Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / MH-370 (34) : les avions oubliés en Malaisie (2)

MH-370 (34) : les avions oubliés en Malaisie (2)

Nota : à ceux qui pourraient penser récupérateur l’association de la catastrophe du vol MH-370 dans le titre de cette longue série, je rappelle qu’à l’origine il y a la forte suspicion émise par l’un des parents de victimes françaises sur la possibilité que le Boeing 777 incriminé ait pu avoir eu affaire à un trafic de ce genre, ou à une bavure militaire liée à ce trafic.  La série a débuté ici

 

Un chinois,  un pilote… et c’est tout

Mais revenons à nos fameux 747 abandonnés. C’est d’abord le responsable de l’aéroport de Kuala Lumpur qui lève une partie du voile en avouant « que les 747 n’avaient pas été abandonnés, mais conservés lors de leur réunion avec Malaysia Airports (MAHB), la société qui gère les aéroports du pays, sur une « base cohérente » afin de présenter des documents supplémentaires sur le statut du propriétaire. La première réunion avec MAHB, qui a eu lieu le 17 juin de cette année, a été suivie de plusieurs réunions pour fournir des pièces justificatives, « qui indiquent toutes clairement que Swift est le propriétaire de tous les (3) B747″, a indiqué la compagnie de fret dans une déclaration (…) Blue Peterson, président-directeur général de Swift, a affirmé que le MAHB avait refusé de lui permettre d’avoir accès aux avions, affirmant qu’ils avaient besoin de consulter les documents d’immatriculation de l’aéronef avant de l’autoriser à se rendre à proximité (d’eux). » Quelqu’un, sur place, en Malaisie, cherchait visiblement à brouiller les pistes, pour qu’on ne sache pas à qui appartenaient les appareils. Pourquoi, donc, voila toute la question !

Voici ce qu’on apprend, donc : « Les trois avions de Boeing avaient été vendus à Swift le 8 juin et les pièces justificatives de la vente avaient été signées par Swift et diverses autres parties, notamment Syed Amir Ibrahim de Syed Ibrahim & Co., les avocats de la ville de Kuala Lumpur et les représentants agissant au nom des anciens propriétaires à Hong Kong, selon la déclaration de Swift ». « Swift » étant en fait Swift Air Cargo, toute jeune compagnie dont le site (plutôt) indigent est visible ici. Son pilote en chef, Blue Peterson, se présente comme un ancien de SukhoThai Airways (ancien FlyHy avec des Boeing 727) qui a été commandant de bord sur IndiGo, compagnie indienne importante mais incendiée ici sur PPrune, qui cite Peterson comme étant plutôt « le valet de la directrice des ressources humaines » de la société. A noter que Sun Fai, ancien de British Airways, cité ci-dessus, a aussi été « Director of Station Operations » pour Atlas, l’une des compagnies cargo civile ayant fait fortune avec le transport de soldats … et qu’il se targue d’y avoir fait intégrer Polar Air Cargo, compagnie liée elle encore à la CIA. En fait de « chinois » (la presse a été inondée de messages contradictoires sur le sujet, à dessein, pour que l’on ne remonte pas tout de suite vers la piste de l’avion cargo), un propriétaire potentiel se retrouve effectivement dans le collimateur… A gauche, c’est en effet Sun Fai Li, le responsable commercial de Swift, ancien de TradeWinds Airlines, (Sky Lease Cargo). Un site qui retient deux 747 sur trois , montrant que les deux sont effectivement d’anciens MASkargo !!! Le MSN 22363 (le TF-ARM) et le MSN 22382 (TF-ARN) : manque le TF-ARH… celui d’Air Atlanta Icelandic Cargo (vu ici à Schipol en 2004, il était sorti de Marana en 2003 avait-on pu vérifier). Ex Lufthansa, passé par Southern Air TransportBank of Utah Trustee, et Tradewinds Airlines. Quant au TF-ARH, cela m’étonnerait en effet qu’il puisse revoler : le voici pris en photo le 21 décembre 2015 par le spotteur Jaime Y:

