Accueil / GOUVERNEMENT / Armée / Les mêmes terribles armes, de la Syrie à l’Ukraine, et ce n’est pas un hasard

Les mêmes terribles armes, de la Syrie à l’Ukraine, et ce n’est pas un hasard

 Coïncidence des recherches, qui sont chez moi bien souvent liées à des photos, davantage qu’à des textes (c’est l’attrait et la facilité de l’Internet), des vues particulières m’avaient intrigué, il y a quelques mois en Syrie (en février dernier exactement). Des engins de mort bien particuliers, puisqu’il s’agit de Ukraine en juillet dernier, lancées comme en Syrie au dessus des populations civiles. Les bombes à sous-munitions étant destinées au départ à tuer l’infanterie adverse, leur usage a en effet été vite dévoyé en carnage de populations civiles, doublées d’un second aspect tout aussi peu ragoûtant : les objets largués par les cylindres infernaux ressemblant aussi à des jouets (ce sont des bombes miniatures) elles provoquent des années après le conflit où elles ont été abandonnées la mort des enfants qui les ramassent, croyant avoir affaire à autre chose. Fabriquant des générations d’estropiés, pour ceux qui en sortent. Une convention internationale tente bien de mettre fin à leur usage (*). Mais des pays rechignent à s’en passer. Mais ni l’Ukraine, ni la Russie… et pas davantage encore la Syrie (ni Israël et les Etats-Unis !). Retour sur les chiens de guerre et leur volonté de massacrer avant tout le maximum d’individus : on est loin, très loin de la notion de guerre classique entre soldats seuls… on notera aussi que ce sont les pourfendeurs d’Israël, qui utilise des bombes à sous-munitions, qui viennent applaudir leur usage par Bachar el Assad ou Vladimir Poutine, érigés en héros nationalistes par toute l’extrême droite…

lancement_Syria_BM-27-116de-0d1e8-1En Syrie, le bilan est déjà là, et les responsables montrés du doigt : « les bombes à fragmentation, munitions illégales qui tuent et mutilent sans distinction, ont causé plus de victimes de la guerre civile syrienne que dans le conflit au Liban, 2006, quand un usage intensif par Israël des armes hâta le traité leur interdisant deux ans plus tard, un groupe de surveillance a déclaré mercredi. Le groupe, la Cluster Munition Coalition, a déclaré dans un rapport annuel, intitulé « sous-munitions 2014,« qu’il avait recensé au moins 264 morts et 1 320 blessés en Syrie causés par des bombes à sous-munitions utilisées en 2012 et 2013, et que « des centaines d’autres, enregistrés dans la première moitié de 2014  » Quatre-vingt-sept pour cent des morts en Syrie étaient des civils, selon le rapport, et le nombre de ces blessures avait doublé en 2013 par rapport à l’année précédente, ce qui suggère que les armes avaient été de plus en plus déployés dans les zones les plus peuplées. Bien que le rapport ne précise pas si les forces gouvernementales ou des rebelles les utilisaient, les experts munitions ont dit que seule l’armée syrienne en a la capacité technique ». 

BM-27_Uragan-e916c-bba3fLes preuves visuelles, indéniables sont là, en Syrie, photographiées et répertoriées. En février, le corps cylindrique vide du missile avait été photographié au sol à Namar, au sud de la région de Daraa. Sans hésitation possible, on pouvait reconnaître et identifié un tube de 220 mm de missile 9M27K, un enfin lancé par un MLRS (pour « multiple-launch rocket system ») répertorié comme étant un véhicule 9K57 nommé Uragan (??????= hurricane en russe), un engin fabriqué en Russie, dérivés des GRAD de diamètre inféreur (122 mm), eux-mêmes descendants des orgues de Staline (« katiouchas« ) de la Seconde Guerre Mondiale. Un matériel d’origine russe, donc, acheté par la Syrie en 36 exemplaires, un lanceur monté sur des châssis plats de Mercedes (des 911S) typiques de l’armée syrienne, ou des lanceurs complets BM-27.Chaque engin lancé pèse 280,4 kilos et contient environ 100 kilos de charge utile, la portée étant de 35 km. Comme charge, outre les sous-munitions, il peut s’agir de 312 mines anti-personnel PFM-1. grad-405c3-77edbCertains missiles de type GRAD ont été testés pour contenir des charges chimiques : ce sont ceux que l’on a vu modifiés, en Syrie, pour contenir une plus grande quantité de liquide mortel. Des modifications faites sur une échelle industrielle et un modèle répétitif précis, liant la fabrication obligatoirement à l’armée syrienne, prise en flagrant délit de lancement pendant le conflit. Le missile tombé à Khalidiya, un quartier de Homs, par exemple, le 2 août 2013 étant de ce type : sa description a été faite par l’enquête de l’ONU. Son lancement s’effectuant sur des plateformes différentes,constituées de cylindres de fibre de verre pour guider le départ du missile. Un missile qui reprend en fait le principe du SUFLAE inventé par les américains dans les années 60 !

