Accueil / A C T U A L I T É / Les singes et nous (2)
Ce texte se nourrit de divers articles sur le sujet, principalement du livre du primatologue Frans de Waal intitul? ?Le singe en nous?. ?Nous avons vu la semaine derni?re que les grands singes sont nos cousins puisque nous avons en … Lire la suite

Les singes et nous (2)

Ce texte se nourrit de divers articles sur le sujet, principalement du livre du primatologue Frans de Waal intitul? ?Le singe en nous?.

?Nous avons vu la semaine derni?re que les grands singes sont nos cousins puisque nous avons en commun le m?me anc?tre, Pan.

Les scientifiques dans leurs observations ont ? c?ur de cibler leurs recherches sur le singe qui s?est le moins modifi? au fil du temps. Selon Takayoshi, ?minent sp?cialiste des bonobos sauvages, ceux-ci n?ayant jamais quitt? la jungle humide, auraient sans doute ?t? expos?s ? moins de pressions, sources de changements et pourraient de ce fait ressembler davantage au singe de la for?t dont nous descendons tous.

Disons tout de suite que nous partageons 98,4 % de notre ADN avec les chimpanz?s et les bonobos.

Qu?ont le chimpanz?, le bonobo et l?homo en commun?

  • le pouvoir et la politique
  • le sexe
  • la violence
  • la conqu?te du territoire
  • la vie de clan et son habitat
  • la hi?rarchie
  • l?empathie et la cruaut?
  • la solidarit?
  • des comportements socialement appris

Une image valant mille mots, voici comment Frans de Waal r?sume la prise de pouvoir et le sexe chez le chimpanz? et le bonobo.

On peut dire que les batailles entre les grands singes tournent en dernier ressort autour des femelles. La diff?rence fondamentale entre les chimpanz?s et les bonobos?

LES CHIMPANZ?S R?SOLVENT LES QUESTIONS DE SEXE PAR LE POUVOIR, ALORS QUE LES BONOBOS R?GLENT LES QUESTIONS DE POUVOIR PAR LE SEXE.

?Les tactiques politiques, pouvoir et violence, chez les chimpanz?s et les hommes

Il y a une similitude g?nante entre les coutumes des grands singes de se balancer de branche en branche ? cr?ant ainsi une obsession pour la vie en petit groupe, ET notre fa?on d??tre subjugu?s par nos hommes politiques qui se mart?lent la poitrine devant les cam?ras, des vedettes de feuilletons qui sautent d?un rendez-vous ? l?autre, ainsi que de la fascination et de l?adulation que nous avons pour? les plus forts de notre soci?t?, et toutes les cat?gories de stars qui d?ambulent sur les tapis rouges ?.

Chez les chimpanz?s, les alliances deux contre un engendrent les dangers de luttes de pouvoir. Les coalitions sont essentielles, car aucun m?le ne peut r?gner seul longtemps, car le groupe pris dans son ensemble, peut abattre n?importe qui. Ils s?associent avec tant d?habilet? qu?un chef a besoin d?alli?s pour renforcer sa position. Se maintenir au sommet oblige ? un travail d??quilibriste entre la n?cessit? d?affirmer sa domination, satisfaire ses partisans et ?viter les r?voltes massives.

LA POLITIQUE DES HOMMES FONCTIONNE EXACTEMENT SUR LE M?ME MOD?LE. L?assassinat politique n?est plus une exception dans notre propre esp?ce?: John Kennedy, Martin Luther King, Salvadore Allende, Rabin, Gandhi ?

M?me aux Pays-Bas ? nation plut?t sereine politiquement ? il y eut il y a quelques ann?es l?assassinat de Pim Fortuya, candidat aux ?lections. En des temps plus lointains, raconte M. Wall, un hollandais, la soci?t? fut t?moin d?un assassinat politique horrible entre tous. Ameut?e par les adversaires de Johan de Witt, la populace s?empara de l?homme d??tat et de Cornelius, son fr?re. Elle les acheva tous les deux ? coups d??p?e et de mousquet, pendit leurs cadavres par les pieds et les ?ventra comme des porcs ? l?abattoir. La foule excit?e pr?leva les c?urs et les entrailles, les grilla sur le feu et prit le temps de les d?guster. C??tait en 1672.

