Accueil / A C T U A L I T É / Les profiteurs de guerre oubliés (19) : Air USA, les nouveaux adversaires d’entraînement au bombardement

Les profiteurs de guerre oubliés (19) : Air USA, les nouveaux adversaires d’entraînement au bombardement

Dans l’épisode 12 de la saga, je vous avais déjà un peu parlé d’Air USA, et son patron Don Kirlin, un ancien pilote de 737 de chez US Airways, qui avait fait voler le premier Mig 29 sur le territoire américain, le 10 décembre 2010 à Quincy, dans l’Illinois. Le pilote du jour étant ce jour-là Fred « Spanky » Clifton. Kirlin, ce jour-là devenu « Mister Mig » avait fondé pour cela en 1994 Red Air, qui avait vite acheté des Vodochody L-39 et L-59 Albatros, un Super Albatros biplace, des MiG-21, ainsi que tout un lot de Dassault/Dornier Alpha Jet. Kirin était en effet un visionnaire. Il était l’un des rares à avoir senti le vent. Celui de la privatisation grandissante des armées, et surtout celle de l’air….

mig-29 récentPour revenir sur le Mig ramené aux USA par RedAir, il faut savoir qu’un article d’Air1Space avait révélé que ceux qui l’avaient décapé avaient découvert sous plusieurs couches de peinture que l’appareil était bien le premier a avoir été montré à l’extérieur de la Russie, en 1986  au meeting de Kuoppio-Rissala, en Finlande. L’avion révélé était d’une étonnante rusticité, comme le montrent encore aujourd’hui certaines photos de l’assemblage parfois approximatif de la tôlerie russe, et de sa visserie pas toujours noyée dans la masse… les avions russes sont des pièges aérodynamiques volants… qui compensent avec des réacteurs monstrueux (pas toujours suffisants !)  hongrieL’article insiste aussi sur la vision qu’avaient les russes de l’arme : à savoir un avion piloté, essentiellement guidé par des radaristes au sol. D’où un radar bien peu performant, et une électronique de bord  fort en retard sur les concepts européens ou américains. L’ensemble de la production soviétique ou des pays tiers a toujours eu ces déficiences de principe.  Le filon des avions réformés ou provenant des pays de l’Est a permis de s’équiper à peu de frais, certes : les L-39 s’achètent en effet moins de 200 000 dollars (en photo à droite un lot complet retrouvé en Hongrie). Mais à condition de refaire à l’intérieur une bonne partie de l’équipement. Ce à quoi s’est vite engage Kirlin , à sa manière disons….

L39 NOSE pic copie
ie2L’homme est en effet resté aujourd’hui fort prosaïque : pour expliquer à Wired combien il était intéressant et salutaire de modifier l’électronique d’origine russe de ses appareils, voici en effet ce qu’il avait dit : «Regardez ça, » dit-il, en ouvrant la baie avionique avant dans le nez d’un L-39. « Nous retirons les vieux trucs, mettons à la place une avionique américaine légère, en économisant 800 livres (362 kg), et il reste assez de place pour un ensemble de clubs de golf! » Construit pour voler dans et hors de pistes de terre dans tout l’empire soviétique, le L-39 est si solide, que Kirlin en dit que «c’est le seul avion de combat tactique avec lequel vous pourriez – si la Federal Aviation Administration vous laissez faire – foncer tout droit sur un golf, vous y poser et redécoller pour rentrer à la maison ! C’est pas cool ça?  » (à droite, sur une version plus « récente », un L-39C de 1976… vendu 179 000 dollars la baie avant est devenu coffre où ranger le casque… à défaut d’y mettre des clubs de golf !). L’excellent article est lisible ici.

