Accueil / T Y P E S / Articles / Les Pouvoirs

Les Pouvoirs

PATRICK JUAN

Le pouvoir ?touffe toutes formes de cr?ations, c?est une ?vidence ou pas?? Oui.
Les dommages que payent la France en fermant ses usines, en licenciant des femmes hommes qui ont consacr?s leur vie, ? remplir les bourses des actionnaires.
Un scandale multipli? par milliers?? Oui
Le 1er ministre, on ne l?entend plus, Montebourg remonte ses bretelles avec des croissants et se tait.
Les syndicats parlent mais plus d?actions, o? sont les avanc?es?sociales? ?Nulle part.
Depuis le temps les m?dias en g?n?ral racontent des salades, ? la solde des pouvoirs en place.
Nous sommes trop l?ches occup?s uniquement ? nos petites personnes, une ?vidence.
L?argent est maitre absolu de tout notre devenir et cela depuis des si?cles.
Les USA, Le Canada, La Chine, le Qu?bec, le Japon l?Europe etc. Veulent donner le sentiment de sauver la face, ils ne montrent que leurs culs et la d?ch?ance de l?enfance, puis la guerre partout.
Combien sont ceux qui ont le courage de s?exprimer librement?? Pratiquement personne, simple ? comprendre l?app?t du gain draine en payant l?id?ologie, la fa?on de penser?? Mais oui!
Lorsque vous discuter avec les gens la masse de l?internet pouvait prendre une place primordiale, mais chacun visait le profit mercantile point barre. Alors la puissance que cela repr?sentait est morte.
Ainsi sont n?s des univers impitoyables, des fondations, des nantis ? qui ceux qui en parlent font une place privil?gie, l? o? ils interviennent.
Modestes exemples?: Google qui l?chent quelques millions, de la viande interdite de cheval dans de faux emballages que nous mangeons sans s?en rendre compte. Qu?? fait Fran?ois Hollande de plus que Nicolas Sarkozy?? Rien.
La guerre au Mali fait remonter la popularit?, mais chaque pays doit vivre en faisant sa propre r?volution et non en faisant semblant de jouer aux sauveteurs, ce n?est pas ainsi qu?ils sortiront de leur merdier.
Nous sommes dans un monde o? les d?put?s ne peuvent rien, mais ils touchent des avantages que les m?dias ne d?noncent pas, pourquoi?? Autant de privil?ges etc.
Normal, l?gal de s?inscrire dans le droit de la d?fense du droit de l?enfant, le mariage pour tous?? Oui.
Pourquoi Fran?ois Hollande avec autant de respect pour les institutions et les r?formes qu?il avait promises, il devrait commencer ? se l?appliquer donner l?exemple une obligation pour les jeunes.
PMA ??procr?ation m?dicalement assist?e?? la GPA ??gestation par autrui??, vaste fumisterie, Non?!
Pour tous les couples, n??tant nullement ??homophobe??, pr?cision, cela nous place dans un monde de d?pravations, o? les principaux instigateurs, sont les hommes de pouvoirs. Que pourront nous dire au devenir ces enfants demain, la femme remplace l?homme qui ne tient plus sa place dans la soci?t?, on peut dire ce que l?on veut, assez de fum?e, plus personne des deux c?t?s n?assurent ses responsabilit?s. C?est une r?alit??? Oui
La valeur de l?Europe vaste foutaise qui co?te bien plus qu?elle ne rapporte, oui pour le partage, que les nations qui n?ont pas les moyens ne fassent pas partie des 27 alors, en b?n?ficiant d?aides sous diverses formes oui?! Somes nous, au point de ne pas comprendre voir l?accepter?? Oui?!
Que la s?paration des pouvoirs soit une r?alit? et non des mensonges d?guis?s?? Le Vatican en 1er.
Nous avons et continuons ? pourrir la plan?te, p ar profits de merdes que les pays les plus nantis refusent d?appliquer, personne ne peut lutter contre la nature, alors nous constatons que les paysans que l?on rend responsables des pires maux, des sols?? Oui, mais au seul profit de toutes les banques.
La justice une vaste parodie que Racine avait si bien d?crit dans Les Plaideurs. Toujours d?actualit?s?? Oui.
Dans le cas contraire interdisait les ventes d?armes, donc de par-l?, leurs producteurs, nous gagnerons une terre parfois sanglante pour grandir, mais adieu les profiteurs de pouvoirs. Puis pas tueries d?enfants et d?innocents par centaines parfois.
O? commence la l?galit? puis o? cesse-t-elle?? En ces moments nulle part?? Oui.
Voil? peu importe de quel bord politique l?on soit, un plus ce coup de constats?? Non
A la recherche d?une parcelle d?humanisme, o? les gens sachent lire, ?criront leur v?cu pour que les enfants de demain sachent compter avec de l?amour ? donner, plut?t que de remettre une enveloppe avec de l?argent ? l?int?rieur, c?est ce que nous faisons en ?lisant des partis politiques et non des hommes libres.

