Accueil / L O C A L I S A T I O N / AMÉRIQUE LATINE / Lettre d?Hugo Chavez ? l?Afrique (21 f?vrier 2013) : ? formons un seul peuple, un seul continent, nous ne pouvons rien attendre sinon de nous-m?mes ?

Lettre d?Hugo Chavez ? l?Afrique (21 f?vrier 2013) : ? formons un seul peuple, un seul continent, nous ne pouvons rien attendre sinon de nous-m?mes ?

Au moment o? une part croissante de la gauche europ?enne se convertit au ??droit d?ing?rence?? qu?elle critiquait il y a quelques ann?es et o?, complices de l?impunit?, les m?dias occidentaux minimisent les milliers de victimes civiles de bombardements ??humanitaires?? ou ??la?cs?? (Afghanistan, Libye, Mali, etc?), les latino-am?ricains ne sont pas dupes des habits neufs du colonialisme. Ils savent qu?au-del? du contr?le des mati?res premi?res, c?est l?unit? politique du Sud qui est vis?e. La volont? des gouvernements progressistes latino-am?ricains de d?velopper des relations Sud-Sud (suivant la ligne trac?e du Congr?s de Panama organis? par Bolivar en 1828 au sommet de Bandoeng en 1956?) n?a rien ? voir, contrairement ? ce que mart?lent les m?dias occidentaux, avec un quelconque ??appui aux dictateurs??.

Lorsque le pr?sident br?silien Lula da Silva signa avec la Turquie un Pacte appuyant le droit de l?Iran ? d?velopper l??nergie nucl?aire civile et qu?il critiqua ??l? ing?rence des occidentaux dans les ?lections et dans la vie politique de l?Iran??, quand les pr?sidents Evo Morales, Cristina Fernandez ou Rafael Correa notamment, signent d?importants trait?s et contrats avec les iraniens, ils ne font qu?appliquer ce qu?il y a plus de trente ans un certain R?gis Debray conseillait au prince ? propos des pays du ??socialisme r?el??. Plut?t que d?entrer dans le Disneyland de la Guerre Froide en les ostracisant, d?velopper une strat?gie plus subtile et plus ambitieuse, garder des relations politiques et diplomatiques avec eux, pour les influencer dans le bon sens et garder son mot ? dire.

En Am?rique Latine, la concr?tisation par des gouvernements de gauche de la d?mocratie participative, des droits de la femme, de l??co-socialisme, etc? ne peuvent qu?influencer dans le bon sens la construction d?un monde multipolaire des trois-quarts de l?humanit?. On ne peut qu??tre frapp? en comparaison par le n?ant id?ologique qui caract?rise le discours de gouvernants europ?ens devenus simples ??commis de commerce?? vis-?-vis des nations du Sud (voir le r?cent sommet UE-CELAC ? Santiago du Chili).

Lorsque les occidentaux (y compris de gauche) raill?rent et rejet?rent la proposition de nombreux gouvernements latino-am?ricains, soutenue par l?Organisation de l?Unit? Africaine (OUA), d?entamer des pourparlers diplomatiques en Libye afin d??viter une guerre meurtri?re, la pr?sidente argentine sut exprimer le sentiment d?un continent : ??Quand je vois les occidentaux r?gler leurs affaires ? coups de bombes, je suis fi?re d??tre latino-am?ricaine??.

africa

Lettre du Pr?sident Hugo Chavez aux participants du III?me Sommet Afrique-Am?rique latine et Cara?bes (Guin?e ?quatoriale, f?vrier 2013)

Caracas, 22 f?vrier 2013.

Fr?res et s?urs,

Recevez mon plus fervent salut bolivarien, unitaire et solidaire, avec toute ma joie et de toute mon esp?rance dans le d?roulement de ce III? Sommet si attendu des Chefs d??tat et de Gouvernement d?Am?rique du Sud et d?Afrique.

Je regrette vraiment, du plus profond de mon ?tre de ne pouvoir ?tre pr?sent physiquement parmi vous pour vous r?it?rer, par une sinc?re accolade, mon irr?vocable engagement en faveur de l?unit? de nos Peuples. Je suis pr?sent, cependant, dans la personne du Chancelier de la R?publique Bolivarienne du Venezuela, le camarade Elias Jaua Milano, ? qui j?ai demand? de vous transmettre la plus vive expression de mon amour pour ces continents qui sont plus que fr?res, unis par de solides liens historiques et destin?s ? avancer ensemble vers leur r?demption pleine et absolue.

Je le dis du plus profond de ma conscience?: l?Am?rique du Sud et l?Afrique sont un m?me peuple. On r?ussit seulement ? comprendre la profondeur de la r?alit? sociale et politique de notre continent dans les entrailles de l?immense territoire africain o?, j?en suis s?r, l?humanit? a pris naissance. De lui proviennent les codes et les ?l?ments qui composent le syncr?tisme culturel, musical et religieux de notre Am?rique, cr?ant une unit? non seulement raciale entre nos peuples mais aussi spirituelle.

