Accueil / A C T U A L I T É / L’inquiétante madame HO

L’inquiétante madame HO

C’est incroyable, parfois, ce que nous apprend l’actualité. Sur la duplicité de certains, notamment. Au hasard de cette actualité, je suis tombé sur ce qu’on pourrait appeler un fait divers. Quelques temps de recherche plus tard, j’en étais déjà à une incroyable histoire que je vais m’empresser de vous raconter, tant elle est surprenante et complètement loufoque à la fois. Ou tragique avec un pan ignoré à ce jour… Au départ, je n’y avais vu, comme la presse traditionnelle a pu le faire, une simple escroquerie, certes de taille conséquente (plus d’un million d’euros escroqués à la Sécurité Sociale), mais en quelques heures, j’ai découvert que c’est bien plus grave que cela… car cela met en cause la santé d’enfants africains. Et pour l’instant, ce volet gravissime a échappé aux journalistes d’investigation, semble-t-il.

pharma1Commençons d’abord par ce qui m’a fait démarrer cette enquête. C’est une annonce somme toute anodine, celle donnée par France TV Info, média tout ce qu’il y a de plus officiel, et reprise en fait déjà du Parisien. On y apprenait qu’une pharmacienne parisienne escroquait depuis plusieurs années l’Etat et la Sécurité Sociale, ce qui avait déclenché en 2013 l’ouverture d’une enquête à son sujet. « Comment procédait-elle ? L’une de ses techniques était d’une simplicité déconcertante : elle rajoutait le nom d’un médicament très cher sur l’ordonnance d’un médecin. Elle rédigeait également de fausses ordonnances au nom d’une dizaine de médecins généralistes et spécialistes de la région. Au total, le préjudice pour les CPAM de Paris, de Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine s’élève à 1,4 million d’euros ». Un joli record en très peu de temps : la pharmacie concernée avait été reprise en février 2012 seulement. « La CPAM avait tiqué en effet, car elle s’était aperçue qu’un groupe de quatre clients réguliers présentait à lui seul 340 000 euros de frais médicaux en l’espace de quelques semaines », ce qui peut sembler en effet un peu beaucoup aux yeux de l’administration, à moins d’acheter le dentifrice par palettes, ou le sirop pour la toux en fûts. Ou de parachuter les pastilles Valda par Airbus A400M Grizzly, qui sait. L’enquête, plutôt rondement menée,  à abouti à un procès, et une condamnation survenue récemment (le temps de faire tous les papiers, on le suppose, c’est le problème des administrations) à une condamnation bien sentie de trois années de prison, dont la moitié avec sursis. La dame, plus que légère, ne s’était même pas déplacée pour l’annonce du verdict ! Ça c’est donc la première découverte. Mais le Parisien en ajoute une couche et précise : « son  culot ne s’arrête pas là. Pour gonfler les montants de ses remboursements, Marie-Christiane Ho rédige elle-même de fausses ordonnances au nom de médecins bien réels. La dermatologue d’un célèbre hôpital parisien en fait les frais, voyant son nom accolé à une prescription bidon pour des molécules contre le cancer du poumon et l’hépatite C. « Elle se servait de l’entête d’ordonnances authentiques pour fabriquer des faux, prescrivant elle-même des traitements lourds allant jusqu’à 5 300 € la boîte », poursuit cette source ». Absolument sidérant ! « Placée deux fois en garde à vue, Marie-Christiane Ho ne flanche pas. Elle nie toute infraction, mettant les possibles « erreurs » de prescription sur le dos de ses patients. Une analyse graphologique confirme pourtant que les rajouts manuscrits sont de sa main, tandis que des ordonnances vierges sont découvertes dans son logement de Boulogne-Billancourt, un appartement dont le loyer s’élève à 4 000 € mensuels ». Elle réside en effet juste en face du Parc de Billancourt, juste derrière la Seine !!! Le tarif à l’achat y est de 6000 euros le M2 !

plomeLa seconde découverte encore plus surprenante, avait eu lieu pendant l’enquête : « à la surprise générale, la CPAM a en effet découvert que la prétendue pharmacienne exerçait depuis toujours sans aucun diplôme. Ou plutôt, avait produit un faux manifeste pour exercer. Ce qui lui vaut une seconde condamnation, pour « usurpation de titre, faux et usage de faux ». Ça c’est donc le second round. On a eu affaire à une menteuse… professionnelle !  « Une imposture rarissime, objet d’une information judiciaire distincte ouverte en octobre dernier au pôle santé du tribunal de Paris » précise le Parisien. « La copie de son diplôme transmise à l’ordre des pharmaciens mentionnait qu’il avait été délivré en 1998 par l’université Paris-V. Mais la faculté n’a jamais entendu parler d’elle. En réalité, ce document était lui aussi un faux, particulièrement habile, car en tout point similaire à un diplôme authentique », relève un proche de l’affaire ».  A côté les passeports de Daech paraissent des photocopies, en quelque sorte : trop fort. La dame avait manifestement triché ! Et pas qu’un peu ! Sur Linked’In, son CV est en effet un sommet. On découvre un visage bien différent de son visage habituel et une liste de prétentions assez ahurissantes, le sommet étant en 1998, d’avoir rédigé une « Thése en Cancérologie Chimiothérapie au Centre René Huguenin – St Cloud ». où elle est totalement inconnue au bataillon.  Elle qui prétend aujourd’hui avoir 41 ans l’aurait donc rédigée à… 24 ans. Fortiche, non ? La justice aussi avait répondu fort : il faut dire que Mme HO, alors que le tribunal lui avait interdit sur le champ d’exercer, dès l’annonce du verdict, avait continué à tenir sa boutique comme si de rien n’était !

