Accueil / A C T U A L I T É / L’utilit? des religions est leur message d’amour contenu dans les textes sacr

L’utilit? des religions est leur message d’amour contenu dans les textes sacr

Par Nicolas Beaudin

Image Flickr Par Denis Collette…!!!

Ce texte portera sur l?utilit? de la religion. Ce sera une analyse de la religion d?un point de vue philosophique. Ma th?se est la suivante : l?utilit? de la religion est ?thique, c?est-?-dire qu?elle sert ? susciter la pratique de la justice et de la charit?, et que sans cela, la religion est inutile. Ainsi, les c?r?monies et les rituels sont secondaires et ne servent qu?? faire ressentir certaines v?rit?s ? l?adepte, dans le but de le conduire vers une vie de plus en plus vertueuse.

Pour ce faire j?analyserai l?opinion de Spinoza concernant cette th?se, ? travers son Trait? th?ologico-politique. La th?se centrale de son trait? est la suivante 😕 ??la libert? de philosopher ne menace aucune ferveur v?ritable ni la paix au sein de la communaut? publique. Sa suppression bien au contraire, entra?nerait la ruine et de la paix et de toute ferveur.??[1] La th?se que j??tudierai en d?coule, dans le sens o? la libert? d?expression m?ne plus facilement ? la vertu que sa suppression.? Je traiterai de la religion en tant qu?institution, de la distinction entre la connaissance naturelle (philosophique) et la connaissance proph?tique ou r?v?l?e (religieuse), des contradictions de la Bible, du fanatisme religieux, des miracles, de la bonne m?thode ? prendre pour interpr?ter la Bible, de la v?ritable foi, et enfin de la distinction entre religion et philosophie. Tous ces th?mes serviront ? prouver ma th?se, c?est-?-dire que l?utilit? de la religion est ?thique.

Mais si la religion devrait servir l??thique, il est ind?niable que c?est souvent le vice qu?elle sert, car dans le contexte europ?en du XVIIe si?cle l?emprise de la religion sur les gens est telle que :

??Ce que la foule d?sormais prend pour la religion, c?est l??l?vation injustifi?e des fonctions eccl?siastiques, tenues pour des dignit?s et des emplois diff?rents, tenus pour des pr?bendes. Des honneurs d?mesur?s sont, en m?me temps, rendus au clerg?.?Depuis que cet abus a ?t? introduit, une passion sans mesure d?exercer le sacerdoce s?est empar?e du coeur des plus m?chants et la pure ardeur ? propager la religion de Dieu a ?t? remplac?e par une avidit?, une ambition sordide. Les ?glises m?me ont d?g?n?r? en th??tres, o? l?on entend non des docteurs sacr?s, mais des orateurs de profession, qui n?ont nullement le d?sir d?instruire le peuple; ce qu?ils veulent, c?est provoquer l?admiration, reprendre publiquement les dissidents, enfin imposer des enseignement nouveaux, inattendus, propres ? frapper leur na?f auditoire d??tonnement. Cette situation a n?cessairement produit de grandes luttes, des rivalit?s et une haine, que de longues ann?es ne r?ussissent pas ? apaiser. On ne s??tonnera donc pas que rien ne soit rest? de la religion premi?re, sauf le culte ext?rieur (dont la pratique vulgaire a tous les caract?res d?une adulation plut?t que d?une adoration). La foi ne consiste plus qu?en cr?dulit?, en pr?jug?s; et quels pr?jug?s, vraiment! De ceux qui r?duisent des hommes raisonnables ? l??tat des b?tes, puisqu?ils emp?chent, avec l?exercice libre du jugement, la distinction du vrai et du faux, puisqu?ils semblent invent?s tout expr?s afin d??teindre la lumi?re de l?intelligence. La ferveur des croyants, ? Dieu! et la religion sont identifi?es ? d?absurdes ?sot?rismes; c?est ? l?intensit? de leur m?pris de la raison, de leur ?loignement de l?intelligence, dont ils disent la nature corrompue, que l?on distingue les hommes ?clair?s de la lumi?re divine. Or, s?ils avaient seulement recueilli une ?tincelle de cette lumi?re, ils ne seraient pas si orgueilleux de leur d?mence, mais ils apprendraient ? honorer Dieu avec plus de sagesse; ils l?emporteraient sur leur prochain, non comme ils font ? pr?sent par la haine, mais par l?amour. Ils ne poursuivraient pas d?une telle hostilit? ceux qui ne pensent pas comme eux, mais ils auraient piti? d?eux!?Si, du moins, c?est bien du salut d?autrui qu?ils s?inqui?tent et non de leur propre sort temporel !??[2]

Apr?s cette critique de la religion en tant qu?institution, j?aborderai l?interpr?tation de la Bible selon Spinoza. D?abord voici en quoi consiste la r?v?lation de Dieu aux proph?tes. Ceux-ci ne sont pas proph?tes ? cause de leurs m?ditations sur Dieu ou la nature, mais seulement par rapport ? leur sinc?re ferveur. ??Ces pr?liminaires assur?s, j?ai ?tabli sans peine que la parole des proph?tes n?est d?cisive, qu?en ce qui concerne la pratique de la vie et les qualit?s morales. Quant au reste, peu importe le contenu des croyances particuli?res auxquelles ils se sont attach?s.??[3] Ainsi l?intelligence est inutile et m?me nuisible, si elle n?est pas accompagn?e de la pratique de la vertu, mais inversement, celui qui agit vertueusement n?a pas besoin de comprendre pourquoi il faut agir ainsi, pour en r?colter les fruits. Mais Spinoza sait que la compr?hension de l?importance d?agir vertueusement et la compr?hension de la nature (qui affermit notre propre vertu), sont sup?rieures ? la simple vertu par ob?issance, car la compr?hension solidifie notre vertu contre les mauvaises influences et a plus de pouvoir sur les sentiments. Quand on agit par ob?issance ? l??criture on est influen?able, car quiconque nous d?montre qu?il est compatible aux ?critures d?agir d?une fa?on non vertueuse, nous le croirons.

La parole r?v?l?e de Dieu consiste donc en cela seul : il faut agir vertueusement. Malheureusement la foule adore les ?critures dans ses histoires m?mes, sans chercher ? y comprendre une m?taphore ?thique.

??Puis je montre que la parole r?v?l?e de Dieu ne consiste pas en un certain nombre de livres, mais en une conception simple, form?e par l?esprit divin et d?voil?e aux proph?tes : ? savoir qu?il faut ob?ir ? Dieu d?un pur ?lan, en pratiquant la justice et la charit?.??[4]

Le chapitre 1 traite de la proph?tie ou r?v?lation, ainsi Spinoza distingue la connaissance proph?tique, r?v?l?e, de la connaissance naturelle que tout le monde a la capacit? de comprendre, et qui d?pend de principes que tout le monde accepte. Mais la masse aime les ?tranget?s et m?prise les dons naturels, donc elle pr?f?re ce qu?elle ne comprend pas, ce qui est myst?rieux. Ainsi elle croit que la connaissance naturelle est exclue de la connaissance proph?tique.

La connaissance naturelle est autant divine que la connaissance proph?tique, car elle provient elle aussi de Dieu, puisque tout est en Dieu et Dieu en tout. Ainsi ??la connaissance naturelle n?est inf?rieure en rien ? la connaissance proph?tique.??[5] Non seulement elle n?est pas inf?rieure, mais il est clair que Spinoza la consid?rait sup?rieure, car la proph?tie provient de l?imagination d?un fid?le sinc?re, o? la (les) croyance(s) est (sont) adapt?e(s) aux pr?jug?s de la foule, et ? ceux du proph?te. La seule exception est le Christ, car il est le seul ? avoir communiqu? avec Dieu d?esprit ? esprit et non par des proc?d?s corporels.

La connaissance naturelle est sup?rieure dans le sens o? la connaissance proph?tique tente de s?adapter au niveau de connaissance de la foule. La Bible se contredit souvent parce que les proph?tes adaptaient leurs discours ? la foule ou ? leurs propres pr?jug?s. Mais l?inconstance des croyances de la Bible contraste avec la constance de son message ?thique. L?utilit? de la Bible est de rejoindre le vulgaire dans ses pr?jug?s et de le mener ? ?tre port? ? appliquer la vertu.

??Ces enseignements, l??criture les ?tablit par l?exp?rience seule, je veux dire par les histoires qu?elle raconte; et elle ne donne point de d?finitions de ces choses, mais adapte toutes ses pens?es et toutes ses raisons ? l?entendement du vulgaire.(…) La masse donc est tenue de conna?tre seulement les histoires qui peuvent le plus ?mouvoir les ?mes et les disposer ? l?ob?issance et ? la d?votion. Toutefois, le vulgaire est peu capable par lui-m?me de porter un jugement sur ces mati?res, d?autant plus qu?il se pla?t aux r?cits et ? l?issue singuli?re et inattendue des ?v?nements plus qu?? la doctrine m?me enseign?e par les histoires; c?est pourquoi en plus des histoires, il a besoin des pasteurs ou ministres de l??glise qui lui donnent un enseignement en rapport avec la faiblesse de son esprit.??[6]

Le vulgaire est incapable de faire preuve de pens?e pure, c?est-?-dire de ne pas s?appuyer sur son imagination pour comprendre. L?imagination ? besoin des formes des objets sensibles pour fonctionner.

??On s?explique ensuite pourquoi les proph?tes ont presque toujours per?u et expos? leurs enseignements sous forme de paraboles ou d??nigmes, et pourquoi ils ont donn? aux v?rit?s spirituelles une expression corporelle. Ces proc?d?s sont ceux qui s?accordent le mieux ? la nature de l?imagination.(…) D?autre part, comme l??criture a coutume de d?peindre Dieu ? l?image de l?homme et, en raison de la faiblesse de pens?e du plus grand nombre, de lui attribuer une pens?e, un caract?re et des passions, voire un corps et une haleine, Esprit de Dieu, dans les Livres sacr?s, sert souvent ? d?signer la pens?e ou le caract?re, le sentiment, la force et l?haleine de Dieu.??[7]

Voici quelques preuves de l?inconstance des croyances des proph?tes :

??Voyez, par exemple, les Nombres (ch. XI, vers. 17) et le premier livre des Rois (ch. XXII, vers. 21). Mich?e a vu Dieu sur un tr?ne; pour Daniel, c?est un vieillard v?tu de blanc, mais pour ?z?chiel c?est un feu. Les adeptes du Christ font descendre l?Esprit saint sous l?apparence d?une colombe, mais les ap?tres sous celle de langues de feu. Enfin, Paul, au moment de sa conversion, vit une grande lumi?re. Toutes ces visions diff?rentes s?accordent pleinement avec les images, que la foule se forme de Dieu et des Esprits.?(…) Samuel croyait que Dieu, apr?s avoir d?cr?t? quelque chose, ne revenait jamais sur son d?cret (voir Samuel, 1, ch. XV, vers. 29). ? Sa?l, en effet, repentant de son p?ch? et qui voulait adorer Dieu et lui demander gr?ce, il dit que Dieu ne changerait pas le d?cret contre lui. ? J?r?mie, tout le contraire fut r?v?l? (voir ch. XVIII, vers. 8-10) : Dieu, quoi qu?il e?t d?cr?t? de mauvais ou de bon ? l??gard d?une nation, revenait sur son d?cret si un changement en mieux ou en pis se produisait dans les hommes apr?s la sentence. La doctrine de Jo?l fut que Dieu se repent seulement du mal (voir ch. II, vers. 13). (…) Paul, pour confirmer les hommes dans la religion et leur montrer que le salut d?pend de la seule gr?ce de Dieu, enseigna que nul ne peut se glorifier de ses oeuvres, mais de sa foi seulement, et que nul n?est justifi? par ses oeuvres (voir ?p?tre aux Romains, ch. III, vers. 27, 28); et il fait suivre de l? toute sa doctrine de la pr?destination. Jacques au contraire, dans son ?p?tre, enseigne que l?homme est justifi? par ses oeuvres, non par la foi seulement (voir ?p?tre de Jacques, ch. II, vers. 24), et il fait tenir dans ce peu de principes toute la doctrine de la religion, laissant de c?t? toutes les discussions de Paul.??[8]

Cette inconstance th?orique est le fondement de la distinction entre la connaissance proph?tique et la connaissance naturelle que j?approfondirai dans mon analyse du prochain chapitre. En voici un aper?u :

??Au contraire, je montrerai avec plus de soin et plus longuement d?une part que les proph?ties ou repr?sentations diff?raient suivant les opinions embrass?es par les proph?tes, et que d?autre part les proph?tes eurent des opinions diff?rentes, voire oppos?es, et des pr?jug?s diff?rents (je pense seulement aux choses sp?culatives, car, en ce qui concerne la probit? et les bonnes moeurs, il en faut juger tout autrement). J?insiste parce que je crois ce point d?une importance capitale; de l? en effet je conclurai que la proph?tie n?a jamais rendu les proph?tes plus savants, mais les a laiss?s dans leurs opinions pr?con?ues et que, par suite, nous ne sommes nullement tenus de les croire en ce qui concerne les choses purement sp?culatives.??[9]

La r?plique des fanatiques religieux est donc pr?visible, ils pr?tendront que les contradictions ne sont qu?apparentes et se justifient selon leur contexte. Autrement dit, il ne faut pas se fier au sens des mots ou des phrases, mais ? l?interpr?tation selon le contexte. Voici la r?plique de Spinoza :

??Si maintenant l?on croyait pouvoir supposer que l??criture l?a entendu diff?remment, mais, pour quelque raison inconnue de nous, n?a pas voulu l??crire comme elle l?entendait, alors il ne s?ensuit rien de moins qu?un renversement total de l??criture; car chacun pourra ? aussi bon droit en dire autant de tous les passages de l??criture et tout ce que la malice humaine peut inventer d?absurde et de mauvais, il sera permis d?s lors de le soutenir et de le mettre en pratique sous le couvert de l??criture.??[10]

Les fanatiques religieux ont aussi tendance ? rejeter la possibilit? d?acc?s au salut ? ceux qui ne font pas partie de leur ?glise, ou de leur clan. Pour Spinoza, peu importe nos croyances ou notre clan, tout d?pend de l?application de la vertu dont nous faisons preuve. Voici ce qu?il a ?crit ? ce sujet :

??Mais vous ne pourrez toutefois pas nier, ? moins qu?avec la raison vous n?ayez aussi perdu la m?moire, qu?il y a en quelque ?glise que ce soit beaucoup d?hommes parfaitement purs qui honorent Dieu par la justice et la charit?; il en est parmi les luth?riens, les r?form?s, les mennonites, les enthousiastes (…) Vous devez donc accorder que la saintet? de la vie n?appartient pas en propre ? l??glise romaine : elle est commune ? tous les hommes. Et puisque c?est ? cela que nous connaissons (afin de parler comme l?ap?tre Jean, ?p?tre I, ch. IV, vers. 13) que nous demeurons en Dieu et que Dieu demeure en nous, tout ce qui distingue l??glise romaine des autres ?glises est parfaitement superflu et n?est fond? que sur la seule superstition. Le signe unique et le plus certain de la vraie foi catholique et de la v?ritable possession de l?Esprit-Saint est donc, comme je l?ai dit avec Jean, la justice et la charit? : l? o? on les trouve, le Christ est v?ritablement pr?sent, l? o? elles manquent, manque aussi le Christ. (…) Pour les Turcs et les autres nations, s?ils adorent Dieu par le culte de la justice et de la charit? envers le prochain, je pense qu?ils ont en eux l?esprit du Christ et qu?ils sont sauv?s, quelles que puissent ?tre les croyances que, par ignorance, ils ont sur Mahomet et les oracles.??[11]

Le chapitre 2 traite des proph?tes. Des hommes incultes et des femmes ont ?t? proph?tes. Spinoza pr?tend que Salomon ?tait plus sage que les autres et n?avait pas le don proph?tique. Ceux qui se distinguent par l?imagination connaissent moins les choses par l?entendement, et vice-versa, car ceux qui ont l?entendement plus d?velopp? r?fr?nent leur imagination, pour ne pas la confondre avec l?entendement.

??Chercher la sagesse et la connaissance des choses naturelles et spirituelles dans les livres des proph?tes, c?est donc s??carter enti?rement de la voie droite; suivant que le demandent l??poque, la philosophie et mon sujet, j?ai d?cid? de montrer cela amplement, sans me soucier des cris que poussera la superstition : elle d?teste par-dessus tout ceux qui s?attachent ? la vraie science et ? la vraie vie.??[12]

L?imagination ne contient pas la certitude en elle-m?me, comme le fait toute id?e claire et distincte, mais elle a besoin d?un signe raisonnable qui lui conf?re sa valeur de v?rit?. Ainsi on comprend que la proph?tie n?est pas certaine par elle-m?me, car elle d?pend de l?imagination. Voici ce que G?d?on dit ? Dieu ??Et fais-moi un signe (pour que je sache) que c?est toi qui as parl? (voir Juges, ch. VI, vers. 17).??[13] C?est aussi pourquoi la connaissance naturelle est sup?rieure ? la connaissance proph?tique, car elle n?a besoin d?aucun signe, mais contient en elle-m?me la certitude.

Maintenant je ferai un bref aper?u du chapitre 3 qui porte sur la vocation des H?breux, et se demande si le don proph?tique leur fut particulier. Dans ce chapitre Spinoza prend les Juifs en exemple, mais on pourrait l??largir ? tous ceux qui croient que le salut (ou le bonheur) est accessible seulement ? une tradition religieuse, mystique ou philosophique particuli?re. Cette pr?tention est le fondement du fanatisme et de la haine th?ologique, et va ? l?encontre de la v?ritable foi qui consiste ? pratiquer la vertu. J??viterai de citer tous les passages o?? l?Ancien Testament pr?tend que les H?breux sont le peuple ?lu de Dieu et qu?ils sont sup?rieurs aux autres.

??La vraie f?licit? et la b?atitude ne consistent pour chacun que dans la jouissance du bien et non dans cette gloire d??tre le seul ? en jouir, les autres en ?tant exclus; s?estimer en possession d?une b?atitude plus grande, en effet, parce qu?on est seul dans une condition bonne, ou parce qu?on jouit d?une b?atitude plus grande et qu?on a meilleure fortune que les autres, c?est ignorer la vraie f?licit? et la b?atitude; la joie qu?on ?prouve ? se croire sup?rieur, si elle n?est pas tout enfantine, ne peut na?tre que de l?envie et d?un mauvais coeur. Par exemple, la vraie f?licit? et la b?atitude d?un homme consistent dans la seule sagesse et la connaissance du vrai, nullement en ce qu?il serait plus sage que les autres, ou en ce que les autres seraient priv?s de sagesse, car cela n?augmente aucunement sa propre sagesse, c?est-?-dire sa vraie f?licit?. Qui donc se r?jouit ? ce propos, se r?jouit du mal d?autrui, il est envieux et m?chant, et ne conna?t ni la vraie sagesse ni la tranquillit? de la vraie vie.??[14]

Ce qui distingue Mo?se du Christ est que celui-l? a enseign? aux Juifs comme a un enfant priv? de raison, en l?gislateur. Il contraignit son peuple sous la menace des sanctions de la Loi. ??Ainsi la r?gle qui conduit ? bien vivre, c?est-?-dire la vie vraie, le culte et l?amour de Dieu, fut pour eux plut?t une servitude qu?une vraie libert?, une gr?ce et un don de Dieu.??[15] Au contraire le Christ enseignait la v?rit? pour apporter le bonheur et non seulement la stabilit? de l??tat.

??Et sans aucun doute pour ceux ? qui il avait ?t? donn? de conna?tre les myst?res des cieux, il enseigna ces m?mes choses non comme des lois, mais comme des v?rit?s ?ternelles; et par l? il les lib?ra de la servitude de la loi et n?anmoins la confirma et l??crivit ? jamais au fond des coeurs.??[16]

En ce sens Mo?se fut bel et bien un proph?te, mais le Christ fut un philosophe et un proph?te, car il enseignait ? la masse de fa?on ? ce qu?elle le comprenne, mais non pas en les contraignant ? ob?ir, mais en pr?sentant sa doctrine comme la vraie fa?on d??tre heureux. Avec lui les gens n?agissent plus contre leur propre volont? (donc dans la tristesse) en vue d?une r?compense apr?s leur mort, mais dans la joie que leur procure la conviction de faire ce qui est bien pour autrui, et par le fait m?me pour eux-m?mes. Cette satisfaction int?rieure est bien sup?rieure ? l?espoir d?une r?compense, tant par la joie qu?elle procure, que par la fid?lit? ? la vertu qu?elle apporte.

Si l?on croit aux r?cits de la Bible sans tenir compte de la doctrine ?thique qu?ils veulent enseign?s et sans corriger sa vie, cela est d?une compl?te inutilit?. La valeur de quelqu?un se conna?t ? ses oeuvres, autrement dit d?apr?s l?application de la vertu dont il fait preuve. L?utilit? de la Bible est de favoriser le bonheur de tous et toutes en stimulant l?application de la vertu dans nos actions.

??Qui donc porte en abondance des fruits tels que la charit?, la joie, la paix, l??galit? d??me, la bont?, la bonne foi, la douceur, l?innocence, la possession de soi, toutes choses auxquelles, comme l?a dit Paul (?p?tre aux Galates, ch. v, vers. 22), la loi n?est pas oppos?e, qu?il ait ?t? instruit par la seule Raison ou par la seule ?criture, est bien r?ellement instruit par Dieu et poss?de la b?atitude.??[17]

Spinoza s?appuie sur les ?critures? pour expliquer que les c?r?monies sont secondaires, par rapport ? la Loi (aime ton prochain comme toi-m?me) qui est ?thique, ainsi les c?r?monies ne servent qu?? nous faire ressentir cette v?rit? supr?me, directement ou indirectement.

