Accueil / T Y P E S / Billets / Lettre à Antoine

Lettre à Antoine

« L’homme robot, l’homme termite, l’homme oscillant du travail à la chaîne : système Bedeau, à la belote. L’homme châtré de tout son pouvoir créateur et qui ne sait même plus, du fond de son village, créer une danse ni une chanson. L’homme que l’on alimente en culture de confection, en culture standard comme on alimente les bœufs en foin. C’est cela, l’homme d’aujourd’hui. »
Antoine de Saint-Exupéry, Lettre au général « X »

Dommage que tu ne sois plus de ce monde pour « apprécier » cet homme robot dont tu parlais. Toi qui, comme moi, aimais bien cultiver les petits princes et rêver d’un monde meilleur que celui dans lequel tu as vécu, n’en reviendrais pas.

Nous sommes à peine plus que des épluchures, des nègres au service d’un monde en train de perdre tous ses pays. On parlait de « botte nazie ». Maintenant, c’est le soulier verni des pillards qui parcourent le monde avalent des richesses comme un énorme Gargantua assis dans son bureau, un cafard ingénieux et monstrueux.

La propagande, elle, est une soumission constante à la peur des pertes d’emplois. Ils font fabriquer nos chemises à l’autre bout du monde. Ils râpent le dos des pauvres, assujettis, étranglés dans leurs grandes usines sordides.  Sorte de camps de concentration, qui dit que le travail rend libre.  Peut-être vivons nous dans un grand camp de concentration et on ne sait pas ce qu’on va faire de nous?  On a l’impression d’être comme ce juif de Varsovie qui demanda qu’on lui sauve la vie en donnant ses dents en or. On les lui arracha, et il fut sauf pour un laps de temps inconnu. Nous aussi nous vendons ce qui nous permet de manger. Nous sommes – un terme que tu ne connaissais pas – des survivants de chaque jour. Et sous les mots que tu désignais: « le fonctionnariat universel ».

La beauté de la vie est en train de s’éteindre. La  Terre des hommes est une Terre de vendeurs du temple échevelés: ils nourrissent des contes en banque. Maintenant, on sue du cerveau. On transpire de l’âme… Du moins, de la partie de celle qui nous reste. Car notre petite lumière, elle aussi, est amochée.

« La civilisation est un bien invisible puisqu’elle porte non sur les choses, mais sur les invisibles liens qui les nouent l’une à l’autre, ainsi et non autrement. Nous aurons de parfaits instruments à musique distribués en grande série, mais où sera le musicien ? »  Lettre au général « X » 

C’est une bonne question… Mais où sont donc ceux qui ont le réel pouvoir? Ils ont inventé un nuage-camouflage pour n’être pas vus. Imagine les morceaux d’Hitler tout éparpillés et que l’on tente d’en faire le portrait pour savoir qui a construit cette monstruosité sans but humain.

*

Je me souviens qu’à 14 ou 15 ans, mon enseignante m’avait prêté de tes livres, parce qu’elle disait que j’avais du talent. Je les ai lus… Mais ça m’a pris bien du temps à comprendre. En fait, la moitié d’une vie… Et encore. Eh! bien maintenant, on s’arrange pour que tous les habitants de cette planète restent à cet âge pour ne pas comprendre ce que tu disais.

Bonne éternité!

Gaëtan Pelletier, 2017

Commentaires

commentaires

A propos de Gaëtan Pelletier

avatar

Check Also

Haïti: manifestations de masse

Des manifestations de masse paralysent Haïti   Entamées depuis plus d’une semaine, à l’occasion du ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour Gaetan,

    Merci pour ces réflexions. En quelques décennies, l’humanité a été entraînée dans une course insoutenable à tous les niveaux. Le plus étrange, parce que contradictoire, est qu’elle a dû accroître le rythme pour tenter de compenser les désagréments engendrés par la course elle-même. Cela s’est très souvent traduit par: mettre en oeuvre des solutions à des problèmes évitables puisque créés de toutes pièces.

    Cette course aveugle a pour conséquence, entre autres, l’abandon progressif (volontaire ou pas) des conditions essentielles au maintien du caractère humain des individus. On pourrait qualifier cette conséquence de syndrome, à partir du moment où l’on devient incapable de reconnaître ce qui importe le plus.

    A bientôt et bonne journée !

    • avatar
      Gaëtan Pelletier

      Bonjour Elyan,
      Il y a une totale incompréhension ( ainsi qu’une acceptation) du supposé « progrès ». Si le « clinquant » absorbe une bonne partie du cerveau, et que NOUS possédons n’est pas orienté vers les humains, à quoi sert toute cette machinerie? J’aurais bien aimé voir un Saint-Saint-Exupéry vivre un peu plus longtemps pour au moins voir l’après-guerre ( et quelques autres) et terminer son oeuvre.
      En anticipant qu’ils serait plongé dans le monde actuel, d’un seul coup, un être aussi lumineux serait en état de choc.
      Bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.