Accueil / T Y P E S / Articles / Manipuler l?opinion publique

Manipuler l?opinion publique

R?cemment, un journaliste du bureau d?enqu?te de TVA (filiale de Qu?becor media) soumettait le r?sultat d?une enqu?te selon laquelle entre 2011 et 2012, il y aurait eu 1,244 prisonniers qui ont re?u des prestations d?aide sociale.

Cette enqu?te, dont les d?tails recueillis supposent un acc?s privil?gi? ? l?information, ? moins qu?elle soit le compte-rendu exact d?un communiqu? du gouvernement, auquel cas les d?tails ne doivent pas ?tre d?crits comme ?tant le r?sultat d?une enqu?te, r?v?lait aussi que des gens avaient per?u des prestations d?aide sociale tout en travaillant comme fonctionnaires salari?s du gouvernement. Cependant, afin de les distancer de la disgr?ce, l?enqu?te fait ?tat du fait que la plupart ont rembours? les sommes? EUX!, contrairement aux assist?s sociaux (ces mis?rables) qui ne l?ont pas fait. On se demande bien pourquoi d?ailleurs ils n?y sont pas parvenus? C?est une blague!

Ces r?v?lations, dont la deuxi?me qui est beaucoup plus troublante que la premi?re, puisqu?elle met en sc?ne des gens dont on ne peut ?carter l?intention de fraude, viennent ?tayer les dires de la ministre de la s?curit? sociale, Madame Agn?s Maltais, ? l?effet que trop nombreuses sont les personnes qui re?oivent de l?aide sociale alors qu?elles sont aptes ? travailler? ce qui ne pouvait ?tre plus exact dans le cas des fonctionnaires. Pourtant, ce ne sont pas d?eux qu?on fait choux gras.

S?il faut se baser sur ces exemples pour lui donner raison, il y a sans contredit une ?vidence ? l?effet que la d?claration de la ministre est tout a fait pr?somptueuse, puisque les prisonniers ne sont pas r?put?s ?tre aptes ? l?emploi et que les fonctionnaires qui travaillent d?j? pour le gouvernement et per?oivent des prestations occupent d?j? un emploi. O? sont donc les exemples concrets, non tir?s de la bo?te ? pr?jug?s, qui ne font pas que lancer des chiffres au hasard dans le seul but de frapper l?inconscient collectif et de jeter le discr?dit sur une population que l?on tient absolument ??marginaliser?

La journaliste qui rapportait le r?sultat de l?enqu?te mentionnait que les prisonniers avaient l?obligation de d?clarer qu?ils ?taient incarc?r?s, concluant qu??videmment on peut se douter qu?ils ne le font pas. Pourquoi ?videmment? Pourquoi mettre un point d?honneur ? frapper quand l?adversaire est d?j? au tapis? On cultive le harc?lement au Qu?bec?

Sans se porter ? la d?fense aveugle de criminels, il faut rendre ? C?sar ce qui appartient ? C?sar. Lorsqu?un d?tenu est incarc?r?, il ne l?est pas automatiquement le 1er du mois (craignons plut?t qu?un jour il en soit ainsi ce qui ne laisserait plus aucun doute quant ? l?apparence de justice). De plus, le pr?venu lors de son incarc?ration a peut-?tre en t?te plusieurs choses qui lui font oublier la possibilit? qu?une telle m?prise soit commise puisque ce m?me gouvernement vient de l?incarc?rer (on peut penser qu?il ne le croit pas si incomp?tent) et, pour terminer, sait-il r?ellement si le fait qu?il soit incarc?r? par exemple le 10 ou le 20 du mois peut avoir une incidence sur ce qu?il a d?j? re?u ou si encore on sera assez n?gligent pour lui verser une somme le mois suivant? Il est utile de pr?ciser qu?? moins d??tre inaptes ? l?emploi de fa?on permanente (une personne inapte ?tant exempt?e de ce qui va suivre), les prestataires de l?aide sociale doivent remplir une d?claration vers le milieu du mois en cours pour indiquer qu?il n?y a aucun changement ? leur situation (adresse, gains, situation familiale, etc). Au d?but du mois suivant, ils re?oivent par la poste un nouveau formulaire qu?ils devront remplir vers le milieu de ce m?me mois. Comme ils sont en prison, ils ne peuvent donc recevoir le nouveau formulaire, lequel est retourn? ? l?aide sociale, sinon il croupit de toute fa?on dans une bo?te aux lettres et ne parvient donc pas au d?tenu avant la p?riode pr?vue pour compl?ter cette demande. Dans tous les cas, lorsque cette demande est retourn?e au minist?re ? d?faut de destinataire ou qu?elle n?est pas compl?t?e avant la date limite, le prestataire ne re?oit plus de prestations. Il devra se rendre ? un bureau pour renouveler sa demande, ce qui dans la pr?sente situation semble illusoire. O? est donc le cas flagrant de fraude?