Pour conserver le pouvoir, les chimpanz?s n?h?sitent pas ? ?liminer eux qui menacent leur autorit?. ?Les vaincus se soumettent, baissent la t?te devant eux, s?accroupissent ? leurs pieds. L??ternelle saga de la soci?t? des chimpanz?s est au c?ur de la politique de pouvoir des m?les.

L?abus de pouvoir chez l?homme, l?utilisation du sexe ? des fins perverses, le vol d?organes humains, la torture, l?exploitation sauvage de l?humain par les dirigeants de ce monde ? l?acquisition de grandes fortunes ? c?t? de gens qui mangent ? peine pour survivre, tous ces faits ne sont pas cr??s par le destin ou de quelconques hasards. Ils sont cr??s par l?homme, ce bip?de primate qui prend du temps ? ?voluer en conscience.

?Notre nature humaine est la turbulente alliance du chimpanz? et du bonobo, et met douloureusement en ?vidence notre face cach?e?: quelques 160 millions d?individus au cours du seul 20e si?cle ont perdu la vie du fait de guerres, de g?nocides, et de r?pression politique ? le tout d? ? notre propension ? la f?rocit? et au pouvoir. Et en ce d?but du 21e si?cle, cette premi?re d?cennie ?coul?e n?est gu?re plus pacifique. Guerres, tortures, abus de pouvoir, corruption ? des faits de tous les jours souvent banalis?s.

Les traits communs que nous partageons avec les grands singes sont le POUVOIR ET LE SEXE d?un c?t?, et L?EMPATHIE ET LA SYMPATHIE de l?autre c?t?.? L?envers d?une m?me m?daille avec deux faces diff?rentes.

L?homo sapiens, un sauvage conqu?rant

Plusieurs chercheurs croient que l?humanit? est parvenue l? o? elle se trouve aujourd?hui par voie de g?nocide. En migrant d?Afrique, il y a de cela fort longtemps, des bandes d?homo sapiens s?ouvrirent un chemin en Eurasie en assassinant tus les grands singes bip?des qu?ils rencontraient sur leur passage, parmi lesquels l?esp?ce la plus proche de la leur, l?homme de N?endental.

Plusieurs si?cles plus tard, au XXe si?cle, La Seconde Guerre mondiale r?v?le ce qu?il y? a de pire dans le comportement humain, avec ses chambres ? gaz, ses ex?cutions de masses et destructions d?lib?r?es. Quand l?Occident dressa l??tat de la situation, il fut impossible d?ignorer? les actes de sauvagerie commis au c?ur de l?Europe par des individus qu?on croyait civilis?s. Les comparaisons avec les animaux ?taient omnipr?sentes. On disait que les animaux n?ont ni inhibition ni culture. On parlait chez l?homme d?une composante animale, ou un trait dans sa constitution g?n?tique qui brisa le mythe du vernis de la dignit? de l?homme.

Une th?orie d?velopp?e ?non?ant la question d?une agressivit? irr?pressible qui cherche une exutoire dans la guerre, la violence ou le sport. Une autre th?orie mettait l?accent sur l?agressivit? qui ferait l?originalit? de l??tre humain, car on croyait ? ce moment que les humains ?taient les seuls primates ? tuer des membres de leur propre esp?ce.

? l??ge de l?apr?s-guerre, l?agressivit? humaine se pla?ait en premi?re ligne et au centre de tous les d?bats sur la violence et la destruction.

L?homme est capable de sauvagerie gratuite, certes. Peut-?tre est-ce d? ? notre aptitude ? imaginer ce que ressent l?autre? Mais associ?e ? une attitude positive, cette m?me aptitude nous incite ? envoyer de la nourriture aux populations qui meurent de faim, ? nous porter avec courage au secours de parfaits inconnus (les incendies, les tremblements de terre, et bien d?autres).

Les hommes sont-ils les seuls primates ? tuer leurs semblables?

