Accueil / A C T U A L I T É / Les sous-marins et les marins saouls

Les sous-marins et les marins saouls

La France  est « fière de l’excellence technologique » dont ses entreprises ont fait preuve pendant cette sélection, précise l’Elysée. « Ce nouveau succès sera créateur d’emplois et de développement en France comme en Australie. » ( Le monde)  

***

34, 3 milliards d’euro. Et le sous-marin sera effectif en 2030.  Au Canada également nous avons notre industrie de l’armement qui vend des véhicules blindés armés à l’Arabie Saoudite: 3000 emplois en Ontario. ET ON NE TOUCHE PAS À CETTE RÉUSSITE DE CRÉATION D’EMPLOIS!  Même les libéraux n’y touchent pas.

On est menés par des « capitaines » qui dérapent du cerveau: trop d’eau. Des capitaines Haddock en série et l’éponge cervicale bouffie au whisky. Il se passe que pour « réussir » en économie, ou survivre, il ne reste qu’à produire des armes sophistiquées. On ne produit plus pour vivre, mais pour tuer. Et l’Australie, c’est le pays des boomerang.

Comme disait la vieille dans le film Je vous trouve très beau, la vieille répète toujours : « C’est qui qui est mort ».

Nous tous…

On a mis nos yeux dans le même panier…  Mais les dirigeants ont du champagne dans le regard: ça pétille. Pendant que le citoyen se demande: « C’est qui qui va mourir de faim avant 2030? ».

On ne fait pas mieux dans les formules cuites des annonces de « ventes historiques ». Tout est historique! Si c’était vrai, on serait déjà à nager dans le champagne au lieu du chômage. Au moins dans l’eau… Car de plus en plus, elle est pollutionnée . La bouteille est rassurante. On a vendu la bouteille et non l’eau…

Quand ma tant Yvonne fabriquait du pain et des gâteaux dans la petite boulangerie de mon village d’enfance, on vivait. Quand mon oncle, son mari, fabriquait des escaliers, du fer forgé, des armoires, on vivait. Mon père, qui était cuisiner en faisait vivre plusieurs. Et le dimanche, comme dirait Ferrat, on s’asseyait au bout de la table pour jouer aux cartes. Ces gens-là, les pauvres, se parlaient sans wi-fi.

Pour vivre aujourd’hui, il ne faut pas fabriquer des gâteaux et du pain, mais des armes. Il faut aller « en ville », dans de grandes usines qui ont une espérance de vie de 5 ans. On meure vieux, mais démembrés, tenus debout par une panoplie de médicaments.  Mais il reste encore beaucoup de ce genre de progrès à « faire ».

En 2030, les mannequins n’existerons plus. On les achètera en format robotique, Made in Japan.

Le bras sera construit au États-Unis.

La tête en Chine

Les muscles synthétiques en Russie.

Et le modèle sera en formats divers dessiné par un fabricant de meubles célèbre.

Ils vendront de la bière, des produits cosmétiques, des autos, et peut-être des tomates.

Mais il y aura au moins 2, 344 avocats qui s’occuperont des répartir les soumissions selon un ordre international en accord avec les accords. Si Goebbels  était encore de ce monde, il aurait vite saisi que la phrase la plus creuse est la plus efficace. Comme les sous-marins…

Gaëtan Pelletier

Commentaires

commentaires

A propos de Gaëtan Pelletier

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (13) : la démocratie mise à mal

Trump, on l’a vu, n’est qu’un magouilleur de bas étage, dont la fameuse tour de New-York ...

5 Commentaire

  1. avatar

    « On est menés par des « capitaines » qui dérapent du cerveau:  »

    C’est également ce que j’ai pu aussi constaté en écrivant la trilogie « Les hommes d’avant le déluge ». Ce qui démontre que la « tendance » n’est pas nouvelle. Le dernier tome (tome III) est disponible « gratuitement » sur:
    https://livresnumeriquesgratuits.wordpress.com/

    Amicalement

    André Lefebvre

    • avatar
      Gaëtan Pelletier

      Je ne suis pas surpris… C’est qu’avec la population qui couvre la Terre et le nombre à fourber, le nombre d’apprentis fourbeurs a grimpé. C’est une carrière… 🙂
      Merci, André
      Je vais aller voir ton livre…

  2. avatar

    Mr Lefebvre,

    Lorsqu’on se dit écrivain, et que l’on publie sur Centpapiers, on essaie, autant que faire se peut,
    de ne pas écrire avec d’énormes fautes d’orthographe ; je vous cite…: » j’ai pu aussi constaté « …
    Quelle honte !!! retournez-donc en CM2.

    • avatar

      Vous avez parfaitement raison M. Jérôme. Il n’y a rien de plus irritant que de lire une telle faute de règle grammaticale. Vous m’en voyez navré. Il m’arrive assez souvent de faire preuve d’un tel manque d’attention quand mes émotions sont éveillées par l’imbécillité générale cultivée, de nos jours, dans notre système d’éducation. Le but visé semble être d’éviter de développer chez nos enfants, l’aptitude de réfléchir sur la pertinence des données enseignées officiellement. Comme si on voulait refuser le droit de réfuter ce qui est accepté de façon officielle. Mais là est un autre sujet sous-jacent à l’article de Gaétan. Merci de m’avoir signalé mon erreur.

      Remarquez que ce genre d’erreur grammaticale est inacceptable même si on publie ailleurs que sur Centpapiers.

      Amicalement
      André Lefebvre

    • avatar

      J’ajouterais une petite correction; je ne suis pas « écrivain » mais plutôt « auteur ». L’écrivain est un professionnel tandis que l’auteur est un amateur.