Accueil / A C T U A L I T É / L’espèce humaine en voie d’extinction ?

L’espèce humaine en voie d’extinction ?

L’espèce humaine est-elle en voie d’extinction ?
Interview de Guy McPherson

Certains scientifiques, dont Guy McPherson, craignent que la perturbation climatique soit si grave, et qu’elle comporte tellement de boucles de rétroaction* déjà enclenchées et s’autoalimentant, que les humains sont actuellement en train d’entrainer leur propre extinction.

Août, septembre et octobre ont été respectivement les mois les plus chauds jamais enregistrés. Tout comme cette année, en bonne voie pour devenir l’année la plus chaude jamais enregistrée, 13 des années les plus chaudes jamais enregistrées dernières ont été dans les 16 années passées.

Le charbon dépassera probablement le pétrole comme source d’énergie dominante d’ici 2017, et sans une transition majeure du charbon vers d’autres sources, les températures mondiales moyennes pourraient augmenter de 6°C d’ici 2050, entrainant un changement climatique dévastateur.

Il s’agit d’un pronostic bien pire que la pire des prévisions du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui prédit une augmentation d’au moins 5 degrés Celsius d’ici 2100 dans son pire scénario, si le commerce continue comme d’habitude, sans efforts majeurs d’atténuation.

Et pourtant les choses continuent d’empirer si rapidement que même le GIEC ne peut suivre.

Le magazine Scientific American a dit du GIEC: « À travers deux décennies et des milliers de pages de rapports, la principale autorité du monde en termes de climatologie a continuellement sous-estimé le taux et l’intensité du changement climatique et le danger que ces impacts représentent ».

Et rien n’indique, dans le monde politique ou de l’entreprise, qu’un changement majeur, ou quoi que ce soit s’en rapprochant, visant à atténuer drastiquement la perturbation anthropique du climat (PAC), voie le jour.

Guy McPherson est un professeur émérite en Ressources naturelles, Écologie et Évolution biologique à l’Université d’Arizona, qui étudie la PAC depuis près de 30 ans.

Son blog, Nature Bats Last [« Le mot de la fin à la nature »] attire un nombre croissant de lecteurs, et depuis 6 ans, McPherson voyage à travers la planète en donnant des conférences sur un sujet qui, même pour les initiés, est à la fois choquant et controversé: la possibilité d’une extinction à court terme de l’humanité, à cause de la PAC.

Comme McPherson a expliqué à Truthout : « Nous n’avons jamais connu cela en tant qu’espèce, et les implications sont vraiment extrêmes et profondes pour notre espèce et pour le reste de la planète du vivant. » Il a également expliqué à Truthout qu’il pensait que l’extinction de l’humanité à court terme pourrait éventuellement résulter de la disparition de la mer de glace de l’Arctique, ce qui constitue l’une des 40 boucles de rétroaction qui s’autoalimentent de la PAC. « Un monde sans glace Arctique sera une chose entièrement nouvelle pour les humains », explique-t-il.

Au moment de notre interview, il y a moins d’un an, McPherson avait identifié 24 boucles de rétroaction renforcées positives*. Aujourd’hui leur nombre s’élève à 40.

Une boucle de rétroaction autoalimentée peut être vue comme un cercle vicieux, en ce qu’elle accélère les impacts de la PAC. Un exemple, les émissions de méthane dans l’Arctique. Des quantités massives de méthane sont actuellement enfermées dans le permafrost, qui fond aujourd’hui rapidement. Au fur et à mesure de la fonte du permafrost, le méthane, un gaz à effet de serre 100 fois plus puissant que le dioxyde de carbone sur une courte période de temps, est relâché dans l’atmosphère, la réchauffant, ce qui entraine plus de fonte du permafrost, et ainsi de suite.

Bien que la perspective de McPherson puisse sembler extravagante et comme tout droit sortie de la science-fiction, des choses similaires se sont déjà produites sur la planète, par le passé. Il y a 55 millions d’années, une augmentation de 5°C des températures mondiales moyennes semble avoir eu lieu en l’espace de 13 ans, selon une étude publiée en octobre 2013 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Un rapport dans le numéro d’août 2013 du magazine Science a révélé qu’à court terme, le climat de la Terre allait changer 10 fois plus vite qu’à n’importe quel moment de ces derniers 65 millions d’années.

