une certaine quantité de personnes sur cette planète qui sont convaincues d'être, en quelque sorte, naturellement supérieures à toutes les autres, comme un don ou une élection divine. Il faut bien comprendre que non seulement ces gens existent, mais surtout qu'ils n'ont de cesse de prendre le pouvoir, tout le pouvoir, de toutes les manières possibles et imaginables, juste parce qu'ils pensent que leur supériorité le justifie et que cela suffit très largement à asseoir leur légitimité.

 

Bien sûr, le principal problème de ces gens, c'est l'énorme masse des autres. Les restes du monde. Cette foule gigantesque des médiocres qui sont trop stupides pour se rendre compte naturellement de la magnificence des élus, et de l'absolue nécessité qu'ils ont de leur laisser gérer à leur façon (forcément la meilleure, puisqu'ils sont excellents, c'est dans leur sang, dans leurs gènes !) les affaires de la planète.

 

Cette petite oligarchie autoproclamée préexiste à la « philosophie » de Ayn Rand et de ces potes zélateurs dont la liste serait bien trop longue, mais au nombre desquels figurent pas mal de gens assez peu recommandables comme les Hayek et Friedman et leur descendance idéologique tordue des Chicago Boys, mais aussi le gros de la brochette d'éditocrates bien de chez nous qui nous pourrissent le PAF depuis tellement longtemps que c'est à se demander s'ils ne se sont pas clonés pour pouvoir continuer à nous pondre dans la tête bien au-delà de ce que les limites biologiques de la vie humaine peuvent décemment leur permettre.

 

C'est ce ramassis de psychopathes — parce qu'il convient d'appeler les choses par leur nom pour bien comprendre de quoi l'on parle — qui construisent depuis des décennies des théories socio-économiques délirantes sur lesquelles sont fondées nos sociétés actuelles avec les succès que l'on connaît : crises perpétuelles, guerres sans fin, gaspillages colossaux, destruction accélérée de la biosphère, pillage des ressources naturelles, augmentation continue de la faim, de la pauvreté, de la misère et de l'exclusion dans un monde d'abondance où il n'y a jamais eu autant de richesses produites pour un aussi médiocre résultat. Et chaque fois que le doute étreint les peuples quant à la pertinence de ces choix de société, l'oligarchie autosatisfaite — car toujours servie en premier — ne cesse de répéter qu'il faut toujours aller plus loin dans son projet de société pour en voir les hypothétiques retombées bénéfiques pour le plus grand nombre et que ça ne marche pas aussi bien que cela ne le devrait, juste parce que nous sommes trop cons pour bien comprendre la beauté du dessein et que nous persistons à traîner des pieds alors que nous devrions foncer vers le précipice insondable de leur monde égoïste et mortifère vent debout sur l'accélérateur et en klaxonnant joyeusement l'hallali en prime, s'il vous plaît !

 

Voilà donc comment nous avons laissé une classe sociale minoritaire et terriblement égocentrique diriger la destinée humaine sous prétexte que ses membres étaient manifestement les meilleurs d'entre nous.

Voilà donc comment nous avons fini par croire comme les imbéciles qu'ils se plaisent à voir en nous que l'on pouvait construire une civilisation entière sur l'idée grotesque que de la somme des égoïsmes jaillirait naturellement le bien-être commun.

Voilà donc comment nous avons laissé chaque jour un peu plus la sphère économique partir en roue libre et dévaster chaque jour un peu plus notre seul bien commun : la planète que nous devons forcément partager.

 

Voilà comment s'est organisée l'impuissance du politique ou comment en privant les représentants des peuples de tout levier matériel de décision, nous avons laissé l'idéal démocratique se transformer en un immense spectacle clinquant dont l'unique objectif est de détourner notre attention de la confiscation économique que nous subissons tous, chaque jour un peu plus.

 

J'ai repensé à l'horrible bouquin de Ayn Rand ces derniers jours en contemplant, médusée, les folles sommes englouties par les grandes multinationales dans le show présidentiel américain, alors même que ceux que nous avons portés au pouvoir dans notre pays trahissaient sans vergogne tous leurs engagements politiques pour appliquer la politique des possédants, dans un abominable copié-collé réactionnaire.

 

J'ai trouvé effrayante la comparaison entre les deux événements, entre la grande parade pseudodémocratique financée par ceux-là mêmes qui comptent bien continuer à s'en affranchir et le simulacre de débat budgétaire français, où un gouvernement totalement aux ordres fait semblant de convoquer l'expertise d'un patron surtout célèbre pour son œuvre de déconstruction sociale pour faire passer la pilule d'une politique économique qui n'a jamais, je dis bien jamais, été pensée, conçue et appliquée avec l'assentiment des peuples qui la subissent.