pharmava insecMais il y en a d’autres, car on a affaire à un phénomène, en fait. Et un sacré ! Le troisième épisode, c’est de s’apercevoir (après coup) que la dame avait déjà fait la une de journaux, pour d’autres affaires. Son nom me disait bien quelque chose en effet. Celles d’agressions violentes de clients, dont elle avait été victime, ce qui lui avait valu de poser devant sa pharmacie de Belleville où elle exerçait. Etrangement, l’article était paru bien en évidence chez Valeurs Actuelles, puis avait fait son chemin chez FdeSouche, pour arriver chez islamisme.fr. A l’époque où je m’intéressais aux manipulations de l’extrême droite comme les vidéos de violences dans les bus, ou autres marronniers des extrémistes, j’avais en effet croisé son nom (madame HO), qui était il est vrai facile à retenir (à ne pas confondre avec de l’holmium ou une échelle de trains miniatures !). L’un des extraits du texte racontait son martyr journalier :  « Marie-Christiane Ho (c’est son nom en effet) est une femme coquette et débordante d’énergie. En février 2012, elle a repris la pharmacie de l’Orillon, dans le XIe arrondissement de Paris. Un quartier populaire où se mêlent les communautés asiatique, maghrébine, africaine… Face à son commerce, une antenne de la police. Dans la rue, des hommes en djellaba, des femmes voilées, des trentenaires à l’allure dynamique. Mme Ho avait été séduite par ce quartier qu’elle trouvait familial. « Il y a une école primaire pas loin. On voit les enfants passer après la sortie des cours. » Elle n’avait aucune idée de « l’enfer » qu’elle allait vivre : cinq agressions en dix-huit mois, des menaces, des insultes, des coups de feu… Elle s’est fait des ennemis dès son arrivée. Certains clients avaient pris l’habitude de se servir à crédit, sans jamais rembourser, ou de faire modifier leurs prescriptions médicales (aujourd’hui on peut sourire à la phrase « faire modifier leurs prescriptions médicales« ). « Ils n’apprécient pas la fermeté de la nouvelle pharmacienne. « Certaines personnes, qui ont la CMU, se croient tout permis, raconte une employée. Ils exigent de prendre des crèmes gratuitement, du dentifrice… Tout leur est dû, ils ne veulent rien payer ! Et à la baguette, encore ! Comment voulez-vous qu’ils comprennent ? ils parlent à peine français. » Mme Ho renchérit : « C’est le règne du caprice ! Comme des enfants, il faut tout leur céder ! ». Voilà qui sentait bon le racisme façon Valeurs Actuelles qui avait même réussi à glisser dedans l’inactivité de la police, avec la phrase discrètement amenée du « face à son commerce, une antenne de la police ». Censée ne rien faire, bien sûr, chez Valeurs Actuelles, plus a droite encore que… Minute. La prochaine fois, peut-être que Valeurs Actuelles fera un peu plus attention à ses sources, qui sait ?

agressionLa pharmacienne ne mentait pas, en fait : elle s’était bien faite violemment agresser dans son local, ce qu’une vidéo de surveillance apportée à la police par ses soins avait montré. On peut la visionner, cette vidéo, sur « videosdepolice.com » (du moins on pouvait auparavant), site dont je ne soupçonnais même pas l’existence avant le début de cette enquête… (je l’avais trouvée sur Le Parisien). Elle même y écrit : « le début de ses ennuis remonte au mois de février 2012, lorsqu’elle a repris la pharmacie de l’Orillon. « Très vite, plusieurs personnes sont venues me trouver pour m’expliquer qu’il fallait que je leur donne gratuitement des médicaments ou des produits de beauté, confie-t-elle. Parfois, ces clients me présentaient aussi des ordonnances en me disant qu’ils voulaient d’autres médicaments que ceux notés sur la prescription. J’ai refusé. » Connaissant ce que l’on sait aujourd’hui, cela paraît sinon savoureux, ou du moins fort étrange. Le texte continuait ainsi  : « mais la situation dégénère réellement, le 9 août. Ce jour-là, la pharmacienne, affairée sur diverses factures, voit débouler dans son officine un homme qui se présente comme « le boss du quartier ». Ce dernier, accompagné d’un complice, lui explique qu’il vient la trouver parce qu’elle a déposé plainte contre l’un de ses proches. L’homme se montre très menaçant avant de frapper la victime d’un coup de pied en pleine poitrine, puis de détruire à coups de poing l’écran d’un ordinateur. La pharmacienne est encore frappée au visage avec la crosse d’une arme à feu, avant de voir ses agresseurs prendre la fuite. Rapidement identifié, l’auteur des violences est interpellé par les enquêteurs du 2e district de police judiciaire (DPJ) avant d’être incarcéré. Son comparse, arrêté le 25 septembre, est placé sous contrôle judiciaire par la justice ». Dans la vidéo, pas de trace d’arme à feu, le heurt avec les armoires à pharmacie après le violet coup de pied semblant bien à l’origine du coup au menton.

pharmaciedehorsLa scène est en effet très violente (je m’en excuse, pour ceux qui la verraient) et le coup de pied donné en plein ventre sidérant. Plus sidérant encore est l’attitude ce qui semble être un employé masculin de la pharmacie (et non un visiteur;  car il est assis dans la pharmacie à un autre comptoir bas en forme de bureau), qui ne bronche absolument pas, durant l’agression, ainsi qu’un  second, et l’attitude elle-même de la pharmacienne, qui une fois relevée, suit celui qui la martyrise, et semble faire ce qu’il lui a demandé, pour finir par se faire rejoindre par un autre préparateur, tout le monde finissant par sortir dehors de la pharmacie. Scène complètement surréaliste !!! Comment interpréter cette étonnante vision, je vous laisse juge. Les deux autres hommes présents n’interviennent pas : ils connaissaient l’agresseur, qui semble lui aussi très bien connaître la pharmacienne. L’agression est indéniable, mais ce qui suit est totalement incompréhensible… à moins de remonter à ce qui vient d’être découvert, cette escroquerie dégageant beaucoup d’argent. C’est encore plus sidérant, quand on découvre que la dame, ailleurs sur le net (on va voir où un peu plus loin), montre qu’elle est a fait du taekwondo dans sa jeunesse d’après les clichés ! Le FN, lui, jubile : le 10 octobre, il titre : « harcelée, menacée de mort, agressée, une courageuse pharmacienne tient bon. pour combien de temps encore ? » D’autres diffusent une photo de sa devanture, prise en plein jour. Le moins qu’on puisse dire et que le qceintureuartier était effectivement plutôt mal famé… au vu de l’étonnante photo… prise par on ne sait qui… L’impression étant que la vidéo de l’agression a dû drôlement faire réfléchir les inspecteurs de police, la découverte des malversations de la pharmacienne s’étant faite dans la foulée… pas exactement ce que d’aucuns avaient pu en conclure