Avant cela, l’extinction de masse du Permien qui avait eu lieu il y a 250 millions d’années, aussi appelée « la Grande Mort » (The Great Dying), a été déclenchée par une coulée massive de lave dans une région de la Sibérie, qui entraina une augmentation des températures mondiales de 6°C. Ceci, en retour, a entrainé la fonte de dépôts sous-marins gelés de méthane. Une fois dans l’atmosphère, ces gaz ont entrainé une augmentation des températures encore plus importante. Tout ceci s’est produit sur une période d’environ 80 000 ans. Le changement de climat semble avoir été l’élément clé de l’extinction de la plupart des espèces sur la planète. Lors de cette extinction, on estime que 95% des espèces ont été anéanties. 

Les preuves scientifiques actuellement observables suggèrent fortement que nous soyons au cœur du même processus — seulement cette fois, il est d’origine anthropique, et se déroule de manière exponentielle plus rapide que l’extinction massive du Permien.

Nous allons probablement commencer à voir des périodes d’Arctique sans aucune glace l’été prochain, ou l’été 2016 au plus tard.

Une fois que la glace d’été commencera à fondre, les émissions de méthane augmenteront fortement.

Nous sommes actuellement au cœur de ce que la plupart des scientifiques appellent la sixième extinction de masse de l’histoire de la planète, entre 150 et 200 espèces disparaissent chaque jour — un taux 1000 fois plus élevé que le taux « naturel », ou « de base », d’extinction. L’extinction actuelle dépasse déjà en vitesse, et dépassera peut-être en intensité, celle du Permien. La différence c’est que cette extinction est de cause anthropique, qu’elle ne prendra pas 80 000 ans, n’a duré que quelques siècles et prend de la vitesse de façon non-linéaire.

Est-il possible, en plus des vastes quantités de dioxyde de carbone qui continuent à être émises dans l’atmosphère en raison de l’utilisation de combustibles fossiles, qu’une émission croissante de méthane déclenche le genre de processus ayant mené à la Grande Extinction? Certains scientifiques, dont Guy McPherson, craignent que la perturbation climatique soit si grave, et qu’elle comporte tellement de boucles de rétroaction autoalimentées, que les humains sont actuellement en train d’entrainer leur propre extinction. Pire encore, certains sont convaincus que cela pourrait se produire bien plus rapidement que ce qui est généralement considéré comme possible — même au cours des quelques décennies à venir.

L’extinction, c’est pour toujours, par Stephanie McMillan

Truthout s’est entretenu avec le professeur McPherson lors de la conférence Earth at Risk (Terre en Danger) à San Francisco, récemment (décembre 2014), pour lui poser des questions sur son pronostic d’extinction de l’humanité, et ce que cela signifie pour nos vies aujourd’hui.

Dahr Jamail: Quels sont les signes actuels et les rapports qui vous déconcertent, et qui vous donnent matière à réflexion?

Guy McPherson : Je voyage depuis quelques temps, donc je n’ai pas suivi ce qu’il s’est passé ces 10 derniers jours. Mais disons, la tempête de neige de Buffalo, dans l’État de New York, qui a été la plus importante jamais enregistrée à Buffalo, avec près d’1,90 mètre de neige en moins de 24 heures. C’est la plus importante jamais enregistrée aux USA.

L’Australie, pendant ce temps, est en feu. Je reviens de Nouvelle-Zélande, le printemps vient d’y commencer, puisqu’il s’agit de l’hémisphère Sud. Durant tout mon séjour là-bas, les gens parlaient de la chaleur qu’il y faisait, disant « on est déjà en plein été », et il ne s’agissait que du début-milieu du printemps.

Il y a donc toutes sortes de faits mis en évidence par l’observation.

Nous avons mis en route une autre boucle de rétroaction, la 40ème, il y a à peine 2 semaines; puis il y a à peine une semaine un rapport scientifique a été publié, qui expliquait que pour chaque degré d’augmentation des température, il y aurait 7% de risques de foudre en plus. Cela contribue au renforcement d’une autre boucle de rétroaction, celle des feux, particulièrement dans l’hémisphère Nord, et particulièrement dans les forêts boréales. Donc, au fur et à mesure que cela se réchauffe et s’assèche, il y a plus d’incendies, et leur intensité augmente, et cela émet encore plus de carbone dans l’atmosphère, ce qui, bien évidemment, accélère la perturbation du climat.

