Accueil / T Y P E S / Articles / L’histoire oubli?e (cach?e) de la Bretagne…

L’histoire oubli?e (cach?e) de la Bretagne…

Entre le 4? et le 5? si?cle, fuyant les Anglo-saxons, les Bretons de Grande-Bretagne pass?rent la Manche pour se r?fugier dans la presqu'?le armoricaine.
Entre le 4? et le 5? si?cle, fuyant les Anglo-saxons, les Bretons de Grande-Bretagne pass?rent la Manche pour se r?fugier dans la presqu'?le armoricaine.

Tous les ans, le 19 Mai, les Bretons du monde entier f?tent « Gouel Erwan » (la Saint-Yves), c’est-?-dire la f?te nationale bretonne, l’?quivalent de la Saint-Patrick pour les Irlandais! Cette f?te se d?roulait cette ann?e du 15 au 24 Mai, au travers de plus de 200 ?v?nements en Bretagne et ailleurs dans le monde.

Mais une autre date, tout aussi importante, est de plus en plus c?l?br?e en Bretagne, celle du 22 Novembre. C’est en effet le 22 Novembre 845, ? Bains-sur-Oust, qu’eut lieu la victoire de Ballon. Le Comte de Vannes, Nomino?, infligea une cuisante d?faite au roi des Francs, Charles le Chauve. La victoire remport?e scella l’unit? du Royaume de Bretagne et inaugura une p?riode d’ind?pendance qui ne devait s’achever qu’en 1488.

LA BRETAGNE ? PAS SEULEMENT LE PAYS DES CREPES !

Voici donc une excellente occasion de revenir sur ce qui a fait de la Bretagne ce qu’elle est aujourd’hui… Car de nos jours, la Bretagne est surtout connue pour ses cr?pes, ses galettes, ses paysages de campagne, pour ses maisons anciennes achet?es par des Britanniques, voire pour son football (surtout depuis la finale de la Coupe de France de football qui opposa pour la premi?re fois deux ?quipes bretonnes, Guingamp et Rennes).

Mais saviez-vous que la Bretagne est surtout un ancien Royaume celte et Duch? ind?pendant qui ne fut rattach? ? la France qu’en 1532 ? La Bretagne n’est donc fran?aise que depuis 477 ans !

DES RACINES BRITANNIQUES

Avant sa conqu?te romaine, les anciens habitants de la Grande-Bretagne, les Bretons, comprenaient de nombreux peuples et tribus celtes, en particuliers dans le sud et ? l’embouchure de la Tamise.

Entre le 4? et le 5? si?cle, fuyant des massacres perp?tr?s par leurs ennemis Anglo-saxons, sup?rieurs en nombre, les Bretons de Grande-Bretagne pass?rent la Mor Breizh (? Mer de Bretagne ?, nom qu’ils donnaient ? la Manche, et que celle-ci porte d’ailleurs toujours en langue bretonne) pour se r?fugier dans la presqu’?le armoricaine. Cet exode et le peuplement de l’Armorique par les Bretons sont des ?v?nement totalement inconnus de nos jours des Fran?ais ou des Britanniques. Tout comme est inconnu (ou ignor?) le fait que les Bretons nomm?rent la p?ninsule armoricaine ? petite Bretagne ?, avant qu’elle ne devienne tout simplement Bretagne (il existe encore de nos jours, ? Londres, une rue se nommant Little Britain – Petite Bretagne – dans laquelle s’?tait autrefois ?tablie l’Ambassade du Duch? de Bretagne).

Les Bretons exil?s contribu?rent ? la cr?ation de la langue bretonne, le Brezhoneg, qui est une langue celtique, s?ur du Gallois et du Cornouaillais. Saviez-vous d’ailleurs que le Breton est beaucoup plus ancien que le Fran?ais ? Le texte plus ancien en langue bretonne date de 590, tandis que le texte le plus ancien en Fran?ais date de 843, c’est-?-dire plus de 250 ans plus tard !

UN ROYAUME INDEPENDANT

Statue of Nominoe in Bains-sur-Oust
Statue de Nomin?e ? Bains-sur-Oust

Depuis leur arriv?e en Armorique, les Bretons vivaient surtout en tribus et se m?langeaient avec les autochtones. Et c’est Nomino? (Nevenoe en Breton), Comte de Vannes et premier Duc de Bretagne, qui cr?a le premier Royaume de Bretagne en 845. Un Royaume uni et ind?pendant, cr?? apr?s que les Bretons aient vaincu l’arm?e du Roi de France, lors de la bataille de Ballon. Nomino? est connu depuis comme le « P?re de la Nation » bretonne (?Tad ar Vro?). Il fut couronn? Roi de Bretagne ? la Cath?drale de Dol en f?vrier 848.