Tuer un membre de sa propre esp?ce se retrouve chez un bon nombre d?animaux, non seulement sur les chimpanz?s, mais sur les hy?nes, les lions, et bien d?autres.? Chez les petits animaux ?galement, telles les fourmis, un groupe d?insectes qui effectue des raids et tue ? une ?chelle massive. Le sociobiologiste Ed Wilson d?clare?: ?? c?t? des fourmis pour qui assassinats, escarmouches et batailles rang?es appartiennent ? la routine, les hommes sont des pacifistes sous tranquilisants.?

?Les chimpanz?s ne sont pas toujours violents, ils peuvent aussi avoir de la compassion, bien qu?il soit difficile de le concevoir. Nous verrons ce point dans un prochain article.

Dans les ann?es 19760, en Tanzanie, entre autres, des sp?cialistes des chimpanz?s ? dont Jane Goodall continuaient ? faire des chimpanz?s de ?bons sauvages ? la Rousseau?; des solitaires vivant en autarcie et n?ayant aucun besoin de rapports sociaux. Cette vision fut rectifi?e en 1970 ? comme on ajuste un poste de radio sur la bonne onde ? par des scientifiques japonais qui travaillaient au sud de Gombe dans les montagnes de Mahale.? Ils d?couvrirent que les chimpanz?s appartenaient tous ? une communaut? unique, distincte des autres. Puis, la r?putation pacifique des chimpanz?s vivant en libert? vola en ?clats. Pacifique le chimpanz??

Pas vraiment pacifique les chimpanz?s! Ils pourchassent les petits singes, leur fracassent le cr?ne et les mangent vivants. En fait, ils sont carnivores. En 1979, la National Geographic rapportait que ces grands singes s?entre-tuaient aussi, consommaient parfoisleur victime. Ce qui faisait d?eux des assassins et des cannibales. Ils chassent pour tuer et vivent dans des communaut?s qui se font la guerre. Le monde d?couvrait alors avec consternation la v?rit??: que la brutalit? faisait partie de la constitution naturelle du singe.

Rien n?oblige les chimpanz?s ? ?tre violents. Tuer un membre de sa propre esp?ce est une r?alit? peu fr?quente mais largement r?pandue.

?L?assassinat des nouveaux-n?s ? une fa?on de garder le pouvoir?

Dans la nature, les chimpanz?s, qui ont un sale caract?re, tuent parfois des nouveaux-n?s de leur propre esp?ce. Certains biologistes attribuent ce fait ? la comp?tition entre les m?les pour f?conder leurs femelles. Elle expliquerait leurs perp?tuelles man?uvres pour occuper le pouvoir ainsi que l?infanticide de petits qui ne sont pas d?eux.

Les chimpanz?s vivent avec la menace de la violence en permanence au-dessus de leur t?te, et l?infanticide repr?sente la principale cause de mortalit? dans les zoos comme dans la nature.

Sexe et contr?le des femelles par la solidarit? chez les bonobos

M?les ou femelles, les bonobos ignorent toute ligne de partage entre la sexualit? et l?affection.

Si dans notre soci?t?, les jeunes et belles femmes ont du pouvoir sur les hommes et font ombrage au plus m?res, il n?en va pas de m?me dans le clan des bonobos.? Les vieilles matriarches bonobos gouvernent fermement les clans. Surprenant, n?est-ce pas? D?autant plus que le poids moyen de la femelle bonobo repr?sente 85 % de celui du m?le. Et que le m?le est pourvu de canines ac?r?es f?roces dont la femelle est totalement d?pourvue!