Tout cela est donc bien étrange. Mais ce n’est pas fini. Car la dame concernée a laissé sur le net d’autres indications sur son étonnante personnalité. C’est déjà le quatrième volet de nos découvertes. On est tombé sur une vraie curiosité… se dit-on, à suivre un tel parcours. A ce stade on peut parler de double, voire de triple vie (je me demande si ça n’est pas quadruple au fur et à mesure que je la découvre). Commençons d’abord par Facebook. Le 16 août 2014, elle poste un texte tout aussi sidérant que ce qu’on a pu lire auparavant (y compris les fautes d’orthographe, et c’est fait alors qu’elle est toujours pharmacienne) :  « Je m’appelle Marie Christiane HO, j’ai 41 ans et suis déjà bien dégarnie ! Aujourd’hui, je mène une existence plus paisible car j’ai appris à me connaître et à m’aimer d’avantage. Mes pensées et mes émotions ne me contrôlent (presque) plus et mon état d’esprit est bien plus positif (serait-ce l’aveu d’un certain « dérangement » précédent ?).  Je ne suis ni bouddhiste, ni thérapeute et je n’ai aucun diplôme de psychologie… Je suis une personne ordinaire, comme vous, passionnée de mon profession du Dr en Pharmacie qui cherche le bonheur. Je sais qu’il ne se trouve pas à l’extérieur mais en nous-même. J’ai un enfant adorable et c’est le seul amour sincère qui me donne l’énergie à me battre et à nous protège »…  étrange introduction, et étrange étalage de vie privée, suivis d’un aussi étrange aveu : « avant d’installer ma propre pharmacie, j’avais travaillé chez les différents patrons, je suis irremplaçable, je connais mes défauts et mes qualités, perssonne ne pourra jamais juger à mon travail car je me donne dans mon travail, je reste en étant professionnel et je m’assume toutes les conséquences et toutes les responsabilités. Pour le retour des patrons, je n’ai aucune des reconnaissances de mon travail. C’est la vie !!! mais ils ne pourront jamais m’oublier. Par contre leur accusation et leur plainte sont malhonnêtes et abusives. D’ailleurs j’ai déposé la plainte contre eux pour la diffamation. Les certains gens m’ont connus, ils sont jaloux de mon être, ils m’ont accusé de vols, de l’escroquerie, etc… sans les motifs valables et des rumeurs aberrantes. j’ai vécu une divorce difficile et j’ai eu des relations des hommes malhonnêtes. » Ah tiens, dans une vie antérieure, la fameuse Madame HO aurait déjà été mêlée à des actes délictueux, ou accusée de l’avoir été, ce qu’elle rejette bien sûr, mais ce qui prend aussi une toute autre dimension avec ce que l’on vient de découvrir ! La candeur est de mise dans tout le texte, et on a affaire plutôt à une midinette attardée qu’à un docteur en pharmacie :  « Pour certaines personnes qui voudraient essayer d’être méchant en laissant des commentaires minables et vulgaires, je n’ai pas besoin des commentaires ignobles et des photos de sexe sur mon Facebook car des genres des personnes, je les collectionne trop et je n’ai pas de place pour eux malheuresement » écrit-elle encore avec une candeur inimaginable (« je les collectionne trop »). Mais elle arbore toujours une très haute idée de sa personne : « je suis unique pour certain et certaine personne, je ne suis pas parfaite, ni plus que parfaite, j’ai un coeur pas comme les autres mais je souris toujours même si il y a des gens qui aiment me faire du mal et circuler des mauvaises rumeurs à mes propos. Certes j’ai une beauté qui ne ressemble à personne comme un papillon, biensûr je remercie à mes parents qui m’ont donné une beauté unique. Les gens méchants et jaloux ont essayé de m’attrapper et de faire culpabiliser mais j’ai confiance en moi, au contraire je les aime et les laisse à Dieu qui jugera à ma place ». Visiblement, derrière la caisse de la pharmacie dans le XIeme, on avait affaire à une tourmentée, disons; pour être poli.

nouvel an vietnamUn « tourment » dont les riverains ont pu voir de visu les effets, c’est la cinquième partie déjà de la saga de Madame HO. La dame est en effet vietnamienne de naissance (on va voir qu’elle s’appelle aussi TRAN le deuxième patronyme le plus utilisé au Viet-Nam), et ses voisins de la pharmacie de Belleville le savent bien. Au nouvel an 2014, à la Pharmacie de L’Orilllon, c’était la fête au pays  : tout le monde déguisé, préparatrices y compris, en vêtement serré de soie (un Áo dci on dit), colombeet la pharmacienne aussi. En mars, pour les enfants de la rue, et l’animation locale, c’était même brochettes au sortir de la pharmacie et même lâcher de ballons et de colombe (tenue par une élue locale) avec la patronne tout de blanc vêtue. Incroyable scène de voir les morceaux de viande séchée étalés au milieu de la pharmacie !!! La pharmacie devenue boutique vietnamienne  (et dehors démonstration sportive de Kung Fu). Visiblement, on affaire à un cas : on ne sait ce que ses employés en ont pensé, mais à leur place, il y avait de quoi douter de la qualité des études de la dame. Pas très axée sur la prophylaxie, semble-t-il, mais très bonne en animation sociale ? Une élue des verts venant même la saluer et participer à la fête ! Etonnant, non ?

