Accueil / T Y P E S / Chroniques / Les vrais immobiles

Les vrais immobiles

Le proc?d? est bien connu. Quand on ne vient pas ? bout de la r?sistance populaire, il faut trouver un coupable et taper fort. Le bon peuple reconnaitra peut-?tre alors, tout contrit, son erreur.

Ils ont frapp? fort, nos hommes d’affaires ? la lucidit? liquide. Nous voulons le bien du Qu?bec, disent-ils. Qui sont ces manipulateurs professionnels grassement pay?s par l’?tat qui nous emp?chent d’agir ?

Le hic, c’est que le progr?s n’est plus ce qu’il ?tait. Les plus vieux d’entre nous se rappelleront du temps o? un certain maire de Beauport qualifiait d’oisologues ceux qui osaient s’opposer ? l’autoroute Dufferin-Montmorency.

Allez ouste, du vent les emp?cheurs de b?tonner en rond.

Depuis lors, les valeurs ont bien chang?. Il se trouve que le bon peuple en a soup? des projets qui transforment son environnement en cirque o? des phoques aux yeux hagards font d?sesp?ment tourner une roue de fortune qui ne leur sourit jamais.

Il se trouve aussi que le bon peuple n’accepte plus les yeux ferm?s n’importe quel projet immobilier au pied d’une montagne.

Bien dommage pour les promoteurs nostalgiques d’une ?poque r?volue, mais ils devront se recycler. R?p?tez apr?s moi : ?-co-lo-gi-que ; du-ra-ble ; so-cia-le-ment ren-ta-ble.

Le vent a tourn?, Monsieur qui croyait pouvoir r?pandre dans toute la communaut? d’affaires la Bonne Parole de l’Institut ?conomique de Montr?al.

Les vrais immobiles, ce sont ceux qui ont fait comme s’ils pouvaient ne pas tenir compte du changement.

Le message, c’est le m?dia, disait un certain Marshall McLuhan. ? l’?re ?lectronique, l’information circule si vite qu’un projet acquiert presqu’instantan?ment une ?tiquette rouge, jaune ou verte.

Le probl?me, c’est qu’un ?tiquette rouge c’est la mort quasi certaine du projet.

Ceux qui croyaient les groupes communautaires devenus une force incontournable vont ?tre d??us : il n’y a pas un seul groupe communautaire qui r?ussirait ? s’opposer avec succ?s ? un projet sens?. Pas un seul.

Ah oui, autre chose a chang? au Qu?bec : les fonds publics ne viennent pas instantan?ment d?s que l’on r?ussit ? camoufler l’int?r?t priv? en int?r?t public.

Vous ?tes un promoteur frustr? devant tant de r?sistance envers votre beau projet si indispensable ? la soci?t? que vous n’attendiez rien de moins que l’absolution sociale et environnementale ? Allez donc prendre une grande marche dans la for?t bor?ale et m?diter un bon coup sur cette grande v?rit? politique : ce que veut le peuple…

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Freud

Freud par ses mots   « La question du sort de l’espèce humaine me semble se ...

One comment

  1. avatar
    Anne-Marie Beaudoin-Bégin

    … vox dei ! J’ai lu récemment un article fort intéressant du sociologue français Raymond Boudon qui parle justement de cet adage. Il traite de l’opposition qu’Adam Smith fait entre l’« acteur partial » et le « spectateur impartial ». Sur la base d’une brève analyse de l’évolution des moeurs, il dit qu’avec le temps, le « bien commun » finit toujours par triompher… Espérons que c’est le cas ici !