Accueil / T Y P E S / Articles / Méritons-nous ces hommes politiques ?

Méritons-nous ces hommes politiques ?

Cette République nous fait découvrir une belle brochette de femmes et d’hommes politiques, dont l’une des préoccupation majeure est de cacher la réalité de leurs personnalités…mais est-ce une nouveauté ?

Heureusement pour nous, quelques journalistes font encore un bon travail d’investigation, et font accoucher de biens dérangeantes réalités.

Les nouveaux moyens de communication que sont internet, avec sa cohorte de téléphones portables, i-phones, et compagnie, filmant et traquant inlassablement nos politiques, laissant entrevoir des failles éclairantes, démontrent qu’il y a loin entre l’image lisse qu’ils veulent afficher, et la réalité.

Personne n’a oublié le « casse-toi pauvre con !  » proféré par un Sarközi dépassé par les évènements, (vidéo) ou le surprenant qualificatif utilisé par Hollande, s’il faut en croire son ex-compagne, puisqu’il avait coutume d’appeler les pauvres « des sans dents », affirmant qu’elle en a la preuve. lien

grimace_sarko

grimace_hollande

Au-delà de ces exemples connus de tous, d’autres le sont moins…

Prenons par exemple Emmanuelle Cosse, pétant littéralement les plombs, lançant un « merde à la fin ! » lorsqu’un journaliste du « Petit Journal », lui demande pour quelles raisons, elle qui refusait le cumul des mandats, ajoute à sa fonction de Ministre, celle de conseillère régionale. vidéo

Une autre qui s’est légèrement énervée, c’est Marine Le Pen, en tournée au Québec, qui doit regretter amèrement d’avoir pris cette initiative, montrant sa vraie personnalité, et jamais à l’abri d’une contradiction, elle affirme que refuser l’immigration n’est pas faire du racisme.lien

tete_haute_fn

Aujourd’hui, le slogan du FN « tête haute, mains propres » a du plomb dans l’aile suite aux « Panama Papers » : la patronne du FNs’en défend maladroitement, et le vice-président Louis Alliot, n’a pas été convaincant face à Léa Salamé. lien

En tout cas, Médiapart, il y a quelques temps déjà, affirmait preuves à l’appui, que l’ancien président du FN avait un compte caché enSuisse d’un montant de 2,2 millions d’euros,sous la responsabilité légale de Gérald Gérin, trésorier de son association Cotelec, (lien), et accessoirement majordome, ce que confirment les documents des « Panama Papers ».

Pour n’oublier personne, voici la liste des Français et des Belges impliqués dans le « Panama Papers », liste dans laquelle on trouve un certain Frédéric Chatillon, vieil ami deMarine Le Pen, patron de la société Riwal qui travaille essentiellement pour le Front National, mis en examen en janvier 2015 dans l’enquête sur le financement de la campagne2012 du FN, mais s’il faut en croire Louis Alliot, vice président du FN, Chatillon pourrait continuer à travailler pour son parti, malgré ce scandale. lien

La justice passera peut-être…

La journaliste Anna Cabana vient de sortir un bouquin malin « quelques minutes de vérité » (Grasset éditeur), et elle y a épinglé 27 politiques, qui se sont livrés à quelques confidences, qu’ils doivent peut-être déjà regretter.

Elle explique : « j’aime ces instants, rares, où leurs masques se fêlent. Ai-je bien vu ? Ai-je bien entendu ce que je viens d’entendre ? Je fais ce métier pour ça. Pour être le témoin, complice, d’un jaillissement de vérité ». lien

On y apprend que, parfois, ils ne pensent qu’à bander, et que ce qui les fait bander, c’est d’être derrière un pupitre, avec en face d’eux, des militants acquis à leurs paroles.

C’est en effet ce qui lui a confié Dominique de Villepin, mais pas que.

Mam le suit sur ce chemin troublant allant jusqu’à évoquer « un orgasme lorsqu’elle se trouve derrière un pupitre »…lien

mam_orgasme

 

Quant à Aquilino Morelle, le cireur de pompes de l’Elysée, il est persuadé d’être « la boussole de la gauche »…Vincent Peillon considère que Jean-Marc Ayrault est « une vieille chaussette  »…Tapie affirme parler à Dieu chaque jour en caressant la croix qu’il cache sous son pull.

Dans le dernier numéro du « Point », on peut aussi découvrir l’ambition d’un certainLaurent Wauquiez, qui guetterait la chute de Sarközi, même s’il affirme « je ne vais pas planter un poignard dans son dos  ».

Pourtant l’un de ses proches assure : « il en veut toujours plus, on dirait qu’il se prépare à 2017  ».