??Non moins ?clatant ce t?moignage que nous trouvons dans la psaume XL, versets 7, 9; le Psalmiste s?adresse ainsi ? Dieu : Tu n?as pas voulu de sacrifice ni d?offrande, tu m?as perfor? les oreilles, tu n?as pas demand? d?holocauste ni d?oblation pour le p?ch?; j?ai voulu accomplir ta volont?, mon Dieu, car ta loi est dans mes entrailles. Il n?a donc en vue que cette loi de Dieu, ?crite dans les entrailles ou dans l??me, et il en exclut les c?r?monies; elles ne sont bonnes en effet qu?en vertu d?une institution, non par leur nature propre, et ne sont pas en cons?quence ?crites dans les ?mes??[18]

L?amour de Dieu est l?amour de tout ce qui existe, ainsi il implique l?amour du prochain et m?ne au bonheur, au contraire l?ath?isme favorise le vice, car l?ath? est habituellement r?volt? contre le monde dans lequel il vit, puisqu?il le consid?re comme insens?. Les miracles qu?enseigne la Bible favorise l?ath?isme, ce qui risque de d?tourner certains adeptes vers le vice. Le vulgaire croit qu?un miracle est ce qui d?fi les lois de la nature, qu?il est surnaturel parce qu?il intervient ? l?encontre des causes naturelles. Cette conception ne fait que refl?ter l?ignorance de ceux qui croit aux miracles, car si les lois de la nature pouvaient ?tre enfreintes, plus rien ne pourrait ?tre certain.

??Si donc il arrivait quelque chose dans la nature qui ne suiv?t pas de ses propres lois, cela contredirait ? l?ordre n?cessaire que Dieu a ?tabli pour l??ternit? dans la nature par le moyen des lois universelles de la nature; cela donc serait contraire ? la nature et ? ses lois et cons?quemment la foi au miracle nous ferait douter de tout et nous conduirait ? l?ath?isme. Et je pense avoir ainsi ?tabli ce que je me proposais en deuxi?me lieu par des raisons assez solides; d?o? nous pouvons conclure de nouveau qu?un miracle qui serait contraire ? la nature, ou aussi bien sur-naturel, est une pure absurdit?; on ne peut, par suite, entendre par miracle dans les Livres sacr?s qu?un ouvrage de la nature qui, comme nous l?avons dit, passe la compr?hension humaine ou est suppos? la d?passer.??[19]

?videmment ce n?est pas le but des ?critures de mener ? l?ath?isme, mais l?inconstance et l?absurdit? de ses croyances risquent de repousser le chercheur lucide, heureusement il peut se tourner vers la philosophie avant de choisir d?finitivement l?ath?isme. Voici pourquoi la Bible n?explique pas les choses par leurs causes naturelles, mais plut?t en faisant appelle ? Dieu, cet asile de l?ignorance :

??Il n?est donc pas douteux que tout ce qui est racont? dans l??criture ne soit arriv? naturellement; et cependant ces faits sont rapport?s ? Dieu parce que l?objet de l??criture, comme nous l?avons d?j? montr?, n?est pas de faire conna?tre les choses par des causes naturelles, mais seulement de raconter des choses qui puissent tenir une grande place dans l?imagination et cela suivant une m?thode et dans un style propres ? exciter le plus possible l?admiration et, par suite, ? imprimer la d?votion dans l??me de la masse.??[20]

Le chapitre 7 traite sp?cifiquement de l?interpr?tation de l??criture, m?me si ce sujet fait partie int?grante de tous les chapitres reli?s ? la Bible. Pour interpr?ter correctement l??criture, il faut avoir une bonne connaissance historique de leurs auteurs, de l??poque, la culture, etc.

??Quand nous lisons un livre contenant des choses incroyables et non perceptibles, ou encore un livre ?crit dans des termes extr?mement obscurs, si nous ne savons pas qui en est l?auteur, en quel temps et ? quelle occasion il a ?t? ?crit, c?est en vain que nous cherchons ? en conna?tre le sens.(…) J?ai ainsi pass? en revue, suivant mon dessein, toutes les difficult?s que pr?sente cette m?thode d?interpr?tation de l??criture par l?examen critique des donn?es de l?histoire. Je les tiens pour si graves que je n?h?site pas ? dire qu?en bien des passages le sens de l??criture nous est inconnu ou encore que nous le devinons sans avoir aucune certitude. (…) les difficult?s dans l?interpr?tation de l??criture ne viennent pas de la faiblesse de la lumi?re naturelle, mais seulement de la mollesse (pou ne pas dire la malice) des hommes qui ont n?glig? de constituer une connaissance historique et critique de l??criture alors qu?ils le pouvaient.??[21]

Par cons?quent, l?interpr?tation de la Bible ne doit pas nous ?tre impos?e de l?ext?rieure, mais elle est une affaire personnelle que nous devons essayer de comprendre par notre propre raison.

??(…)?Il en va tout autrement dans la religion. Puisqu?elle consiste non dans des actions ext?rieures, mais dans la simplicit? et la v?racit? de l??me, elle n?est soumise ? aucun canon, ? aucune autorit? publique et nul absolument ne peut ?tre contraint par la force ou par les lois ? poss?der la b?atitude : ce qui est requis pour cela, ce sont des conseils purs et fraternels, une bonne ?ducation, et par-dessus tout un jugement ad?quat et libre.??[22]

La Raison est donc le moyen que nous poss?dons pour ne pas tomber dans le fanatisme des faux d?vots et des faux th?ologiens. Par ??faux?? j?entends ?videmment ceux qui n?ont aucun souci ?thique v?ritable, donc qui ne s?applique pas ? pratiquer la justice et la charit?, car ? cela seul on distingue le fanatisme de la pi?t?.

??Tout le monde dit bien que l??criture sainte est la parole de Dieu et qu?elle enseigne aux hommes la vraie b?atitude ou la voie du salut. La conduite des hommes montre tout autre chose, car la masse ne para?t se soucier de rien moins que de vivre suivant les enseignements de l??criture sainte, et nous voyons que presque tous substituent ? la parole de Dieu leurs propres inventions et s?appliquent uniquement, sous le couvert de la religion, ? obliger les autres ? penser comme eux. Nous voyons, dis-je, les th?ologiens inquiets, pour la plupart, du moyen de tirer des Livres sacr?s, en leur faisant violence, leurs propres inventions et leurs jugements arbitraires et de les justifier par l?autorit? divine; en aucune mati?re ils n?agissent avec moins de scrupule et plus de t?m?rit? que dans l?interpr?tation de l??criture, c?est-?-dire de la pens?e de l?Esprit-Saint; et leur seule crainte, dans cette besogne, n?est pas d?attribuer ? l?Esprit-Saint quelque fausse doctrine et de s??carter de la voie du salut, mais d??tre convaincus d?erreur par d?autres, de voir ainsi leur propre autorit? pi?tin?e par leurs adversaires et de s?attirer le m?pris d?autrui. (…) et tout ce qu?on invente dans ce d?lire, on l?attribue ? l?Esprit-Saint et l?on t?che de la d?fendre de toutes ses forces, avec l?ardeur de la passion. Tels sont les hommes en effet : tout ce qu?ils con?oivent par l?entendement pur, ils le d?fendent ? l?aide du seul entendement et de la raison; les croyances irrationnelles que leur imposent les affections de l??me, ils les d?fendent avec leurs passions.??[23]

Il faut donc s?en tenir au message ?thique de la Bible, car c?est tout ce qu?on peut saisir avec certitude de cette collection d?une quarantaine de livres diff?rents, ?crit par des auteurs diff?rents, ? des ?poques diff?rentes, pour des peuples diff?rents, parfois dans des langues diff?rentes. Ainsi, la parole r?v?l?e de Dieu ne l?est pas dans les mots, mais dans le sens ?thique qu?il faut tirer des assemblages de mots. Les enseignements moraux de la Bible sont constants ? travers tout les livres, et sont facilement perceptibles par tous et toutes.

??Les enseignements de la pi?t? vraie s?expriment en effet avec les mots les plus usit?s, parce qu?ils sont tr?s communs, tr?s simples et facile ? comprendre; et puisque le salut v?ritable et la b?atitude consistent dans le repos de l??me et que nous ne pouvons trouver le vrai repos que dans ce que nous connaissons tr?s clairement, il est ?vident que nous pouvons saisir avec certitude la pens?e de l??criture se rapportant aux choses essentielles au salut et n?cessaires ? la b?atitude. Il n?y a donc pas ? s?inqui?ter du reste, puisque, ne pouvant le saisir le plus souvent par la raison et l?entendement, nous devons le tenir pour plus curieux qu?utile.??[24]

La connaissance intellectuelle n?est pas, comme l?ob?issance (que suscite la connaissance proph?tique), donn? ? tous les croyants. Mais la seule connaissance n?cessaire pour tous et toutes est la connaissance de la justice et de la charit?, car le bonheur leur est inh?rent et que chacun y aspire. Voici des passages bibliques qui affirment la n?cessit? de cette connaissance :

??Tel est l?enseignement de J?r?mie. Voyez, par exemple, ce qu?il dit du roi Josias (au ch.XXII, vers. 15) : Ton p?re, lui aussi, mangeait et buvait, pourtant il a jug? en toute justice, c?est pourquoi il fut prosp?re; il a jug? en faveur du pauvre et de l?indigent, c?est pourquoi il fut prosp?re, car (je souligne la conclusion) agir de telle sorte, c?est me conna?tre, dit J?hovah. Un autre passage (ch. IX, vers. 23) n?est pas moins clair : que chacun se glorifie de me comprendre et me conna?tre, en cela seulement que moi, J?hovah, je fais exister sur la terre charit?, droit et justice, car ? les voir r?gner je me complais. ?[25]

Jean ne dit pas autre chose, car il affirmait que ??celui-l? seul, conclut-il, est vraiment inspir? de Dieu et conna?t Dieu, qui a la charit?.??[26]Ainsi les humains peuvent ignorer la v?ritable nature de Dieu, donc ignorer toutes choses en dehors de l?application de la vertu, sans pour cela en souffrir, car le bonheur d?pend uniquement de la pratique de la vertu. La Bible adapte son message pour la masse, qu?elle ne cherche pas ? rendre savante, mais ob?issante.

??Nous dirons qu?un article de foi est louable ou r?pr?hensible, selon qu?il provoque chez ses adeptes la soumission, ou le penchant ?ffr?n? ? la faute et la r?bellion. Il suffit qu?un homme, profess?t-il des notions religieuses vraies, soit indocile, pour que sa foi soit mauvaise. En revanche, un homme soumis ? Dieu manifeste une foi pure, m?me si, dans le d?tail, toutes les croyances qu?il professe sont fausses. En effet, ainsi que nous l?avons montr?, la vraie connaissance de Dieu n?est point command?e, mais donn?e aux fid?les, et la seule connaissance exig?e par Dieu se r?duit ? celle de sa justice et de sa charit?. Or l?acceptation de la justice et de la charit? divines s?impose, dans l?int?r?t non du savoir scientifique, mais de la docilit? de la conduite. (…) La Loi, lisons-nous, se r?sume en cet unique commandement : Aime ton prochain. On ne saurait donc nier que l?homme, vraiment ob?issant et bienheureux selon la Loi, est celui qui aime son prochain comme soi-m?me en accomplissement du commandement de Dieu. Au contraire, le rebelle et l?insoumis est celui qui d?teste son prochain, ou simplement s?en d?sint?resse. Enfin, tout le monde s?accorde ? admettre que l??criture n?a pas ?t? ?crite et popularis?e pour le b?n?fice exclusif de savants, mais qu?elle est destin?e ? tous les humains, sans distinction d??ge ni de condition. De toutes ces constatations, il s?ensuit d?j?, sans aucune ambiguit?, que l??criture ne nous oblige ? croire que le minimum indispensable ? l?ex?cution du commandement : Aime ton prochain. Ce commandement est donc la norme unique de la foi universelle et doit ? lui seul d?terminer tous les dogmes de la foi, je veux dire ceux, du moins, auxquels chacun est oblig? de donner son adh?sion.??[27]

La foi ne consiste donc pas en des croyances justes, comme le croient la plupart des gens, mais dans la pratique de la vertu. La foi est donc une certitude d?ordre moral, la conviction que le but de la vie est la pratique de la vertu.

??Elle n?exige pas des dogmes vrais en eux-m?mes, mais des dogmes indispensables ? la pratique de l?ob?issance; autrement dit, qui confirment les coeurs dans l?amour du prochain. C?est dans la perspective de cet amour que, pour parler comme Jean, tout homme est en Dieu et Dieu en tout homme. Par cons?quent, ne perdons point de vue qu?il faut, pour appr?cier la ferveur de la foi de chacun, consid?rer l?ob?issance ou l?insoumission dont elle rend t?moignage, et non sa v?rit? ou sa fausset?.??[28]

Il s?agit maintenant d??tudier ce qui distingue la philosophie de la religion. La philosophie recherche la v?rit?, tandis que la religion et la foi recherchent l?ob?issance, la ferveur de la conduite.

??En outre, la philosophie a pour principes des notions g?n?ralement valables et elle doit se fonder exclusivement sur la nature; la foi a pour principe l?histoire, la philologie et elle doit exclusivement se fonder sur l??criture, la r?v?lation — ainsi que nous l?avons montr? au chapitre VII. La foi laisse donc ? chacun la libert? totale de philosopher. Au point que chacun peut, sans crime, penser ce qu?il veut sur n?importe quelle question dogmatique. Elle ne condamne, comme h?r?tiques et schismatiques, que les individus professant des croyances susceptibles de r?pandre parmi leurs semblables l?insoumission, la haine, les querelles et la col?re.??[29]

L?utilit? de la religion, des livres Saints, de la Parole r?v?l?e, de l?exot?risme, etc., est d?enseigner que la gr?ce de Dieu (de fa?on incompr?hensible) sauve les croyants dociles.

??De sorte que l??criture a apport? aux hommes une immense consolation. Tous, sans exception, peuvent ob?ir, tandis qu?une fraction relativement assez faible du genre humain atteint ? la valeur spirituelle, sans autre guide que la raison. Il s?ensuit, qu?? d?faut du t?moignage de l??criture, nous douterions du salut de la majorit? des hommes.??[30]

D?apr?s tout ce qui pr?c?de on peut conclure que les religions ne devraient pas avoir d?autres buts que de susciter la pratique de la vertu. L?analyse que Spinoza fait de la Bible, donc des livres Saints du Juda?sme et du Christianisme, peut s?appliquer aux autres religions. Si les religions ne se rejoignaient pas toutes ? travers leur message ?thique, c?est-?-dire d?amour, de compassion, de justice universelle, leurs oppositions doctrinales nous contraindraient ? croire que les religions sont n?fastes, car elles divisent les humains, les opposent et semblent indiquer que la v?rit? est relative selon chacun, donc qu?elle n?existe pas. Pourtant il est ais? de remarquer que les philosophies religieuses, les philosophies eud?monistes et le mysticisme sont unis dans la recherche du bonheur ? travers la pratique de la vertu. Les d?finitions des vertus sont d?ailleurs tr?s similaires chez tous ces courants de pens?e. Voil? pourquoi l??thique justifie toutes les religions, peu importe les croyances qu?elles se servent pour inciter leurs disciples ? la vertu.


[1] Spinoza, B., Trait? th?ologico-politique, pr?face, dans les oeuvres compl?tes, la Pl?iade, Gallimard, 1954, p. 606.

[2] Ibid., pp. 610-611.

[3] Ibid., pp. 612-613.

[4] Ibid., p. 614.

[5] Ibid., chapitre 1, p. 618.

[6] Ibid., chapitre 5, pp. 689-690-691.

[7] Ibid., chapitre 1, pp. 630-633-634.

[8] Ibid., chapitre 1, 2 et 11, pp. 634-649-785.

[9] Ibid., chapitre 2 p. 641.

[10] Ibid., p. 643.

[11] Spinoza, B., Lettres 76 ? Albert Burgh et 43 ? Jacob Osten, dans les oeuvres compl?tes, la Pl?iade, Gallimard, 1954, pp. 1289 et 1221.

[12] Ibidem de la note 9, p. 635.

[13] Ibid., p. 636.

[14] Ibid., chapitre 3, pp. 651-652.

[15] Ibid., chapitre 2, p. 647.

[16] Ibid., chapitre 4, p. 675.

[17] Ibid., chapitre 5, p. 692.

[18] Ibid., p. 680.

[19] Ibid., chapitre 6, p. 700.

[20] Ibid., p. 703.

[21] Ibid., chapitre 7, p. 725-727-729.

[22] Ibid., p. 733.

[23] Ibid., p. 711-712.

[24] Ibid., p. 728.

[25] Ibid., chapitre 13, p. 801.

[26] Ibid.

[27] Ibid., chapitre 13 et 14, pp. 802-803-805.

[28] Ibid., chapitre 14, p. 808.

[29] Ibid., p. 812.

[30] Ibid., chapitre 15, p. 824.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La débandade en marche

Ça va trop vite, on n’arrive plus à suivre… décidément cette République n’est plus en ...

104 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour,
    Je dis « ouille ». Vous vous avancez sur un terrain très glissant.
    J’ai essayé d’écrire un article sur le même sujet.
    J’en ai fait un triptyque « Le ciel pour horizon ». C’est dire que c’est complexe et je n’ai abordé qu’une seule religion, la catholique. C’est peut-être l’article qui m’a pris le plus de temps.
    Des mois d’interviews, des chats durs et précis avec « l’autre bord ».
    Alors d’après votre thèse l’aspect de l’éthique serait la pierre philosophale me parait totalement incomplète ou partiale.
    Commençons par le début et posons des questions de base.
    D’abord, est-ce qu’une chose, un être doit-il être « utile » pour exister?
    Sans être éthique, devient-on inutile? (du latin ethicus, la morale)
    Etre athée veut dire être sans foi ni lois et exempt de toute vie vertueuse?
    Philosopher est-ce une vertu assignée aux seuls philosophes et pas pour les mécréants ou de conviction religieuse?
    Etre un scientifique empêche-t-il d’avoir une foi religieuse? Vous devez ne pas connaitre Stephen Hawking.
    La religion, une institution?
    Pour ceux qui la pratique, je vous le dit, c’est bien plus, c’est une question de vie ou de mort, même.
    En cette période de flottements, de crises répétée, si vous saviez le nombre de textes qui avaient un rattachement avec la religion et qui ont fait des commentaires par centaines. Il y a un lien direct avec l’époque que l’on vit et l’augmentation ou la diminution des fidèles. La Foi (je l’écris avec un « F » majuscule) ne se discute même pas. C’est un flambeau que l’on se passe de génération en génération.
    Dans la religion juive, j’ai appris que c’était le rôle de la mère. Dans d’autres religions, c’est par l’école, le besoin de réconfort et de secours non donnés par les instances officielles qu’elle se construit.
    Ensuite, il y a athée et agnostique, que vous oubliez.
    J’arrête ici. Il y a tellement de points qui ne se mettent pas en équations, ni en thèses…
    Nous sommes dans le domaine de l’analogique pur. L’humanisme se greffe aussi en trouble-fête. L’anthropomorphisme en sur-couche.

    • avatar

      L’enfoiré,

      Je réponds à tes questions. Je pense qu’une chose n’a pas besoin d’être utile pour exister. Nous pouvons être utile sans être éthique, par exemple un parrain de la mafia peut être pour nourrir ses enfants. Le lien que fait Spinoza entre l’éthique et l’utilité était envers la religion et non l’être humain.

      Être athé ne veut pas dire être exempte de vertu, c’est bien là la thèse de Spinoza. La seule chose qui compte pour être vertueux c’est la pratique de la justice et de la charité, peu importe nos croyances sur quoi que ce soit.

      Philosopher n’est pas une vertu et l’acte de philosopher appartient à n’importe qui voulait l’accomplir. Être un scientifique n’empêche en rien d’avoir une foi religieuse.

      La religion, pour Spinoza, est une question personnelle, et ne devrait pas être associée à une institution. Je pense que la foi se discute, mais en dernier ressort elle nous appartient individuellement peu importe ce qu’en pense les autres.

      Évidemment je suis d’accord avec les idées de Spinoza émises dans ce textes.

      Cordialement.

    • avatar

      L’enfoiré,

      En fait, l’utilité de l’éthique pour l’être humain est le bonheur, la joie, la satisfaction intérieure, la liberté spirituelle et la santé qu’elle lui apporte. Mais la thèse de ce texte portait d’abord sur l’utilité de la religion, même s’il y a quelques liens démontrant l’utilité de l’éthique pour l’être humain.

  2. avatar

    « la liberté de philosopher ne menace aucune ferveur véritable ni la paix au sein de la communauté publique. Sa suppression bien au contraire, entraînerait la ruine et de la paix et de toute ferveur »

    = = =

    Stultus es. Scribis ex nihil.

    Ipso jure prohibentur libri quorumvis scriptorum, haeresim vel schisma propugnantes, aut ipsa religionis fundamenta quoquo evertere nitentes.

    • avatar

      Cher Papitibi,
      Stultus es.
      « Imbécile que tu es ».

      Vôtre grosse croûte de latin est une peau ballonné de serpent pour camoufler votre arrogance insidieuse et malveillante.
      Vous êtes saoul de votre savoir, mais comme le fumier, vous avez oublié de le composter.
      C’est resté caca.
      Donc, ça ne nourrit rien. Ça fait un fumet snob et sordide, et ça reste un nuage malodorant qui flotte au dessus d’un marais.
      Vous pouvez bien impressionner vos têtes à claques vaniteuses qui courent les gourous insipides.
      Mais pas nous.
      Je ne suis pas que « pouet » comme vous dites, mais aussi psychologue.
      Vous avez un gros couteau, mais il n’est pas aiguisé.. 😛

    • avatar

      Un lologue!

      Là, tu m’impressionnes! Le problème, c’est qu’aucun Gaétan Pelletier n’est membre de l’ordre des psychologues:
      http://www.ordrepsy.qc.ca/fr/formulaires/tab_membres.sn?

      Il eut mieux valu que tu ne sois que pouett pouett, finalement. Parce que là, t’as les deux pieds dedans! Do you READ the smell (moéssi, chu pouett à mes heures)

      = = = Extrait du site de l’ordre:

      « Pour porter le titre de psychologue au Québec, une personne doit être membre en règle de l’Ordre des psychologues.

