Accueil / T Y P E S / Articles / Ma?ana de Louis-Thomas Pelletier

Ma?ana de Louis-Thomas Pelletier

Lundi. Sept heures trente-six. Le r?veille-matin, depuis vingt-trois minutes, me bombarde d’informations bidons, de chansons, de pr?visions m?t?orologiques pour les sept jours ? venir, et de chansons, sur les m?mes accords que les pr?c?dentes. Il est grand temps que je me l?ve, pensai-je. Le soleil se fraie un chemin ? travers les rideaux transparents qui ornent ma fen?tre tellement sale que je ne sais m?me plus si c’est le jour ou la nuit. Dehors, il fait noir, c’est tout ce qui compte. Heureusement, l’animateur de la radio est l? pour me rappeler, toutes les trois minutes vingt-quatre secondes, dans quelle ville je suis, que c’est lundi matin, sept heures trente-six, qu’il n’y a toujours pas de hockey et qu’il pleut. N?anmoins, je d?cide de me lever. Mets la cafeti?re en marche. Laisse couler la douche pendant dix minutes. Quand l’eau est chaude ? souhait, je m’y glisse p?niblement. J’en ressors aussit?t, le regard embu?, l’odeur du caf? qui embaume mon deux et demi. Sur la table de cuisine, aussi minuscule qu’une carte de cr?dit, sept livres que je me suis achet? hier soir. Plein de bonnes intentions, je me suis dit que je devrais me remettre ? la lecture, puisque ?a nourrit l’esprit. Para?t-il.

Premier bouquin sur le dessus de la pile, Ma?ana de Louis-Thomas Pelletier. On me l’a conseill? ? plusieurs reprises. La couverture est int?ressante, le titre, intrigant. Ma?ana. En page onze, les huit ?tapes de la procrastination. Je referme le livre aussit?t. J’allais oublier le caf?. Le cendrier d?borde de m?gots et je suis trop l?che pour le vider. Je r?unis les ?paves de Gauloises blondes dans un coin. Je suis fin pr?t. Ma?ana.

Fred Masson, rock star finie avant m?me d’avoir su comment accorder son instrument, se retrouve, d?s les premi?res lignes, en prison ? St-Perp?tuel. On ne sait pas trop pourquoi ni comment. Il nous raconte son histoire et tous les ?v?nements qui l’y ont conduit. Il est devenu, suite ? l’?chec de son groupe – qui a profit? de sa premi?re tourn?e pour en faire sa tourn?e d’adieu -, policier. Il ?choue donc, malgr? lui, ? St-Perp?tuel, o? en trente ans, il n’y a jamais eu de crimes v?ritables. Mais les choses vont changer, pense-t-il. Tous les jours, deux fr?res – les Maltais – se pointent devant le guichet automatique et font mine de le voler. Depuis trois ans maintenant, ils en font leur routine de « procrastineurs » professionnels. Masson se donne alors comme mission de les prendre la main dans le sac et de les enfermer. Gr?ce aux bons conseils de son mentor Antoine Robichaud et son succ?s Agir aujourd’hui, il mettra tout en œuvre pour coffrer ces deux nigauds en s’improvisant travailleur social pour les ?duquer sur les bienfaits d’agir tout de suite.

D?s les premi?res pages, j’ai ?t? accroch?. Si bien que j’ai d? appeler mon patron pour l’informer que je serais probablement en retard. La Gastro-ent?rite. « Reste chez toi, m’a-t-il r?pondu, reste chez toi, prends du repos. » Je lui ai dit que j’allais le rappeler plus tard, si jamais ma condition s’am?liorait. Onze heures et des poussi?res et des m?gots et des caf?s. Je referme le livre. Je l?ve les yeux. Onze heures trente-sept. Merde ! J’appelle au travail. « Je ne me sens pas bien, je vais rester au lit. ? demain, tout en poussant un soupir entre les dents ».

J’en ai profit?, donc, pour faire des tas de trucs que je ne cessais de remettre au lendemain. M?nage, laver la vaisselle, faire mon lit. Mais surtout, j’en ai profit? pour ?crire un article pour cent papiers que, de toute fa?on, je n’enverrai pas avant deux semaines. Un clic et voil?, ce serait fait, mais non, je prendrai quatorze jours avant de l’envoyer cet article. Il y a des choses qui peuvent attendre. Comme ce livre. Ni navet, ni citron. C’est un pamplemousse : agr?able au d?but, mais rapidement, on cherche le sucre. On le termine, finalement, enseveli sous une montagne de go?t artificiel et quelques minutes plus tard, on se sert un bol de c?r?ales. Et on le savoure. Nature.

J’aurai, comme pr?vu, envoy? mon article ce soir seulement, soit seize jours plus tard que la date pr?vue. ? mon tour, j’ai suivi les conseils d’Antoine Robichaud. J’ai agi maintenant parce que demain… demain… on verra bien.

Ma cote. 5.5/10.

Dans le m?me genre :

Matthieu Simard.

?checs amoureux et autres niaiseries
?a sent la coupe
Douce-moiti?

St?phane Dompierre.

Un petit pas pour l’homme

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Trump : Gouverner les USA comme le Mississippi (6)

Nous y voici donc, à l’affaire promue dès le premier épisode de cette mini-série. Comme ...