Sur le ventre et ensuite en l’air

Notre « chinois  caché derrière Swift «  était-il l’envoyé déguisé de notre acheteur de Boeing désireux d’aller visiter Riga ? A qui appartenaient ces trois avions que personne n’a réclamés ? Qu’avait-on eu envie de faire à Kuala Lumpur en les stockant là ??? Ou  de ne pas faire, en les laissant ainsi péricliter ? Aujourd’hui, on ne le sait toujours pas, mais on a dégoté quelques pistes !! En fait, c’est le même Boeing 747 acheté « sans moteurs » et qui était bien… pakistanais, en effet;  c’est bien celui de la PIA, qui a été abandonné à Kuala Lumpur : le numéro de fabrication donné en Malaisie n’était manifestement pas le bon !!! Pourquoi avoir tenté d’orienter les journalistes sur une autre piste, voilà qui mérite réflexion ! L’engin est plutôt étonnant, car il n’aurait pas dû revoler, logiquement, après ce qu’il lui était arrivé. Le voici ci-dessous à droite arrivé on ne sait trop comment dans le cimetière de Marana en Arizona, où il a été longtemps aperçu, toujours sans moteurs. Cet avion était en fait l’AP-AYW, ex TAP Portugal, CS-TJD (le N° 21035) qui avait été victime d’un incroyable accident. Il avait raté son atterrissage à Islamabad le 4 février 1986, avec 264 passagers et membres d’équipage à bord. On avait frôlé la catastrophe !!! L’avion s’appelait alors « City of Peshawar ». Raté est bien le mot : l’équipage avait tout simplement oublié de sortir le train !!! Sidérante bévue !!!  Comment-a-t-on pu convaincre des investisseurs que cet avion pourrait revoler un jour ???  Ils l’avaient fait pourtant : voici la photo ci-dessous de son arrivée à Los Angeles, sous l’immatriculation N705BL, sorti du désert (comment les pakistanais l’avaient-ils renvoyé en Arizona, ça reste mystérieux !!!). Plus étonnant encore on le donne aussi comme ayant passé entre les mains d’EAS (Europe Aero Service) le 16 octobre 2005 où il aurait pris l’immatriculation N559EV, venu de Prestwick (remotorisé donc, déjà) pour être stocké à Marana, où on lui aurait enlevé à nouveau ses réacteurs, en ce cas. Baltia l’aurait alors acheté 1/2 million de dollars.  A nouveau remotorisé, mais pas repeint pour autant comme on peut le voir.  Et surtout un appareil revérifié, remis aux normes, une opération coûteuse, effectuée dans un endroit fort particulier à vrai dire : lorsqu’il avait été revu, il s’apprêtait à partir au Malaysian Airlines Maintenance Center (Malaysian Airline System Berhad ou « MAS ») de Kuala Lumpur  !!! Le voici en photo, déjà arrivé sur le parking devant le hangar de maintenance de la Malaysian : un hangar situé à Kuala Lumpur (enfin pas tout à fait : il est exactement à Tubang, entre les deux il  y a 48 km seulement, et la piste du hangar d’entretien de la Malaysian fait plus de 4,3 km de long… un peu moins que les pistes principales de Kuala Lumpur) !!! Arrivé pour pouvoir être parqué ensuite à Kuala Lumpur, le 747 a donc du… voler à partir de Tubang ! Mais pourquoi ne pas avoir effectué la visite de conformité aux USA se dit-on ??? Car pour aller se faire «checker » , on lui avait donc déjà remonté des moteurs, pour passer du désert de l’Arizona en Malaisie, obligatoirement.  Craignait-on que la FAA ne soit trop restrictive et espérait-on plutôt que la Malaisie soit beaucoup plus… laxiste ? Car avec le choc qu’il avait reçu, pas sûr que l’ensemble de la structure ne se soit pas fragilisée !!! Certains sites indiquent que les techniciens de Boeing en personne étaient descendus examiner les dégâts. Pour conclure qu’il pouvait donc revoler !!!