Donc, la foudre est un élément de tout ça. Plus il y  a d’humidité de l’atmosphère, et plus celle-ci se réchauffe et plus il y a d’éclairs. Toute l’atmosphère devient plus dynamique. Ce sont quelques-unes des choses qui viennent à l’esprit.

D’après vous, combien de temps reste-t-il à l’humanité avant son extinction?

C’est une question très complexe, et nous sommes une espèce si intelligente. Il est clair qu’un changement climatique abrupt est en cours. La concentration de méthane dans l’atmosphère augmente exponentiellement. Paul Beckwith, un climatologue de l’Université d’Ottawa, indique que nous pourrions connaitre une augmentation de 6 degrés Celsius en une décennie. Il pense que nous survivrions à cela. Je ne vois pas comment. C’est un physicien et ingénieur spécialiste du laser, je pense donc qu’il ne comprend pas la biologie et le type d’habitat dont nous avons besoin pour survivre.

Il est donc difficile pour moi d’imaginer un scénario dans lequel nous survivrions à une augmentation de ne serait-ce que 4 °C [par rapport aux niveaux préindustriels] de la température, et nous connaitrons cela dans un avenir très proche, aux environs de 2030, plus ou moins. Il est donc difficile pour moi d’imaginer que notre espèce soit encore là en 2030.

Mais lorsque je donne des conférences j’essaie de ne pas me concentrer sur une date en particulier; j’essaie juste de rappeler aux gens qu’ils sont mortels. Que la naissance est létale, et que nous n’avons pas beaucoup de temps à vivre sur cette Terre, même si nous vivons 100 ans, et que nous ferions donc mieux de poursuivre ce que nous aimons, au lieu de poursuivre le prochain dollar.

A un niveau plus micro, que voyez vous se produire aux USA, si Beckwith et d’autres scientifiques prédisant une augmentation rapide des températures en si peu de temps ont raison?

L’intérieur des continents se réchauffe au moins deux fois plus vite que la moyenne mondiale. Donc une augmentation de 6°C en moyenne signifie au moins 12 degrés Celsius d’augmentation à l’intérieur des continents — il n’y a donc aucune chance pour que celui-ci soit viable pour les humains. Donc il faudrait se trouver dans un environnement maritime.

Je pense qu’avant même d’atteindre 6 degrés Celsius d’augmentation, nous perdrons tous les habitats. Nous perdrons la quasi-totalité du phytoplancton des océans, qui est déjà en sérieux déclin en raison de l’augmentation de l’acidité des océans. Il est difficile pour moi d’imaginer une situation dans laquelle les plantes, même les plantes terrestres, survivraient, parce qu’elles ne peuvent pas se lever et se déplacer. Et sans plantes pas d’habitat.

A 6 degrés Celsius d’augmentation en l’espace de quelques décennies, l’évolution par sélection naturelle ne pourra pas suivre. Déjà, le changement climatique — qui à ce jour a été assez lent, assez linéaire — est au moins 10 000  fois plus rapide que l’évolution par sélection naturelle, je ne vois donc pas comment la planète pourrait suivre.

Nous sommes intelligents. Nous pourrons nous déplacer. Et si quelqu’un a un peu de nourriture en stock, il pourra survivre un temps, mais le changement climatique entraine un effondrement social, ou peut-être que l’effondrement social entraine encore plus de changement climatique… dans tous les cas, si nous arrêtons d’envoyer des sulfates dans l’atmosphère, même au niveau des USA, de l’Europe et de la Chine, cela va entrainer une forte augmentation de la température planétaire. Selon des rapports, une réduction de 35 à 80% des émissions de sulfate entraine une augmentation de la température de 1°C. Et en quelques jours, peut-être quelques semaines. Donc lorsque le système s’effondre, cela signifie que nous serons bien au-dessus de la limite politique ridicule de 2°C, qui n’a jamais été un objectif scientifique malgré ce que Michael Mann, et d’autres soi-disant scientifiques de premier plan, prétendent. 1°C est un objectif scientifique depuis que le Groupe consultatif de l’ONU sur les émissions de gaz à effet de serre a établi cela en 1990**.

Et, plus grave encore, selon David Spratt, lors d’une conférence récente, 1°C était un objectif  ridicule. 0,8 °C semblait une cible plus raisonnable, et selon son estimation, 0,5°C était le Rubicon que nous n’aurions jamais du franchir. Nous l’avons franchi il y a longtemps, il y a un demi-siècle, et il souligne que nous avons passé tous ces points de basculement, toutes ces boucles de rétroaction, et qu’1°C n’est que pur non-sens, que 0,5°C serait plus raisonnable, mais que c’est dans notre rétroviseur, et ce depuis longtemps.

