Accueil / T Y P E S / Articles / Les souliers d?beu(7) Cap Sant

Les souliers d?beu(7) Cap Sant

?Cap Sant?

?????????? Ses compagnons s??taient tous dirig?s chacun chez eux.? Saint-Simon avait accompagn? le jeune Simon Frenet chez lui, parce que, le lendemain, les Frenet allaient lui faire traverser le fleuve pour qu?il continue son voyage vers l?Acadie.

????????? Michel, approchant de la maison, aper?u son p?re qui, en fumant sa pipe, le regardait venir.

-Salut Gar?on !? T?as tenu ta promesse.? Ta m?re va ?tre contente.

?????????? Michel se rendait bien compte que son p?re ?tait tr?s heureux de le revoir; mais il comprenait que celui-ci ne pouvait pas trop manifester son ?motion.? ?a ne se faisait pas.? Lui-m?me se comporta comme s?il arrivait du march?, m?me s?il avait le go?t de serrer son p?re fortement dans ses bras.? Il ne voulait surtout pas que son p?re le croit faible.? Il lui tendit donc la main et la serra avec affection.

-La m?re !? Lan?a Jean Baptiste.? Gar?on est revenu de Montr?al !

????????? On entendit courir dans la maisonn?e; la porte s?ouvrit toute grande sur Marie Louise qui attrapa Michel dans ses bras vigoureux.

-Mon Michel !? Que j?suis donc contente !? J?pensais ne plus jamais te r?voir ! ?Et elle se mit ? pleurer tranquillement.?? J?esp?re que c?est fini c?te guerre maudite !? Dis-moi qu?c?est fini, Gar?on !

-Les combats sont finis, la m?re.? ?a c?est cartain.? Les Anglais ont gagn?.

– C?est correct comme ?a.? J?ai pas pardu un seul fils dans c?te guerre, pis mon mari est encore avec mo?.? Je vais r?avoir toute ma famille autour de mo?.? J?peux pas demander mieux !

?????????? Michel regardait sa m?re, tout surprit de d?couvrir l’amplitude des inqui?tudes de cette vieille femme.? Elle les avait endur?es pendant cinq ans sans jamais souffler mot ? personne.? Michel fut fier, tout d?un coup, du grand courage qu?avait d?montr? sa m?re.? Il lui prit les ?paules et l?embrassa sur le front en disant?: ??Oui, on est tous sortis sain et sauf de c? t? histoire.? Ta famille est intacte, la m?re.??

-Viens manger; y a un chaudron de soupe sur le po?le.? Tu dois avoir faim.? Le soleil se couche.? C?est d?j? la brunante.? Viens avant qu?y fasse trop noir.

??????????? Et elle s?envola ? l?int?rieur.? Jean Baptiste examinant son fils lui dit?:

-Trois fusils ?? Tu t?es bin greill? pour la chasse, Gar?on !

-C?est des fusils que j?ai gagn?s ? l??le aux noix.? Choisis-en un; j?en n?ai pas besoin de plus que deux.

– On verra ?a plus tard.? Viens manger.

???????? Les deux hommes travers?rent la porte et entr?rent dans la maison.

????????Durand l?avant-midi du lendemain, Michel, assis avec son p?re ? la table, racontait quelques ?v?nements?survenus ??l??le aux noix, quand ils entendirent des pas sur la galerie.? Deux coureurs de bois p?n?tr?rent sans c?r?monie dans les lieux et d?pos?rent chacun, leurs deux? fusils de chaque c?t? de la porte.

????? Michel sauta sur ses pieds et s??lan?a vers les nouveaux venus.

-Jean Baptiste !? Jos !? Vous ?tes arriv?s !

???????? Les trois hommes se mirent ? se tirailler ? qui mieux-mieux.? L?un donnait un coup de poing au ventre de l?autre qui r?pliquait d?un coup de coude au troisi?me.? Les chapeaux de poils descendus dans le visage des arrivants par Michel, instantan?ment repouss? et couch? sur la table par ses deux fr?res.

???????? La m?re, abandonnant ses chaudrons, attrapa ses deux gar?ons par?une oreille en les tordant.? Ceux-ci recul?rent en grima?ant et cess?rent leur poussaillage.

