Accueil / T Y P E S / Articles / Marciac, symbole des peurs fran?aises

Marciac, symbole des peurs fran?aises

Marciac, symbole des peurs fran?aises

Les op?rations anti-drogue tr?s muscl?es de la gendarmerie dans quelques coll?ges ont inqui?t? bien des parents. Paradoxalement, la drogue leur est aussi un grave sujet de pr?occupation. Le tout-s?curitaire inqui?te ou rassure, suivant de quel c?t? du miroir on se place? mais il ne laisse jamais indiff?rent.

« Ai-je consomm? de la drogue ?tant jeune?? Non, mais je n?en avais pas eu l?occasion non plus »? Par ces mots simples et d?apparence sinc?re, un candidat ? l??lection pr?sidentielle de 1995 avait r?pondu (en substance) fort habilement en pr?servant la morale (il n?a pas consomm? de drogue) tout en admettant ne pas y avoir ?tre confront? (il aurait pu en consommer donc). Ce candidat, c??tait Lionel Jospin ou Jacques Chirac, j?ai un doute entre les deux (et je n?ai rien retrouv? de l??poque), mais qu?importe, Chirac voulait ?tre le candidat de la jeunesse, Jospin celui de la gauche et les deux auraient pu prononcer cette phrase.

Si on m’avait pos? cette question, j?aurais sans doute r?pondu la m?me chose, mais j?aurais ajout? pour ?tre plus clair que probablement, si on m?avait propos? de la drogue, je l?aurais refus?e comme j?aurais refus? de discuter avec un inconnu m?offrant des bonbons, car c??tait dans les pr?ceptes que mes parents m?avaient transmis.

Drogue vs jeunesse

Dans des enqu?tes r?centes, il semblerait ?tabli qu?un jeune sur deux aurait touch? ? la drogue au moins une fois. Cela para?t tr?s ?lev? comme taux, mais engendre chez les parents une peur bien normale?: celle qui pourrait lier son ou ses enfants ? ces substances.

Alors, la guerre contre la drogue, par tous les moyens, durs ou doux, est forc?ment dans les priorit?s des parents.

Les pouvoirs publics n?ont pas forc?ment, d?ailleurs, toutes les connaissances sur le sujet. Une anecdote que j?avais entendue ? l??poque (sous r?serve de v?racit?, je n?ai pas retrouv? de source fiable, mais en tout cas, elle circulait ? l??poque et ?tait fort plausible) ? propos d??douard Balladur alors Premier Ministre en disait d?ailleurs long?: alors que ses ministres charg?s de la sant?, Simone Veil et Philippe Douste-Blazy, faisaient un plan de substitution aux drogues, Balladur, dans des conversations priv?es, confondait « m?thadone » avec « m?thanol ».

Et quand un responsable politique en a les connaissances, il n’a pas le comportement politique ad?quat (c’est ce qui a valu ? L?on Schwartzenberg d’avoir ?t?, avec Jean-Jacques Servan-Schreiber, l’un des ministres les plus brefs de la R?publique, deux semaines).

Les moyens de lutter contre la drogue sont multiples, puisqu?ils sont ? la fois diplomatiques aupr?s des pays « exportateurs », r?pressifs (contre les narco-trafiquants), m?dicaux (aupr?s des drogu?s qui voudraient s?en sortir), psychologiques (aupr?s de ceux qui pourraient y succomber) etc.

Du coup, que des chefs d??tablissements scolaires souhaitent sensibiliser leurs ?l?ves aux dangers de la drogue, c?est une chose non seulement normale mais n?cessaire.

Op?rations muscl?es scandaleuses et contreproductives

Apparemment, cela s?est pass? depuis plusieurs ann?es (au moins sept) et dans plusieurs dizaines d??tablissements.

Mais les r?cits des derni?res « sensibilisations » sont pour le moins inqui?tants. Il y a eu le centre d?apprentis de Pavie le 17 novembre 2008 avec le t?moignage d?un professeur et le coll?ge de Marciac le 19 novembre 2008 avec le t?moignage d?une ?l?ve.