De la m?me mani?re, les empires du pass?, coupables de l?enfermement et de l?assassinat de millions de filles et de fils de l?Afrique m?re dans le but d?alimenter un syst?me d?exploitation esclavagiste dans leurs colonies sem?rent dans Notre Am?rique le sang africain guerrier et combatif qui br?lait du feu que produit le d?sir de libert?. Cette semence a germ? et notre terre a enfant? des hommes aussi grands que Toussaint Louverture, Alexandre P?tion, Jos? L?onardo Chirino, Pedro Camejo parmi beaucoup d?autres, avec pour r?sultat, il y a plus de 200 ans, le d?but d?un processus ind?pendantiste, unioniste, anti-imp?rialiste et reconstructeur en Am?rique Latine et carib?enne.

Ensuite, au XX? si?cle, vinrent les luttes de l?Afrique pour la libert?, ses ind?pendances, contre ses nouvelles menaces n?o-coloniales, Patrice Lumumba, Amilcar Cabral pour n?en citer que quelques-uns. Ceux qui, dans le pass? nous ont conquis, aveugl?s par leur soif de pouvoir, ne comprirent pas que le colonialisme barbare qu?ils nous imposaient deviendraient l??l?ment fondateur de nos premi?res ind?pendances. Ainsi, l?Am?rique Latine et les Cara?bes partagent avec l? Afrique un pass? d?oppression et d?esclavage. Aujourd?hui plus que jamais, nous sommes fils de nos lib?rateurs et de leurs hauts faits , nous pouvons dire, nous devons dire avec force et conviction, que nous unit aussi un pr?sent de lutte indispensables pour la libert? et l?ind?pendance d?finitive de nos nations.

Je ne me lasserai pas de le redire, nous sommes un m?me peuple, nous avons l?obligation de nous rencontrer au-del? des discours formels dans une m?me volont? d?unit? et ainsi unis, donner vie ? l??quation qui devra s?appliquer dans la construction des conditions qui nous permettront de faire sortir nos peuples du labyrinthe dans lequel le colonialisme les a jet?s et, par la suite, le capitalisme n?o-lib?ral du XX? si?cle.

Pour cela, je veux ?voquer la m?moire de deux grands combattants pour la coop?ration sud-sud comme l?ont ?t? les deux ex pr?sidents du Br?sil et de la Tanzanie, Luis Ignacio ??Lula?? da Silva et Julius Nyerere dont les apports et les efforts ont permis, en leur temps, la mise en place de magnifique forum pour une coop?ration solidaire et compl?mentaire comme l?est l?ASA?(1).

Cependant, les temps que nous vivons nous obligent ? consacrer nos plus profondes et urgentes r?flexions ? l?effort n?cessaire pour transformer l?ASA en un v?ritable instrument g?n?rateur de souverainet? et de d?veloppement social, ?conomique, politique et environnemental.

C?est sur nos continents que l?on trouve les ressources naturelles, politiques et historiques suffisantes, n?cessaires, pour sauver la plan?te du chaos o? elle a ?t? conduite. Faisons que le sacrifice ind?pendantiste de nos anc?tres qui nous offre le jour d?aujourd?hui serve ? unifier nos capacit?s pour transformer nos nations en un authentique p?le de pouvoir qui, pour le dire avec le p?re Lib?rateur Simon Bolivar, soit plus grand par sa libert? et sa gloire que par son extension et ses richesses.

Les paroles de cet immense g?n?ral uruguayen Jos? Gervasio Artigas r?sonnent toujours dans mon ?me et dans ma conscience?: ??Nous ne pouvons rien attendre si ce n?est de nous-m?me??. Cette pens?e si profonde renferme une grande v?rit? que nous devons assumer, j?en suis absolument convaincu.

Notre coop?ration sud-sud doit ?tre un lien de travail authentique et permanent qui doit tourner toutes ses strat?gies et ses plans de d?veloppement soutenable vers le sud, vers nos peuples.

Quoiqu?en aucune mani?re nous ne nions nos relations souveraines avec les puissances occidentales, nous devons nous rappeler que ce ne sont pas elles qui sont la source de la solution totale et d?finitive pour l?ensemble des probl?mes de nos pays. Loin de l??tre, quelques-unes d?entre elles appliquent une politique n?o-coloniale qui menace la stabilit? que nous avons commenc? ? renforcer sur nos continents.

Fr?res et s?urs, je voudrais rappeler pour ce III? Sommet des Chefs d?Etat et de Gouvernement de l?ASA, l?esprit de fraternit?, d?unionisme et de volont? qui a dirig? le d?roulement de ce II? merveilleux Sommet dans l??le de Margarita, au Venezuela, qui nous permit d?adopter unanimement les engagements de la D?claration de Nueva Esparta. Je souhaite avec beaucoup de foi et d?esp?rance que nous puissions r?cup?rer ? Malabo l?impulsion et l?effort de ce moment extraordinaire pour notre processus d?unit?, le Sommet de 2009, qui a montr? autant par sa fr?quentation massive que par la quantit? et le contenu des accords atteints.

