Accueil / GOUVERNEMENT / Armée / L’Italie va prolonger l’utilisation de Pantelleria pour les vols espions US sur la Tunisie

L’Italie va prolonger l’utilisation de Pantelleria pour les vols espions US sur la Tunisie

Le gouvernement italien va autoriser l’utilisation de l’aéroport de Pantelleria pour les opérations de renseignement des forces US dans le ciel de la Tunisie au moins jusqu’à la fin de 2015, même sans un accord formel entre les autorités de Tunis et de Washington ou que le Parlement italien ait été entendu au préalable sur la légitimité et la pertinence des activités militaires US en Afrique du Nord.

Pantellaria_base

Telle est la réponse apportée par le ministère italien de la Défense à deux questions du Mouvement 5 Étoiles -M5S** – (la première du sénateur Vincenzo Santangelo, la deuxième du député Gianluca Rizzo), posées en avril dernier après que certaines enquêtes journalistiques* avaient révélé  qu’un bimoteur Super King Air 300 avait décollé de Pantelleria pour des opérations top secret de surveillance et de détection sur les zones difficiles d’accès du Djebel Chaambi, du Djebel Salloum et Foussena, à la frontière avec l’Algérie, où, depuis un bon moment, étaient (et sont) en cours de violents combats entre les forces armées tunisiennes et des groupes rebelles d’inspiration islamiste radicale. L’appareil, immatriculé sous le numéro N351DY, s’était avéré appartenir à l’Aircraft Logistics Group LLC, une société du groupe financier Acorn Growth Companies (AGC) d’Oklahoma City, actif dans le domaine de l’aéronautique civile et militaire et dont le vice-président est l’ancien général Peter J. Hennessey, anciennement en charge de toute la logistique de l’US Air Force au cours de l’opération «Enduring Freedom» en Afghanistan.

Capture de l’enregistrement du vol du 26 mars 2015 du ‘Beechcraft B300 Super King Air’ immatriculé N351DY. Source : Flightradar24.com

Répondant à M5S, le sous-secrétaire à la Défense Domenico Rossi a expliqué que «le Bureau de Coopération de Défense (ODC) de l’ambassade US à Rome a demandé à l’état-major de la Défense l’autorisation de redéploiement temporaire sur la base aérienne de Pantelleria d’un véhicule civil (identifié comme King Air BE-350, non armé et géré par une société privée pour le compte du commandement US pour l’Afrique, appelé AFRICOM), afin de permettre l’exécution des missions de reconnaissance et de surveillance  en Afrique du Nord ( au sujet desquels nous ne sommes pas au courant d’accords spécifiques entre la Tunisie et les USA). » « Après les études de faisabilité pertinentes »,- a ajouté Rossi,  » l’état-major de la Défense, une fois obtenu le feu vert politique en octobre 2014, a alors accordé une autorisation temporaire (jusqu’au 31 mai 2015), même si le Bureau de Coopération de Défense  a fait une demande de prolongation jusqu’à la fin de l’année, qui est en cours d’évaluation « . Toujours selon le sous-secrétaire à la Défense, l’activité de vol serait limitée à une « unique sortie quotidienne  » et n’aurait aucune « priorité par rapport au trafic aérien civil de l’aéroport de Pantelleria. » Un « appui technique et logistique limité » au redéploiement de l’avion espion US a été fourni par l’armée de l’air italienne, sur la base d’un accord technique idoine, appelé Contingency Technical Arrangement.   « Nous ne trouvons pas la réponse du ministère de la Défense satisfaisante « , a déclaré le parlementaire Gianluca Rizzo. « Après avoir vu les avions traversant le ciel et un groupe de soldats US arriver sur l’île, la population de Pantelleria a exprimé sa préoccupation à la fois pour sa propre sécurité et pour le manque d’information sur ce qui se passait», dit Rizzo. « Nous restons perplexes sur la référence du gouvernement aux accords qui régiraient les essais de l’avion US, il nous semble absurde que l’utilisation d’un aéroport italien ait été accordée sans être au courant des détails d’un éventuel accord entre les USA et la Tunisie ».

En vérité, avec la réponse officielle du gouvernement italien, il y a maintenant au moins quatre versions officielles (toutes différentes), entre Rome, Tunis et Washington, sur les opérations de renseignement US dans l’une des zones les plus conflictuelles de toute l’Afrique du Nord.  » Le survol par l’avion [US] de l’espace aérien tunisien au niveau de la région de Kasserine était une mission de surveillance menée dans le cadre de la coopération militaire et d’intelligence avec l’Union européenne dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, » avait dit à la veille de Pâques le ministre tunisien des Affaires étrangères Taïeb Baccouche. En revanche, Benjamin Benson, officier de presse de l’US Africom, avait déclaré que les opérations US dans l’espace aérien tunisien « sont menées avec l’autorisation du gouvernement national », dans le cadre des « efforts multinationaux pour stabiliser la région et la lutte contre le terrorisme et la piraterie « . Le Chef du bureau d’informations publiques de l’État- major de l’armée de l’air italienne, le Colonel Urbano Floreani avait aussi parlé d’accords bilatéraux « concernant exclusivement les États-Unis et le gouvernement tunisien ». « Les États-Unis nous ont expliqué que les autorités tunisiennes sont intéressés par cette nouvelle ressource aérienne, qui peut et pourra être utilisée pour la surveillance et la collecte de données sensibles et la Tunisie serait intéressée à son achat éventuel »,  avait ajouté l’officier. « L’avion US est en train d’exécuter des vols de test sur la Tunisie avec l’appui logistique de la composante de la marine US basée à Sigonella. Le choix de Pantelleria a été motivé parce qu’elle est plus commode – en termes de temps passé en vol – que Sigonella, plus éloignée de la Tunisie, et les caractéristiques spécifiques de l’aéroport (ses pistes sont plus courtes), qui offre la possibilité d’ effectuer  des atterrissages et des décollages plus semblables à ceux qui pourraient éventuellement être faits en Tunisie « .