L’ensemble des vérifications aurait coûté son million de dollars, s’ajoutent au 1/2 du prix d’achat, d’où la perte annoncée (est-il resté sur place par simple défaut de paiement, c’est probable !)… Sur cette page on peut voir les préparatifs de remise en place de ses réacteurs avant la révision en Malaisie (et une liste d’examinateurs de la FAA, venue en nombre). Ici son passage sur L’aéroport international de Los Angeles (LAX) avant la grande traversée le 4 août 2010 en Californie :

Une gigantesque arnaque de près de 20 ans ! 

En tout cas, installée au départ à l’aéroport JFK, la société de Igor Dmitrowsky décide de s’installer à… Ypsilanti (dans le fief de Kalitta) : elle avait raté à New-York sa certification avec le premier appareil, le fameux « ex sans moteurs », « abandonné  » depuis.  Son but était en fait un peu bizarre : Igor souhaitait ouvrir une ligne cargo vers Riga (Lettonie), Kiev, Minsk (Ukraine) et St. Petersbourg (Russie) !!! Avait-il une arrière pensée politique ce faisant ? On ne le sait pas, mais après le coup d’État dans l’ancienne Union soviétique, Dmitrowsky avait clairement tablé sur la désintégration de l’Union soviétique, persuadé que cela attirerait des entrepreneurs dans ses villes de destination. Voilà un « trumpien » d’avant l’heure !!!  « Sa stratégie consistait à ignorer les responsables de l’aviation soviétique et à cultiver les autorités locales qui sont désormais en charge ».  En somme, voilà un homme destiné aussi à s’entendre avec Vladimir, contraint et forcé… ou bien un homme qui se serait vu bloqué par une administration US pas très chaude pour ouvrir cette ligne aérienne si particulière ? En 2014, comme l’avait fait Midex, sa société parade donc avec son second 747, le N°21705 (N706BL) fraîchement repeint, pour forcer la main (on le voit ici enthousiaste à gauche lors de la présentation).  On visite même son hangar, où l’on trouve sagement rangés sous cocon 4 moteurs à remonter..  une habitude chez lui ? Dmitrowsky (ici à gauche) affirmant dans la foulée vouloir en acheter un second (ce devrait être un troisième, voire un quatrième, pour lui, comme on l’a vu). Oublié le 747 de Kuala Lumpur !!! (mais pourquoi donc  ne trouve-t-on pas de traces de plaintes de l’atelier de la Malaysian Airlines ayant remis à neuf l’avion… pour rien ?). Son seul avion valable, à lui, n’a toujours pas volé une seule minute depuis !!!  Toujours pas de certification obtenue !!! Depuis toutes ces années (27 ans au total !) ! Le refus d’autorisation de vol faute de garanties, le délai qui s’allonge à fournir des documents, l’agitation entretenue sur l’ouverture « imminente » (pendant plusieurs années…) cela finit par inquiéter et ressembler de plus en plus non pas à une administration tatillonne qui tournerait en boucle, comme Dmitrowsky la présente trop souvent, mais à tout autre chose : une manœuvre de façade…  celle d’une véritable escroquerie caractérisée.