Alors qu’ils venaient de d?faire une seconde fois l’arm?e fran?aise, en 851, sous le Roi Erispo? (fils de Nomino?), le contr?le des villes de Rennes, Nantes et du Pays de Retz fut garanti et, par-cons?quent, le Roi Charles-le-Chauve dut reconna?tre l’ind?pendance de la Bretagne et d?finir sa fronti?re avec la France.

QUAND LES FRAN?AIS ENVAHIRENT « FINALEMENT » LA BRETAGNE

Les Fran?ais avaient-ils peur des Bretons ? Il fallut attendre 1488 (plus de 600 ans plus tard) pour que l’Arm?e fran?aise ne parvienne finalement ? d?faire l’Arm?e bretonne, avec l’aide de 5.000 mercenaires Suisses et Italiens. Apr?s la d?faite des Bretons lors de la Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, le trait? de Sabl? dit ? trait? du Verger ? est sign? par Charles VIII, Roi de France, et Fran?ois II, Duc de Bretagne le 19 ao?t 1488. Il stipule que l?h?riti?re du Duch? ne peut se marier sans l?accord du roi de France.

LA COLONISATION DE LA BRETAGNE

Dans son livre « La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale », l’historien am?ricain Eugen Weber pointait en ces termes les cons?quences de la d?faite de Saint-Aubin-du-Cormier : ? Apr?s l?union forc?e avec la France, les villes bretonnes furent envahies par des Fran?ais qui ?cras?rent ou m?me remplac?rent les commer?ants locaux, francis?rent les gens qu?ils employaient ou touchaient d?une autre fa?on. Les ports du roi comme Lorient ou Brest, ?taient des villes de garnison en territoire ?tranger et le terme de colonie ?tait fr?quemment employ? pour les d?crire ?.

Les Fran?ais forc?rent donc le Duc de Bretagne Fran?ois II ? se soumettre ? un trait? donnant au Roi de France le droit de d?terminer qui la fille du Duc devait ?pouser. La Duchesse Anne, 12 ans, ?tait l’unique h?riti?re du Duc et fut ?galement la derni?re souveraine ind?pendante du Duch?. Elle fut finalement oblig?e d’?pouser le Roi de France Louis XII.

Bien qu’? sa mort, le Duch? devait ?tre transmis ? sa fille, la Bretagne fut en fait incorpor?e dans le Royaume de France en 1532 par le Roi de France Fran?ois 1er, ? travers l’Edit d’Union entre la Bretagne et la France. La Bretagne devint alors un Duch? colonis?, ne retenant que certains « privil?ges » (l?gislation et imp?ts sp?cifiques).

Pour en savoir plus sur les guerres entre la Bretagne et la France, cliquez ici…

DIVISER POUR MIEUX REGNER
(OU LA FIN DE LA BRETAGNE INDEPENDANTE…)

Apr?s l’Edit de 1532, la Bretagne conserva donc tout de m?me une certaine autonomie fiscale et administrative. Mais lorsque la R?volution fran?aise ?clata, l’Assembl?e nationale constituante unanimement proclama la fin des privil?ges f?odaux. Le 4 ao?t 1789, furent abolis tous les privil?ges en France. La R?volution fran?aise de 1789 marqua ainsi la perte totale d’autonomie de la Bretagne en cassant l’Edit d’Union de 1532 qui garantissait cette m?me autonomie. La Bretagne devint alors totalement « fran?aise » !

La R?volution fran?aise n’apporta rien de bon aux Bretons puisque, apr?s avoir perdu leur autonomie, ils se virent imposer que leur territoire soit divis? en 5 ?d?partements?. Sous la monarchie, les rois fran?ais ne se souciaient gu?re des langues minoritaires, comme le Breton. Et se sont encore une fois les r?volutionnaires qui introduisirent une politique de pr?f?rence ? l’?gard de la langue fran?aise par rapport ? ce qu’ils nomm?rent ?patois?. Selon eux, en effet, les monarchistes pr?f?raient les langues r?gionales de mani?re ? garder les masses populaires et paysannes mal-inform?es.

Apr?s la R?volution de 1789, l’histoire de la Bretagne, sa langue et sa culture furent ?touff?es, extermin?es et extirp?es des livres scolaires et des classes des ?coles publiques, pour pr?s de 200 ans. Autre exemple du d?shonneur que durent subir les Bretons pendant plusieurs d?cennies : les affiches dans les rues bretonnes aux slogans humiliants, tels que : ?Il est interdit de cracher dans la rue et de parler Breton !?

