Accueil / T Y P E S / Articles / Mali : la voix discordante de Jean-Luc M?lenchon

Mali : la voix discordante de Jean-Luc M?lenchon

 

LE YETI
Comme Eva Joly et Dominique de Villepin, Jean-Luc M?lenchon apporte ? propos des ?v?nements du Mali une voix qui tranche avec le consensus national, vant? pourtant sans distinction en une de tous les m?dias. Selon le leader du Front de gauche, l?intervention de l?arm?e fran?aise au Mali est tout simplement ??discutable??.

En un communiqu? et une chronique explicative, Jean-Luc M?lenchon affiche ses r?ticences et d?taille ses quatre objections.

1. L?intervention s?est faite sans mandat de l?ONU

??Les paragraphes 10 et 11 de la r?solution 2085 de l?ONU, demandaient d?ailleurs express?ment aux parties engag?es dans la planification militaire des op?rations (C?d?ao, Union africaine, pays voisins du Mali, autres pays de la r?gion, partenaires bilat?raux et organisations internationales) de retourner devant le Conseil de s?curit? ?avant le lancement des offensives?.??

Le mandat de l?ONU ?tait de fait attribu? ? la seule Mission internationale de soutien au Mali (MISMA), plac?e sous conduite africaine. Et non directement ? l?ancienne puissance coloniale.

2. L?appel ? l?aide directe du pouvoir malien actuel n?a aucune l?gitimit?

Selon Jean-Luc M?lenchon, le chef de l??tat fran?ais ne peut se pr?valoir de la demande d?aide d?un ?gouvernement ami? (article 51 de la Charte des Nations Unies) pour la bonne raison que le pouvoir malien est exerc? depuis le coup d??tat de mars 2012 par le capitaine putschiste Sanogo, sans qu?aucune date pour une ?lection promise ne soit toujours indiqu?e.

3. Les int?r?ts de la France n??taient pas en cause

Jean-Luc M?lenchon affirme encore que la France ne pouvait justifier son engagement par la menace de ses int?r?t fondamentaux (? ? moins de penser que les gisements miniers du Mali et des pays limitrophes constituent des int?r?ts propres ? la France).

4. Une d?cision prise sans consultation du Parlement

Enfin, il appara?t que la d?cision d?intervention a ?t? prise par le seul pr?sident Hollande, non seulement sans consultation pr?alable du Parlement, mais m?me sans que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault en ait ?t? officiellement saisi.

Il ressort de l?argumentation de Jean-Luc M?lenchon que le principe d?un soutien aux populations africaines sous la f?rule d?islamistes fous furieux ne saurait ?tre remis en cause. Mais que ce soutien devait ?tre fait avec un peu plus de doigt? diplomatique, un peu moins de na?vet? politique et surtout sans cette arrogance balourde et pr?cipit?e qui fait si souvent de nous la ris?e de nos voisins.

Car le principal risque est celui de l?enlisement, comme en Afghanistan ou en Libye. Voil? pourquoi la France de Fran?ois Hollande se retrouve aujourd?hui isol?e en premi?re ligne, mal pr?par?e aux ?v?nements qu?elle affronte, avec pour toute aide le seul soutien moral de ses prudents alli?s.

Le soutien de l?ONU est tout aussi ambigu. Convoqu? par l?ambassadeur fran?ais G?rard Araud, le Conseil de s?curit? a pris acte des intentions de la France de faire appliquer la r?solution 2085, mais a assorti son avis de ses doutes quant ? la capacit? des forces africaines de la MISMA ? intervenir avant plusieurs mois. On ne saurait donner plus de cr?dit ? l?analyse de Jean-Luc M?lenchon.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Bla, bla, bla… Tu parles trop !

Cette vieille rengaine yéyé, chantée par les Chaussettes Noires, chères à Eddy Mitchell, (lien) et ...