 

Le système économique actuel échappe dans son intégralité à toute forme de contrôle démocratique. Il est le fait d'organisations non gouvernementales dont aucun des membres n'a jamais été élu par qui que ce soit. Et ce sont ces organismes internationaux qui, chaque jour et partout sur la planète, dictent aux gouvernements-spectacles la nature des décisions politiques et économiques qui doivent être appliquées à l'humanité.

 

Combien de temps, encore, allons-nous faire semblant de trouver cela normal.

Combien de temps, encore, allons-nous les laisser nous faire cela ?

Lire la suite

Intimit

Tu sais que tu es en couple le jour où tu te retrouves à te brosser les dents pendant que ton compagnon chie à côté


Le sac du grimpeurCe que ma fulgurante condisciple en éthologie voulait immanquablement évoquer par cette remarque nourrie par l'expérimentation continue de la vraie vie en milieu urbain, c'est la naissance de l'intimité. Le moment où tu es assez proche de quelqu'un pour te permettre de le laisser accéder à tes contingences biologiques — lesquelles ressemblent étrangement aux siennes —, mais qu'une société écartelée entre les archétypes de la nature et de la culture préfère ignorer franchement. Jusqu'à la psychose généralisée.

  • Du jour où j'ai vu sa touffe, notre amitié n'a plus jamais été la même.
C'était au sujet de l'amitié homme-femme et ce sémillant sexagénaire, qui n'avait jamais fait mystère de son goût immodéré de la drague en général et des franches saillies en particulier, exprimait là les limites de l'exercice, à savoir une trop grande intimité, justement, qui n'autorise plus la juste distanciation émotionnelle.
  • Je te jure, c'était vraiment une amie que j'adorais, on était très proches et tout, on ne faisait jamais de chichi entre nous, jusqu'à ce jour où elle s'est décullotée devant moi pendant une randonnée, juste pour pisser. Je n'ai pas pu m'empêcher de voir son sexe et c'était un putain de buisson, comme je n'en avais jamais vu (et pourtant, Dieu sait que j'en ai vu!). Et de ce jour, je n'ai jamais pu m'enlever cette image de la tête et chaque fois que je pense à elle ou que je lui parle, je ne vois que ce putain de buisson et ça gâche tout.

  • Un jour, ma meilleure amie est venue chez moi pour chier. Elle venait de traverser la moitié de la ville pour ça.
J'ai toujours aimé les conversations à bâtons rompus intergénérationnelles, mais là, je dois avoir la tête d'une poule qui vient de découvrir qu'elle a couvé un renard. Elle a la moitié de mon âge, c'est une autre génération, un autre monde, un autre univers.
  • Mais pourquoi?
  • Ce soir-là, elle dormait chez son fiancé et elle a eu tellement envie qu'elle a su qu'elle ne pouvait pas se retenir toute la nuit.
  • Vous voulez dire qu'elle ne pouvait pas chier chez lui? Mais ils couchaient ensemble, quand même, ils n'allaient pas attendre le mariage?
  • Oui, oui, mais elle ne pouvait pas envisager de chier dans ses toilettes à lui, avec lui de l'autre côté de la porte : les bruits, les odeurs, tout ça...
  • Mais elle ne se doutait pas qu'il devait avoir quelques soupçons? Que vous êtes biologiquement soumis aux mêmes contraintes? Que les filles ne sont pas des princesses et qu'elles ne chient pas de la poudre de licorne?
  • En fait, on évite ce genre de chose.
  • Mais vous êtes la génération libérée du cul, vous pensez que la sodomie est un truc anodin et normal, mais dans le même temps, vous ne supportez pas d'avoir des poils pubiens ou de faire plouf dans les mêmes chiottes? Mais comment allez-vous faire quand vous vivrez ensemble? Comment vous allez gérer la merde dans les couches ou les corps rattrapés par l'âge?

Le monde pornographique n'aime pas avoir le nez dans sa merde. Il préfère d'ailleurs déféquer dans de l'eau potable et évacuer le problème plus loin à grands jets purificateurs.


  • Nos voisins nous ont vraiment fait une vie d'enfer.
  • Ah bon?
Ce n'est pas à proprement parler un pote. On est le plus souvent en désaccord sur tout. J'ai souvent l'impression que nous ne vivons pas sur la même planète. Pourtant si, et c'est même tout le problème.
  • Oui, on a été obligé de refaire tout le système d'évacuation de notre maison neuve.
  • Pourquoi?
  • Pour rien : quand on tirait la chasse, ça allait dans le fossé et il arrivait que le fossé déborde et que ça traverse le chemin.
  • Tu es en train de me dire que votre merde familiale s'exposait au vu de tous et que vos voisins devaient rouler dedans? Et ça ne te dérangeait pas?
  • Ouais, enfin bon, ce n'était pas la peine d'en faire tout un plat. En tout cas, leurs conneries, ça m'a coûté un bras en travaux.

