Accueil / T Y P E S / Chroniques / Lettre ouverte aux m?dias

Lettre ouverte aux m?dias

Monsieur, ou madame le ou la journaliste,

Cela fait des ?ternit?s que ?a me br?le, que je n’en dors ni n’en dig?re plus, que je suis malade ? l’envie de r?diger cette lettre. Mais voil?, je ne trouvais pas comment la commencer sans risquer de vous courroucer d?s l’ent?te et voir jet? aux oubliettes du classement vertical le mot que je lance ici comme un cri du cœur, comme une bouteille ? la mer. C’est bien aux m?dias que je m’adresse, mais c’est par vous, puis par votre comit? de r?daction qu’il faut que cette lettre passe pour rester “ouverte”. Et vous avez, je le sais, le pouvoir tout puissant de la fermer, de me la fermer.

Croyez bien que je ne doute pas de votre souci d’objectivit?, nourri sans doute depuis de nombreuses ann?es par de longues s?ances enfum?es de comit? de r?daction mais aussi de longs s?minaires ou congr?s pendant lesquels vous sacrifiez vos fins de semaine pourtant bien m?rit?es ? chercher ? ?tablir les crit?res ?thiques qui devraient r?gir votre belle profession.

Je comprends que la masse d’informations ? traiter ne vous ait pas permis de les conna?tre toutes, c’est pourquoi je me permets de vous signaler deux d’entre elles.

G?del a d?montr? en 1931 que, m?me en math?matiques, l’objectivit? n’existe pas.
* Il se peut que dans certains cas, on puisse d?montrer une chose et son contraire (principe d’inconsistance). Que dire alors des contradictions qui foisonnent dans les sciences humaines encore si embryonnaires ?
* Il existe des v?rit?s math?matiques qu’il est impossible de d?montrer (principe d’incompl?tude). Dans tout syst?me logique, il y a au moins un postulat non d?montrable. Que dire ici aussi des postulats qui ?maillent les sciences humaines encore si jeunes ?
Depuis cette ?poque, la science ne cherche plus l’objectivit? mais l’efficacit?, et ne travaille plus par des d?monstrations, mais utilise des “mod?les” dont la validit? th?orique est uniquement li?e ? leur capacit? de synth?se et de pr?diction. Traduit en langage vulgaire, cela veut dire que la science se reconna?t ? ses fruits.

C’est ? ?a que je veux en venir : les fruits de notre civilisation sont mauvais : vous ?tes aux premi?res loges et vous ne cessez de le dire, levant les bras au ciel avec de titres de plus en plus ravageurs lorsqu’un nouveau scandale d?passe en amplitude les scandales pr?c?dents. Sans conna?tre les th?or?mes de G?del, vous avez constat? par vous-m?mes que les experts scientifiques que vous interrogez disent l’inverse et le contraire sur quasi tous les sujets. Je ne veux ni vous faire l’affront de penser que vous ne l’avez pas constat? , ni vous accuser d’en jouer pour faire valoir vos th?ses. D?s lors je me demande pour quelle raison vous vous obstinez dans toutes les informations que vous donnez ? les d?guiser d’emballage “scientifique”. Ne vous ?tes-vous jamais rendu compte que chaque cause et caus?e ? l’infini de ramifications inextricables ?

Il est ? mon avis temps que vous adaptiez cette nouvelle mani?re de penser, que vous vous d?barrassiez de votre complexe de Colomb : un fait d’observation ne peut pas ?tre ni?, isol? de son contexte global sous pr?texte que le lien n’en est pas (encore) prouv? scientifiquement. Le postulat qui emballe toutes vos ?missions est la croyance que vous avez sur l’amour. Vous rendez-vous compte de la caisse de r?sonance que vous constituez ? Vous rendez-vous compte de la force d’amplification que la r?p?tition de cette croyance provoque dans les esprits ? Si l’amour, c’?tait ?a, il ne provoquerait pas les fruits que vous voyez et signalez pourtant ? longueur de temps. Vos informations, les films et les s?ries que vous choisissez, et les publicit?s que vous subissez v?hiculent ce m?me postulat faux sur l’amour. Prenez garde ? ce qu’un jour on ne vous reproche d’avoir souffl? le chaud et le froid, et attis? en cela le vent de la haine, comme Radio Mille Collines, en prenant vos lecteurs respectifs en otages de vos croyances sur la cause des av?nements.

Donnez-nous seulement des “nouvelles” nouvelles, des nouveaut?s, des informations et pas des d?formations, par piti? et laissez-nous les interpr?ter, de gr?ce, par nous m?mes. Si ce n’est d?j? plus pour nous, faites-le pour vos enfants, nos enfants !

J’ose esp?rer que cette bouteille jet?e dans l’oc?an Internet ne se retrouvera pas bient?t comme celle qu’on a trouv? ? la lib?ration des camps, au sommet d’un tas de cendres. Cette bouteille-l? contenait, ?crite d’une main tremblante, le petit bout de “papier” suivant : “le mot chien aboie-t-il ?”.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH370 : à la recherche de l’hoax zéro (2)

Replonger dans l’affaire du MH370, c’est retomber dans toute une série de délires complotistes accumulés, ...

3 Commentaire

  1. avatar

    L’auteur n’avait rien à dire !
    C’est fait

  2. avatar

    Ce commentateur courageux illustre parfaitement ce qu’est un « complexé de Colomb ».

  3. avatar

    Gödel doit se retourner dans sa tombe s’il savait l’utilisation abusive de son théorème d’incomplétude que font certains philosophes et autres non mathématiciens cultivés.

    « Un des traits les plus étonnants des penseurs de notre époque est qu’ils ne se sentent pas du tout liés par ou du moins ne satisfont que médiocrement aux règles jusque-là en vigueur de la logique, notamment au devoir de dire toujours précisément avec clarté de quoi l’on parle, en quel sens on prend tel ou tel mot, puis d’indiquer pour quelles raisons on affirme telle ou telle chose, »
    Bernard Bolzano XIXe

    J’ai un livre à lire de Jacques Bouveresse paru en 1999 :
    Prodiges Et Vertiges De L’analogie – De l’abus des belles-lettres dans la pensée