yerLe 6eme point est la lecture – hilarante – de son CV : on y trouve un drôle de renseignement : de mars 2011 à… aujourd’hui, elle avait aussi été gérante de WM Prod- Vortex, le nom d’une boîte « de restauration traditionnelle » selon ses statuts, close depuis, où elle affichait comme nom MME Marie-Christiane TRAN et non pas HO. Ah tiens, voilà le côté Mr Hyde de la dame. Là, on y confirme quelle est bien née en 1973… La société ayant comme adresse le Vortex-Club, qui est en fait… une boîte de nuit (pas très loin de la pharmacie en fait) ! Fermée depuis, elle aussi : l’affiche de l’époque  annonçait, fautes comprises « Venez au Vortex Bar Club, nouveau lieu en plein coeur de paris 11e, ambiance cosy et festif longe club, au Platine DJ KOF son généraliste, house, Electro, RnB chic, disco, funk… DE 17H à 2H .. Petit Four POUR LES PETITS CREUS !! » Le mercredi, c’était salsa, sur place. Voici notre pharmacienne bien encanaillée ! Depuis, la discothèque s’est muée en Melting Club « à mi-chemin entre un club et le rendez-vous des artistes »‘, et plus tard en « Club 56″, en 2014, semble-t-il.

gymnaseDeux lignes plus loin, on s’aperçoit qu’elle aurait aussi sévi en politique ! Et effectivement, puisqu’on la retrouve… chez les Verts, de l’EELV, photographiée ici en tenue blanche dans le gymnase Berlemont  du XIeme avec quasiment les mêmes personnes que lors de son animation de rue du mois de mars; dont Joelle Morel, déjà présente ce jour-là (c’est elle qui tenait la colombe blanche). « Un moment particulier«  note le site des verts. On pense bien, avec un tel phénomène ! Son programme c’était en effet sous les pavés la bonne terre agricole : « Vous voulez verdir un coin de rue ? Y planter un arbre, des fleurs, des légumes ? A vous de jouer ! Des études scientifiques récentes l’ont démontré : les espaces verts sont bons pour la santé et pour le moral, et augmentent l’espérance de vie. En plus c’est beau et cela profite à toutes et tous ! Alors nous, on est pour… Vous avez repéré un espace public que vous aimeriez voir planté et agrémenté par de la verdure, des arbres ou des plantes ? Alors à vous de jouer, et c’est facile : envoyez dès maintenant un courriel à paris11@eelv.fr ou un tweet à @eelvparis11 ou @vivrele11e (#onsemedansle11e) en donnant les coordonnées du lieu, vos idées et vos envies, et pourquoi pas une photo ou même des croquis de ce que vous aimeriez y voir ! ». On pensait l’écologie un peu rêveuse, on ne la savait pas si puérile !!! gymnase3En fait d’écologiste, sur le CV, on apprend – grâce à elle- qu’elle en fait commencé des études en… communication en 1993 (à vingt ans, donc) puis fait de la pub pour tenter un diplôme d’études comptables, ce qui lui laisse un timing serré pour faire sa prétendue thèse sur le cancer !!!…. mais qu’elle devient aussi après « adjointe en pharmacie », dans celle des « Champs-Elysées-Etoile » (or ce sont deux établissements différents !), pendant… « 14 ans ». En fait elle s’y présente plutôt comme… commerciale, qui « doit attirer le public et créer du trafic, relayer et décliner les opérations commerciales, mettre en valeur les produits à la vente ». Car pour être pharmacien adjoint, « il faut en effet être titulaire du Diplôme d’État de docteur en pharmacie » précisent les textes officiels : or elle ne l’a jamais eu, ce diplôme. C’est être préparateur qu’elle aurait pu être : mais pour ça aussi il faut le brevet professionnel (BP) de préparateur en pharmacie, que l’on tente après le bac S ou STL (sciences et technologies de laboratoire), et qui se fait dans une formation en alternance qui dure 2 ans : or nulle trace non plus de ce diplôme dans son cursus affiché. Quand à sa thèse sur le cancer… elle ne vaut pas la mention finale de son admirable cursus :  « chanteuse d’un grouppe (avec deux « p »), « 5 Butterly ». Bref, impossible de croire à ce résumé de sa vie. La dame en aura  berné des gens, et pas sûrs que d’autres politiciens que les écologistes, plutôt novices en entoutloupes, ne seraient pas eux aussi tombés dans le panneau, avec elle.