Construit  à la veille du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, l’aéroport de Pantelleria est classé comme un aéroport militaire « ouvert au trafic civil » et est destiné à jouer le rôle de base opérationnelle  de déploiement (DOB),  en cas de crise ou d’exercices, tant dans un cadre militaire national que  de l’OTAN. Actuellement, il héberge un détachement de l’Armée de l’Air, dépendant de la 37ème Escouade  de Trapani-Birgi, qui fournit un support aux activités des chasseurs militaires et de recherche et sauvetage SAR. Le détachement a été inséré dans le programme de rationalisation des structures organisationnelles de la défense, qui a été approuvé par le gouvernement le 14 novembre 2012.

 Pantelleria

Plus précisément, le plan prévoyait la suppression à court terme de la base aérienne de Pantelleria  et l’engagement d’un processus pour changer le statut de l’aéroport, de militaire à civil. « Toutefois, à la lumière du contexte d’instabilité croissante dans les pays d’Afrique du Nord, qui a profondément modifié le cadre géostratégique de la Méditerranée centrale, les Forces armées ont pris note de l’intérêt stratégique renouvelé que le petit détachement aéroportuaire revêt du point de vue opérationnel « , déclarait en septembre 2013 le ministre Mario Mauro, répondant à une question Mouvement 5 Etoiles. « Ces aspects ont donné lieu à une réévaluation de la mesure de suppression, résultant dans le choix de mettre en œuvre une simple réorganisation orientée vers le maintien des fonctions  strictement nécessaires pour l’utilisation stratégique du détachement ». En réalité, la projection offensive de l’île a été renforcée : récemment, de fait, les deux pistes ont été rallongées et le méga-hangar « Nervi », creusé sous une colline en bordure de l’aéroport, a été modernisé : il peut accueillir jusqu’à cinquante avions de combat.

NdT

 *Lire Avion N351DY : Quand la défense américaine “assiste” la Tunisie

** Le Mouvement 5 étoiles (en italien, Movimento 5 Stelle ou Cinque Stelle, M5S) est un mouvement politique fondé à Gênes le 4 octobre 2009 par le comique Beppe Grillo et Gianroberto Casaleggio. Il a fait une percée aux élections législatives de 2013, avec 163 élus. Les 5 étoiles représentent : l’eau publique, les transports « durables », le développement, la connectivité et l’environnement. Le V rouge de son logo représente à la fois le « V » de la victoire et le début de « vaffanculo »(« va te faire foutre »).

Antonio Mazzeo

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Commentaires

commentaires

A propos de Tlaxcala

avatar

Check Also

Haïti: cauchemars et espoirs

« La terre n’est que la cendre des morts pétrie des larmes des vivants. » (Chateaubriand, 1848). ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Le Mouvement 5 étoiles (en italien, Movimento 5 Stelle ou Cinque Stelle, M5S) est un mouvement politique fondé à Gênes le 4 octobre 2009 par le comique Beppe Grillo et Gianroberto Casaleggio.

    Grillo est un escroc. C’est le Dieudonné italien.

    http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/21/beppe-grillo-pale-copie-de-marine-le-pen

    il est raciste et anti-immigré

    Et pendant ce temps-là, les embarcations de fortune coulent. Quatre cents morts sur la table des prochaines élections ! Il y a quelques jours, le présentateur d’une émission radiophonique tristement célèbre a dit que les noyés connaissaient parfaitement les risques qu’ils encouraient. Y compris les enfants ? Et les femmes enceintes ? Et les personnes âgées ? Et ceux qui seraient de toute façon morts de faim en Erythrée, en Somalie, en Syrie, en Libye ? Tous conscients du danger et responsables de leur mort, comme le veut l’ignoble idéologie individualiste qui nous gouverne.

    Et voilà que la seule proposition qui semble faire l’unanimité est celle d’intensifier les patrouilles [en mer Méditerranée]. Super ! Comme ça, les malheureux pourront mourir de soif dans le désert plutôt qu’en mer. Et on imagine déjà les services secrets européens négocier diligemment avec les bandes armées libyennes des centres de détention bien loin des côtes, surveillées elles par la marine de la moitié des pays du globe. Il n’y en a pas un en Europe, je dis bien pas un, qui s’efforce de trouver une alternative aux patrouilles, à la détention et aux fils barbelés.

    Alors dans ce paysage, je l’avoue, la prise de position de Grillo m’est apparue comme une brise d’air frais. Car finalement, elle fait la lumière sur un mouvement non seulement codirigé par un comique et son gourou, mais aussi structurellement populiste. La question de l’immigration et celle des prisons sont les révélateurs de l’identité du M5S. Peu importe que nombre de gens de gauche y adhèrent en toute bonne foi, car « nous sommes tous égaux », à condition d’être blanc, de nationalité italienne et d’avoir un casier judiciaire vierge. Les autres ne valent et ne sont rien.