Accueil / Tag Archives: bonheur

Tag Archives: bonheur

Le Secret du Bonheur : Vivre à Poil !

Ah ! qu’il serait bon de s’émanciper des contraintes de notre monde automatisé, de s’affranchir de toutes ces directives, de toutes ces lois, de tous ces règlements qui nous enserrent dans un étau normatif toujours plus étouffant. Ah ! qu’il serait jouissif de tourner le dos à cette société aseptisée et formatée ...

Lire la suite

Transhumanisme et singularité, la fin d’une illusion

Récemment, une radio FM diffusait une brève intervention de Luc Ferry à propos du transhumanisme dont les arguments seraient plutôt convaincants. Mais notre expert en philosophie a avoué son impuissance à entrer dans la controverse en développant des arguments scientifiques qu’il ne possède pas. Mais en vérité, il existe deux ...

Lire la suite

La connaissance perdue

Pour ceux qui apprécient l’amusement de la « réflexion/recherche/connaissance », voici la description du parcours évolutif de tout ce qui existe dans l’univers. C’est là, la science du Bonheur et du Malheur, du Yin et du Yang, d’Aman et de Brahman etc., appelées également la science des polarités. C’est la « théorie du ...

Lire la suite

Un monde en mutation est en route

  Gustavo Tanaka, auteur et entrepreneur brésilien, a intégré « la nouvelle économie », façon Jeremy Rifkin, et son analyse globale de la situation mérite d’être découverte, car il présente, sur un mode positif, un monde que nous avions plutôt tendance à voir en noir. En 8 petits paragraphes, il décrit ce ...

Lire la suite

Une journée ordinaire

Un brouillard se dissipe, le commérage des piafs filtre sous la fenêtre de la chambre. J’ai l’impression que leur joyeuse musique est là pour palier à l’absence d’alarme du cube coréen aux chiffres fluorescents qui me sert de réveil. C’est sympa de se faire sortir d’un coma nocturne par des ...

Lire la suite

L’art du bonheur pour ravir ta vie

La sculpture, le cinéma, la danse, sont des arts n’est-ce pas et si le bonheur lui aussi en était un ? C’est ce que nous suggère Saphia Larabi avec son ebook l’art d’être heureux qui contient la substance moelle de 15 chroniques radio, traitant des facettes du bonheur sous différents ...

Lire la suite

Le salaire du bonheur

Dans ce monde de brutes, où l’argent et la violence règnent en maitres, où les grands patrons engrangent des bonus, des salaires, des avantages, de plus en plus indécents, un coin de voile s’est levé, démontrant que l’espoir, le sens du partage et l’intelligence ont encore un avenir sur notre belle ...

Lire la suite

Le bonheur haut de « game »: Do r? mi fa sol la Si b? rit

Il est possible de prendre sa retraite ? 55 ans, dit Ga?tan Veillette, planificateur financier au Groupe Investors. ? Il faut toutefois avoir une discipline de fer, puisqu?il s?agit l? d?un objectif tr?s ambitieux ?, dit-il. Il donne l?exemple d?un travailleur ayant un revenu net apr?s imp?t de 27 548$ ...

Lire la suite

20 choses que vous devez abandonner pour ?tre heureux

Express.be????????????? Le facteur le plus important qui nous emp?che de r?aliser nos r?ves est simplement et malheureusement nous-m?me. Nous nous fixons des limites chaque jour, de mani?re intentionnelle ou non. Toutefois, il existe de nombreuses fa?ons pour att?nuer ces contraintes. Voici 20 choses dont nous devons nous d?barrasser si nous ...

Lire la suite

Rentr

Tout à l’heure, elle a préféré qu’on ne l’accompagne pas dans la cour de récréation.

Éclaboussures C’est assez logique : elle revient en territoire connu, c’est sa dernière année d’école, celle d’avant le grand saut dans l’inconnu, celle où elle fait enfin partie des grands avant de redevenir une petite nouvelle.

La rentrée, c’est toujours pareil et c’est toujours différent. Ou alors, c’est nous qui changeons et c’est cette récurrence des cycles de vie qui nous informe que la grande horloge continue de tourner inexorablement vers l’heure de la sortie.
J’ai eu mon content de petits matins de septembre frisquet, de platanes jaunissants, de cette formidable impatience de devoir tout recommencer tout en sachant que ce sera totalement différent.