marie christiane HO

photomontageLe septième volet est le côté… midinette. Car notre pharmacienne l’est, fondamentalement, à se pâmer à écouter Kenji Girac, en réalisant un clip où elle apparaît complètement magnifiée, maquillage et costumes aidant. C’est bien elle en effet, car au milieu du clip apparaît son image de Linked’In… dans un autre clip, la voilà qui mélange son image quand elle était plus jeune… avec celle de Miss Univers. La voici devenue reine du montage photo… et de l’adoucissement de traits grâce à Photoshop, ou un équivalent. sa page Twitter ou sa page Facebook regorgent d’aphorismes et d’ajouts continuels due photos modifiées. Son égocentrisme est sans fin (elle empile les selfies), et elle y apparaît au final comme une pauvre femme perdue plutôt qu’autre chose. parma pubSes peines de cœur occupent la plupart de ses réflexions, noyées dans des conseils de santé recopiés sur des Vidal en ligne. Un bric à brac indéfinissable qui trahit un grand éparpillement de pensée et d’intérêts. Entre deux cartes postales roses ornées de cœurs, on tombe sur des « des remèdes naturels pour redonner aux cheveux blancs leur couleur initiale » ou « le seul ingrédient permet de blanchir naturellement les dents« , « l’Hygiène des toilettes, des lavabos et mouskingdes baignoires publiques » (pour éviter les mycoses),  mais aussi « le relooking mon ancien bustier avec un morceau de paillettes », ou « la diarrhée des bébés« , ou encore sa photo plus récente agenouillée dans une église. Ou sa rencontre avec Diem Thuyen Miss Vietnam, qui a défilé pour Victoria Secret ou le chanteur vietnamien (Dong Quân Nguyen), sa copine Than Than ou d’un dîner avec « son fils Mousking El Maestro »… dans un restaurant de l’aéroport de Cotonou. Un fils… noir. Le plus sidérant étant sa transformation physique en chanteuse appelée McLove ou McTrang, comme une miss Hyde, et elle aussi en docteur HO (ou LadyMCLove 2). En affichant sur le même montage sa photo de 2012, l’intérieur de sa pharmacie et son pseudo Dr MCHO, ainsi que son tout nouveau visage, elle confirme qu’elle est bien aussi « MCMLOVE ».  Elle dédouble, complètement. Plus sidérant encore, puisque dans ses posts, elle mélange désormais les deux personnages : affichant une publicité pour sa pharmacie et elle se présente aussi elle-même en photo en chanteuse, à la date de septembre 2015 à Côté d’Azur, à Contonou, chanteuseou au Viet Nam lors d‘un karaoké ou d’une animation de bar, qui semble fortement être sa « formation d’origine », en fait (ici à gauche). La « DISCOTHÈQUE CLUB LIVE MCLOVE » dont elle fait la promotion sur Google en affichant la photo de son faux CV trafiqué comme « guest star » de Paris (l’autre locale étant Weziza). Une double vie, complète et fabriquée de toutes pièces, comme la première, si tenté que ce soit la seule…

Un an après son agression sur le site Lelombric; elle décrivait les suites de son agression de façon bien particulière. Un bien étrange texte encore en forme de confession : « J’ai peur, oui, depuis mon enfance je suis habitée par la peur, les efforts que j’ai mis pour m’en débarrasser ont été vains. Je suis toujours morte de peur à propos de plein de choses et ça me pèse énormément. J’ai  toujours l’impression de me battre et je suis fatiguée. Je me trouve ridicule dans mes peurs, je me juge, je me condamne, je me déteste. J’ai peur bordel, ça me poigne, ça me tue… J’ai peur… J’ai peur d’avoir l’air fou, j’ai peur d’être ridiculisé, humilié, j’ai peur d’avoir honte, j’ai peur en public, j’ai peur d’oser, j’ai peur d’être moi-même, j’ai peur de faire des gaffes, J’ai peur d’être idéaliste, irréaliste, j’ai peur des belles femmes, j’ai peur de l’inconnu, de dire ce que je pense, j’ai peur de me tromper, j’ai peur de blessé des gens, j’ai peur d’être pauvre, j’ai peur de conduire en ville, j’ai peur d’échouer dans tout ce que j’entreprends, j’ai peur d’avoir peur, j’ai peur bordel.  » Le plus surprenant étant le « j’ai peur des belles femmes » ??? Que voulait-elle dire par là ? Qu’elle avait pris beaucoup de temps et de soin à modifier elle même son apparence, ses derniers mois, comme on va le constater, à douter avant tout d’elle même ? Cette femme ne va pas bien, manifestement, psychologiquement !

photo comp Elle ne parlait déjà plus de l’agression, mais d’elle-même, justement. En affichant une photo étrange : une beaucoup plus récente, avec un sparadrap… de l’autre côté de la photo du Parisien faite juste après l’agression…. Visiblement la photo était un remake, une mise en scène ! Pourquoi donc agi rainsi ? Pourquoi un tel comportement ? Qu’est ce qui pouvait motiver une telle mascarade ? Psychologiquement, ça n’allait certes pas très fort. Un étrange texte suivait en effet la photo : « J’ai eu le courage de faire deux thérapies pour aller au fond de moi-même, au fond de ma vie d’enfance. Ces peurs ne m’appartiennent plus, ce sont des peurs que je traine depuis trop longtemps, des vestiges de mon enfance, de mon passé ». Plus loin, elle saluait après les policiers du quartier (la Bac du 11ème et la BST de Police de Paris) ainsi que l’équipe de M6  qui avait fait le reportage sur elle ((l’agression du 9 Août 2013  a été diffusée le 22 septembre à 23h00 dans l’émission Enquête Exclusive (1) Puis elle ajoutait un autre commentaire, plein de désarroi dans un style digne d’une adolescente récemment largué, au langage fort relâché : « parfois je passerais ma vie à aider et écouter les autres, mais quand moi j’ai besoin de quelqu’un à qui parler alors il n’y a plus personne. Je commençais à me sentir bien à nouveau, et voilà que pour certains amis ne veulent plus me voir parce qu’ils n’arrivent pas à intégrer le fait que je ne veux pas sortir avec eux ou mes amies, les filles sont jalouses de mon être ou encore mon profession. Donc je préfère d’être seule que d’être mal accompagnée. Finalement, je suis bien seule, et il paraît évident que je suis vraiment conne de croire que je peux compter sur les autres eux ou elles peuvent compter sur moi.  Après tout maintenant j’ai touché le fond. C’est bien, je ne vaux rien, les gens s’en foute de moi mais par contre leurs intérêts me usent de l’abus, je me fais larguer pour des gens jaloux. Ma vie ressemble vraiment à de la merde. A quoi ça sert d’essayer de faire le bien puisque tout le monde nous laisse tomber ». Encore plus étrangement, elle signait Dr MCHO, alors que son avatar était MCLove73. En fait, la pharmacienne Dr HO était aussi MC Love, son double poussant à ses heures la chansonnette sous ce nom, ou même un troisième : MC Trang. Voire LADY MCLOVE 2, avec des clichés plus « raunchy » comme disent les américains. Surprenant, et bien inquiétant, le décalage criant entre les fleurs bleues, les cœurs roses… et les échanges de chat avec ses « amoureux ».