marine agressorCool, le gars l’est ajoute Wired, mais il écrit aussi que Kirlin, comme le leader de Draken, fera une erreur en investissant dans les Migs, car le marché va basculer en moins de 10 ans. il y a dix ans, il avait eu raison avant les autres, en tout cas. Car aujourd’hui, au lieu de combattre dans les airs des avions rapides, il faut s’en prendre à des hommes au sols munis de Kalachnikovs, et là ça change tout. Mais laissons lui d’abord expliquer comment ça s’est passé pour lui il y une dizaine-quinzaine d’années : « assez cool – mais Kirlin avait encore plus d’idées. Au cours des dernières années, il a construit un tout nouveau business  en plein essor en louant ses avions de combat et les pilotes au gouvernement des États-Unis pour des exercices de formation. La Marine a désactivé son dernier escadron d’adversaires à temps plein en 1996 au milieu réduction des budgets de défense et de ses aéronefs vieillissants, alors même que les demandes de formation ont augmenté (nota l’USAF a fait de même en 2014…). Et il y avait là Kirlin, assis sur tous les anciens appareils combattants de bloc de l’Est entretenus par des mécaniciens formés en usine. Donc, la Marine est venu l’appeler. « L’Irak volait sur trois sortes d’avion quand nous l’avons envahi, » dit-il. « Le L-39, le MiG-21 et le MiG-29, qui sont trois des quatre avions dont Air USA est propriétaire. » Maintenant les pilotes de chasse de la Marine se forment contre des pilotes de Kirlin volants sur des avions de Kirlin. Avec 16 avions disponibles pour les exercices de la Marine, Kirlin a plus de combattants dans l’air que l’un des quatre autres compagnies desservant actuellement le Pentagone ». En photo un des « Agressors » en Northrop F-5 du VMFT-401 des « Snipers« . Et ici tout un lot. Atac, le concurrent de Air USA a aussi joué les opposants au milieu des Agressons  comme le montre ce cliché d’un Kfir auprès d’un F-5 de la fameuse VCF-13 des « Saints »..

ew albatrosLe développement de Red Air, devenu Air USA, s’est fait progressivement, puisque ce n’est qu’en 1999 que le premier contrat a été signé avec l’armée US. Les premières missions offertes étaient l’attaque de porte-avions, explique Kirin à Combat Aircraft : « en 1999, Air USA a reçu son premier contrat militaire de avec l’US Navy, portant sur la guerre électronique (EW) avec des pods pour fournir la présentation d’une menace à l’appui d’un groupe aéronaval américain (ici à gauche la photo du fameux pot ALQ-167 sous un L-59). Ces missions comprenaient le lancement de jusqu’à quatre avions pour simuler des attaques sur les porte-avions. Une fois que le groupe aéronaval repérait l’avion adverse le porte-avion lançait ensuite ses pilotes en alerte et Air USA les surveillait quand on était interceptés. La formation des pilotes durait environ  trois semaines dans le cadre de la formation de pré-déploiement. Chaque fois qu’un porte-avion se déploie, il faut d’abord passer par une série d’évaluations avant qu’il ne soit certifié. L’événement de trois semaines devient plus agressif de jour en jour. base yumaLe dernier jour pouvait consister en au moins 12 avions essayant d’attaquer le porte-avions… » La base de Air USA étant dans l’Illinois, les avions devaient donc décoller d’endroits plus proches de la côte de Californie où naviguaient certains porte-avions. C’est pourquoi la base de Yuma par exemple avait été retenue. « On a réalisé cette mission pendant un certain nombre d’années en travailler sur les deux côtes est et ouest des États-Unis, et ont aussi été le premier entrepreneur civil à fournir ce type de service à Hawaii, à Guam et le Japon. L’une des plus intéressantes vols de Kirlin a été le convoyage de deux L-59s de Kadena Air Base, Japon à Iwo Jima, puis à Guam » note le magazine.

JTAC2 Mais une autre demande est apparue progressivement. Celle de l’attaque au sol. En 2010, avec deux guerres en cours, les Marines ont déterminé qu’ils ne pouvaient  pas avoir les ressources nécessaires pour former des JTAC fiables. Le Joint Terminal Attack Contrôler est celui qui au sol guide les bombardements. Il a donc aussi fallu que les avions de Air USA bombardent, ou plus exactement obtiennent, en tant que civils, l’autorisation de le faire. Ce qui a consisté surtout à remplir des tonnes de paperasserie avant de pouvoir le réaliser.

