Accueil / A C T U A L I T É / L’obscure clarté de François Fillon…

L’obscure clarté de François Fillon…

Le Canard enchaîné a révélé les faramineux salaires versés par François Fillon à son épouse grâce à l’enveloppe parlementaire (plus de 9 000 euros mensuels) que chaque député peut utiliser à sa guise sans aucun contrôle.
L’austérité imposée par François Fillon quand il était Premier ministre de Nicolas Sarkozy, l’austérité dans son programme, décidément c’est pour les autres, pas pour lui-même ni pour sa femme ni pour ses enfants…

On connaissait déjà sa vie de noble dans son château de Beaucé dans la Sarthe, près de Sablé. Une propriété de 14 hectares environ avec chapelle, colombier, cour, enclos, chenil, logement, vivier, jardin d’agrément, 14 chambres, 3 000 m² de bâtiments annexes et une ferme de 7 hectares. Et c’est une pratique plutôt étrange qui a lieu dans ce manoir, dévoilée dans l’émission web  » Arrêt sur Images « , confirmant une information du Canard enchaîné : les champs de la ferme sont exploités par un couple d’agriculteurs qui est dans l’obligation de reverser tous les ans le  » fermage  » aux époux Fillon, selon les propos de la sociologue Monique Pincot-Charlot (soit 218 kilos de viande fraîche servie chaque année et du blé). Une pratique qui n’est pas sans rappeler le Moyen-Age quand les manants payaient leur dû au seigneur du cru.

Aujourd’hui, l’enquête du Canard enchaîné révèle un autre aspect de la personnalité de François Fillon par rapport à l’argent. Son épouse, Pénélope Fillon, a touché des salaires compris entre 3 900 et 7 900 euros brut mensuels en tant qu’assistante parlementaire, notamment entre 1998 et 2002, versés par son mari quand il était député ou son suppléant par la suite. De plus, elle aurait touché, à l’été 2002, un double salaire pour son travail d’assistante de son époux – avec qui le contrat a pris fin le 21 août – puis de son suppléant, Marc Joulaud – qui l’a embauchée le 13 juillet.

Pire, son travail serait purement fictif comme l’affirme le journal satirique et comme le laisse entendre les propres déclarations de Pénélope dans une interview en mai 2007 au journal britannique Daily Télégraph, diffusée dans l’émission « Envoyé Spécial » le 2 février dernier.

D’autre part, Penelope Fillon aurait touché au total 45 000 euros d’indemnités de licenciement portant sur la période 1998-2002, payées en deux fois par l’Assemblée nationale : en août 2002 « 16 000 euros d’indemnités, soit l’équivalent de cinq mois de salaire ». Puis lorsque François Fillon a mis fin, en novembre 2013, au dernier contrat de son épouse, celle-ci a perçu « 29 000 euros de primes » pour dix-sept mois de travail rémunérés 65 839 euros net. Comme tout salarié, les assistants parlementaires ont droit aux indemnités de licenciement mais selon Le Canard enchaîné, « la législation ne prévoit pas un tel niveau (…) pour un collaborateur parlementaire ».

Autre gracieuseté : Madame a rédigé deux ou trois notes pour la Revue des deux mondes, soit une page et demie, pour la bagatelle de 100 000 euros versés par Marc Ladreit de Lacharrière, milliardaire et ami du couple. Selon le journal le Monde, la justice s’intéresserait aussi à une décoration attribuée grâce à François Fillon en 2010 à Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de la revue, qui a salarié deux ans plus tard Pénélope Fillon moyennant 5 000 euros brut par mois.

Selon le Parisien, le nombre d’heures durant lesquelles Penelope Fillon était censée travailler pour la Revue des deux mondes, pour un travail à temps plein, aurait été  » escamoté « . A partir du mois de juillet 2012, l’épouse de François Fillon a en effet cumulé deux emplois, l’un à la revue, et l’autre en tant qu’assistante parlementaire. Or, l’Assemblée autorise ses attachés parlementaires à cumuler deux emplois, mais dans une limite de temps : selon Le Parisien, ils ne pourraient pas travailler plus de 44 heures en moyenne par semaine, pour un total mensuel d’environ 190 heures. Avec cette limite, si elle travaillait à temps plein à la Revue des deux mondes, cela ne lui laissait plus beaucoup de temps pour travailler en tant qu’assistante parlementaire…

François Fillon n’a pas oublié ses enfants aussi. Elu sénateur de la Sarthe le 18 septembre 2005, sa fille Marie est embauchée dès le 1er octobre comme assistante pour quinze mois et 57 084 euros. Marie partie, son frère Charles prend immédiatement sa place le 1er janvier 2007 pour des appointements de 4 846 euros bruts mensuels jusqu’au 17 juin 2007, date de sa nomination comme Premier ministre.

