Accueil / T Y P E S / Articles / Lois linguistiques: une normalit? mondiale

Lois linguistiques: une normalit? mondiale

 

 

 

 

 

 

 

LOUIS PR?FONTAINE en septembre 2010, faisait le point d?une saison qui semblait devoir ?tre cruciale pour le dossier du fran?ais au Qu?bec, ?Nous croyons utile de reprendre ce texte dans le contexte actuel. ?On y trouve, entre autres, une revue de ce qui se fait ailleurs en ce domaine. Peut- ?tre des mod?les et des le?ons ? tirer. ?Votre ?diteur

*****

L?automne sera chaud. La Consultation g?n?rale sur le?projet de loi 103 d?butera le 8 septembre; le lendemain,?l?Institut de recherche sur le fran?ais en Am?rique (IRFA)publiera une importante et d?vastatrice ?tude portant sur plus de 3000 c?g?piens et d?montrant de quelle fa?on la fr?quentation d?un c?gep anglais m?ne ? une int?gration en anglais; le 18 septembre aura lieu un gigantesque rassemblement pour le fran?ais au centre Pierre-Charbonneau, ? Montr?al, avec Michel Rivard, Luc Picard, les Loco Locass, les Zapartistes, Daniel Boucher et plusieurs autres. Toute cette activit? doit nous mener vers notre prochaine action collective courageuse: l?application de la Loi 101 au c?gep.

Or, je les entends d?j? ces journalistes pleutres et ces Marie-Madeleine de la cause des pauvres anglophones opprim?s: ??On ne peut pas renforcer la Loi 101! Ce n?est pas normal d?avoir ? faire ?a; que penseront les autres de nous? Ce n?est pas ce qu?un pays d?mocratique ferait! ? Balivernes. Qu?on cesse un peu d??couter ces acrochordons de la pens?e qui passent le plus clair de leur temps ? nous qualifier d?incapables et qui se r?jouissent du moindre de nos ?checs. L?gif?rer pour prot?ger la langue commune, c?est?pr?cis?ment ce que font la plupart des pays sur la plan?te.

En rafale1:

  • Afrique du Sud: Selon la Politique linguistique cadre pour l?enseignement sup?rieur de juillet 2001, ? tous les ?tablissements d?enseignement sup?rieur doivent participer ? la facilitation et la promotion des objectifs de la politique linguistique nationale ?.? Ces institutions ont la responsabilit? de par la loi d?assurer une coh?rence avec les langues nationales.
  • Albanie: Selon l?article 6 de la loi relative au syst?me d?enseignement pr?-universitaire de 1995, ? l?enseignement dispens? dans les ?tablissements publics d?enseignement de la r?publique d?Albanie l?est en albanais, sauf dans les cas o? la pr?sente loi en dispose autrement ?.
  • Alg?rie: L?article 8 d?une ordonnance de 2005 fixant les r?gles r?gissant l?enseignement dans les ?tablissements priv?s impose que l?int?gralit? de l?enseignement (hormis les cours de langues ?trang?re) se fasse en arabe dans toutes les disciplines et ? tous les niveaux.
  • Andorre: Selon la loi du 20 juin 1996 sur les d?nominations commerciales, les raisons sociales et les enseignes d??tablissement,? une d?nomination commerciale ne peut ?tre enregistr?e que si elle est ?crit en catalan.
  • Angleterre: La loi sur la nationalit? britannique de 1981 exige la connaissance de l?anglais, du gallois ou du ga?lique ?cossais pour l?obtention de la citoyennet?.
  • Argentine: Dans un accord-cadre pour l?enseignement des langues, adopt? en 1998, on r?affirme que l?espagnol est la langue de la majorit? des habitants, que c?est celle d?usage courant, celle des documents officiels, de l??cole et du travail.
  • Arm?nie: Dans l?article 2 de la loi sur la langue, adopt?e en 1993, l?Arm?nie exige un examen d?entr?e sur la langue arm?nienne et l?enseignement de la langue arm?nienne pour tous les ?tablissements d?enseignement secondaires sp?cialis?s, professionnels et sup?rieurs.
  • Azerba?djan: Selon la loi sur la langue officielle de 2002, tout citoyen de la R?publique azerba?djanaise est dans l?obligation de conna?tre la langue officielle.? Toute admission dans un ?tablissement d?enseignement secondaire ou sup?rieur est conditionnelle ? la r?ussite d?un examen de connaissance de la langue azerba?djanaise.
  • Belgique: Au sein de la communaut? fran?aise, le D?cret Spaak-Lagasse de 1978 a interdit l?emploi exclusif d?une langue autre que le fran?ais dans toutes les relations avec l??tat et au niveau de l?affichage sur les b?timents.?? La communaut? flamande, elle, a adopt? une loi, en 2006, qui fait du n?erlandais la seule langue de tout le processus de votation.
  • Bi?lorussie: Selon la loi sur les langues de 1990, ? le travail d?instruction et d??ducation ? l??cole g?n?rale se fait en bi?lorusse ?.
  • Br?sil: L??tat de S?o Paulo a adopt? une loi, en 1999, statuant que l?utilisation du portugais est obligatoire dans l?enseignement et l?apprentissage, dans le travail, dans les relations juridiques, dans l?expression officielle, dans l?expression lors des ?v?nements publics, dans les moyens de communication de masse, dans la production et la consommation de biens, produits et services et en ce qui concerne la publicit? de ceux-ci.
  • Bulgarie: La loi sur l??ducation nationale de 1991 demande ? ce que l??ducation permette une ma?trise de la langue officielle et que les ?l?ves dont la langue maternelle n?est pas le bulgare ont le droit d??tudier leur propre langue maternelle, mais ? l?ext?rieur de l??cole publique.
  • Colombie: La loi en faveur de la langue espagnole, qui? a ?t? adopt?e en 1960 (mais abrog?e par la suite), d?cr?tait? que tous les documents officiels, tout nom, enseigne, annonce de commerce ou quoi que ce soit ? la port?e de tous devait ?tre ?crit en espagnol.? Si la loi n??tait pas respect?e, l?autorit? responsable avait le droit d?ordonner l?enl?vement de l?annonce.
  • Costa Rica: La loi sur la d?fense de la langue espagnol et des langues aborig?nes costaricaines de 1996 oblige les raisons sociales, les brevets et les marques les documents publics, la publicit? et les brochures?a ?tre dans les langues nationales.
  • Espagne: Dans la r?gion autonome de la Catalogne, la loi sur la politique linguistique de 1998 a statu? que le catalan constitue la langue de l?enseignement en Catalogne et cela ? tous les niveaux et dans toutes les branches de l??ducation.
  • ?tats-Unis: De nombreux ?tats ont vot? des lois linguistiques, dont l?Arizona, avec sa proposition 103, en 2006, qui a interdit toute forme de mesure officielle ignorant, nuisant ou diminuant le r?le de l?anglais comme langue du gouvernement.
  • France: La loi Toubon de 1994 stipule, dans son article 3, que ? toute inscription ou annonce appos?e ou faite sur la voie publique, dans un lieu ouvert au public ou dans un moyen de transport en commun et destin?e ? l?information du public doit ?tre formul?e en langue fran?aise ?.? En outre, cette loi a des dents: on peut retirer une inscription d?linquante.? Dans la m?me loi, ? l?article 11, on statue ?galement que la langue d?enseignement dans les enseignements publics est le fran?ais.
  • Irlande: L?article 28 de la loi sur la radiodiffusion de 2001 stipule que que la programmation doit absolument offrir du contenu dans la langue irlandaise, et pas seulement en anglais.
  • Islande: L?article 15 de la loi sur les ?trangers de mai 2002 impose qu?un cours d?islandais de 150 heures, avec une assiduit? minimale de 85%, soit impos? ? tout ?tranger esp?rant obtenir un permis de s?jour.
  • Lettonie: L?article 12 de la loi sur la citoyennet? de 1998 stipule qu?une personne ne peut obtenir une naturalisation si elle ne parle pas couramment le letton.
  • Mac?doine: L?article 7 de la loi sur l?emploi de la langue mac?donienne (1998) demande ? ce que les textes officiels, mais ?galement les manuels scolaires et la presse soient obligatoirement ?dit?s en mac?donien.
  • Maroc: L?article 111 de la Charte nationale d??ducation et de formation de 1999 rend obligatoire l?enseignement en arabe de tous les enfants marocains et ce, dans toutes les institutions ?ducatives du Maroc.
  • Russie: La loi sur la langue officielle de la f?d?ration de Russie de 2004 affirme que le russe doit ?tre la langue obligatoire pour l?activit? des pouvoirs publics, pour les noms des pouvoirs publics, lors de la tenue d??lections, dans le domaine de la justice, dans la correspondance entre les pouvoirs publics, dans l?orthographe des lieux g?ographiques, dans les publicit?, etc.
  • Suisse: La Suisse est un cas un peu sp?cial, car chaque canton peut adopter ses propres r?glements.? Ceci dit, des organes f?d?raux, comme la Soci?t? suisse de radiodiffusion et t?l?vision, doivent s?assurer que les langues officielles des cantons sont respect?es et que la programmation y est ?gale entre chaque langue.
  • Turquie: L?article premier de la loi sur l?usage du turc dans les ?tablissements stipule qu?aucune soci?t? ou ?tablissement ne peut supprimer le turc de leur commerce, de leurs contrats ou de leurs communications.? Les d?linquants s?exposent ? des amendes.

