Accueil / A C T U A L I T É / Les retraités : une « génération dorée » qui se goberge !

Les retraités : une « génération dorée » qui se goberge !

Tel est le message qu’a voulu faire passer le député de la majorité Éric Alauzet dans une interview publiée le lundi 5 mars par le quotidien Le Parisien. Certes, l’élu de La République En Marche ne s’est pas totalement exprimé de cette manière, mais c’est bien ainsi que son propos est appelé à être perçu par les retraités français exposés en cette année 2018 à une très pénalisante hausse de la CSG…

Élu du Doubs, Éric Alauzet n’est pas un député lambda, mais le rapporteur du budget de la Sécurité Sociale pour la Commission des Finances, et c’est à ce titre qu’il a été interviewé par Le Parisien. À ce titre qu’il a, dans les colonnes du journal, tenté de défendre la politique du gouvernement en matière de fiscalité. Avec pour objectif de déminer la contestation qui gagne et la colère qui monte dans les rangs de ces retraités qui, tels des rapaces dénués de tout scrupule, perçoivent sans sourciller une indécente pension de plus de… 1 200 euros par mois. Qu’à cela ne tienne, le pouvoir en place a décidé de raboter le pouvoir d’achat de ces privilégiés en augmentant la CSG de 1,83 % sur l’exorbitante pension brute que perçoivent ces ingrats.

Or, allez savoir pourquoi ? ces nantis ruent dans les brancards de la fiscalité, au point de vouloir descendre battre le pavé le 15 mars dans la France entière afin d’exiger l’abrogation de cette augmentation de la CSG. Une attitude irresponsable que M. Alauzet ne comprend pas, lui qui affirme que « les retraités d’aujourd’hui font partie d’une génération dorée » et appelle en conséquence les têtes chenues « à se ressaisir ! » Eh oui, souligne cet exécuteur des basses œuvres, il faut bien « renflouer les caisses de l’État », et pour cela mieux vaut taxer des retraités qui, c’est bien connu, se la coulent douce pour la grande majorité d’entre eux grâce à de mirifiques pensions qu’ennuyer les « Géants du web » ou les sportifs de haut niveau, trop peu nombreux et trop impécunieux pour que l’opération soit rentable.

Mais voilà qu’Éric Alauzet justifie la décision prise par les pouvoirs publics : « ces mesures accompagnent ceux qui travaillent », clame le député en appelant en creux à la solidarité des anciens au motif qu’avoir travaillé toute sa vie, « ça ne suffit pas comme argument », sous-entendu pour se gaver de pensions roboratives alors que les salariés crient famine.  Haro sur les vieux, ces « pétés de tunes » à plus de 1 200 euros par mois ! Faisons-leur rendre gorge à ces opulents oisifs, à ces femmes et ces hommes qui, sous prétexte d’avoir bossé durant quarante ans, pompent sans vergogne les ressources de l’État ! Voilà ce que nous dit en creux dans sa consultation médiatique ce brave docteur Alauzet en jouant sur la corde de la culpabilité. À l’en croire, ces retraités ne seraient que des égocentriques, des égoïstes, des ingrats qui ne pensent qu’à eux-mêmes et adressent un bras d’honneur aux jeunes générations.

Une sinistre farce ! Outre le fait que nombre d’entre eux se sont usés durant leur vie professionnelle, parfois au prix de maladies chroniques ou de blessures irréversibles, c’est à ces retraités et à leurs parents que l’on doit l’essentiel des mesures de protection sociale. Et en matière de solidarité avec les jeunes, M. le député LREM serait bien avisé de regarder ce qui se passe dans la société française : dans une majorité de familles, ces retraités que le gouvernement entend taxer via l’augmentation de la CSG viennent en aide à leurs enfants et petits-enfants confrontés à la voracité des actionnaires et au gel des salaires, souvent en se limitant pour eux-mêmes à l’essentiel de leurs besoins.

Ne vous en déplaise, M. Alauzet, la plupart des retraités ne vous ont pas attendu pour être solidaires. Honte sur vous, monsieur le député !

Commentaires

commentaires

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Quand les Gilets jaunes volent au secours de LREM

Comme l’on pouvait le pressentir, en cas de présence d’une liste Gilets jaunes aux prochaines ...