Mais ces accusations d’enrichissement personnel avec les deniers de l’Etat n’ont rien de très étonnant quand on connaît sa gestion de l’argent public en tant que Premier ministre et plus éloquent encore son hostilité passée à la loi sur la transparence de la vie publique.

Le projet de loi sur la transparence de la vie publique

A la suite de l’affaire Cahuzac, François Hollande annonce le 10 avril 2013 un projet de loi sur la transparence de la vie publique. Qui s’est empressé d’aller sur les chaînes Télé pour critiquer ce projet ? François Fillon naturellement. Le député de Paris a expliqué au journal de 20 heures de France 2  » qu’il n’y a pas besoin de projet de loi (…) Je récuse l’idée que les hommes politiques soient tous corrompus ». Sur I Télé, il ajoutera : « Je suis scandalisé que le gouvernement parle de loi de moralisation. Comme si la vie politique était immorale. Moi, je n’ai rien à cacher. Je ne voterai pas ce texte parce qu’il n’a aucun intérêt. »

Cette loi de 2013 oblige en fait les parlementaires à inscrire sur leur déclaration de patrimoine l’identité de leurs collaborateurs et les activités professionnelles de leur conjoint. On comprend mieux ainsi après l’affaire Pénélope que François Fillon n’ait pas été chaud pour voter une telle disposition. Le 1er janvier 2014, la nouvelle « loi Cahuzac » entre en vigueur. Du coup, le 30 novembre 2013, juste avant la date fatidique, Pénélope présente sa démission à son mari…

Le triplement de la taille de son appartement de fonction aux frais du contribuable 

Premier ministre de 2007 à 2012, François Fillon était obnubilé par les déficits publics et les dépenses de l’Etat. Mais dans son édition du 3 juin 2009, le Canard Enchaîné a révélé qu’il avait agrandi son appartement de fonction pour loger son épouse et trois de ses enfants. De 78m² du temps de Raffarin, l’appartement est ainsi passé à 309 m² dont 213 m² pour la partie privative.

Le paiement des employés de Matignon par d’autres ministères 

L’ancien Premier ministre avait affirmé avoir baissé les dépenses de fonctionnement de Matignon. En réalité, les frais de personnels, dont les voyages, étaient assurés par d’autres administrations. Un certain sens de la transparence (Le Canard Enchaîné n°4623, 3 juin 2009). Au 1er janvier 2008, 40 des 62 membres de son cabinet étaient payés par des administrations extérieures. Leurs salaires n’entrent donc pas dans le budget de Matignon, que le Premier ministre se vantait pourtant d’avoir diminué.

François Fillon a présenté un  » budget de crise  » pour 2008 sauf qu’en réalité, le nombre de fonctionnaires dont le salaire est pris en charge par des institutions extérieures a augmenté. Au 1er juillet 2008, 49 des 70 membres du cabinet ne sont pas payés par le budget de Matignon (contre 40/62 six mois plus tôt). Même constat pour les fonctionnaires en service à l’Hôtel de Matignon : 230 étaient rémunérés par d’autres (contre 185 six mois plus tôt).

L’inauguration d’une nouvelle ligne TGV avec un jet

Pour l’inauguration officielle du TGV-Est, François Fillon s’est  déplacé en jet. Le Canard enchaîné, dans son édition du mercredi 13 juin 2007, révèle l’information. Le 9 juin 2007, le Premier ministre se rend à l’inauguration officielle du TGV-Est qui doit relier Paris à Strasbourg en 2h20. A l’heure du départ, à 7h36 à la gare de l’Est, les journalistes qui couvrent l’événement apprennent que le Premier ministre est déjà monté dans la voiture 11 du TGV pour travailler mais qu’il rejoindra les journalistes à l’arrivée du train.

Le convoi officiel arrive finalement avec 26 minutes de retard, tout simplement parce que le TGV a fait un arrêt imprévu en gare de Nancy-Metz, le temps qu’il a fallu pour faire monter dans le TGV François Fillon. Ce dernier n’était en réalité pas du tout dans la voiture 11 du train mais avait préféré faire l’essentiel du parcours à bord d’un jet, un Falcon. La supercherie est alors divulguée à la presse par la SNCF.

Les week-end dans la Sarthe en Falcon 7X

C’est le magazine Capital du mois de décembre 2011 qui avait sorti l’information :  » chaque week-end du Premier ministre dans son château de Solesmes revient à 30 000 euros pour le contribuable « . Comment expliquer un tel coût en pleine crise économique ? Selon le magazine, François Fillon utilisait un Falcon 7X pour parcourir les 230 kilomètres qui séparent Matignon et son domicile dans la Sarthe.