égliseDans le même site (Lelombric;), elle annonçait la création de sa page Facebook. Dans un style délirant, débordant d’autosatisfaction : « un style éblouissant, des phrases au profil de médaille, que l’on voudrait se graver dans la mémoire:  » Dieu, s’il n’est pas la lumière qui transfigure, devient le masque qui déguise ». « Mon oeuvre est considérable et d’un rayonnement mondial peut-être. Enracinée dans mon terroir, je scrute la condition humaine et le conditionnement social avec une profondeur fulgurante. Un très large public en France, et hors des frontières, appelle le conférencier, qui s’exprime sans concession, et ce public désire retenir et méditer ses aphorismes provocants (…). Plutôt inquiétant comme prose. Plus prosaïquement elle écrit  que « C’est mon ami André qui m’a appris, par son exemple et ses mots, à me retrousser les manches, à faire des efforts, à travailler, à persévérer et ensuite, à en récolter les fruits. Il a même dû me secouer à un certain moment, ce fut une expérience difficile, mais combien utile. Mon orgueil en a pris un coup, mais j’ai avancé. » Avancé vers quoi voilà tout le problème : au moment où elle rédige cela, c’est avancer vers la prison surtout car la caisse d’assurances lui a déjà demandé des comptes ! En tout cas, elle s’est aussi autopersuadée de devenir  la reine de l’humanitaire, à défaut. Dans un style devenue messianique, elle louait récemment encore la venue du pape en Afrique, et se prenait en photo à l’Eglise. Finie la croyance en la médecine, désormais c’est Dieu le remède. A moins qu’elle ne se réalise dans l’humanitaire, tiens, pourquoi pas…. et elle l’a fait, hélas !

affiche
stéthosUn huitième volet nous le confirme.bouche Et celui-là est beaucoup plus inquiétant. Il nous emmène au… Bénin, à Cotonou, où l’on retrouve notre ancienne midinette-pharmacienne en train de distribuer des médicaments pour les populations démunies. Là, ça devient plus questionnant encore, quand on apprend et que l’on voit qu’elle a mis en place une campagne de dépistage et de vaccination, effectuée le 12 février 2014 dans une école locale du quartier d’Agla Hlazounto. Là, ça devient en effet plus coton, connaissant aujourd’hui son absence totale de diplômes en médecine. Ça devient en effet de l’irresponsabilité totale, filmée de bout en bout ! Très inquiétant même, quand on sait que l’Afrique est le lieu-même et le « terrain de jeux favori » des trafiquants de faux médicaments » comme l’a si bien dit le président honoraire de l’Académie de Médecine Marc Gentilini, qui n’évoquait pas le cas des médicaments périmés. Car c’est un vaccin contre la grippe qui a été administré, à des enfants : « Durant des heures, des centaines d’enfants âgés de 3 ans et plus  ont bénéficié des vaccinations  contre la grippe. Des vitamines  contre anémie ont été distribuées. Aussi, des produits efficaces contre la tension et  des compléments alimentaires » note le journal locvaccinational. Pire encore avec ce qui suit : « au cours de la présente opération, le Dr Ho a diagnostiqué quelques maladies chez certains les patients reçus. Aux dires de M. Chanhoun, il y aura un suivi très strict des cas qui ont été diagnostiqués car Dr Ho a pris l’engagement d’envoyer les comprimés qui vont traiter ces cas ».  D’où sortaient ces vaccins de la grippe ? De quand dataient-ils ? La souche convenait-elle a protéger les hantants du pays ? Avait-elle l’autorisation de les exporter ? Car la dame, on le rappelle n’a jamais été médecin de sa vie ! C’est très inquiétant de la voir examiner des patients au stéthoscope, ou commenter les résultats d’un tensiomètre à affichage digital, alors qu’elle n’a eu aucune formation médicale, comme on l’a vu et comme cela a été confirmé. A ce stade, Madame HO-TANG est devenue… un danger public, pas moins. A ce moment-là en effet on tombe dans l’exercice illégal de la médecine. Ce qui est réprimé par l’article 30 (article R.4127-30 du code de la santé publique). C’est même puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, en France mais ça l’est aussi au Bénin. Je vous avoue que je n’aurai même pas écrit cet article si je n’étais pas tombé sur ça. Car c’est surtout ça qui m’a révolté dans cette vie faite de mensonges empilés. Combien de béninois défavorisés à-t-elle pu traiter ? Combien d’enfants ont été vaccinés ? Elle n’en est pas à son premier voyage à-bas !!! Toutes les images de sa visite, mise en ligne le 3 juin 2014 sont ici.

médicamentsMoins dangereuse  (ici à gauche les médicaments apportés, (dont une partie en parapharmacie semble-t-il plutôt) est la remise d’un fauteuil roulant à une jeune handicapée, dénommée Stéphanie, le 23 mars 2014, offert par notre pseudo bon « Docteur  » et son contact local. Son correspondant là-bas étant un administrateur civil, expert en gestion des projets et développement local, maire du 12ème arrondissement, Brice Médard Codjo Chanhoun, ex « jeune le plus remarquable » du pays en 2013. C’est l’ancien président de la Fédération nationale des étudiants du Bébéquillesnin (Fneb, en l’an 2000) tout auréolé d’un prix de leadership,de l’entreprenariat et de la jeunesse décerné par l’Ambassade d’Amérique et GEW : l’homme est un grand admirateur des USA, il adore poser devant le portait de Barack Obama. Or le 22 décembre dernier, ce même maire a été placé en garde à vue. L’affaire remonte à un conseil municipal tenu 28 décembre 2014 dans laquelle avait été exposé la gestion « calamiteuse » de parcelles de terrains dont il était responsable, et le « le bradage des réserves administratives« , ou  la « mise en danger la vie de centaines de milliers de personnes en autorisant des activités de carrière de sable en pleine ville à Cotonou par la Société AFRITEC-SA«  pouvait-on lire. Pour Brice Médard Codjo Chanhoun, la raison de son arrestation par la Brigade Économique et financière (BEF)  étant affaire de passation de marchés remontant… à 2013.  « Selon les déclarations du plaignant, il aurait pris chez ce dernier, une somme de 53 millions de Franc CFA (80 000 euros). Cependant, Brice Médard Chanhoun ne reconnaît avoir pris que 40 millions (61 000 euros) sur les 53 millions que déclare le plaignant ». En septembre, on l’avait déjà annoncé comme incarcéré ce qui avait été démenti. Voici deux personnes qui se connaissent très bien qui se retrouvent poursuivies chacune de leur côté. Etonnant parallèle.