Toujours est-il qu’on apprend qu’il a déjà fait main basse sur un certain Ange Sitbon, le meilleur connaisseur de la carte électorale de droite, et sur Emmanuel Millan, ancien directeur des finances des « Républicains ».

L’un de ses proches, élu à la Région assure : « il considère que ce qui n’a pas fonctionné en 2012, ce n’est pas la ligne Buisson, mais Sarközi lui-même ».. Il puise aussi dans l’arsenal de pensée de Philippe de Villiers, qui avait, à l’époque des accords du Gatt, en 1994Buissoncomme directeur de campagne…et pour compléter le portrait il s’inspire d’Eric Zemmour, cette figure de la pensée identitaire, comme l’écrit Hugo Domenach, dans cet article de l’hebdo.

Le seul qui semble lui faire un peu d’ombre est un certain Bruno Le Maire dont l’entourage décrit Wauquiez comme « un homme sans foi ni loi, prêt à tout, limite violent ». lien

Justement ce Bruno Lemaire semble avoir.une assez bonne idée de lui-même puisqu’il a déclaré que son plus gros défaut était son intelligence…la saison des melons approchant, il pourra faire de substantielles économies. lien

On peut aussi découvrir la face cachée de Jean-François Copé dans cette courte vidéo, vidéo d’autant plus intéressante qu’elle propose un rapprochement entre lui et Valls, notamment sur la laïcité.

cope-grimace

 

Alain Juppé semble avoir lui aussi une assez haute idée de lui-même, mais s’il faut en croire ses enfants, son ex et Gaël Tchakaloff dans son livre : « Lapins et Merveilles » il y est décrit comme un « père froid, trop absent, super rigide…les amis ne sont pas importants pour lui, et il oublie ceux qui lui ont été présentés ». lien

grimace_juppe

 

Quant à François Fillion, il traîne une sordide réputation d’hypocrite, renforcée par l’affaire du « coup de téléphone », qu’il aurait donné au secrétaire général de l’Élysée, Jean-Pierre Jouyet, lui enjoignant d’accélérer les procédures visant l’ex-président : « mais tapez, tapez vite !  » aurait-il dit en substance, ce dont il se défend. lien

Il ne faut oublier personne, et faisons un tour à gauche : pour Jérôme Cahuzac, l’affaire semble entendue, vu que l’homme qui affirmait « les yeux dans les yeux  » n’avoir pas fraudé, a finalement avoué avoir menti, on découvre que celui qui a failli hériter de la place présidentielle, outre ses déboires américains, aurait eu aussi un peu d’argent planqué dans les paradis fiscaux…Strauss-Kahn aurait donc d’autres casseroles…

Emmanuel Macron, ex-banquier chez Rothschild, met en avant le « bon sens » affirmant « il n’est pas interdit d’être de gauche et de bon sens »,…et se refuse à se laisser enfermer dans le qualificatif de libéral, mais il oublie que le « bon sens », c’est l’arsenal classique de la droite, dont Roland Barthes disait : « c’est le chien de garde des équations petites-bourgeoises  ». lien

Jamais à l’abri d’une contradiction, il vient de lancer son mouvement « en marche » qu’il défini comme « libéral » s’affirmant maintenant « ni à gauche ni a droite  », prenant le risque de rater la marche. lien

Médiapart, toujours taquin, a finalement découvert qui hébergeait ce nouveau mouvement… et est tombé sur Hervé Gattaz, le patron des patrons. lien

valls_crie1 Quant à Manuel Valls, un article du « Point  » lève un coin du voile : «  c’est un sanguin, un homme énervé, qui crie, voire qui hurle, ce qui ne facilite pas l’échange et n’encourage pas au dialogue.  » lien

Lors des séminaires qu’il organise, l’un des participants raconte : « On n’a plus la parole, c’est Valls qui parle, et nous, on ne nous demande plus notre avis ». lien

Voila avec surement beaucoup d’oublis, ces politiques qui nous sont proposés…monde dont ne veut plus entendre parler ceux de « NuitDebout », et ils ne sont pas les seuls. lien

Leur site est sur ce lien

nuit_debout_1

 

Comme le disait Richard Bohringer, il y a près d’un an, chez Ruquier : « le politique, il ne sert plus à rien  » (vidéo) et comme dit mon vieil, ami africain avec Serge Gainsbourg : « les salauds vivent du travail de la maladie et de la misère des imbéciles et se servent d’eux pour neutraliser ceux qui s’en rendent compte ».

L’image illustrant l’article vient de océanesong

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Commentaires

commentaires

A propos de Olivier Cabanel

avatar

Check Also

Le torchon brûle…

À l’image de notre société. Jamais expression n’aura été aussi adaptée pour décrire l’état de ...