air usa alpha jet Pour cela il fallait aussi des avions capables de le faire : d’où l’emploi des Alpha Jets rachetés une bouchée de pain à la Luftwaffe.  « Air USA a exploité des avions Alpha Jet, ex-Luftwaffe, qui étaient des avions d’attaque au sol capables, mais qui avaient été démilitarisés avant d’être vendu. Aussi Kirlin a commencé un processus de les rendre capables de larguer les à nouveau des munitions . bombe exerciceCela a inclus le rétablissement d’un affichage tête haute fonctionnel (HUD). «Ils voulaient aussi qu’on fasse preuve d’une capacité à déposer des munitions dans la lumière du jour VFR [dans les règles de vol à vue] conditions que nous avions déjà fait en tant que démonstration au Centre de combat Marine Corps Air Sol de Twentynine Palms, en Californie, avec une autre société concurrente. Nous avons apporté deux avions et le concurrent en a apporté trois. Nous avons terminé 16 sorties sur 16 tandis que l’autre société n’en en achevé que 11 et donc nous avons obtenu le contrat. Dans les deux semaines qui ont suivi nous étions retenus. Le reste est de l’histoire »…

JTACPuis est venue une demande plus complexe encore : « Air USA a commencé à soutenir l’USMC et l’AFSOC. Alors que l’USMC fournit ses propres munitions au cours des missions de type CAS, AFSOC à obligé Air USA à acheter, transporter et stocker ses propres munitions. Cela signifie que les Air USA est devenue la première entreprise à acheter des munitions civiles (les bombes, les détonateurs et les explosifs). Les approbations fédérales requises sont assez complexes  laser exercice«Nous sommes surveillés lors des programmes de formation de l’armée sur plusieurs présentations de support comprenant différentes menaces, pour les deux formations avec des unités de type  CAS (soutien au sol). Ensuite,  les militaires ont demandé si Air USA pouvez former au tir de munitions laser (LGTRs) avec des armes comme les GBU-12 qui simulent une bombe à guidage laser (Paveway II Plus LGB). Air USA a répondu positivement et à  obtenu la aussi la certification et a eu le droitboule opto good de larguer des LGTR. Et d’autres demandes encore sont survenues :peu après, Air USA à démontré qu’il pouvait aussi bombarder la nuit en utilisant des lunettes de vision à capacité de bombardement de nuit (NVG), et les écoles de JTAC ont rapidement intégré le programme de formation de nuit de CAS. Air USA a été le premier, et deturretmeure la seule, la société capable d’effectuer en direct des missions CAS de nuit. En 2011, le défi suivant présenté à Air USA était de demander au CAS de fournir une information digitale assistée (TATS) pour la formation du Marine Corp JTAC (en résumé la transmission d’images vers le sol à partir des avions, grâce à une boule opte-électronique . Encore une fois l’entreprise a fourni l’équipement, des modifications d’avions, de la technologie et de certification pour être le premier dans l’industrie à offrir une formation de ce type à un client militaire (en photo à droite la « boule » optoélectronique signée L-3 et à gauche la même visible sous un L-39 de Air USAn cliché provenant de Combat Aircraft) . »
En 2012, les affaires marchent tellement bien que Air USA songe à déménager… direction le désert, à savoir vers l’Albuquerque International Support ou la base de Kirkland de l’Air Force. En 2013, on y songe toujours chez Air USA. La gouverneure Susana Martinez l’avait même annoncé à l’avance en fanfare en septembre 2012, évoquant de nombreux emplois créés. On évoquait alors 140 postes. Mais à ce jour, la société est toujours à Quincy, et utile les bases du Nevada ou de Californie selon ses besoins, mais sans y devenir résidant.

