Accueil / Tag Archives: bonheur (page 3)

Tag Archives: bonheur

Gagner ? chaque fois!!!

. ANDR? LEFEBVRE ?Note?: Il est peut-?tre important de savoir qu?? cette ?poque, on parle deux langues au Canada. L?une est l?Acadien et l?autre, le Fran?ais. Ces deux langues se ressemblent tr?s peu et les tenants de l?une ne comprennent … Lire la suite

Lire la suite

Panne d’horizon

Panne d'horizon

Le ciel marbré de nuages tendres, la terre qui s'agrippe dans la pente et l'humus odorant qui colle à nos pas dans l'impressionnante cathédrale végétale des bois : nous progressons lentement dans un film de Miyazaki et à chaque instant, je guette du coin de l'œil l'apparition furtive d'un sylvain ou d'un esprit de la forêt. Le sentiment de quiétude est total, puissant et comme chaque fois que j'arpente la montagne, je me sens vivre pleinement.

J'ai bien tenté d'entraîner des gens que j'apprécie dans ma foulée, mais la plupart d'entre eux sont restés prisonniers de la plaine et de ses festivités factices et mercantiles.
En haut, en bas. Il faut aussi des lieux qui facilitent les échanges, des temporalités qui laissent le temps aux liens de se créer et de se renforcer, comme des évidences.
Je me rends compte de l'étonnante simplicité de la dichotomie humaine. Ce ne sont pas que nos corps qui s'élèvent dans les raidillons, c'est toute notre humanité qui en sort grandie.

Ils sont comme un quatuor de poussins tombés du nid, étrangement décalés dans la magnificence du décor de géants. Je leur demande de loin s'ils veulent de l'aide, ils se rétractent à l'intérieur de leurs t-shirts comme l'escargot devant le court-bouillon. Non, non, ça va, ils ne font que passer. Ils font front, ne se dérident pas et poursuivent leur route d'un pas pressé et quelque peu anxieux, comme s'ils avaient senti peser une menace dans mon interpellation. Ils n'ont ni sacs, ni chaussures de marche. Je comprends alors qu'ils ne font vraiment que passer, qu'ils ne sont même pas là, qu'ils ont dû pousser leur voiture climatisée le plus loin possible sur le chemin forestier pour se payer un échantillon de montagne, tout comme ils se nourrissent au Drive In. Consommateurs et donc pas participants. Inquiets, méfiants.
Ils ne font que passer.
Tout le temps.

Plus haut, on s'est perdu. Petit défaut de balisage. Alors on s'est rapproché d'un autre groupe qui étire sa sieste plus loin.
Mais non, on est trop bas. Il faut passer la crête de caillasse, plus haut, vers les herbages où paissent les chevaux de montagne.
Tous s'empressent de nous conseiller, de raconter le circuit. L'un d'entre eux farfouille dans son sac pour nous dégoter le topo à jour de la randonnée. Je sais que si nous étions arrivés plus tôt, on aurait probablement mangé ensemble et mis en commun nos provisions. On leur laisse un peu d'avance pour ne pas s'imposer, mais on se retrouvera plus bas, à chaque pause et on finira immanquablement par arriver aux voitures tous ensemble, commentant les passages un peu difficiles, impatients d'ôter les groles de montagne, de partager trois biscuits, de nous affaler dans les fauteuils des bagnoles. J'aime cette convivialité franche, simple et improvisée. Il ne s'agit là que de rencontres fortuites, de bons moments partagés, de salves d'anecdotes. Je ne pense pas être redescendue une seule fois de la montagne sans avoir eu le droit à l'histoire éternelle de la pire randonnée, de la grimpe de la mort ou de l'orage le plus terrifiant de tous les temps.
Cela nourrit mon humanité.

Ensuite, il me faut redescendre sur terre, rejoindre la vallée des ombres, revenir au bled et retourner jouter dans les allées étriquées de la marchandisation, affronter cette sorte de colère sourde qui ponctue le quotidien de tant de gens, lutter contre l'âpreté méfiante des rapports humains en milieu civilisé où chacun soupçonne tous les autres d'en vouloir à sa bourse, à ses biens, à ses miettes de confort et de bonheur factice, et le plus souvent, à juste raison.
  • Et encore, jusqu'ici tout va bien. On ne manque de rien, nous ne sommes pas en guerre. Imagine seulement s'il n'y avait plus assez à bouffer pour tout le monde.