folleDans l’article du Parisien du 29 décembre, on avait relevé concernant notre fausse pharmacienne « la gravité des faits et les risques sanitaires encourus sans le savoir par les clients de l’officine », ce qui avait influé sur le jugement à son égard.  Aujourd’hui, hélas, je vous fait découvrir une autre  facette peut-être bien encore plus inquiétante ; celle de ses interventions irresponsables en Afrique, au Bénin plus exactement. La fausse praticienne y a « exporté » en effet sa totale et flagrante immaturité. Espérons que le ministère de la santé du pays, et son nouveau responsable, le ministre Pascal Dossou Togbe, nommé en juin dernier, en soit informé au plus vite, pour qu’on puisse dépister les malades dont elle s’est occupée. Car à ce jour, la dame, recherchée par la justice pour y accomplir sa peine, en France, y est introuvable,. Et j’ai comme d’avis qu’elle pourrait bien être actuellement… au Bénin. Sur Twitter, son compte (mcho73) émet toujours comme son compte Google+. C’est une étonnante dérive en effet que tout cela. Et non, vous ne rêvez pas, c’est bien la même personne qui figure ici à gauche, que celle qui a agi au Bénin.

Cette histoire, c’est au final la triste histoire d’une dérive incontrôlée de personnalité,  voire d’une folie, assez unique, il me semble, dont on n’a pas encore idée des conséquences. Sur des enfants notamment !

(1) l’émission révélait bien l’existence d’un trafic de fausses ordonnances et de revente de médicaments valant une fortune. Or, cas incroyable alors que l’émission rêvélait que la pharmacienne elle-même (floutée par M6, et qui avait un accent… vietnamien) était dans la combine, madame HO la cite comme référence dans son post sur le site LeLombric !!! Se dénonçant ainsi toute seule ! de l’inconscience la plus totale. Lors de l’enquête, on l’avait déjà remarqué : « c’est une femme très sûre d’elle, charmeuse, excentrique, qui semble se désintéresser totalement de ce qu’on lui reproche ». En effet: je suis persuadé qu’elle pense avoir fait action humanitaire, en Afrique, hélas !

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

La paix dans le monde dépend de qui?

  Je ne me rappelle pas que ces Présidents américains aient eu à vraiment défendre ...

16 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour,

    Une petite question pour l’auteur de l’article : en quoi son exercice illégal de la médecine en Afrique serait-il plus grave que son exercice illégal de la pharmacie en France ??

    Je vous rappelle que les sanctions judiciaires pour exercice illégal de la pharmacie sont exactement les mêmes que celles pour exercice illégal de la médecine. Et c’est pour une raison simple : les 2 pratiques sont aussi dangereuses.

    Le pharmacien est celui qui connait le mieux les médicaments et il a un devoir de contrôle des prescriptions : il peut rectifier des erreurs que le médecin (par sa moindre connaissance dans le domaine) n’aurait pas vues. Il est donc parfaitement possible (et même probable) que l’exercice illégal de la pharmacie de Mme Ho ait causé de nombreux décès, si des patients ont pris des médicaments qu’ils n’auraient pas du prendre, et que la fausse pharmacienne n’a pas détecté ces contre-indications.

  2. avatar

    « Une petite question pour l’auteur de l’article : en quoi son exercice illégal de la médecine en Afrique serait-il plus grave que son exercice illégal de la pharmacie en France ?? »

    ce n’est pas ce qui a été écrit. En France, on ne sait pas à qui elle a rajouté des médicaments sur les ordonnances, et elle n’a pas donné elle-même de diagnostic médical (on la voit le faire au Bénin)

    Au Bénin, elle a « soin » des enfants et en a vacciné avec des lots d’origine inconnue contre la grippe : c’est cela qui est manifestement encore plus grave…

    « Je vous rappelle que les sanctions judiciaires pour exercice illégal de la pharmacie sont exactement les mêmes que celles pour exercice illégal de la médecine. Et c’est pour une raison simple : les 2 pratiques sont aussi dangereuses. »

    je ne dis rien d’autre dans tout l’article, il me semble donc inutile de le rappeler… cette femme est dangereuse, en effet !

    je rappelle que si j’ai fait cet article, c’est pour souligner ce pan oublié par la presse à ce jour. Je souhaiterai en effet qu’une enquête ait lieue au Bénin pour savoir ce qui a exactement été fait et distribué. Il y va de la vie d’enfants, là. Ou de vieillards, comme on peut aussi le constater dans l’effarant reportage indiqué. C’est tout simplement révoltant, dangereux et inacceptable.

  3. avatar

    Je suis d’accord avec vous, mais vous commettez une petite erreur (logique car vous ne faites pas partie du corps médical) : vous accordez plus d’importance à l’acte de diagnostic médical et soin, qu’à l’acte de contrôle et délivrance des ordonnances.

    Pourtant les deux sont aussi critiques : une erreur dans le diagnostic peut coûter la vie, une erreur dans la détection d’interactions sur une ordonnance peut tout autant coûter la vie.

