Accueil / T Y P E S / Chroniques / Martineau, Bombardier ; il faut bien s’en accomoder !

Martineau, Bombardier ; il faut bien s’en accomoder !

Madame Bombardier n’a pas cess? de r?p?ter que le port du voile est un symbole d’oppression. Je veux bien lui donner raison, mais pas en ce qui concerne le port du voile au Qu?bec. Il fallait entendre et ?tre en mesure de comprendre la jeune musulmane qui est intervenue dans le d?bat pour r?aliser ? quel point son geste est tout sauf un geste de soumission.

De toute ?vidence, c’est un combat politique que m?ne la jeune musulmane, comme la tr?s vaste majorit? des femmes, ? peu pr?s toutes des jeunes en fait, qui portent le voile au Qu?bec.

Mais, et c’est l? toute l’ironie de ce combat, les Qu?b?cois s’en foutent comme de l’an quarante. La journaliste Julie Marcoux qui cherchait ? obtenir des propos croustillants en se promenant avec un voile islamique ? Montr?al et ? Qu?bec, a d? s’avouer vaincue. Elle a m?me os? tenter l’exp?rience, en vain, avec le nikab.

Nous n’en avons rien ? cirer du voile quand il est port? comme instrument de revendication politique. Remarquez que c’est tellement subtil comme attitude de la part des jeunes musulmanes que la plupart des Qu?b?cois ne saisissent probablement pas le sens du geste. Bref, les jeunes musulmanes du Qu?bec peuvent bien porter un mouchoir sur la t?te si ?a leur tente.

Mais Madame Bombardier – ici j’exclus Martineau dont l’intelligence des propos ?gale leur pertinence – a pourtant l’?toffe intellectuelle qu’il faut pour saisir la nuance. Peut-?tre a-t-elle d?cid?, malgr? tout, que le combat contre l’int?grisme valait qu’elle mette les jeunes musulmanes qu?b?coises dans le m?me panier que ces femmes de l’Afghanistan qui n’osent toujours pas s’affranchir de la burqa. L? c’est dramatique.

Martineau est impayable. Je vous gage un vingt tout neuf que la prochaine fois qu’on va l’inviter dans une ?mission de t?l?, il va demander ? tout le monde de se mettre tout nu. La raison est comme le PIB : elle a beau cro?tre, certains en profitent davantage que d’autres.

Que dire apr?s un tel d?bat sur l’accommodement raisonnable qui justement a r?ussi ? faire para?tre raisonnable m?me Mario Dumont ? Le Qu?bec se sent-il mieux de constater qu’il ne veut pas d’accommodement raisonnable, tout en sachant ? quel point il s’accommode d’? peu pr?s tout ?

Le plus grand paradoxe qui s’est d?voil? tout au long de l’?mission est que nous ne savons absolument pas ce que c’est l’accommodement raisonnable – Camille Bouchard l’a rappel? deux fois plut?t qu’une – mais que nous sommes contre. Bravo la coh?rence.

Il va sans doute demeurer une chose de tout ce d?bat : plus personne n’osera demander ? un homme qui accompagne son gar?on dans une piscine publique de quitter les lieux parce qu’il pourrait offenser une jeune musulmane. Ouste, allez mener votre combat politique ailleurs.

LCN. Accommodements raisonnables ou pas ?

Bombardier et Martineau ont le don de dire, le plus naturellement du monde, des ?normit?s. Ils l’ont prouv? ? nouveau dans le d?bat de LCN sur l’accommodement raisonnable.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCLXXV) : en 2016, une première prise de conscience… sans grand lendemain

Une tentative de s’attaquer au trafic en son fief de l’aéroport de La Aurora, dans ...

One comment

  1. avatar

    L’accomodement raisonnable ? oui ! pour autant qu’il soit raisonnable.

    Est-il raisonnable par exemple de porter le nikab (le voile islamique) lors des courses à l’épicerie-dépanneur du coin ? Surtout si l’épicerie-dépanneur est situé dans un quartier à haut risque ?

    Dans l’affirmative et en raisonnant par l’absurde il serait aussi raisonnable qu’un féru des arts martiaux puisse entrer dans un épicerie-dépanneur en portant la cagoule et l’uniforme de ninja puisqu’au fond il n’y a pas grand différence entre le nikab et la cagoule de ninja.

    La seule différence majeure entre ces deux cas est que l’un est féru de religion et l’autre des arts martiaux.

    Or le problème est, bien qu’il soit plus louable de porter le nikab qu’une cagoule de combattant, ce n’est pourtant pas écrit sur le front de la personne qui porte le nikab qu’elle le fait par principe religieux ; une personne intentionné à commettre un vol dans une épicerie-dépanneur pourrait y entrer en portant le nikab afin de ne pas être identifié par la caméra de surveillance (surtout qu’il n’est pas toujours évident de savoir si c’est vraiment une femme qui porte le nikab, ça pourrait aussi bien être un agent de la CIA qui sais)

    Les épicerie-dépanneur tout comme dans la plupart des lieux publics, les caméras de surveillance y sont générallement présentes pour des questions de sécurité et voilà qu’on trouve normal le port du nikab.

    Je trouve qu’on nage en pleine absurdité au Québec