Des fois, je me rend compte que toute ma vie ne me suffira pas à comprendre la nature humaine.


J'ai aussi mes pudeurs. Comme beaucoup d'entre nous, je préfère le confort ouaté de mes toilettes particulières pour me laisser aller à évacuer mes humeurs maussades. J'ai eu aussi des stratégies d'évitement assez élaborées, des repérages de toilettes lointaines pour éviter la promiscuité pétaradante ou le syndrome de la petite bouse qui refuse de couler alors qu'un collègue engoncé dans ses propres crispations tambourines furieusement à la porte. Il m'est aussi arrivé d'échanger les bons coins du soulagement discret avec mes copines de randonnées en montagne, tant il est vrai que l'intimité de l'amitié supporte assez mal celle des impératifs digestifs. Je me suis déjà retrouvée, après 10 minutes d'une marche périlleuse au milieu des rocs et des fourrés, à exposer royalement mon postérieur à un GR bien fréquenté dont je n'avais pas anticipé tous les lacets et circonvolutions. C'est même un peu à cause de cela que je ne raffole pas tant que cela du bivouac en moyenne montagne, quand on se retrouve à tous piétiner à la frontale derrière le même malheureux bosquet enrubanné de PQ nerveusement froissé.

  • Tu sais, tu ne seras pas une vraie grimpeuse tant que tu n'auras pas uriné sur ton partenaire de cordée.
  • Ah ben tant pis, alors!
Je ne pense pas trahir Alexandre en révélant cette petite part de vérité des grandes histoires de montagne.
  • Comment tu croyais que ça se passe quand tu fais une grande voie pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours?
  • Tu sais, je ne fais que de la couenne, ce qui fait que je ne m'étais jamais posé cette épineuse question. Mais je te remercie de m'éclairer sur ce point, même si je ne suis pas certaine que j'avais vraiment envie de savoir.
  • On prend un sac poubelle qu'il faut se traîner pour les grosses commissions, mais bon, pour reste, on fait comme on peut.
  • C'est sûr, vu comme ça, ton binôme de grimpe prend tout de suite une dimension beaucoup plus intime.
  • C'est exactement ça! D'ailleurs les couples mixtes de grimpeurs sont souvent mariés. Parce que oui, c'est une question d'intimité et que l'intimité, ça rapproche forcément beaucoup!

O tempora, O mores

Nous profitons d'une belle journée d'été pour visiter les ruines de la villa gallo-romaine de Séviac. Bon, d'accord, ça ressemble surtout à des petits tas de caillasses avec des trous, de-ci, de-là. Il y a encore quelques mosaïques préservées miraculeusement des millénaires. Le guide a le béret vissé sur les oreilles et l'accent chantant en bouche.

  • Et nous voilà dans les thermes de la villa!
  • Oui, tu vois, les gens se lavaient tous ensemble, un peu comme dans les hammams aujourd'hui.

J'aime bien contextualiser les explications du guide à destination de notre fille.

  • Oui, d'ailleurs, ils ne faisaient pas que se laver tous ensemble, renchérit le guide qui suit notre conversation. Comme on peut le découvrir, les latrines aussi étaient collectives.
  • C'est quoi, les latrines?
  • Les chiottes. Et entre chaque place, il n'y avait pas de cloison. En gros, les gens se retrouvaient tous les matins pour chier ensemble et commenter les nouvelles de la journée.

La gamine me regarde avec un air mi-incrédule, mi-amusée.

  • Tu te fous de moi, maman?
  • Non, même pas!
  • Ouais, comme dirait Astérix, ils sont fous, ces Romains!
  • Ou alors, ils avaient un autre sens de l'intimité que nous...


Lire la suite

Intimit

Tu sais que tu es en couple le jour où tu te retrouves à te brosser les dents pendant que ton compagnon chie à côté


Le sac du grimpeurCe que ma fulgurante condisciple en éthologie voulait immanquablement évoquer par cette remarque nourrie par l'expérimentation continue de la vraie vie en milieu urbain, c'est la naissance de l'intimité. Le moment où tu es assez proche de quelqu'un pour te permettre de le laisser accéder à tes contingences biologiques — lesquelles ressemblent étrangement aux siennes —, mais qu'une société écartelée entre les archétypes de la nature et de la culture préfère ignorer franchement. Jusqu'à la psychose généralisée.