Une heure de vol à bord d’un Falcon revient à environ 7 800 euros, sans compter le cortège de voitures officielles qui attendait le Premier ministre à sa descente. « Les retours au bercail du chef du gouvernement coûtent 1,3 million d’euros par an alors qu’il irait plus vite en prenant le train « , dénonçait Capital.

Le Noël chez Moubarak avec un Falcon 900 aux frais des contribuables

En décembre 2010, François Fillon passe le réveillon en Egypte, chez le dictateur Moubarak. Pour y aller, il fait le voyage à bord d’un Falcon 900 dont l’heure de vol est facturée 9 400 euros. Comme en mai 2009, Matignon avait indiqué que le Premier ministre avait remboursé son billet au tarif d’un vol commercial, sans dire que l’Etat avait pris en charge  » le prix du stationnement sur le tarmac d’Assouan, plus l’entretien et le séjour de tout l’équipage. Car l’avion est resté immobilisé pendant dix jours, et tout ce petit monde, remarqué par d’autres visiteurs pour sa bonne humeur, était logé non loin de la famille Fillon, à l’hôtel cinq étoiles Pyramisa « , indiquait le Canard enchaîné.

Le week-end à Marrakech avec un Falcon 50 aux frais de l’Etat

En mai 2009, François Fillon part en week-end privé à Marrakech avec un Falcon 50. Au Canard enchaîné, ses conseillers justifient l’utilisation de cet avion en expliquant qu’en tant que Premier ministre, il pouvait être susceptible de rentrer en France à tout moment. Matignon avait précisé que Fillon et ses proches allaient rembourser leur billet au tarif d’un vol commercial. Au regard du tarif de l’heure de vol en Falcon 50 ou de son immobilisation sur un aéroport, l’Etec (l’escadron gouvernemental) facture l’heure 2 601 euros. Soit, pour un week-end de trois jours : 182 272 euros. Aucune preuve du paiement du billet d’avion par l’ex-Premier ministre n’a de toute façon été publiée.

La mission pour Axa de mi-2012 à mi-2014

Reste enfin l’assureur Axa, dirigé jusqu’en 2016 par Henri de Castries, un autre ami de très longue date de François Fillon, qui a été présenté comme l’inspirateur du projet de réforme controversé sur la Sécurité sociale auquel l’ancien Premier ministre a été contraint de renoncer. Une mise en lumière qui a finalement poussé Henri de Castries à afficher publiquement son soutien au candidat de la droite dans une interview au Figaro publiée le 17 janvier. L’ex-PdG d’Axa a fait travailler François Fillon, rémunéré pour une mission de conseil qui s’est étalée de mi-2012 à mi-2014. Il a notamment travaillé sur les négociations en cours à l’époque sur la directive européenne Solvabilité 2, entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Le site internet de BFM Business indique que François Fillon aurait perçu à ce titre une rémunération de près de 200 000 euros.

Mais il ne sert à rien de se scandaliser sans suite car tout cela est légal. Ce sont surtout les institutions qui doivent être changées pour y inclure enfin des mécanismes de contrôle et de surveillance, notamment l’interdiction pour les députés et sénateurs d’embaucher des membres de leur famille ou la mise à leur disposition d’au moins un attaché parlementaire payé directement par le parlement avec un salaire de base identique pour tous les collaborateurs.

Le parlement européen a déjà interdit l’embauche par les députés de tout membre de leur entourage familial. Le Bundestag allemand  l’a fait également depuis de nombreuses années. Mais François Fillon précise :  » Je considère qu’il n’y a pas besoin de projet de loi, je récuse l’idée que tous les hommes politiques soient corrompus « .

Sans dire que tous les hommes politiques sont corrompus, il n’en demeure pas moins que l’exercice du pouvoir les entraîne souvent vers des excès et des abus. En la circonstance, on peut regretter qu’ils ne soient pas plus contrôlés, que leur intégrité ne soit pas vérifié, que leurs abus ne soient pas punis et condamnés car, le plus souvent, ils arrivent à se soustraire à la justice…

 

Source:  Albert Ricchi

 

Commentaires

commentaires

A propos de Albert Ricchi

avatar
Journaliste citoyen, mon blog est consacré à la politique, la démocratie, l'économie, l'environnement ainsi qu'à plusieurs réformes essentielles à entreprendre aujourd'hui afin de réconcilier les citoyens avec la République et la justice sociale.

Check Also

Mais où sont les faillites d’antan ?

Adam Smith l’avait noté: les Etats ne remboursent jamais leurs dettes. A la faveur de ...