Accueil / T Y P E S / Articles / Marion Maréchal LePen, ou l’indignité nationale

Marion Maréchal LePen, ou l’indignité nationale

Après le séisme des attentats à Paris (de janvier, à Charlie Hebdo), la nation française s’était levée en masse pour dire non au terrorisme. A l’Assemblée Nationale, il n’y avait pas eu une seule défection pour entonner l’hymne national : la députée Marion Maréchal LePen, à tort soupçonnée de ne pas avoir participé à cette action fort peu ordinaire, avait en effet bel et bien rejoint l’unité nationale avec l’avocat Gilbert Collard, en ce 13 janvier. Ce qui ne l’a pas empêchée de la rompre dès le lendemain 14 janvier, en affichant sur sa page Facebook un soutien effectif à l’ex-humoriste qui ne fait plus rire personne, et surtout pas la République, dont il s’était moqué le soir même de la grande manifestation unitaire. L’acte était tout simplement… indigne d’un représentant de cette même République…
dieudo_marion-40ecf-1-b7cd6Elle venait en effet de franchir le Rubicon, quelques jours à peine après les terribles attentats de Paris. On avait alors beaucoup glosé sur la rupture de la trêve nationale provoquée par Nicolas Sarkozy, et personne n’avait vu qu’un autre personnage politique l’avait déjà fait plusieurs jours auparavant, et de la manière la plus indigne qui soit. En modifiant sur sa page Facebook, le 14 janvier dernier à 14H46 exactement, et en changeant sa vignette personnelle de présentation pour y apposer un soutien direct à… Dieudonné, celui-là même qui est l’objet d’une plainte pour avoir soutenu ouvertement l’un des assassins, tueur d’une jeune policière de l’Outremer et de juifs à Montrouge, Marion Maréchal avait sombré en effet dans l’indignité. Une attitude totalement indigne, car c’est dans la foulée de la grande manifestation unitaire à laquelle on a pu assister en France. C’est en effet trois jours exactement après le twitt ignominieux de Dieudonné se déclarant solidaire de Coulibaly, et c’est donc bien en connaissance de cause. En affichant en effet « je suis Dieudonné, liberté d’expression, quenel+ », la petite fille de Jean-Marie a commis une erreur de jugement qui va lui coûter cher, en effet. On ne peut être députée, représentante de la France et des français et salir ainsi les fondements même de la République en s’affichant comme admiratrice d’un antisémite et d’un négationniste, admirateur de terroriste. Les associations de déportés ne peuvent en effet accepter d’être ainsi ouvertement salies par quelqu’un censé être leur représentant en démocratie. Encore plus en ce 27 janvier de commémoration de la découverte du camp d’Auschwitz, parodiée de façon obscène dans le « film » (« L’antisémite ») de Dieudonné, ce fatras illisible, cette « triste provocation » pour rester poli. Un député à certes des droits, mais il aussi des devoirs, celui de respecter la République qui le nourrit, ce que semble avoir oublié la plus jeune députée française, réduite par sa page Facebook au simple état de « blonde » suiveuse d’un antisémite avéré. Chanter la Marseillaise, ce qu’elle et son collègue l’avocat Collard on efffectivement fait le 13 janvier à l’unisson de toute l’assemblée et le lendemain même exprimer un tel soutien à Dieudonné est plus qu’une faute. C’est un acte irresponsable, que les députés eux-mêmes devront juger, lors de la tenue d’un Bureau exceptionnel, il me semblepour cette attitude provocatrice inacceptable.