  • Du jour où j'ai vu sa touffe, notre amitié n'a plus jamais été la même.
C'était au sujet de l'amitié homme-femme et ce sémillant sexagénaire, qui n'avait jamais fait mystère de son goût immodéré de la drague en général et des franches saillies en particulier, exprimait là les limites de l'exercice, à savoir une trop grande intimité, justement, qui n'autorise plus la juste distanciation émotionnelle.
  • Je te jure, c'était vraiment une amie que j'adorais, on était très proches et tout, on ne faisait jamais de chichi entre nous, jusqu'à ce jour où elle s'est décullotée devant moi pendant une randonnée, juste pour pisser. Je n'ai pas pu m'empêcher de voir son sexe et c'était un putain de buisson, comme je n'en avais jamais vu (et pourtant, Dieu sait que j'en ai vu!). Et de ce jour, je n'ai jamais pu m'enlever cette image de la tête et chaque fois que je pense à elle ou que je lui parle, je ne vois que ce putain de buisson et ça gâche tout.

  • Un jour, ma meilleure amie est venue chez moi pour chier. Elle venait de traverser la moitié de la ville pour ça.
J'ai toujours aimé les conversations à bâtons rompus intergénérationnelles, mais là, je dois avoir la tête d'une poule qui vient de découvrir qu'elle a couvé un renard. Elle a la moitié de mon âge, c'est une autre génération, un autre monde, un autre univers.
  • Mais pourquoi?
  • Ce soir-là, elle dormait chez son fiancé et elle a eu tellement envie qu'elle a su qu'elle ne pouvait pas se retenir toute la nuit.
  • Vous voulez dire qu'elle ne pouvait pas chier chez lui? Mais ils couchaient ensemble, quand même, ils n'allaient pas attendre le mariage?
  • Oui, oui, mais elle ne pouvait pas envisager de chier dans ses toilettes à lui, avec lui de l'autre côté de la porte : les bruits, les odeurs, tout ça...
  • Mais elle ne se doutait pas qu'il devait avoir quelques soupçons? Que vous êtes biologiquement soumis aux mêmes contraintes? Que les filles ne sont pas des princesses et qu'elles ne chient pas de la poudre de licorne?
  • En fait, on évite ce genre de chose.
  • Mais vous êtes la génération libérée du cul, vous pensez que la sodomie est un truc anodin et normal, mais dans le même temps, vous ne supportez pas d'avoir des poils pubiens ou de faire plouf dans les mêmes chiottes? Mais comment allez-vous faire quand vous vivrez ensemble? Comment vous allez gérer la merde dans les couches ou les corps rattrapés par l'âge?

Le monde pornographique n'aime pas avoir le nez dans sa merde. Il préfère d'ailleurs déféquer dans de l'eau potable et évacuer le problème plus loin à grands jets purificateurs.


  • Nos voisins nous ont vraiment fait une vie d'enfer.
  • Ah bon?
Ce n'est pas à proprement parler un pote. On est le plus souvent en désaccord sur tout. J'ai souvent l'impression que nous ne vivons pas sur la même planète. Pourtant si, et c'est même tout le problème.
  • Oui, on a été obligé de refaire tout le système d'évacuation de notre maison neuve.
  • Pourquoi?
  • Pour rien : quand on tirait la chasse, ça allait dans le fossé et il arrivait que le fossé déborde et que ça traverse le chemin.
  • Tu es en train de me dire que votre merde familiale s'exposait au vu de tous et que vos voisins devaient rouler dedans? Et ça ne te dérangeait pas?
  • Ouais, enfin bon, ce n'était pas la peine d'en faire tout un plat. En tout cas, leurs conneries, ça m'a coûté un bras en travaux.

Des fois, je me rend compte que toute ma vie ne me suffira pas à comprendre la nature humaine.


J'ai aussi mes pudeurs. Comme beaucoup d'entre nous, je préfère le confort ouaté de mes toilettes particulières pour me laisser aller à évacuer mes humeurs maussades. J'ai eu aussi des stratégies d'évitement assez élaborées, des repérages de toilettes lointaines pour éviter la promiscuité pétaradante ou le syndrome de la petite bouse qui refuse de couler alors qu'un collègue engoncé dans ses propres crispations tambourines furieusement à la porte. Il m'est aussi arrivé d'échanger les bons coins du soulagement discret avec mes copines de randonnées en montagne, tant il est vrai que l'intimité de l'amitié supporte assez mal celle des impératifs digestifs. Je me suis déjà retrouvée, après 10 minutes d'une marche périlleuse au milieu des rocs et des fourrés, à exposer royalement mon postérieur à un GR bien fréquenté dont je n'avais pas anticipé tous les lacets et circonvolutions. C'est même un peu à cause de cela que je ne raffole pas tant que cela du bivouac en moyenne montagne, quand on se retrouve à tous piétiner à la frontale derrière le même malheureux bosquet enrubanné de PQ nerveusement froissé.