      Pour vérifier si une personne est bel et bien membre de l’Ordre, il vous suffit de taper son nom de famille dans la boîte indiquée et de cliquer sur le bouton «Recherche». »

      = = =

      Code des professions, article 36:

      36. NUL NE PEUT DE QUELQUE FAÇON:

      e) UTILISER LE TITRE de «psychologue» ni un titre ou une abréviation pouvant laisser croire qu’il l’est, ou s’attribuer des initiales pouvant laisser croire qu’il l’est, s’il n’est titulaire d’un permis valide à cette fin et S’IL N’EST INSCRIT AU TABLEAU DE L’ORDRE professionnel des psychologues du Québec;

      http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=//C_26/C26.htm

      = = =

      Comme je l’écrivais à ton collègue auteur sous l’autre fil de discussion, ce qui a donné lieu à ta première bouse, « Quand il lance son boomerang, le sage s’assure qu’il ne reviendra pas lui fendre le crane par derrière – proverbe aborigène »

      = = =

      The boomerang is hcoming back; you’d better duck and cover, sucker

    • avatar

      Kossé que tu disais, déjà, pour mon couteau? Pas aiguisé?

      Watch your head, the boomerang comes back.

      = = =

      Une tite erreur de débutant, le faux lologue! Merci.

  3. avatar

    Papitibi,

    Je ne crois pas qu’il y ait grand monde qui parle latin ici.

    Nicolas,

    Es-tu vraiment certain que l’Église catholique est chrétienne? Pas si sur que ça!

    • avatar

      Aimé!
      Y a pas grand monde qui parle latin, mais y en a.
      Si on ne s’enrichit pas mutuellement, on se tue mutuellement.
      Bref, on joue le même jeu qui fait que coulent les sociétés.
      Gens de bonne volonté n’est pas qu’une expression.

    • avatar

      Aimé,

      En effet, je ne crois pas que l’Église catholique soit chrétienne dans le vrai sens, positif, du terme.

  4. avatar

    @Aimé

    « Je ne crois pas qu’il y ait grand monde qui parle latin ici. »

    = = =

    Justement!

    Quand j’écris en français dans un domaine qui est le mien, l’auteur, qui n’y connaît rien, ne me croit pas.

    La première ligne est de moi; je suis capable de lire, et d’écrire (moins bien qu’autrefois) en latin, pour l’avoir appris il y a plus de 45 ans. Le reste, c’est un extrait du Code juris canonici, qui prohibe la propagation de textes comportant une hérésie.

    Simple mise en garde à l’intention de notre auteur, déjà coupable d’avoir publié des hérésies en droit; le choix de ce texte dans l’édition 1919 (!) qui comporte plus de 930 pages, n’est donc pas anodin.

    Whether he believes or not is totally irrelevant; he will be sentenced to excommunication.

    Article 2316: Qui quoquo modo haeresis propagationem sponte et scienter iuvat, aut qui communicat in divinis cum haereticis contra praescriptium can. 1258, suspectus de haeresi est.

    Faites appel à votre maîtrise de la langue et à cette culture que peut-être le petit ne possède pas, Celui qui, par quelque moyen (quoquo modo) est jugé (iuvat) pour propagation d’hérésies faites sciemment (scienter) et de son plein gré (sponte,… ou qui communique avec un hérétque en violation de l’article 1258… pour le reste, je vous laisse aller. Suspectus de haeresi est… ça, c’est trop facile!

    Amusant, le latin. Sa connaissance m’a même perrmis de déchiffrer des textes en allemand ou en néerlandais. Mais j’avoue que j’ai dû bêcher!

    Dommage qu’un jeune impertinent ait raté l’occasion de se fermer le clapet, sous son précédent billet; le lectorat n’aurait pas souffert de mes collaborations. Au contraire.

    Je sais écrire, J’ai une certaine culture. J’ai la plume bien trempée dans la langue française, et je sais la rendre parfois très drôle, parfois décapante, j’ai le sens de la répartie, et quand je parle de ce que je connais, je sais me rendre très intéressant. J’ai une petite carrière de conférencier derrière moi, et pas nécessairement sur des sujets à connotation juridique. Je sais argumenter. Je suis un raconteur hors pair, avec le cerveau rempli d’anecdotes et d’expériences diverses, et j’ai une mémoire comme vous n’en verrez pas souvent.

    Je suis revenu. Pas pour informer; mon bagage, aussi riche puisse-il être, je refuse désormais de le partager avec les lecteurs ET SURTOUT AVEC LES RÉDACTEURS de 100 Papiers.

    Je ne ferai rien qui puisse contribuer de manière sensible à l’achandage de ces pages. Over my dead body. On m’a craché dans la main – et ça n’a rien à voir avec le tutoiement. Je la retire. C’est tout.

    Aider cet auteur et son éditeur à asseoir leur crédibilité? No way, Jose. Je ne leur dois rien. Surtout pas le respect.

    M’amuser, par contre, ou venir vous saluer, bof, pourquoi pas.

    Le jour où ils voudront me couper, ils me couperont. Je n’en ferai pas d’ulcères. L’une des veudhaîtes d’ici, l’illustre pouett Pelletier – m’a d’ailleurs invité à demeurer chez moi. Bof!!! Il n’est peut-être pas aussi achalandé que ces pages-ci, mais certains de mes billets ont été lus plus de 1200 fois et je saurai m’en contenter.

    • avatar

      « Quand j’écris en français dans un domaine qui est le mien, l’auteur, qui n’y connaît rien, ne me croit pas./

      Mais ça, voyez-vous, mon cher Aimé, le pouett et faux lologue Pelletier était trop occupé à vouloir me scier en deux pour chercher à le comprendre.

      … et pour se rendre compte que c’est moi qui tiens la scie!

      Have a good day!

    • avatar

      Cher Papi,
      Vous êtes le bienvenue ici.
      C’est vrai que vous écrivez bien.
      C’est vrai que vous avez des connaissances et des compétences. Personne ne le nie.
      Personne ne veut vous couper.
      Nous voulons simplement que vous apportiez votre aide.
      Have a good D.

    • avatar

      Papi,
      Excusez…
      Papitibi.
      Êtes-vous capable d’énoncer vos idées sans insulter les gens?
      Je suis un poète, pas un « pouett ».
      Je pense que vous faites semblant de vous aimer.
      Je vous l’ai dit que j’étais psy.
      Quelqu’un qui n’a plus rien à apprendre, vous savez, ça manque un peu d’équilibre.
      Vous êtes bien sérieux.
      Vous n’auriez pas un peu d’humour de caché?
      Un peu de naturel?
      Vous avez l’air d’une boîte de carton avec pas de lait dedans.

    • avatar

      @pelletier

      « C’est vrai que vous avez des connaissances et des compétences. Personne ne le nie. »

      Personne ne le nie? Pas sûr. Aimé Laliberté le sait, lui, et le reconnaît; nous partageons des connaissances communes, ce qui nous permet, lui et moi, de juger de nos compétences respectives.

      Si Aimé avait été l’auteur du billet de Beaudin sur la constitution, jamais je n’aurais eu besoin de recommencer 5 fois les mêmes maudites explications, et le pouett ne serait pas apparu avec son fouett pour me flageller. Capice?

      Le problème, c’est que mes compétences en droit ont été jugées nulle par un Beaudin qui de son propre aveu n’y connaît rien, et ensuite par un éditeur qui a peut-être des connaissances en architecture, mais pas en droit.

      Est-ce que je pourrais être un actif pour l’équipe? Très certainement. Mais dans votre première intervention, vous m’avez nié cavalièrement le droit d’affirmer que je suis compétent en droit.

      Vous avais-je admonesté au préalable? Non. Pire. Le Gaétan Pelletier dont j’avais souvent plaisir à lire la « prose » poétique mais sans lui accoler un nom, m’a sauté dans le dos avec sa lame bien affutée.

      Toute chose a son prix. Quiconque m’arrache un doigt sait qu’il va perdre un bras. Alors on me laisse mes doigts!

      Sauf exceptions. Dont vous fûtes un exemple, monsieur le poète spykologue…

      = = =

      Vous en avez remis un peu, concernant le « stultus es » que Beaudin a par ailleurs largement mérité. Si je vous dis « Dunning-Kruger », vous allez comprendre, vous qui êtes psychologue de formation (le droit de porter le titre, ça c’est autre chose; j’ai vérifié Qc, Ont et NB, et vous n’appartenez à l’Ordre d’aucune des trois provinces.)

      Le problème de Beaudin, c’est son incapacité de reconnaître qu’en droit, je lui suis très largement supérieur. Très très très. Et son incapacité d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

      De même, je reconnais volontiers qu’un psychologue connaît son domaine bien mieux que moi.

      Son billet touchait un domaine à la fois très abstrait et très technique. Et puisque qu’il semble avoir 20 ans et que je pourrais alors être son grand-père, je persiste et signe: il a manqué de savoir-vivre, et pas seulement sur la question du tutoiement. Il n’a même pas appliqué la règle que ce vieux PJCA avait définie et que je lui ai remise sous le nez.

      Ce que je n’ai pas apprécié de Beaudin, et ce pourquoi je serais aujourd’hui bien incapable de lui témoigner le moindre respect, ça touche l’éthique (j’ai rédigé mon mémoire de maîtrise là dessus): Beaudin a fait passer ses intérêts personnels (il voulait pas perdre la face) avant les intérêts de 100 Papiers. Il s’est cru plus gros que la boîte. Dans la NHL, cela aurait justifié qu’il soit échangé contre une boîte de gomme-balloune.

      = = =

      Peut-être que l’éditeur n’a pas, lui non plus, l’autorité morale qu’avait PJCA. Qu’en pense le psy? La-dessus également, je persiste et signe: Marginean (ou M?rginean? Ou encore M?rgineanu? je sais reconnaître un patronyme d’origine roumaine; si mes soupçons étaient fondés, dans un autre contexte je lui aurais sûrement souhaité « La Multi Anni »!)… Marginean, dis-je, a très mal géré.

      = = =

      Bref, c’est parti tout croche et il n’y a plus rien que je puisse faire, ni que vous puissiez faire, ni que l’éditeur puisse faire, pour redresser cette tige.

      J’ai plaidé assez souvent la notion de la rupture du lien de confiance pour savoir que ce lien a été rompu de manière irrémédiable. Tout comme j’ai trop souvent fait appel à la notion de « uberrimae fidei » – la plus entière bonne foi).

      = = =

      Dans la seconde de vos « lactances » nocturnes – pour conserver l’analogie, vous me compariez à un berlingot vidé de son lait (c’est plus élégant que « boite de carton!).

      C’est vous qui doutez de mon sens de l’humour? Pourtant, c’est moi qui vous ai appelé le pouett, et c’est vous qui vous en êtes offusqué, non? L’humour, c’est parfois caché dans un gant de fer; vous l’ignoriez?

      = = =

      « Êtes-vous capable d’énoncer vos idées sans insulter les gens », me demandez-vous. Réponse du notaire Le Pothiron, dans les Belles Histoires: Absolument et parfaitement!

      As far as the Pouett is concerned, he has asked for it! Vous m’avez mordu le doigt alors que je ne vous parlais pas. Je vous ai fait mon prix. Un doigt? Un bras! Même si Aimé et moi sommes en total désaccord sur la place de Dieu dans nos vies et dans le droit, il y a respect mutuel… depuis notre 3e échange. Maislui, il n’a jamais essayé de m’arracher un doigt. Vous, le pouett ( :-O ), oui. Deux manières de m’aborder, deux réponses différentes de ma part.

      = = =

      Vous me dites que je fais semblant de m’aimer. Pantoute. Je ne fais pas semblant 😉 mais puisque ni Beaudin ni le pouett armé de son glaiive tranchant ni Marginean (qui, parce qu’il en visait 3 ou 4, a insulté TOUS les contributeurs de mon blogue par ces paroles grossières échappées dans la file de commentaires du premier billet Beaudin:  » Je suis allé voir votre site et J’AI PU CONSTATER CES GENS DE HAUT NIVEAU dont vous parliez… avec qui vous partagez vos journées. PAS TRÈS RELUISANT. DES GENS DE MAUVAISE FOI qui ont essayé de nuire aux 7 du Québec dans le passé avec leur trollage et des gens malveillants »

      = = =

      Entre nous, quand Marginean chie sur 50, 60 ou 80 contributeurs (de mon blogue) qu’il ne connaît lui-même ni d’Ève ni d’Adam, il ne parle pas au nom de François Marginean. Il parle au nom de CentPapiers et, si vous voulez mon avis, ça manque de classe, mon capitaine!

      J’ai d’ailleurs reçu quelques courriels de la part de certains de mes contributeurs, et c’est pas demain la veille qu’ils vont se réconcilier avec 100Papiers!

      Si Marginean avait été intelligent pour 5 cennes, il m’aurait adressé un courriel et on se serait parlé.

      Non pas que JE sois important. Pas moi. Son protégé. Et la réputation de la fiole dont il a hérité et qui me paraît bien lourde à porter.

      Et il est trop tard. Mon intérêt à « aider » n’est plus là. Je suis passé à autre chose.

      D’ailleurs votre gâteau d’anniversaire est déjà dans le fourneau et le glaçage est près…

      Sans rancune, le pouett! Excellents, vos textes, by the way.

    • avatar

      Dommage !

      Moi petit français j’aurais été ravi de m’instruire en partageant vos connaissances .

      Mais apparemment votre humeur domine sur celles-ci…

      Et comme vous n’êtes pas prêt d’aller de l’avant !

      Reste votre blog parmi les milliers d’autres…

      Mais je ne suis pas certain d’avoir envie ni le temps de faire le détour .

      Chienne de vie .

      Cdt. Tk.

    • avatar

      Papitibi,

      Sur le sujet de la propagation d’hérésies et l’excommunication qui en est la sanction, selon les articles de droit canonique que vous citez (et que j’ignorais jusqu’à maintenant), une question très simple me vient à l’esprit :

       »Qui a donné autorité au Pape ou à sa banque d’évêque d’adopter des lois et de pronocer des sanctions? », car la dernière fois que j’ai lu ma Bible (version King James autorisée et non la version modifiée de l’Église ROMAINE Catholique) tout ce que j’ai vu, c’est ce qu’enseigne Jésus dans le livre de Matthieu 22, 35 à 40 :

      35 Then one of them, which was a lawyer, asked him a question, tempting him, and saying,

      36 Master, which is the great commandment in the law?

      37 Jesus said unto him, Thou shalt love the Lord thy God with all thy heart, and with all thy soul, and with all thy mind.

      38 This is the first and great commandment.

      39 And the second is like unto it, Thou shalt love thy neighbour as thyself.

      40 On these two commandments hang all the law and the prophets.

      Et plus loin, dans le livre de Romains 14:10 :

      Romans 14:10 – But why dost thou judge thy brother? or why dost thou set at nought thy brother? for we shall all stand before the judgment seat of Christ.

      Encore une fois dans le livre de Matthieu, 7:1 :

      1 Judge not, that ye be not judged.
      2 For with what judgment ye judge, ye shall be judged: and with what measure ye mete, it shall be measured to you again. Mk. 4.24
      3 And why beholdest thou the mote that is in thy brother’s eye, but considerest not the beam that is in thine own eye?
      4 Or how wilt thou say to thy brother, Let me pull out the mote out of thine eye; and, behold, a beam is in thine own eye?
      5 Thou hypocrite, first cast out the beam out of thine own eye; and then shalt thou see clearly to cast out the mote out of thy brother’s eye.

      6 ¶ Give not that which is holy unto the dogs, neither cast ye your pearls before swine, lest they trample them under their feet, and turn again and rend you.

      Quant au pouvoir de l’Église ROMAINE catholique d’adopter des lois et d’excommunier qui que ce soit, voir ci-haut mais aussi les deux passages suivants :

      Revelation 22:18-19, If any man shall add unto these things, God shall add unto him the plagues that are written in this book: And if any man shall take away from the words of the book of this prophecy, God shall take away his part out of the book of life, and out of the holy city, and from the things which are written in this book.

      Proverbs 30:5-6, Every word of God is pure: he is a shield unto them that put their trust in him. Add thou not unto his words, lest he reprove thee, and thou be found a liar.

      Cher Papitibi, l’hérésie me semble plutôt être celle de l’Église ROMAINE Catholique qui s’arroge des pouvoirs inexistants, qui modifie la parole de Dieu, et qui utilise la Parole de Dieu pour dominer les gens et les maintenir dans l’ignorance, en menaçant de les juger et de les excommunier.

      Une autre forme d’hérésie, à la fois spirituelle et intellectuelle, survient lorsque quelqu’un comme vous, qui a prêté serment d’allégeance à la Reine, la Défenderesse de la Foi (tel que décrite dans la Bible VKJ) déclare qu’il n’est pas convaincu de la suprématie de Dieu ou de la supériorité de Dieu sur les lois des hommes.

      Faites preuve d’indulgence et d’hunilité Papitibi, il me semble que vous ne connaissez pas tout, loin de là.

    • avatar

      Bonjour, Aimé

      Débutons par ce triptyque:

      Partie 1: « Faites preuve d’indulgence et d’humilité Papitibi, il me semble que vous ne connaissez pas tout, loin de là. » – A.L.

      Partie 2: « »Qui a donné autorité au Pape ou à sa banque d’évêque d’adopter des lois et de pronocer des sanctions? » – A.L.

      Partie 3 (en résumé): Sur 100Papiers, je cesse de débattre du contenu et m’en tiendrai à critiquer le contenant; bref, je refuse désormais de participer à l’enrichissement collectif et mutuel du lectorat – Papitibi, sous le précédent fil de discussion Beaudin

      EN GUISE DE RÉPONSE:

      Quelle réponse attendiez-vous de ma part?

      Et de un, je ne vais pas rompre l’engagement pris en partie 3.

      Et de deux, même si je n’avais souscrit un tel engagement, je suis tout à fait capable de faire preuve de l’humilité à laquelle m’invite la partie 1, et de reconnaître que mes connaissances de la Bible sont trop superficielles pour me permettre de répondre à la question que comporte la partie 3.

      Et de trois, remontent néanmoins à la surface mes vieux réflexes de plaideur.

      Même si je connaissais par coeur 99.9% du contenu du Nouveau Testament (car la réponse ne saurait appartenir à l’Ancien), et même dans l’hypothèse où aucun de ces textes (que dans cet exemple je pourrais réciter par coeur) ne conférait la moindre autorité au Pape, comment pourrais-je présumer du contenu de ce 0.1% qu’il me resterait à maitriser?

      Et de quatre, même pendant toutes ces années où je considérais appartenir à l’Église, je n’ai jamais eu, et j’ai encore moins, depuis que je m’en suis exclu, la prétention de répondre en son nom – ou, si mieux ne préférez, de connaître la réponse.

      Vous aviez raison, ni en droit ni sur ce sujet-ci ni sur quelque autre sujet, je ne connais pas tout. Mais sans vouloir tourner la plaie autour du fer, des 7 milliards d’habitants que compte la race humaine, il ne s’en trouve que quelques milliers qui en connaissent plus que moi sur les questions de droit soulevées par le premier billet Beaudin. Et moins encore, si l’on ne devait compter que les seuls francophones. Beaudin ne fait pas partie de ceux-là.

      À suivre

    • avatar

      Papitibi,

      Personne ne doute de vos compétences, de votre intelligence, et je ne doute même pas de votre bonne foi.

      Nous avons tous quelque chose à apprendre d’un autre, même plus petit que soi, mais cela n’est que mon opinion, à laquelle nul n’est tenu de souscrire.

      Amicalement!

    • avatar

      Aimé,

      Quelqu’un de malveillant peut-il être de bonne foi? Quelqu’un qui ne tient pas compte des réponses et des précisions qu’on lui apporte pour mieux assouvir sa colère et son arrogance peut-il être de bonne foi?

      Cet impétueux personnage prétend ne pas pouvoir me respecter pour des raisons éthiques, comme si lui-même était à l’abri de ce reproche parce qu’il a écrit un mémoire sur le sujet. Il n’a même pas compris que la valeur éthique ne se démontre pas par des connaissances théoriques, mais pas l’action vertueuse, car s’il l’avait compris il aurait du respect pour les autres, surtout quand leurs erreurs sont de bonne foi. Sa façon de communiquer est clairement contraire à la vertu et aussi son refus de le reconnaître, par peur de perdre la face (ce qu’il me reproche à tort, car moi je sais reconnaître mes erreurs), et de se corriger, quand pourtant tout le monde le reconnaît, sauf lui. Il fait encore de la projection en reprochant aux autres ses propres problèmes. Si je nuisais au site par intérêt personnel c’est certain que l’éditeur m’enlèverait sa confiance, ce qui n’est pas le cas.

      Il affirme même que je suis payé pour écrire mes textes, alors que c’est faux. Il pense que je fais des erreurs parce que je ne connais pas le droit, alors que mes arguments venaient d’experts en droit. Comme si lui-même ne s’est jamais trompé ou n’a jamais perdu en cour sur un sujet de droit.

      Être hérétique ce n’est pas de faire une erreur de bonne foi, mais c’est plutôt de répandre la colère et la haine comme il le fait.

      Amicalement.

    • avatar

      « Par » l’action verteuse et non pas « pas »

  5. avatar

    Cette fois, Aimé, un diptyque:

    « Cher Papitibi, l’hérésie me semble plutôt être celle de l’Église ROMAINE Catholique qui s’arroge des pouvoirs inexistants, qui modifie la parole de Dieu, et qui utilise la Parole de Dieu pour dominer les gens et les maintenir dans l’ignorance, en menaçant de les juger et de les excommunier. » – partie 1)

    « Une autre forme d’hérésie… survient lorsque quelqu’un comme vous, qui a prêté serment d’allégeance à la Reine, la Défenderesse de la Foi … déclare qu’il n’est pas convaincu de la suprématie de Dieu ou de la supériorité de Dieu sur les lois des hommes. » – (partie 2)

    = = =

    RÉPONSE, PARTIE 1:

    Qui sommes-nous, humbles cloportes, pour affirmer péremptoirement que l’Église s’est arrogé des pouvoirs que Dieu ne lui aura pas délégués?

    Avons-nous la preuve que Dieu ne se serait jamais manifesté depuis l’avènement du Christ?

    RÉPONSE, PARTIE 2:

    Nous divergions, nous divergeons, et nous continueront de diverger d’opinion.

    La réponse, tous les Abitibiens la connaissent.

    Au niveau le plus bas, il y a les êtres vivants non doués de la raison.