Ces nations ne sont pas des dictatures et elles ne violentent pas leurs minorit?s. Simplement, elles ont compris que c?est en l?gif?rant qu?on peut assurer que la coh?rence et la stabilit? sociales issues du partage d?une seule langue commune bien ?tablie puisse pr?valoir. Elles ont saisi que si des lois permettent de prot?ger les individus, en interdisant tout ce qui pourrait s?attaquer ? leur int?grit?, de telles lois sont tout autant n?cessaires pour prot?ger la nation, cette collectivit? d?individus partageant des valeurs communes, dont la langue est g?n?ralement la principale.

Il faut appliquer la Loi 101 au c?gep

L?application de la Loi 101 au r?seau coll?gial ne constitue donc rien de plus radical que ce qui se fait ailleurs, n?en d?plaise ? ceux qui aiment nous d?peindre comme des extr?mistes alors qu?on r?clame, pr?cis?ment, la normalit? des peuples libres. En fait, on pourrait m?me dire que c?est une mesure bien timide, un simple premier pas, quand on se compare avec des pays qui ont d?cid? de ne financer que l??ducation publique dans la langue nationale, alors que nousfinan?ons davantage l??ducation des anglophones que la n?tre!

Si le Qu?bec ?tait ind?pendant, la question ne se poserait pas. Il suffirait d?instaurer un seul r?seau public d??ducation en fran?ais avec quelques exceptions pour les minorit?s anglaise et autochtones.

Mais la r?alit? ?tant ce qu?elle est, la Loi 101 au c?gep constituera un nouveau rempart contre l?assimilation qui nous guette et nous permettra, en attendant le Grand Soir, d?aspirer ? une existence un peu plus normale, ? l?image de celle des centaines d?autres nations de la Terre.

Il n?y a rien de mal ? ?duquer nos enfants dans notre langue et ? demander que ceux qui vivent sur notre territoire le fassent ?galement. C?est ainsi que cela fonctionne partout sur la plan?te. C?est commun, presque banal.

La r?action des anglophones et de leurs sbires anglomanes ne doit pas nous surprendre. Ce sont des gens qui se pr?tendent ouverts d?esprit parce qu?ils parlent la langue imp?riale mais qui ignorent tout des lois linguistiques de par le monde. Ils nous d?peignent comme des radicaux, ils parlent de ? police de la langue ?, mais ce n?est pas parce qu?ils ont raison de le faire, mais plut?t parce qu?ils esp?rent jouer sur notre s?culaire sentiment d?inf?riorit? de peuple ayant v?cu trop longtemps l??chine courb?.