La ministre Maltais, lors de la pr?sentation des nouvelles mesures qu?elle doit adopter pour juin prochain, lesquelles auront pour effet de diminuer l?aide sociale vers?e ? plusieurs prestataires, avait fait un commentaire concernant les nombreuses manifestations tenues par les groupes de soutien aux personnes d?munies, en d?clarant que le FRAPRU (un organisme qui se porte ? la d?fense des assist?s sociaux) n??tait ?videmment pas d?accord avec ces mesures qui avaient pour but de remettre au travail les assist?s sociaux. Pourquoi ?videmment? Comment peut-elle ignorer, ? moins d??tre ignorante, que le r?le du FRAPRU est d?assurer tous les droits des assist?s sociaux, non pas seulement celui du droit au travail et que s?il fallait se pencher sur cet unique droit, la ministre n?aurait aucune r?ponse satisfaisante ? lui fournir: ? savoir ? quel moment ce qu?elle pr?tend r?alisable, soit le plein emploi aux assist?s sociaux aptes au travail, se r?alisera? Il devient donc ?vident que le FRAPRU ne sautera pas de joie qu?on promette des emplois hypoth?tiques ? des gens pour l?gitimer les coupes pr?vues, alors que ces gens n?ont d?j? pas assez pour survivre et que sur la simple foi en la ministre ils devront mettre encore plus en veilleuse leur vie pr?caire.

Pourtant la ministre se targue de conna?tre le milieu social, ce qui permet de soulever un doute sur sa conduite vu le m?pris qu?elle peine ? ne pas afficher encore plus. Elle confiera que des discussions avec des gens lui ont permis de voir que certaines personnes ne recevaient pas assez, alors qu?elles avaient droit ? plus? Elle le leur aurait dit. La ministre veut une m?daille? Ces gens n?ont pas eu la force de lui rire au nez, parce qu?entre ce qu?on montre d?eux g?n?ralement et ce qu?elle d?clare du bout des l?vres pour ?taler sa commis?ration, le foss? est grand. N?eut ?t? de son besoin de para?tre ?quitable en ce moment pr?cis, ces personnes croupiraient encore, comme elles le faisaient avant, devant un syst?me d?shumanis? qui s?appr?te ? pi?tiner encore plus ses d?munis, dont plusieurs ne recevront aucune oreille. Madame Maltais, si elle en est capable, devrait aussi r?aliser que sa pr?sence ?clair pr?s des pauvres ne r?soudra en rien les v?ritables probl?mes auxquels elle a le devoir de s?attaquer. Ces probl?mes sont ?vidents, mais ils se situent de l?autre c?t? de la lunette d?approche. Ils sont bel et bien v?cus du c?t? des pauvres.

La ministre applique le sacro-saint: hors de ma vue? ? cause de vous le ciel est moins bleu.

Cette enqu?te? de mauvais go?t offre pourtant quelques constats: le minist?re de la justice ne fait pas son travail. Le minist?re des affaires sociales ne fait pas son travail. Les v?ritables fraudeurs sont bien ceux qui d?lib?r?ment re?oivent ? tort et sans aucun motif (autre que celui de s?enrichir) des sommes qui ne devraient pas leur ?tre destin?es. Le m?pris est une chose facile qui aide ? maintenir l?injustice, semant tous les pr?jug?s n?cessaires ? ?tayer des ignobles desseins.

Que dira la ministre ? tous ces gens qui en juin auront 600$ par mois pour survivre parce qu?elle a d?cr?t? qu?ils ?taient responsables de leur d?veine et qu?ils tiendront dor?navant dans leurs mains l?assurance de jours meilleurs, puisqu?il serait inconcevable que juin ne transforme pas toutes les incertitudes en certitudes??

Lors de cette m?me entrevue qu?elle avait accord?e, elle a pouss? loin le bouton des pr?jug?s en d?clarant qu?avant la r?forme qu?elle mettra en place, le minist?re des affaires sociales aidait les gens ? ne rien faire en leur donnant tout pour les maintenir ? domicile? Est-elle bien s?re qu?elle vit sur la m?me plan?te qu?eux? Je ne crois pas qu?elle conna?t les joies d?un frigo vide. N?a-t-elle pas trouv? le courage de leur dire qu?ils n?ont qu?? frapper encore plus souvent ? toutes les portes des organismes b?n?voles pour survivre, jusqu?? ce que le travail qui les attendrait avec patience leur distribue ses largesses?

Les statistiques font ?tat d?un nombre ?lev? de demandes d?emploi qui ne trouvent pas preneur. J?ai eu fr?quemment ? consulter plusieurs offres pour des gens que j?aidais, lesquels n?avaient pas acc?s ? internet. J?ai eu ? t?l?phoner au centre local d?emploi pour leur pointer du doigt des offres de t?l?marketing parce que les adresses web aboutissaient sur des sites hautement suspects. J?ai vu plusieurs offres qui, au fil du temps pour quelqu?un qui consulte ce site de fa?on soutenue, ont toutes les apparences d?offres bidon, soit qu?on laisse a vie des offres pr?sumant une rotation de personnel et que tombe dans le filet un tas de poissons avides et cr?dules: les voir et s?y inscrire n?offrent que la garantie de d?penser du temps, du papier et des ?nergies. On se baserait sur ces offres pour tracer le portrait de l?emploi au Qu?bec? Tout vaut mieux que la r?alit?, si on en croit ce qu?on y voit.