  • Tu sais, tu ne seras pas une vraie grimpeuse tant que tu n'auras pas uriné sur ton partenaire de cordée.
  • Ah ben tant pis, alors!
Je ne pense pas trahir Alexandre en révélant cette petite part de vérité des grandes histoires de montagne.
  • Comment tu croyais que ça se passe quand tu fais une grande voie pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours?
  • Tu sais, je ne fais que de la couenne, ce qui fait que je ne m'étais jamais posé cette épineuse question. Mais je te remercie de m'éclairer sur ce point, même si je ne suis pas certaine que j'avais vraiment envie de savoir.
  • On prend un sac poubelle qu'il faut se traîner pour les grosses commissions, mais bon, pour reste, on fait comme on peut.
  • C'est sûr, vu comme ça, ton binôme de grimpe prend tout de suite une dimension beaucoup plus intime.
  • C'est exactement ça! D'ailleurs les couples mixtes de grimpeurs sont souvent mariés. Parce que oui, c'est une question d'intimité et que l'intimité, ça rapproche forcément beaucoup!

O tempora, O mores

Nous profitons d'une belle journée d'été pour visiter les ruines de la villa gallo-romaine de Séviac. Bon, d'accord, ça ressemble surtout à des petits tas de caillasses avec des trous, de-ci, de-là. Il y a encore quelques mosaïques préservées miraculeusement des millénaires. Le guide a le béret vissé sur les oreilles et l'accent chantant en bouche.

  • Et nous voilà dans les thermes de la villa!
  • Oui, tu vois, les gens se lavaient tous ensemble, un peu comme dans les hammams aujourd'hui.

J'aime bien contextualiser les explications du guide à destination de notre fille.

  • Oui, d'ailleurs, ils ne faisaient pas que se laver tous ensemble, renchérit le guide qui suit notre conversation. Comme on peut le découvrir, les latrines aussi étaient collectives.
  • C'est quoi, les latrines?
  • Les chiottes. Et entre chaque place, il n'y avait pas de cloison. En gros, les gens se retrouvaient tous les matins pour chier ensemble et commenter les nouvelles de la journée.

La gamine me regarde avec un air mi-incrédule, mi-amusée.

  • Tu te fous de moi, maman?
  • Non, même pas!
  • Ouais, comme dirait Astérix, ils sont fous, ces Romains!
  • Ou alors, ils avaient un autre sens de l'intimité que nous...


Lire la suite

Intimit

Tu sais que tu es en couple le jour o? tu te retrouves ? te brosser les dents pendant que ton compagnon chie ? c?t? Ce que ma fulgurante condisciple en ?thologie voulait immanquablement ?voquer par cette remarque nourrie par l'exp?rimentati...

Lire la suite

Intimit

Tu sais que tu es en couple le jour où tu te retrouves à te brosser les dents pendant que ton compagnon chie à côté


Le sac du grimpeurCe que ma fulgurante condisciple en éthologie voulait immanquablement évoquer par cette remarque nourrie par l'expérimentation continue de la vraie vie en milieu urbain, c'est la naissance de l'intimité. Le moment où tu es assez proche de quelqu'un pour te permettre de le laisser accéder à tes contingences biologiques — lesquelles ressemblent étrangement aux siennes —, mais qu'une société écartelée entre les archétypes de la nature et de la culture préfère ignorer franchement. Jusqu'à la psychose généralisée.

  • Du jour où j'ai vu sa touffe, notre amitié n'a plus jamais été la même.
C'était au sujet de l'amitié homme-femme et ce sémillant sexagénaire, qui n'avait jamais fait mystère de son goût immodéré de la drague en général et des franches saillies en particulier, exprimait là les limites de l'exercice, à savoir une trop grande intimité, justement, qui n'autorise plus la juste distanciation émotionnelle.
  • Je te jure, c'était vraiment une amie que j'adorais, on était très proches et tout, on ne faisait jamais de chichi entre nous, jusqu'à ce jour où elle s'est décullotée devant moi pendant une randonnée, juste pour pisser. Je n'ai pas pu m'empêcher de voir son sexe et c'était un putain de buisson, comme je n'en avais jamais vu (et pourtant, Dieu sait que j'en ai vu!). Et de ce jour, je n'ai jamais pu m'enlever cette image de la tête et chaque fois que je pense à elle ou que je lui parle, je ne vois que ce putain de buisson et ça gâche tout.

