Accueil / T Y P E S / Articles / L’?tonnant destin des photos de Serge Prokoudine-Gorsky

L’?tonnant destin des photos de Serge Prokoudine-Gorsky

A l’heure o? une ?tape de la technique photographique s’ach?ve, il est toujours ?mouvant de faire un retour en arri?re et d’observer combien elle a ?t? le r?sultat de t?tonnements, de fausses pistes et de contributions de nombreux inventeurs.

Si l’Histoire a retenu les noms de Daguerre, de Niepce, des fr?res Lumi?re de Eastman et quelques autres, cet article voudrait conter l’aventure peu banale d’un Russe, Serge Prokoudine-Gorski, dont certaines photos ont connu un destin tr?s ?trange. En effet, si la photographie num?rique est en train de tuer le proc?d? « argentique » voil? le cas, au contraire, o? des photos exceptionnelles ont pu ?tre ressuscit?es gr?ce ? l’informatique et la num?risation.

Ce monsieur, dont on pourra trouver sur Wikipedia une biographie plus d?taill?e, avait dans les ann?es 1902-1905 invent? un proc?d? r?volutionnaire de photographie donnant des images en couleurs, qui n?cessitait une projection sur un ?cran. Il parvint ? int?resser la famille imp?riale ? son invention et ? convaincre le Tsar de lui fournir tous les moyens de r?aliser, dans le but d’?duquer la jeunesse russe, un reportage sur l’empire, qu’il r?alisa en deux p?riodes : 1909-1912, puis en 1915.

Disposant d’un wagon de chemin de fer sp?cial, d’un bateau ? vapeur ?quip?s de laboratoires et m?me d’un v?hicule tout-terrain, il a parcouru ainsi l’immense empire russe et rapport? des milliers de photos qui constituent un t?moignage exceptionnel sur ce pays ? la veille de la premi?re guerre mondiale et de la r?volution.
Lorsque celle-ci ?clate, l’aristocrate qu’il ?tait ?migre, emportant avec lui des dizaines de malles remplies de ses plaques photographiques, d’abord en Angleterre via la Norv?ge, puis se fixe d?finitivement en France. Avec ses deux fils, il poursuit ses travaux sur la photographie en couleurs, participe ? la mise au point des tirages ? partir des nouvelles pellicules couleurs et fonde la marque Elka. Son syst?me de « projections optiques en couleurs » ?tant totalement d?pass?, les plaques photographiques sur l’empire russe rest?rent au fond de ses malles.

Il d?c?de ? Paris en 1944. En 1948, ses fils vendent ? la Biblioth?que du Congr?s Am?ricain toutes ses archives, des albums photos et ses fameux n?gatifs sur grosses plaques de verre.

Son proc?d? :

Il s’agit d’un syst?me compliqu?, mais qui donnait des images projet?es, avec des couleurs exceptionnelles. Il faut rappeler que ce proc?d? est contemporain des tous premiers « autochromes » des fr?res Lumi?re, premi?res photos en couleurs de l’Histoire, mais de qualit? tr?s m?diocre ? leur d?but.

Le principe adopt? par Serge Prokoudine-Gorsky est le suivant : il effectuait trois photographies successives du m?me sujet ? l’aide d’une plaque photographique de longueur adapt?e, mais chacune ? travers un filtre diff?rent : rouge, vert et bleu. Il obtenait ainsi trois photographies en noir et blanc, mais avec des d?grad?s de gris diff?rents suivant le filtre utilis?. Une fois la plaque positive des trois clich?s r?alis?e, elle ?tait projet?e ? l’aide d’un triple projecteur ?quip? des m?mes filtres rouge, vert et bleu… et le miracle de la couleur se r?alisait sur l’?cran !


On ne dispose pas de reproduction de l’appareil qu’il utilisait, avec sa plaque de triple hauteur mais il devait ?tre tr?s proche de celui qui est montr? ? gauche. A droite, une gravure du triple projecteur avec ses filtres au bout des objectifs.

La r?surrection de ses photos gr?ce ? l’informatique.

Les plaques de verre de Serge Prokoudine-Gorsky dormirent quelque part au fond des archives de la Biblioth?que du Congr?s Am?ricain pendant plus de 50 ans.
Ici intervient une l?gende qu’il a ?t? impossible de v?rifier : ce serait un jeune biblioth?caire stagiaire un peu casse-pieds, que l’on aurait mis au rangement des archives pour s’en d?barrasser, qui aurait d?couvert ces plaques et s’y serait int?ress?. Et il aurait eu l’id?e tout bonnement g?niale de r?aliser les projections de ces photos, mais d’une mani?re virtuelle : c’est qu’entre temps l‘informatique ?tait n?e, les scanners et… Photoshop ! Et il aurait convaincu les responsables de la biblioth?que du Congr?s de redonner vie ? ces images.

