Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / Les profiteurs de guerre oubliés (3) : les deux lascars du Nascar

Les profiteurs de guerre oubliés (3) : les deux lascars du Nascar

Nous allons de surprise en surprise dans cet épais dossier.  Nous voici aujourd’hui au 24 Heures du Mans, il y a quelques années (en 1979 !), avec deux conducteurs de Porsche un peu spéciaux.  Ils sont en effet aussi trafiquants de drogue, de cocaïne, et se sont aussi de véritables passionnés de vitesse… et d’aviation.  Leur Porsche, achetée 203 000 dollars, avait été intégralement payée par les revenus du trafic de  cocaïne ! Et en aviation aussi leur empreinte a été douteuse, puisqu’on les retrouve liés à la CIA et aux avions de transferts de prisonniers destinés à être torturés à l’étranger, un autre grand sport chez G.W.Bush. Les deux frangins Whittington ont fait aussi dans le transport d’armes, mais ça on s’en serait douté, à voir leur CV…

41_Le_Mans-8a6a1L’associé de Miller et Daniels, Shubin, à la tête, on l’a vu, de Sky Bus à Fort Lauderdale travaillait alors étroitement avec World Jet, firme détenue par Don Whittington, au lourd passé de trafiquant notoire.  On comprend mal comment l’Etat américain, qui va signer des contrats militaires avec sa société, comme on le verra a pu à ce point l’ignorer… car le duo des frères Whittington est connu, très connu même depuis leurs exploits de leur jeunesse de têtes brûlées.  L’ex vendeur de Ferrari non plus ne pouvait l’ignorer ! L’homme, et son frangin, deux anciens coureurs automobiles qui avaient participé au Mans ou à des circuits NASCAR sortaient en effet alors de prison, condamnés tous deux pour trafic de drogue.  Au temps de leur splendeur, ils conversaient avec Paul Newman dans les stands des 24 Heures du Mans.

Or ils partageaient auparavant le même hangar que Sky Bus !  Dans Aviation Week du 16 décembre 2013, voici ce qu’on pouvait lire à leur sujet  : « la Drug Enforcement Agency étudie une société de jet d’affaires de la Floride pour ses liens allégués et l’aide aux trafiquants de drogue en Amérique du Sud, l’Afrique et du Mexique. William Whittington et Reginald « Don » Whittington, qui possèdent World Jet de Ft. Lauderdale, eux et le directeur des opérations de la société, Steven Dennis, sont à en examen pour avoir prétendument vendus et loué des jets à des cartels de la drogue en provenance du Venezuela, de la Colombie, de l’Afrique et sue Mexique, selon le mandat de recherche déposé devant un tribunal du Colorado. Le produit de la location et les ventes d’avions est soupçonné d’avoir été blanchi par le biais d’une société propriété du frère de Don Whittington, selon la déposition sous serment. Selon l’affidavit, en effet, les Whittington auraient négocié des contrats avec les cartels de la drogue ou avec un courtier agissant pour le compte d’un cartel pour contracter une option de bail-achat et exiger un dépôt plus important que le coût de l’appareil ».  Ce qui suivait était l’explication du « Trustee », cette création tierce permettant à un étranger de posséder un avion à immatriculation US.

Les frères Whittington étaient très mêlés à l’aviation.  Et à Reno : on découvre ainsi qu’ils ont été un temps propriétaires d’un Mustang, immatriculé N7773, puis N51WB.  L’avion venait de la RAAF et avait servi en 1953 à des tests nucléaires.  L’association où été inscrit les deux frères s’appelait la Vintage Aircraft International.  Le voici photographié en octobre 1988. Il deviendra plus tard le Jeanie Too. En 2012 il volait toujours.

avion_96-364c0Mais leur plus grande tentative à Reno a consisté en un avion plus spécial : le « Mustang Griffon ».  L’accouplement insensé d’une cellule de Mustang avec un moteur monstrueux de 37 litres de cylindrée ; le Rolls Royce Griffon 58, actionnant une double hélice contrarotative (c’est un dérivé des moteurs du patrouilleur maritime Shackelton, le Lancaster survitaminé !).  L’avion fut connu sous deux noms, dont le second nous dit aussitôt quelque chose : Precious Metal ou World Jet Mustang.  L’avion, magnifique, n’a connu que des déboires et a failli tuer Don lorsqu’un raccord de radiateur s’est cassé et le liquide de refroidissement bouillant s’est déversé dans le cockpit.

