Accueil / A C T U A L I T É / Les sophistes de la vitamine D

Les sophistes de la vitamine D

Leurs raisonnements fallacieux pour justifier
leur inertie ? combattre l??pid?mie de carence

 

R?sum?

 

M?me si le public sait depuis longtemps que la vitamine D joue un r?le crucial pour la sant? des os, il a ?t? inform? au sujet des r?cents d?veloppements sur le sujet.? Les recherches intensives sur la vitamine D, qui semblent avancer ? la vitesse de la lumi?re depuis quelques ann?es, auraient sugg?r? le r?le de la vitamine D dans la pr?vention de multiples maladies, dont le cancer, la tuberculose, la grippe, les maladies auto-immunes, le diab?te et les maladies du c?ur.

Pour jeter la lumi?re sur la situation, les gouvernements du Canada et des ?tats-Unis ont demand? ? l?Institute of Medicine (IOM) de proc?der ? une revue syst?matique de la litt?rature scientifique, et de produire un rapport. Le rapport, intitul? Dietary references intakes for calcium and vitamin D, a ?t? publi? en novembre 2010.? Au lieu d??claircir la situation, ce rapport a apport? encore plus de confusion aupr?s du public. ?D’abord, parce que le message de l?IOM? est compl?tement ? l?oppos? de celui des chercheurs en
vitamine D. 2 ,3,4,5,6? Ensuite, parce que le discours de l?IOM, par lui-m?me, est rempli de contradictions et d?incoh?rences.

Coup de gueule et analyse du discours de l?IOM qui permet de mettre en lumi?re les illusions logiques qu?elle tente de faire avaler au public.

?

Rapport ?de l?IOM sur la vitamine D

 

L?Institute of medicine (IOM) ?a conclu, au terme de son analyse, que les preuves des bienfaits de la vitamine D n?existent que pour la sant? osseuse. En outre, un taux sanguin de 20 ng/ml est suffisant pour une sant? osseuse, ajoutent-t-ils ?Ces conclusions sont en contradiction avec le? consensus scientifique d?un taux sanguin minimal de 30 ng/ml, et avec le message v?hicul? ? l?effet que la vitamine D est essentielle pour la protection contre de multiples maladies. Alors que plusieurs organismes vou?s ? la protection de la sant? publique consid?rent, par d?faut, les recommandations de l?IOM sur la vitamine D valides et fiables, des organismes connus campent sur leurs positions. Ost?oporose Canada, la soci?t? canadienne du cancer et la soci?t? canadienne de p?diatrie envoient un message ? l?effet que la vitamine D devrait ?tre prise en plus grande quantit? afin de pr?venir des maladies extrasquelettiques, et qu?un taux sanguin de vitamine D de 30 ng/ml est le minimum qui assure une protection. Le d?bat se poursuit donc encore.

 

Que s?est-il donc pass? avec le rapport de l?IOM pour qu?ils en soient venus ? une conclusion qui se d?tache compl?tement d?un consensus scientifique mondial, tout en ayant lu la m?me litt?rature scientifique ? ?L?explication propos?e ici est qu?il s?agit d?une diff?rence fondamentale de paradigme sur lequel se basent les deux camps?: celui de la plupart des chercheurs et experts de la vitamine D, et celui des experts mandat?s par les gouvernements canadiens et am?ricains.

L?IOM a consult? 14 experts durant le processus d?analyse, qu?ils f?licitent d?ailleurs sur leur rapport. ?Parmi ces experts figurent la sommit? mondiale sur la nutrition, le professeur Walter Willett de l?universit? de Harvard, et ?le professeur Robert Heaney, tous deux de tr?s respect?s chercheurs. Mais l?IOM a supprim? les rapports. Une requ?te bas?e sur l?acc?s ? l?information a ?t? faite par l?avocat de la Vitamin D? Council, afin que le public puisse avoir acc?s ? ces rapports.?? La Vitamin D Council est un ?consortium d?experts et scientifiques qui se sont unis afin de combattre ce qu?il consid?rent une pand?mie de carence en vitamine D.

Ce texte a pour objectif de? mettre en lumi?re une liste, non exhaustive, de raisonnements fallacieux utilis?s par l?IOM dans leur analyse de la vitamine D. Ces raisonnements fallacieux sont ?galement utilis?s par de nombreux organismes ou personnes qui se rangent du c?t? de l?IOM.