marion_marechal-3d57c

Même au sein de son propre parti et de ses propres admirateurs, sa prise de position a plutôt surpris et étonné : on trouve en effet comme premier post à sa déclaration celui d’un dénommé Jean Gabriel Roussel, qui écrit avant de signer « Vive le FN » : « vôtre vignette m’indispose fortement (…). Mais je respecte vôtre choix, au nom de la liberté d’expression » (lire ci-contre à gauche le contenu exact du post). Seulement « Déçu », alors qu’il y a largement le cas d’être indigné ou scandalisé ?  indisposéDieudonné est bel et bien un récidiviste de la provocation et de l’apologie du terrorisme : « en septembre dernierle parquet de Paris avait ouvert une enquête pour « apologie d’acte de terrorisme » à l’encontre du polémiste, après qu’il a publié une vidéo baptisée Feu Foley, évoquant la décapitation du journaliste américain James Foley par l’État islamique. « La décapitation symbolise le progrès, l’accès à la civilisation, y déclarait-il. Pour progresser, on ne peut pas faire l’économie de certains sacrifices ». Une député d’un parti particulièrement opposé à l’extrémisme islamique (c’est en effet le dada récurrent de sa tante) qui applaudit un partisan déclaré des décapitations, avouez qu’il y a de quoi être surpris, sinon complètement écœuré !

Car Marion Maréchal n’en est pas à un seul grave impair dans la même page. Outre un soutien affiché aux indépendantistes russes, dont elle tenait au jour le jour les annonces des avancées et illustrait son propos de photos de chars montrant des soldats munis de drapeaux indépendantistes, ou de katiouchas en action, elle se permettait aussi de bien sulfureux amalgames. Comme lorsqu’elle a commenté la nouvelle de France-Info comme quoi des anciens militaires français auraient fait partie des gens de Daech en Irak et en Syrie... et en l’illustrant de visages de militaires français… choisis par elle comme étant plus représentatifs, à l’évidence.

marion_soldats-f1778Et effectivement, puisque l’image est extraite d’un reportage de France 24 filmé à Djibouti sur des militaires musulmans français, au moment même de la petite cérémonie montrant la fin du ramadan à la fin de la journée. L’aumônier musulman Abdellatif Benzellif (ici à gauche, la copie de l’écran vidéo énonçant sa présence dans l’armée) étant l’homme choisi par Marion Maréchal LePen comme étant un jihadiste en puissance, alors qu’il est bel et bien un soldat français ; qui plus est aumônier de l’armée, salué par son supérieur le lieutenant Olivier Juillet : depuis quand un député peut-il autant injurier de telle manière les soldats de la République qui sont là pour le défendre, lui et ses concitoyens ? Outre l’amalgame honteux, il y le risque énorme de l’assimilation par dénonciation de ceux qui en ce moment même sont chargés de la protéger, comme toute citoyenne, avec la mise en place du plan VigiPirate. C’est de la pure inconscience, une fois de plus que de proposer cette image avec ces visages, en soutien à cet article. C’est mettre en danger des soldats ; ce qui, pour un représentant de la République est pour le moins, là encore… condamnable. On a bien affaire à une députée totalement inconsciente et irresponsable !

Ce même 14 janvier, jour où MMLePen affichait sa préférence pour Dieudonné, le FN, par sa bouche, s’affirmait pourtant effectivement partisan de l’action des militaires français contre DAECH : « en application de l’article 35 de la Constitution, le gouvernement a sollicité ce jour l’autorisation du Parlement de prolonger la participation des forces armées françaises à la coalition qui lutte contre l’État Islamique en Irak. Les parlementaires du Front National-Rassemblement Bleu Marine, aussi bien à l’Assemblée nationale qu’au Sénat, ont voté en faveur de la prolongation de cette intervention. Que ce soit dans les opérations en Irak contre l’Etat islamique ou sur notre territoire national, les forces de sécurité françaises mènent de front un combat unique contre la barbarie islamiste. Le chaos semé par les djihadistes en plein cœur de Paris est aussi intolérable que de voir s’installer un califat islamique au Levant ». Peut-on à la fois amalgamer la photo de ces mêmes militaires engagés dans le combat contre l’islamisme à ceux ayant rejoint DAECH, alors qu’ils le combattent, donc, la réponse est évidemment non, mais cela n’empêche pas la plus jeune député de l’hémicycle de le faire, le même jour où elle célèbre quelqu’un qui applaudit aux massacres de juifs à Montrouge en se sentant proche de leur meurtrier !!! La contradiction est évidente, là encore, et ce d’autant plus que le communiqué signé MMLePen se terminait par « Les militaires doivent se sentir soutenus par la nation entière sur tous les champs où ils sont engagés contre le fondamentalisme islamique aussi bien en Irak, au Mali, en Centrafrique. » Je ne pense pas qu’ils le soient vraiment en étant assimilés sur la page Facebook de la député à des terroristes, alors qu’ils les combattent tous les jours… !!!