Pomper l’argent avant tout 

C’est un article passionnant de Michigan Radio que je vous résume ici qui nous l’a fait comprendre : le but n’a jamais été de le faire voler, cet avion !!! Car entre-temps, et depuis toutes ces années, le projet Baltia a dilapidé pas mal de fonds, dont 48 millions empruntés à des petits investisseurs, dont par exemple Brad Ware, venu de Virginie qui a été essoré d’environ 40 000 à 50 000 dollars comme l’a retrouvé le journaliste ayant flairé l’arnaque. D’autres ont perdu bien davantage : l’article cite le cas de Paul Ackerman qui a allongé 415 000 dollars de mars 2013 à décembre 2014, et qui se retrouve avec 26 000 en valeur d’aujourd’hui !!! (à droite la mise en parking du 747 de la PAI, faite après 2009 et déjà effectuée en janvier 2010. L’avion ne bougera plus.  C’est son voisin de gauche qui a le gouvernail de queue bleue). L’auteur cite aussi le mystérieux « John Drago » qui aurait lui perdu des millions dans l’affaire.  Un tel projet a attiré de tout.  Car Drago, c’était en fait celui derrière Kayla Companies, à Long Island, finalement arrêté en 2018 pour fraude… et avoir surtout insisté auprès de ses employés pour  accepter des dépôts supérieurs à 10 000 dollars, ou à en faire plusieurs lors d’une même opération…. le système préféré des dealers pour blanchir l’argent de la drogue !!! En réalité, l’avion qui n’a jamais volé était une tirelire géante pour le conseil d’administration qui devait le faire voler. L’enquête montrera en effet qu’en 2015, alors que l’avion ne volait toujours pas et que Baltia perdait 8,3 millions de dollars rien que pour cette année-là, son directeur s’était octroyé 44 534 dollars, son vice président (Barry Clare) 95,877 , et le second vice président Russel Thal, 91 867. En 2014, avec 15,4 millions de pertes dans l’année, le premier touche 121 600 dollars, Thal, 107 800; et Clare s’en va avec 769 361 dollars !!!!  Thal a un curriculum plus qu’intéressant, pour deviner un peu à quoi voulait peut-être en venir Baltia (et c’est peut-être aussi ce qui a coincé aux USA) : l’homme a quitté l’armée dès 1958 pour rejoindre en 1964 Seaboard World Airlines… son rôle principal là-bas consistant à faire l’interface avec le Military Airlift Command pour sa compagnie Seaboard ! Voilà qui ne s’invente pas non plus !  Seabord est en effet resté célèbre dans l’histoire pour ses transports de troupes, dont un surtout : le 1 juillet 1968, le long DC-8 Super 63CF N8631 de Seaboard World Airlines du vol 253A avec 328 personnes à bord dont 214 soldats, parti de la base de McChord avait été intercepté par deux Migs 17 soviétiques alors qu’il était entré par erreur dans l’espace aérien russe (ici à gauche). Obligé de se poser dans les îles Kouriles, il avait été relâché deux jours plus tard. La FAA découvrira après que son radar avait été mal calibré. C’était le tout premier vol de l’avion !

De pire en pire

Avec le temps, ça n’avait fait qu’empirer chez Baltia, à coups de bilans décalés et de falsifications diverses : pour les premiers mois de 2016, avec un avion qui n’a toujours pas volé, 484 000 dollars ont ainsi été pompés par les dirigeants !!!  Clare (ici à gauche ) était alors parti muni de son parachute doré, car la SEC avait découvert qu’il avait revendu une douce des actions lui appartenant !!!  Retrouvé  à la tête d’une fortune personnelle de 26 millions de dollars, on lui demandera d’en rembourser un seul !!!  La SEC établira un score de déficit abyssal de 3 372 310 dollars au final pour le projet.  Quant à Igor Dmitrowsky, il est est mort le 4 janvier 2016 sans avoir jamais vu son avion effectuer une seule traversée…

Mais surprise, en 2015, finalement l’avion maudit va finir par décoller (une seule fois, pour la parade !), racheté part une autre société appelée USGlobal Airways, présentée partout comme toute neuve, ayant à sa tête un dénommé Anthony Koulouris, et une compagnie dont le conseil d’administration compte une belle perle : l’ex ambassadeur Ned L. Siegel (du Siegel Group), de Boca Raton (ça a l’air de rouler pour lui à voir sa maison), nommé par George W. Bush comme Ambassadeur au Commonwealth du Bahamas entre 2007 et 2009, puis assistant de John R. Bolton à l’ONU … et chairman of the Board, de l’Yitzhak Rabin Foundation (dans son discours du 19 juin 2016, il s’en réfère à Ronald Reagan !) ! Personne ne semble être aperçu que le vice-président de Baltia Airlines s’appelait déjà… Anthony Koulouris (ici au centre sur la photo) !!!  Celui qui était assis à la place du pilote lors du remontage des réacteurs du Boeing pakistanais, « oublié » en Malaisie… Il avait dû aussi l’oublier, cette photo, c’est sûr !!!