Patrick Juan

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le franc CFA, ou l’impérialisme à la française

Franc CFA: A eux seuls, ces mots symbolisent l’expérience macro économique le plus synonyme d’asservissement ...

18 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour,
    de plus en plus surpris à défaut de réactions de CP Nous venons vous livrer une partie du débat sur les Voix du panda.
    Ensuite si vous souhaitez intervenir nous vous répondrons avec plaisir.

    Bonne journée à tout un chacun

    Patrick Juan

  2. avatar

    La retranscription de l’accord sur la sécurisation de l’emploi du 11 janvier donne lieu à un bras de fer. Le Medef conditionne sa signature à une loi fidèle au texte original.

    Le gouvernement se retrouve désormais confronté à une double pression sociale. La première vient de la rue et s’exprimera cette semaine encore, avec la manifestation mardi de salariés d’usines menacées de fermeture. La seconde, moins bruyante et plus feutrée, n’en est pas moins forte: c’est celle qu’exercent sur lui les partenaires sociaux. Point d’orgue de leur action, la retranscription dans la loi de l’accord sur la sécurisation de l’emploi signé le 11 janvier dernier entre les syndicats (hors FO et la CGT) et le patronat. Tout le week-end, les équipes du ministre du Travail, Michel Sapin, ont mis la dernière touche au texte qui doit être envoyé ce lundi au Conseil d’État. Et ce, sous la pression du patronat, soucieux de voir l’accord obtenu à l’arraché retranscrit en l’état.

    Après avoir menacé, jeudi soir, de retirer sa signature du texte, le Medef a adouci son discours ces dernières heures. Laurence Parisot et Michel Sapin se sont entretenus samedi après-midi au téléphone et la patronne des patrons semble avoir obtenu certaines assurances sur quelques points clefs. «L’essentiel des conversations entre nos équipes et celles du ministère du Travail se sont faites au téléphone et tant que nous n’aurons pas reçu le texte en bonne et due forme nous ne pouvons lever entièrement l’hypothèque sur notre signature», prévient-on toutefois dans l’entourage de la présidente du Medef.

    Deux points étaient encore considérés, dimanche soir, comme un casus belli côté patronal. Le premier concerne les modalités de représentation des salariés dans les conseils d’administration. Les propositions du gouvernement restaient assez floues. Le texte pourrait s’orienter vers une représentation des salariés au niveau du conseil d’administration de chaque établissement et non au sein de la seule maison mère, ce à quoi s’oppose le patronat. Le second motif de craintes, au Medef, tient à l’article 1 prévoyant que les entreprises s’engagent à participer au financement des mutuelles complémentaires de tous leurs salariés. Le gouvernement et certains partenaires sociaux souhaitent que cette mutuelle soit désignée par la branche. Au Medef, on plaide pour une suppression de cette clause de désignation et le libre choix des dirigeants.

    Donner des gages à gauche.

  3. avatar

    INTERVIEW – Pierre Chevalier est le président de la Fédération nationale bovine (FNB). Il dénonce une tricherie de grande ampleur et exige qu’un contrôle de l’ADN soit effectué sur les viandes commercialisées en Europe.