Ainsi, les plaques furent scann?es une ? une, l’image num?rique obtenue transform?e en positif et en d?grad?s de gris, des « filtres » num?riques rouge, vert et bleu furent appliqu?s aux trois positifs rendus transparents, ensuite superpos?s. Enfin, apr?s une correction de luminosit? et de la balance des couleurs, le miracle auquel avait assist?, entre autres, le Tsar Nicolas II se reproduisit sous les yeux des manipulateurs…
Et en 2003, le r?sultat de ce travail de b?n?dictin fut mis en ligne sur le site de la Biblioth?que du Congr?s Am?ricain.

Les paysages, les monuments sont ?poustouflants. Les photos de personnages sont tout aussi int?ressantes mais parfois un peu floues, car les trois photos successives prenaient environ trois secondes et il fallait que le personnage rest?t parfaitement immobile d’un clich? ? l’autre.

Voici un exemple pris sur le site du Congr?s Am?ricain : la c?l?bre photo de l’?mir de Boukhara, qui a bien voulu rester, ? l’?poque, parfaitement immobile… ? gauche la plaque avec les trois clich?s noirs et blancs rendus positifs, puis les trois scans et leur coloration, et les trois positifs color?s, rendus transparents et superpos?s.


…et la photo d?finitive, une fois corrig?e en luminosit? et en balance des couleurs.


Un autre exemple, pris sur le m?me site, pour montrer les trois positifs recolor?s par les filtres et le r?sultat final, parfois surprenant, une fois superpos?s.


Outre le site du Congr?s Am?ricain, il y existe un site russe, absolument remarquable, de ses meilleures photos, (cliquer pour agrandir).

La biographie plus compl?te

L’exposition virtuelle sur le site du Congr?s

Le site russe

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Patrick Balkany: Ne passez pas par la case départ

Tous les amateurs de Monopoly ont découvert un jour ou l’autre cette carte « caisse de ...

9 Commentaire

  1. avatar

    Merci Leon de nous faire découvrir ce photographe.
    Ces clichés en couleurs sont tous simplement stupéfiants, nous étions tellement habitué à tout voir en noir et blanc de cette époque que l’on imaginait difficilement que l’herbe puisse être verte.

  2. avatar

    Merci Léon pour ce rappel indispensable . La vérité des couleurs exulte au delà de tout exotisme. Elles apprivoisent le fabuleux.

  3. avatar

    Voilà une belle résurection du passé sans arrières pensées. Quoiqu’on peut se dire qu’après le départ de ce photographe, l’URSS a sombrée dans le noir et blanc.

  4. avatar

    Léon

    Heureux de vous relire sur Centpapiers. Cet article comme l’ont dit mes collègues avant moi est un bel et grand hommage à un pionnier trop méconnu de la photographie.

    Pierre R.

  5. avatar

    Salut Léon,

    Vieille connaissance, non ?

    Pierre R. m’avait prévenu au sujet de ton article.
    Je lui ai répondu en disant que, coïncidence, j’ai aussi mon article la semaine prochaine sur ma passion, la photo. Je ne la connaissais pas pour toi.

    Combien de fois, n’avons-nous pas échangé des propos à ce sujet Philippacos et moi du temps d’AV. La transhumance est parfois ’très’ nécessaire. Pour moi, cela a été Le Panda. Chacun son truc en plume.

    Bon article comme il se doit.
    Je placerai ce lien sur mon article. Il y aura aussi beaucoup de photo en ligne. Mais j’arrête ici. Il faut garder certains secrets de fabrication, non ?

  6. avatar

    Salut l’enfoiré !

    A vrai dire je ne suis pas vraiment passionné de photo, mais j’essaie depuis des années de reconstituer un pan de mon histoire familiale, l’émigration russe à Paris dans l’entre-deux guerres, que l’on a finalement peu racontée. Je ne sais, par exemple si tu as pu lire mon article consacré à Nestor Makhno ?

    C’est par hasard que je suis tombé sur ce Prokoudine-Gorski dont j’ignorais tout .

    Comme je suis également très attentif aux conséquences des techniques numériques, j’ai été particulièrement touché qu’elles aient permis,pour une fois, de sauver un procédé « analogique » alors que d’habitude, c’est le contraire. Je trouve l’histoire assez belle.

  7. avatar

    Nestor Makhno ?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nestor_Makhno
    J’avoue de ne pas connaître. Au Père Lachaise. On trouve tout chez ce Père…
    Non, où est-il, cet article ?
    Pas par ici. Sur ton site ?