Mais tout d?abord, voici r?sum?es les grandes lignes des deux paradigmes diff?rents, vues sous un angle un peu caricatural.

 

Le paradigme des experts et chercheurs
non attach?s au gouvernement

 

La vitamine d est un nutriment dont la source naturelle et principale est le soleil. Sans le soleil, il n?y aurait pas eu de vie sur terre.? L?analyse de la litt?rature sur la vitamine D doit ?tre effectu?e d?une mani?re diff?rente que celle avec un m?dicament.

Le fait que des r?cepteurs de la vitamine D sont retrouv?s partout dans le corps rend plausible biologiquement que la vitamine D soit n?cessaire pour assurer un fonctionnement global du corps.? De plus, nous devons consid?rer par d?faut que les niveaux sanguins de vitamine D qu?ont connus nos anc?tres sont ceux qu?il faut atteindre pour une sant? optimale.? La charge de la preuve est du c?t? de ceux qui r?clament la dangerosit? d?atteindre ces niveaux sanguins .

 

Dans l?analyse de la litt?rature sur la vitamine D, l?ensemble des ?tudes doit ?tre consid?r?, en prenant en consid?ration les ?tudes de cohortes, les ?tudes in vitro, les ?tudes animales et, bien s?r, les ?tudes randomis?es, qui sont les seules ? pouvoir ?tablir un lien de cause ? effet. Il n?est pas n?cessaire que toutes les ?tudes concordent, mais plut?t que l?ensemble de la litt?rature scientifique, avec des ?tudes bien men?es, pointe dans la m?me direction, pour arriver ? une conclusion. Il faut aussi que ?a soit plausible biologiquement.

 

Le? paradigme?de l?IOM

 

La vitamine D est potentiellement toxique. Le soleil, c?est dangereux, car il donne le cancer. On ne peut pas recommander le soleil pour obtenir la vitamine D, ni les suppl?ments, mais privil?gier l?alimentation.

La charge de la preuve est du c?t? de ceux qui affirment que la vitamine D est un nutriment essentiel pour la sant? globale. Pour prouver ?a, il faut des essais randomis?s, sur une grande population, durant une p?riode de plusieurs d?cennies, id?alement une vie enti?re. Il faut que tous les essais randomis?s, sans exception, aient la m?me conclusion positive, pour que l?on consid?re que la vitamine D est efficace pour pr?venir des maladies extrasquelettiques.

Pour consid?rer que la vitamine D est s?curitaire il faut?1) que toutes les ?tudes randomis?es soient concluantes. 2) que l?efficacit? soit reconnue tout d?abord. Sans efficacit? reconnue, nous consid?rons par d?faut que c?est dangereux.

Pour consid?rer que la vitamine D est dangereuse, il faut?qu?une seule ?tude, de n’importe quel type, puisse nous le sugg?rer. Par mesure de prudence, nous ne tol?rons aucun risque et le niveau de certitude doit ?tre absolu.

 

L?incoh?rence du discours de l?IOM

 

Sans parler de la justesse des recommandations, L?IOM a un discours qui est, en lui m?me confus, incoh?rent? et contradictoire.

Il serait long d?expliquer en d?tail tous les probl?mes reli?s ? leur rapport.

Tout d?abord les apports nutritionnels de r?f?rence (ANF), qui sont suppos?s combler les besoins oraux de vitamine D chez 97.5% des gens. L?IOM affirme que les ANREF pour la vitamine D ont ?t? ?tablis en fonction d?une exposition minimale au soleil, sans explication ni recommandation sur ce que ?a signifie pour eux. L?IOM est tr?s h?sitant ? vanter les m?rites du soleil. De plus, ?le discours au sujet de la contribution du soleil sur les taux s?riques de vitamine D est vague. Le discours est non seulement vague, mais il y a carr?ment un double discours.

Cette fa?on d?argumenter est une tactique qui permet ? celui qui l?utilise d?avoir une porte de sortie si jamais on l?accusait d?omettre des donn?es ou des informations pertinentes. Il peut alors se d?fendre en disant qu?on ne l?a pas bien compris, que c?est une question de degr?, qu?il faut lire le contexte, etc. Ainsi, l?IOM se prot?ge en quelque sorte en ??avouant?? l?importance du soleil pour la vitamine D. Mais cette importance est? constamment sous-?valu?e par leur discours rempli d?euph?mismes. Parmi les exemples d?euph?mismes, il y a celui qui consiste ? affirmer qu?il est ??difficile?? pour ?une personne d?aller chercher ses besoins en vitamine D uniquement via l?alimentation, au lieu de dire la v?rit? toute crue, ? savoir que c?est pratiquement impossible, et qu?il est tr?s rare que des gens y arrivent.
Je dirais personnellement que moins d?une personne sur 100 000 r?ussit, avec seulement l?alimentation, ? atteindre un taux sanguin de vitamine D de 20 ng/ml.

