Accueil / T Y P E S / Articles / Moi y’en a vouloir des sous

Moi y’en a vouloir des sous

La sc?ne qui m’a le plus frapp? dans le film fran?ais De battre mon coeur s’est arr?t?, c’est celle o? Niels Arestrup, le p?re de Tom, se fait soigner apr?s avoir ?t? tabass?. Pour moi, c’?tait de la science-fiction : un m?decin est venu ? son domicile, tard le soir, pour panser ses blessures.

On conna?t tous l’inefficacit? de la m?decine ? l’am?ricaine qui affiche les d?penses de sant? per capita les plus ?lev?es des pays de l’OCDE pour des r?sultats m?diocres. Le Business Week de cette semaine, dans un article que n’aurait pas refus? le d?funt journal En Lutte !, rappelle que les Am?ricains d?pensent des sommes massives pour des traitements qui n’aident pas vraiment les patients, et m?me souvent les mettent en danger.

Alors, que devons-nous penser de la campagne de peur que m?nent les m?decins sp?cialistes ? la poursuite de leur r?ve d’une m?decine ? l’am?ricaine ? Le docteur-entrepreneur-homme d’affaires, avec plein de grosses machines hi-tech mises gratuitement ? sa disposition, plein de services hospitaliers gratuits ? volont?, plein d’infirmi?res pour ramasser son linge sale et surtout, pas de service ? domicile pour d?ranger ses repas au Beaver Club, veut plus de fric.

Les m?decins sp?cialistes ont le droit de se reposer, ils sont d?bord?s, dites-vous ? Alors pourquoi disputer ?prement aux infirmi?res le droit de poser le moindre geste qui pourrait sembler relever de leurs pr?rogatives ? Pourquoi contingenter la formation de nouveaux m?decins ? Et aussi, pourquoi contingenter surtout sur la base des r?sultats scolaires, lesquels sont loin de donner un indice valable des qualit?s de coeur n?cessaires ? cette profession ?

Je suis persuad? que la majorit? des jeunes m?decins ne sont pas d’accord avec le mod?le de m?decine qui se pratique en Am?rique du Nord. Ils recherchent davantage la qualit? de vie et une implication plus fonctionnelle dans leur milieu de vie. Le grossier docteur-entrepreneur-homme d’affaires qui n’a pas le temps de se laver les mains entre deux patients et r?pand les maladies nosocomiales n’est certainement pas le mod?le qui leur fait envie.

Engouffrer simplement plus d’argent dans le syst?me m?dical ne r?glera pas nos probl?mes. Il faut revoir ce ridicule statut d’entrepreneur qui travaille ? la pi?ce auquel les vieux docteurs tiennent tant. Un entrepreneur qui ne prend aucun risque financier, n’a pas de comptes ? recevoir ni de comptes ? payer, dispose d’une client?le captive, ins?cure et incapable de porter un jugement sur la validit? de ses d?cisions, cela n’est pas un v?ritable entrepreneur. Et ce faux statut est ? l’origine de beaucoup des dysfonctions de notre r?seau de sant?.

Je sais bien que ce n’est pas demain la veille o? on amorcera cette r?forme. Mais tant qu’elle n’est pas faite, on a l’impression de jeter de l’argent pour rien dans un gouffre sans fond. Et cela rend les n?gociations plus difficiles. Et le chantage des m?decins sp?cialistes les rendra peut-?tre plus riches, mais encore plus d?test?s par la population.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (5)

Et puis il y a les hommes aussi, dans cette aventure.  J’en retiendrai deux, un ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Je ne suis pas un expert de la chose, mais il me semble que Jean Rochon avait commencé une certaine réforme du système de santé qui a mal tournée après que le gouvernement ait décidé de ne pas réinvestir dans le système de santé l’argent économisé pour plutôt, lucidement, la transformer en contribution à la quête du déficit zéro.

    En tout les cas, il ne fait aucun doute que la proportion du budget allant à la santé est beaucoup trop élevée…

  2. avatar

    L’ONU avait publié (peut-être l’OMS finalement) un palmarès de la santé dans les pays du monde, c’était il y a deux ou trois ans. La France arrivait en effet première (faut bien des fois !) de ce palmarès, le Canada et les États-Unis faisaient pâle figure, surtout si l’on considère l’argent investit par personne dans la santé.

    En France aussi, la santé est l’un des plus gros budgets (après l’éducation et devant l’armée je crois). On peut en effet aller chez un médecin, s’y faire soigner (y a un peu d’attente dans une petite salle souvent), et ce sans rdv la plupart du temps (ils ont des plages horaire). Quand j’ai vu les revenus des médecins ici au Canada (au Québec plus précisément), j’ai pensé « OUUAHH !!! »…..
    100 000, 200 000 $$$ !!!
    La moyenne des revenus des médecins en France est à peine au-dessus du revenu moyen du pays, donc si l’on compare au Québec (environ 30 000$)… on en est loin des 100 000 !
    Bien sûr il y a des exceptions partout, les grands chirurgiens etc… sont sûrement très bien payés en France, et les médecins de campagne au Québec beaucoup moins.

    Mais peut-être faut-il s’inspirer des (bonnes) méthodes des uns et des autres ailleurs dans le monde (pas seulement en France).
    Et réfléchir à la raison pour laquelle on fait un métier dans la médecine ? Pour l’argent uniquement ?
    On devrait peut-être en dépêcher un bon nombre (déporter 🙂 ??? ) en Afrique, là où l’on a besoin d’eux !
     :-))