Depuis le Venezuela, renouvelons aujourd?hui notre plus ferme engagement dans le renforcement du Secr?tariat Permanent de la Table Pr?sidentielle Strat?gique de l?ASA avec ses principales t?ches et fonctions pour acc?l?rer le rythme dans la consolidation de nos institutions et obtenir ainsi une plus grande efficacit? dans notre travail conjoint.

Je regrette avec beaucoup de douleur et de peine que tout notre travail commenc? formellement depuis 2006 ait ?t? interrompu par les forces imp?rialistes qui pr?tendent encore dominer le monde. Ce n?est pas un hasard, je le dis et je l?assume pleinement, que depuis le Sommet de Margarita, le continent africain ait ?t? victime des multiples interventions et des multiples attaques de la part des puissances occidentales.

Les nombreux bombardements et invasions imp?riaux emp?chant toute possibilit? de solution politique et pacifique aux conflits internes qui ont commenc? dans diverses nations d?Afrique, ils ont eu comme objectif principaux de freiner le processus de consolidation de l?unit? des peuples africains et, en cons?quence, de miner les progr?s de l?union de ces ?tats avec les peuples latino-am?ricains et carib?ens.

La strat?gie n?o-coloniale a ?t?, depuis le d?but du XIX?, de diviser les nations les plus vuln?rables du monde pour les soumettre ? des rapports de d?pendance esclavagiste. C?est pour cela que le Venezuela s?est oppos?, radicalement et depuis le d?but, ? l?intervention militaire ?trang?re en Libye et c?est pour le m?me motif que le Venezuela r?it?re aujourd?hui son rejet le plus absolu de toute activit? d?ing?rence de l?OTAN.

Face ? la menace extra-r?gionale pour emp?cher l?avance et l?approfondissement de notre coop?ration sud-sud, je le dis avec Bolivar dans sa Lettre de Jama?que de 1815?: ??Union, union, union, cela doit ?tre notre plus importante consigne.?? Notre Gouvernement renouvelle, en ce III? Sommet de l? ASA dans cette r?publique s?ur de Guin?e Equatoriale, son absolue disposition ? avancer dans le travail n?cessaire pour consolider notre coop?ration dans les secteurs que j?ai personnellement propos?es ? notre dernier sommet, dans la belle ?le de Margarita. Energie, Education, Agriculture, Finances et Communication continuent d??tre nos priorit?s et pour celles-ci, nous r?it?rons notre engagement pour avancer dans des initiatives concr?tes comme Petrosur, l?Universit? des Peuples du Sud ou la Banque du Sud, pour ne citer que quelques exemples. Dans le secteur de la communication, nous proposons, depuis le Venezuela, que cet effort que nous avons r?ussi ? mettre en place ensemble dans diff?rents pays de l?Am?rique du Sud, TeleSur, s?articule avec l?Afrique afin qu?il puisse accomplir depuis ces latitudes sa principale fonction?: relier les peuples du monde entre eux et leur apporter la v?rit? et la r?alit? de nos pays.

Enfin, je veux renouveler ? tous mon d?sir que les r?sultats projet?s lors de ce III? Sommet ASA nous permette de transformer ce forum en un outil utile pour conqu?rir notre d?finitive ind?pendance en nous pla?ant ? la hauteur de l?exigence de l??poque et comme le dirait le Lib?rateur, le plus de bonheur possible pour nos peuples. Je suis un convaincu, simple et obstin?, nous r?ussirons ? mener ? bien cette cause que nos lib?rateurs et martyres nous ont transmise depuis des si?cles. Nos millions de femmes et d?hommes pr?sent?s en sacrifice pour leur pleine et absolue libert?. Avec le p?re infini, notre Lib?rateur Simon Bolivar, je dis une fois de plus?: ??Nous devons attendre beaucoup du temps, son ventre immense contient plus d?esp?rance que de faits pass?s et les prodiges futurs doivent ?tre sup?rieurs aux anciens??.

Marchons donc vers notre union et notre ind?pendance d?finitive. En paraphrasant Bolivar, je dis maintenant?: ??Formons une patrie,un continent, un seul peuple, ? tout prix et tout le reste sera supportable.??

Vive l?union sud-am?ricaine et africaine?!

Vive l??ASA?!

Jusqu?? la victoire toujours?!

Nous vivrons et nous vaincrons?!

Hugo Chavez Frias

Note :

(1)?ASA 😕Am?rica del?Sur/Africa.

Traduction Gaston Lopez

URL de cet article 😕http://venezuelainfos.wordpress.com/2013/02/24/lettre-dhugo-chavez-a-lafrique-21-fevrier-2013-formons-un-seul-peuple-un-seul-continent-nous-ne-pouvons-rien-attendre-sinon-de-nous-memes/

cumbre-asa1

Le troisi?me sommet Afrique-Am?rique du Sud, qui a r?uni une soixantaine de chefs d??tat ? Malabo (Guin?e ?quatoriale) du 20 au 23 f?vrier 2013 a permis la signature de 27 accords de coop?ration sud-sud dans tous les secteurs d?activit?. La r?union se poursuivra ? Caracas le 26 avril 2013.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Pour Trump, un soldat peut assassiner sans vergogne !

La petitesse d’esprit du dirigeant de la plus forte armée au monde n’est pas une ...