L?IOM ne fait pas de recommandation sp?cifique pour combler le manque de soleil des groupes sp?cifiques, par exemple les personnes ?g?es qui ne peuvent jamais sortir dehors.?L?Office of dietary supplements, organisme gouvernemental am?ricain, nous pr?sente dans un court texte une synth?se du discours de l?IOM sur la vitamine D.?? Ainsi on peut y lire, ?sous le titre ??people with limited sun exposure??, qu? obtenir les ANREF, via les suppl?ments et l?alimentation, devrait suffire ? combler les besoins de ces gens-l?. Ce qui revient ? tourner en rond, puisque les recommandations de l?ANREF sont pour tout le monde, et non pour des groupes sp?cifiques. Les ANREF ont ?t? sp?cifiquement faites suppos?ment pour s?assurer que 97.5% de la population rencontre ses besoins minimaux en vitamine D. Et je vous le rappelle, l?IOM ?crit que les ANREF ont ?t? ?tablis en fonction d?une exposition minimale au soleil. Une exposition minimale et une exposition nulle, ce n?est pas la m?me chose.?

L?ANREF pour les adultes de moins de 70 ans?a ?t? ?tabli ? ?600 UI.? L?IOM ne fait pas de recommandation syst?matique pour des suppl?ments, pour les adultes. On insiste sur l?alimentation. Or, l?IOM avoue dans le rapport que les gens vont chercher en moyenne 200-250 UI de vitamine D ?par l?alimentation? il aurait ?t? logique qu?ils recommandent des suppl?ments ? tous les adultes de moins de 70 ans pour r?ussir ? atteindre les ANREF de 600 UI . ?Mais ce n?est pas ce que l?IOM fait.

Les raisonnements fallacieux
des autorit?s sur la vitamine D

 

 

Liste ?non exhaustive des paralogismes utilis?s par ?l?IOM
dans leur discours sur la vitamine D

 

  1. Appel ? l?ignorance
  2. Renversement du fardeau de la preuve
  3. Argumentation circulaire
  4. Paralogisme d?omission (suppression des donn?es pertinentes)

?

Un paralogisme est un raisonnement faux qui appara?t comme rigoureux, mais o? le locuteur est de bonne foi, contrairement au sophisme, pour lequel il y a une volont? de tromper. Il est alors hasardeux, sans preuve, d?accuser une personne ou un groupe de sophisme. Par d?faut, consid?rons donc que les arguments fallacieux ?voqu?s dans ce texte sont des paralogismes.

?

Paralogisme n. 1
L?appel ? l?ignorance ?(Argumentum ad ignorantiam)

 

Le paralogisme de l?appel ? l?ignorance a lieu quand on suppose que, parce que quelque chose n?a pas ?t? infirm?, il est forc?ment vrai. ? l?inverse, un tel argument pourrait laisser supposer que tant que quelque chose n?a pas ?t? prouv?, il est obligatoirement faux.? Or un manque de preuve n?est pas une preuve. Par exemple, ce n?est pas parce qu?on a pas pu prouver en cour qu?une personne en a tu? une autre que cela signifie que nous avons prouv? qu?elle ?tait innocente.

Ci-bas, une citation des commentaires de Heaney et Holick, qui furent membres du comit? de l?IOM en 1997, et qui furent consult?s pour la pr?paration du rapport publi? en 2010. ?Ce qu?ils ont dit ? propos du rapport de l?IOM illustre bien le paralogisme de l?appel ? l?ignorance?:

??Dans son raisonnement, le comit? ?de l?IOM a conclu qu?ils ne pouvaient savoir si la vitamine D pouvait offrir des b?n?fices au-del? de la sant? osseuse. Il est alors manifestement incorrect de dire qu?ils savent que les gens re?oivent suffisamment de vitamine D.? Ce que les membres du comit? de l?IOM auraient pu faire c?est de dire?: ??Voici ce que vous avez besoin pour la sant? de vos os. La plupart des gens re?oivent cette quantit? de vitamine D. Nous ne savons pas si prendre plus que cette quantit? pourrait vous conf?rer des b?n?fices suppl?mentaires pour votre sant?. ? tout le moins, cette d?claration aurait ?t? une communication honn?te. Cependant, de d?clarer publiquement que le public g?n?ral n?a pas besoin de plus va bien au-del? de ce que le comit? admet connaitre sur le sujet??.

