Accueil / Tag Archives: Catastrophes

Tag Archives: Catastrophes

L?Appel de Gen?ve II

«Dans les années 1970, on estimait le risque d’accident à une fois tous les cent mille ans. Pourtant à vingt-cinq ans d’intervalle, nous avons eu Tchernobyl puis Fukushima. En fait, la probabilité de tels accidents est complètement imprévisible, estime Ivo Rens, dépositaire de l’Appel. Sur les 400 réacteurs nucléaires actifs dans le monde, une majorité date des années 1970. Une catastrophe pourrait surgir n’importe où, n’importe quand.» (source)

 

Il y a trente-cinq ans, le premier « Appel de Genève » avait été lancé contre la centrale de Creys-Malville. Aujourd’hui, un nouveau groupe de physiciens, d’ingénieurs, de professeurs d’université et de responsables politiques interpelle les autorités suisses pour qu'elles décident de sortir sans délai du nucléaire. C’est la catastrophe de Fukushima qui a été le déclencheur de cette nouvelle initiative qui remet la question du risque technologique majeur sur le tapis. L’appel va bientôt être disponible en allemand, italien et anglais car le texte, de visée internationale, concerne tous les états nucléarisés. A ce titre, l’Appel de Genève II est ouvert à la signature de personnes de toutes nationalités. Un site dédié lui est désormais consacré.

L’Appel de Genève II

APPEL DE GENÈVE II

 

Appel aux autorités politiques

 

Les catastrophes nucléaires de Tchernobyl et de Fukushima ont eu lieu à 25 ans d’intervalle.

 

Pourtant, on nous avait assuré que de tels accidents étaient quasiment impossibles ! Nos responsables politiques l’ont cru, et nous aussi. En réalité, la probabilité d’un tel accident est impossible à calculer. Mais elle fut estimée à une fois en cent mille ans. La triste vérité est que ce fut deux fois en vingt-cinq ans. Aujourd’hui, un peu moins de 400 réacteurs nucléaires sont en état de fonctionner dans le monde. La prochaine catastrophe se produira n’importe où, n’importe quand. Et l’état actuel de ces centrales vieillissantes ne peut qu’augmenter la probabilité d’une nouvelle catastrophe.

 

L’inventaire radioactif généré par ces installations est terrifiant : il peut exterminer chaque habitant de notre planète, et cela plusieurs dizaines de milliers de fois ! Il suffit qu’une infime fraction de cet inventaire s’échappe dans la nature pour provoquer une catastrophe. N’oublions jamais que tout ce qui peut arriver, finit par arriver … Tchernobyl et Fukushima en sont la double preuve.

 

Le seul et unique moyen d’éliminer ce risque est d’arrêter ces centrales, d’y entreposer les déchets qu’elles ont produits, d’extraire le combustible irradié et le conditionner dans un milieu approprié et dans des containers adéquats, puis de transformer le site en mausolée. Ces mausolées seront autant de témoignages évoquant, pour les générations futures, les conséquences des risques technologiques non maîtrisables.

 

Au lieu de tenter de nous faire oublier les catastrophes déjà subies, les Etats, les institutions internationales et les pouvoirs économiques devraient décider l’abandon du nucléaire pour aborder la transition vers le tout renouvelable, parfaitement en mesure d’assurer la relève, à condition que l’on cesse d’entraver son développement.

 

On ne peut pas prendre encore le risque d’un accident nucléaire meurtrier qui rendra inhabitable d’immenses territoires pendant des siècles, sous prétexte d’un besoin douteux en électricité. N’oublions pas que l’on a décidé de construire des centrales nucléaires pour ensuite se demander comment vendre le courant ainsi produit. Ce qui a conduit les compagnies d’électricité à promouvoir diverses aberrations énergétiques telles que le chauffage électrique, le développement inconsidéré de l’éclairage public, notamment.

 

Le nucléaire n’est pas une énergie renouvelable; son abandon est donc inéluctable.

 

Tout retard ne fait qu’augmenter le risque d’une prochaine catastrophe. Après Fukushima, le Japon a bien arrêté la quasi totalité de ses réacteurs : c’est donc possible !

 

C’est la seule attitude responsable. C’est notre seul moyen de limiter les problèmes insolubles que nous léguerons aux générations futures.

