Accueil / A U T E U R S / LES 7 DU QUÉBEC / André Lefebvre / L’origine de la Lune

L’origine de la Lune

Nous savons aujourd’hui que la Terre fut frappée par une Planète au début de l’histoire de notre système solaire. Par contre, l’explication de « l’impact géant » pour former la Lune, quoique valable, n’est pas tout à fait « à point ».

Le problème est que la Lune soit le résultat de « l’attirance » des débris suite à une collision, n’a aucun sens, puisque les masses ne s’attirent pas.

Pour qu’il y ait « agglomération » de débris, Il faut que ces débris soient « capturés » dans un « champ gravitationnel » qui dirigera tous ces débris vers le centre de gravité. Et le seul champ gravitationnel important existant, après la collision, était celui de la Terre. Donc tous les débris seraient tombé sur la Terre, ou serait resté en orbite, et n’aurait jamais pu former la Lune.

La seule autre explication, quelque peu valable, est que la planète responsable de la collision en question, n’a pas vraiment « collisionné » avec la Terre, mais est passé assez près pour créer un « champ de marée » assez puissant pour arracher une bonne portion de matière terrestre qui, aujourd’hui, serait le « trou » contenant l’océan Pacifique.

Mais encore là, aucun moyen de former une Lune, sans présence « active » d’un champ gravitationnel indépendant à l’intérieur du champ gravitationnel terrestre. Pour que les débris se placent en orbite terrestre pour former la lune, ce n’est pas une question de distance projetée mais de « vitesse » projetée. Et une fois en orbite, il manque toujours un centre de gravité autre que celui de la Terre. Donc, inacceptable.

La seule conclusion possible est que la Lune n’est pas, du tout, une « portion de matière » perdue par la Terre.

Pourtant cette Lune existe bien et doit venir de quelque part, tout autant que le trou contenant le Pacifique est bien réel, lui aussi.

Le Pacifique confirme bien que la Terre est entrée en collision tôt après sa formation. Et le trou énorme que cela a laissé, exige une collision avec une assez grosse planète.

Il est impossible qu’une planète aussi grosse, ayant collisionné avec la Terre, n’ait pas déplacé l’orbite terrestre; autrement dit : n’ait pas propulsé la Terre sur une orbite différente.

Il est donc évident que les débris arrachés à la Terre, doivent se trouver quelque part, pas trop loin de notre planète.

Il est même plus que probable que ces débris, lorsque la Terre fut projetée sur une autre orbite, soient restés sur place, c’est-à-dire sur l’orbite où se trouvait la Terre.

Alors là, les jambes me coupent!

Il y a bien un paquet de « débris » en orbite entre les planètes Mars et Jupiter. On les appelle : la ceinture d’astéroïdes.

Donc selon le seul scénario possible, la Terre se serait trouvée sur l’orbite actuelle de la ceinture d’astéroïdes, aurait été percutée par une autre planète la propulsant sur son orbite actuelle, plus près du Soleil.

Par contre, pour pouvoir adopter cette nouvelle orbite plus près du Soleil, il fallut que la « vitesse » de déplacement de la Terre augmente suffisamment. Elle aurait alors, de toute évidence, acquis ce surplus d’énergie cinétique lors de la collision.

Ayant enlevé de l’énergie à la planète qui l’avait frappé, cette dernière a nécessairement diminuer de vitesse.

Si elle a perdu suffisamment de sa vitesse, il est possible qu’elle fût « capturée » par le « champ gravitationnel » terrestre et s’y soit placé en orbite.

Dans ce cas, la Lune serait l’objet planétaire qui entra en collision avec la Terre avant de se mettre en orbite autour de notre planète à une distance de 381,500 km.

Ceci expliquerait

1) la ceinture d’astéroïdes,

2) l’origine de la Lune et

3) le trou du Pacifique qui s’est rempli d’eau.

Seuls des calculs plus savants que ceux que je puisse faire pourrait expliquer également la rotation synchrone de la Lune. Mais cette rotation synchrone fournirait la vitesse de déplacement ainsi que la vitesse de rotation originale de notre satellite sans oublier l’angle de la collision.

Quant à la guérison de la blessure du Pacifique, elle s’explique assez facilement grâce au « forces » actives sur la planète; c’est-à-dire la force centrifuge qui aplatit les pôles et les effets de marée produits par la Lune et le Soleil.

Voici, en premier, l’état actuel de la Terre du côté du Pacifique.

Notez que la fosse des Mariannes est la plus profonde existant sur la planète. Elle est un km plus profond que la hauteur de l’Everest. Selon notre scénario, le fond de cette fosse serait celui du trou produit lors de la collision.

Voyons quelles sont les « forces » actives sur la planète avec un dessin démontrant leurs effets sur la blessure du « Pacifique ».

Le trou du Pacifique se « bouche », du mieux qu’il le peut, avec les moyens dont il dispose. En fait, c’est le travail de « l’effet centrifuge » couplé à celui des « effets de marée ».