LA CULTURE BRETONNE N’EST PAS MORTE

Les Bretons ont toujours ?t? fiers de leur terre, de leur langue et de leur culture. Et leur courage est aussi bien connu : les Bretons ont beaucoup ?migr? partout dans le monde, ? diverses ?poques de leur histoire. Saviez-vous par exemple que la majorit? de l’arm?e de Guillaume le Conqu?rant qui envahit l’Angleterre en 1066 ?tait en fait bretonne ?

A travers l’adversit?, les Bretons ont toujours gard? leurs traditions et leur culture vivantes. Cela les a d’ailleurs rendu plus fort. En 1897, Fran?ois Jaffrenou ?crivit l’hymne de la Bretagne, le « Bro Gozh ma Zado? » (« Vieille terre de mes anc?tres »). La musique est du Gallois James James. En 1923, Morvan Marchal cr?a quant-? lui le drapeau de la Bretagne, le Gwenn-ha-du (ce qui signifie blanc et noir en Breton).

COMMENT LA FRANCE DIVISA UN PEU PLUS LA BRETAGNE…

En 1941, la majorit? de la France ?tait occup?e par les Nazis. Le r?gime de Vichy du Mar?chal P?tain (dictateur collaborationniste qui offrit la France ? Hitler), cr?a les « r?gions » fran?aises. La Bretagne fut alors amput?e d’1/5 de son territoire et perdit la r?gion nantaise qui avait toujours fait part de son territoire historique. Nantes fut incorpor?e dans une nouvelle « r?gion » cr??e pour l’occasion avec d’autre provinces historiques. Le gouvernement fasciste cr?a alors « Les Pays de la Loire »… Et il faut avouer qu’il para?t bien ?trange que cette cr?ation p?tainiste existe encore aujourd’hui !

Apr?s 200 ans de souverainet? fran?aise, l’unit? bretonne devint quelque chose du pass?…

(? suivre…)

* * * * * * *

« Bro Gozh ma Zadou », par Tri Yann
(l’hymne national breton)

[youtube]youtube=http://www.youtube.com/watch?v=TKKM-CzjQCk[/youtube]

Souvenons-nous du 6 septembre 2009, ? Bains sur Oust (Bretagne). Comm?moration annuelle de la victoire de Ballon de Nomino?, ?Tad ar Vro? (le p?re de la partie bretonne), qui gagna ce titre de gloire en 845 lorsqu’il infligea une cuisante d?faite au roi des Francs, Charles le Chauve. La victoire remport?e scella l’unit? du Royaume de Bretagne et inaugura une p?riode d’ind?pendance qui ne devait s’achever qu’en 1488.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le commerce préhistorique (4)

  Les hommes s’installent au pouvoir En sumérien, Inanna était interprété comme dérivant de nin.an.a(k), ...

4 Commentaire

  1. avatar

    J’aime beaucoup votre texte. En effet on connaît peu l’histoire des Bretons. On ignore même qu’il existait il n’y a pas si longtemps le FLB, le front de libération de la Bretagne. J »espère que vous en parlerez dans un prochain billet.

  2. avatar

    Pourriez-vous m’expliquer ce passage je vous prie ??:
    « En 1941, la majorité de la France était occupée par les Nazis. Le régime de Vichy du Maréchal Pétain (dictateur collaborationniste qui offrit la France à Hitler), créa les « régions » françaises. La Bretagne fut alors amputée d’1/5 de son territoire et perdit la région nantaise qui avait toujours fait part de son territoire historique. Nantes fut incorporée dans une nouvelle « région » créée pour l’occasion avec d’autre provinces historiques. Le gouvernement fasciste créa alors « Les Pays de la Loire »… Et il faut avouer qu’il paraît bien étrange que cette création pétainiste existe encore aujourd’hui ! »

    Car le dates ne concorde pas: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pays_de_la_Loire

    Extrait« La région administrative des Pays de la Loire fut créée en 1955, par arrêté ministériel du 28 novembre 1956 signé sous la Quatrième République

  3. avatar

    Pour nous Québécois, il est instructif de voir comment la France se comportaient avec ce qu’ils qualifiaient sûrement de « pays conquis », comparativement à ce que les Anglais ont fait au Canada avec les « Canayens ».

    Il serait profitable d’en faire un parallèle.

    « A travers l’adversité, les Bretons ont toujours gardé leurs traditions et leur culture vivantes »

    Je ne peut que m’incliner avec respect devant la nation bretonne.

    Amicalement

    André Lefebvre

  4. avatar

    J’aurais bien aimé retrouvé la suite 🙁

    Je dirais que le découpage administratif n’a jamais eu force dans le cœur des bretons. Nantes, par son histoire est et restera bretonne. Les régions constituant les pays de la Loire n’ont aucunes histoire pouvant souder une identité commune. Aucuns ne se sentent rattaché à l’autre si ce n’est uniquement sur le partage des dépenses et investissement pour le développement des départements.