 

Genève, le 24 mai 2013

 

 

>>>>>Soutenir l’Appel de Genève 2<<<<<

 

 

Liste des signataires initiaux de l’Appel de Genève 2

• Pierre Lehmann, Physicien nucléaire
• Paul Bonny, Citoyen de Genève
• Ivo Rens, Prof. honoraire de l’Université de Genève
• Yves Lenoir, Ingénieur ­­
• Rémy Pagani, Maire de Genève
• Michèle Rivasi, Fondatrice de la CRIIRAD, Députée européenne Europe – Les Verts
• Wladimir Tchertkoff, Vice-Prés. Enfants de Tchernobyl-Bélarus
• Alexey V.Yablokov, Prof., Académie des sciences de Russie
• Anne-Cécile Reimann, Prés. ContrAtom, Genève
• Luc Recordon, Député au Parlement suisse
• Wataru Iwata, Citoyen japonais
• Michel Fernex, Prof. émérite, Faculté de Médecine, Bâle (Suisse)
• Roger Nordmann, Député au Parlement suisse
• Liliane Maury Pasquier, Députée au Parlement suisse
• Bruno Barillot, Lauréat du Nuclear Free Future Award 2010, Polynésie française
• Philippe Lebreton, Prof. honoraire, Université Lyon 1
• Victor Ruffy, anc. Président du Conseil national (Suisse)
• Jean-Robert Yersin, Député vaudois (Suisse)
• Robert J. Parsons, Journaliste
• Isabelle Chevalley, Députée au Parlement suisse
• Luc Breton, anc. Expert en radioprotection, Institut Suisse de Recherche Expérimentale sur le Cancer, Epalinges
• Yves Renaud, Diplômé du CNAM de Paris
• Jürg Buri, Directeur Fondation Suisse de l’Energie, Zurich
• Frédéric Radeff, Citoyen de Genève
• François Lefort, Prof. HES, Député au Grand Conseil (GE)
• Walter Wildi, Prof. géologie, Université de Genève
• Joel Jakubec, Pasteur de l’Eglise protestante de Genève
• Danielle Martinet, Citoyenne de Genève
• Cyril Mizrahi, ancien Constituant (GE)
• Manuel Tornare, Député au Parlemement suisse, ancien Maire de Genève
• Salima Moyard, Députée au Grand Conseil (GE)
• Guillaume Mathelier, Maire d’Ambilly
• Edouard Dommen, Ethicien
• Micheline Calmy-Rey, anc. Présidente de la Confédération suisse
• Renaud Gautier, Député au Grand Conseil de Genève
• Pierre Mercier, Prof. honoraire de l’Université de Lausanne

 

Lire la suite

Le silence des Salauds

OLIVIER CABANEL: Alors qu’on essaye en vain de comprendre le silence médiatique qui s’est installé comme une chape de plomb sur les catastrophes nucléaires en cours, une information passionnante lève un coin du voile. C’est entendu, DSK va peut-être être prochainement blanchi, … Lire la suite

Lire la suite

Les ?incroyables comestibles? de Todmorden : gratuit et ?levant!

CAROLLE ANNE DESSUREAULT: En 1516, Thomas More, humaniste et chancelier d’Angleterre, fin observateur des injustices sociales de son temps, publie «L’Utopie ou le Traité de la meilleure forme de gouvernement», une œuvre qui offre le modèle d’une société égalitaire au … Lire la suite

Lire la suite

L??cologie et la pathologie du capitalisme (Dissident Voice)

Charles SULLIVAN Contrairement ? ce qu?on nous a toujours dit, il n?y a pas d?Etats Unis d?Am?rique. Les Etats-Unis sont un territoire occup? qu?il serait plus appropri? d?appeler les Etats des Entreprises d?Am?rique. Si les ?tats sont unis sur le plan g?opolitique, les habitants ne le sont pas. Nous sommes ...

Lire la suite

Flocon de Ph?nix

  Un ouvrage de Mary Summer Rain se rapporte ?galement au ph?nix?: ??L?envol du Ph?nix. No-Eyes parle des changements ? venir??. R?cit retra?ant les visions partag?es entre la vieille gu?risseuse Chippewa aveugle No-Eyes et la jeune Summer Rain. Le r?cit se situe en 1982-1983, il ?voque des changements plan?taires?: effondrement ...

Lire la suite

Un Valls ? 2 temps

Pass?s les 100 premiers jours, les citoyens tentent d'en faire le bilan. Chacun attendait beaucoup. Avec Manuel Valls, et Arnaud Montebourg, la d?ception est h?las au rendez vous. Si on oublie les paroles malheureuses et infond?es du Ministre du ? redressement productif ?, affirmant ? tort que ? le nucl?aire est une ?nergie de l'avenir ?, manifestement mal inform? de la situation du nucl?aire dans le monde, il n'est pas inutile de s'attarder sur les (...) - Politique / ,

Lire la suite

Holy cars

Le concept qui tue
Ce que Peugeot a fait du précédent plan d'aide


La clé est dans l'obsolescence programmée de nos mémoires. L'idée centrale de tout le système actuel, c'est que le peuple est un ramassis d'hypocéphales abrutis à longueur de temps par les ombres hypnotiques de la boîte à cons. Du coup, ils ne se fatiguent même plus à inventer de nouvelles catastrophes, à monter des histoires plausibles, non, c'est la fin du storytelling à l'usage des entubeurs de foule. Maintenant, ils se contentent de se pointer au guichet et d'annoncer la couleur : envoyez la fraîche, tocards, ou on dégraisse quelques baltringues de votre acabit, façon équarrissage.