mersch_syria-763af

syria-3-5877dDes missiles de 220 mm, mais aussi d’un calibre plus élevé (de 302 mm) ont été aussi relevés au sol, en février dernier à Kafr Zita, près de Hama, des missiles de type 9M55K, lancés cette fois par un autre véhicule, le BM-30 Smerch. Une version plus récente encore existe, appelée 9A52-4 Tornado, avec 6 tubes de 300 monté en russie sur un camion Kamaz-63501 et susceptibles d’avoir été installés sur les plateformes Mercedes chères au régime de Bachar El Assad. Il faut savoir en effet que la firme allemande est sous la coupe en Syrie de Hafez Makhlouf, un cousin d’Assad, qui a été en conflit avec l’importateur d’origine avant de l’évincer. En réalité, les lance-missiles complets ont été fournis en février dernier par Poutine, comme l’a relevé le magazine Jane’s. « Selon Jane Defense Weekly, les nouvelles livraisons comprennent les munitions et pièces de rechange pour les chars, des véhicules blindés et des hélicoptères. Ils comprennent aussi probablement des missiles améliorés. Selon Jane et de Stratfor, une société de recherche géopolitique des États-Unis, l’armée d’Assad a commencé à utiliser davantage des Smerch russes et des lance-roquettes Uragan pour la première fois en 2013 ». 
convoi-2-45673
En janvier 2013 , où Poutine a résolu d’offrir un coup de pouce supplémentaire à Bachar el Assad. » La Russie est en train de tout faire pour que Assad gagne de façon convaincante, » affirme Alexei Malachenko, un analyste du Moyen-Orient au Centre Carnegie de Moscou dit Jane’s. « Si la Russie peut montrer qu’elle est capable de mener sa propre politique étrangère, indépendamment de la volonté de l’Amérique, ce sera une avancée majeure pour Poutine. » Mercredi, M. Poutine a réaffirmé le soutien de Moscou dans un message adressé à son homologue syrien, selon l’agence de nouvelles officielle SANA. Le message a été donné à Assad par une délégation de la Société impériale orthodoxe de Palestinebasée en Russie, dirigée par le président de la société, Sergueï Stepachine. Dans le message, Poutine a exprimé la détermination de son pays à continuer de soutenir la Syrie dans sa guerre contre le « terrorisme international » qui, selon lui, est « aidé » par certains pays occidentaux et régionaux. » Le 19 janvier, des observateurs avaient pu remarquer une noria d’Antonov 124 atterrissant à Damas. « Ces dernières semaines, la Russie a intensifié ses fournitures d’engins militaires en Syrie, y compris des véhicules blindés, des drones et des bombes guidées. « Des dizaines d’Antonov 124 (avions de transport russes) ont transporté des véhicules blindés, des équipements de surveillance, des radars, des systèmes de guerre électronique, des pièces de rechange pour hélicoptères, et diverses armes, y compris des bombes guidées pour les avions, « une source de sécurité au Moyen-Orient dit. Khalid Saleh, chef du bureau des médias, a déclaré hier que « Assad doit savoir que Genève II ne doit pas être une perte de temps au détriment du sang du peuple syrien. L’objectif de la conférence est sans aucun doute la formation d’un corps de décision de transition avec les pleins pouvoirs et sans aucun rôle pour Assad et ses collaborateurs pour mettre en place l’avenir de la Syrie »(Source : Coalition syrienne). »
cargos-1bd58-26559Les engins faisant plus de 40 tonnes en ordre de marche, il est plus probable qu’ils soient arrivés en Syrie par la voie maritime. Les Smersh, comme les Uragan ou les Grad sont fabriqués par la Splav State Reseach and Production Association à Tula, à 120 km au sud de Moscou. (ici, la visite après le G8 par Poutine de l’entreprise Obukhov, à St Petersbourg, celle qui fabrique les célèbres systèmes S-400 et Vityaz). En juin 2012, un cargo, l’ALAED, emportant 3 hélicoptères MI-25 remis à neuf avait été remarqué au large de l’Ecosse. Beaucoup avaient remarqué son tonnage et son aspect : il en rappelait fortement en effet un autre… le plus souvent, les envois d’armes se font par cargo militaire, des navires de classe Ropucha, des LST, au départ de Sébastopol… ou du port d’Oktyabrsk, en Ukraine… (localisation : 46.83485? N, 31.9535? E) vers Tartous en Syrie, qui détient l’Ocean Fortune ou l‘Ocean Voyager, des cargos suspectés en septembre 2013 d’avoir servi de transport d’armes vers la Syrie.
landing_ship_russia-ecb36
Lors de l’ouverture de dépôts d’armes libyens, des caisses portant comme provenance Oktyabrsk avaient été découvertes en masse… selon une enquête, les envois d’armes à partir d’Oktyabrsk étaient le triple de ceux en partance directement de St-Petersbourg. En janvier 2013, les russes avaient reconnu le départ du port de Novorossiisk, sur la Mer Noire, de deux LST, le Kaliningrad (ci-dessus) et l’Alexander Shabalin tous deux en partance vers…Tartous.
ocean_fortune-68726
