Accueil / A C T U A L I T É / L’interventionnisme d?mocratique

L’interventionnisme d?mocratique

German-Foreign-Policy.com

Le professeur de droit Reinhard Merkel adresse de s?v?res reproches ? la politique occidentale en Syrie En apportant son soutien aux rebelles l’Occident a, estime-t-il, ? commis une lourde faute ? – non pas que l’aide occidentale ait ?trop tard? ?, mais parce que l’on a ? permis, facilit?, particip? ? une guerre civile meurtri?re.? Le Professeur Merkel estime qu’une strat?gie visant ? l’h?g?monie entre pour beaucoup dans les motivations de cette politique?; on a de plus voulu ignorer que la Syrie ?tait pr?cis?ment un ? cas d’?cole ? en fait de pays totalement d?pourvus des pr?suppos?s n?cessaires ? un changement de r?gime. Le r?sultat actuel?? d?j? plus de 100?000 victimes ayant ? pay? de leur vie cette posture pr?tendument morale ?. Tandis que Berlin continue ? pr?tendre qu’il faut renverser Assad pour des raisons humanitaires, elle refuse obstin?ment l’asile aux r?fugi?s syriens. D?s la fin juillet, des organisations humanitaires ont fait savoir que par exemple l’ambassade d’Allemagne ? Beyrouth n’acceptait pratiquement plus les demandes de regroupement familial hors des zones de guerre. L’attitude n?gative de Berlin a parfois conduit ? des gestes de d?sespoir.

On a encourag? et arm? les rebelles

Reinhard Merkel, professeur de droit p?nal et de philosophie du droit ? l’universit? de Hambourg, adresse de s?v?res reproches ? la politique occidentale en Syrie. ? L’Occident ?, ?crit-il, a ? commis, en Syrie, une lourde faute ?. Non pas, comme on le dit souvent, que ? le soutien occidental ? la r?bellion ? ait ?trop tard? ?, mais ? au contraire ? parce que l’on a ? permis, facilit?, particip? ? une guerre civile meurtri?re.? Le comportement des ?tats occidentaux en Syrie est selon lui ? une variante de ce que l’on nomme, depuis l’invasion de l’Irak il y a dix ans, ‘l’interventionnisme d?mocratique’?: un changement de r?gime par des moyens militaires.? En Syrie nous les apparences sont plus ? anodines ? car l’on confie ? ? l’opposition int?rieure le soin de renverser le r?gime ? en se contentant de fournir ? celle-ci des armes – et bien s?r aussi de l’encourager. Or de fait il s’agit l? de la forme la plus abominable de l’interventionnisme – non seulement ? parce qu’elle remet ? d’autres non seulement la charge de tuer, mais le risque de se faire tuer ?, mais surtout parce qu’elle ? contribue ? d?cha?ner la pire de toutes les guerres?: la guerre civile. ?? ce jour, rappelle Merkel, plus de cent mille ?tres humains ? ont pay? de leur vie cette posture pr?tendument morale. ? Et il y en aura selon lui ? beaucoup d’autres. ? (1)

Une politique contraire au droit international

Merkel consid?re que le r?gime d’Assad et une ? sombre tyrannie ? -il ne laisse aucun doute ? ce sujet. Une tyrannie certes moins noire que celle de maints ?tats du Golfe qui ont ? brusquement d?couvert leur enthousiasme ? pour ? un changement d?mocratique (..) en Syrie ? mais ? bien assez noire pour justifier toute esp?ce de r?sistance civile. ? Toutefois Merkel estime que ? d?cha?ner en Syrie une guerre civile qui a fait cent mille morts ? n’est – quoi qu’on puisse lui objecter par aileurs – ? s?rement pas ? l?gitime. Merkel se montre particuli?rement s?v?re envers l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, qui, pour des raisons ? qui n’ont rien de moral ? mais sont ? des motifs de nature strat?gique en relation avec l’Iran ?, ont livr? des armes aux rebelles, ouvrant ainsi la porte ? la guerre civile. Mais, ajoute-t-il, il faudrait aussi ? parler du soutien sinistre, masqu? et pourtant ?vident ? que l’Occident a fourni ? ? la politique de ceux qui s’immiscent directement dans le conflit en violation du droit international ? Merkel concentre ses critiques les plus dures sur les USA, la Grande-Bretagne et la France?; mais elles concernent aussi l’Allemagne, qui a elle aussi attis? la guerre en Syrie par les moyens les plus divers. On songe aux nombreux accords en relation avec la guerre que la RFA a conclus avec des repr?sentants de l’Arabie saoudite, du Qatar et de la Turquie, et aussi au soutien directement apport? aux rebelles syriens (voir german-foreign-policy.com)

Aucune chance de succ?s

? Tout ceci est d?sesp?rant ?, commente Reinhard Merkel, ? et le sera de plus en plus?, si l’on songe aux chances de succ?s qu’a effectivement ? un interventionnisme d?mocratique, (…-) comme celui que l’on pratique en Syrie en encourageant et armant une guerre civile provoqu?e par des agents ext?rieurs. ? Selon lui, des investigations concernant des ? tentatives de renversement externes ? montrent que la ? puissance des intervenants ? ou ? l’?tendue des moyens employ?s ? compte moins que ? certains pr?suppos?s ? l’int?rieur de l’?tat vis? lui-m?me ? – par exemple une ? relative homog?n?it? ? de la population ou ?le bien-?tre ?conomique de la majorit? ? qui sont bien loin d’exister en Syrie. Ce pays est plut?t ? un cas d’?cole pour l’?chec de toute forme d’interventionnisme d?mocratique ?, d’autant plus que la population est compl?tement r?duite en miettes par la guerre civile. Or, pour ?tre l?gitime, un soul?vement arm? doit avoir des chances de succ?s ? peu pr?s raisonnables ? et ? tout ce qu’on peut dire aujourd’hui de la Syrie indique que ce n’est ni n’a jamais ?t? le cas. ? Merkel termine par cette mise en garde?: ? Je ne crois pas que les historiens ? venir pourront ?pargner ? l’Occident le reproche de complicit?. ?