Prenons au hasard l'industrie automobile, ce fleuron de l'économie française, sous perfusion étatique depuis des années, à coup de primes à la noix qui sont autant d'incitation à gaspiller des véhicules en parfait état de marche à l'usage de consommateurs testostéronés du ciboulot qui, de toute manière, avaient déjà les moyens de conduire une voiture neuve à vie. Bref, un immonde gâchis de ressources précieuses, alors que tant de petits salariés peinent à maintenir en état leur poubelle à roulette pourtant indispensable pour se rendre à leurs miettes de boulot à l'heure où les transports en commun se font anémiques.
Je rappelle que les constructeurs automobiles ont déjà bénéficié d'une somptuaire rallonge de l'État, lequel s'est empressé de ne surtout rien leur demander en échange. Rien. Que dalle. Même pas une petite garantie de rien du tout. Même pas une clause de sauvegarde de l'emploi. Surtout pas un plan stratégique : l'État actionnaire, c'est sale ! Il est juste bon à allonger l'oseille et à regarder ailleurs une fois que c'est fait.

Et qu'est-ce qu'ils ont fait du pognon ? Ils ont arrosé les cadres dirigeants, les actionnaires et ont continué la même stratégie de développement de niche de voitures de prestige, de gadgets inutiles (qui a vraiment besoin d'un radar de recul en série ?). Et pendant ce temps-là, les petites japonaises compactes, économiques, sobres, modulables, fiables avec des garanties constructeur allant jusqu'à 7 ans ont conquis jusqu'au si chauvin marché français. Parce qu'il faut arrêter d'être bête aussi et de payer plus cher qu'ailleurs des voitures conçues pour rouler au siècle dernier. Surtout que, si on y réfléchit deux secondes, sachant que les constructeurs hexagonaux ont déjà délocalisé l'essentiel de leur production automobile, la meilleure façon d'acheter français, écologique et socialement responsable, c'est encore de se payer une Toyota Yaris ! Tout est dit, non ?

Bref, très logiquement, avec un modèle économique aussi débile que celui-là... ils ne se sont même pas cassé la gueule ! Non, non, non : la progression de la croissance de la filiale bagnoles se tasse un peu, mais je vous rassure, le pognon défiscalisé continue de couler à flots. C'est juste que dans leur plan stratégique, il y a comme condition indépassable de toujours moins payer le travail et pour cela tous les moyens sont bons : chantage à l'emploi, grasses subventions extorquées par la menace et bien sûr, délocalisation vers des pays où la vie est moins chère... enfin, surtout celle des ouvriers. Autrement dit, en plus des chauffes-nuques, on a dû grassement financer de nos deniers — ceux qui manquent toujours pour l'école, la santé, les retraites, etc. — la charrette en cours et le transfert des usines vers le tiers-monde.

Faut-il sauver le soldat Peugeot ?


La question se posera aussi pour le soldat Renault — lequel a eu comme stratégie industrielle de relancer la construction des Alpines, si, si... — , comme elle s'est déjà posée pour le poulet industriel de merde Doux.
Parce que si, au moins, on en avait eu pour notre argent, toute autre considération accessoire écartée ! Si, par exemple, l'automobile avait évolué ces dernières années, voire ces dernières décennies. Je parle d'évolution, pas d'inflation de gadgets rigolos, mais ne changeant pas intrinsèquement la nature de l'objet produit. Je ne parle même pas de voitures qui volent, le grand regret de ma vie, non juste de véhicules vraiment améliorés : système de propulsion, système énergétique, durabilité, ce genre de choses. Alors que nous savons collectivement depuis au moins 30 ans que la propulsion à combustion est condamnée, que le transport individuel est écologiquement trop coûteux, qu'il faut repenser nos mobilités, qu'est-ce que l'industrie automobile nous a proposé : que dalle !
Autrement dit, c'est un secteur obsolète qui devrait finir de s'effondrer sur lui-même faute d'avoir su s'adapter.