    Cette affaire est-elle une première en France?

    Pierre CHEVALIER.- C’est la première fois que nous sommes confrontés à un phénomène de tricherie consistant à faire passer de la viande de cheval pour de la viande de bœuf. Nous avons atteint le summum et sommes traumatisés compte tenu des efforts que nous avons consentis en France pour la traçabilité de la viande bovine garantie par le logo VBF. La qualité du bœuf français est reconnue dans le monde entier. On est en train de galvauder indirectement son image et de mettre à mal tous les efforts d’une filière. Elle n’a vraiment pas besoin de cela en ce moment. Le revenu des producteurs est déjà l’un des plus bas des activités agricoles. Nous recommandons plus que jamais aux consommateurs de privilégier le logo VBF tout comme aux industriels de plats cuisinés de privilégier l’origine France pour éviter toute malversation de ce genre.

    Qu’est-ce qui a motivé un tel comportement?

    Les motivations sont avant tout économiques. Le prix de la viande de cheval ne représente qu’un tiers de celui de la viande bovine. Dans ces conditions, la tentation est grande pour des gens peu scrupuleux de pratiquer cette contrefaçon. Malheureusement, cette malversation ne s’arrête pas uniquement à Comigel qui distribue ses plats surgelés pour Findus. Elle concerne d’autres entreprises. La société française Spanghero a fourni de la viande à d’autres sociétés qui commercialisent des produits notamment sous des marques distributeurs.

    Quelles mesures prévoyez-vous pour éviter qu’une telle affaire ne se reproduise?

    La FNB va tout d’abord se porter partie civile dans cette affaire. Par ailleurs, dès demain, nos adhérents vont contrôler chez les distributeurs si les produits incriminés sont bien retirés de la commercialisation. Ils vont vérifier l’origine des viandes des produits transformés qui sont encore en rayon et le cas échéant les jeter. Nous demandons enfin qu’à l’échelle européenne soit établie une traçabilité plus stricte des viandes en provenance communautaire ou extracommunautaire car nous avons à faire dans ce cas à un véritable terrorisme industriel. Il faut que l’Europe pratique un contrôle de l’ADN sur les viandes. Ce n’est pas si compliqué.

  4. avatar

    Le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon, a dénoncé une architecture qui «relève avant tout d’une logique financière qui aurait rapporté plus de 300.000 euros». Une première estimation. Dans son entourage, on évoquait hier soir «un faisceau d’indices permettant de présager une fraude intentionnelle, liée à un système de vente et de revente». Au début de la chaîne, l’abattoir roumain: il est défendu par l’association de patrons roumains de l’alimentaire, Romalimenta, qui rejette la faute sur l’importateur.

  5. avatar

    http://youtu.be/sLNYCYd_yjo

    Prenez bien le soin de lire ou de faire analyser les produits avant de les manger, c’est grave!!

    Il y a pas de doutes d’après Laurent Fabuis, comble du comble non?

    Il faut savoir où se trouve la vérité, les consommateurs le sauront-ils?

    Patrick Juan

  6. avatar

    Voici un lien qui vaut son pesant de rélités, à la suite de cela que dire?

    http://centpapiers.com/une-europe-qui-frappe-les-pauvres-sur-son-propre-peut-elle-aider-les-africains/

    Alors, il est simple de comprendre qu’il faille trouver des solutions nouvelles et non rechauffer ce qui a déjà servi

  7. avatar
    Carolle Anne Dessureault

    @Patrick Juan
    Le Panda

    Je lis beaucoup de nostalgie, de la colère aussi, dans l’énumération que vous faites des réalités cupides de notre société.

    Un vent de SOIF DU CHANGEMENT souffle partout. Mais pas n’importe lequel. Peu importe notre appartenance politique, ce vent du changement aspire à un humanisme qui permettra plus d’égalité et sera axé davantage sur l’amour et le partage que sur le pouvoir et l’argent. Ce dernier n’est pas mal en soi, il faut l’utiliser pour ce qu’il est : un outil et non une fin.