Non, là, je n'imagine rien, je ne veux même pas y penser.
Les jours succèdent aux mois et nous avons de plus en plus des mentalités d'assiégés. On ressent ce lent délitement des rapports humains, des structures sociales, mais non, pour l'instant, malgré tout, ça va encore. Et en même temps, rien ne va plus, les jeux sont faits. La frénésie de la jouissance immédiate et sans conscience de tout s'exacerbe chaque jour un peu plus, creuse les frustrations et crispe les corps et les visages. Tout n'est plus que tension, mépris et confrontation larvée.

L'autre jour, je laisse ma place dans la file d'attente. Parce que je ne suis pas à la minute près, parce que c'était logique. Le gars a eu la tête d'une bête traquée, il craignait le piège, l'embuscade.
J'ai dû me justifier. Habituellement, je récolte un sourire surpris plutôt qu'une grimace anxieuse.
Il était empêtré avec ses trois conneries au creux du bras, il se demandait ce que je lui voulais, ce que ce geste inattendu pouvait cacher. Je ne pense pas pourtant être de nature à nourrir l'inquiétude autour de moi.
Je pense qu'il avait juste oublié jusqu'à l'existence de la plus élémentaire courtoisie, celle qui nous fait faire des tas de petits gestes inutiles, qui nous pousse à cultiver la bienveillance, juste pour huiler un peu la mécanique subtile des rapports humains.


Album photo de la randonnée

Powered by ScribeFire.

Lire la suite

Panne d’horizon

Panne d'horizon

Le ciel marbré de nuages tendres, la terre qui s'agrippe dans la pente et l'humus odorant qui colle à nos pas dans l'impressionnante cathédrale végétale des bois : nous progressons lentement dans un film de Miyazaki et à chaque instant, je guette du coin de l'œil l'apparition furtive d'un sylvain ou d'un esprit de la forêt. Le sentiment de quiétude est total, puissant et comme chaque fois que j'arpente la montagne, je me sens vivre pleinement.

J'ai bien tenté d'entraîner des gens que j'apprécie dans ma foulée, mais la plupart d'entre eux sont restés prisonniers de la plaine et de ses festivités factices et mercantiles.
En haut, en bas. Il faut aussi des lieux qui facilitent les échanges, des temporalités qui laissent le temps aux liens de se créer et de se renforcer, comme des évidences.
Je me rends compte de l'étonnante simplicité de la dichotomie humaine. Ce ne sont pas que nos corps qui s'élèvent dans les raidillons, c'est toute notre humanité qui en sort grandie.

Ils sont comme un quatuor de poussins tombés du nid, étrangement décalés dans la magnificence du décor de géants. Je leur demande de loin s'ils veulent de l'aide, ils se rétractent à l'intérieur de leurs t-shirts comme l'escargot devant le court-bouillon. Non, non, ça va, ils ne font que passer. Ils font front, ne se dérident pas et poursuivent leur route d'un pas pressé et quelque peu anxieux, comme s'ils avaient senti peser une menace dans mon interpellation. Ils n'ont ni sacs, ni chaussures de marche. Je comprends alors qu'ils ne font vraiment que passer, qu'ils ne sont même pas là, qu'ils ont dû pousser leur voiture climatisée le plus loin possible sur le chemin forestier pour se payer un échantillon de montagne, tout comme ils se nourrissent au Drive In. Consommateurs et donc pas participants. Inquiets, méfiants.
Ils ne font que passer.
Tout le temps.

Plus haut, on s'est perdu. Petit défaut de balisage. Alors on s'est rapproché d'un autre groupe qui étire sa sieste plus loin.
Mais non, on est trop bas. Il faut passer la crête de caillasse, plus haut, vers les herbages où paissent les chevaux de montagne.
Tous s'empressent de nous conseiller, de raconter le circuit. L'un d'entre eux farfouille dans son sac pour nous dégoter le topo à jour de la randonnée. Je sais que si nous étions arrivés plus tôt, on aurait probablement mangé ensemble et mis en commun nos provisions. On leur laisse un peu d'avance pour ne pas s'imposer, mais on se retrouvera plus bas, à chaque pause et on finira immanquablement par arriver aux voitures tous ensemble, commentant les passages un peu difficiles, impatients d'ôter les groles de montagne, de partager trois biscuits, de nous affaler dans les fauteuils des bagnoles. J'aime cette convivialité franche, simple et improvisée. Il ne s'agit là que de rencontres fortuites, de bons moments partagés, de salves d'anecdotes. Je ne pense pas être redescendue une seule fois de la montagne sans avoir eu le droit à l'histoire éternelle de la pire randonnée, de la grimpe de la mort ou de l'orage le plus terrifiant de tous les temps.
Cela nourrit mon humanité.