shackelton_propeller-9cfecIl a dû larguer la verrière et se mettre sur le dos pour rejoindre le terrain d’aviation.  L’avion, devenu « Race38« , laissé à l’abandon sera repris en 2000 par un de ses amis, Ron Buccarelli (le président of Lake Air Inc), associé à Jere Creed.  L’avion aux ailes vertes reconnaissable de loin est devenu depuis métal et jaune, racheté par Thom Richard, il participe toujours aux courses de Reno, après quelques modIfications (un nouveau cockpit notamment).  Le voici ici en vol en train de ronronner avant de se déchaîner comme ici en course (quel bruit !) Lors de la course de 2013, il a atteint 709 km/h !

Entre deux courses à Reno, Whittington traficote avec les cartels. « En retour, Don Whittington (*) aurait maintenu l’avion en son nom ou le nom d’un tiers et conserverait limmatriculation de queue américaine sur l’avion. Une fois que le cartel en aurait terminé avec l’avion, Wordl Jet mondiale l’aurait « repris (…) L’enquête révèle qu’un certain nombre d’avions d’affaires ont été mis en service sur d’autres pistes. Les sources de la DEA ont déclaré qu’un Hawker 700, avec l’immatriculation de queue N49RJ, drug_gulfstream-22cabdevait être utilisé pour convoyer de la cocaïne en provenance du Venezuela au Honduras, selon le témoignage enregistré. En mai, la DEA a commencé une enquête sur un cartel de la drogue colombien. Le cartel a acheté un Gulfstream II-SP, numéro de queue N1218C, à un agent de la DEA travaillant pour World Jet pour 300 000 dollars. l’agent infiltré affirme que le jet était « prévu pour déplacer plusieurs milliers de kilogrammes de cocaïne d’Amérique du Sud en Amérique Centrale. « World Jet était dans la ligne de mire de la DEA depuis des années. En 2009, la DEA et la DEA Miami à Bogota, en Colombie avaient saisi un certain Piper PA-31-325 Navajommatriculé en queue N5000H à Popayan, en Colombie avec 786 kg de cocaïne à bord. Ce jet appartenait à World Jet du Delaware, et il était également possédé et exploité par Don Whittington ». 

piper_colombien-1bdec« En 2012, la DEA de Miami avait saisi un Beech King Air 300, au nombre de queue N711VN. Don Whittington avait prétendument négocié la vente de l’avion de John Murphy à une société basée en Floride appartenant à Elyahu Smadja, la cible d’une enquête DEA de blanchiment d’argent, de trafic de stupéfiants et de ventes d’armes illégales. » Le fameux Piper, saisi par les colombiens est devenu depuis le PNC-0232, avion de la police désormais ! beechraft-f885d Selon Daniel Hopsicker, et d’autres enquêteurs, le Gulfstream concerné (N987SA, ci-dessus) aurait en réalité participé à une opération secrète décidée par le ministère de l’Immigration de la sécurité intérieure (Homeland Security) et l’Agence des douanes de Tampa appelée « Operation Jaguar ». « Selon une déposition de de 35 pages (affidavit), qui cite sept informateurs confidentiels différents, la DEA accuse Whittington d’oganiser un réseau qui a vendu au moins 12 avions pour les trafiquants de drogue en provenance du Venezuela, la Colombie, le Mexique, l’Afrique et même lundi. L’histoire d’un seul de ces avions un Hawker 700 (N49RJ) -qui selon le document de la DEA appartiendrait à Wold Jet – finalement vendu à des trafiquants de drogue, offre ainsi un regard intérieur sur 30 années de trafic de drogue en Floride du Sud ».