Que diriez-vous aux jeunes couples qui ont des enfants aujourd’hui, ou qui essaient d’en avoir?

Nous avons des moyens pour empêcher cela. [McPherson sourit et s’interrompt].

J’essaie d’encourager les gens à poursuivre leur passion, à faire ce qu’ils aiment, et apparemment certaines personnes aiment avoir des enfants.

Manifestement, je pense que c’est une tragédie terrible, étant donné le peu de temps que nous avons encore sur cette planète en tant qu’espèce, mais qui suis-je pour entraver les droits reproductifs de quelqu’un d’autre?

Donc, si vous aimez avoir des enfants, ayez des enfants et aimez-les, et peu importe la durée de leurs vies, faites en sorte que ce  soient des années joyeuses. Je crois qu’il en va de même pour nous tous, et si cela vous pousse à mettre au monde des enfants, qui suis-je pour vous empêcher de faire ce que vous aimez? C’est ce que j’essaye d’encourager les gens à faire.

Étant donné que nous avons déjà dépassé le bord du précipice, quelle est notre responsabilité sociale et spirituelle, envers nous-mêmes, envers les autres, et envers la planète, à mesure que notre extinction approche?

Je pense que notre responsabilité sociale c’est de vivre ici, maintenant et de contribuer à la joie de vivre de ceux qui nous entourent. Comme si nous étions dans une situation d’hospice. Je crois que nous devrions être les témoins de notre propre disparition, ainsi que de celle des nombreuses espèces que nous sommes en train de faire disparaitre.

De plus, je pense que nous avons l’obligation de ne pas faire empirer les choses pour les autres espèces de la planète. Il semblerait que nous ayons plongé dans l’abîme, mais nous n’avons pas à entraîner toutes les autres espèces de la planète avec nous.

C’est pour cela que j’apprécie beaucoup ce qu’il se passe ici, à Terre en Danger (Earth at Risk), parce qu’on reste concentré sur les espèces au-delà de la nôtre, et sur les sociétés et cultures au-delà des nôtres; nous avons tendance à penser que tout tourne autour de « nous », quel que soit ce « nous », et d’un point de vue cosmologique notre espèce est apparue très récemment, et pourtant nous pensons être le centre de tout.

Donc, peut-être que nous pourrions, pour changer, penser aux autres, pour commencer.

Pensez-vous que la réalité de la PAC, qui est déjà bien avancée, la réalité dont vous parlez depuis des années, commence à entrer dans la conscience genérale ?

De façon très limitée. De temps en temps un article ou reportage dans les médias dominants indique la proximité d’un point de basculement. Ils  font référence à la partie occidentale de la calotte glaciaire de l’Antarctique qui s’effondrera dans l’océan dans un avenir pas si lointain. Vous voyez un reportage sur le Groenland et sur la glace qui y fond très vite.

Mais notre cycle d’informations n’est pas de 24h, il est de 24 secondes. Ces choses vont et viennent rapidement et puis boum, retour sur les Kardashian et autres potins mondains.

Il est difficile de faire en sorte que cette culture se concentre de façon significative sur des sujets qui importent, pendant longtemps.

Pourquoi la discussion sur la PAC n’est-elle pas plus vive et répandue? Elle devrait être le sujet de conversation principal… toute la planète devrait se demander : « Qu’allons-nous faire? », et agir en réponse à ces questions, mais ce n’est pas le cas. Pourquoi ?

Le média-business. Une poignée d’entreprises contrôle plus de 90% des médias dans ce pays, et à peu de choses près, c’est la même chose dans le reste du monde. Nous avons donc des médias commerciaux, et un gouvernement corporatiste, ce que Mussolini appelait le fascisme.

Il n’y a aucun bénéfice à tirer du fait de rappeler aux gens que leurs vies sont courtes. Inversement, il y a des bénéfices à tirer de la vente de produits dont les gens n’ont pas besoin, qu’ils ne peuvent pas se payer et qui ne servent qu’à remplir les poches des PDG et des entreprises. Je pense que le fond du problème ce sont les entreprises et le contrôle qu’elles exercent sur les messages que nous recevons aujourd’hui.