Mais que fait-on des gens qui vivaient de ce secteur, me direz-vous ? Il est vrai que 320 000 salariés rien que pour la France, ça ne se planque pas sous le tapis. Parlez-en aux pouvoirs publics de Detroit et vous comprendrez qu'on ne peut faire l'impasse sur un effort de reconversion national, voire planétaire. Mais déjà, avec les 6 milliards d'euros précédents, on pouvait dégager un joli petit pécule de formation de 18 750 € par salarié planté. Ce qui est bien mieux que ce qui est habituellement alloué en pseudo formations coaching beauté-CV. Sans compter qu'on le veuille ou non, l'effort financier, il va bien falloir de le faire, à moins de lancer une bonne petite guerre mondiale pour occuper et élaguer dans tous ces bras devenus inutiles à la grande machine à broyer des vies pour en faire cracher du pognon.

Quand j'y pense : plus les conditions de travail se dégradent et plus les salariés prêts à tout pour ne pas lâcher ce job pourri qui les nourrit à grand-peine, consomme leur vie et consume leurs forces. Leur peur du vide et du changement est telle qu'on a déjà vu des gens cacher des maladies professionnelles, des empoisonnements, taire des pratiques illégales ou mortifères, même si ça les touche directement, juste pour ne pas perdre leur foutu boulot. Et vous savez pourquoi? Parce qu'on a fait en sorte que leur vie après le travail sera encore pire que dans leur boîte où ils ne sont pourtant que des unités de production jetables. Parce que notre société ne fait en réalité aucun effort de conversion en masse du salariat vers les nouveaux secteurs économiques émergents ou nécessaires. Parce que nous consacrons toujours plus d'argent à des entreprises nuisibles, inutiles et ankylosées, à des parasites financiers, plutôt qu'aux besoins réels de la population qui, pourtant, en bout de course, finit toujours par régler l'ardoise.

Il y a aussi qu'au lieu de primes à la casse coûteuses et ciblées sur des gens qui n'en avaient pas besoin, de PPP aux conditions léonines pour construire encore des autoroutes tellement chères que personne ne roule dessus, au lieu de sacrifier encore et toujours plus de ressources, d'argent, de gens sur l'autel des très saintes bagnoles, on aurait pu avoir un vrai plan de transition économique vers le monde dans lequel nous allons devoir vivre, de gré ou de force. Voilà donc de l'argent qui eut été mieux employé pour soutenir le développement du photovoltaïque en France, coulé faute de subventions, les énergies alternatives, les mobilités émergentes, des circuits courts. De la même manière qu'au lieu de perfuser le poulet de batterie dégueulasse et mortifère et toutes les filières agricoles intensives qui polluent, dégradent notre habitat et produisent des trucs immondes à dangereux, nous pourrions favoriser le travail de ceux qui expérimentent de nouvelles techniques de production respectueuses de la nature et des gens, comme l'agroforesterie, les cultures raisonnées, bio, etc.

Bref, au lieu de réagir au coup par coup comme des poulets sans tête, il est peut-être temps de comprendre que c'est la force politique qui oriente la vie économique à travers ses choix stratégiques, simplement en décidant de ses priorités de financement. Nous devons marquer à la culotte chacun de nos élus, chacun de nos députés, sénateurs, conseillers, maires, présidents de trucmuches divers pour être bien certains que notre argent ira là où se trouve notre intérêt collectif, pas seulement dans l'immédiat, mais aussi pour nos enfants et toutes les générations futures.




Powered by ScribeFire.

Lire la suite

La valse des menteurs

Tchernobyl nous avait montr? la voie, Deepwater a suivi, et enfin Fukushima, prouvant que tout ce qui touche ? notre environnement est cadenass? par des lobbys performants qui ont acquis une parfaite maitrise de la d?sinformation ou de la dissimula...

Lire la suite

La valse des menteurs

Tchernobyl nous avait montr? la voie, Deepwater a suivi, et enfin Fukushima, prouvant que tout ce qui touche ? notre environnement est cadenass? par des lobbys performants qui ont acquis une parfaite maitrise de la d?sinformation ou de la dissimula...

Lire la suite

Peuples du monde, relevez-vous !

Dazibaoueb Source : Les pens?es doubles de Caleb Image Flickr par CPS77 Nous vivons vraiment une ?poque incroyable : non contents d’avoir r?ussi ? faire s’effondrer un syst?me qui ne tenait plus qu’? un fil, nos gouvernants tentent aujourd’hui d’en reconstruire un autre encore plus injuste, et cela sous le ...

Lire la suite

Les nouveaux visages de la crise

Dans nos soci?t?s occidentales domin?es par d’immenses d?ficits caus?s par nos trains de vie incons?quents, nos dirigeants n’auront d’autre choix que l’application d’une impitoyable aust?rit?. Comment un pays comme le Japon – aux dettes d?passant 225% de son P.I.B. – peut-il esp?rer en effet s’en tirer sans ponctionner sur les retraites, sur les travailleurs et [...]

Lire la suite