hawk-fleetVoler sur ces engins n’est pas chose aussi aisée que le pensent parfois des journalistes. Et il faut s’adapter constamment aux nouveaux appareils. Les Alpha-Jet se faisant vieillissants, Air USA récupère fin 2012 des British Aerospace Hawk Mk67, ceux de l’armée de l’air de Corée du Sud (ROKAF), qui s’équipe alors d’une production indigène, le T-50 Golden Hawk fruit des amours de Samsung Aerospace et de Lockheed-Martin, une réussite véritable. Vingt appareils d’un coup étaient proposés à la vente, Air USA en achetant 10 : les N499XX ex 67-499, N503XX ex 67-503; N504XX ex 67-504, N506XX ex 67-506, N508XX ex 67-508, N509XX ex 67-509, N510XX ex 67-510, N513XX ex 67-513 , N515XX ex 67-515 , N516XX ex 67-516. Les appareils gardant leurs couleurs d’origine et même leurs cocardes ! La même année, ATAC avait effectué le voyage jusque la base de Kunsan en République de Corée, auprès du 8 Wing Fighter des USA. ATAC avait déployé pour l’occasion deux avions Hawker Mk-58 Hunter de leur base d’attache de NAS Atsugi, au Japon, pour fournir un soutien en adversaires dans plusieurs grands exercices de la Force aérienne (GEF) dans le cadre de l’exercice MAX THUNDER 13-2du conjoint ROKAF / 7AF. ATAC, c’est sûr, lorgnait-il lui aussi sur les BAE Hawk, qui avaient été livrés en 1993. Des avions donc bien plus récents que ses vénérables Hawker Hunter !!!  En 2015, les Hawk de Air Usa jouaient déjà les soutiens au sol de L’USMC à Twenty Nine Palms à San Bernardino en Californie), avec des lancers de bombes MK76 (d’exercice), puis juste après les L-39  de l’entreprise participaient au Red Flag de Creech Air Base. Un peu plus tard, les mêmes, dotés de leur tourelle MX-15 (de chez L3) réussissaient des communications au sol sous images transmises.

yuma crash baeTout s’annonçait bien jusqu’au 11 mars dernier avec le crash à Yuma du BAe Hawk Mk 67, N506XX « Badger », lors de l’exercice du Special Operation Terminal Attack Controller Course (SOTACC), la mission consistant à une aide de type CAS ( close air support) pour des Joint Terminal Attack Controllers (JTAC’s). voitureL’appareil, incapable de décoller après semble-il une rotation démarrée trop tôt, a heurté un 4×4 du United States Marine Corps (USMC) en bout de piste, dont le conducteur a été  tué sur le coup. Les deux occupants du Hawk s’en sortant sans même s’éjecter. L’avion avait lui été détruit par l’incendie qui s’était déclaré. Pour la presse, c’est un avion « d’une compagnie civile installée dans le Nevada » qui s’était crashé. Visiblement, on tient à rester discret sur le chapitre des avions civils jouant aux avions militaires…

ger bae hawkLes BAE Hawk arrivés, Air USA pouvait songer à se séparer de ses vieux AlphaJet (l’avion est apparu en 1973, il y a 43 ans, son dessin a été défini dans les années 70). Etrangement, c’est la secte des illuminés de Boko Haram qui allait lui faciliter la tâche. Le 25 mars dernier, des spotters assez étonnés avaient vu en effet un premier AlphaJet survoler l’Angleterre et s’y poser à Manchester en venant des USA via l’Islande, puis repartir vers Palma de Mallorca,l ‘Espagne, puis vers le Nigeria, où il s’était finalement posé, arborant déjà les couleurs nigériennes. Un blogger, de chez  Beegeagle « Zachary999  » avait déjà vendu la mèche en annonça la livraison prochaine de 6 Alpha Jet par Air USALe tarif annoncé avoisinant le million de dollars l’unité (voir ici). Le 20 juin, le Nigeria via le Group Captain Ayodele Famuyiwa le Director of Public Relations and Information (DOPRI), annonçait la réussite d’une attaque aérienne contre Boko Haram à Doron Naira, déclenchée par un Alpha jet après que le King Air A350i Beechcraft de reconnaissance de la NAF ait aperçu un groupe de terroristes. crah alpha jetMais les pilotes US convoyeurs des deux premiers avions arrivés auront du mal à faire oublier le sort de deux de leurs collègues nigérians, dont un tué lors de la chute de son avion et l’autre Chimda Hedima, ayant réussi à se poser en parachute mais abattu à coup de hache et décapité après par les fanatiques de Boko Haram et son chef complètement fêlé Abubakar Shekau. Le Nigeria avait déjà perdu un AlphaJet en 2013 au dessus du Niger, près du Mali. La France, elle, gardera ses derniers Alpha Jet jusqu »en 2025. Comme remplaçant possible, on songerait au…BAE Hawk ou à un Alenia Aermacchi M-346 jugé plus « moderne » (c’est en fait un projet russe de 1991, le Yak-130…

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

 

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Langouët : le village écologique modèle en lutte contre le glyphosate

Il y a quelques semaines, le maire de Langouët a une nouvelle fois fait parler ...