Votre pronostic d’une extinction à court terme, est, cela va sans dire, controversé pour la plupart des gens. Que diriez-vous aux gens qui vous qualifient d’extrêmiste à cause de cela?

Je ne fais que rapporter les découvertes d’autres scientifiques. La quasi-totalité de ces résultats sont publiés dans des organes reconnus. Je ne pense pas que les gens aient de problèmes avec la NASA, ou la revue Nature, ou Science, ou l’Académie nationale des sciences… ce que je rapporte provient de sources légitimes et assez connues comme la NOAA [National Oceanic and Atmospheric Administration -Administration nationale US des affaires océaniques et atmosphériques], d’autres sources de la NASA, etc. Je n’invente rien, je connecte des points entre eux, et c’est quelque chose que les gens ont du mal à faire.

Prochaine centaine d’années: Extinction de masse – Incendies – Sécheresses

En ce qui vous concerne, qu’allez-vous faire maintenant, pourquoi continuer? Qu’est-ce qui vous y pousse?

Je ne peux pas m’en empêcher. Lorsque j’avais 6 ans je suis rentré chez moi avec un numéro Dick and Jane***, je l’ai montré à ma sœur de 4 ans, j’ai ouvert une page, [et] j’ai demandé : « C’est quoi ça? ».  « C’est un chien », a-t-elle répondu, et totalement dégouté, j’ai dit : « Non, c’est Spot. » J’étais déjà énervé parce qu’elle ne connaissait pas la réponse. J’ai tourné la page et j’ai demandé : « Et ça, c’est quoi ? ». « C’est un chat », a-t-elle répondu. Sur un ton dégouté j’ai dit : « Non, c’est Puff! ». J’enseignais déjà à 6 ans. Ce n’est pas ce que je fais, c’est ce que je suis. Je ne peux pas m’en empêcher.

Donc, servir de témoin, divulguer l’information, connecter des choses que les médias dominants semblent avoir abandonné, c’est ce que j’ai en moi.

Et la suite, c’est de dépasser le stade de super-geek de l’hémisphère gauche scientifique du cerveau présentant l’information, et de rappeler aux gens que leurs vies sont courtes, en me dirigeant vers le domaine du cœur, ou ce que certains appellent l’espace spirituel, ou sur comment affronter cela. Ce qu’on sait. Comment agir en tant qu’être humain? Quelle part de mon humanité sert de rappel du fait que nos vies sont courtes? Peut-être que nous ne devrions pas nous concentrer sur le matérialisme aux dépens de tout le reste.

Voilà pour la suite. Et c’est ce que je fais depuis plusieurs mois, et j’essaie d’affiner et d’aiguiser ce message pour qu’il soit plus audible, et de me connecter avec d’autres alliés qui le transmettent, parce que c’est le plus important des messages qu’il y ait pour notre espèce.

Avez-vous vu, à travers votre travail, un changement, après que vous aviez présenté les faits et montré aux gens où nous en sommes en tant qu’espèce, vers ce que vous décrivez?

Oui, absolument. Et deux choses se produisent. La première, lorsque j’ai commencé à délivrer cette information, j’étais le docteur avec de mauvaises manières au chevet du malade.

Je rentrais donc dans la pièce, je regardais mes graphiques, en regardant à peine le patient dans les yeux, en lui disant : « On dirait qu’il vous reste 6 semaines à vivre; assurez-vous de payer à la réception en sortant, j’ai une partie de golf qui m’attend, je vous vois la semaine prochaine, si vous êtes encore en vie ». Et puis je partais.

Voilà la façon dont je présentais mes conférences. Et les gens m’ont fait remarquer que c’était vraiment un comportement inapproprié, et pour le scientifique de l’hémisphère gauche que j’étais, c’était assez dur à avaler, mais je m’en rends compte aujourd’hui.

Et ce qui m’a beaucoup aidé c’est la participation il y a un peu moins d’un an à un atelier d’acceptation du processus de deuil, et j’ai réalisé que j’étais en deuil, plus spécifiquement en deuil anticipé. L’étape suivante est d’essayer d’augmenter l’échelle du deuil anticipé, afin qu’il atteigne plus de gens, tout en expliquant ce dont il s’agit. Nous ne pouvons pas rester bloqués sur ce qui « devrait être », nous ne devons pas nous enliser dans le « devrait ».