 

Voici maintenant une autre citation, cette fois-ci de la part ?de? Heike Bischoff-Ferrari et Walter Willett, de l?Universit? de Harvard?:

??Les conclusions de l?IOM ? l?effet que la plupart des gens recevaient des apports ad?quats de vitamine D assument qu?un manque d?essais randomis?s signifiait un manque de b?n?fices, ce qui semble illogique. Au minimum, les conclusions auraient d? indiquer une incertitude ? propos de b?n?fices avec des apports et des taux sanguins de vitamine D plus ?lev?s.??

?

Paralogisme n. 2
Renversement de la charge de la preuve

Le paralogisme ??renversement du fardeau de la preuve?? est un raisonnement fallacieux faisant en sorte de placer la charge de la preuve du mauvais c?t?. Dr. J. Christopher Gallagher, un des membres du comit? qui a r?dig? le rapport de l?IOM, a d?clar? au New York Times que le fardeau de la preuve reposait sur les personnes qui r?clament que des apports en vitamine D plus ?lev?s sont n?cessaires. 7 Ces personnes doivent prouver que ces apports sont s?curitaires, selon lui.? Comme le soulignent Heaney et Holick 2, ceci est un signe d?un biais profond dans l?approche du comit? de l?IOM. Cette approche est correcte pour les m?dicaments, qui sont des compos?s chimiques ?trangers et qui requi?rent des preuves solides. Pour les m?dicaments, la valeur de r?f?rence est le placebo. Le fardeau de la preuve repose sur quiconque conclut qu?un m?dicament est meilleur qu?un placebo, et s?curitaire. ??L?approche que l?IOM a adopt?e dans son analyse de la vitamine D a ?t? de consid?rer que le statu quo (les taux sanguins de la moyenne des gens) repr?sentait la valeur de r?f?rence. Ce qui serait au contraire plus logique serait de choisir, comme valeur de r?f?rence, les valeurs s?riques qu?auraient connues nos anc?tres durant l??volution humaine, ainsi que l?apport primitif, car cela est plus plausible biologiquement. ?L?apport primitif a ?t? de 4000 ? 12?000 UI par jour, associ? ? un taux sanguin d?environ 50 ng/ml.2 C?est seulement au cours des derniers mill?naires ? un temps trop court pour changer la nature fondamentale de notre biologie- que nous avons commenc? ? nous cacher des rayons du soleil, avec des v?tements et de la cr?me solaire,? et en travaillant ? l?int?rieur.

?

Paralogisme n. 3
Argumentation circulaire

 

?Lorsqu?il ?tait question d??tudier les preuves des b?n?fices de la vitamine D, les chercheurs du comit? de l?IOM charg?s de pr?parer le rapport ont ignor? toutes les ?tudes qui n??taient pas des ?tudes exp?rimentales randomis?es sur des humains. Les ?tudes exp?rimentales randomis?es, affirme l?IOM, sont les seules qui peuvent ?tablir un lien de cause ? effet.? Toutefois, lorsqu?il est venu le temps de consid?rer la preuve scientifique au sujet du risque de toxicit?, l?IOM a renvers? leur m?thodologie compl?tement.? Ils n?ont pas utilis? d??tudes randomis?es sur des humains, ? cause de ??consid?rations ?thiques??. Principalement, ce sont les ?tudes sur des animaux ou les ?tudes observationnelles sur des humains qui ont ?t? consid?r?es, alors qu?il y a des ?tudes exp?rimentales sur des humains qui d?montrent l?absence de toxicit?.? Les seules ?tudes consid?r?es par l?IOM d?montraient tout de m?me? une innocuit? de la vitamine D jusqu?? des doses de 40?000 UI par jour.? Mais, affirme l?IOM, ?tant donn? que les b?n?fices n?ont pas ?t? prouv?s par des ?tudes exp?rimentales randomis?es, l?approche prudente est celle qu?on privil?gie.?? Ceci est un bel exemple de raisonnement circulaire?.