J?ai lu le t?moignage accablant de la jeune coll?gienne le 28 novembre 2008 qui avait ?t? mis en ligne le 25 novembre 2008. « La D?p?che du Midi » avait d?ailleurs fait ?tat de ces probl?mes d?s le 21 novembre 2008. Bizarrement, le t?moignage de la jeune fille s?est r?pandu sur le net jusqu?? ce que vers le 2 d?cembre 2008 les m?dias nationaux s?en saisissent et entra?nent des r?actions officielles, molles et tardives, tant de la Ministre de l?Int?rieur Mich?le Alliot-Marie que du Ministre de l??ducation nationale Xavier Darcos.

Entre temps, sur Agoravox, deux articles ont vu le jour, un reprenant simplement le t?moignage de l?enseignant et un autre apportant une ?clairage int?ressant par son approche originale.

?videmment, le t?moignage de Zo? David, la coll?gienne de 13 ans, para?t le plus ?mouvant et ?prouvant car elle donne le regard non seulement de l??l?ve mais aussi, en quelques sortes, d?une victime. Entre parenth?ses, l??criture est avenante et montre, apr?s Alex Joubert, jeune r?dacteur d?Agoravox de 13 ans lui aussi en classe de 4e, qu?une belle ?criture n?a pas besoin d?attendre le poids des ann?es.

Col?re

La premi?re r?action, c?est ?videmment la col?re.

Imaginer son enfant aux prises avec un chien m?chant (sans museli?re de surcro?t) ma?tre total dans une salle de classe (je me souviens de ma peur terrible des bergers allemands ? l??ge de 10 ans) est d?j? difficile ? admettre.

Mais l?imaginer subissant une fouille corporelle jusqu?? des pseudo-attouchements de parties intimes dans un couloir ouvert et devant d?autres camarades et adultes, c?est proprement r?voltant. Chez les apprentis deux jours avant, des gar?ons se sont retrouv?s en cale?on devant leurs camarades.

Quatre confusions

Inutile d??piloguer sur ces op?rations (elles ne sont pas isol?es), de nombreux d?tails montreraient que les gendarmes pr?sents n?auraient pas respect? ces enfants (ne serait-ce qu?en cassant l?ordinateur d?un enfant et?en exprimant un?sentiment d?impunit? ? la suite de cela).

Il y a eu ? mon sens une quadruple source de confusion?:

– la premi?re qui confond pr?vention/sensibilisation (des gendarmes viennent parler tranquillement aux ?l?ves) avec r?pression/d?monstration de force (o? l?on sort les b?tes f?roces)?;

– la deuxi?me qui confond des enfants/mineurs de moins de 15 ans avec des adultes?: un adolescent est tr?s sensible, il faut ?tre particuli?rement psychologue (ce n?est pas pour rien que des films sont interdits aux moins de 12 ans et aux moins de 16 ans)?;

– la troisi?me qui laisse entendre que des ?l?ves sont pr?sum?s coupables de consommation de drogue m?me s?ils n?ont rien fait (le reniflement d?un chien aurait-il plus de cr?dit que la parole d?un adolescent??)?;

– et enfin, la quatri?me qui confond le comportement ? adopter aupr?s d?un consommateur (?ventuel) de substances illicites avec celui aupr?s d?un trafiquant li? au grand banditisme international.

De plus, la recherche fut infructueuse, mais m?me si de la drogue avait ?t? d?couverte, cela n?aurait pas plus justifi? la brutalit? de telles op?rations.

R?putation de l?autorit?

C?est sans doute toute la profession des gendarmes qui est atteinte au moment o? on la r?forme, car, except? les contraventions routi?res, la gendarmerie jouit plut?t d?une belle r?putation, faite de courage, d?abn?gation et de sang-froid.

Par ailleurs, il est un peu vain de rendre responsable Nicolas Sarkozy de telles op?rations, sous pr?texte qu?il est Pr?sident de la R?publique ou qu?il a ?t? Ministre de l?Int?rieur, ce qui laisserait croire que le Pr?sident de la R?publique serait derri?re tous les faits et gestes de tous les fonctionnaires de l??tat? d?autant plus que ces op?rations avaient commenc? du temps du gouvernement dirig? par le socialiste Lionel Jospin.