    Un peu plus haut, il y a les individus, sujets de droit qualifiés de « personnes physiques »

    Plus haut dans la hiérarchie, il y a les maringouins, mouches noirs et autres patentes qui volent en faisant bzzz et qui se posent pour prélever leur tribut; la Loi des hommes ne les atteint pas.

    Encore plus haut, il y a les corporations, parfois désignées « personnes morales » par les « personnes physiques ».

    Enfin, il y a Dieu. Quel que soit le nom qu’on lui donne…

    Dieu lui-même se prosterne devant ses maîtres, qui sont les compagnies minières, pétrolières et gazières.

    = = =

    Cessez, je vous prie, de rechercher si un gérant subalterne a donné son approbation au pape ou à ses prédécesseurs, et adressez-vous plutôt aux maîtres absolus que sont Exxon Mobile, Royal Dutch Shell, Arcelor Mittal, Rio Tinto Alcan ou Xtrata et leur fratrie corporative…

  6. avatar

    @Beaudin

    Nicolas Beaudin écrit le 9 janvier, 20h52 :

    « Être hérétique ce n’est pas de faire une erreur de bonne foi, mais c’est plutôt de répandre la colère et la haine comme il le fait. »

    RÉPONSE : Bla bla bla. Être hérétique, c’est profaner et torturer la vérité. C’est publier de la scrap, sans avoir vérifié ses sources. C’est mentir. C’est même, à la rigueur, inventer un nouveau distionnaire et une nouvelle définition du mot « hérésie ».

    = = = = = = = =

    BEAUDIN: « Quelqu’un de malveillant peut-il être de bonne foi? Quelqu’un qui ne tient pas compte des réponses et des précisions qu’on lui apporte pour mieux assouvir sa colère et son arrogance peut-il être de bonne foi?

    RÉPONSE : C’est Nicolas Beaudin qui ne tenait pas compte des réponses (par ailleurs articulées, documentées et argumentées) de Papitibi. Qui donc était de mauvaise foi?
    Par ailleurs, ce que je cherchais à t’éviter, c’était justement la honte de voir ton tout premier article retiré par l’éditeur parce que mal documenté et mal argumenté: http://www.centpapiers.com/la-chorale-du-net/55495#comment-19807

    MARGINEAN: «Le texte avait besoin d’être analysé plus en détail et nous n’avons pas toujours les compétences ou les gens les possédant pour valider ou invalider les informations. … Enfin, à la demande de Nicolas Beaudin et avec mon accord, nous avons retiré le texte en question pour révision et correction.»

    =

    Si tu avais su faire preuve de l’humilité ET DE LA RIGUEUR INTELLECTUELLE nécessaire, tu n’en serais pas là. Mais c’est tellement plus simple de blâmer l’autre… Surtout quand toute la meute s’y met.

    • avatar

      PARTIE 2:

      Beaudin écrit le 9, à 20h52:

      BEAUDIN; «Il affirme même que je suis payé pour écrire mes textes, alors que c’est faux »

      RÉPONSE: «CentPapiers vient d’annoncer qu’il entend désormais rémunérer tous les auteurs des textes publiés sur se pages. Il le fera au prorata des visites que leurs textes auront reçues, en leur distribuant 50% des revenus publicitaires que CentPapiers recueillera… Il est improbable que cet argent que vous toucherez vous enrichisse… Mais vous toucherez plus, quand les revenus publicitaires augmenteront»

      Source : PierreJCAllard, septembre 2010 http://nouvellesociete.wordpress.com/2010/09/21/centpapiers-va-payer-ses-redacteurs/

      = = = = = = = =

      BEAUDIN; «Si je nuisais au site par intérêt personnel c’est certain que l’éditeur m’enlèverait sa confiance, ce qui n’est pas le cas. »
      RÉPONSE : Ton texte n’a-t-il pas été retiré pour corrections et révision? Ça, c’est de la confiance! Que tu en sois l’initiateur, ça ne change rien au fait que aussi bien ton éditeur que toi-même, vous me donnez raison de t’avoir blâmé pour avoir publié de telles inepties…

      BEAUDIN; «mes arguments venaient d’experts en droit.»

      RÉPONSE; Bien sûr, bien sûr. Tu aurais consulté des CONSTITUTIONNALISTES, vraiment? Pourquoi ne les as-tu pas identifiés? Et si tu as, tel que tu le prétends, consulté des experts en droit, dis-moi pourquoi ton texte a été retiré À TA DEMANDE pour révision et correction.

      Peut-être as-tu consulté; as tu bien saisi les explications fournies par tes experts en droit?

      Ça, c’est autre chose, et tu as démontré dans le fil des commentaires que tu as beaucoup de difficultés à comprendre un raisonnement juridique aussi abstrait. Tu n’es pas le seul : ça requiert une formation au moins de base, et de fastidieuses lectures. Ce bagage là, tu ne l’as pas. Pas plus que moi je n’ai de formation en physique quantique.

      La différence, c’est que moi, je n’ai pas publié d’articles sur la physique quantique. Et tu en as publié un sur le droit constitutionnel…

  7. avatar

    @ Papitibi

    « Qui sommes-nous, humbles cloportes, pour affirmer péremptoirement que l’Église s’est arrogé des pouvoirs que Dieu ne lui aura pas délégués? »

    Réponse : L’Église est une fiction juridique, une personne morale, une corporation.

    Dieu ne délègue pas ses pouvoirs à des fictions, qui n’existent que dans l’esprit!

    • avatar

      C’est bien, ça, Don Quichotte, qui se bat contre des moulins à vent.

      Quelle est l’utilité de convaincre un non pratiquant, qui s’est lui-même mis au ban de l’Église, de la futilité et de l’illégitimité de l’Église?

      Dans mon livre à moé, on appelle ça PRÊCHER DANS LE DÉSERT.

    • avatar

      Et ce n’est pas parce que MOI je ne crois pas en l’Église que je vais m’arroger le droit d’affirmer, cependant, qu’elle est illégitime. Elle l’est peut-être mais je n’en ai rien à cirer.

      C’est un débat stérile.

      Tout comme l’est celui de la suprématie de la King James sur la Bible de Jérusalem, ou inversement. Tout le monde s’en sacre… sauf Aimé, qui en a fait le combat de sa vie!

    • avatar

      Papitibi,

      Pour un homme de votre intelligence et de votre culture, vous me surprenez.

      Je n’essaye pas de vous convertir, tout ce que je disais, c’est que votre loi reconnait la suprématie de Dieu, et de la Bible King James.

      C’est probablement ça qui vous choque.

    • avatar

      @Papi et Aimé,
      J’ai relu la plupart des commentaires de M.Papitibi.
      Vous êtes bien gentil Aimé, de qualifier Papi « d’intelligent et de cultivé ». Il y a sans doute une part de vrai.
      Sauf qu’après examen, je considère – et l’avenir me donnera raison – qu’il n’a rien à apporter à CP.
      En l’occurence, mes articles seront fermés à tous commentaires tant et aussi longtemps que Papi viendra délimiter son territoire avec des propos qui n’ont rien à voir.
      Je trouve que vous en avez de la patience pour un phénomène irrespectueux.. qui veut se faire respecter.
      Je vais donc, à l’avenir, nettoyer tous les commentaires qui n’auront aucun rapport avec les articles, surtout ceux racistes, intolérants, vides, farfelus. Finalement, il n’en restera pas grand chose de M. Noranda.
      Je vous souhaite bonne continuité M. Papi.
      Vous devriez avoir plus de respect pour Aimé qui est commentateur sur les 7 depuis longtemps et qui, j’en suis sûr, rêvait d’avoir un adversaire à sa taille.
      Quant à M. Marginean, dont vous cherchez les origines, si vous passez Montréal au complet, vous risquez d’avoir du travail de démolition pour le restant de vos jours.
      Adios!
      P.S.: je ne vais plus vous taquiner, vous n’en valez plus la peine.

      (…)

    • avatar

      Mais non, il ne répond même pas aux questions d’Aimé, il ne fait que les contourner, les ignorer ou les ridiculiser. On n’apprend pas grand chose de l’expert Papi. Il me semble que l’expertise de Papi n’arrivent pas à la cheville de celle d’Aimé. Coudonc, Papi, finalement, ne serait-ce qu’un pétard mouillé? Pfff…

    • avatar

      @François,
      Même dans des discussions corsées, et ce depuis longue date, Aimé L. a toujours été respectueux de ses adversaires.
      De ce que certains connaissent – et je parle de tout le savoir qu’Aimé a transmis – j’y ai appris quelque chose.
      Je ne suis pas d’accord avec certains de ces points de vue, mais le but n’est pas de détruire ce à quoi on n’adhère pas – c’est beaucoup trop facile – mais dans une réelle volonté et réel bon sens – je considère que chaque être humain a quelque chose à apprendre de l’autre.
      Désolé encore pour M. Papi, je ne fais pas exprès, mais j’ai énormément appris avec des élèves de 16 et 17 ans pendant mes années d’enseignement.
      On pourrait donc s’attendre d’un homme de haut savoir de nous le transmettre avec l’humilité dont il se réclame… S’en réclamer est aisé, le pratiquer est plus difficile.
      Bon! Encore une fois, je vais passer pour un insulteur.
      Pétard mouillé et mèche courte.
      Si vous relisez tous les commentaires du Sieur en question, trouvez-moi une partie au ton posé. Trouvez aussi ce qu’on y a appris.
      Les lecteurs ont du travail.
      En relisant les commentaires, j’ai trouvé ceci de la part d’une commentatrice qui a fait ses preuves.
      ____
      Gaétan Pelletier

      Et une chorale de ténors sans silence entre les fausses notes…

      C’est dur à entendre.

      Bon texte, mais qui a engendré une grande cacophonie.

      J’avais bien aimé 7a77 rue internet.

      En tous cas, rien ici qui donne envie de commenter plus souvent.

      Je vous offre quelques lignes de silence. Ce sera pas du luxe.
      _______

      Quel lecteur censé a le goût de répondre à une bêtise ou une insulte?
      Quel lecteur censé a le goût de commenter un article souillé par un flot de vases par ceux qui ne s’essuient pas les pieds en entrant?
      Qui donc accepterait chez soi un invité qui ne discute pas mais souffle dans une trompette de carnaval pour se faire remarquer?
      Qui donc?
      Le respect est dans les mots et l’attitude.
      Les idées, elles, sont à discuter.
      En autant qu’on sache le faire.

  8. avatar

    Sachez démêler les choses, je parlerai ici en mon propre nom et non celui de CentPapiers:

    « La-dessus également, je persiste et signe: Marginean (ou M?rginean? Ou encore M?rgineanu? je sais reconnaître un patronyme d’origine roumaine; si mes soupçons étaient fondés, dans un autre contexte je lui aurais sûrement souhaité « La Multi Anni »!)… Marginean, dis-je, a très mal géré. »

    Mais, Papitibi, quel est votre problème? Qu’est ce que mon nom, ou sa provenance/descendance, a à voir avec toutes ces discussions? Qu’est-ce que cela signifie pour vous? Où voulez-vous en venir avec ça? Y’a t-il des insinuations à comprendre?

    Le jour où vous opérerez avec votre vraie identité ou lieu de faire cela sous le couvert d’un avatar anonyme, peut-être qu’on en jasera. D’ici là, cessez ce petit jeu infantile. Cessez aussi les jeux et spéculations avec mon nom. C’est Marginean, un point, c’est tout. Ok, Papi? Le respect, ça se mérite, Papi. Comment espérez-vous attirer le respect lorsque vous vous comportez de la sorte? Et il faudrait vous vouvoyer et respecter vos « credentials »? Come on Papi, wake up, for Christ’s sake!

    « Vous me dites que je fais semblant de m’aimer. Pantoute. Je ne fais pas semblant 😉 mais puisque ni Beaudin ni le pouett armé de son glaiive tranchant… »

    Ok, ouvrez vos yeux, ceci est une leçon de français et surtout de savoir vivre. Ça a l’air que l’âge n’est pas garant de maturité, à ce que je vois.

    Ce n’est pas « pouett », mais bien « poète ». À la longue, il devient agressant et insultant de voir un sexagénaire toujours mépriser son entourage en déformant les mots et les noms.

    Ce n’est pas « glaiive », mais bien « glaive ». Vous voyez, tout le monde peut se tromper aussi, même vous. C’est triste, mais c’est comme ça. 🙁

    « …ni Marginean (qui, parce qu’il en visait 3 ou 4, a insulté TOUS les contributeurs de mon blogue par ces paroles grossières échappées dans la file de commentaires du premier billet Beaudin: » Je suis allé voir votre site et J’AI PU CONSTATER CES GENS DE HAUT NIVEAU dont vous parliez… avec qui vous partagez vos journées. PAS TRÈS RELUISANT. DES GENS DE MAUVAISE FOI qui ont essayé de nuire aux 7 du Québec dans le passé avec leur trollage et des gens malveillants » »

    Je crois que vous venez d’insulter vos contributeurs pour vrai cette fois!!! Vous les prenez pour des imbéciles ou quoi??! Il est très clair (apparemment pas pour vous, Papi) que je parlais de ceux qui « ont essayé de nuire aux 7 du Québec dans le passé avec leur trollage« . Je ne connais pas les autres et ils ne sont jamais venus faire du trollage sur Les 7 du Québec, alors pourquoi se sentiraient-ils concernés? 😛

    Vos présomptions et votre logique sont d’un ridicule effarent! Cessez de prendre les gens autour de vous pour des idiots. Ce n’est pas gentil, Papi et vous allez finir seul, sans amis, amers et frustré!

    « Entre nous, quand Marginean chie sur 50, 60 ou 80 contributeurs (de mon blogue) qu’il ne connaît lui-même ni d’Ève ni d’Adam, il ne parle pas au nom de François Marginean. Il parle au nom de CentPapiers et, si vous voulez mon avis, ça manque de classe, mon capitaine! »

    Et bien, il doit être important pour vous, et même vous obséder ce Marginean! Rêvez-vous à moi aussi? C’est flatteur, merci! Et merci pour toute la publicité gratuite aussi! Comme je vous expliquais ci-haut, Marginean n’a pas chié sur vos contributeurs. Vous êtes un grossier personnage mal élevé! Hi hi hi! 😉 Marginean ne chie sur personne, mais vous, en revanche, oulala! Ça vous prendrait surement une couche! (hey, Papi, je parle en mon nom, ok, tu le sais, hein mon homme?)

    « J’ai d’ailleurs reçu quelques courriels de la part de certains de mes contributeurs, et c’est pas demain la veille qu’ils vont se réconcilier avec 100Papiers! »

    Aaaaarrrgh…. le pieux dans le coeur, il veut nous blesser, le Papi! Laissez donc les lecteurs décider par eux-mêmes! Les lecteurs, ils sont pas mal plus intelligents que vous ne le pensez (de façon condescendante). Ils savent très bien faire la différence entre Papi et Marginean qui parlent ensemble et CentPapiers!!!

    « Si Marginean avait été intelligent pour 5 cennes, il m’aurait adressé un courriel et on se serait parlé. »

    Quand on fait un profil d’un intervenant turbulent et qu’on trouve les traces écrites laissées un peu partout dans le passé sur la blogosphère – les blasphèmes, le langage grossier, la vanité qui exulte de ce personnage partout où il passe et qu’on voit qu’il se tient avec des petits namis/trolls de la Kaverne mal intentionnés – on comprend vite la futilité d’appeler à la raison et d’avoir une conversation saine. Désolé, votre passé parle sans équivoque à propos de vous et ce que vous représentez. L’image n’est pas jolie et surtout pas crédible.

    « Et il est trop tard. Mon intérêt à « aider » n’est plus là. Je suis passé à autre chose. »

    Aider? Vous avez dit « aider »??? C’est ça, passez à autre chose, c’est impératif, car « aider » n’est manifestement pas votre département.

    Dans le fond, vous, vous êtes notre petit Demien québécois. Un gros égo à nourrir, qui doit tout le temps parler fort pour enterrer les autres et attirer le regard. Besoin d’être vu, d’attirer l’attention. Une belle enveloppe, mais rien à l’intérieur qui ressemble à un sentiment d’humanité. C’est ça que ça doit faire, 40 ans de droit.

    J’aimerais pouvoir vous tendre la main, vous aider, mais vous allez probablement cracher dedans et me répondre avec plus d’insultes de votre propre cru, déguisé en latin peut-être et vous débattre comme un rongeur coincé dans un piège. Ou encore m’attaquer personnellement ou CentPapiers. Ou essayer de détruire Beaudin davantage, ou encore d’écrire poète « pouett ». Je ne le sais pas, mais ce que je sais, c’est que vous êtes un triste personnage qui m’est jusqu’à maintenant très antipathique.

    Alors si vous voulez vraiment aider, changez donc d’attitude et de comportement, for Christ’s sake. Pourquoi se battre alors que la vie est si courte et que nous faisons tous partie de cette expérience, ici, sur ce petit vaisseau qu’est la Terre.

    La paix, Papi, la paix. C’est trop facile de fait la guerre et de semer les conflit, de diviser. Trop facile. Il n’y a aucun mérite là-dedans. Tout le monde peut faire ça. Rien de spécial, boring…

    Faire la paix avec soi-même et avec les autres, ça, Papi, ce n’est pas si facile et surtout, pas donné à tous, il semblerait. Vivre en harmonie avec soi-même et autrui. Voilà la tâche essentielle et notre responsabilité devant la vie.

    Cessez votre cirque, Papi. On a vu sous le masque. On a déjà vu la parade passer.

    Que ceux qui ne veulent pas la paix et l’harmonie lève la main maintenant.

    … … … …

    Et là, Papi, je vous parle en tant que « Capitaine » du bateau CentPapiers:

    Si ça vous gêne que je le sois, ou si vous avez levé la main, n’attendez pas de perdre la face: quittez le navire immédiatement, car la paix règnera sur ce bateau, avec ou sans vous, pour le bénéfice de tous et chacun.

    Deuxième rappel à l’ordre.

    Sincèrement,

    François Marginean

    • avatar

      @Margi

      « Cessez aussi les jeux et spéculations avec mon nom. C’est Marginean, un point, c’est tout. Ok, Papi? Le respect, ça se mérite »

      Et le mien, c’est Papitibi. Ou Warren Peace. Mais ce n’est Papi que pour mes intimes… et mes petits-enfants. Compris, Margi?

      Il est par ailleurs connu que mon ex est une Roumaine de Toronto. Je les aime bien, moi, les Roumains d’origine; d’ailleurs, ils étaient toujours les premiers à qui je pouvais offrir mes voeux du nouvel an.

      D’où mon intérêt.

      ============

      « Ce n’est pas « glaiive », mais bien « glaive ». Vous voyez, tout le monde peut se tromper aussi, »

      RÉP: Entre un contre-sens et une faute de frappe, tu fais pas la différence, monsieur l’éditeur? Cela dit, quand tu auras 63 ans, je ne sais pas si tes doigts vont toujours « suivre ».

      Mais si tu veux faire la guerre sur les fautes de français, je t’attends!

    • avatar

      Ah, donc Papi, comme c’est ironique, tu n’aimes pas ça qu’on joue avec ton nom? Alors, peux-tu maintenant arriver à t’imaginer ou concevoir que les autres n’aiment pas ça non plus que tu en fasses autant avec leur nom?

      C’est drôle de voir comment tu vis ta vie avec des deux poids deux mesures, une pour toi et une pour les autres.

      Moi, les Roumains, je ne les connais pas. Ils sont surement gentils, évidemment. Ils sont très discrets en tous cas, on n’entend pas souvent parler d’eux. Vous, par contre…

      Alors si tout le monde peut faire des erreurs, soit parce qu’ils sont plus âgés, peux-tu commencer à effleurer l’idée que d’autres en font pareillement, mais parce qu’ils sont plus jeunes? Au lieu de les traiter avec mépris, ça te tenterait pas de devenir un peu plus chaleureux et cordial, plus respectueux et aimable? D’aider les gens au lieu de les détruire et de rire d’eux publiquement? Parce que si t’as pas encore appris ça à 63 ans, il commence à être temps, monsieur l’anonyme Papitibi… parce que là, tu n’es pas un exemple édifiant pour tes intimes… et tes petits-enfants, que je salue amicalement au passage.

      Allez, je te fais la bise.

      X

    • avatar

      @Marginean
      « Aider? Vous avez dit « aider »??? C’est ça, passez à autre chose, c’est impératif, car « aider » n’est manifestement pas votre département. »

      RÉP: Oui, j’avais bien dit AIDER. Je parlais d’une aide bénévole – notamment – à chacun de vos auteurs qui souhaitent développer un sujet à connotation juridique. Sans ré-écrire leurs textes, il m’aurait fait plaisir de les « aligner. »

      En passant, l’expert en droit dont Beaudin se vante d’avoir reçu l’avis, c’est ça?
      http://www.over-blog.com/profil/blogueur-1789552.html

      http://crash-financier-politique.over-blog.com/article-31190212.html

      EXPERT EN DROIT? Ayoye! Vérification faite, il n’est pas membre du Barreau. Ni membre du personnel enseignant des facs de droit de Montréal, Sherbrooke, Laval, Ottawa, McGill (et même l’UQàM).

      Tout un expert! Je soupçonne à la lecture de sa prose sur son blogue qu’il n’a même jamais étudié en droit.

      Essaie de rejoindre une fac de droit et de parler à un constitutionnaliste.

      Ça doit pas être si difficile.

      TON Normandin partage ton opinion, ou toi tu partages la sienne. Avec un peu de rigueur intellectuelle, tu ferais la différence entre un expert et un charlatan.

      Je suis expert dans quelques domaines du droit… mais pas en droit constitutionnel. Malgré cela, j’en sais pas mal plus que la moyenne des ours.

      Et quand j’ai vraiment besoin de vérifier mes opinions sur le droit constitutionnel, je sais à quelle porte frapper (un ami à moi a un PhD dans le domaine, est il l’enseigne).

    • avatar

      Je constate que ce Papitibi s’attaque encore à la personne et évite encore de répondre aux idées plutôt que de reconnaître ses torts.