whittington_aicraft-26e51

N987SA-Parked-88eb3Et on tombait sur du lourd en effet question gouvernemental, l’avion concerné ayant servi à la fois au « renditions » et à transporter un des piliers de la CIA depuis les années 60 : « dans le même temps les avions de World Jet emportaient des terroristes présumés dans des prisons à travers le monde, et un homme qui avait été reconnu coupable de terrorisme. L’exilé écubain Juan Posada Carriles, reconnu coupable de l’assassinat de 78 passagers innocents tués sur un avion de ligne cubain en 1976, a volé à bord du N49RJ dans plusieurs circonstances. N49RJ29-3604bPosada Carriles a effectué un vol charter de luxe sur le Jet Hawker 700, N49RJ entre Fort Lauderdale et El Paso où il était en procès aux États-Unis Cour pour parjure, et avec le gouvernement américain qui tentait de l’expulser des Etats-Unis C’est Alberto Herreros, l’homme qui aurait payé pour le charter du vol de Luis Posada Carriles à El Paso. C’est l’ancien président de Vortex / Universal, citée dans le « Rapport Kerry » sur l’Iran Contra comme l’une des six entreprises « détenues et exploitées par des gens condamnés ou suspectés d »être les trafiquants de drogue qui ont été liés aux Contras « .

Un Alberto Herreros notablement lié à des millionnaires, eux-mêmes liés à des personnes bien connues qui l’ont toujours protégé pendant plus de trente ans.  Herreros dirigeait Lomax International Inc., à Miami, Florida, où il pratiquit l’achat d’armes au pays de l’Est, dont la Pologne et la Bulgarie, avec la firme Arsenal Co., fabricante d’AK-47 retrouvées dans tous les conlfits africains.  En 1998, Herreros avait créé Vortex II, qui avait la même adresse que Lomax International, Inc. ( au 320 S.W. 83 Street, Miami, Florida) et dont la banque était située à Willemstad Island, dans les Antilles Néerlanfaises sour le nom de Lommex Investments Ltd. Herreros était aussi financé par le millionnaire texan d’ultra droite Harold C. Simmons via sa société de holding Contran Corp. simmons-8ba68 Simmons (ici à droite), un grand ami des républicains et de George Bush (senior), qui finançait aussi les Contras d’Oliver North.  Un avis de 1985 de la DEA avait découvert que Vortex était en relation avec le trafiquant connu John Lett.  Dans le rapport de John Kerry sur les contras, on pouvait s’apercevoir paragraphe 864 que le Nicaraguan Humanitarian Assistance Office, représenté par l’ambassadeur Robert W.Duemling dirigeait le trafic !  On retouvera la maison de l’ambassadeur… valant 14,2 millions de dollars, habitée par un grand partisan de la « préservation architecturale », proche de trois présidents successifs… l’aide humanitaire de Duemling dissimulait bien de juteuses transactions d’armes et de coke.

tepper_crah_hercules-8dd33-36c54Les livraisons d’armes vers l’Afrique mouillaient la secrétaire d’État adjoint aux affaires africaines, Susan Rice, et Roger Winter, le directeur exécutif du Comité américain pour les réfugiés.  Les armes ont été livrées à l’Armée de libération du peuple soudanais (SPLA) de John Garang, au Soudan en 1983, l’autre étant une aide logistique militaire secrète aux rebelles opposs à Laurent Kabila en République démocratique du Congo. En Angola, en 1989, de la même manière, c’est un Lockheed Hercules L-100 appartenant à la compagnie écran de la CIA Tepper Aviation qui sera l’objet d’interrogations (lire ici pourquoi).

« Le vice-président de Lomax International Inc était le pilote Michael Palmer, et l’autre pilote qui a émergé dans la lueur des audiences du Congrès était son partenaire Frank Moss, à l’aéroport du comté de Charlotte. Les deux hommes ont été répertoriés dans le journal de bord de Rob Owen, l’assistant d’Oliver North. »  Bref, le gouvernement US, sous couvert de la CIA est bel et bien mêlé à toutes ces affaires.  On comprend alors pourquoi il aurait fermé les yeux sur ce qui se passait dans le hangar de Sky Bus – Jet World, puisqu’il y participait !!!  Le rapport du NHAO, montrait que Vortex, l’une de la demi-douzaine d’entreprises environ de fret aérien utilisés par le Département d’Etat, a d’abord été recruté le 10 janvier 1986, et a été payé pour au moins un vol de ravitaillement vers l’Amérique centrale, ainsi que le transport de 20 tonnes de fret d’Albany, (Georgie) vers Miami.