Mais la « matière » servant à boucher le trou, provient, elle, de la partie centrale terrestre qui est en « fusion ». De sorte que cette « matière », en se solidifiant, repousse les parties entre lesquelles elle s’est insérée. Et c’est cette nouvelle « matière de surface qui est « manipulée » par l’effet centrifuge et les effets de marée.

Je pense que cette « guérison » graduelle est tout à fait acceptable. Par contre voyons ce que cela pourrait impliquer d’autre, ailleurs, sur la surface de la planète. Car il est évident que si le fond marin du Pacifique se soulève et « transite » vers l’ouest par « effet de marée », cela doit avoir des répercussions sur l’autre face du globe.

Voyons ça, mais cette fois-ci ce sera une « animation » que vous trouverez à :

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9rive_des_continents#/media/File:Pangea_animation_03.gif

Qui donne le résultat suivant :

Dont le point de départ avait été :

Non seulement notre scénario explique les trois items nommés plus haut, mais s’ajoute maintenant une quatrième explication qui est celle de la « la dérive des continents ».

Attention à vos jambes parce que les miennes sont déjà coupées.

Heureusement qu’être devenu cul-de-jatte ne m’empêche pas du tout de réfléchir.

Voyons si je pourrais trouver autre chose.

J’ai dit plus haut que le trou du Pacifique s’était remplis d’eau.

Le Pacifique s’étend sur un tiers de la surface totale de la Terre.

« C’est dans l’océan Pacifique que se trouvent les fosses les plus profondes de la Terre, avec des profondeurs dépassant 10 000 mètres dans les fosses des Kouriles, des Mariannes et des Philippines… Il est entouré par la ceinture de feu et connaît de nombreux tremblements de terre.» Wikipédia.

Remarquez que ces trois plus profondes « fosses » se trouvent toutes sur le même côté du Pacifique et, à peu de choses près, dans la même région.

Ce qui me chagrine un peu, c’est qu’on ne parle pas de son degré de salinité.

Ce que l’on sait, sur le sujet, est que là où il y a plus d’évaporation, la salinité augmente; mais cela ne dit pas « pourquoi » l’eau de mer était salée au départ.

On sait, aujourd’hui que la Terre contient dix fois moins de chlore qu’elle le devrait. C’est une énigme cosmochimique qui s’appelle « l’énigme du chlore manquant ».

Lire : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/oceanographie-asteroides-oceans-seraient-sales-comme-mer-morte-46670/

Mais l’océan contient tout de même 55% de chlore et 30,6% de sodium pour une salinité moyenne entre 2% et 4%.

L’explication actuelle sur l’origine de la salinité des océans, veut que la période volcanique terrestre à ses débuts soit responsable de projection de chlore et de sodium dans l’atmosphère  et que la pluie aurait transporté tout ça vers la mer. On sait que l’évaporation se fait strictement « d’eau pure ». Donc le sel et le chlore provient soit lors de l’écoulement sur les terres après la pluie, ou de la montée de « lave » qui se solidifie au fond du Pacifique.

De plus, il y a 5 fois plus de surface en eau qu’en terre sur la planète, même si on la dit « tellurique ».

Si je regarde la « structure » du système  solaire et que j’enlève la Terre sur son orbite (pour quelques secondes seulement, ne vous en faites pas), je trouve, à partir du Soleil, deux planètes sans eau, suivie d’une planète (Mars) qui aurait déjà possédé un peu d’eau. Ensuite viennent les astéroïdes qui sont majoritairement des blocs de glace, suivies des géantes « gazeuses ».

Donc deux planètes rocheuses, une planète rocheuse avec un peu d’eau, des astéroïdes de glace et des planètes gazeuses. Il me reste à replacer la Terre sur son orbite originelle avec les astéroïdes, pour « percevoir » pourquoi la Terre possède autant d’eau liquide. Elle se trouve entre les planètes « solides » et les planètes « gazeuses ». Il semble que les « matériaux » solide, liquide et finalement gazeux, lors la formation des planètes, aient été « priorisés » selon la distance du Soleil où la planète s’est formée. Les « champs gravitationnels » n’ont pas fini de dévoiler leurs petits secrets semble-t-il. Mais j’ai déjà une idée pour approfondir le sujet. J’y reviendrai lorsque j’aurai trouvé.

Par contre nous avons une autre confirmation indiquant que la Terre se trouvait bien, au tout début, là où les astéroïdes se trouvent aujourd’hui.

Quant à la salinité des océans, je n’ai pas trouvé une explication plus plausible que l’explication officielle.

Bof! On ne peut pas gagner à chaque coup!

André Lefebvre

 

Auteur de:

L’Histoire… de l’univers

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 1:  La Science Secrète)

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 2: Le Mystère Sumérien

Le tout dernier livre, paru en novembre 2016 (version gratuite):

Histoire de ma nation

Tous mes livres sont offerts GRATUITEMENT chez:

http://manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.7.htm#menu

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (6)

Hier nous avons découvert une personnalité attachante, aujourd’hui disparue, celle de Neil Armstrong, premier homme ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.