 

Autrement dit, le discours de l?IOM revient ? ceci?: il manque de preuve de b?n?fices extrasquelettiques de la vitamine D. Et, m?me s?il y a des preuves de son innocuit?, ?a ne compte pas parce que les preuves de l?efficacit? manquent. Ou, si vous pr?f?rez?:? ?? Nous consid?rons que la vitamine D n?est pas s?curitaire parce qu?elle n?a pas ?t? prouv?e b?n?fique?.

 

 

Paralogisme n. 4
Suppression de donn?es pertinentes

 

Ce paralogisme est un des plus difficiles ? d?tecter puisqu?il consiste justement ? occulter des donn?es pertinentes ? la conclusion qui est d?fendue dans une argumentation. Un argumentaire est d?autant plus fort que toutes les donn?es pertinentes ont ?t? prises en compte.

Premi?rement, l?IOM a supprim? les 14 rapports? d?experts consult?s ? l?externe. Parmi ces 14 experts figurent les tr?s respectables professeurs Robert Heaney, Michael Holick et Walter Willett.? Walter Willett, de l?universit? de Harvard, est un ?minent chercheur et sommit? mondiale en nutrition.

Deuxi?mement, l?IOM a supprim? les donn?es en ne consid?rant que les ?tudes randomis?es. Or la litt?rature sur la vitamine D est abondante, mais des ?tudes randomis?es, il y en a eu que tr?s peu.? L?ensemble de la litt?rature pointe dans la m?me direction, ?et pr?sente un tableau consistant, ? l?effet que?:
1.???????? La vitamine D apporte un effet protecteur contre de multiples maladies.

2. ??????? Elle est essentielle pour un bon fonctionnement du syst?me immunitaire.

 

3.???????? Il y a une pr?valence ?lev?e de carence parmi la population nord-am?ricaine.

 

Troisi?mement, les euph?mismes et les doubles discours font que ce qui a ?t? dit semble ne pas l?avoir ?t?. ?En effet, le discours de l?IOM insiste beaucoup sur les apports oraux de vitamine D (alimentation surtout), tout en mettant pratiquement dans l?ombre l?importance de la contribution du soleil sur le taux sanguin de vitamine D. Il n?est pas mentionn? que l?alimentation peut faire grimper le taux sanguin de vitamine D que d?environ 2 ng/ml,?ce qui repr?sente 10% des propres recommandations de l?IOM de taux sanguins (20 ng/ml).? Or cette information, si elle ?tait clairement annonc?e au public, apporterait une id?e bien plus claire de l?importance du soleil en comparaison ? l?alimentation. Cette information pertinente permettrait au public de r?aliser l?importance du soleil.

Les d?clarations au public ne mentionnent pas que le corps peut produire jusqu?? 20?000 UI en seulement quelques minutes,?ce qui lui permettrait de mettre en perspective la contribution d?un verre de lait, qui ?quivaut ? seulement 100 UI.

 

Autres tactiques utilis?es par l?IOM

 

Deux poids deux mesures

 

L?IOM a eu deux poids deux mesures pour analyser la s?curit? et l?efficacit? de la vitamine D. Pour ?valuer les b?n?fices de la vitamine D, l?IOM n?a consid?r? que les ?tudes randomis?es. On a insist? sur le fait que ce sont les seules ?tudes pouvant nous fournir une preuve d?un lien de cause ? effet. Toutefois,? il a renvers? sa m?thodologie compl?tement quand est venu le temps d?analyser les preuves de la toxicit? de la vitamine D. Tout ? coup, le ?gold standard? de la science a pris le bord. Ce n??tait plus aussi important et on a consid?r? toutes les ?tudes?

?galement, sous couvert de prudence, l?IOM a conclu qu?il fallait ?viter de trop augmenter les recommandations d?apport quotidien en vitamine D.?Les membres du comit? affirment qu?ils veulent prot?ger le public de m?faits sur des d?cennies. Mais ils n?ont pas consid?r? les risques sanitaires ? long terme de se retrouver avec des taux sanguins de vitamine D beaucoup plus bas que ce qu?ont connu nos anc?tres. Autrement dit, l?IOM a consid?r? les risques seulement d?un c?t?, mais pas de l?autre. On a fait la m?me chose durant la fausse pand?mie de h1n1, on consid?rait les risques seulement du c?t? du m?chant virus, pas du c?t? du gentil vaccin. Ce gentil vaccin n?a pas ?t? test? sur des d?cennies, mais on exige ?a de la vitamine D.