Le système reposait sur des tripatouillages d’immatriculations d’avions, facilité par l’incroyable laxisme de la FAA (voir ici un article de 2011 l’expliquant en détail). Hopsicker a en effet bien répertorié les jonglages d’immatriculations de la douteuse affaire. « L’enregistrement de l’avion change de mains quatre fois entre 2000 et 2009. Pourtant, il reste à tout moment sous le contrôle de Don Whittington. L’inscription de la FAA de l’avion montre que World Jet l’a vendu à Mountain Aviation LLC de Cheyenne Wyoming en août 2000. Mountain Aviation l’a ensuite vendu retour à World Jet le 22 mai 2002. Ensuite, R. D. (Don) Whittington, comme individu, n’a apparemment pas pris la peine de changer l’immatriculation de l’avion à partir du nom de son entreprise, celle de « Hawker Jet 400 », de Wilmington, en octobre 2007. Hawker Jet 400 de Wilmington Delaware est une autre société contrôlée Whittington, comme on peut le voir dans un formulaire d’inscription signé par son directeur général (RD (Don) Whittington) quand il l’a revendu à Mountain Aviation à Cheyenne en février 2009. Trois personnes morales ont échangé l’avion d’avant en arrière. Il est passé de World Jet à Fort Lauderdale à Mountain Aviation à Cheyenne Wyoming, de Hawker Jet 400 à Wilmington dans le Delaware, et puis de nouveau à Mountain Aviation à Cheyenne. Pourtant, tous les trois étaient contrôlées par Don Whittington. Le changement de l’enregistrement à Mountain Aviation est signé par le responsable de Mountain Aviation Steven J. Halmos (…) Le point commun de tous les changements est dû au système archaïque d’enregistrement de la FAA qui crée de l’incertitude. Les avantages de cette stratégie sont devenus immédiats lorsque le Gulfstream américain enregistré est tombé dans le Yucatan. L’enquête sur les activités secrètes de l’espionnage des organismes américains et la plupart des actions des Frères Whittington de WorldJet relève comme définition raisonnable des « activités secrètes US » et mène dans les fourrés qui sont envahis par les noms de sociétés factices Donna Blue, Southern Air Transport ou Hawker 400 dont le véritable but est de semer la confusion et de cacher l’identité des personnes impliquées »…

keeny-4e4a6En 2014, bien tardivement, le FBI fait un raid dans la colossale propriété thermale de Pagosa ( » The Springs Resort and Spa« ) des sœurs Nerissa et Keeley Whittington, annonce le Denver Post.  Une source confidentielle de la DEA affirmait que la propriété avait été précédemment blanchie mais selon un document du 25 octobre 2013, un demande déposée en Cour de district des États-Unis à Grand Junction de mandats de perquisition pour vérifier les comptes e-mail utilisés par Bill Whittington et sa société Jet World, basée à Fort Lauderdale.  big_byte-722a2Le document de 35 pages pour la perquisition d’un fournisseur de services Internet de Chicago, obtenu par le Durango Herald et posté sur le site Web du journal, affirme que les Whittington ont proposé en 2008 un plan de développement sur 10 ans de 250 millions de dollars pour The Springs Resort, avec l’augmentation du nombre de piscines géothermiques et des chambres.  Au même moment une perquisition avait lieu dans la propriété de la société BigByte, des deux sœurs également, à Tucson.  Les deux sœurs seront blanchies en novembre 2013.

apache_boat_aronow-98997Les frères Whittington avaient aussi comme compagnon de jeu de courses Randy Thomas Lanier, spécialiste des courses  IMSA Camel GT.  Il a fini 10eme en 1987 d’Indianapolis lors de sa première participation (comme « rookie).  Il a couru au Mans en Ferrari avec Preston Henn et Denis Morin avant de former une équipe sur March GTP avec Bill Whittington, et avant de s’associer à Ben Kramer, constucteur de bateaux rapides Apache (voir ici les engins)  trafiquant de 300 tonnes de marijuana colombienne de 1982 à 1984.