syrie_envois-60189-d9fd1« Le 5 janvier, l’Ocean Fortune (ci-dessus), un cheval de bataille du commerce mondial des armes 380 pieds de long, a quitté ce port de la mer Noire avec une cargaison inconnue caché dans sa cale caverneuse. Le navire est allé plein sud, s’est glissé à travers le détroit du Bosphore et s’est tourné vers la Méditerranée orientale. Puis il a disparu. Le transpondeur du navire, qui envoie normalement signaux automatiques à d’autres navires et des capitaines de port ainsi qu’au responsables des voies maritimes, est mystérieusement devenu silencieux le 9 janvier comme il contournait la Turquie et se dirigeait vers les eaux libres, montrent les dossiers maritimes. Pas une trace du navire a été vue pendant deux mois, jusqu’à ce qu’elle se produise dans le sud de la Méditerranée à la mi-mars (ci-contre à droite les dimensions de ses cales). L’apparente acte de fuite du navire répétait une tendance observée par d’autres cargos embarquant partir du même port de la mer Noire – un point connu d’origine pour les expéditions d’armes – au cours de la dernière année.cales_ocean_fortune-d3f84 Récemment, un tel comportement a commencé à attirer l’attention des enquêteurs de suivi des flux d’armes et de fournitures pour les combattants en soulèvement depuis deux ans et 1/2 ans en Syrie ». Le second opérateur expéditeur n’étant autre que Vadim Alperin, dont le cargo Faina, kidnappé en 2008 alors qu’il était en toute ver la Somalie, avec des chars T-72 dissimulés au fond de sa cale (**). A plusieurs reprises, l’Ocean Fortune a fait ce qu’avait fait l’Artic Sea : sorti de la Mer Noire, il avait arrêté sa balise émettrice pour qu’on ne puisse suivre son trajet. En avril 2012, le cargo Atlantic Cruiser avait fait de même pendant 24 heures, inquiétant les observateurs : il été armé par une société ukrainienne, la White Whale Shipping d’ Odessa évoquant aussitôt le rôle trouble du « réseau Odessa » de ventes d’armes via des sociétés mafieuses.
NOUR_M-5045eLe 16 novembre 2013, les gardes-côtes grecs interceptent en mer Egée au large des îles Sami le Nour M, un cargo, qui se dirigeait vers la Syrie, mais avait incurvé son trajet vers la Libye dès qu’il s’était senti suivi. C’est un petit cargo (IMO 7226627- de 2176 tonnes de DWT seulement, battant pavillon de Sierra Leone, armé par une société libanaise de Tripoli( Liban). Le cargo était parti du port de Nikolaev en Ukraine, le 25 octobre précédent, direction Istanbul, où le navire était resté du 30 octobre au 3 novembre. Mais son répondeur avait été éteint du 25 octobre au 30, alors qu’il n’y a que 30-40 heures de trajet séparant Nikolaiev d’Istanboul. Qu’avait-il pu faire entre temps, nul ne le sait. A bord, plus de 20 000 kalachnikovs dans 8 containers avaient été saisies. Le « réseau Odessa » est aussitôt cité dans l’affaire. Le 13 novembre son déchargement est terminé dans le port de Rhodes où il a été emmené. Or un mois après, le 11 décembre, il sombre, toujours amarré, en raison d’une énorme tempête. .L’avait-on laissé sciemment se fracasser sur les quais ? A qui exactement étaient destinées les Kalachnikovs ?
 smersh_salon-27d4d
chargeur-a8ba4On comprend beaucoup mieux pourquoi donc Poutine ne veut rien lâcher en Ukraine, à ce stade et encore moins le port d’Oktyabrsk, vital pour exporter ses rentables armements : « les cadres supérieurs de l’entreprise (de logistique du port) possèdent des ‘affaires et professionnelles et des liens avec les responsables au plus haut niveau des gouvernements russe et ukrainiens et les industries d’armement, des connexions confirmées dans l’entreprise par des sites Web et des publications spécialisées », l’article précise. « Un co-fondateur, Igor Urbansky, était un sous-ministre des transports en Ukraine. Un autre co-fondateur, Boris Kogan, est également membre du conseil d’administration de la RT Logistika, une filiale d’un grand consortium industriel, appartenant à l’Etat russe qui comprend la plus importante entreprise d’exportation militaire de la Russie, Rosoboronexport. lanceur-b27cfLe consortium est dirigé par Sergueï Tchemezov, un proche allié de Poutine. Tous les autres membres du conseil d’administration de RT-LOGISTIKA sont des responsables de la défense de haut rang, y compris le directeur de la logistique pour Rosoboronexport « . Tout ceci avec parfois de bien étranges télescopages ; ainsi les circtuits du discret petit cargo Ocean Force, ex Condoc, Penhir, Condock, Condock III, de 4300 t de DWT seulement, un « RORO » (qui décharge donc facilement ou charge des véhicules) qui fait des navettes Oktyabrsk-LongBeach, aux USA (?) via Odessa (Izmail) ou Jebel Ali… aux Emirats !!!
cluster_ukraine-780fb
smersh_hit-d6d2cLe missile Mersh bien connu, désormais, on le retrouve en juillet… au beau milieu d’un salon de maison particulière en Ukraine. Il n’a pas explosé, et sa forme est parfaitement reconnaissable. On en retrouve un autre, non explosé également, enfoncé jusqu’à l’empennage dans le sol mou d’un square voisin. Comme les engins sont tombés en plein fief séparatiste pro-russe, celui de Licikansk, on peut largement incriminer le camp adverse comme envoyeur. Les gens de Kiev, qui venaient en effet de renforcer l’usage des lance-missiles Uragan et Smersh dont ils étaient aussi détenteurs. Si les lanceurs voyagent plutôt par trains, leurs munitions aussi. missiles_smersh-a155eUne photo fort intéressante saisie au dessus des caténaires de la gare de la gare centrale de Dnepropetrovsk à A 250 km à peine de la capitale des séparatistes (Donetsk), en montrent au fond de wagons ouverts. La ville est résolument anti-Poutine, poussée par son oligarque Igor Kolomoisky, le président de la plus grande banque du pays, ce qui lui a permis de former sa propre milice, appelée « bataillon Dnipro ». Kiev utilise donc bien ces engins de mort. Mais les choses ne sont pas si simples que cela : côté russe, on a aussi amené des Smersh. Et des photos aériennes ou satellitaires américaines montrent les tirs venus des positions russes vers l’armée ukrainienne. La réponse du berger à la bergère, effectué entre le 20 et le 23 juillet 2013. La photo du Smersh ayant raté de peu un camion de l’armée, ici, à gauche, provient très certainement de cette attaque. L’affaire révélée le 27 juillet est gravissime, car les Smersh ont tiré visiblement du territoire russe vers le territoire ukrainien, comme les en accusent les USA !