nation pressePlus loin dans sa page Facebook, décidément riche de ses absurdités (dans son propre site on trouve aussi des perles), pour soutenir son propos, MMLePen annonce dans la même page la sortie de « Nations Presse Magazine », l’organe du parti façon Marine (il a été fondé par Louis Aliot, son compagnon, et a failli faire de son leader un produit publicitaire type déodorant ou un dentifrice, comme le montre cette couverture ridicule). On y trouve de bien étranges « journalistes » ; déclarés comme « indépendants » dont on ne connaît ni les diplômes ni le cursus, et que l’on retrouve cités par la député dans son Facebook en « exemples » de son propos. Et des déclarations surréalistes, comme sur le dernier exemplaire où Louis Aliot déclare que « non le programme économique du FN n’est pas d’extrême gauche » (le premier d’entre eux avait été rédigé jadis par un certain Gérard Longuet… repris par l’ineffable Jean-Richard Sulzer ) ou le même qui affirme que « l’on n’échappera pas aux questions liées au communautarisme et à l’immigration incontrôlée, notamment dans certains établissements scolaires »… des enfants qui réussissent mieux que d’autres, en fait… contrairement aux idées que véhicule, justement le FN… ces « sources » étranges citées par la député du Vaucluse, on peut en lire quelques extraits,  si vous le voulez bien, tant elles révèlent une tentative d’emprise de l’extrême droite sur les médias… et particulièrement sur les réseaux sociaux, où le FN fait un bien meilleur score que dans la presse papier. Car Marion Maréchal LePen n’est pas la seule à faire dans l’amalgame et l’approximation…hélas… comme nous allons le voir… obligatoirement.

ornellasAinsi la dénommée Charlotte d’Ornellas, visiblement encore jeune rédactrice qui présente la particularité de se retrouver faire des piges chez Radio-Courtoisie, ce pilier des idées fascisantes en France, et de produire des textes plus que tendancieux un peu partout, dont le Valeurs Actuelles, bien sûr. Tel celui sélectionné par MMLePen, sur un viol survenu à Evry, « fief de Manuel Valls », un viol « théâtre de la barbarie française » selon d’Ornellas,lepen viol qui reprend in extenso des commentaires issus de Valeurs Actuelles, dont on connaît l’extrémisme de droite prononcé (souvenons nous de ses couvertures lors des charges contre Christiane Taubira); ceux présentés comme les « aveux » (invérifiés) des jeunes agresseurs « trois turcs et un marocain ». Un Valeurs Actuelles qui énonçait « qu’ils n’auraient pas touché cette fille si elle avait été turque, ils l’ont agressée parce qu’elle était française, et que « les Français sont tous des fils de pute » : des dires qui semblent bel et bien surajoutés à l’histoire, mais que MMLePen avait repris tels quels, bien entendu, sans chercher à en vérifier la véracité. Le buzz, avant tout, le buzz…!!!

