Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Argent / L’hyperinflation, hantise omniprésente des allemands

L’hyperinflation, hantise omniprésente des allemands

 

Les tourmentes inflationnistes de l’Allemagne démarrèrent avec l’occupation de la Ruhr en 1923 par les troupes françaises et belges. En effet, le gouvernement de Weimar de l’époque paya les ouvriers grévistes avec les Reichsmarks imprimés par la banque centrale afin de les encourager à protester et à mieux résister contre l’invasion étrangère. La combinaison maléfique d’une production en chute libre avec l’augmentation inversement proportionnelle de marks papiers (décorrélés de l’étalon or) contribuèrent à l’effondrement du pouvoir d’achat. L’avènement de cette hyperinflation en 1923 fut un désastre allemand qui marque les consciences collectives toujours à aujourd’hui.

 

En réalité, alors que les Nazis ne parvinrent au pouvoir que dix ans plus tard, les économistes et les banquiers centraux en sont toujours traumatisés à ce jour car ils considèrent avec raison que la dépression et que le chômage du début des années 1930 furent la suite logique de l’hyperinflation des années 1920. En outre, l’hyperinflation touche à ce que l’on a de plus intime dans le sens où, détruisant la valeur même de l’argent –qui ne vaut plus rien!-, elle n’épargne donc personne. Certes, l’hyperinflation fut-elle un phénomène typiquement allemand tandis que la Grande Dépression -par exemple- ne fut pas confinée qu’aux Etats-Unis mais devait concerner toutes les nations industrialisées de l’époque. Voilà pourquoi les responsables de la Bundesbank sont encore et toujours préoccupés par une hyperinflation face à laquelle leurs lointains prédécesseurs furent impuissants.

Néanmoins, pourquoi est-ce précisément cet épisode de Weimar qui fait très largement école chez les experts comme chez le profanes éclairés du monde entier alors que de précédents traumatismes liés à l’hyperinflation étaient déjà survenus? Les prix ne quadruplaient-ils pas en effet à certains moments de la Révolution Française en l’espace de seulement un mois? Le Première Guerre Mondiale ne connut-elle pas également des périodes d’inflation chez tous les belligérants? La Russie ne subit-elle pas l’inflation durant sept ans après la Révolution de 1917? En fait, tandis que les Soviets supprimaient régulièrement des zéros sur leurs coupures, l’hyperinflation allemande fut en cela spectaculaire que des quantités astronomiques de billets de banque furent nécessaires en Allemagne dès 1923 pour les achats mêmes les plus sommaires.

Le dollar américain valait ainsi 4’200 millions de marks en 1923, mille millions de fois plus qu’en 1913 ! Le pain ne valait-il pas 400 milliards de marks tandis qu’un kilo de beurre s’échangeait pour environ 600 milliards de marks? Epoque invraisemblable où les patrons en étaient réduits à libérer leurs ouvriers et leurs salariés quelques heures en milieu de journée, afin de disposer de suffisamment de temps pour les payer, c’est-à-dire pour compter les sommes faramineuses destinées à remplir les sacs de jute qui contiendraient leur salaire journalier. Et afin que le salarié puise, à son tour, faire ses emplettes quotidiennes –avec des brouettes remplies de billets– et se dépêcher de dépenser tous ces marks avant qu’ils ne perdent davantage de valeur! Quand il n’utilisait pas ces billets pour sa cheminée ou comme papier peint!

 

Les chiffres étaient en effet étourdissants, un peu comme si une baguette de pain valait des centaines de millions d’euros aujourd’hui. En outre, l’Allemagne ayant été un pays moderne et relativement prospère, la présence des appareils photos dans les années 1920 permit d’immortaliser des scènes d’anthologie qui marquèrent à jamais les mémoires collectives et visuelles. Voilà pourquoi la liquéfaction de Weimar est devenu l’archétype par excellence de l’horreur hyper inflationniste, en Allemagne et dans le reste du monde. C’est parce que la catastrophe monétaire de Weimar fut immortalisée à la faveur de la photographie que nous l’évoquons, encore aujourd’hui en 2017, avec un mélange de respect et d’appréhension.

 

Michel Santi

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de Michel Santi

avatar

Check Also

Marine le Pen – La vidéo caviardée, c’est « la faute à Florian Philippot »

    C’est quoi encore cette histoire de vidéo « caviardée ». Une grave erreur de stratégie en ...