    Merci pour cet exposé vibrant.

    Carolle Anne

  8. avatar

    Carolle Anne,

    Bonjour,
    désolé de vous répondre avec retard, mais je ne reçois plus les avis de la part de CP, ni des 7, mais venons au sens de votre commentaire dont je vous remercie vivement.

    Oui vous avez raison il y a de la nostalgie de la colére, les réalités cupides de notre « société » nous en sommes en grosse majorité responsables.
    Je n’ai jamais eu confiance dans aucun « parti politique » mais dans la conscinece humaine oui!
    La France, L’Europe et le reste de l’Occident sont en faillite et ce sont les gens de la base qui paient, lui le train des Etats ne descend guére, c’est de la poudre aux yeux que l’on nous lance, pire qu’à un « chien mort » un faux os à ronger.

    L’humanisme prendra un sens lorsque l’on comprendra que le « pouvoir » sous quelques formes n’apporte rien.

    Je signe et je persiiste en disant que sous peu il n’y aura pas que les plus jeunes dans la rue, mais que la révolte GRONDE PLUS QUE CERTAINS PEUVENT LE CROIRE.
    Merci bien de votre intervention et peut-être à vous lire.
    Une grosse bise à vous, pour avoir été la seule à oser intervenir, sur ce billet.
    Avec tous mes remerciements.

    Patrick Juan

  9. avatar

    PARIS (Reuters) – Il est « probable » que la France ne tiendra pas son objectif de baisse des déficits publics en 2013 du fait de la faiblesse de la croissance, a estimé mercredi le mercredi des Affaires étrangères Laurent Fabius sur Canal .

    Ses collègues de l’Economie et du Budget, Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac, qui s’exprimaient dans la foulée sur deux radios différentes, ne l’ont pas confirmé explicitement même si le second a reconnu que ce serait « effectivement très difficile ».

    Ils ont réitéré chacun de leur côté qu’une révision à la baisse éventuelle des perspectives de croissance et d’objectifs de déficits n’interviendrait pas avant la présentation, le mois prochain au Parlement, d’un plan de stabilité qui sera soumis ensuite à la Commission européenne.

    La France prévoit de ramener cette année ses déficits publics de 4,5% à 3% de son PIB et ce sur la base d’un scénario de croissance de 0,8% de son économie qui paraît aujourd’hui très optimiste au vu des prévisions des économistes.

    Interrogé sur les conclusions du rapport de la Cour des comptes publié mardi, qui estime que la France a peu de chances de parvenir à cet objectif de 3%, Laurent Fabius a répondu : « Je pense que c’est probable. »

    « Ce sera effectivement très difficile », a réagi le ministre du Budget Jérôme Cahuzac sur France Inter.

    « La probabilité d’atteindre cet objectif s’est amenuisée au fur et à mesure que la croissance pâlissait non seulement en France mais plus généralement dans la zone euro et même dans le monde », a-t-il ajouté.

    « Chacun sait bien qu’il est difficile d’atteindre des objectifs nominaux de déficits publics quand la conjoncture est à ce point défavorable », a-t-il dit.

    Pour autant, Pierre Moscovici a indiqué que le gouvernement s’en tenait au calendrier annoncé pour une éventuelle révision, à savoir la présentation du programme de stabilité le 15 mars au Parlement après que le nouveau Haut conseil des finances publiques installé le 1er mars aura rendu un avis.

    La Commission européenne aura publié auparavant le 22 février ses propres prévisions, auxquelles la France confrontera les siennes.

    « C’est dans ce contexte là que nous verrons s’il faut réévaluer ou non et quelles conséquences tirer de ces prévisions », a dit le ministre de l’Economie, « le calendrier n’est pas changé (…) tout cela doit se faire dans le bon ordre ».

  10. avatar

    Mais pourquoi priver le président s’il aime le camping, cela coutera toujours moins cher que le fort de Bregenson

    Patrick Juan

  11. avatar

    Pourtant c’est pas du rugby mais l’essai est dropé