-Vous ?tes gros et grands mes enfants, mais ici-d?dans, c?est mo? qui m?ne !? Vous allez arr?ter de d?molir ma maison et venir embrasser votre m?re de suite !

-Oui m?man !? S?esclaff?rent ses deux fils.? Ils firent aussit?t chaise de leurs bras et ramass?rent leur m?re qui se retrouva cal?e dans les bras de ses deux grands.? Tous les trois riaient et tournoyaient.? Les gars ne cessaient d?embrasser leur m?re qui gesticulait et se tortillait pour sortir de leur emprise.

-C?est assez les jeunes !? Laissez votre m?re tranquille !? Vous allez m?la casser, pis je veux pas m?en trouver une autre.? Celle-l? fait bin mon affaire.

????????? Ils d?pos?rent doucement leur m?re et all?rent serrer la main de Jean Baptiste.

-Salut le p?re !? Toujours en forme ? c?qu?on voit !? La m?re, y-a-tu du caf? dans la maison ?

-Y?en a presque plus.? Pis j?veux pas en manquer cette semaine.? Prenez d?la bi?re d??pinette.

-T?en manqueras pas, r?pondit Joseph; on a fait une bonne traite pis on a plein d?argent d?Albany.

???????? Ils sortirent chacun, un?sac de cuir de leur besace et les tendirent ? leur m?re.

-Tiens dit Jean; mets ?a dans ton coffre secret.? On va ?tre en s?curit? pour un bon boutte !

??????? La m?re disparu dans sa chambre et revint aussit?t leur servir?un pichet de bi?re.

?????? Le p?re ramassa le pichet et les brocs en disant?: ??Venez dehors, on va pouvoir fumer sans empester la maison.??? En r?alit?, il voulait se faire raconter les aventures de ses fils tout en sachant que certaines parties de ces histoires ne convenaient pas ? sa femme. Ils sortirent tous les quatre s?installer sur la galerie.

????? Michel d? reprendre tout son r?cit de l??le aux noix en plus de celui de son retour de Montr?al.

-Ouais !? Y commence ? avoir du crin dans le nez, le jeune !? Remarqua Joseph en plaquant une solide tape dans le dos de Michel.? Jean baptiste souriait, les yeux riv?s sur le cadet de la famille.? Tous ?taient fiers de lui.

-Pis en plus, dit Jean Baptiste, y m?a rapport? un beau fusil.? Ce ne sera plus seulement vous deux qui auront deux fusils, on en aura deux tous les quatre.

– Faudra allez vous acheter des plombs.? R?pliqua Joseph.? Y faut en charger un aux plombs et l?autre ? balle.

– Tu m?dis pas ?? Bin ?a c?est du nouveau !? Lan?a Michel en faisant l?homme tout surprit. Racontez-nous donc votre voyage au lieu de dire des niaiseries.? Ajouta-t-il.

– La meilleure histoire ? conter est la bataille des ??raquettes?? contre le fameux Rogers, pas loin des restes calcin?s du fort William Henry.? Jean raconte-nous celle-l?.? C?est toi qui y ?tais, dit Joseph.

-?a commence avec le fameux Rogers qui, avec ses Rangers, prend en embuscade les forces de La Durantaye.

???????? Ils se mettent ? tirer sur l?avant-garde fran?aise qui tombe comme des mouches.? Croyant que les troupes de la Durantaye?sont battues parce qu?ils retraitent dans les arbres, ils commencent aussit?t ? scalper les victimes.? Il faut dire que les scalps sont bien pay?s au New England.? Surtout les scalps de fran?ais.

??????? Rogers ne sait pas que la troupe de Langy suivent derri?re, avec des Canayens et ses ??sauvages??.? Celui-ci contourne et encercle les Rangers occup?s ? scalper et se mit ? les tirer comme des li?vres au clair de Lune.? La surprise est totale et les hommes de Langy encha?nent la bataille au tomahawk et au ??casse t?te??.? Enrag?s de voir leurs amis scalp?s, ils ne font pas?de quartiers.? C’est un vrai massacre.? Rogers est tout juste venu ? bout de s?enfuir, entour? des hommes qu?il lui restent.? Dans leur fuite, 50 de ceux-l? tombent ? coup de fusils.? C?est la noirceur qui permet ? Rogers de s??chapper avec quelques-uns de ses hommes.???????