  • Un jour, ma meilleure amie est venue chez moi pour chier. Elle venait de traverser la moitié de la ville pour ça.
J'ai toujours aimé les conversations à bâtons rompus intergénérationnelles, mais là, je dois avoir la tête d'une poule qui vient de découvrir qu'elle a couvé un renard. Elle a la moitié de mon âge, c'est une autre génération, un autre monde, un autre univers.
  • Mais pourquoi?
  • Ce soir-là, elle dormait chez son fiancé et elle a eu tellement envie qu'elle a su qu'elle ne pouvait pas se retenir toute la nuit.
  • Vous voulez dire qu'elle ne pouvait pas chier chez lui? Mais ils couchaient ensemble, quand même, ils n'allaient pas attendre le mariage?
  • Oui, oui, mais elle ne pouvait pas envisager de chier dans ses toilettes à lui, avec lui de l'autre côté de la porte : les bruits, les odeurs, tout ça...
  • Mais elle ne se doutait pas qu'il devait avoir quelques soupçons? Que vous êtes biologiquement soumis aux mêmes contraintes? Que les filles ne sont pas des princesses et qu'elles ne chient pas de la poudre de licorne?
  • En fait, on évite ce genre de chose.
  • Mais vous êtes la génération libérée du cul, vous pensez que la sodomie est un truc anodin et normal, mais dans le même temps, vous ne supportez pas d'avoir des poils pubiens ou de faire plouf dans les mêmes chiottes? Mais comment allez-vous faire quand vous vivrez ensemble? Comment vous allez gérer la merde dans les couches ou les corps rattrapés par l'âge?

Le monde pornographique n'aime pas avoir le nez dans sa merde. Il préfère d'ailleurs déféquer dans de l'eau potable et évacuer le problème plus loin à grands jets purificateurs.


  • Nos voisins nous ont vraiment fait une vie d'enfer.
  • Ah bon?
Ce n'est pas à proprement parler un pote. On est le plus souvent en désaccord sur tout. J'ai souvent l'impression que nous ne vivons pas sur la même planète. Pourtant si, et c'est même tout le problème.
  • Oui, on a été obligé de refaire tout le système d'évacuation de notre maison neuve.
  • Pourquoi?
  • Pour rien : quand on tirait la chasse, ça allait dans le fossé et il arrivait que le fossé déborde et que ça traverse le chemin.
  • Tu es en train de me dire que votre merde familiale s'exposait au vu de tous et que vos voisins devaient rouler dedans? Et ça ne te dérangeait pas?
  • Ouais, enfin bon, ce n'était pas la peine d'en faire tout un plat. En tout cas, leurs conneries, ça m'a coûté un bras en travaux.

Des fois, je me rend compte que toute ma vie ne me suffira pas à comprendre la nature humaine.


J'ai aussi mes pudeurs. Comme beaucoup d'entre nous, je préfère le confort ouaté de mes toilettes particulières pour me laisser aller à évacuer mes humeurs maussades. J'ai eu aussi des stratégies d'évitement assez élaborées, des repérages de toilettes lointaines pour éviter la promiscuité pétaradante ou le syndrome de la petite bouse qui refuse de couler alors qu'un collègue engoncé dans ses propres crispations tambourines furieusement à la porte. Il m'est aussi arrivé d'échanger les bons coins du soulagement discret avec mes copines de randonnées en montagne, tant il est vrai que l'intimité de l'amitié supporte assez mal celle des impératifs digestifs. Je me suis déjà retrouvée, après 10 minutes d'une marche périlleuse au milieu des rocs et des fourrés, à exposer royalement mon postérieur à un GR bien fréquenté dont je n'avais pas anticipé tous les lacets et circonvolutions. C'est même un peu à cause de cela que je ne raffole pas tant que cela du bivouac en moyenne montagne, quand on se retrouve à tous piétiner à la frontale derrière le même malheureux bosquet enrubanné de PQ nerveusement froissé.

  • Tu sais, tu ne seras pas une vraie grimpeuse tant que tu n'auras pas uriné sur ton partenaire de cordée.
  • Ah ben tant pis, alors!
Je ne pense pas trahir Alexandre en révélant cette petite part de vérité des grandes histoires de montagne.
  • Comment tu croyais que ça se passe quand tu fais une grande voie pendant plusieurs heures, voire plusieurs jours?
  • Tu sais, je ne fais que de la couenne, ce qui fait que je ne m'étais jamais posé cette épineuse question. Mais je te remercie de m'éclairer sur ce point, même si je ne suis pas certaine que j'avais vraiment envie de savoir.
  • On prend un sac poubelle qu'il faut se traîner pour les grosses commissions, mais bon, pour reste, on fait comme on peut.
  • C'est sûr, vu comme ça, ton binôme de grimpe prend tout de suite une dimension beaucoup plus intime.
  • C'est exactement ça! D'ailleurs les couples mixtes de grimpeurs sont souvent mariés. Parce que oui, c'est une question d'intimité et que l'intimité, ça rapproche forcément beaucoup!