En résumé, en Ukraine, les troupes pro-Poutine reçoivent sur la tête ce que le même Poutine vend à la Syrie. Et Poutine tire sur les ukrainiens avec les mêmes armes. Des munitions visant à effectuer le maximum de blessés ou de morts chez l’adversaire ; environnement urbain compris chez les civils (à droite une des 72 sous-munitions 9N235 sortie d’un missile 9M55K de 300mm). Du machiavélisme, il n’y a pas d’autres mots, qui devrait encore davantage pousser à bannir ses engins de mort. « L’utilisation cette année des sous-munitions montre que, bien que ces armes ont été interdites par la plupart des pays du monde, certains acteurs se moquent encore de l’opinion et des normes internationales, » a déclaré Mary Wareham, directrice de communication de la division des armes de Human Rights Watch et rédactrice en chef du rapport, dans un communiqué publié par l’association, en prévision de la publication du rapport. La déclaration du groupe dit :  » déjà, les victimes en Syrie sont plus élevées que ceux attribués au conflit de 2006 au Liban  qui a déclenché l’indignation mondiale et a contribué à la mise en place de la Convention sur l’interdiction ». A ce jour, les massacres de civils en Ukraine, comme ceux en Syrie, ne font pas tiquer les partisans des dictatures. Ceux-là on résolument choisi le camp des massacreurs. Ceux-là mêmes qui vilipendaient les israéliens en 2006 pour leur usage de bombes à sous-munitions sur les populations civiles, avec des commentaires souvent mêlés d’antisémitisme… approuvent entièrement aujourd’hui l’usage des mêmes armes quand c’est El Assad ou Poutine qui les utilisent. L’extrême-droite a toujours eu l’indignation sélective, décidément !