      M. Normandin n’a peut-être pas étudié en droit, mais il est un autodidacte, ce qui ne l’empêche pas d’être un expert. Comme s’il fallait un diplôme pour prouver nos connaissances. Cela ne l’empêche pas d’avoir raison concernant l’illégalité du système politique québécois, et ainsi toutes ses insultes et affimattions fausses pour défendre la légalité du système se retourne contre lui.

      Il se dit expert à cause de ses diplômes et pourtant il se fait clouer le bec par un autodidacte qu’il dénigre. Quel connaisseur du droit qui défend des fausseté sans reconnaître son erreur.

      Article 92(1) : la constitution des provinces peut effectivement être amendée, SAUF LES DISPOSITIONS RELATIVES À LA CHARGE DE LIEUTENEANT-GOUVERNEUR. Or, les pouvoirs du lieutenant-gouverneur du Québec ont été modifié puisque qu’il ne nomme plus les membres de la seconde chambre législative, c’est-à-dire le conseil législatif.

      La blessure d’orgueil doit être grande pour ce Papitibi a l’ego très enflé. Avouera t-il son erreur et son manque de connaissance du système pour une fois???

    • avatar

      @ Papitibi,

      Demandez donc à votre ami constitutionnaliste si le Canada était ou non une colonie au lendemain de la signature de l’AANB, en 1867, parce que jusqu’à la signature du Statut de Westminster, en 1931, toutes les lois adoptées au Canada devaient être approuvées par la Chambre des Lords en Angleterre, et le Conseil Privé de Londres était le tribunal de dernière instance, en appel de la Cour Suprême (qui n’était pas suprême). Comme vous le savez sans doute, c’est une décision du Conseil privé qui a accordé le Labrador à Terre-Neuve,

      Pendant que vous y êtes, demandez donc à votre ami si l’AANB était le seul document constitutionnel du Canada en 1867, ou si l’AANB me devrait pas plutôt être lue à la lumière du préambue qui énonce que la constitution du Canada repose  »sur les mêmes principes que celle du Royaume-Uni ».

      Demandez-donc à votre ami s’il est exact d’affirmer que la Magna Carta, le Petition of Rights, le Bill of Rights et l’Act of Settlement font tous partie de la constitution du R-U, et pas le renvoi du préambule de l’AANB, de la constitution canadienne.

      Enfin, demandez donc à votre ami s’il est exact d’affirmer que les 4 documents précités du R-U sont le résultat de luttes et de conflits entre les hommes libres (freemen) et la Monarchie Britannique qui ont duré pendant des siècles, et qui ont finalement donné lieu à divers accords, et à des us et coutumes, qui garantissent les libertés fondamentales des hommes et des femmes qui vivent dans le Commonwealth, et qui forment la base de la Common Law, tels que :

      – le droit de circuler librement sur les routes du roi;
      – le droit de posséder une arme;
      – le droit de ne pas être détenu sans accusation;
      – le droit à un procès devant un jury de ses pairs;
      – le droit à l’inviolabilité de la demeure;

      Mieux encore, demandez donc à votre ami de venir nous visiter et de nous faire part lui-même de ses commentaires.

      Amicalement!

    • avatar

      @Papi, …oups! J’ai oublié le tibi.

      C’est maintenant vous qui décidez de la guerre?
      Vous avez peine à suivre celles qui sont en ligne…
      Déclarez humblement la guerre à votre vanité.
      Vous reviendrez quand vous aurez gagné.
      Tout le monde sera enterré.
      (…)

  9. avatar

    Papitibi,

    Ce que je disais aussi, c’est que l’autorité provient du CONSENTEMENT de celui qui accepte de s’y soumettre, et que ce consentement peut être retiré, de sorte que l’autorité de la loi, des tribunaux, du gouvernement est CONSENSUELLE.

    Je vous ai référé à plusieurs autorité, y compris la Déclaration canadienne des droits, qui indique clairement qu’au Canada, il y a des hommes LIBRES.

    Vous n’avez jamais répondu à ces diverses affirmations, et maintenant vous essayez de me dénigrer.

    Cela ne me surprend pas, c’est exactement la méthode enseignée par l’Église catholique.

    Si quelqu’un ne pense pas comme vous, dénigrez-le.

    Et dites moi donc pourquoi, ce serait si malsain de questionner l’autorité ceux qui disent avoir le pouvoir de décider ce qui est bien ou mal pour les autres?

  10. avatar

    Bonjour à tous,

    Je viens de recevoir la réponse de Jacques-Antoine Normandin, expert en droit, concernant l’illégalité du système politique québécois. Voici son explication : En 1968 rien n’autorisait la modification ou l’abolition de l’autorité et des pouvoirs du lieutenant-gouverneur du Québec chargé de nommer les membres de la seconde chambre législative « LE CONSEIL LÉGISLATIF » le conseil exécutif du Québec ou cabinet des ministre est délinquant jusqu’à la moelle.

    Je pense pas que Papitibi va se remettre de celle-là.

    Concernant le système juridique j’attends ses explications.

    Cordialement

    • avatar

      @ Nicolas Beaudin,
      Je vous félicite de votre bonne volonté à apprendre et vous corriger si certaines choses dans vos articles sont restées nébuleuses.
      C’est ainsi que l’on fait avancer les choses et qu’on gagne du respect.

    • avatar

      Merci Gaëtan,

      Je reconnais la sagesse de vos commentaires que j’appécie beaucoup.

  11. avatar

    @Beaudin

    « M. Normandin n’a peut-être pas étudié en droit, mais il est un autodidacte, ce qui ne l’empêche pas d’être un expert. »

    ======

    Oh,que non.
    Pelletier peut écrire de formidables vers sans avoir fait un bacc en littérature. Mais pour INTERPRÉTER correctement un texte constitutionnel, il faut AU MOINS savoir où trouver les textes.

    Difficile, pour un autodidacte, d’interpréter un droit aussi abstrait que le droit constitutionnel! Faudrait au moins savoir par où commencer. Il faut commencer, justement, par les règles d’interprétation.

    Une loi s’interprète de manière à permettre à chacune de ses dispositions d’avoir un effet maximum. Le BNA Act de 1867 est une simple Loi… en ce sens que c’est une loi du parlement british. Qui doit s’interpréter comme toute autre loi, donc.

    Louis Philippe Pigeon / Rédaction et interprétation des lois / plaquette publiée en 1965. Pigeon est LE spécialiste (était, car décédé en 86) de l’interprétation; il a également été conseiller juridique de Jean Lesage puis, de 67 à 80, juge à la Cour suprême… ce qui donne à ses opinions et à ses écrits un certain poids.

    Page 35: « chaque disposition s’interprète en regard des autres » – L-P Pigeon

    Conséquences sur l’article 92 du BNA Act:

    Si le Qc peut modifier sa constitution interne SAUF LES DISPOSITIONS RELATIVES À LA CHARGE DU LIEUTENANT-GOUVERNEUR, il faut interpréter l’expression « CHARGE du Lt-Gv » de manière à laisser de la place à l’autre partie de l’article, qui prévoir que le gouv du Qc PEUT modifier sa constitution interne.

    Avec TON interprétation, il ne serait pas possible de modifier quoi que ce soit dans cette constitution interne.

    La seule manière de concilier tout ça, c’est de donner au mot CHARGE un sens en vertu duquel son poste ne peut pas être aboli. Ni ses pouvoirs d’apporter la sanction royale aux lois, ou de proroger une session parlementaire, par exemple.

    En adoptant une Loi qui abolit le Conseil législatif (Sénat), le Qc ne touche pas à la charge du Lt.Gouv. Il ne touche pas davantage à ses pouvoirs. L’Ontario a fait la même chose.

    BNA ACT, article 58: « Il y aura pour chaque province un FONCTIONNAIRE appelé Lieutenant-Gouverneur, lequel sera nommé par le Gouverneur-Général en conseil…

    Un FONCTIONNAIRE. Rien de plus qu’un FONCTIONNAIRE. Normandin l’avait pas vu venir, celle-là?

    Je n’ai rien contre Normandin. Je ne l’attaque pas. J’affirme, tout simplement, qu’il est dans les patates.

    Pour interpréter les lois, ça prend des outils. Il ne les a pas. Ou est l’insulte?

    Toi, par contre, tu écris à 14h40: « Il se dit expert à cause de ses diplômes et pourtant il se fait clouer le bec par un autodidacte qu’il dénigre. Quel connaisseur du droit qui défend des fausseté sans reconnaître son erreur. »

    Ça, c’est une insulte. Et la meute (nommément le très l’honorable poète psychologue) applaudit. Et toi, tu « reconnais la sagesse » du poète. Quel merveilleux sens du discernement!

    Ce ne sont pas mes diplômes qui m’ont rendu plus « savant » sur l’interprétation de la Constitution.

    Non. Ce sont mes centaines d’heures de lecture. Et les enseignements que j’ai reçus.

    Je viens de rompre ma promesse et t’ai, encore une fois, renseigné.

    Entre Pigeon, dont A. Laliberté saura sans doute reconnaître que c’est l’un des plus grands juristes de l’histoire du Qc, et Normandin, qui n’a jamais étudié le droit, tu as le droit de choisir Normandin.

    Mais de mon côté, j’aurai le droit d’en tirer TOUTES les conclusions qui s’imposent sur ton sens du discernement et ta capacité de raisonner.

    C’est ça, la prétendue bonne foi et le sens éthique de F. Marginean, quand il est question d’informer adéquatement les lecteurs de 100Papiers? On me permettra d’affirmer encore que c’est un très mauvais service à rendre aux lecteurs de 100Papiers.

    ========

    Nicolas, si jamais tu te crois atteint d’un cancer, tu vas consulter un avocat, ou un oncologue? Je te suggère l’oncologue. Et si on doit te l’enlever, ce cancer, tu vas faire confiance à un boucher ou à un chirurgien? Je te suggère le chirurgien.

    Si tu déprimes, tu vas consulter Papitibi, ou le psychologue de formation qu’est Gaëtan Pelletier? Je te suggère Pelletier.

    Mais informer correctement sur le droit, et surtout un droit aussi abstrait que le droit constitutionnel, tu crois pouvoir te fier à Normandin plutôt qu’à Louis-Philippe Pigeon?

    Cherchez l’erreur!

    • avatar

      @Papitibi,
      Vous avez raison Monsieur: on peut bien écrire sans avoir un bacc en littérature. Quoique j’en ai un de l’Université d’Ottawa.
      Mais ça ne garanti pas qu’on peut écrire. On peut simplement passer des connaissances techniques sur la littérature.

      Passons…
      D’abord, je ne vous dis pas qu’en droit j’y connais quelque chose. Au contraire, je suis ignorant.
      Alors, c’est à vous qu’on se fie. Du moins à des gens comme vous.
      Sauf que, comme en tout, et que vous les avocats, vous avez l’art de tout embrouiller,il faudrait bien d’autres avis.

      APPLAUDISSEMENT
      J’applaudis le bon sens et la civilité ainsi que l’ouverture d’esprit de M. Beaudin.
      Pour vous rendre à lui vous allez devoir vous faire un collier de Compostelle.
      Bon! Encore une insulte…
      Mais si vous continuez dans le « droit » chemin…
      ( excusez, on peux pas rire un peu? Vous n’avez pas d’humour?)
      ( Pense pas. )
      … je poursuis:
      Je vais vous applaudir.
      Vous vous améliorez grandement. Il est dommage que vous ayez une personnalité aussi…
      (…)
      🙂

    • avatar

      M. enfin, le nom que vous vous donnez.
      Je tire de votre commentaire l’essentiel.
      Tout simplement pour ne pas perdre le fil.

      Conséquences sur l’article 92 du BNA Act:

      Si le Qc peut modifier sa constitution interne SAUF LES DISPOSITIONS RELATIVES À LA CHARGE DU LIEUTENANT-GOUVERNEUR, il faut interpréter l’expression « CHARGE du Lt-Gv » de manière à laisser de la place à l’autre partie de l’article, qui prévoir que le gouv du Qc PEUT modifier sa constitution interne.

      Avec TON interprétation, il ne serait pas possible de modifier quoi que ce soit dans cette constitution interne.

      La seule manière de concilier tout ça, c’est de donner au mot CHARGE un sens en vertu duquel son poste ne peut pas être aboli. Ni ses pouvoirs d’apporter la sanction royale aux lois, ou de proroger une session parlementaire, par exemple.

      En adoptant une Loi qui abolit le Conseil législatif (Sénat), le Qc ne touche pas à la charge du Lt.Gouv. Il ne touche pas davantage à ses pouvoirs. L’Ontario a fait la même chose.

      BNA ACT, article 58: « Il y aura pour chaque province un FONCTIONNAIRE appelé Lieutenant-Gouverneur, lequel sera nommé par le Gouverneur-Général en conseil…

      Un FONCTIONNAIRE. Rien de plus qu’un FONCTIONNAIRE.
      ___________________________

      J’y pense.
      Nous ne sommes pas dans le bon article…

    • avatar

      @Gaétan

      La civilité, ça se joue à deux.

      On m’attaque, je riposte. Action, réaction.

      Face à Gaëtan Pelletier, j’ai toujours été en mode réaction et me suis toujours demandé quelle mouche vous avait piqué.

      Beaudin, je ne l’avais pas insulté; c’est lui qui m’a qualifié d’ignorant… dans mon propre domaine, ce qui, compte tenu de ses carences évidentes en droit (qu’il reconnaît), est doublement insultant.

      Je le répète, la volonté de présenter une information alternative ne dispense pas d’une rigueur minimale. C’est ce qui manquait.

      Vous et moi, Gaëtan, appartenons de toute évidence à la même famille politique et, je l’ai déjà écrit ici, vos textes m’appellent… sauf évidemment quand vous me qualifiez de raclure. Tiens, votre « Père Noël qui pue de la gueule », j’aurais moi-même été très fier de l’avoir écrit.

      = = =

      « J’y pense. Nous ne sommes pas dans le bon article »

      Je perçois encore du sarcasme.

      Non, l’article 58 n’est pas l’article 92. Mais c’est le Lieutenant-Gouverneur de l’article 92 qui est assimilé par l’article 58 à un simple fonctionnaire…

      Ce qui, en soit, devrait suffire à convaincre n’importe qui de la vacuité des arguments du tandem Normandin-Beaudin.

      Je persiste et signe: l’objectif d’un journal citoyen digne de ce nom, c’est l’information alternative. Sauf que dans « information alternative », il y a INFORMATION.

      Affirmer que la lune est constituée de fromage, sous prétexte de présenter un point de vue alternatif, ce serait faire fausse route. Objectivement, je dis, j’affirme et maintiendrai toujours que Beaudin et son pseudo-expert nuisent, ici, à la qualité générale du média.

      Je trouve dommage pour Beaudin, par ailleurs, qu’il persiste dans une attitude aussi anti-intellectuelle.

      Qui vous a enseigné la psycho, by the way? Des PhD en psycho, ou des « experts » sans le moindre bagage académique en la matière?

      À l’UdeM, Pierre E Trudeau et Jacques-Yvan Morin enseignaient tous les deux la même matière, en 66 ou 67. Droit constitutionnel. Zétaient sûrement pas d’accord (J-Y M a été ministre sous Lévesque) mais tous deux s’entendaient au moins sur le fait que le Qc et Ottawa pouvaient tous deux nommer des juges (Beaudin le niait!), et tous deux s’entendaient sur le droit du Qc d’abolir son Conseil législatif (l’éq. du Sénat).

      Anyways… whether you FINALLY understand or not, I don’t care. In some matters, there’s onmly ONE Truth. Trois plus deux, ça fait 5. En français, en anglais, en mandarin ou en arabe.

      À bien des égards, la Constitution peut avoir plus d’une interprétation. Mais PAS sur le droit du Qc d’abolir son conseil législatif. Ni sur ces autres trucs dans lesquels le tandem Beaudin-Normandin se sont empêtrés.

      Je veux pas avoir l’air pédant ou suffisant, mais sacraman, si j’affirme qu’il fait plus frette à Rouyn qu’à Washington… 99% du temps, je trouve niaiseux qu’on me demande continuellement d’en faire la démonstration.

      Désolé, mais c’est comme ça.

    • avatar

      Papitibi,

      Fait presque inusité, j’apprécie la façon de communiquer de ton dernier message. Si tu continues de cette façon nous pourrons nous en tenir aux idées, avec respect. Je souhaite vraiment que ce soit le cas, ce qui me permet de prendre plaisir à échanger avec toi. Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

      L’insulte envers M. Normandin est de prétendre que c’est un charlatan, donc que ses interpétations ne sont pas des erreurs, mais qu’elles sont motivées par de mauvaises intentions, ce que tu ne peux pas savoir avec si peu d’informations sur lui. Qu’est-ce qui te fais dire que M. Normandin ne sais pas où trouver les textes?

      Voici ton affirmation :
      Si le Qc peut modifier sa constitution interne SAUF LES DISPOSITIONS RELATIVES À LA CHARGE DU LIEUTENANT-GOUVERNEUR, il faut interpréter l’expression « CHARGE du Lt-Gv » de manière à laisser de la place à l’autre partie de l’article, qui prévoir que le gouv du Qc PEUT modifier sa constitution interne.

      Ton interprétation ne respecte plus le sens des mots et est incompréhensible. En quoi l’expression « charge du lieutenant-gouverneur » peut-elle vouloir signifier : »laisser de la place à l’autre partie de l’article, qui prévoit que le gouvernement du Québec peut modifier sa constitution interne? J’ai l’impression que tu tentes de brouiller la compéhension pour qu’on s’y perde.

      SAUF LES DISPOSITIONS RELATIVES À LA CHARGE DU LIEUTENANT-GOUVERNEUR veut dire clairement et simplement qu’on ne peut pas changer les dispositions relatives aux fonctions, aux pouvoirs, à la mission, à la responsabilité qui sont conférés au lieutenant-gouverneur. S’il fallait laisser la place à l’autre partie de l’article, alors pourquoi avoir ajouter cette partie?

      Il est faux d’affirmer qu’avec mon interpétation il ne serait pas possible de modifier quoi que ce soit dans la constitution interne des provinces. Il suffit que ce changement ne modifie pas les fonctions du lieutenant-gouverneur.

      Tu affirmes qu’il faut donner au mot « charge » le sens que le poste de lieutenant-gouverneur ne peut pas être aboli. Où prends-tu de pareillesidées sans aucun lien? Si la constitution aurait voulu dire ça, alors elle l’aurait exprimer comme ça. Elle aurait stipuler « sauf l’abolition du poste de lieutenant-gouverneur ». Mais c’est pas ce qui est écrit du tout. Ton genre d’interpétation me fait penser à la citation suivante de Spinoza dans le texte ci-haut :

      « Si maintenant l’on croyait pouvoir supposer que l’Écriture l’a entendu différemment, mais, pour quelque raison inconnue de nous, n’a pas voulu l’écrire comme elle l’entendait, alors il ne s’ensuit rien de moins qu’un renversement total de l’Écriture; car chacun pourra à aussi bon droit en dire autant de tous les passages de l’Écriture et tout ce que la malice humaine peut inventer d’absurde et de mauvais, il sera permis dès lors de le soutenir et de le mettre en pratique sous le couvert de l’Écriture. »

      Il suffit de faire l’analogie avec la Constitution plutôt que la Bible. Tu prends une vieille tactique de diversion, où tu changes le vrai sens des mots sans qu’on ne puisse y voir de rapport d’aucune façon.

      J’en reviens pas qu’une personne qui se prétend intelligente puisse affirmer qu’enlever le pouvoir au lieutenant-gouverneur de nommer les membres du conseil législatif ne touche pas à ses pouvoirs. Vois-tu ta contradiction évidente? Est-ce si difficile pour te d’avouer que tu as tort une seule fois?

      On s’en fout que le lieutenant-gouverneur soit un fonctionnaire ou pas. Cela ne change en rien aux pouvoirs qui lui sont dévolus par la constitution. Tu commences à patiner comme un politicien, mais¸tes affirmations sont pourtant incohérentes de façon flagrante, même pour le non-initié en droit.

      tu affirmes que je t’insultes dans la phrase suivante :
      Toi, par contre, tu écris à 14h40: « Il se dit expert à cause de ses diplômes et pourtant il se fait clouer le bec par un autodidacte qu’il dénigre. Quel connaisseur du droit qui défend des fausseté sans reconnaître son erreur. »

      Où est l’insulte? C’est la vérité que tu t’es fait prendre à ton propre jeu en défendant la légalité du système alors que c’est faux, qu’il est clairement illégal comme l’argument massue de M. Normandin le démontre, alors que tu refuses de l’admettre. Je ne cherche pas à te rabaisser, à dénigrer l’ensemble de ta personne, mais plutôt à exprimer l’idée que tu penses être infaillible en droit, alors que c’est loin d’être le cas.

      Si j’ai le cancer je n’irai jamais voir un oncologue, ni faire de la chimiothérapie. Ils ont un taux de succès d’environ 2.2% après 5 ans.
      http://www.pansemiotique.com/e107_plugins/content/content.php?content.204

      J’irai plutôt voir un praticien de la médecine nouvelle germanique du Dr. Hamer (celui-ci ayant un taux de succès de 92% après 5 ans). Il y a une quinzaine de savants pouvant guérir le cancer dans cette liste et il en manque, et ce ne sont pas des ocologues :
      http://ldi5.sites.netavous.net/heret/lance.php

      Tu patines beaucoup, mais tes dernières affirmations sont tout le contraire de ce qu’exige un minimum de cohérence et de connaissance du sens véritable des mots.

      Sincéerement et respectueusement.

  12. avatar

    Papitibi,

    Bien sûr qu’il y a de la place pour la modification de la constitution des provinces, mais seulement dans la mesure où cela ne touche pas aux pouvoirs, aux fonctions, à la responsabilité, à la charge, à la mission du lieutenant-gouverneur.

    Ce qui n’est pas le cas au Québec depuis 1968, selon les articles 71 et 92(1) de l’A.A.N.B. de 1867, c’est-à-dire la constitution canadienne actuellement en vigueur au Canada, car le lieutenant-gouverneur du Québec ne peut pas appliquer son pouvoir, sa fonction, sa charge, sa mission, sa responsabilité de nommer les membres du conseil législatif, qui a été abolit en 1968.

    Même si ça te déplaît c’est ainsi : le système politique québécois est illégal, et par le fait même le système judiciaire québécois qui lui est assujetti, c’est-à-dire les juges nommés par le ministre de la justice du Québec et toutes les lois votées par l’assemblée nationale du Québec.