La marijuana était aussi chargée sur de grands barges qui la larguait sur les plages, dont leur préférée était celle de Melbourne en Floride (on y revient !).  Kramer la faisait circuler (déjà ?) dans des bateaux semi-submersibles, qu’il prêtait parfois à d’autres trafiquants comme Sal Magluta, avec son partenaire de courses Willie Falcon (voir ici les amitiés avec George Bush).  Kramer faisait aussi dans la coke en quantités astronomiques : on compte que de 1978 à 1991, ce sont 70 tonnes de coke qu’il a ainsi transporté aux USA.  L’argent rapporté était ensuite transformé… en lingots d’or dont une partie sera retrouvée fortuitement à Londres dans un entrepôt de la Brinks Mat en 1983.  Enfin « retrouvé » n’est pas le nom : les lapache_us_customs-89684ingots avaient été volés par un autre gang lié aux services de sécurité de l’entrepôt.  Pour la police anglaise, il y en avait… trois tonnes, pour 6800 lingots, valant près de 60 millions de dollars soit 15 fois plus que pour l’affaire du train postal.  Les lingots venaient de Miami, transportés dans des réfrigérateurs « Igloo ».  L’or finissait au Liechenstein en général.  En 1987, quelqu’un avait déjà payé cher ses trafics : le millionaire Donald Aronow, dessinateur de bateaux rapides (les Magnum MarineCigaretteDonzi, et Formula).

Il avait été retrouvé criblé de balles, 188th Street à Miami, tué par un cartel Colombien, qui lui reprochait d’avoir dessiné les bateaux pour les intercepter.  Il venait juste de quitter Bob Saccenti, un des financiers des Apache Power Boats qui était accompagné de Ben Kramer… qui reconnaîtra en 1996 l’avoir fait assassiner.  Le président Johnson lui avait acheté des bateaux rapides « Donzi » de 16 pieds pour les donner aux gardes-côtes. ; mais ses Blue Thunders, des catamarans de 39 pieds utillisés par l’United States Customs Service furent bien plus efficaces.

 

hangar_whittington-9d0a6

« Les agents des impôts avaient Don Whittington sous surveillance quand il a volé vers Pagosa Springs le 19 avril dernier, selon le document. Le pilote de ce vol était Gregory Dean Smith, qui est, selon la DEA, un employé contractuel de World Jet et un « pilote d’intérêt » dans les enquêtes sur le trafic de drogue en Amérique latine. Nerissa et Keely Whittington sont identifiées publiquement comme les propriétaires de la station. Bill Whittington, leur père, représente la propriété des sources chaudes à la la mairie de la ville de Pagosa Springs, qui poursuit un projet d’expansion depuis une décennie. La société mère de The Springs Resort, Pagosa Resort and Spa, a la même adresse que World Jet -. 1020 NW 62nd Street à Fort Lauderdale, en Floride L’adresse est un hangar à l’aéroport de Fort Lauderdale Executive ».  Malgré cela, personne ne sera poursuivi… Dale Whittington avait repris les courses de voitures.  Il travaillait toujours pour son frère chez World Jet quand son fils à découvert son corps à son domicile le 14 juin, 2003.  La police a attribué sa mort, survenue à 43 ans, à une surdose de drogue…

B_17_carcasses-0cd4dEn dehors d’être des trafiquants notoires, les frères Whittington étaient de vrai passionnés d’aviation : c’est à eux que l’on doit par exemple la restauration du B-17 41-9210 en 1995 (appareil immatriculé N8WJ), dans leurs locaux.  Don l’avait récupéré…en Bolivie en 1990, où il servait à transporter de la viande congelée (ou non) chez « Frigorificos Reyes » depuis 1974.  Pour Don Whittington ; rien n’a changé en effet pour autant : on a annoncé récemment sa participation aux pré-12 heures de Sebring ; la course historique qui s’est tenue du 18 au 21 mars 2015, où lui et son fils Donnie va conduire la Kremer DZ K3 (la Porsche 935) Voiture avec laquelle il avait gagné le Mans en 1979, « la dernière fois qu’ une voiture basée sur une voiture de production l’a fait » a t-on pu lire.   B_17-a6d9c

 