 

Les autres sophistes de la vitamine D

L?IOM n?a pas le monopole des raisonnements fallacieux sur la vitamine D. En g?n?ral, les organisations gouvernementales, qui se basent sur le rapport de l?IOM, ont les m?mes faux arguments.

Par exemple, les dermatologues sont souvent des ??ennemis?de ?la cause de la vitamine D??. Il ne faut pas tous les mettre dans le m?me bateau, mais il y a une tendance assez importante du c?t? de cette profession ? utiliser des paralogismes et ? r?pandre des messages non v?ridiques au public au sujet de la vitamine D. Par exemple, l?American Academy of dermatology, la plus grosse association de dermatologues au monde, utilise, entre autres tactiques, le paralogisme d?omission, en ne pr?sentant pas toutes les donn?es pertinentes pour que le public comprenne bien ce qu?il en retourne au sujet de la vitamine D, du soleil, et du risque de cancer de la peau.? Dans une d?claration sur la vitamine D en 2011, 12 elle a affirm? que la vitamine D ne devait pas ?tre obtenu par le soleil. Notez bien qu?ils n?ont pas affirm? qu?il fallait une exposition minimale au soleil, mais bien qu?il ne fallait pas chercher ? obtenir la vitamine D de cette mani?re. ?tant donn? le peu de temps qu?il en faut en g?n?ral pour produire ?4000 UI de vitamine D (environ 4 minutes), leur conseil de ne pas aller chercher la vitamine D par le soleil est un conseil d??vitement total du soleil pour un monde id?al, le monde selon l?American Academy of Dermatology.? Qui plus est, elle ne compense pas ce ? ??conseil?? en recommandant des suppl?ments de vitamine D. Elle ajoute que les gens doivent aller chercher leur vitamine D avec l?alimentation et/ou les suppl?ments. Notez bien qu?il n?est pas ?crit et, ?mais et/ou.? L?option seulement alimentation, sans suppl?ment, est donc dans leur recommandation. Donc,? une personne pourrait ne jamais aller au soleil, ne prendre aucun suppl?ment, faire de son mieux pour manger des aliments riches en vitamine D, et faire le bonheur de l?American Academy of dermatology.

 

Pour ?tre coh?rent en lui-m?me, le discours de l?Academy of dermatology devrait mentionner qu?un taux sanguin de 2 ng/ml est suffisant pour assurer une sant? globale, et non 20 ng/ml.? Car il est en effet pratiquement impossible d?atteindre un taux sanguin de vitamine D de 20 ng/ml simplement avec une alimentation, sans suppl?ment ni soleil. Il faudrait en effet pouvoir ing?rer environ 2800 UI par jour de vitamine D, ?soit l??quivalent quotidien de ce menu?: 6verres de lait (624 UI), 3 portions de 75 g de saumon rouge grill? par jour (2040UI ), et 3 ?ufs (156 UI).

?
R?F?RENCES

 

1.????? Institute of Medicine. Dietary Reference Intakes for calcium and vitamin D. Washington, DC: National Academies Press, 2011. Disponible en ligne ? : http://books.nap.edu/openbook.php?record_id=13050&page=R1

 

2.????? Heaney RP et Holick M.? Why the IOM recommendations for vitamin D are deficient.
J Bone Miner Res. 2011;452?454. DOI: 10.1002/jbmr.327
http://onlinelibrary.wley.com/doi/10.1002/jbmr.328/full

 

3.????? Heike Bischoff-Ferrari et Walter Willett . Comment on the IOM Vitamin D and Calcium Recommendations?? For Adult Bone Health, Too Low on Vitamin D?and Too Generous on Calcium.. Harvard school of public health.?? 2010http://www.hsph.harvard.edu/nutritionsource/what-should-you-eat/vitamin-d-fracture-prevention/index.htm

4.????? ?Vitamin D Council. Vitamin D Council statement on FNB Vitamin D Report. Today, the Institute of Medicine’s Food and Nutrition Board has failed millions… 30 novembre 2010. http://www.vitamindcouncil.org/news-archive/2010/vitamin-d-council-statement-on-fnb-vitamin-d-report

 