    Les systèmes politique, économique et judiciaire de la plupart des pays sont illégitimes et immoraux et la plupart du temps corrompus, mais en plus ils sont parfois illégaux comme c’est le cas au Québec. C’est la réalité, voilà tout.

    C’est pourquoi il faut en être conscient pour pouvoir changer les choses en faveur de la justice, de la paix et de l’amour universel. Les banquiers internationaux causent la pauvreté, l’exploitation, la misère, la famine, la violence, plein de souffrance et de peurs, ainsi que la plupart des guerres dans le monde. Ce ne sont pas des hasards ou des choses inévitables, nous pouvons changer tous ça. Il suffit d’en être conscient et de répandre la vérité.

    Cordialement.

    • avatar

      Nicolas,

      J’ai étudié beaucoup le droit constitutionnel et j’ai de la misère à comprendre le fil de discussion.

      Le système politique et juridique régit les personnes. Les personnes sont des fictions juridiques, et tous les acteurs du système politique et juridique sont également des acteurs. Un avocat qui est membre du Barreau est un officier de la Cour, et aussi un acteur.

      J’essaye de vous montrer depuis un bon bout de temps comment vous sortir de cette illusion, et comment vivre comme un homme, et non comme une personne.

      Je suis un peu décu de voir que le message ne passe certainement pas avec toi, car tu essayes constamment d’utiliser le système pour démontrer la fausseté du système. alors que le système est conçu pour dominer les personnes et que, peu importe ce que toi ou M. Normandin pouvez penser, et peu importe la logique de vos arguments, le système étant une illusion, il est impossible de le démonter de l’intérieur.

      Tout ce qu’un homme peut faire est de dire que le système ne s’applique pas à lui, car un homme n’est pas une fiction.

      M. Normandin utilise l’expression ‘être humain’ plutôt qu »homme’.

      Or, un être humain et un homme, ce n’est pas la même chose.

      En droit, chaque mot a une signification, et souvent les mots n’ont pas leur sens usuel, car ils sont définis autrement dans une loi ou un règlement, ou même une décision judiciaire.

      Donc, je ne comprends toujours pas pourquoi vous vous obstinez avec un avocat d’expérience, pour tenter de démontrer qu’il ne connaît pas le droit, ou que son interprétation est erronée.

      À mon avis, peu importe la logique de l’interprétation que vous pourriez proposer, un tribunal n’annulera pas l’AANB et ne déclarera pas nul le système judiciaire ou législatif du Québec sur la base de ces arguments ou de cette interprétation, car le juge va toujours trancher de manière à préserver le système en place, surtout sur une question fondamentale.

      Vous ne pouvez rien accomplir en vous obstinant avec un acteur dans un système qui s’appliquent uniquement à des fictions juridiques.

      Mais vous n’êtes pas obligés de me croire.

      Autre chose, en passant, quand un homme dit qu’il a besoin d’un avocat pour faire valoir ses droits en Cour, ce qu’il dit véritablement, c’est qu’il n’est pas capable de s’occuper lui-même de ses propres affaires.

    • avatar

      Merci, Aimé.

      ENFIN, un peu d’aide de votre part.

      Vous écrivez, en parlant de Normandin, une chose que je pense mais que je n’osais écrire sous peine de recevoir mon 3e avertissement de la part de l’éditeur

      a) pour évaluer ma compétence, Marginean se fie sur Beaudin
      b) Beaudin, lui, se fie sur Normandin, qu’il qualifie d' »expert en droit »…
      …avant de reconnaître que son expert en droit n’a jamais étudié le droit, ce qui ne l’empêche pas d’être un expert, à son avis
      c) et le soit-disant expert en droit se cherchait un avocat pour lui expliquer le droit!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (le lien que j’avais fourni « innocemment »)

      = = = =

      Cela dit, il paraît que c’est moi qui suis ignorant, arrogant, et irrespectueux.

      Qu’est-ce que François Marginean attend pour servir à Beaudin un avertissement?

      Ça lui prend quoi pour s’ouvrir les yeux, bout d’ciartge?

    • avatar

      a) pour évaluer ma compétence, Marginean se fie sur Beaudin

      Vous me prenez pour un idiot encore une fois. Présomption gratuite et sans fondement, en plus d’être singulièrement fausse. Je me fie plutôt à moi-même, mais aussi à Aimé Laliberté qui ne cesse de vous poser des questions que vous laissez sans réponse, prouvant votre incapacité à le faire et la supériorité en terme de qualité de l’expertise de Laliberté. Vous avez notamment soigneusement évité son intervention à 15:26. Vous préférez vous en prendre à une cible facile en la personne de Beaudin.

      Qu’est-ce que François Marginean attend pour servir à Beaudin un avertissement?

      Franchement, Papitibi, est-ce lui qui s’est acharné à vous démolir un peu partout sur le site, qui a insulté différents intervenants dont moi-même en jouant avec leur nom, en faisant de fausses allégations et en cherchant à faire du salissage public sur son site, qui sacre et utilise un langage ordurier et grossier à tout bout de temps?

      C’est incroyable de voir à quel point vous vous sentez menacé par Beaudin. Pourquoi est-ce qu’Aimé est capable de lui répondre calmement et pacifiquement, alors que vous, c’est tout le contraire?

    • avatar

      Papitibi,

      Je ne dis pas que tu es ignorant sur tout ni même sur la majorité des choses en droit, encore moins que l’ensemble de ta peronnne est ignorante, mais je pense, et je peux me tromper, mais c’est mon point de vue, je pense que tu l’es sur certins points, comme tu penses que je le suis sur tous les points de mon textes et même plus d’après tes propos. Cela ne m’offusque pas, tu as droit à ton avis, tant que tu communiques sans violence ou que tu ne cherches pas constamment à me rabaisser et à m’insulter. Tu peux utilser certains termes comme affirmer que je suis ignorant de tel chose pour exprimer ta pensée, sans que ce soit de le répéter constamment quand c’est inutile, juste dans le but de m’attaquer.

      J’admet tout de même qu’il y a de meilleures façon de le dire pour ne pas écorcher la sensibilité des personnes qui se sentent facilement attaquées. J’aurais dû dire que je ne suis pas d’accord concernant ton point de vue sur la légitimité du droit ou sur l’illégalité du système politique québécois ou sur l’illégalité du système bancaire. Mais même si je ne m’exprime pas toujours parfaitement bien, l’idée était la même derrière ces deux expressions. Je m’excuse sincèrement si je t’ai blessé, ce n’était pas mon intention. Mon but est de débattre d’idées, et je désire le bien de tous les êtres humains, même si je n’utilise pas toujours les meilleurs mots ou expressions dans chaque situations. J’écris vite en pensant aux idées que je veux exprimées, sans porter une attention particulière à chaque tout le temps.

      Ceci étant dit je pense vraiment que M. Normandin a raison et que tu te trompes concernant le sens de l’article 92(1) et les conséquences qui en découle. Pour moi c’est comme si tu défendais le système avec passion pour ne pas que ta vie et ton passée soient trop remis en question, de même que pour l’impôt fédéral, le système bancaire et je dirais la conspiration politique et économique mondiale. C’est comme si je te disais que le système pour lequel tu as travaillé toute ta vie et que tu as défendu était un non-sens, donc que ta vie a manqué de sens. Mais le comprendre est une évolution de conscience. J’y ai cru jusqu’à 32 ans au système. C’est dur d’admettre qu’on s’est trompé aussi longtemps.

      Sincèrement et cordialement.

    • avatar

      fin du 2e paragraphe : à chaque mot tout le temps.

    • avatar

      Aimé,

      Pour moi il y a deux branches du droit, une qui concerne l’illégitimité du système et je suis d’accord avec toi là-dessus, sauf qu’elle me semble moins accessible à la compréhension de la majorité des gens. Mais le débat engagé par mon texte ne porte pas sur ce sujet. Je comprends les grandes lignes de ta pensée là-dessus et je l’approuve.

      L’autre branche concerne sa légalité. Je la trouve plus facile à démontrer et à comprendre pour la majorité des gens. C’était le sujet de mon texte. M. Normandin a eu des victoires importantes en cour de cette fâçon, comme le fait de ne plus payer l’impôt légalement. Je pense qu’il en connaît aussi sur ton point de vue de l’illégitimité du système et qu’il l’utilise aussi parfois.

      Ce n’est pas parce que je discute de la légalité que je ne suis pas d’accord avec toi sur l’illégitimité. Mais j’aime démontrer que non seulement le système n’est pas légitime pour des raisons spirituelles, morales et bibliques, ainsi que pour des références à des textes fondateurs, mais qu’en plus il se contredit lui-même de l’intérieur, qu’il ne respecte pas ses propres règles constitutionnelles. Je pense qu’il est pssible de démontrer que le système veut faire appliquer des règles qu’il ne respecte pas lui-même, comme le système bancaire privée, l’impôt fédéral illégal ou le système politique québécois illégal. J,admet toutefois que c’est une illusion, dans le sens que quelque chose de plus vrai existe, mais cette illusion elle-même se contredit de l’intérieur.

      Ce n’est pas parce qu’il est avocat qu’il a raison sur tout. D’ailleurs les avocats se contredisent souvent entre eux.

      Je sais qu’un tribunal n’annulera pas l’A.A.N.B., mais il peut donner gain de cause à l’individu, comme avec M. Normandin. C’est la même chose qu’avec l’illégitimité du système là-dessus.

      De toute façon si j’argumente là-dessus ce n’est pas tant pour essayer de gagner des causes devant un tribunal, que pour démontrer l’immoralité du système d’un point de vue légal, afin que les gens comprennent que ce système ne respecte pas ses propres principes.

      Donc je te crois et je t’approuve, mais comprends-tu mieux mon intention?

      Cordialement.

  13. avatar

    Nicolas,

    J’ai écris  »tous les acteurs du système politique et juridique sont également des acteurs » au lieu de  »tous les acteurs du système politique et juridique sont également des fictions ».

  14. avatar

    @Nicolas

    Tu te rendrais service à toi si tu consultais un véritable expert.

    « Voici ton affirmation :
    Si le Qc peut modifier sa constitution interne SAUF LES DISPOSITIONS RELATIVES À LA CHARGE DU LIEUTENANT-GOUVERNEUR, il faut interpréter l’expression « CHARGE du Lt-Gv » de manière à laisser de la place à l’autre partie de l’article, qui prévoir que le gouv du Qc PEUT modifier sa constitution interne.
    Ton interprétation ne respecte plus le sens des mots et est incompréhensible. En quoi l’expression « charge du lieutenant-gouverneur » peut-elle vouloir signifier : »laisser de la place à l’autre partie de l’article, qui prévoit que le gouvernement du Québec peut modifier sa constitution interne? J’ai l’impression que tu tentes de brouiller la compéhension pour qu’on s’y perde. »

    ======

    RÉP.: Ce n’est pas ce que j’ai dit.

    Ce que je dis – READ MY WORDS – c’est que selon des règles d’interprétation communes à la plupart des systèmes de droit, les articles de lois doivent s’interpréter les uns en fonctions des autres. Et ils doivent également s’interpréter de manière à favoriser les effets que visait leur rédaction.

    92(1) prévoit que

    1. Qc peut modifier sa constitution interne…
    2. … « sauf les dispositions relatives à la charge du L-G »

    Un motif à cela: le parlement british, qui a adopté le BNA Act de 1867, a voulu faire de la Britiche North America une monarchie constitutionnelle. Pas une république avec un président, comme l’étaient déjà les USA.

    Il a donc placé un Gouverneur Général à Ottawa, et donné au Gouv. Genéral en Conseil (en clair, c’est le Conseil des ministres qui « conseille Sa Majesté », si bien que le G.G en conseil=conseil des ministres, et de plus en plus le bureau du PM)… le pouvoir de nommer pour chaque province (art 58) un Lt. gouv. aussi , et le Parlement british, qui a adopté le BNA Act, ne

    Jusque là, ça va?

    Je prends la chance de continuer. Aux yeux de 39995 (au moins) des 40000 juristes du Québec, la situation est très claire. Aucun de ces 39995 et + n’aurait consenti à te fournir autant d’info au tarif (!) que je te fais: ils t’auraient tous envoyé promener depuis ta première réplique.

    Je suis d’un naturel très patient mais tu as depuis longtemps épuisé mes réserves. Tu comprendras toutefois que j’ai toujours plaidé devant des juges qui ont la même base que moi, contre des avocats qui ont la même base aussi.

    Tu essaieras d’expliquer à un enfant de 2 ans pourquoi la lune ne tombe pas; la question m’a été posée (j’ai 3 enfants et 6 petits-enfants… à date) et je n’ai jamais pu fournir une réponse qui puisse satisfaire un enfant de cet âge-là.

    Face à toi, et je te le dis en mettant 8 paires de gants blancs une par dessus l’autre, je me sens un peu dans la même situation.

    Que tu le veuilles ou non, à Normandin et toi, il manque des outils. Ces outils-là, il est normal de ne pas les posséder.

    Tout comme il est normal que moi je sois incapable d’installer un ballonet (STENT) dans une artère coronaire obstruée. Ça prend des connaissances que je n’ai pas, et je suis assez humble pour le reconnaître.

    Ne me demande as, cependant, de reconnaître que mes connaissances sont inférieures à celles de Normandin (tu t’en fais l’écho, sans plus).

    C’est comme si tu demandais à Hubert Reeves de confirmer publiquement que Madame Minou en sait plus que lui sur les astres.

    Si je faisais ce genre d’aveu, ce serait manquer de respect à la Raison, à la Vérité, à tes lecteurs et au site 100Papiers.

    ======

    Je ferme la parenthèse.

    Comporte-toi en adulte et aies recours aux services d’information du Barreau:

    « LA RÉPONSE JURIDIQUE – 1-900-451-5026.8 h à 19 h. http://www.reponsejuridique.com/fr/index.html

    PRO BONO QUÉBEC – Pro Bono Québec reçoit les demandes de services juridiques gratuits de la part de citoyens ou de groupes de citoyens qui considèrent répondre aux critères d’admissibilité de l’organisme. http://www.probonoquebec.ca/fr »

    Ou encore le service de référence du Barreau. 30 minutes pour $30 ou $0, selon la région.
    http://www.barreau.qc.ca/public/trouver/avocat/index.html

    ========

    Je ferme ces 2 parenthèses et reviens au raisonnement:

    Comme mes explications précédentes se butent toujours au même mur d’incompréhension, alors allons-y en anglais.

    Le BNA Act a été adopté à Londres, n’est-ce pas? En anglais? Well, then, let’s focus on the original text:

    92 (1): The Amendment from Time to Time, notwithstanding anything in this Act, of the Constitution of the Province, EXCEPT AS REGARD THE OFFICE of Lieutenant Governor.

    = =

    Définition de OFFICE:

    a) dictionnaire de droit, Hubert Reid, 1995, page 400

    – FONCTION à caractère public, permanente et stable, GÉNÉRALEMENT indépendante du pouvoir politique et dont le titulaire est nommé par l’État
    Angl: office, public office

    b)http://www.answers.com/topic/office
    Je retiens les sens qui sont pertinents (office, ça peut aussi ^tre un endroit, un local)

    – A DUTY OR FUNCTION ASSIGNED TO or ASSUMED BY SOMEONE . See synonyms at function.
    – A position of authority, DUTY, or trust given to a person, as in a government or corporation: THE OFFICE OF VICE-PRESIDENT

    =======

    Il est donc PLUS QU’ÉVIDENT qu’Office, à l’art. 92 (traduit par CHARGE), a le sens de FONCTION.

    Le dis, je répète pour la 63e fois que le gouv. du Qc peut amender sa constitution interne, SAUF le poste (ou la fonction) de lieutenant gouverneur.

    Donc, il peut abolir le conseil législatif.

    Quod erat demonstrandum.

    =======

    Désolé, mais si t’as toujours pas compris, c’est pas mon problème.

    Il te reste la possibilité de consulter un professionnel du droit. Tu lui liras l’article 92 (1) en anglais. Comme ça, t’auras pas besoin de dépasser ta demi-heure et de payer la consultation à $100 ou $200 l’heure. Seule la première demi-heure est à $30 /la demi

    J’attends tes excuses, by the way. C’est pas très gentil de me qualifier de moins compétent qu’un nobody qui n’a jamais étudié ce domaine là.

    Enuff is enuff

    • avatar

      Papitibi,

      Ok on traduit Office par charge, qui signifie fonction, d’accord. Mais on parle ici des dispositions relatives à la fonction de lieutenant-gouverneur. Donc on parle pas juste de sa fonction ou de son poste, mais aussi des dispositions concernant son poste, donc d’après le dictionnaire les dispositions sont les règles ou prescriptions énoncées dans un texte. On parle donc des règles relatives au poste de lieutenant-gouverneur. Ces règles stipulent qu’il nomme les membres du conseil législatif.
      C.Q.F.D.

    • avatar

      I rest my case.

      Écris donc ce que tu voudras.
      Penses ce que tu voudras.
      Tu as toujours raison.
      Tous les juges sont des morons.
      Tous les avocats ont trouvé leur diplôme dans une boîte de cornflakes.
      La seule manière d’apprendre le droit, c’est de ne pas l’étudier.
      Si Normandin a mis une grosse annonce su’l net pour se trouver un avocat qui lui expliquerait le droit, c’est pas vrai qu’il comprenait rien; c’était une ruse de Sioux pour les amener à lui et les instruire.

      Pis surtout, consulte surtout pas les liens 3 liens que je t’ai fournis; tous les juristes sont des ignorants.

      Et toi, tu es Dieu le Père.

    • avatar

      @Papitibi,
      Sérieusement. Le procès de Shannon est encore là.
      On comprend pourquoi.
      Si vous nous rendiez service et voudriez participer, pondez-nous un article sur cette ville aux prises avec…des avocats.
      Et c’est nous qui payons. Et vous aussi…
      N’est-ce pas là une belle injustice à… redresser?
      L’armée a pollué une ville. Je présume.
      Des décennies.
      Si vous voulez combattre, ne cherchez pas les ennemis chez les combattants.
      Force m’est de conclure que vous ne cherchez pas de nobles causes, mais des gens.

    • avatar

      Gaëtan,

      Je répète que la gestion de 100Papiers manque de rigueur.

      Tant que l’éditeur sera incapable de distinguer entre « opinion qui ne fait pas donsensus » et « exposé honnête de l’état du droit », mon intérêt à informer sur 100Papiers est nul. N-U-L.

      En « recrutant » le Dr Pierre Biron, Marginean a fait un bon coup; Biron a les compétences nécessaires pour INFORMER et VULGARISER. Et personne ne semble douter qu’en pharmacologie il n’y a pas de comparaison possible entre ses compétences et celles d’un naturopathe auto-proclamé, sans la moindre formation et promu au rang d’EXPERT par la force de la pensée magique.

      Par contre, dès qu’il est question de droit constitutionnel, l’obscurantisme règne ici en maître. Même Aimé, avec lequel je suis en total désaccord sur un point (la suprématie de Dieu), ne parvient pas à convaincre Beaudin de la vacuité de ses arguments.

      Ce n’est plus un débat; la somme de deux monologues, tout au plus. De toutes façons, un illustre poète ne m’a-t-il pas prédit que si je sortais d’ici vivant, je serais tout ébouriffé… même chauve?

      Je renonce à informer sur 100Papiers, non pas parce que je fuis, mais parce j’en ai assez de me battre pour faire reconnaître des évidences à un Beaudin qui représente à mes yeux la quintessence de la mauvaise foi.

      J’ai du temps à donner, comme tous les retraités; le temps ne m’en est pas moins compté (cancer, entre autres). Tourner en rond, parler à un mur, non merci.

      = = =

      Concernant le procès de Shannon, oui, c’est un sujet en or… Je crains que les victimes ne subissent le sort des victimes de la MIUF, dans le temps; le procès a duré 5 ans, et dans un jugement de plus de mille pages, le juge Hurtubise rejette la réclamation, faute par les poursuivants d’avoir démontré le lien entre les problèmes de santé et l’exposition à l’isolant.

      Ici, on a affaire à une exposition qui s’étend sur des décennies. Le taux de cancer est anormalement élevé. Soit. Est-ce que les réclamants auront établi par une preuve PRÉPONDÉRANTE que
      a) il y a un lien entre exposition et cancer
      b) il n’existe pas d’autres causes au cancer des victimes?

      Beaudin et son expert sauront vous informer bien mieux que moi, voyons!

  15. avatar

    @Gaëtan
    « Force m’est de conclure que vous ne cherchez pas de nobles causes, mais des gens. »

    Faire reculer l’obscurantisme, c’est pas une noble cause?

    Établir la distinction entre « opinion qui ne fait pas consensus » et « expression honnête de l’état du droit », ça n’est pas une noble cause?

    Chercher à informer honnêtement les lecteurs de 100papiers, c’est pas une noble cause?

    Mais aussi longtemps qu’un ignorant appellera à son secours un autre ignorant qu’il prétend être un expert du droit, et aussi longtemps que cet ignorant-là me qualifiera moi-même d’ignorant, je n’aurai pas le choix de le qualifier lui-même d’ignorant…

    Avoir tort ou raison, je m’en crisse. Je ne cherche pas à faire carrière, moi. Ma carrière est derrière moi.

    Mais je me suis toujours battu pour l’avancement de la culture juridique. J’ai toujours considéré qu’il était de mon devoir de partager mes connaissances et de permettre aux petits de connaître leurs droits.

    Oui, je suis un fort-en-gueule. Mais je ne crois pas me tromper en affirmant qu’au cours des 3 dernières années, personne, au Québec, n’a publié sur la blogosphère davantage de « capsules » sur tous les aspects du droit, depuis les effets de Loi sur la protection de la jeunesse sur l’acculturation des jeunes autochtones jusqu’à la peine de mort… en passant par le droit constitutionnel.

    Le plus souvent, ce sont les lecteurs de Richard Hétu qui en ont bénéficié.

    Je n’y interviens plus que sporadiquement. Les archives demeurent, toutefois.