Un éminent journal économique de Floride résume de façon cruelle et ironique un peu plus loin ici à qui on a affaire:  Des profiteurs, et des magouilleurs en tout cas, et sans aucune doute, manifestement protégés par l’administration Bush.  Ce qui était sidérant dans l’affaire c’est en effet l’incroyable ascension de l’autre dirigeant d’Aerogroup,  Charles Garcia.  En 1988 il n’était qu’un obscur analyste pour l’US Air Force, devenu conseiller de la Maison Blanche sur la lutte contre les trafiquants de drogue en Colombie, la Bolivie et l’Équateur.  Après avoir quitté le gouvernement il avait fondé une banque qui avait fait la première année un maigre 80 500 dollars de chiffre d’affaires pour bondir à 24 millions de dollars en 2002. En 2000, le magazine Hispanic Business Garcia avait alors sacré Garcia « un des 100 Hispaniques les plus influents en Amérique« .  Comment avait-il aussi vite réussi ? En trichant, sur des opérations de courtage dont il s’était fait la spécialité : « lorsque le président Bush a accueilli un petit déjeuner à Versailles Restaurant & Bakery de Miami le 31 Juillet, Boca Raton banquier Charles Patrick Garcia était assis à sa gauche immédiate. L’événement, photographié par l’Associated Press et couvert dans le Washington Post, est un exemple des projecteurs sur Garcia en tant que président de courtier à croissance rapide de valeurs mobilières, un éminent républicain, commentateur à la télévision sur l’anti-terrorisme et auteur d’un best-seller livre sur la motivation de l’entreprise. Mais Garcia et Sterling Financial Investment Group, qu’il a fondée en 1997 et vendue en mai, ont également rencontré des questions de réglementation. L’Association nationale des courtiers en valeurs mobilières a enquêté sur Garcia au cours de la dernière année pour des problèmes de conformité et de supervision possibles. Depuis 2002, Sterling, sans admettre ni nier les allégations, a accepté six amendes totalisant 456 000 dollars pour les violations des règles de la NASD ».  Korybut, associé de Garcia avait aussi été sanctionné (là encore le gouvernement ne pouvait l’ignorer).  En cause, par exemple, l’activité d’une firme appelée DOBI, « qui a cherché des fonds pour développer et commercialiser une machine appelée ComfortScan, (basé sur du Windows) présentée comme une alternative à la mammographie. Mais la machine de DOBI n’a jamais reçu l’approbation de la Food and Drug Administration des États-Unis. À la fin de juillet, il a été annoncé que DOBI avait licencié ses employés. Le système de téléphone de DOBI ne prenait pas les messages récemment. »  La firme vend toujours son produit… à l’étranger, ou sert à autre chose  !

Mais il y a encore plus étrange, voire inquiétant, à certains égards.  Shubin détient aussi ce qui semble être une école d’aviation… bien étrange.  Elle s’appelle BIFA, pour « Bahamas International Flight Academy », qui octroie des licences de vol reconnues aux Bahamas… mais aussi ailleurs : « notre centre de formation est certifié par la Fédération de Russie pour préparer les pilotes privés FATA à aux  » avions terrestres monomoteurs. » Nos diplômés qui ont passé la formation initiale reçoivent un certificat de l’admission à la classe de vol sur un seul moteur. » précise son gérant, à savoir Shubin, qui continue ainsi  : «  depuis le Commonwealth des Bahamas fait partie de l’OACI – il ne existe donc aucun obstacle pour valider la licence dans la Fédération de Russie. Moi-même, je le fais pour la deuxième année que je vole aux Bahamas avec un drapeau russe et une licence validée sur Hawker 700″.  Shubin terminant sa présentation par un vibrant « je propose de déployer de l’énergie, par exemple, pour améliorer la formation des pilotes commerciaux en Russie. Si nous avons des demandes russes pour les pilotes commerciaux – se fera un plaisir de les former sous le « drapeau russe. »  Le fameux Hawker 700 étant celui décrit plus haut. BIFA a un représentant en russie, appelé Boris Nikolaev, qui est aussi président de ABN Aero.  Son site liste ses appareils : (SkyLeader 500, Cessna 152, Cessna 172S G1000, Piper Arrow), et comme bimoteurs un Piper Aztec), et des Hawker 700, et Hawker 800) et même un rare Sea Plane (Lake 50)… installé à Novinki, près de Moscou : comme film de présentation on a droit à un meeting aérien bonenfant tenu en 2013.  On peut y voir un Ill-14 restauré, des avions d’acrobatie, un vieux biplan (un Polikarpov PO-2, surnommé le Stearman russe) et un comme avion de chasse… une maquette de J-10 chinois ! ABN Aero serait à l’origine d’un petit hélicoptère genre Robinson, le Mosquito XE à moteur Rotax de 65 ch.  Le site, surtout présente ceci : « ABN aéro annonce un ensemble de pilotes militaires pour la formation des pilotes commerciaux sur les avions à réaction ». Comme avion civils à réaction voici ce que le site montre :

