Accueil / T Y P E S / Chroniques / Les mains sales de Pauline Marois

Les mains sales de Pauline Marois

Pauline Marois n’a pas de regrets

Je viens de voir cette vid?o. Je suis choqu? et en col?re !

Avec un syst?me de sant? essentiellement public, cette coupure a eu un impact lourd pour la classe moyenne qui n’a pas n?cessairement les moyens de se faire soigner ? l’?tranger en cas de soins ou op?ration urgente. J’ai titr? les mains sales mais j’aurai pu ajouter une couleur rouge.

« Pauline Marois a soulign? que de toute mani?re les m?decins et les infirmi?res, qui ?taient touch?s par la d?cision de son gouvernement en 1997, seraient tous en retraite aujourd’hui. »

Oui sans doute pour les infirmi?res. Et les m?decins ?
A l’h?pital pour enfant de Montr?al, j’ai vu des m?decins s?niors qui ont plus de 65 ans.

Je voulais m’abstenir de voter ? cette ?lection mais je ne vais pas laisser cet affront. Je voterai contre Marois, contre cette fa?on de faire passer un budget avant la vie des gens modestes ou de la classe moyenne qui n’ont pas les moyens si n?cessaire de se faire soigner ? l’?tranger. Des gens ont souffert voir dans les cas extr?mes sont morts avec cette p?nurie et cette attente induite par cette coupure.

Une erreur de cette ampleur c’est assez regrettable mais avoir l’audace de dire qu’on est content des r?sultats financiers et pr?s ? le refaire c’est trop pour ma morale personnelle.

Je voterai CONTRE Marois sans h?siter et aussi longtemps qu’elle sera le leader du PQ.

Le PQ devrait mieux s?lectionner son prochain leader pour offrir une alternance honorable au gouvernement lib?ral de Jean Charest. La d?mocratie gagne avec l’alternance mais pas ? n’importe quel prix.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLXIII) : Jet de brousse et détour par l’Argentine

Les narco-trafiquants on fêté l’arrivée de l’année 2020 à leur façon, en envoyant leurs plus ...

10 Commentaire

  1. avatar
    François Marginean

    Moi je ne vais pas voter pour elle pour ceci :

    PAULINE MAROIS soutient l’Union nord-Américaine
    http://espace.canoe.ca/habeascorpuscda/blog/view/38581

    - Saviez-vous que Pauline est une invitée au sein du FINA-NAFI, organisation dîte « à but non lucratif » basée à Montréal et qui projette le « nouveau Parlement » de l’Amérique du nord ?
    http://fina-nafi.org/fr/fina/presentation.asp ?langue=fr&menu=fina

    Et ce, pour des motifs purement économiques des plus riches du monde… incluant apparemment Madame Marois.
    Oui, notre petite Pauline est au coeur de tout cela. Voici la page « l’Économie et de la Recherche » dont quelques mots en extrait :

    « Parmi les invités de renom qui ont assisté à la première activité du FINA, nous retrouvions … […] Mme Pauline Marois, Vice première ministre du Québec et Ministre des Finances … »

    La principale préoccupation de FINA c’est l’Union Nord-Américaine. L’activité principale de FINA c’est « l’unique simulation parlementaire nord-Americaine ».

    Évidemment, Pauline se compte parmi les plus riches et les plus infuents du monde… qui contrôlent le monde. Afin pourtant de se procurer encore un autre petite cabane ?
    Pauline sans doute peut faire quelques sous de plus en appuyant le gros mensonge que le Québec deviendra indépendant. Et si elle vous dit qu’aujourd’hui que la souveraineté est reléguée aux « oubliettes »… c’est parce qu’elle joue le jeu.

    Si Pauline réussit ses efforts, les petits enfants vont parler français avec un accent mexicain ! Ou pourtant ils vont parler espagnol, point final. Car, sous l’Union nord-Americaine qu’appui Pauline Marois, 107 millions de mexicains vont avoir la pleine mobilité sur ce continent, et étant donné les similarités entre le français et l’espagnol ils se dirigeront en premier et en masse ici, au Québec.
    Au-revoir à nos racines, au-revoir à nos terres, au-revoir à nos langues officielles, au-revoir à nos cultures fondatrices, au-revoir à notre belle Constitution. Je n’ai rien contre les Mexicains, mais ça c’est MON pays, c’est le mien. Et je n’ai jamais voté d’être nettoyée ethniquement de mon pays.

    L’intégration nord-Americaine a déjà commencée.