???????? Langy a pris 144 scalps et fait sept prisonniers sur les 200 hommes de Rogers.

??????? Seulement neuf de ses indiens ? lui, sont tu?s.? Je pense que Rogers va se rappeler de cette journ?e-l? longtemps.

??????? Apr?s ?a, Langy n?a pas arr?t? de faire des prisonniers.? Au mois de mai, il br?le 500 barges, plus un bateau Anglais, sur le lac Georges, et fait prisonniers les 40 hommes qui les gardaient.

??????? ? chaque fois qu?un ou des canayens sont attaqu?s par les anglais ou des indiens, c?est Langy qui est envoy? pour les venger ou les d?livrer.? Au d?but juillet, il se fait blesser ? la bataille de Ticonderoga.? C?est encore un autre exploit des ??Canayens?? qui est attribu?e aux seuls Fran?ais.

??????? Imaginez-vous le spectacle.? Il a 15,000 Anglais qui attaquent le fort.? On a 3,500 combattants pour le d?fendre; dont 400 Canayens avec L?vis.? Langy est avec 150 hommes cach?s ? la lisi?re du bois et emp?che d?autres anglais de d?barquer. Duprat et Bernard font comme lui, un peu plus loin.? L?attaquent des Anglais dure 7 longues heures .

?????? ? un moment donn?, L?vis a cri??: En avant ??Canayens??!!!

????? Les groupes de St-Ours, de Lanaudi?re, de Duprat, de Bernard et de Langy se mettent ? tirer dans le tas.? C?est l? qu?a ?t? d?cid? le sort des Anglais.? Apr?s 500 morts et 1000 bless?s,? ils se sont retir?s, piteux, la queue entre les jambes, avec Abercrombie jusqu?au lac Georges, .? Ils ont laiss? les armes, munitions et? leurs bless?s sur place.? Les d?fenseurs du fort ont perdu 104 hommes et 273 bless?s.? Langy fut l?un des bless?s.

??????? Au printemps suivant alors qu?il traverse la rivi?re avec deux de ses compagnons dans un canot, un morceau de glace se d?tache et part ? la d?rive.? Il?vient frapper le c?t? du canot de Langy, et les trois hommes coulent ? pic.? On a perdu, ce jour-l?, le meilleur combattant ??Canayen?? qu?on avait.? Mais y a pas grand monde qui en? parle, vu qu?y est pas Fran?ais.

??????? Michel ?coutait son fr?re a?n?, Jean Baptiste, attentivement et?affirma?:? Cette bataille? du Fort Ticonderoga est la preuve que St Luc de la Corne avait raison.? Si Montcalm avait attendu avant de sortir sur les Plaines d?Abraham, on aurait battu Wolfe pis ensuite Amherst pour finir avec Haviland.? Leur plus grosse arm?e ?tait de 11,000 hommes et ils ?taient 15,000 contre 3,500 ? Ticonderoga. Y?a pas ? dire?

-Oui mais y?est trop tard, Gar?on.? La guerre est finie.?Coupa le p?re Jean Baptiste.

-T?as pleinement raison l?p?re.? Avoua Michel.? Qu?est-ce qui s?est pass? icitte au Fort Jacques Cartier ?? On y a laiss? d?Albergatti Vezza en charge, avec 50 hommes.

– Depuis que vous ?tes parti, les Anglais se sont pas occup?s de nous autres pantoute. D?albergatti est encore au Fort avec ses hommes.? Y?a aussi des habitants du village qui se sont ajout?s ? eux autres.

???????? Un jeune gar?on?surgit en courant vers la maison.? Il s?arr?ta au bord du sentier menant chez les Lefebvre et cria?: ??Les Anglais sont au Fort !? Ils attaquent d?Albergatti !??? Et il repartit en courant pour se rendre chez le voisin crier l’alarme.