subin_aviation_prop-2c471

Etrange, quand on lit la suite, bien en deçà des photos : « La formation au sol des avions Cessna 172S (avec un glass cockpit Garmin G1000), Piper Aztec (avion bi-moteur), et Hawker 700 (biréacteur). Le prix du cours peut être demandé directement à l’Académie en visitant le site www.skybusjets.com, bifa@sktybusjets.com soit dans notre centre de formation à boris@abn.aero ou par téléphone… » Voici Shubin bombardé expert de la FAA !!!  Plus surprenant encore : il y donne l’adresse de Sky Bus en Floride !!!  « ABN AERO offre à chacun d’être formé comme pilote privé pour obtenir un certificat de pilotes privé – aux États-Unis (FAA PPL) À l’issue de ce cours, vous recevrez un certificat américain. Nos centres vous aideront aussi dans l’avenir pour obtenir la validation de ce certificat dans la Fédération de Russie. En avril 2015 se tiendra une réunion où vous pouvez poser des questions à l’examinateur de la FAA, Mark Shubin. Cet homme était le directeur de vol chez PANAM, a piloté pour les compagnies capitaine PANAM et AIR FRANCE, et a également de nombreuses années d’expérience de vol dans l’aviation d’affaires. Il a volé sur plus de 30 types d’avions, y compris Boeing, Challenger, Gulfstream, Falcon, Hawker, et d’autres encore ».  Shubin, l’homme qui a volé sur tout et partout ??? Shubin détient aussi une entreprise appelée « Inter­na­tional Diplo­matic Courier Ser­vices » créée en août 2001 ; représentée par un avocat spécialiste de l’immigration et la naturalisation.  Or à l’évidence, cette appellation tente de paraître comme étant celle officielle du Departement d’Etat US.  Où le bureau de Miami est fondamental !

En tout cas, le comptable de la firme a une explication à lui pour Aerogroup : « Ils croyaient qu’ils étaient dans une position idéale pour bénéficier de fonds fédéraux qui devaient s’ écouler dans l’armée après l’élection de George W. Bush. Mais ils avaient besoin de capitaux pour croître »…. de là à en chercher n’importe où… ou ne pas être regardant sur la provenance des capitaux, il n’y a qu’un pas…

Sources :

lire « Warriors Without War : Seminole Leadership in the Late Twentieth Century » Par Patricia Riles Wickman

Lire ici le passionnant article ici sur les frères, photographiés avec Paul Newman en 1979 au Mans. Extrait :