J’ai toujours aimé ces derniers jours d’été, où la chaleur se fait moins mordante, mais où le ciel est d’un bleu implacable. J’ai toujours, en même temps, regretté ce moment de l’année où je remarque à de petits signes que les jours sont nettement plus courts. J’aime le rythme de l’été, ces matins à peine frais où l’on est réveillé de bonne heure par la lumière du jour et on l’on étire les soirées dans un crépuscule lent et paresseux, à l’ombre des étoiles pâles. Mais j’aimais aussi, en même temps, cette sorte de retour à la vie, à frénésie du troupeau, à la nécessité du temps, tout en rejetant formellement la dictature de l’horloge. Je crois que j’aurais voulu vivre toute l’année des journées de juillet avec les couleurs et les sons de septembre, juste pour en avoir un peu plus, un peu plus longtemps.

Quand j’étais gosse, les vacances me faisaient un peu suer. Non pas que je n’aimais pas retrouver mon père et nos amis communs ou que je n’appréciais pleinement la rupture des rythmes, le changement de décor, d’activités, de socialité et l’exquis sentiment d’étrangeté à moi-même que cela me procurait, mais en même temps, je trouvais trop long ce temps hors du temps, hors de la vraie vie, celle des copains, du quotidien parfois ennuyeux, et de l’apprentissage, de ces connaissances que l’école ne distribuait pourtant qu’avec une parcimonie mesquine.
Après le 15 aout, déjà, j’avais envie d’ombre, de papier neuf et craquant et de l’odeur follement enivrante des manuels scolaires fraichement sortis de la presse. Que je sois parachutée dans une école où je ne connaissais rien ni personne — ce qui m’est arrivé bien souvent — ou que je retourne en terrain conquis, auprès de ces amis que j’aurais tant voulu garder toute ma vie, je finissais toujours par crever d’impatience de replonger dans le carcan rigide et rassurant de l’Éducation nationale, ne serait-ce que parce que là, j’avais enfin des règles à enfreindre et d’autres à inventer.

Je ne me souviens pas d’un temps où je n’ai pas aimé profondément ce lieu où l’on détient pourtant tant d’enfants contre leur gré. Je crois que j’ai même dû aimer l’effroi du premier plongeon dans l’inconnu, de la première séparation, de cette promesse de conquête d’une nouvelle autonomie, de découverte d’un nouveau monde, de nouveaux visages, de nouvelles sensations. J’ai toujours aimé la manière dont le piaillement aigu des enfants rebondit sous le préau, les jours de crachin, le grondement rocailleux des pieds de chaises que l’on traine sur le parquet balafré par les générations, la pluie mate des semelles de basket dans les escaliers, le murmure des files d’attente dans les couloirs, les hurlements de délivrance lors de la dernière sonnerie du soir, la cacophonie indigeste et métallique de la cantine aux heures de pointe, les chuchotements sous la couette, le soir, après l’extinction des feux, le bourdonnement du silence pendant les interros, tout ce brouhaha de la vie en collectivité.

 La gosse m’a l’air bien moins émotive en ce premier jour de sa dernière année d’écolière. Envie de voir les potes, certes, de raconter nos petites aventures de l’été, mais pas de réelle impatience, plutôt une sorte de volonté contrôlée de vivre le moment, juste le moment.
Elle n’avait pas besoin du rituel du premier jour, un peu comme si elle l’économisait pour le grand saut dans le monde de l’année prochaine.
Je la regarde traverser les mêmes instants que ceux par lesquels je suis passée. C’est la même chose, mais c’est définitivement différent. Chaque moment est complètement différent parce que c’est un peu comme si, aujourd’hui, je le revivais, mais de l’autre côté du miroir.

Lire la suite

PROPAGANDE ANTI-SYRIE. « La Vague Bleue de Damas », le film qui dit la vérité…vraie !

La coordination contre l’ingérence en Syrie et en son nom pour répondre à la "vague blanche" (nous y reviendrons) qui avait produit plusieurs films d’intox contre la Syrie et financés par l’argent public et diffusés sur les médias nationaux. Savourez 3 minutes de plaisir et de bonheur…. Classé dans:Actualité Tagged: Syrie, terrorisme

Lire la suite

Que cache la ??stabilit? financi?re?? tant invoqu?e ?

MICHEL SANTI: A mesure des flambées boursières, l’on sent monter une préoccupation des banques centrales qui semblent progressivement privilégier la « stabilité financière » qu’ils appellent de leurs vœux. Au détriment de la lutte contre le chômage et contre les poussées inflationnistes … Lire la suite

Lire la suite