    Donc le fait qu’elle n’ait pas réalisé de diagnostic médical en France ne rend pas ses actes moins dangereux dans ce pays : des milliers de médicaments ont été délivrés sans véritable contrôle pharmaceutique. Si les médecins n’ont pas le droit de délivrer directement les médicaments qu’ils prescrivent, c’est pour une raison simple : leur compétence dans ce domaine est limitée et il faut un spécialiste des médicaments pour contrôler et valider la pertinence des prescriptions.

    Donc je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait qu’il faut revoir un par un, avec un vrai médecin, tous les diagnostics qu’elle a fait au Bénin. Mais ce que vous ne dites pas, c’est qu’il est tout aussi important de revoir une par une toutes les ordonnances qu’elle a délivrées, avec un vrai pharmacien, pour s’assurer qu’elle n’est pas passée à côté de prescriptions dangereuses.

    Il faut revoir aussi les conditions de conservation des médicaments dans sa pharmacie (car un faux pharmacien ne sait pas quels médicaments doivent être à l’abri de la lumière, à l’abri de l’humidité). Revoir les préparations magistrales qu’elle a réalisées. Bref, il y a du boulot, autant en France qu’au Bénin.

  4. avatar

    « vous accordez plus d’importance à l’acte de diagnostic médical et soin, qu’à l’acte de contrôle et délivrance des ordonnances. »

    Absolument pas.

    Décidément vous ne comprenez pas ce que je dis : le diagnostic médical , au Bénin, s’ajoute à la prescription comme celle délivrée en France où elle n’a diagnostiqué elle même personne : c’est si dur à comprendre pour vous ? Au Bénin, ll y a deux délits différents, en France, un seul….

  5. avatar

    l’info a fait l’objet d’une communication officielle ici :

    http://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/151231-escroqueries-en-series-pharmacienne-parisienne-sans-diplome.html

    les recherches de la pharmacienne qui a fait cet article ont croisé les miennes : on a démarré l’enquête au même moment, et son article est paru un peu plus tard que le mien.

    la rédactrice a découvert la même chose, et prépare un second volet sut l’affaire comportant davantage de précisions, m’a-t-elle confirmé.

    • avatar

      Il serait bien que la rédactrice du site lemoniteurdespharmacies.fr publie ici aussi ce second volet afin que les lecteurs de CentPapiers puissent être informés des développements. C’est une invitation.

      Bonne journée à tous et félicitations à vous pour ce texte.

  6. avatar
    Marjolaine Labertoniere

    Bonjour,
    J’ai découvert votre article après avoir écrit le mien et nos informations se recoupent en effet. Cet article est très riche. Les agissements de cette personne au Bénin semblent très dangereux.
    L’article que je préparais est ici http://www.lemoniteurdespharmacies.fr/actu/actualites/actus-socio-professionnelles/151231-faux-diplome-eclairage-de-l-ordre-des-pharmaciens.html. Il cible les pharmaciens français.
    Il s’agit des réponses du Conseil de l’Ordre des Pharmacies français à quelques questions pour essayer de comprendre comment une femme non diplômée a pu exercer pendant plusieurs années la pharmacie.
    La page google+ de cette personne n’est dorénavant plus consultable. j’en ai fait quelques impressions d’écran.

  7. avatar

    Meilleur qu’un James Bond! 🙂

  8. avatar

    C’est en effet étrange, mais Gaetan, je ne pense pas que la fin puisse en faire un film de ce genre : c’est tragique, le sort de ces enfants vaccinés avec on ne sait quoi…

    • avatar

      C’est tout de même incroyable que quelqu’un puisse en brasser autant pendant une longue période et que personne ne semble s’en rendre compte. ( Je parle des autorités). Voler, c’est déjà quelque chose, mais je suis d’accord que c’est tragique concernant les enfants et les autres victimes de ce « personnage ».
      Je suis époustouflé par son « CV ».

  9. avatar

    j’ai alerté la presse du Bénin, j’attends qu’elle fasse une enquête là-bas. Je suis comme vous, je n’ai jamais vu pareil faux CV et pareil culot pour monter une escroquerie. Comme je l’ai écrit, je crains que ça en dissimule d’autres, faites auparavant. Car ce n’est pas tout d’avoir un (faux) diplôme, il faut aussi acheter le fond de commerce : avec quel argent ?

    http://www.cessionpme.com/annonces,fonds-de-commerce-entreprise-pharmacie-parapharmacie-pharmacie,87,1,0,0,0,pharmacie,offres.html

    c’est pas donné !!!

  10. avatar

    @ghostofmomo : je pense malheureusement que vos messages à la presse du Bénin resteront lettre morte, car là-bas ce genre de dérive est courante, c’est simplement un fait divers malheureusement.

    En France nous avons un système de santé performant et évolué : les ordres professionnels assurent au maximum l’authenticité des diplômes et toute dérive est immédiatement portée devant la justice. Concernant les médicaments, pas de contrefaçon car ils sont en permanence sous contrôle pharmaceutique : de la fabrication à la délivrance en pharmacie et à hôpital, en passant par le stockage chez les grossisses, des pharmaciens surveillent et contrôlent de manière scientifique la qualité des médicaments.

    Au Bénin, il n’y a pas cette surveillance pharmaceutique permanente et de faux médicaments sont introduits. De plus il existe de faux pharmaciens un peu partout qui délivrent des médicaments sans aucune compétence. Je mets en lien un article qui explique le problème :
    http://www.lanouvelletribune.info/sante/12499-pharmaciens-determine-a-mettre-fin-a-la-mafia-des-faux-medicaments

  11. avatar
    Marjolaine Labertoniere

    Demain, dimanche 14 février sur TF1 dans l’émission “Sept à Huit Life” et “Sept à Huit”, un reportage sur Marie-Christiane Ho. Enquête d’Eric LEHNISCH et Vincent DELMOTTE. http://www.coulisses-tv.fr/index.php/magazines/item/7269-sommaire-de-%E2%80%9Csept-%C3%A0-huit%E2%80%9D-diffus%C3%A9-dimanche-14-f%C3%A9vrier-sur-tf1