Ultimes sursauts

On pense alors que la relance du projet Baltia dont Global est l’enfant caché ne tiendra pas davantage.  Le 31 octobre 2016 voici pourtant que « Connie » Kalitta en personne est introduit au conseil d’administration de USGlobal Airways… mais c’est pour démissionner trois mois plus tard. L’opération demeure floue et la rupture consommée en tout cas, USGlobal Airways quittant alors son aéroport de Detroit-Willow Run (Ypsilanti) pour l’aéroport international Stewart (dans le comté d’Orange, dans l’État de New-Jersey : ici les photos de la réception, lors de l’installation, à droite un de panneaux expliquant les nouvelles lignes : on remarquera celle de Tel-Aviv (?) et de St Petersburg comme l’ajout de Varsovie ou Budapest, voire de Barcelone… et Paris.  Des destinations vites critiquées par les spécialistes, qui évoquent le coût de la location d’un avion à … Kalitta à environ 200 000 dollars par mois et un accès trop difficile à Stewart.  Selon lui, seul Norwegian a réussi pour l’instant à viser l’Europe, rappelant qu’American Airlines a arrêté en 2016 ses vols de Philadelphie à Tel Aviv car il perdait de l’argent avec. Le lancement sera suivi d’une « party » incluant les deux naïades à gauche, porteuses de bâche publicitaire. Le bon goût en cadeau, quoi. On notera aussi que le seul avion visible ce jour-là était un Falcon, le N905NB. Il appartient en fait à Newell Brands Inc, d’Hoboken dont la spécialité est… le matériel de bureaux et d’écriture et fait un peu de tout, à vrai dire.  Bref, il n’avait rien à voir avec la cérémonie, mais faisait un beau pot de fleurs décoratif !  Et rien ne s’arrange pour Global avec la plainte déposée le 19 juin 2017 par Logistics Air LLC à propos d’un paiement d’une dette de 8 850 000 dollars à son encontre pour la location de 4 Boeing 747 et de quatre moteurs supplémentaires. De façon surprenante, la direction répond le 23 juin 2017 en proposant d’acheter Songbird Airways (ancien Sky King) pour 6,2 millions de dollars (elle avait déjà fait banqueroute en 2010 et en 2014), une offre résiliée peu de temps après. Pas de quoi rassurer les autorités, qui par le biais de la FAA, révoque ntle 24 janvier 2018, le certificat d’utilité publique de Baltia Airlines, l’empêchant à nouveau de voler !
Le 3 août c’est le coup de grâce : USGlobal Airways est condamné à payer 22,6 millions de dollars à Logistics Air. Dernière surprise du dossier, les 4 moteurs Pratt & Whitney JT9D-7A devaient être montés sur le Boeing 747-200 N705BL âgé maintenant de 35 ans, celui, acheté en 2010 (ce sont ceux qui avaient été photographiés sous cocon) !!!  Ce qui aurait aussi signifié que l’histoire de la compagnie «Swift » était du flanc complet (on s’en doutait) et que c’était toujours Baltia qui souhaitait voir voler son vieux 747, et pourquoi pas même celui toujours coincé à Kuala Lumpur !!!

On aurait voulu cacher que le hangar de maintenance de la Malaysia Airlines servait aussi à « soigner » des avions pour la CIA qu’on ne s’y serait pas mieux pris !!!  Quant au N706BL aperçu autrefois au Willow Run Airport (c’était celui de Kalitta !) il a été depuis… stocké « on ne sait où » paraît-il !!! Encore un autre avion de disparu !!!  Plus fort que pour le MH370, car là, c’est sur le territoire américain même !!!

 

PS : on a trouvé pire encore comme état d’avions « abandonnés » ; deux 747 (des 747-400) encore, retrouvés au Senai International Airport, à Johor Bahru, anciennement appelé Aéroport International Sultan Ismail. C’est encore une fois en Malaisie ! C’est le hub d’AirAsia, et auparavant c’était aussi celui de la Malaysia Airlines (on y revient par ricochet) avant la restructuration de ses lignes.  Ceux-là ça faisait 10 ans qu’ils étaient là. Ils ont été finalement vendus pour de la ferraille 800 000 RM chacun (192 828 dollars quand même !). A bien regarder, on tombe sur un logo intéressant d’encore visible (ici à droite) :  les deux sont en effet des 747 de Logistics Airlines, le 5U-ACF (23150), le second étant le S2-AFA 19650. Ce dernier découpé en rondelles, montre toujours un « Air Cargo » qui est bien une partie du logo Logistics. C’est l’ancien « Clipper Derby, » N743PA – de Pan Am, ex Tower Air. Ici une vue des S2-AFA, 5U-ACG, 5U-ACF en 2012, preuve que le climat Malaisien corrode énormément tout. Le 5U-ACG étant lui aussi un troisième Logistics ! Ici le 5U-ACF et 5U-ACG réunis sur la même photo en 2009. La firme qui a poursuivi Baltia en lui faisant la leçon, a donc elle-même abandonné trois 747 sans payer les frais stockage… aux malaisiens !!!  Le capitalisme US a de ses ressources, je ne vous dis pas  !!!