5. Joan M. Lappe, PhD. The Role of Vitamin D in Human Health: A Paradigm Shift. JEBCAM 2011;. 16(1) 58-72. Disponible en ligne ?? http://chp.sagepub.com/content/16/1/58.full.pdf+html

 

6. Office of dietary supplements. Dietary Supplement Fact Sheet:? Vitamin Dhttp://ods.od.nih.gov/factsheets/vitamind

7. Grassrootshealth. New IOM vitamin D recommendations – baby steps and missteps.? http://www.grassrootshealth.net/new-iom-vitamin-d-recommendations-baby-steps-and-missteps

8. Jean-Yves Dionne, pharmacien. Une vieille vitamine fait la manchette. D?cembre 2010. http://www.jydionne.com/une-vieille-vitamine-fait-la-manchette/#

9. Report Questions Need for 2 Diet Supplements. New York times. D?cembre 2010. http://www.nytimes.com/2010/11/30/health/30vitamin.html

10. Nutrition: les six priorit?s du Dr Walter Willett. Passeport Sant?. ?http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2008102499

 

11.? Heaney RP, Davies KM et coll. Human serum 25-hydroxycholecalciferol response to extended oral dosing with cholecalciferol. Am J Clin Nutr. 2003?; vol. 77 no. 1 204-210
Disponible en ligne ??: http://www.ajcn.org/content/77/1/204.full

 

12.? AMERICAN ACADEMY OF DERMATOLOGY.? POSITION STATEMENT ON VITAMIN D. 2011. http://www.aad.org/stories-and-news/news-releases/academy-issues-updated-position-statement-on-vitamin-d

 

13.? Sreeram V. Ramagopalan. et coll. A ChIP-seq defined genome-wide map of vitamin D receptor binding: Associations with disease and evolution. Genome Res. 2010?; 10.1101/gr.107920.110 Disponible en ligne ??: http://genome.cshlp.org/content/early/2010/08/20/gr.107920.110.full.pdf+html

 

14.? Michael F. Holick. ?The Physiology and Treatment of Vitamin D Deficiency : Letters to the editor. ?Mayo Clin Proc 2004, Vol 79.??? Disponible ? : http://www.mayoclinicproceedings.com/content/79/5/707.full.pdf

 

15.? Mario Fabri, Steffen Stenger, ?Dong-Min Shin et coll.Vitamin D Is Required for IFN-??Mediated Antimicrobial Activity of Human Macrophages. Science Translational medicine (Sci Transl Med). ?Octobre 2011: ?Vol. 3, Issue 104, p. 104ra102 ?DOI: 10.1126/scitranslmed.3003045 http://stm.sciencemag.org/content/3/104/104ra102

 

16.? Marina Rode von Essen et coll. Vitamin D controls T cell antigen receptor signaling and activation of human T cells .Nature immunology. 2010
http://www.microbio.uab.edu/CMIJournalClub/March17.pdf

 

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Voter avec ses pieds

Quelles sont les raisons qui font qu’un électeur choisit un candidat plutôt qu’un autre ? ...

One comment

  1. avatar

    « Les déclarations au public ne mentionnent pas que le corps peut produire jusqu’à 20 000 UI en seulement quelques minutes, (15) ce qui lui permettrait de mettre en perspective la contribution d’un verre de lait, qui équivaut à seulement 100 UI. 16 »

    Voilà le noeud du problème.

    J’ai besoin de votre aide. Étant donné votre maîtrise de la logique et de ses outils, ce qui me fait défaut, pourriez-vous reviser le débat que j’ai eu sur l’Égo et analyser l’argumentaire d’Élie l’Artiste-André Lefèbvre.

    Ma logique me dit qu’il abuse soit de sophismes ou à tout le moins de paralogisme.

    Il se peut aussi qu’il ait raison et que je sois carrément dépassé.

    Voir aux lienx suivants :

    http://www.centpapiers.com/qui-est-cet-ego-dont-on-parle-tant-partie-1/85921/comment-page-1#comment-28951

    http://www.centpapiers.com/l%e2%80%99ego-peut-il-evoluer-partie-2/86506/comment-page-1#comment-29138

    http://les7duquebec.com/2011/11/02/qui-est-cet-ego-dont-on-parle-tant-partie-1/

    http://les7duquebec.com/2011/11/10/l%e2%80%99ego-peut-il-evoluer-partie-2/