« Il n’y a pas si longtemps, il semblait que les Whittington avaient laissé leur passé criminel derrière eux, avant qu’en novembre dernier, le bureau de Miami de la Drug Enforcement Administration a déposé un dossier accablant les accusant d’être à la tête d’un réseau international qui vendait des avions à des prix gonflés aux trafiquants de drogue du Mexique, du Venezuela, la Colombie et au Congo. Au cours de la dernière décennie, affirme accusation, le compte des Whittington avec la banque LGT Bank à Vaduz, au Liechtenstein – « un emplacement pratique pour les trafiquants de narcotiques » – est passé de 1 million de dollars à près de 11 millions. Les Whittington, auraient fait fonctionner le système dans un hangar gigantesque appelé World Jet sur Cypress Creek Road à Fort Lauderdale, mais ils ne veulent pas en parler. Questionné sur sa villa de 2 000 000 de dollars à Fort Lauderdale à San Marco Drive, Don Whittington a demandé, « à propos de quoi ? » et a ensuite raccroché. Son fils Donnie, un garçon large d’épaules, aux cheveux auburn âgé de 26 ans à dit « je ne dirais rien du tout, » alors qu’il escortait un journaliste au siège de World Jet. Ajoutant « c’est un sujet embarrassant. » Mais Don et Bill Whittington, diplômés du Stranahan lycée de Fort Lauderdale dans les années 1960, n’ont pas toujours été aussi timides. Dans les années 1980, quand les frères fanfaronnaient avec leur looks de boxeurs, leurs noms étaient étalés partout. En 1979, Ils ont gagné les prestigieuses 24 Heures du Mans, une des plus anciennes courses du monde, qui traverse la campagne française. Ils ont chacun participé à cinq courses en Indy 500, et Don a terminé sixième en 1982. En course, les frères se disaient être des casse-cou. « C’est facile de revenir après [un accident], » avait dit Don au Miami Herald en 1983. « ce n’est pas dans tous les collèges que vous pouvez le faire. C’est à l’école des coups durs. »

« En mars 1986, ils ont été accusés d’avoir fraudé le gouvernement américain de 20 millions de dollars d’ impôts provenant de ce réseau. Même la voiture de course à 203 000 dollars qu’ils avaient utilisés pour gagner les 24 Heures du Mans était le produit d’argent de la drogue. Le gouvernement fédéral les a accusés d’avoir trafiqué »des quantités de plusieurs tonnes de marijuana » dans le pays et de « déguiser le bénéfice des stupéfiants en investissant dans des entreprises commerciales légitimes. » Don a été accusé de fraude fiscale. Les hommes ont plaidé coupable et ont accepté de renoncer à 7 000 000 de dollars. Don a effectué18 mois dans une prison fédérale. Son frère a hérité de 15 ans. Il a été libéré de prison, en 1990. Avec Don, il a ensuite fondé Wold Jet, une entreprise prospère qui se présente sur son site Internet comme l’un des plus grands hangars au service d’avions privés en Floride du Sud. Mais des bruits ont cour derrière les frères. Qu’y faisaient précisément, les Whittington ? Et où donc cette paire de pilotes de voitures de course en disgrâce avaient-ils obtenu leurs nouveaux millions ? n987sa_bags-04c6dPuis, le 24 Septembre 2007, un jet chargé de près de quatre tonnes de cocaïne s’est écrasé dans le Yucatán. les registres des vols aurait montré que l’avion avait volé quelque temps avant de Washington, DC, à Guantánamo. Cette révélation a incité la spéculation que, en plus de la contrebande de drogues, l’avion avait également été utilisé dans la restitution des personnes soupçonnées de terrorisme. 

1272898197_db15272b9d-6b662-2950eLe propriétaire de l’avion était une société fictive appelée Donna Blue. Selon la récente déposition de la DEA de Miami ciblant les frères Whittington, l’entreprise a été utilisée pour l’opération « Mayan Jaguar », un programme clandestin dirigé par l’US Immigration and Customs Enforcement. Les Whittington, selon la déposition étaient « impliqués » dans la vente de ce jet de turbo destiné à l’opération d’infiltration. » Cet avion, je l’ai évoqué à plusieurs reprises ici, et dès un premier article visible ici.

 

 

https://aviationdoctor.wordpress.com/2014/08/24/the-new-commercial-lm-100j-hercules-is-launched-current-l-100-hercules-commercial-operators-clandestine-airlines-flying-illegal-or-illicit-arms-to-flying-un-peacekeepers-red-cross-unicef-wfp-and/

Le P51 modifié « Precious Metal » et son crash :

http://s667.photobucket.com/user/51718005/media/92bb7c80.pbw.html

world_jet_precious_metal-d88d6

Le journal citoyen est une tribune.  Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

 

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Y’a-t-il un juriste au Ministère algérien de la Justice : Pour M. Le Président de la République et du CSM (A.II)

Réf : 2018-A.II. Monsieur Le Président, J’ai l’honneur, concernant mon courrier Réf 2018-A.I, de soumettre, ...