signatureUne Charlotte d’Ornellas que l’on retrouve ailleurs signant un papier plus que sidérant évoquant des films que notre pseudo-journaliste militante d’extrême droite présente ainsi dans Boulevard Voltaire  (ou le « site de l’intolérance« ) : « Leur point commun ? La promotion de l’homosexualité ». La plume droitière allant plus loin encore avec cette saillie : « Promoteur officieux d’une société sans norme ni repère, le cinéma accélère le rythme. Bisexualité, homosexualité… et maintenant gérontophilie ! C’est ni plus ni moins le titre d’un film qui sortira en salle le 26 mars prochain ». On croirait lire du Frigid Barjot et un porte-parole de l’ultra-réac Manif pour Tous mais peut y lire aussi  aussi ceci comme charge : « Lake est amoureux d’une jeune fille de son âge… une histoire qui frisait l’intégrisme, en clair. Du coup, il se fait embaucher par une maison de retraite et tombe sous le charme d’un « séduisant patient » de 82 ans, d’origine africaine de surcroît ; il aurait été bien dommage de se passer d’un petit refrain immigrationniste… »Oui vous avez bien lu, la dame fait sien le vocabulaire du FN, en liant au passage racisme et immigration ! Le journalisme sans éthique, ça existe, et nous avons là un super spécimen sous la main. Manque plus que l’appel à la fumeuse théorie du genre, se dit-on, et en fait on y est et on y a droit aussi :« on a commencé par caser un divorce systématique, des remariages à l’envie, une mère qui pour compenser son ennuyeuse hétérosexualité fume des joints avec sa fille, des couples gay nettement plus sympathiques que les vieux hétéros qui passent leurs journées à s’engueuler, la gamine homosexuelle qui réussit à briser les codes d’une société patriarcale étouffante, la petite fille qui découvre son avenir en glissant un pénis en pâte à modeler dans sa culotte… Il était temps d’innover ! » D’Ornellas, littéralement déchaînée, contre un film sans grand intérêt (aucun, même, pour tout dire, le réalisateur, Bruce LaBruce étant bien trop « orienté » sexe, pour rester poli !), mais qui ne lui sert en fait que de tremplin à ses idées toutes faites, qui sont nettement teintées de pensées ultra-droitières : « et quand la future génération aura bien compris qu’elle n’est ni homme ni femme, ni noire ni blanche, ni catho ni bouddhiste, ni enfant ni adulte, sans Ciel ni racine mais persuadée de sa toute-puissance sur la nature, enfin elle sera « libre », si si. Et le cinéma pourra redevenir un art, depuis le temps qu’il n’est plus qu’un outil idéologique. » On croit la saillie terminée et la dame en a encore du fiel à jeter : « l’avantage, c’est que le jour où votre fille tombera éperdument amoureuse de son chien, plus aucun stéréotype réactionnaire ne viendra barrer la route à son « bonheur »… Elle pourra peut-être même l’épouser, continuons de rêver… » Incroyable, pitoyable, sinistre, gavant, digne d’une Ludovine de la Rochère, la dame de la Manif pour tous dont une bonne partie de la famille… pointe au FN (on ne l’a pas assez spécifié, semble-t-il).

281088_379395562138504_949315423_oCar si ne sont pas des journalistes fort peu respectueux de déontologie, c’est l’élue elle-même qui déborde.Invariablement (1). Un journal comme Challenges s’en était bien aperçu le 10 mars dernier, en relevant les propos et le vocabulaire de la jeune députée, sous l’excellente plume de Bruno Roger Petit. « Marion Maréchal-Le Pen parle comme son grand-père, et avant lui, comme les plus belles figures de l’extrême droite à la française. Le terme « crapules » utilisé pour s’en prendre à Serge Dassault et Georges Tron, ça fleure bon le Maurras des années 30, et le Poujade des années 50. « Sortez les sortants » et « Tous pourris » reprend en substance Marion Maréchal-Le Pen… L’histoire témoigne de ce qui se cache derrière ce genre de slogans et de postures… Dans la même veine, Marion Maréchal-Le Pen s’en est pris aussi à Manuel Valls. Après avoir décrété qu’il adoptait un « comportement de sous-responsable de section socialiste d’Evry », elle a ajouté : « Il n’est décidément pas digne de la fonction qui est la sienne, encore moins d’ailleurs de la plus haute fonction de l’État » à laquelle « il envisage de se présenter, tout le monde le sait ».  En une seule intervention, Marion Maréchal-Le Pen donne raison aux inquiétudes du chef du gouvernement. Le vocabulaire, indigne d’un député ; les dénonciations intempestives, d’un autre temps ; la violence verbale, à peine contenue ; les accusations lancées à l’emporte-pièce, sans preuves… L’ensemble est accablant. Avec la petite-fille de Le Pen, on renoue avec ce visage de l’extrême droite que Marine Le Pen et Florian Philippot peinent tant à effacer… Imaginer que cette jeune femme, porteuse de l’impensé de deux siècles de tradition d’extrême droite, soit un jour en situation d’exercer des fonctions exécutives, locales ou nationales, glace le sang« , écrit-il. Et encore, je parie qu’il n’avait pas vu la une de sa page Facebook arborant le « Je suis Dieudonné »… qui n’est pas resté longtemps, à vrai dire, car la blonde députée avait aussi eu vite fait de s’apercevoir que ça pouvait la mener… en prison (son rémora d’Assemblée Nationale, Gilbert Collard, avocat, lui avait-il conseillé de le retirer ?).