PS plus : il  y a eu encore plus surprenant. Et cela aurait pu être le premier 747 que Igor Dmitrowsky, avait tenté d’acheter, bien que je pense plutôt que ce soit le Boeing  21966/446 vendu par Cathay Pacific en 1998, le VR-HIA, réenregistré B-HIA avant d’être acheté par…  Air Atlanta Icelandic en 1999 comme TF-ATD (on y revient à nouveau !).  Celui dont je vous parle a une histoire encore plus délirante en fait. Il démarre en Australie en 1974 chee CP Air (C-FCRE) puis arrive chez PIA (comme le second d’Igor !) où il devient AP-BCL pour être stocké en 2005 et être racheté par une bien étrange société appelée Orange Air qui est enregistrée au… Sierra Leone.  Il devient 9L-LOR.  L’avion s’envole le 1 février 2006 pour atterrir à Tel Aviv où il tombe en panne.  En fait il est bien trop vieux déjà. Israel Aircraft Industries l’achète pour « pièces » mais surprise, il est assez vite revendu entier à un mystérieux américain qui est en fait le cabinet Richard Trudell Inc, bien connu dans le milieu.  C’est Grandmax Group Ltd qui en hérite et le loue à Orient Thai Airlines ou il garde son N899TH nouvellement acquis (chez Trudell). Mais Orient Thai Airlines, qui l’a bel et bien fait voler après qu’il ait été retapé à Tel-Aviv, se plante et l’avion est carrément abandonné sur l’aéroport de U-Tapao à Chonburi, en Thailande, en 2007.  Un de plus !  Il va y végéter des années jusqu’au jour où on se décide à le découper, proprement, d’ailleurs.

Le fuselage est ainsi coupé horizontalement en 2014 sur toute la longueur, ce qui est assez rare et surprenant.  Au passage, un petit malin vient faire un graffiti dessus et écrit « MH370 » bien sûr… et Google Earth a suivi toute l’opération aussi :

Mais ce n’est pas fini pour lui.  Il réapparaît en effet entier en juillet 2018… complètement remonté (???) dans un champ de Chai Nat, au nord du pays. Reconstruit et repeint aux couleurs des lignes aériennes thaïlandaise, violet et doré.

Il a été acheté aux enchères par un dénommé Somchai Phukieow, qui l’a déplacé, par camions, et remonté (c’est plutôt bien fait, à peine si on voit la ligne de découpe horizontale sur le fuselage, cf ici à droite), et ensuite juché sur des blocs de béton au milieu d’un champ.  Démuni de ses réacteurs, bien sûr, revendus depuis longtemps.  L’homme veut en faire une attraction touristique, affirme-t-il.  Mais interdira d’y monter, toutes les portes seront fermées, ajoute-t-il…

 

 

Is The End Finally Here For Baltia, America’s Oldest Imaginary Airline?

intérieur

Baltia Air Lines 747 Interior Revealed

Air cargo charter veteran Jaideep Mirchandani has been removed from the US government Entity List, which restricts the ability of individuals and companies to export certain items.

Libye

http://hetq.am/eng/news/66557/playing-with-fire-some-armenian-aviation-companies-charged-with-violating-un-arms-embargos.html/

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le « Poilu », un violoncelle dans l’enfer de 14-18

Avec ses formes grossières et son bois de piètre qualité, il n’est pas très élégant, ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.