O tempora, O mores

Nous profitons d'une belle journée d'été pour visiter les ruines de la villa gallo-romaine de Séviac. Bon, d'accord, ça ressemble surtout à des petits tas de caillasses avec des trous, de-ci, de-là. Il y a encore quelques mosaïques préservées miraculeusement des millénaires. Le guide a le béret vissé sur les oreilles et l'accent chantant en bouche.

  • Et nous voilà dans les thermes de la villa!
  • Oui, tu vois, les gens se lavaient tous ensemble, un peu comme dans les hammams aujourd'hui.

J'aime bien contextualiser les explications du guide à destination de notre fille.

  • Oui, d'ailleurs, ils ne faisaient pas que se laver tous ensemble, renchérit le guide qui suit notre conversation. Comme on peut le découvrir, les latrines aussi étaient collectives.
  • C'est quoi, les latrines?
  • Les chiottes. Et entre chaque place, il n'y avait pas de cloison. En gros, les gens se retrouvaient tous les matins pour chier ensemble et commenter les nouvelles de la journée.

La gamine me regarde avec un air mi-incrédule, mi-amusée.

  • Tu te fous de moi, maman?
  • Non, même pas!
  • Ouais, comme dirait Astérix, ils sont fous, ces Romains!
  • Ou alors, ils avaient un autre sens de l'intimité que nous...


Lire la suite

In extenso

j'ai juste envie de dire que je ne sais pas quoi dire Vers le ciel de Le Monolecte, sur Flickr

Ce sont les derniers mots qu'a écrits un des mes contacts Facebook sur son mur. Ensuite, il est sorti de chez lui et a mis fin à ses jours. Terriblement abrupte comme épitaphe. Il avait mon âge, un chouette boulot, une chouette famille, mais il était arrivé au bout des mots. Ou alors, c'est juste que les grandes douleurs sont indicibles. 

Nous sommes nés seuls, nous vivons seuls, nous mourons seuls ce n'est que par notre amour et l'amitié que nous pouvons créer l'illusion d'un instant que nous ne sommes pas seuls.
Orson Welles

Il est vrai que j'ai bien du mal à ne pas me sentir seule, ces derniers temps. De cette solitude profonde et intime qui peut naître jusqu'au cœur de la foule. Seule et au bout des mots. Il m'est extrêmement déplaisant d'avoir raison et de voir chacune de mes pires prévisions prendre forme dans l'indifférence générale. Je ne me vois pas écrire régulièrement ici pour rabâcher quelque chose de l'ordre du Vous voyez, je vous l'avais bien dit ! Nous sommes dans le pire du possible et ça ne fait que commencer. Et notre passivité m'effraie, me tétanise, me cloue le bec. C'est une sorte d'apocalypse molle et silencieuse qui se propage inéluctablement du bas vers le haut. Et elle est totalement voulue, planifiée et amplifiée par chaque décision politique prise. J'ai du mal à croire à une cascade de coïncidences fortuites et malvenues.
On nous ressort l'épouvantail intégriste barbu du placard, avec l'élégance de l'éléphant dans le magasin de porcelaine. De 250 excités un peu mous du bulbe, on nous monte un énorme plan com' sur la déferlante mondiale islamiste pendant que, dans le même temps, 10 % de la population du Portugal descend dans la rue pour réclamer la fin d'une politique économique qui la réduit à la misère la plus sordide. Mais on ne vous aura parlé que des 250 gus paumés sur un trottoir, pas de ceux qui hurlent leur douleur sous la férule de cette politique même que l'on compte vous appliquer dès maintenant. 
Parce que l'on vous veut peureux, soumis et ignorants.
Comme d'habitude.
Alors quoi ?
Vous distraire avec ma petite vie insignifiante ? Vous faire sourire en dissimulant la mochitude des choses ? Piquer une de mes légendaires colères qui fouettent le sang et les sens quelques instants avant de retomber dans la pesanteur du quotidien, mais avec l'illusion de s'être senti un peu vivant, le temps d'une indignation à peu de frais ?
À force, je vais finir par me caricaturer moi-même. Me mettre en scène et me payer de mots. Me regarder écrire dans un pitoyable appel à la flagornerie, histoire de me prendre un petit shoot de réassurance, histoire de combler, un temps, notre vide existentiel.
On est là et on attend. La fin du monde, celle des haricots, le grand soir, les petits matins blêmes, les jours meilleurs. Juste que quelque chose bouge. Juste un mouvement, pour se convaincre qu'on n'est pas encore totalement morts, totalement résignés. Et on fait semblant d'agir, en s'épuisant en vaines exaltations. Une petite manif par ci, un petit like par là, en s'autocongratulant d'être tous aussi d'accord avec nous-mêmes, notre cul mou épousant chaque jour un peu plus l'assise de notre fauteuil à vérin hydraulique, celui qui soulage le dos et prévient les escarres de toute une civilisation d'hommes-troncs. On passe le temps, en fait, en espérant juste ne pas être rattrapé par la vague de merditude, qu'elle passe juste un peu plus loin, un peu plus haut, un peu plus tard. 
Comme de gros lâches. 
Comme de grosses loches.