O? est le regard bienveillant? Les personnes qui ont besoin d?aide, que ce soit financi?re ou autre, ont un trait commun: elles sont d?munies et impuissantes. Elles ont besoin avant tout du geste bienveillant, sinon autant dire ? une femme victime de viol qu?elle ?tait trop aguichante, ? une victime d?acte criminel qu?elle ?tait insouciante, ? quelqu?un qui s?est fait d?poss?der qu?il ?tait cr?dule et leur d?clarer ? tous qu?ils doivent arr?ter de s?en remettre au syst?me afin de les discr?diter tous.

Demandera-t-elle aux victimes ?conomiques ce qu?elles pensent de toutes les marionnettes qui d?filent a la Commission Charbonneau qui ont pourtant ?cr?m? le syst?me avec bien peu de retenue, aucune d?ailleurs? Comprend-t-elle qu’une saine gestion assure?de saines finances publiques?et un sain encadrement des citoyens ? Peut-elle admettre que si l?h?pital ferme ? cause de d?fauts de structures, les malades ne cesseront pas de l??tre, m?me s?ils disposent d?un tas de pharmacies pour geler leur mal? Ce que la ministre, le minist?re et l?enqu?te ne disent pas c?est que par exemple pour le plan nord des mesures d?emplois ?tendues aux ?trangers encadrent les mesures sociales qui leur sont offertes ainsi qu?? leur famille. Le tableau de chasse montre des emplois ? 100,000$ qui font gagner combien ? l??tat dans les faits? Mais effectivement, on a toujours l?air plus honn?te quand on a des billets dans les poches. Evidemment. ?Doit-on entrevoir qu?on tente avec les mesures???venir d?instituer un cheap labor pour le nord?

Comment peut-on se gorger de statistiques pour couvrir l?incomp?tence, l?exclusion, le harc?lement, l?ignoble fa?on de n?avoir rien ? proposer que plus d?offenses? Les mesures qui seront mises en place ne sont pas d?crites, sauf en ce qui concerne les coupures pr?vues: elles d?coulent d?une promesse: personne ne sera ?chapp?. Big deal! Devant l?autel des promesses bien des mensonges ont trouv? preneur.

 

ELYAN

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le jour où j’ai rencontré un esclave

Il y a une bonne trentaine d’années, j’ai séjourné assez longuement au Sénégal. J’ai été ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Stratégie élaborer dans le but de contrer les effets négatifs de la sortie massive des baby-boomer, toujours selon les statistiques, à partir de 2013 plus de gens prendront leur retraite, que d’entrant sur le marché du travail. Donc pour assurer une main-d’œuvre salaire minimum, poste qui seront délester par ceux qui les occupent actuellement. Il y auras donc une pénurie de main d’œuvre cheap labor et qui de mieux que les assistés sociaux pour les comblées et s’assurer de ne pas entrer dans une spirale qui pourrais générer une hausse des salaires du à un manque de main d’œuvre. Bravo, bon texte, passer une belle journée!

  2. avatar

    (Y)
    Pour être « apte au travail », quand on l’est, il faut affronter les candidats autres, aptes au travail. Et les patrons qui ont le droit de prendre …le meilleur apte.
    Pour avoir travaillé dans des milieux défavorisés, j’ai vu une réussite sur 50, et encore… Plusieurs ont fait 3,4, 5 tentatives sans qu’ils puissent se « faire une carrière ». Ou tout simplement travailler. Il faut côtoyer les assistés sociaux pour prendre conscience qu’il existera toujours des gens qui pour diverses raisons – dont la santé mentale,- sont inaptes.
    La pauvreté n’est pas un choix…
    Toute société doit soutenir une partie de sa population qui souvent se culpabilise d’être « au crochet de l’État ».
    J’ignore où Mme Maltais a pris son « expérience », mais dans les manières comptables, il est possible de présenter une « réalité » faussée pour le besoin d’une cause.

    • avatar

      On croirait la lutte terminée, mais en cherchant un peu, on trouve quelques traces de manifestations qui se poursuivent, dont les médias parlent très peu… Le gouvernement fédéral ayant aussi annoncé qu’il mettra fin aux mesures de subvention pour les logements sociaux en 2015, les deux gouvernements et les médias qui les accompagnent semblent faire front commun pour trouver une solution permanente au problème de la pauvreté: l’ignorance.

      Le 27 mai se tiendra une manifestation nationale qui ne trouvera pas l’écoute espérée parce qu’il lui manquera un élément essentiel: l’appui de la population qui devrait craindre d’assister sans s’insurger à l’exclusion d’une partie de la société.