Au lieu de cela, comme Byron Katie le souligne dans son dernier livre, nous devons aimer ce qui « est ». Et ce qui « est », c’est la réalité. Alors acceptons cela, et aimons cette planète vivante, même si nous sommes en train de la rendre moins vivante. Ressentons et apportons des moments de joie à ceux qui nous entourent.

NdE

* La rétroaction (feedback) est l’action en retour d’un effet sur sa propre cause : la séquence de causes et d’effets forme donc une boucle dite boucle de rétroaction (feedback loop). Si la réponse du système amplifie le phénomène, on parle de rétroaction positive. Si elle l’atténue, on parlera à l’inverse de rétroaction négative.
Une boucle est un cycle de processus qui agissent en chaîne. Une boucle de rétroaction  positive induit que toutes les rétroactions entre les différents chaînons conduisent à amplifier la perturbation, qui modifie l’équilibre entre les chaînons. Si la boucle de rétroaction est négative, c’est qu’elle tend à atténuer la perturbation.
Dans cas du système hormonal, qui s’autorégule (une hormone bloque sa propre sécrétion lorsqu’elle est produite en trop grande quantité), c’est une rétroaction négative.

** Ce groupe consultatif, créé en 1985, a été remplacé en 1990 par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)

*** Dick and Jane : série de livres d’apprentissage de la lecture utilisés aux USA des années 1930 à 1970

Par: Dahr Jamail
Traduit par Nicolas Casaux

 

Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.truth-out.org/news/item/27714-are-humans-going-extinct
Publication date of original article: 01/12/2014
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=16848

Commentaires

commentaires

A propos de Tlaxcala

avatar

Check Also

Fraternité c’est ringard, vive l’adelphité !

  « Adelphité », percevez-vous toute la poésie et l’agréable sonorité de ce mot qui pourrait remplacer ...

7 Commentaire

  1. avatar

    ça a toujours été le cas, il me semble : dés le départ, le nombre d’individus sur terre se multipliant…

    l’idée n’est plus de comment peut-on arrêter ça, mais plutôt de tout faire pour le ralentir au maximum sans léser qui que ce soit. Seule une meilleure gestion de la planète permettra de tenir plus longtemps… étant donné que d’aller ailleurs s’avère impossible…

    et donc, toute avancée vers un GOUVERNEMENT MONDIAL sera une bonne chose…

    la science-fiction ne sera bientôt plus fiction… !!!

  2. avatar

    ah au fait, ç me disait quelque chose « Tlaxcala »

    c’est bien ça en effet :

    http://www.parasite.antifa-net.fr/liste-non-exhaustive-des-sites-conspirationnistes-et-confusionnistes-version-2015/

    Tlaxcala Un sous « Grand soir » à la sauce Counterpunch se voulant un réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique xxxx tlaxcala-int.org fourre tout rouge brun et un peu l’un des premiers site des confusos tendance Canal Hystérique qui ratisse large, y sévissent entre autres Fausto Giudice et Marcel Charbonnier de la bande Skandrani Dieudonné plusieurs fois cités par ReFLEXES dans ces article la:

    http://reflexes.samizdat.net/allah-va-comme-je-te-le-pousse/

    http://reflexes.samizdat.net/dieudonne-par-le-pen-repris/

    « Gravitant dans l’orbite des négationnistes, Marcel Charbonnier est notamment un proche de Maria Poumier, Ginette Skandrani, Israël Shamir, Mondher Sfar ou Serge Thion. « 

  3. avatar

    Excellent article! On aurait intérêt à « contrôler » la population mondiale et ce cher libéralisme terré dans les paradis fiscaux. Mais ça va plus loin…
    ***
    Un gouvernement mondial? Momo. Vous rêvez! Pas avant un siècle… Et encore…

  4. avatar

    Pour ralentir cette explosion démographique, pour essayer de faire comprendre qu’elle constitue un élément essentiel de pression sur l’environnement et que nous devons abaisser notre fécondité pour retourner à des effectifs plus raisonnables, il y a une chose que l’on peut faire, c’est adhérer à l’association française Démographie Responsable qui se bat sur ces sujets depuis quelques années

  5. avatar

    Chroniques d’une mort annoncée…
    Pas facile de regarder cela de face, sans ciller!
    La cigale et la fourmi…les cigales n’en ont peut-être plus pour si longtemps (nous), mais je ne gagerais pas sur l’extinction de la fourmi, par exemple!