    • avatar

      Bonjour Papitibi,
      Justement, je viens de lire votre commentaire adressé à Aimé.
      C’est de cette manière dont je vous parle. Inutile de traiter les gens d’imbéciles, ça ne mène à rien.
      Là, vous faites véritablement ce qu’on peut attendre d’un commentateur: viser l’article et…le redresser.
      Je suis sûr que vous pouvez nous apprendre quelque chose ou bien des choses.
      Et peut-être qu’Aimé aussi peut vous apprendre des choses.

  16. avatar

    Bonjour À tous,

    Je vais ouvrir une parenthèse sur le procès de Shannon et le parralèlle avec le procès de la MIUF et le jugement du Juge Hurtubise.

    Quand cette décision là a été rendue dans les années ’90, je suis quasiment tombé en bas de ma chaise, et je suis certain que la plupart des avocats et juristes de la province ont eu la même réaction que moi.

    Je reviens sur cette affaire que Papitibi a soulevé, car je crois qu’elle démontre parfaitement certains points que je mentionnais auparavant, comme le fait que le système est conçu pour se préserver, mais aussi que la justice est parfois un simulacre de justice.

    Dans l’affaire de la MIUF, une des principales défenderesses était la compagnie DU PONT des É-U qui fabrique toutes sortes de produits chimiques dont certains sont très toxiques, comme la MIUF.

    Les demandeurs étaient représentés par une brochette d’avocats très compétents, dont Claude Masse, un avocat et professeur d’université qui avait fait de cette affaire la cause de sa vie. Il est d’ailleurs décédé quelques années plus tard, bien qu’il n’était pas très vieux.

    Claude Masse enseignait à la fac. de droit que la MIUF avait été autorisée par le ministre fédéral responsable du dossier malgré les mises en garde des experts de Santé Canada et malgré le fait que le produit avait été interdit aux É-U pacqu’il était instable, causait des émanations toxiques et, fondamentalement, était dangereux pour la santé.

    La MIUF (mousse isolante d’urée formaldhéide) servait à isoler les maisons.

    Dans les annéées ’80, le gouvernement fédéral avait mis sur pied un programme d’isolation des maisons et il donnait une subvention aux propriétaires qui isolait leur maison, de sorte que le coût total était minime pour le propriétaire.

    Grâce à la décision du ministre, la MIUF était un des produits approuvés dans le cadre du programme subventionné.

    Donc, des dizaines milliers de propriétaires de maisons à travers le Canada ont fait isoler leurs maisons à la MIUF.

    Dans les années suivantes, un grand nombre d’entre eux ont subi toutes sortes de problèmes de santé, notamment respiratoires et cutanés, à cause de la présence de cet isolant.

    Suite à de nombreux reportages, les maisons isolées à la MIUF n’avaient à peu près aucune valeur sur le marché et le fédéral et les propriétaires ont dû dépenser des milliards $ pour enlever la MIUF des maisons.

    Puis il y a eu le procès devant le juge Hurtubise, et celui-ci a conclu, à la surprise générale, que les demandeurs n’avaient pas établi le lien de causalité entre la MIUF et les dommages subis.

    Wow!

    Pour les victimes de Shannon, je prédis un sort similaire, car la principale défenderesse est General Dynamics, un fabriquant d’armement des É-U, et qu’il y a d’autres situations similaires au Canada ou les citoyens ont été contaminés par des activités liées au complexe militaire, à l’industrie nucléaire, etc., et à divers gouvernement (fédéral et provincial) etc…

    Si on voulait vraiement que ‘justice’ soit rendue, ces affaires seraient jugées devant un jury, comme c’était le cas autrefois.

    Mais devant un juge seul, c’est tellement facile d’obtenir le jugement qu’on veut quand on est du côté du pouvoir.

    Vous voulez un exemple récent?

    Regardez le jugement dans l’affaire du recours collectif contre Loto-Québec en rapport avec les loteries vidéos.

    Le demandeur allèguait que les loterie-vidéo causent une dépendance. Apparamment, le demandeur n’était pas capable de prouver sa cause, car un règlement est intervenu entre la demande et la défense.

    Dans ce règlement, les parties s’entendent à l’effet que les loteries vidéos NE CAUSE PAS de dépendance.

    L’avez-vous compris celle-là?

    Non seulement le demandeur n’a pas prouvé ce qu’il alléguait, soit que les loteries vidéo causent une dépendance, mais il signe une entente avec la défense à l’effet que la proposition contraire, c.à-d. que les loteries vidéos NE CAUSE aucune dépendance, a été établie.

    Puis le juge approuve l’entente, et c’est ça le jugement, lequel sera repris dans d’autres juridictions, devant d’autres tribunaux, comme précédent pour établir que les loteries vidéos ne sont pas dangereuses!!!

    Dans cette affaire, le demandeur était un avocat qui avait soutiré des fonds dans un compte appartenant à un tiers pour financer ses habitudes de jeu, sans jamais être poursuivi.

    Il était représenté par un cabinet d’avocats qui a gagné des sommes importantes en honoraires, le tout, payé par le fonds d’aide au recours collectif du Québec.

    Le juge évidemment était payé par l’État, et les principales défenderres, Loto-Québec et la Société des loteries vidéos du Québec sont toutes deux des sociétés d’état.

    Donc, elle est ou la justice ou l’apparence de justice là-dedans?

    • avatar

      Pour terminer, le ministre fédéral responsable du sossier de la MIUF était André Ouellet.

      Qu’est-il advenu de M. Ouellet?

      Quelques années plus tard, il fut nommé président de la Société des Postes du Canada, et il fut impliqué dans le scandale des commandites.

      Suite à une vérification comptable, il a dû démissionner car il avait dérogé aux pratiques d’embauche de la société d’État à au moins 80 reprises, était intervenu dans l’attribution de contrats totalisant 35 millions de dollars et avait omis de fournir les pièces justificatives pour ses dépenses de voyages et d’hébergement, lesquelles ont oscillé entre 127 000 $ et 327 000 $ par année.

      Voir l’article publié dans Le Devoir ci-dessous.

      http://www.ledevoir.com/politique/canada/60665/verification-a-postes-canada-andre-ouellet-s-explique-dans-une-lettre-au-ministre-mccallum

      Comment vous trouvez cela les amis?

      Elle est belle la justice, n’est-ce pas?

  17. avatar

    @Aimé

    Oui, la justice est souvent… injuste.

    Dans le cas de la miuf, j’ajoute que l’avocat principal des demandeurs, Claude Masse, était en effet d’une rare compétence. Je le connaissais bien. Mais dire que j’avais été surpris du jugement? Non, pas moi. Scandalisé, oui. Dégoûté, oui. Surpris, non.

    Je me suis tapé, dans le temps, la lecture intégrale de la partie du jugement portant sur la preuve par experts et sur la responsabilité. En droit, ça se tenait, même si moi j’aurais probablement conclu différemment.

    Les règles de preuve n’ont pas beaucoup changé depuis le Code civil de 1866. Que celui qui allègue ait le fardeau de démontrer, par une preuve prépondérante, ça me va.

    Mais la règle n’est pas adaptée à ces méga-procès, où le juge (qui n’est ni chimiste ni médecin ni épidémiologiste) est enterré sous des tonnes de preuve technique.

    La Cour supérieure n’est pas un Tribunal d’équité; elle doit juger selon la preuve… mais la preuve, dans ce dossier là, était difficile à évaluer par un seul homme, choisi pour ses « compétences » en droit (parlez moi pas de la nomination des juges; j’ai écrit là dessus que le résultat est acceptable au niveau COMPÉTENCES mais inacceptable dans la méthode).

    = = = = =

    Vous dites: « Puis le juge approuve l’entente, et c’est ça le jugement, lequel sera repris dans d’autres juridictions, devant d’autres tribunaux, comme précédent pour établir que les loteries vidéos ne sont pas dangereuses!!! »

    RÉP.: No way, Jose! Le jugement qui entérine une entente hors-cour entre A et B ne sera jamais opposable à C. Cette convention-là ne fera PAS jurisprudence.

    Les conclusions relatives aux faits ne font PAS jurisprudence.

    • avatar

      Papitibi,

      Vous avez raison techniquement, mais au niveau des relations publiques de l’industrie du jeu, cette cause sera cerainement invoquée pour justifier l’absence de dangerosité des appareils.

    • avatar

      @Papitibi.

      En tout cas, si le passé est garant de l’avenir, les chances de victoire des victimes de Shannon sont très minces, sinon inexistantes.

      Soumettez cette cause à un jury civil et imaginez ce que serait le résultat.

      Une toute autre histoire, vous en conviendrez!

      Donc voyez-vous, la justice n’existe pas dans les causes qui impliquent les contrôleurs.

      Ce qu’on nous présente est un simulacre de justice, et l’issue du procès est connue d’avance.

  18. avatar

    Papitibi,

    La dernière chose que je dirais en guise de conclusion à notre échange est que quand nous pensions que tu avais raison concernant la légalité du système politique québécois selon les articles 71 et 92(1), alors la seule constitution était suffisante, mais maintenant qu’il est démontrer que tu avais finalement tort en y ajoutant l’article 72 qui démontre clairement que le système politique québécois est illégal, puisque les dispositions du gouverneur-génaral du québec ont été modifiées inconstitutionnellement selon l’article 92(1), alors la seule constitution ne suffit plus, il faut se référer à autres choses. Pourtant tu ne démontres pas quels points de loi dans ce autres choses contrediraient la constitution.

    Pourtant la constitution est la loi des lois au Canada et ce sont les lois votées ensuite qui doivent être en accord avec la constitution. C’est pourquoi la cour peut qualifier une loi d’inconstitutionnel. Et si c’est la constitution qui est illégale selon des lois supérieures du parlement britannique, ça démontre d’autant plus mon point de vue, c’est-à-dire que notre constitution ne respecte pas les principes mêmes qu’elle prétend représenter. Ainsi quelle importance ça aurait de dire qu’une loi est inconstitutionnel, puisque ce n’est pas ce qui importe, mais plutôt de savoir si elle est en accord avec les lois, la constitution ou les textes fondateurs du système britannique.

    De toute façon comme Aimé l’explique avec le cas de Shannon, la justice est pourrie. Ce qu’on appelle la justice est en fait une question de procédures techniques et d’argent. Il faudrait que le système soit gratuit pour tout le monde et que les juges comprennent les arguments en jeu et non pas juste le droit. Ils devraient juger les questions scientifiques, médicales ou autres bien avant les questions de procédures. Ils devraient juger d’abord selon la justice morale plutôt que selon la justice pocédurale qui est sans conscience. autrement dit, le système judiciaire est complètement pourri, autant économiquement, que moralement. Il est la cause de bien plus d’injustices et de problèmes que le contraire. Il n’y a pas de séparation des pouvoirs et le politique a une très grande influence sur le judiciaire. Jean Chrétien a gagné en cour dans le cadre du scandal des commandites, alors que tout le monde sait qu’il était coupable. Ce système sert à faire taire les vérités qui dérange les riches, comme dans le cas de la poursuite de Barrick Gold contre les éditions Écosociété. Il y a plein d’exemples de ce genre. Le Dr. Hamer a été emprisonné 2 fois injustement, alors qu’il a des taux de réussite de guérison du cancer de 92% après 5 ans. Alain Richard et Myriam Bédard ont été attaqué injustement en justice pour avoir dits des vérités dans le cadre du scandal des commandites. Même si ces gens gagnent en cour, ils auront tellement stressés et perdu d’argent en frais de cour qu’ils seront quand même perdant. Le système judiciaire c’est un système de vengeance qui profite aux riches. Ce système c’est carrément de la merde.

    Cordialement.

  19. avatar

    @Pelletier 11 janvier, 16h42

    « on peut bien écrire sans avoir un bacc en littérature. Quoique j’en ai un de l’Université d’Ottawa.
    Mais ça ne garanti pas qu’on peut écrire. On peut simplement passer des connaissances techniques sur la littérature.
    Passons… »

    RÉP.: Comme si je ne savais pas que le bacc n’apprend pas à écrire. Pas plus que le bacc en droit n’apprend à contre-interroger ou à plaider. Il confère des connaissances techniques. Comme le bacc en droit.

    Le talent peut être inné, mais la culture littéraire et la maîtrise des moyens d’expression, mon grand, ça n’aide pas un peu à tourner des phrases avec style et panache?

    Une chose est certaine, pendant son bacc, l’étudiant DOIT lire. En droit, c’est pareil. On lit à s’en arracher les yeux. On apprend à identifier les outils; ne reste plus qu’à les maîtriser…

  20. avatar

    @Aimé, 16h52

    « Soumettez cette cause [procès de Shannon] à un jury civil et imaginez ce que serait le résultat.
    Une toute autre histoire, vous en conviendrez! »

    RÉPONSE: En quoi serait-il plus « juste » de confier un tel procès à des profanes? En quoi la valeur probante de la preuve serait-elle jaugée avec plus de justesse?

    Je l’ai écrit ici, je le répète, dans ce genre de procès, la décision gagnerait en légitimité et en crédibilité, non pas si elle était rendue par des profanes, mais si des épidémiologistes, des chimistes et des oncologues participaient au processus de rédaction.

    Un jury civil composé de pairs pourrait sans doute virer le vent de bord mais ça ne serait pas pour autant garant d’une plus grande justice.

    • avatar

      Papitibi,

      Au contraire, je crois qu’un procès devant un jury de 12 hommes/femmes impartials qui doivent rendre unverdict unanime aurait plus de chance de produire un résultat équitable.

      Ce n’est pas sorcier de déterminer si un acte a causé un dommage et d’établir le montant des dommages.

      Comme vous disiez, le juge ne connait que le droit et il doit apprendre en écoutant la preuve présenter devant lui et se faire une opinion.

      Un jury de 12 hommes/femmes serait capable de fire pareil, comme c,est le cas en matière criminelle.

      Cessons d’infantiliser la population.

      D’ailleurs, en vertu de la Common Law, c’est ainsi que doivent se dérouler les procès civils et criminels, et ça s’est dèjà déroulé ainsi au Québec, il n’y a apas si longtemps à une époque ou les gens avaient une plus grande confiance dans le système politique et judiciaire qu’aujourd’hui.

      Alors, ce serait bon, pour redonner de la crédibilité au système de remettre la justice entre les mains des gens ordinaires.

      L’élite de Québec a eu sa chance, et ils ont failli lamentablement.

      Laissons maintenant les gens ordinaires rendre la justice.

  21. avatar

    @beaudin 18h33

    « Ce système sert à faire taire les vérités qui dérange les riches, comme dans le cas de la poursuite de Barrick Gold contre les éditions Écosociété. »

    FAUX. Le système n’a pas été conçu pour ça. Mais les requins ont les moyens $$$ de s’en servir contre les ti-poéssons.

    Si l’État était réduit à son plus strict minimum, comme le préconisent les libââârtariens et les anarcho-socialistes (dont tu souscris au crédo), ça serait le « free for all ». Ou au plus fort la poche.

    Et dans un régime anarcho-socialiste, jamais des dispositions anti-SLAPP n’auraient été intégrées au Code de procédure civile, n’est-ce pas?

    Moi, j’aurais préféré une loi autonome, de droit substantif plutôt que de nature simplement procédurale; ton expert pourra sans doute t’expliquer la distinction puisque moi, bien sûr, je ne m’y connais pas suffisamment en droit.

    Surtout pas en matière de légitimité…

    • avatar

      Papitibi,

      En théorie on dit qu’il n’a pas été conçu pour ça, mais dans les faits il est tellement mal fait qu’il le permet sans être corrigé. Si le système était gratuit pour tout le monde, ça règlerait plein de problème.

      En effet, dans une société sans gouvernement il n’y aurait pas de dispositions anti-SLAPP. Mais il n’y aurait pas la loi du plus fort la poche. J’ai bien hâte de voir ce que ça donnera entre Bellemare et Charest, et Barrick Gold et Écosociété.

      Je serais d’accord avec une vraie démocratie, mais je n’y crois pas, il n’y a aucun pays qui s’en approche le moindrement.

      Sans gouvernement ça pourrait pas être pire que présentement, mais juste mieux. Il n’y aurait pas de gouvernement mondial dictatorial qui pourrait se mettre en place, ce qui s’en vient pour bientôt si on ne réussit pas à l’empêcher avant. Ce serait une société où on vit et travaille (3-4 heures par jour) en communauté. Le travaille se ferait seulement pour les choses essentielles, avec les gens qu’on aime, à notre rythme, sans risque de perdre sa job, sans patron autoritaire, sans production d’armes de destruction massives, etc. Il n’y aurait pas de banquiers et de politiciens pour créer le chaos artificiellement à grande échelle. Le reste du temps on s’amuserait avec les autres membres de la communauté qui aurait leur congé plutôt en même temps. Ce serait une vie plus près de la nature, plus simple, sans sytème capitaliste, donc plus d’équité, moins d’exlus, moins de pollution, plus d’amour.

      Le free for all c’est présentement à cause des banques et des gouvernements. L’absence de ces éléments ne peut qu’être positive.

    • avatar

      Papitibi,

      Le  »free for all », c’est un mythe pour justifier l’état omniprésent, qui fait constamment preuve de son incompétence à rencontrer les attentes des gens ordinaires… dont ils prétendent être les représentants.

      Un mandat peut tours être révoqué et il est grand temps de révoquer le mandat de plusieurs des supposés représentants du peuple.

      Par ailleurs, c’est déjà au plus fort la poche.

      Ça ne pourrait qu’améliorer les choses de changer la direction de ce navire. On aurait moins de décisions fondées sur des considérations politiques.

  22. avatar

     »peut tours » aurait du être  »peut toujours »

  23. avatar

    Nicolas,

    Le problème n’est pas la gratuité, cibole. Il n’y a rien de gratuit dans la vie. Le problème, c’est que les juges sont choisis par l’état et payé par l’état et lorsqu’ils ont une cause qui met en cause les intérêts de l’état, ils protègent l’état, généralement aux dépens des autres parties impliquées.

    C’est pour ça qu’il faudrait des procès devant jury, dont les jugements seraient finaux et sans appel.

    • avatar

      Nicolas,

      Mais pour le reste de ton commentaire, je suis d’accord avec toi.

    • avatar

      Aimé,

      Pour moi la gratuité est un des problèmes, mais pas le seul. Ce que tu décris est effectivement un problème majeure.

      Je pense toutefois que ceux qui contrôle le système ont la chance de faire des poursuite criminelles injustifiées contre les gens, et que ce soit payé par l’État en plus. Je pense aussi que tu peux gagner une cause et pourtant ruiner ta vie tellement ça te coûte cher, comme c’est le cas pour Claude Robinson. On devrait au moins rembourser les frais d’avocats quand on gagne. Mais je dirais qu’on devrait avoir une justice juste et équitable, financièrement parlant. On donne l’aide juridique aux motards dans un méga-procès, alors je pense qu’on a les moyens de la donner à tout le monde.

      Mais ceci n’est qu’un point parmi tant d’autres. Ça améliorerait les choses, mais il y a plein d’autres problèmes qui empêchent une justice juste et équitable moralement parlant, comme tu en fais référence. Je nomme certains points qui sont insensés, mais il y en a plein d’autres c’est certain. Si c’était juste de moi j’abolirais complètement les tribunaux. Les gens trouveraient des ententes bien plus facilement entre eux de façon libre et volontaire. Les gens feraient attention à leurs actions par peur des repésailles de la communauté envers eux. Mais à la base le but n’est pas de punir, mais de corrigé, ce que notre système ne fait pas.

    • avatar

      Nicolas,

      Ce que tu ne semble pas comprendre dans ton argumentation, c’est que le système judiciare n’a pas comme fonction de rendre la justice.

      C’est une partie d’un système plus complexe conçu pour dominer la population, des droits fictifs, et des fictions juridiques et des pseudos autorités.

      Avoir accès gratuitement à un système conçu pour te dominer n’est pas la solution!

    • avatar

      J’aurais du écrire :

      C’est une partie d’un système plus complexe conçu pour dominer la population AVEC des droits fictifs, des fictions juridiques et des pseudos autorités.

    • avatar

      Aimé,

      Un système gratuit n’est effectivement pas la solution. Je voulais juste exprimer que c’est un élément, parmi tant d’autres, qui démontre à quel point ce système est injuste.

      Je crois, moi aussi, que le système ne recherche pas à rendre justice, ni à faire ressortir la vérité.

      Je suis d’accord sut toute la ligne avec les arguments que tu ajoutes.

      Moi je démontre que même en apparence et en surface le système est pourri, injuste et illégal. Toi tu démontres que dans le fonds aussi le système est pourri, injuste et illégitime. Je pense que les deux points de vue sont vrais, même si le tiens est encore plus important. Je te laisse l’expliquer parce que tu es meileur que moi pour le faire.

    • avatar

      Nicolas,

      Je comprends très bien ton point de vue, car pour celui/celle qui n’a pas fait de recherches plus poussées, l’apparence de justice est ce qui est plus facilement observable, et ce sur quoi on fonde son opinion concernant la qualité du système judiciaire et de sa capacité à rendre ‘justice’.

  24. avatar

    @aimé

    « Au contraire, je crois qu’un procès devant un jury de 12 hommes/femmes impartials qui doivent rendre unverdict unanime aurait plus de chance de produire un résultat équitable.
    Ce n’est pas sorcier de déterminer si un acte a causé un dommage et d’établir le montant des dommages. » – 21h52

    « C’est pour ça qu’il faudrait des procès devant jury, dont les jugements seraient finaux et sans appel. – 22h09

    ======

    RÉP: Des procès devant jury, sans droit d’appel? Ayoye! Si j’étais partie à un procès contre Beaudin, si on prend 12 jurés parmi les auteurs de CentPapiers, je perds. Si on prend les 12 jurés sur Cyberpresse, la Kaverne, le blogue de Josée Legault, les blogues de l’Actualité, LeDevoir.com, le Toronto Star, le Globe and Mail, le NY Times, « Jeanne Émard », ou pire, sur mon blogue, c’est Beaudin qui perd à coup sûr.