Ensuite, il me faut redescendre sur terre, rejoindre la vallée des ombres, revenir au bled et retourner jouter dans les allées étriquées de la marchandisation, affronter cette sorte de colère sourde qui ponctue le quotidien de tant de gens, lutter contre l'âpreté méfiante des rapports humains en milieu civilisé où chacun soupçonne tous les autres d'en vouloir à sa bourse, à ses biens, à ses miettes de confort et de bonheur factice, et le plus souvent, à juste raison.
  • Et encore, jusqu'ici tout va bien. On ne manque de rien, nous ne sommes pas en guerre. Imagine seulement s'il n'y avait plus assez à bouffer pour tout le monde.

Non, là, je n'imagine rien, je ne veux même pas y penser.
Les jours succèdent aux mois et nous avons de plus en plus des mentalités d'assiégés. On ressent ce lent délitement des rapports humains, des structures sociales, mais non, pour l'instant, malgré tout, ça va encore. Et en même temps, rien ne va plus, les jeux sont faits. La frénésie de la jouissance immédiate et sans conscience de tout s'exacerbe chaque jour un peu plus, creuse les frustrations et crispe les corps et les visages. Tout n'est plus que tension, mépris et confrontation larvée.

L'autre jour, je laisse ma place dans la file d'attente. Parce que je ne suis pas à la minute près, parce que c'était logique. Le gars a eu la tête d'une bête traquée, il craignait le piège, l'embuscade.
J'ai dû me justifier. Habituellement, je récolte un sourire surpris plutôt qu'une grimace anxieuse.
Il était empêtré avec ses trois conneries au creux du bras, il se demandait ce que je lui voulais, ce que ce geste inattendu pouvait cacher. Je ne pense pas pourtant être de nature à nourrir l'inquiétude autour de moi.
Je pense qu'il avait juste oublié jusqu'à l'existence de la plus élémentaire courtoisie, celle qui nous fait faire des tas de petits gestes inutiles, qui nous pousse à cultiver la bienveillance, juste pour huiler un peu la mécanique subtile des rapports humains.


Album photo de la randonnée

Powered by ScribeFire.

Lire la suite

Le temps des c(e)rises

Cerises

Cette année, les cerisiers n'ont pas donné.

C'est une de ces petites phrases banales qui creusent en moi un sentiment de perte incommensurable. Ce genre de choses que l'on dit sans y penser, pour ponctuer une marche ou ne pas avoir l'air trop ballot pendant une conversation en mal d'inspiration.
C'est bien vrai, ça : il n'y a pas eu de cerises cette année.

L'année dernière, c'était une tout autre affaire. Rien que de l'arbre du jardin, nous avions sorti trois pleins paniers de petites billes rouge vif. Pas aussi bonnes que celles du voisin. Lui, c'est un de ces papets à l’œil qui frise qui te rappelle toujours au détour d'une salutation sur le bord du chemin qu'en un autre temps, il était un autre homme. Je ne suis vraiment pas certaine qu'il a été ce coureur de jupons qu'il aime à dépeindre à grands traits gourmands, histoire de faire oublier sa trogne ravagée par l'érosion des années et ce corps rétif qui n'avance plus que sous la contrainte d'une formidable volonté. Lui, c'est la vague italienne. Ils sont presque tous arrivés du même bled, dans le coin. Saisonniers, garçons de ferme, hommes à tout faire, du temps où il fallait garnir de bras et de dos courbés la campagne pour qu'elle veuille bien donner assez. Il a bossé dur, comme un chien. Il a avalé les couleuvres de la châtelaine, m'a-t-il confié un jour où il était particulièrement loquace. Je ne sais pas trop ce qu'elle lui a fait, celle-là, mais ça fleure bon la vieille lutte des classes des familles. Peut-être était-il beau gars, après tout.

C'était la génération d'avant celle d'avant, les durs à la peine, ceux qui se sont voués au labeur et à l'économie. Il a trimé et il a investi le fruit de son travail dans cette terre avide qu'il a abreuvé de sa sueur. Lopin après lopin. Et cette longue rangée de cerisiers majestueux qui borde cette petite route tranquille qui mène chez moi, c'est lui qui l'a plantée, avec sa femme. Et ils se sont mis à donner tant et plus qu'il a invité tous les gens du coin à venir se servir. Et même en nous y mettant tous, il est resté largement de quoi nourrir les nombreux oiseaux qui se cachent dans le petit bosquet près de l'étang, là-bas, en bas.

Prenez, prenez, vous devez venir en prendre encore plus, avec la petite.
Et moi j'avais un peu de remords à venir ainsi remplir mes poches des fruits de son travail.
Jusqu'à cette année et le grand froid qui a figé dans son étreinte implacable les fleurs de tous les fruitiers du coin. Du coup, il n'y a rien eu quand l'été est enfin arrivé. Pas de commandos-panier, pas d'acrobaties hasardeuses dans les branches, pas de retour au sol un peu lourd qui m'a rappelé que je n'avais plus l’agilité de petit singe de mes 13 ans, quand je surveillais l'arrivée des beaux jours juchée dans une autre allée de cerisiers, ailleurs, dans un autre temps, un autre monde, aussi.