dispens(**) « Selon Handicap International, 75 pays possèdent des stocks totalisant quatre milliards de sous-munitions. A eux seuls, les Etats-Unis disposeraient du quart de l’arsenal. Outre Washington, ni Pékin ni Moscou ni Tel Aviv n’ont signé le traité. De fait, Russes et Israéliens sont de chauds partisans des BASM, comme ils l’ont démontré lors des conflits de Tchétchénie, Gaza et du Liban. Les experts de l’ONU estiment ainsi que près d’un million de sous-munitions non explosées jonchent le territoire libanais. Fin juin 2008, le CICR y recensait plus de 1000 zones contaminées représentant 40 millions de m2. Plus de 250 civils libanais ont été tués ou blessés par ces armes. Mais la palme de l’Etat le plus pollué revient sans conteste au Laos. Le pays asiatique, qui recevra en novembre 2010 la première réunion des Etats parties de la Convention, hébergerait entre 13 et 78 millions de munitions non explosées, larguées par les bombardiers étasuniens durant les années 1960 et 1970. Pour les mêmes causes suivent de près le Vietnam (5 à 29 millions) et le Cambodge (1,3 à 7,8 millions) ». 

faina-42834(**) « Le navire voyageait tranquillement à l’insu de tout le monde, et les pirates tombent des nues quand ils découvrent ce qu’il y a à bord. La surprise étant cette fois de découvrir que son propriétaire, habitant en Ukraine, disposait d’un passeport israélien : c’était Vadim Alperin (alias Vadim Oltrena)., trafiquant d’armes connu et agent tout aussi connu du Mossad. L’homme est milliardaire, et détient d’autres navires, dont certains servent de Casino dans le Golfe, pour les riches clients arabes, Alperin ayant participé à des actions de couverture via ses entreprises de vente de viande à l’Egypte, la Jordanie et l’Arabie Saoudite. L’entreprise affrétante s’appelait Kaalbye Shipping Ukraine, le bateau appartenant à Alperin sous le nom de Waterlux AG, Tomax Team Inc, aux statuts déposés au Panama, et avait traité la cargaison avec Ukrspetzexport, la filiale d’Urkinmash. On retombait sur le même expéditeur de départ. Le matériel militaire était expédié à un businessman Syrien, Harith al-Yusuf (alias Hares Youssef ), qui possède la nationalité ukrainienne et est aussi un proche conseiller de Iouchtchenko. Le deal s’était conclu au nom de l’Harith Group, situé en plein Kiev, et la Tomax d’Alperin. Extérieurement, impossible bien entendu de distinguer que les bateaux contenait des chars. Encore davantage pour le Beluga Endurance, où ils étaient à fond de cale, se déchargeant uniquement que par grues géantes. Logiquement, ce n’était pas la première fois qu’il effectuait un voyage de ce genre. Image révélatrice s’il en est : le 13 février 2009, le président Ukrainien Iouchtchenk était en bas de l’escalier pour saluer l’équipage du MV Faina au Boryspil International Airport de Kiev. La mission était si officielle que cela pour recevoir un tel hommage ? » Yusuf-Youssef (sur son passeport il est indiqué « Hares Abdulrakhmanovich Youssef », habitant depuis 2009… Paris. Il s’y présente comme un « philanthope », fan de Nicola Tesla… il a même produit un documentaire sur la route de Christophe Colomb, avec trois explorateurs partis sans logistique. Avec comme participant… G?rard Depardieu ! Une des firmes d’Hares, la Moldavian Steel Works, est en fait installée en…Transnistrie !!!

GhostofMomo

on peut relire :
source d’information sur les clusters :

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

La réforme de l’assurance-chômage: un durcissement violent

Ci-dessous un article de Nolwen Weiler de Basta !    « Je n’ai jamais vu ça, ...