    Et ça serait sans appel? Simulacre de justice, oui…

    ========

    Verdict unanime du Jury? Vous devrez recommencer le procès 20 fois avant d’avoir l’unanimité… Et il faudrait que la justice soit gratisse, nous dit Beaudin? Faut croire que le budget du ministère de la justice va augmenter! Les médecins experts qu’il faut faire témoigner, on les fait témoigner 20 fois? Ça va aller mal à la shop! J’asi souvenir de quelques procès qui ont débuté 7, 8 ans APRÈS la contestation liée (désolé, Nicolas, pour le terme technique), faute de disponibilité d’un témoin ou de l,Autre. Si on recommence 2 fois, 5 fois, faute d’accord des Jurés, ça n’a pas fini!

    Et pour établir la crédibilité du témoin, il faut le voir témoigner, le voir transpirer, voir ses yeux qui ne supportent pas le regard ou mesurer le temps qu’il met à « réfléchir » à sa réponse. Les notes sténo, ça ne traduit rien de ça. Même en vidéo-conférence, on perd trop de ces « détails ».

    Je le sais, pour avoir interrogé des experts par vidéo-conférence. Bref, faudrait recommencer le même procès au complet. 2, 3, 5 ou 10 fois?

    Outch!

    ======

    Facile à évaluer, la preuve? Facile à évaluer si un incendie résulte d’une cause électrique? Un ingénieur vient expliquer qu’il y a eu un arc électrique, ce qui situe la faute dans le filage; un autre ingénieur vient dire le contraire…

    Et c’est facile à démêler? Le juge n’est pas ingénieur mais son expérience lui permet de « guesser » la crédibilité… surtout que les mêmes ingénieurs, on finit par les connaître et avoir une bonne idée de ce qu’ils valent (ou s’ils ont tendance à beurrer épais)!

    Des jurés n’auraient pas cette chance.

    Outch!

    • avatar

      Papitibi,

      Ta réponse suggère que c’est insensé de proposer des procès civils devant un jury, dont le verdict serait final et sans appel.

      Pour le bénéfice des lecteurs, tous les jugements rendus en droit administratif, c.-à-d. infractions de la route, billets de stationnements, infraction à toute autre loi et règlement du Québec et du Canada (sauf le droit criminel) sont rendus par un homme nommé par le le ministre de la justice ou le 1er ministre (selon le tribunal) et sont tous finaux et sans appel.

      Donc, le fait que le jugement soit final et sans appel ne serait pas un problème quand il est rendu par un juge, mais serait un problème s’il est rendu par 12 hommes/femmes qui s’entendent unanimement.

      N’est-ce pas qu’elle est belle l’illusion de la démocratie et de la représentation du peuple par les élus!

    • avatar

      Prenons les accidents de travail par exemple. Sous prétexte d’indmniser tous les travailleurs victimes d’un accident de travail, on interdit à la victime de poursuivre directement son employeur. Donc, l’employé blessé doit se présenter devant la Commisssion des accidents de travail et lésions professionnelles (autrefois la CSST) et un commissaire détermine le taux d’incapacité et l’indemnité à laquelle a droit le travailleur. Souvent, cela prend des années avant que l’incapacité du travailleur soit reconnue et indemnisée, et plusieurs travailleurs se sentent véritablement lésés par tout le processus, pour diverses raisons.

      Ce jugement est final et sans appel.

  25. avatar

    Papitibi,

    J’ai charrié un peu dans mon commentaire précédent, mais je ne vois pas pourquoi un jury serait moins qualifié qu’un juge pour déterminer les questions de fait dans les causes civiles. Dans l’état actuel du droit, les conclusions de fait du juge dans les causes civiles ne peuvent être renversées en appel à moins d’une erreur manifeste dans l’appréciation de la preuve. Les conclusions de droit erronées peuvent toujours être renversées en appel.

    Présentement, dans les causes criminelles devant juge et jury, le verdict du jury doit être unanime et il n’y a pas beaucoup de procès ou le jury est incapable de rendre un verdict unanime.

    J’ai écrit qu’en Common Law (en Angleterre), les procès civils étaient devant un jury, mais ce n’est pas exact.

    En Common Law, il n’y avait pas de procès civils. On faisait plutôt valoir ses droits au moyen d’un affidavit circonstancié, et l’autre partie devait répondre aux allégations par son propre affidavit circonstancié. C’était plutôt une guerre d’affidavits. À la fin, les allégations qui n’étaient pas niés et les allégations admises constituaient la vérité. La procédure était faite par l’entremise d’un Notary Public, et celui-ci rendait jugement selon les allégations non niées spécifiquement et les admissions de part et d’autre contenues dans les affidavits des deux parties.

    L’histoire du juge dont l’expérience lui permet de  »guesser » la crédibilité du témoin est un mythe. Ta réponse suggère qu’un juge est une espèce de surhomme qui peut lire dans la pensée des témoins.

    Mythe!!!

  26. avatar

    Papitibi,

    Il y a des témoins qui sont tellement nerveux en Cour, ou qui sont tellement impressionnés par le décorum de la Cour et les effets de toge des avocats, qu’on peut leur faire admettre des faits qui sont contraires non seulement à leurs intérêts, mais aussi à la réalité des faits.

    Donc, le témoignange en Cour n’est pas nécessairement une garantie de vérité. Dans une large mesure, il est plus facile d’établir la vérité au moyen d’affidavits circonstancié, sans nécessité d’avocats ou même d’un juge.

    De cette façon, le sort du demandeur ne dépend pas de la capacité d’un juge à  »guesser » qui dit la vérité, et le coût du débat pour les parties est minime.

    • avatar

      @Aimé

      « J’ai écrit qu’en Common Law (en Angleterre), les procès civils étaient devant un jury, mais ce n’est pas exact. »

      Se n’ai pas osé affirmer que c’était faux; avec la réputation d’insulteur public qu’on m’a faite ici, j’aurais risqué d’être banni, moi qui ai déjà deux avertissements… Merci de rectifier.

      ========

      « L’histoire du juge dont l’expérience lui permet de »guesser » la crédibilité du témoin est un mythe. Ta réponse suggère qu’un juge est une espèce de surhomme qui peut lire dans la pensée des témoins. » – 8h50

      « Dans une large mesure, il est plus facile d’établir la vérité au moyen d’affidavits circonstancié, sans nécessité d’avocats ou même d’un juge. » – 8h57

      Donc, je dis BLANC dans mon affidavit circonstancié, mon adversaire dit NOIR, dans son propre affidavit, et avec sa science infuse, le jury civil proposé par Aimé saura rendre une décision juste et équitable. Et cette décision, affirmait-il hier, serait (en plus!) finale et sans appel!

      Pourquoi ne pas flipper une pièce de 25 cennes, tant qu’à y être? Pourquoi perdre son temps à rédiger des affidavits de 76 paragraphes?

      ======

      Je sais trrrrrrès bien que devant un juge, les témoins sont suffisamment nerveux pour même oublier leur âge. Je l’ai déjà vu, à Amos, en 76, devant le juge Charles-Noël Barbès. Mais le juge a ramené le témoin sur le plancher des vaches et il a témoigné avec applomb.

      C’est un des motifs pour lesquels je m’oppose à la présence des caméras dans les salles où ont lie les procès. Les caméras « dérangent » les témoins.

      ========

      Je ne sais pas si vous avez plaidé. Moi, j’ai dû passer 3000 jours devant des juges, à interroger des témoins. Ensuite, pendant quelques années, c’est à moi que revenait la responsabilité d’évaluer si un témoin est sincère ou s’il ment.

      Moquez vous tant que vous voudrez de cette capacité des juges de « guesser » la sincérité des témoins; il y a des indices qui ne mentent pas, eux! Comme la mémoire sélective de certains témoins… Comme la capacité comparative des témoins à fournir des détails.

      CAS VÉCU: alors qu’une mère est menacée de se voir retirer son enfant par la DPJ, son avocat met en doute les affirmations de l’enfant`. La DPJ affirmait que l’enfant avait été forcé à lécher les parties génitales de sa mère pendant que le « chum » filmait le tout. Ment-il, l’enfant qui se pince le nez en disant « ça pue »?

      Vous pensez qu’un juge ne peut pas juger de la crédibilité de cet enfant?

      C’est votre opinion. La mienne est basée sur une longue pratique…

    • avatar

      Papitibi,

      Mon opinion est également basée sur plusieurs années d’expérience (je vous laisses deviner ou). Je ne doute pas de la capacité d’un juge de déterminer si un témoin ne dit pas toute la vérité (dans certaines circonstances) mais je dis qu’un jury est également capable de faire ces constatations et de tirer ces conclusions.

      Je dis également que c’est un mythe de penser que seul un juge est capable d’évaluer la crédibilité d’un témoin ou la force probante de la preuve.

      D’ailleurs, en matière criminelle, dans un procès devant juge et jury, c’est le jury qui rend le verdict sur la base de la preuve soumise.

      Comme vous savez, ce type de procès vise les infractions les plus graves, comme le meurtre, par exemple. Donc. je ne comprends pas que vous doutiez de la capacité d’un jury de décider d’affaires civiles, qui ont souvent des implications moins importantes qu’un condamnation pour meurtre, par exemple.

    • avatar

      Papitibi à 11:32, vous écrivez :

       »Donc, je dis BLANC dans mon affidavit circonstancié, mon adversaire dit NOIR, dans son propre affidavit, et avec sa science infuse, le jury civil proposé par Aimé saura rendre une décision juste et équitable. Et cette décision, affirmait-il hier, serait (en plus!) finale et sans appel! »

      Vous mélangez tout. La procédure par affidavit circonstancié en matière de commerce n’est PAS une procédure judiciaire. Il n’est pas question de jury ou de procès civil. C’est une procédure administrative devant un Notary Public.

      L’autre chose qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’une fausse déclaration faite sous serment rend son auteur passible de parjure. Un des problèmes avec le système judiciaire est qu’il existe un certain mépris de la vérité. Les témoins mentent constamment et les juges ne leur tiennent pas rigueur. Si quelqu’un me transmet un faux affidavit, et ne veut pas admettre la vérité, une accusation de parjure par voie de plainte privée serait une solution possible.

  27. avatar

    @ Papitibi,

    Je reviens sur mon commentaire concernant les affidavits circonstancié.

    Toutes les transactions auxquelles les personnes sont parties sont de nature commerciale. Tout se passe dans le monde du commerce, y compris les tribunaux et l’administration de la justice.

    Un ‘juge’ doit avoir juridiction pour entendre une cause, et la juridiction lui est accordée de consentement par les parties qui se présentent devant le tribunal et participent au procès.

    Mais cette juridiction est CONSENSUELLE et n’existe pas de plein droit. Les tribunaux au Canada sont des cours ‘de facto’ et non ‘de jure’.

    Le véritable système est celui des règles de commerce, que 99,9 % des gens, et des avocats, ignorent, car ce système n’est pas ‘judiciaire’ et n’est pas celui qui est enseigné.

    Je vous réfère à un lien qui explique les tenants et aboutissants des affidavits circonstanciés et des jugements administratifs ou par défaut qui peuvent être obtenus par l’utilisation de cette procédure.

    Ceci est une procédure qui n’implique aucun tribunal et qui débouche sur un jugement par défaut (de contester) rendu par un Notary Public, lequel est enregistré contre la personne dans le registre du Uniform Commercial Code (UCC) ou du Personal Property Security Act (PPSA) pour le Canada.

    Cette procédure est fondée sur les véritables règles de justice, et non celles qui sont modifiées au gré des gouvernement, comme c’est le cas pour le système judiciaire.

    Vous devriez vraiment prendre le temps de lire sur le sujet, car c’est le véritable système qui est au-dessus de l’illusion de justice véhiculée par le système judiciaire, et dont dépendent par ailleurs les tribunaux, même si vous n’en avez jamais entendu parler à la fac. de droit ou dans votre carrière d’avocat.

    • avatar

      Votre document est sujet aux droits d’auteur de la Family Guardian Fellowship, tel que confirmé sur un bandeau en bas de page.

      DE KOSSÉ KE CÉ ÇA?: « Nonprofit Christian ministry dedicated to protecting American families and individuals from extortion, persecution, exploitation, SOCIALISM, DIVORCE, crime, and SIN. Advocate personal liberty, personal
      responsibility, constitutional and SMALL and accountable government, sovereignty, and religious faith. »

      source: http://loveforlife.com.au/content/08/03/06/family-guardian-fellowship-website-nonprofit-christian-ministry-dedicated-protectin

      ======

      Sur le lien ci-dessus il y a un hyperlien vers le « website » de la Family Gauardian Fellowship. Et sur cette page du FGF, il y a des liens vers des enseignements créationnistes. Entre autres.

      CONCLUSION: propagande de fondamentalistes chrétiens contre le socialisme, le divorce et le péché.

      Vous me demandez à moi, pécheur « socialiste » et divorcé, d’adhérer à « ça »? Thanks, but no thanks.

      Vous appartenez à cette secte CRÉATIONNISTE? Je ne veux pas avoir l’air de vous insulter, alors je n’en dirai pas plus sur ce que j’en pense.

      Sarah Palin for Prez!

    • avatar

      Aille Papitibi,

      Ne tombons pas dans les insultes et les accisations gratuites. Je vous ai référé à ce site suite à une recherche rapide, car je connais ces principes et ils sont tels qu’énoncés dans la page à lquelle je vous ai référé. Cela importe peu que ce soit sur un site chrétien ou autre. Ces principes sont valides et sont les fondements des règles de commerce en vertu du UCC ou du PPSA.

    • avatar

      Papitibi,

      Je suis plutôt partisan de Ron Paul. Sarah Palin est un agent de l’establishment républicain pour détourner les supporteurs potentiels de Ron Paul. Les évritables constituionnalistes et libertariens supportent Ron Paul, et non Sarah Palin. Ne croyez pas tout ce que vous entendez à la télé.

  28. avatar

    Aimé, 10h50

    De retour au tutoiement? Je sais m’adapter…

    JE TE CITE: « Ta réponse suggère que c’est insensé de proposer des procès civils devant un jury, dont le verdict serait final et sans appel.
    Pour le bénéfice des lecteurs, tous les jugements rendus en droit administratif, c.-à-d. infractions de la route, billets de stationnements, infraction à toute autre loi et règlement du Québec et du Canada (sauf le droit criminel) sont rendus par un homme nommé par le le ministre de la justice ou le 1er ministre (selon le tribunal) et sont tous finaux et sans appel. »

    ========

    RÉPONSE: Cesse de comparer une fraise des champs et une citrouille!

    Que tu sois condamné à $50 d’amende pour ne pas avoir fait ton arrêt obligatoire, tu crois que ça a la même portée et les mêmes effets sur toi que si tu étais condamné à payer $400000 pour avoir incendié accidentellement la maison de ton voisin, ou condamné à mort pour avoir tué un policier?

    Pas d’appel pour les bébelles anodines, ça passe. Pas d’appel suite à un jugement farfelu qui brises ta vie?

    Pour le cas où tu l’ignorerais, ce système de justice existe déjà, et on le nomme « ARBITRAGE ». Les parties à un litige civil peuvent, si elles sont d’accord, se soumettre à une décision arbitrale et sans appel. J’ai plaidé devant ce genre de tribunal consensuel… et j’ai aussi rendu quelques décisions finales et sans appel, après que les parties m’en eurent confié le mandat.

    Tu sais, Aimé, j’ai quand même vécu un peu…

    • avatar

      Papitibi,

      Tu coupes les coins ronds, car il existe plusieurs situations ou un jugement de nature administrative peut avoir des conséquences importantes pour la partie impliquée, comme la Commission les accidents de travail et lésions professionnelles (CSST), les indemnités versées par la RÉgie de l’Ass, Automobile en cas de préjudice corporel, et plusieurs autres situations.

      Il ne s’agit pas uniquement d’un ticket de vitesse ou d’un stop manqué comme tu le suggère.

      Toutes les décisions en matière de déontologie pour les professionnels sont des décisions administratives finales et sans appel qui peuvent empêcher un individu de gagner sa vie.

      Les propriétaires de fromagerie qui ont dû détruire leur inventaire il y a quelques années. Ça aussi c’était le résultat d’une décision administrative, sans même qu’il y ait eu une audition.

      On peut continuer si tu veux. Je procède uniquement selon ma mémoire.

  29. avatar

    @Gaëtan Pelletier

    « Je ne suis pas que « pouet » comme vous dites, mais aussi FIN psychologue. » 7 janvier, 23h36

    = = =

    Tiens donc. FIN psychologue!

    Étrangement, j’ai ouvert ce billet sur deux ordinateurs différents. L’un de mes écrans indique que vous êtes « fin psychologue ». L’autre indique que vous êtes « psychologue ».

    La différence est de taille, n’est-ce pas? Évidemment, l’une des deux pages n’a pas été rafraichie aussi récemment que l’autre. :-O

    Dois-je comprendre que vous vous êtes enfin rallié à mon évaluation de votre statut? Bien sûr, je ne puis que vous en remercier… :-S

    Je tenais néanmoins à vous informer que j’ai pris une capture d’écran, pour des motifs qui vous ne vous échapperont sans doute pas. Une capture d’écran, et également une capture « in motion » de la page en même temps qu’elle défile. Pour les deux versions.

    De même qu’une capture de cet autre commentaire, qui commençait par: « voyons… », dans lequel vous remettiez en doute mon interprétation du Code des professions.

    Fâcheux…

    Vous savez que je sais et je sais que vous savez que je sais.

    Stultus non sum…

  30. avatar

    @Aimé 20h45
    « Toutes les décisions en matière de déontologie pour les professionnels sont des décisions administratives finales et sans appel qui peuvent empêcher un individu de gagner sa vie. »

    Dis-moi, à quoi sert donc le Tribunal des professions?

    Quand tu exagères dans un sens, tu m’ouvres la porte à trouver à mon tour des exemples extrêmes.

    De toutes façons, à supposer que tu aies raison d’affirmer que la décision d’un Tribunal administratif peut être aussi pénible pour un citoyen, tu apportes de l’eau à mon moulin: des décisions administratives, susceptibles de t’acculer à la faillite, tu souhaites vraiment que ce soit final et sans appel?

    Pas moi!

    • avatar

      Papitibi,

      Je vois que vous avez également décidé de me tutoyer. Je ne vous en tiens pas rigueur…

      J’avais oublié le Tribunal des professions, lequel siège en appel, mais ça ne règle pas tout, car on demeure toujours dans le club fermé des membres des ordres professionnels.

      Peu importe, on pourrait discuter longuement ainsi.

      Fondamentalement je ne crois pas à cet état providence (Nanny State) qui s’immisce dans tous les aspects de notre vie et qui cherche à tout règlementer, mais je suis quand même conscient que ces lois et règlements deviennent parfois nécessaires parce que la majorité des gens s’en remet à l’état pour règler ses problèmes et est incapable de s’occuper de ses propres affaires.

      Une chose est sûre, je ne suis pas un socialiste, et je ne crois pas au prétendus bienfaits de la social démocratie.

    • avatar

      @papitibi

      Message de l’éditeur et de CentPapiers:

      Nous avons constaté avec grand regret que non seulement vous n’avez pas retiré les pages de votre site internet comportant des insultes, diffamation et mensonges à l’égard de CentPapiers, de quelques-uns de nos auteurs, de Gaëtan Pelletier et de moi-même comme nous vous l’avions gentiment demandé, mais vous venez de dépasser toutes les bornes de l’éthique en postant un nouveau billet disgracieux, haineux et diffamatoire, utilisant même la photo de M. Pelletier sans son consentement préalable, brisant les principes de droits d’auteurs, pour le calomnier de propos injurieux.

      Nous avons formellement porté plainte auprès de WordPress et nous attendons des avis légaux.

      Je vous demande un dernière fois, j’exige, au nom de CentPapiers, de ses auteurs et ses gestionnaires, que vous retiriez immédiatement les trois billets injurieux se trouvant sur votre site (que je ne nommerai même pas pour ne pas vous faire une publicité indue) et de présenter vos excuses envers les personnes concernées, faute de quoi, il sera clairement établit que vous aurez brisé la paix de pleine conscience et volontairement, pour causer des conflits inutiles, du tort à la réputation et une campagne de salissage et de diffamation publique.

      Nous résilions sur le champs votre compte ici et nous vous interdisons d’y revenir.

      Vous êtes un personnage disgracieux et honteux.

      Au revoir,

      François Marginean
      Équipe de CentPapiers

  31. avatar

    Papitibi,

    En lisant le journal ce matin, j’ai vu une nouvelle concernant Sandra Finley qui était le chef du Parti vert au fédéral.

    Cette femme avait refusé de compléter le recensement ‘obligatoire’ de Statistiques Canada en 2006, le même recensement que les Conservateurs ont maintenant décidé de rendre volontaire.

    Depuis 2003, les données du recensensement sont transmises à Lockheed Martin, une société américaine qui fait partie du complexe militaire-industriel.

    Donc, MMe Finley a été accusé devant un juge de la Saskatchewan en vertu de la loi sur le recensement, elle a été trouvée coupable de ne pas avoir complété le recensement, et elle pourrait être condamnée à 3 mois de prison pour ne pas avoir fourni les diverses informations purement personnelles la concernant en 2006.

    Belle justice vous ne trouvez pas?

    Je me demande si un jury de 12 hommes/femmes jugerait cette infraction assez sérieuse pour condamner Mme Finley à une peine de prison, surtout que le recensement détaillé a été aboli par le gouvernement Harper.

    Voici le lien vers l’article :

    http://www.thestar.com/news/canada/article/921600–woman-could-go-to-jail-for-not-filling-out-census?bn=1

  32. avatar

    Je tiens à souligner que je ne suis plus d’accord avec une des thèses de Spinoza dans cet article. La voici :

    « j’ai établi sans peine que la parole des prophètes n’est décisive, qu’en ce qui concerne la pratique de la vie et les qualités morales. »

    Même dans le domaine de la moralité la Bible et les prophètes sont contradictoires, ils prônent souvent le meurtre et la violence, le génocide, les sacrifices humains et animaux, ils acceptent le viol, l’esclavage et rabaissent les femmes, etc. Même l’icône Jésus n’y fait pas exception en prônant le meurtre et la violence, le fanatisme et l’obéissance, la division et la castration comme excellent moyen d’atteindre le royaume des cieux, etc.

    En voici de multiples exemples vérifiables dans la Bible :

    http://freethoughtnation.com/contributing-writers/74-barbara-g-walker/649-bible-morality-or-depravity.html

    Cordialement,

    Nicolas