-Et moi qui allais vous proposer d?aller l?avertir que Vaudreuil a capitul?, dit Michel.? Qu?est-ce qu?on fait ?

???????? Au m?me moment on entendit une d?charge de plusieurs canons.

-Allons-y !? On va pas laisser les Anglais tuer nos habitants, dit le p?re.? Il se leva et entra pour empoigner ses armes.? Ses fils le suivirent.

– Jean Baptiste, dit la m?re, tu vas pas aller te battre asteure que la guerre est finie ! Le fort va baisser pavillon tout de suite, c?est s?r!? Le commandant doit savoir que les Fran?ais ont capitul?.

-Gar?on est le premier ? ?tre arriv? de Montr?al.? Le fort ne sait pas que la guerre est finie.? On doit les avartir.? Y a pas de danger, on r?vient dans pas long.

??????? Les quatre ??Canayens?? partirent ? grande foul?e.? Le Fort ?tait assez loin de la maison familiale et ils devaient traverser le village pour s?y rendre.? En arrivant au village, ils crois?rent le cur? Fillion qui les arr?ta.

-Michel, il faut que j?te dise que Jos Lamotte est au fort avec les autres habitants.

-La Mouette au fort ?? Y?est arriv? avec moi hier soir.

-Oui je sais; mais il s?est rendu au fort aussit?t qu?il a su que les soldats ?taient encore l?.? Il a voulu leur?annoncer que la guerre est finie.

– Mais pourquoi, d?abord, qu?on a entendu des coups de canons tant?t ?

-Probablement que Vezza veut rendre le fort seulement avec ??les honneurs de la guerre??.

-L?imb?cile !? Y va faire tuer des bons hommes juste pour son orgueil.? Vite y faut y aller !

-Attendez !? objecta le cur?. ?J?ai envoy? quelqu?un qui va nous rapporter des nouvelles d?ici quinze minutes.? On verra bien apr?s ce qu?y faut faire.

????????? Vingt minutes plus tard, un gars arrivait du fort en courant et se dirigea vers le cur? Fillion.? ??Le fort s?est rendu avec les ??honneurs de la guerre??, M. l?cur?.? Y? a personne de mort de chez nous.? Mais Jos Lamotte a encore fait des siennes durant la bataille.??

-Quoi ?? Qu?est-ce qui est arriv? ? La Mouette ?? Y?est pas bless? au moins ? Demanda Michel.

-Bin non.? T?inqui?te pas, Lefebvre.

?????????? ?a s?est pass? quand les Anglais sont arriv?s.? La plupart des soldats ?taient en dehors des murs.? ? l?arriv?e des Anglais,?y se sont tous retranch?s dans le fort en courant; mais ils avaient oubli? un canon ? l?ext?rieur du fort.? Quand Lamotte a vu ?a, y?est ressorti et est all? clouer le canon pour que les Anglais puissent pas s?en servir.

?????????? Ensuite y?est retourn? ??? fine ?pouvante?? dans le fort, pendant qu?les Anglais tiraient tout le tour de lui.? Il n?a pas ?t? touch?, mais il para?t que deux balles ont travers? sa? veste qui flottait au vent.? Les habitants qui ?taient dans le fort le portent sur leurs ?paules comme un h?ros.? Ils s?en viennent derri?re moi.

????????? Le Cur? dit alors?: ??On va les attendre et on passe chez Labont? prendre une bi?re ?? la sant? de La Mouette.??

-M. le cur?, dit Joseph. Vous, vous pouvez pas boire d?la bi?re.? Pas un cur?, et surtout, pas en public!!

-To?, Jos Lefebvre, si tu veux avoir l’absolution quand tu vas v?nir ? confesse, m?les-toi pas de ?a !? Compris ?? Regardez!?On voit d?j? La Mouette arriver, jouqu? sur les ?paules des habitants qui rient aux ?clats en faisant grand tapage. Venez on va les rejoindre!

????????? Nous on va les laisser aller prendre leur bi?re tranquille et on continue le r?cit dans trois jours.

?? bient?t

??????????????????????????????????????????????????????????????????????? ?Elie l?Artiste

?

?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (2)

L’historique de la création des milices dans le Michigan nous replonge vite dans une atmosphère ...