L??tat doit garantir la libert? des citoyens mais aussi prot?ger sa s?curit?

J?ai eu aussi une seconde r?action beaucoup plus contrast?e.

En effet, que veut l?honn?te citoyen?? Sa s?curit?. Que l??tat le prot?ge, lui et surtout, les siens.

Mais le probl?me, c?est que, s?il veut plus de r?pression contre les « m?chants » (c?est-?-dire ceux qui seront consid?r?s et jug?s comme des coupables, mais avant, ils devront ?tre pr?sum?s innocents), n?ayant rien ? se reprocher, il veut conserver sa propre libert?, pour lui et les siens, qui, eux, sont « gentils », forc?ment.

C??tait d?ailleurs tout le sens de l?appellation de la « loi S?curit? et Libert? » de janvier 1981, d?fendue par Alain Peyrefitte, Ministre de la Justice, sous le septennat de Val?ry Giscard d?Estaing.

Prot?ger le citoyen tout en lui pr?servant sa libert?, ce qui est chose peu facile.

Pourquoi?? Parce que « s?curiser » de plus en plus sa vie quotidienne va r?duire sa libert? d?agir. Par le tra?age, par le fichage? et de plus en plus, par l??ventualit? que l?honn?te citoyen pourrait? ne plus ?tre honn?te.

Car rapidement, l?esprit suspicieux risque de l?emporter sur l?esprit s?curitaire?: chacun devenant des contrevenants potentiels?

Partisan de la r?pression, l?honn?te citoyen pourrait alors se retrouver de l?autre c?t? du miroir, suspect? ? son tour de ne pas ?tre honn?te. C?est cet argument qui commence ? refroidir le soutien des citoyens am?ricains pour la peine de mort. Oui mais uniquement appliqu?e aux vrais coupables? (ce qui n?est pas une position morale, mais pragmatique).

Contrairement ? ce que peuvent imaginer des gens dits « ouverts », personne ne souhaite l??tre vraiment quant il s?agit de ses propres enfants?: l?, sur le sujet, on serait plut?t moralisateurs et conservateurs (heureusement d?ailleurs).

Et c?est l? o? je voudrais en venir.

Interrogations sur l?autorit? et sur la consommation de drogues

Ce qu?il se passe depuis plusieurs ann?es dans les classes scolaires est assez ?loquent. Il y a de v?ritables zones de non-droit. L?autorit? de l?enseignant est depuis longtemps bafou?e.

Les professeurs ne sont pas des policiers?; les directeurs d??tablissements non plus mais ont la responsabilit? d?assurer la s?curit? de tous les ?l?ves qu?ils accueillent. Et donc, le devoir d??viter la consommation de drogue.

Le probl?me, c?est qu?en g?n?ral, les transactions ont lieu en dehors de l?enceinte formelle de l??tablissement scolaire. Alors, que peuvent faire les directeurs d??tablissement s?ils observent des comportements « louches »??

Il y a un pas entre faire peur et ne pas respecter des adolescents, c?est ?vident, mais en se r?voltant contre ces op?rations dans le pays d?Auch, on ne r?sout rien, et surtout, on ne r?pond pas ? la question?: comment ?viter qu?un jeune sur deux touche ? la drogue??

Je n?ai pas la r?ponse non plus, mais puisqu?on en est ? de grandes causes nationales, celle de la lutte (sans brutalit?) contre la drogue aux mineurs devrait en devenir une, vous ne croyez pas??

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (11 d?cembre 2008)

Pour aller plus loin?:

Deux t?moignages troublants (novembre 2008).

La r?forme de la gendarmerie (8 mai 2008).

R?actions minist?rielles aux op?rations anti-drogue dans les coll?ges.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La réforme de l’assurance-chômage: un durcissement violent

Ci-dessous un article de Nolwen Weiler de Basta !    « Je n’ai jamais vu ça, ...