BBR_JMLP-a6cf1Il y a quelques années, Dieudonné avait été interviewé dans le mensuel d’extrême droite le Choc du mois, où il avait comparé deux destinées, la sienne et celle de Jean-Marie Le Pen : «Il est la vraie droite, je suis la vraie gauche.» Certains, inquiets des propos assez surréalistes (Dieudonné qui se prétendait toujours de gauche venait juste de serrer la main de JMLePen lors d’un meeting de ce dernier, le 11 novembre 2006, lors de la fête des Bleu, Blanc, Rouge du FN au Bourget !) avaient montré, inquiets, la déclaration à des membres de la direction du FN : «Si c’est un message politique, c’est pathétique pour l’un comme pour l’autre», peste un cadre frontiste, qui dénonce «une évolution vers le national confusionnisme » avait-il été répondu. Sarkozy avait songé au moment de l’affichage de cette horreur sur FaceBook à changer de nom de son parti et Marine le Pen semblait également tenté de le faire il n’y a pas si longtemps encore, à la grande crainte de son père fondateur. Le « national-confusionnisme«  de sa cadette ferait une très belle appellation, il me semble !!!

Ces derniers temps, on a aussi beaucoup évoqué l’indignité nationale, pour les terroristes bi-nationaux. On pourrait aussi réfléchir aux députés nationaux qui se montrent indignes de leur charge, et ce qu’il faut en faire, ou comment les sanctionner.  Il est à souhaiter que les collègues de banc de la député du Vaucluse se posent aussi la question, sur son cas et sa prise de position ce jour-là… où sa prise de position a été absolument indigne de la République. Et qu’on ne parle pas du temps passé depuis cette parution sur le net.  Il n’y a peut pas y avoir d’immunité, quand il s’agît de salir la République !

 

PS : depuis la rédaction de ce texte, le lendemain même de la mise en ligne de l’odieux « je suis Dieudonné », un texte lui aussi refusé par Agoravox, (tel que mentionné ici), des choses nouvelles sont apparues. Dieudonné, notamment, qui a effectivement été condamné le 18 mars dernier pour, justement, ces propos infects affichés sur sa page Facebook. Deux mois de prison avec sursis pour apologie d’actes de terrorisme pour avoir écrit  « Je me sens Charlie Coulibaly« , tel avait été le verdict le concernant. Pour des propos qu’avait osé reprendre le lendemain Marion Maréchal LePen en s’affichant pleinement solidaire de l’artiste, elle qui était devenue à ce moment-là son… complice, tout simplement.

(1) prononcé le 02 décembre dernier en meeting à Toulon : « Qui n’a pas vibré au sacre de Reims et à la fête de la Fédération n’est pas vraiment Français. » « Nous ne sommes pas une terre d’Islam, et si des Français peuvent être de confession musulmane, c’est à la condition seulement de se plier aux moeurs et au mode de vie que l’influence grecque, romaine, et seize siècles de chrétienté ont façonné« , avait-t-elle ajouté.

Ghostofmomo

(février 2015)

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Comment Trump à détourné un meurtre pour dissimuler sa collusion avec les russes

Le dernier « mémo » de Mueller, sur l’avancée de son enquête, révélé ce 8 décembre, le dit noir sur ...