Cette année, les cerisiers n'ont pas donné et c'est un peu comme si je ne mangerai plus jamais de cerises.

Powered by ScribeFire.

Lire la suite

Le temps des c(e)rises

Cerises

Cette année, les cerisiers n'ont pas donné.

C'est une de ces petites phrases banales qui creusent en moi un sentiment de perte incommensurable. Ce genre de choses que l'on dit sans y penser, pour ponctuer une marche ou ne pas avoir l'air trop ballot pendant une conversation en mal d'inspiration.
C'est bien vrai, ça : il n'y a pas eu de cerises cette année.

L'année dernière, c'était une tout autre affaire. Rien que de l'arbre du jardin, nous avions sorti trois pleins paniers de petites billes rouge vif. Pas aussi bonnes que celles du voisin. Lui, c'est un de ces papets à l’œil qui frise qui te rappelle toujours au détour d'une salutation sur le bord du chemin qu'en un autre temps, il était un autre homme. Je ne suis vraiment pas certaine qu'il a été ce coureur de jupons qu'il aime à dépeindre à grands traits gourmands, histoire de faire oublier sa trogne ravagée par l'érosion des années et ce corps rétif qui n'avance plus que sous la contrainte d'une formidable volonté. Lui, c'est la vague italienne. Ils sont presque tous arrivés du même bled, dans le coin. Saisonniers, garçons de ferme, hommes à tout faire, du temps où il fallait garnir de bras et de dos courbés la campagne pour qu'elle veuille bien donner assez. Il a bossé dur, comme un chien. Il a avalé les couleuvres de la châtelaine, m'a-t-il confié un jour où il était particulièrement loquace. Je ne sais pas trop ce qu'elle lui a fait, celle-là, mais ça fleure bon la vieille lutte des classes des familles. Peut-être était-il beau gars, après tout.

C'était la génération d'avant celle d'avant, les durs à la peine, ceux qui se sont voués au labeur et à l'économie. Il a trimé et il a investi le fruit de son travail dans cette terre avide qu'il a abreuvé de sa sueur. Lopin après lopin. Et cette longue rangée de cerisiers majestueux qui borde cette petite route tranquille qui mène chez moi, c'est lui qui l'a plantée, avec sa femme. Et ils se sont mis à donner tant et plus qu'il a invité tous les gens du coin à venir se servir. Et même en nous y mettant tous, il est resté largement de quoi nourrir les nombreux oiseaux qui se cachent dans le petit bosquet près de l'étang, là-bas, en bas.

Prenez, prenez, vous devez venir en prendre encore plus, avec la petite.
Et moi j'avais un peu de remords à venir ainsi remplir mes poches des fruits de son travail.
Jusqu'à cette année et le grand froid qui a figé dans son étreinte implacable les fleurs de tous les fruitiers du coin. Du coup, il n'y a rien eu quand l'été est enfin arrivé. Pas de commandos-panier, pas d'acrobaties hasardeuses dans les branches, pas de retour au sol un peu lourd qui m'a rappelé que je n'avais plus l’agilité de petit singe de mes 13 ans, quand je surveillais l'arrivée des beaux jours juchée dans une autre allée de cerisiers, ailleurs, dans un autre temps, un autre monde, aussi.

Cette année, les cerisiers n'ont pas donné et c'est un peu comme si je ne mangerai plus jamais de cerises.

Powered by ScribeFire.

Lire la suite

Persistances olfactives

Ce matin, ma cuisine sentait exactement comme la cuisine de mon enfance en Maurienne?: l'?vier en pierre de taille, avec ses robinets r?tro en cuivre, les biscottes Heudebert en pack familial et le lait fra?chement extrait des vaches d'H?l?ne, la...

Lire la suite

Persistances olfactives

Ce matin, ma cuisine sentait exactement comme la cuisine de mon enfance en Maurienne?: l'?vier en pierre de taille, avec ses robinets r?tro en cuivre, les biscottes Heudebert en pack familial et le lait fra?chement extrait des vaches d'H?l?ne, la...

Lire la suite

Persistances olfactives

Ce matin, ma cuisine sentait exactement comme la cuisine de mon enfance en Maurienne?: l'?vier en pierre de taille, avec ses robinets r?tro en cuivre, les biscottes Heudebert en pack familial et le lait fra?chement extrait des vaches d'H?l?ne, la...

Lire la suite