D?autre part, dans un groupe de m?les install? dans un zoo, s?il n?y a qu?une seule femelle, elle vivra sous la domination du m?le en pouvoir. Toutefois, cette autorit? sera renvers?e d?s l?arriv?e d?une deuxi?me femelle. Alors, comment cette solidarit? est-elle exerc?e par elles? Simplement par un contact sexuel, g?n?ralement un frottement g?nito-g?nital (ou GG) ainsi qualifi? par les observateurs, ou parfois par un acte plus pittoresque, nomm? le ?hoka-hoka?. Une des femelles enveloppe l?autre des ses bras et de ses jambes, s?agrippe ? elle comme un b?b? au ventre de sa m?re; ainsi, face ? face, elles mettent en contact leurs vulves et leurs clitoris leur imprimant un frottement lat?ral. Par la suite, les femelles r?p?tent leur contact sexuel, si bien qu?? l?heure des repas, elles affirment ENSEMBLE leurs droits sur la nourriture. Cela se passe au zoo? En libert? aussi, les femelles gardent la main haute sur les rations. Nous semblons loin, ici, de l?image de nos lointains a?eux en hommes des cavernes tra?nant les femmes par les cheveux.

Chez les bonobos, les relations sexuelles, feintes ou r?elles, sont plus souvent utilis?es comme mode de r?solution de conflits, ? c?t? des m?canismes de domination. Les ?tudes sugg?rent que les ? des rapports sexuels entre bonobos n?ont pas des fins reproductives, mais sociales, et que presque tous les bonobos sont bisexuels. Ces actes sexuels sont utilis?s dans le but de plaire ? un autre membre ou pour r?duire les tensions sociales ? par exemple, un individu subordonn? peut utiliser des actes sexuels pour calmer un autre individu plus fort ou plus agressif. Mais si la fr?quence des rapports est exceptionnelle dans le r?gne animal, et sup?rieure ? celle de tous les primates, les accouplements sont rapides et furtifs, sans aucun geste pr?paratoire, et ne durent en moyenne qu?une quinzaine de secondes. Leur seul tabou sexuel serait l?inceste. Les relations sexuelles incluent aussi les juv?niles.

Les pratiques sexuelles sont vari?es?: sexualit? orale, baiser avec la langue, rapports homosexuels. Frans de Waal pr?f?re parler de ?pansexualit?? et non homosexualit?, insistant sur le fait que la sexualit? du bonobo est ouverte ? toutes les relations, et n?est pas orient?e vers un seul sexe, un seul genre.

Une ?trange particularit? dans leur organisation sociale est la paix du groupe maintenue par l?existence d?un bouc ?missaire. Un groupe de chercheurs ayant retir? du groupe un bonobo bless? et frapp? par les autres membres,? ont remarqu? une accentuation de la violence et une baisse de la sexualit? ? lorsque ce dernier fut r?-int?gr? au groupe, la paix du groupe fut retrouv?e.

Takayoshi Kano, de l?Institut de primatologie de Kyoto, oppose sans cesse dans son livre ?Le Dernier Grand Singe? le chimpanz? brutal et jaloux au bonobo pacifique et libertin. Waal parle d?une esp?ce qui ?fait l?amour, pas la guerre?.

Que se passe-t-il pendant ce temps chez les chimpanz?s?

Comment la solidarit? se manifeste-t-elle chez les chimpanz?s? Difficile de parler de solidarit?, parlons plut?t de force brutale et de domination m?le.

Chez le chimpanz?, le pouvoir est entre les mains du m?le alpha, qui ne se g?ne pas de donner des coups au-dessous de la ceinture infligeant des blessures ? ses victimes ? des endroits inhabituels comme le ventre ou le scrotum.

Le chimpanz? a ?t? bien dot? par la nature. Il aime s?exhiber. Il a facilement des ?rections. Il suffira par exemple qu?un gardien au zoo le caresse sur le ventre pour qu?une impressionnante ?rection surgisse tout de suite. ?tant donn? que la hi?rarchie est tr?s forte chez les chimpanz?s, il peut arriver que des singes de rang moins ?lev? aillent se cacher dans des buissons pour ne pas exciter la jalousie des autres.

La brutalit? est souvent au c?ur du sexe.

SUITE LA SEMAINE PROCHAINE sur les habitudes de vie sexuelle du chimpanz?, et celles de l?homme.

La vie en clan, l?empathie et la cruaut? seront aussi trait?s.

Carolle Anne Dessureault

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVI) : le laxisme multinational et l’incroyable réceptionniste de Mulhouse :

Le trafic international de cocaïne et son expansion fulgurante sont les résultantes de plusieurs laxismes.  ...