Une politique de la porte ferm?e

Pendant que Berlin continue ? soutenir les rebelles, la RFA refuse obstin?ment l’asile en Allemagne aux r?fugi?s syriens. D?but 2012 des r?fugi?s syriens avaient ?t? refoul?s hors d’Allemagne, en mars 2012 les instances allemandes comp?tentes avaient refus? d’interdire le refoulement des Syriens sur tout le territoire allemand?; ce n’est qu’en avril 2012 qu’on ?tait revenu l?-dessus, sous la pression des organisations humanitaires. (4) ? la fin de juillet 2013, on a eu connaissance de plusieurs plaintes ?manant d’organisations de secours et faisant ?tat d’entraves ?videntes au regroupement familial de Syriens vivant dans les zones en guerre. Il ?tait de fait impossible, pour les proches de Syriens ayant obtenu l’asile en RFA, de se voir fixer une date pour d?poser une demande de visas d’entr?e au titre du regroupement familial aupr?s de l’ambassade allemande ? Beyrouth, charg?e de ce probl?me?; la raison officielle ?tait que les rendez-vous de l’ambassade ?taient complets pour les prochains mois. De plus, non seulement les demandes devaient ?tre accompagn?es de nombreux documents, depuis l’extrait de naissance jusqu’au certificat de mariage, mais l’authenticit? de ceux-ci devait ?tre garantie par le Minist?re syrien de l’Int?rieur. Pour des raisons ?videntes, beaucoup de r?fugi?s n’?taient pas ? m?me de remplir ces conditions.(5) Il ne leur restait plus qu’? briguer l’une des 5000 places mises par la RFA ? dispositions des r?fugi?s de guerre syriens. Toutefois il y a davantage de personnes contraintes chaque jour de prendre la fuite en Syrie?: on en est ? plus de deux millions de d?plac?s. Les organisations d’aide aux r?fugi?s r?clament en vain ? qu’on ouvre la porte aux pers?cut?s ?(6)

Le ? probl?me des demandeurs d’asile? en Allemagne

Pendant que la presse d?plore, s’agissant des r?fugi?s syriens, ? le nouveau probl?me de l’Allemagne avec les demandeurs d’asile ?(7), on assiste aux premiers gestes de d?sespoir. Des r?fugi?s ont d?j? entam? ? Munich une gr?ve de la faim pour protester contre le refus de la RFA de leur accorder un asile?; on trouve parmi eux des Syriens. En d?but de semaine un Syrien a escalad? une grue haute de 25 m?tres et menac? de se jeter dans le vide si l’on refusait ? sa famille le droit de le rejoindre. L’homme a ?t? ma?tris? par un commando sp?cial de la police et intern? en psychiatrie?; il doit maintenant passer au tribunal. L’office f?d?ral des r?fugi?s et migrations confirme lui-m?me qu’en d?pit la guerre civile en Syrie elle-m?me, seuls 20% des demandeurs d’asile syrien pourront obtenir satisfaction.Les autres ont seulement re?u l’assurance qu’ils ne seraient pas expuls?s, ce qui exclut la possibilit? d’un regroupement familial.

Davantage au sujet de la politique syrienne de l’Allemagne sous

Marktwirtschaft f?r Syrien?,?Die jemenitische L?sung?,?Schmuggelkontrolleure?,?Nach vierzig ruhigen Jahren?,?The Day After?,?The Day After (II)?,?Verdeckte Kriegspartei?,?The Day After (III)?,?The Day After (IV)?,?Im Rebellengebiet?,?Die Islamisierung der Rebellion?,Flugabwehr f?r die Exilf?hrung?,?Ein Stellvertreterkrieg?,?Auf dem Weg in den n?chsten Krieg?,?Im Rebellengebiet (II)?,?Im Rebellengebiet (III)?,?Br?cke in die islamische Welt?,Das Ende k?nstlicher Grenzen?,?Im Rebellengebiet (IV)?,?Deutsche Kriegsbeihilfe?etReligion und Interesse?.

Notes

(1) Cette citation et les suivantes sont tir?es de l’article de Reinhard Merkel?:?Der Westen ist schuldig?(l’Occident est coupable-, FAZ du 02/08 2013

(2) voir ? ce sujet?Im B?ndnis mit der Diktatur,?Verdeckte Kriegspartei,?Im Rebellengebiet (II)?et?Im Rebellengebiet (IV)

(3) voir ? ce sujet?Deutsche Kriegsbeihilfe

(4) voir ? ce sujet?Irans Achillesferse?et?Im Hungerstreik

(5)) Syrische Fl?chtlinge scheitern an deutscher B?rokratie; (Des r?fugi?s syriens impuissants face ? la bureaucratie);?www.zeit.de 25.07.2013

(6) Wir brauchen offene T?ren f?r Verfolgte (Ouvrons nos portes aux pers?cut?s)www.proasyl.de

(7) Deutschland hat ein neues Asylbewerber-Problem (L’Allemagne a un nouveau probl?me avec les demandeurs d’asile); www.welt.de 22.07.2013

tlaxcala-int.org

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Immorales

Nous savons toujours quand nous vivons un moment qui concentre tous les autres en une ...