Accueil / A C T U A L I T É / Lettre ouverte ? notre ami le Pr?sident Nicolas Sarkozy

Lettre ouverte ? notre ami le Pr?sident Nicolas Sarkozy

Monsieur le Pr?sident de la R?publique Fran?aise :

L’Ulysse de ces temps-ci est, in?luctablement, tunisien. Et la trag?die est bel et bien tunisienne. Mais, ? la diff?rence de l’Odyss?e d’Hom?re, l’h?ros n’est pas un individu seul mais 25 000 rescap?s et des dizaines de faux-espoirs gisant au fond de la m?diterran?e !!!

Monsieur le Pr?sident de la R?publique Fran?aise :

L’histoire de ces jeunes, longtemps occult?e par un pouvoir hideux trop soucieux de soigner son image que de leur avenir, ?merge de nos jours … d?rangeante et choquante. Elle se r?sume, je vous l’assure, en trois mots : ch?mage, mis?re et … mirage.

N’attendant pas les fruits de la r?volution de la dignit?, pourtant la leur, ces jeunes se sont « inscrits » dans une folle entreprise aux cons?quences incertaines. Candidats ? l’?migration clandestine, ils ont confi? leurs « ?mes » et toutes leurs ?conomies ? ces diables de marchands de r?ves … ces passeurs sans scrupules.

En catimini, ils ont pris une mer, souvent hostile, navigant dans des embarcations de fortune et laissant, derri?re eux, des ?tres chers terriblement inquiets. Leur point de mire est la petite ?le italienne de Lampedusa, le premier rocher de la citadelle Europe et la porte d’entr?e au vieux continent riche et accueillant, leur a-t-on racont?…

Leur voyage, p?rilleux, s’il arrive ? terme, n’aura pris qu’une vingtaine d’heures et les voil? arriv?s dans leur Eldorado. Leur « Ouf » de soulagement, en accostant la terre ferme, ne sera que de courte dur?e. Tr?s vite, ils se sont rendus compte qu’ils n’?taient pas les bienvenus. Ce rappel amer ? la r?alit? a, violemment, secou? ces r?fugi?s ?conomiques. Et le doute alla,?crescendo, s’installer…

Monsieur le Pr?sident de la R?publique Fran?aise :

Pris en charge par les carabiniers, ils sont emmen?s vers leur premier point d’ancrage italien : le centre de secours et d’accueil rouvert pour l’occasion. Les conditions d’h?bergement y sontinhumaines. Ils seront transf?r?s, par la suite, sur le continent dans des centres de r?tention. Mais, la quasi totalit? de ces « clandestins », n’ont pas l’intention d’y demeurer. Ils clament haut et fort leur intention de rejoindre la France, terre d’accueil et pays des droits de l’Homme avec lequel des liens historiques et « culturels » ont ?t? tiss?s au fil des temps.

Monsieur le Pr?sident de la R?publique Fran?aise :

Mais, la r?ponse de votre pays ne se fait pas attendre … directe et s?che ? la limite de la x?nophobie tels les propos tenus par Mme Chantal Brunel, d?put?e de votre famille politique, qui sugg?re de les « remettre dans les bateaux » ??!!!

Monsieur le Pr?sident de la R?publique Fran?aise :

La Tunisie et l’Italie ont conclu un accord stipulant la r?gularisation de 22.000 Tunisiens en situation irr?guli?re en leur accordant des titres de s?jour leur permettant de circuler librement dans les pays de l’espace Schengen. Vous y ?tiez oppos?. Votre v?to s’est fait retentir brutalement.

Et, les instructions du minist?re de l’Int?rieur pour limiter l’impact de cette ?ventuelle arriv?e y vont dans le m?me sens. Elles illustrent, en imposant cinq conditions quasi impossibles ? honorer par nos ?migr?s, une insouciance au sort de ces milliers de victimes[1] et une envie pressante de se d?barrasser de ce « fl?au ».

Monsieur le Pr?sident de la R?publique Fran?aise :

Nous apprenons, chaque jour, par les m?dias, des informations alarmantes sur la situation de nos fr?res tunisiens sur votre territoire. Ils y sont pers?cut?s, au mieux, confin?s, comme des b?tes sauvages, dans des squares…

Leur condition de vie est si pr?caire qu’elle n?cessite encadrement et accompagnement social et sanitaire.

Monsieur le Pr?sident de la R?publique Fran?aise :

Je sais que la France ne peut pas « accueillir toute la mis?re du monde » mais, face ? cette situation exceptionnelle, des solutions in?dites devraient ?tre trouv?es.

Pourquoi ,comme le proposait le Parti Socialiste Fran?ais, ne vous appliqueriez pas?la directive europ?enne de protection temporaire, qui a ?t? cr??e pendant la guerre des Balkans, et « qui pr?voit, dans des circonstances exceptionnelles, un accueil solidaire au sein de l’UE de populations fuyant des troubles. »??

Ou bien, vous, occidentaux, qui avez cr??, il y a des ann?es, le droit, tr?s controvers?, « ? l’ing?rence humanitaire » et puis, en version 2, le « Droit de d?fendre la population civile », ne pourriez-vous pas inventer le « Droit d’accueil humanitaire »???

Monsieur le Pr?sident de la R?publique Fran?aise :

Je sais que le moment « choisi » par ces jeunes tunisiens constitue une aubaine, pour vous personnellement, dans votre qu?te des voix de l’?lectorat de l’extr?me droite.

Je sais que les sondages des pr?sidentielles ne vous sont pas favorables et que, par votre position, vous esp?rez inverser les tendances.

Il est ?vident que vous agissiez selon un agenda ?lectoral mais ces rescap?s ne m?ritent pas des surench?res politiciennes. Ce sont des cas humains en d?tresse.

Le G?n?ral De Gaules, dont vous r?clamez l’h?ritage politique, aurait-il agi de cette mani?re?? Je ne le pense pas !!!

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Voter avec ses pieds

Quelles sont les raisons qui font qu’un électeur choisit un candidat plutôt qu’un autre ? ...