=-=-=-=-=
Powered by Blogilo

Lire la suite

In extenso

j'ai juste envie de dire que je ne sais pas quoi dire Vers le ciel de Le Monolecte, sur Flickr

Ce sont les derniers mots qu'a écrits un des mes contacts Facebook sur son mur. Ensuite, il est sorti de chez lui et a mis fin à ses jours. Terriblement abrupte comme épitaphe. Il avait mon âge, un chouette boulot, une chouette famille, mais il était arrivé au bout des mots. Ou alors, c'est juste que les grandes douleurs sont indicibles. 

Nous sommes nés seuls, nous vivons seuls, nous mourons seuls ce n'est que par notre amour et l'amitié que nous pouvons créer l'illusion d'un instant que nous ne sommes pas seuls.
Orson Welles

Il est vrai que j'ai bien du mal à ne pas me sentir seule, ces derniers temps. De cette solitude profonde et intime qui peut naître jusqu'au cœur de la foule. Seule et au bout des mots. Il m'est extrêmement déplaisant d'avoir raison et de voir chacune de mes pires prévisions prendre forme dans l'indifférence générale. Je ne me vois pas écrire régulièrement ici pour rabâcher quelque chose de l'ordre du Vous voyez, je vous l'avais bien dit ! Nous sommes dans le pire du possible et ça ne fait que commencer. Et notre passivité m'effraie, me tétanise, me cloue le bec. C'est une sorte d'apocalypse molle et silencieuse qui se propage inéluctablement du bas vers le haut. Et elle est totalement voulue, planifiée et amplifiée par chaque décision politique prise. J'ai du mal à croire à une cascade de coïncidences fortuites et malvenues.
On nous ressort l'épouvantail intégriste barbu du placard, avec l'élégance de l'éléphant dans le magasin de porcelaine. De 250 excités un peu mous du bulbe, on nous monte un énorme plan com' sur la déferlante mondiale islamiste pendant que, dans le même temps, 10 % de la population du Portugal descend dans la rue pour réclamer la fin d'une politique économique qui la réduit à la misère la plus sordide. Mais on ne vous aura parlé que des 250 gus paumés sur un trottoir, pas de ceux qui hurlent leur douleur sous la férule de cette politique même que l'on compte vous appliquer dès maintenant. 
Parce que l'on vous veut peureux, soumis et ignorants.
Comme d'habitude.
Alors quoi ?
Vous distraire avec ma petite vie insignifiante ? Vous faire sourire en dissimulant la mochitude des choses ? Piquer une de mes légendaires colères qui fouettent le sang et les sens quelques instants avant de retomber dans la pesanteur du quotidien, mais avec l'illusion de s'être senti un peu vivant, le temps d'une indignation à peu de frais ?
À force, je vais finir par me caricaturer moi-même. Me mettre en scène et me payer de mots. Me regarder écrire dans un pitoyable appel à la flagornerie, histoire de me prendre un petit shoot de réassurance, histoire de combler, un temps, notre vide existentiel.
On est là et on attend. La fin du monde, celle des haricots, le grand soir, les petits matins blêmes, les jours meilleurs. Juste que quelque chose bouge. Juste un mouvement, pour se convaincre qu'on n'est pas encore totalement morts, totalement résignés. Et on fait semblant d'agir, en s'épuisant en vaines exaltations. Une petite manif par ci, un petit like par là, en s'autocongratulant d'être tous aussi d'accord avec nous-mêmes, notre cul mou épousant chaque jour un peu plus l'assise de notre fauteuil à vérin hydraulique, celui qui soulage le dos et prévient les escarres de toute une civilisation d'hommes-troncs. On passe le temps, en fait, en espérant juste ne pas être rattrapé par la vague de merditude, qu'elle passe juste un peu plus loin, un peu plus haut, un peu plus tard. 
Comme de gros lâches. 
Comme de grosses loches.

=-=-=-=-=
Powered by Blogilo

Lire la suite