Si toutes ces nations, ci-haut, ont ressenti le besoin de prot?ger leur langue commune, pourquoi le Qu?bec, qui n?est pas un pays et qui vit entour? d?une mer d?anglophones, ne pourrait pas ?galement le faire?

Cessons d?avoir peur de ce qu?en diront les incultes et appliquons la Loi 101 au r?seau coll?gial. Ouvrons-nous sur le monde en prot?geant notre langue et en joignant les centaines de peuples qui ont d?cid? d?enrichir l?humanit? de leur pr?sence en se donnant les moyens de survivre. Leur combat pour la diversit? linguistique est aussi le n?tre.

Oui, l?automne sera chaud. Mais pas autant que l?enfer du quotidien de l?ethnocide de nos descendants si nous n?agissons pas maintenant.

Louis Pr?fontaine

http://louisprefontaine.com/2010/08/18/loi-101-cegep-normal

  1. Les donn?es proviennent du site?Tr?sor de la langue fran?aise au Qu?bec, du D?partement de Langues, linguistique et traduction de l?Universit? Laval. [?]

A propos de

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (2)

L’analyse des milliers de photos ou de vidéos prises le 6 janvier est pleine d’enseignements. ...

One comment

  1. avatar

    La loi 101:

    « Le titre I de la loi, qui contient neuf chapitres, déclare le français langue officielle de la législation, de la justice, de l’administration, des organismes parapublics, du travail, du commerce et des affaires et de l’enseignement.

    Le chapitre II définit cinq droits linguistiques fondamentaux des Québécois :

    1.Le droit de chaque personne que toutes les branches du gouvernement, les ordres professionnels, les associations d’employés et les entreprises établis au Québec communiquent avec elle en français.
    2.Le droit de chaque personne de parler français dans les assemblées délibérantes.
    3.Le droit des travailleurs d’exercer leurs activités en français.
    4.Le droit des consommateurs d’être informés et servis en français.
    5.Le droit des personnes admissibles à l’enseignement au Québec de recevoir leur enseignement en français.

    Le Titre II traite de l’officialisation linguistique, de la toponymie et de la francisation de l’administration civile et des entreprises.

    Le Titre III établit l’Office québécois de la langue française, définit sa mission, ses pouvoirs et son organisation.

    Le Titre IV établit le Conseil supérieur de la langue française.

    Les Titres V et VI définissent les dispositions et les sanctions pénales de même que diverses dispositions transitoires. »

    La loi existe et doit être appliquée. Il faut cesser de la changer.

    « Conformément à cet encadrement constitutionnel, la Charte inclut plusieurs garanties quant à l’utilisation de langues autres que le français par les Québécois. Par exemple, la loi dispose que :

    Les lois sont publiées en version anglaise en plus de la version française, les deux textes étant reconnus officiels;
    Les personnes peuvent s’adresser aux tribunaux en anglais ;
    Les jugements rendus par les tribunaux sont disponibles dans la langue officielle ou en anglais sur demande d’une des parties ;
    La Charte de la langue française ne s’applique pas aux réserves indiennes. »

    « La réglementation de l’affichage publicitaire détourne parfois l’attention du public des autres parties tout aussi importantes de la loi, notamment celles qui régissent la langue de l’enseignement. Ces dernières dispositions ont eu un grand impact social en faisant en sorte que la très grande majorité des immigrants, jusqu’alors acculturés dans la langue anglaise, sont aujourd’hui scolarisés en français. »

    La loi est claire et précise. Il ne suffit que de l’appliquer.

    Et comme c’est une loi, la cour suprême ne peut pas dire que c’est un droit légitime mais illégal.

    Maintenant, il faudrait se mettre à l’enseigner proprement dans les Cegep. Cela aiderait un peu à défendre notre langue.

    André Lefebvre