    Voici le projet de FINA : « L’unique simulation parlementaire nord-américaine »
    http://www.fina-nafi.org/fr/triumvirat06/inscription.asp ?langue=fr&menu=triumvirat06

    Et, en anglais :

    « The only North American model parliament »

    Sur un communiqué de presse en date du 13 mai 2003 vous pouvez lire la nouvelle :
    « Un parlement nord-americain voit le jour »
    http://www.fina-nafi.org/fr/fina/presse23_05_05.asp ?langue=fr&menu=fina

    - Mais, qu’est-ce que c’est l’Union nord-Américaine ?

    C’est le plan pour le fusionnement forcé de l’Amerique du nord d’ici l’an 2010.
    Les Américains sont plus au courants que nous au Québec de cette trahison grâce à Monsieur Lou Dobbs de la chaîne CNN qui cumule ses reportages sur le sujet, dont que 3 ici :
    http://www.youtube.com/watch ?v=2kjsy2Z3kdI
    http://www.youtube.com/watch ?v=-vda1KRF75M
    http://www.youtube.com/watch ?v=T74VA3xU0EA&mode=related&search=

    Et regardez ceci :
    http://www.humanevents.com/article.php ?id=15623
    Selon les chiffres récentes, au moins 19 États Américains ont déjà passé, ou vont bientôt passer des lois contre l’Union d’Amérique du Nord.
    Donc, c’est pas « imaginaire, » ils sont en voie de voler nos trois pays pour faire autre chose avec. Et le Québec n’échappera pas.

    Faut noter la liste de signataires de ce plan qu’ils appellent « Construire une communauté nord-Americaine » qui comprend le Québec et qui comprend un nouveau « Parlement » nord-americain.

    Ce plan pour le fusionnement forcé de l’Amerique du nord et je le répète : d’ici l’an 2010 — comprend la signature de Paul-Marc Johnson, ancien premier-ministre « séparatiste » du Québec après René Lévesque.
    Faut se réveiller. L’alarme sonne.

  2. avatar

    François,
    Ton commentaire est suffisamment long pour être converti en un article indépendant. 😉

    Le dossier Santé est déjà assez grave et lourd.

    En plus d’accélérer les départs, Marois a freiné l’arrivée de nouvelles infirmières

    À la Santé, Pauline Marois avait présidé au départ à la retraite de milliers d’infirmières. Mais dans son précédent portefeuille, à l’Éducation, la chef péquiste avait vigoureusement fermé le robinet et réduit le nombre d’admissions dans les départements de nursing.

    Convoqué avec d’autres recteurs d’université au ministère de l’Éducation, à Montréal, Jacques A. Plamondon se souvient bien de cette rencontre matinale, où, expéditive, Mme Marois avait menacé de ne pas accréditer les futures infirmières produites par les universités, si les établissements n’acceptaient pas de réduire le nombre des admissions.

    « Quand j’ai entendu ses explications sur les mises à la retraite, cela m’a hérissé », a dit l’universitaire. Mme Marois a non seulement asséché les hôpitaux de leurs ressources, « mais aussi tari la source », résume-t-il. Dans les deux premières années du gouvernement Bouchard, le moratoire sur l’augmentation des places dans les facultés de nursing ou dans la filière des soins infirmiers au collégial avait soulevé un débat public important.

    Aujourd’hui professeur associé à l’École nationale d’administration publique, M. Plamondon se souvient avec précision de cette réunion du 21 novembre 1997 où tous les recteurs du Québec avaient été convoqués – une rencontre qu’il décrit d’ailleurs dans une lettre publiée dans les pages Forum de La Presse aujourd’hui.

    Les bulles remontent à la surface !

  3. avatar

    Sans regret, Mme Marois ?

    Pauline Marois n’avoue qu’une faible partie des décisions qui ont sapé les bases de notre système de santé et elle prend soin de ne retenir que celles qui ne démontrent pas d’une manière flagrante son manque de vision au moment où elle était en poste, soit à titre de ministre de l’Éducation, de la Santé et des Services sociaux ou encore des Finances.

    Le vendredi 21 novembre 1997, les recteurs et présidents des universités québécoises étaient convoqués d’urgence au bureau de la ministre de l’Éducation du temps pour discuter d’une question à laquelle elle accordait une grande importance.

    Au grand étonnement des recteurs et principaux, Mme la ministre ouvre la séance en affirmant qu’elle juge qu’il y a trop d’infirmières au Québec et qu’en conséquence, elle demande aux universités qui offrent ces programmes de formation initiale en nursing d’en fermer les admissions. Stupéfaction chez ses interlocuteurs ! Posément, le président de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CREPUQ) lui fait observer qu’il y a un coût élevé pour les universités à prendre une telle mesure et il rappelle qu’en vertu de leur autonomie, elles demeurent responsables des décisions sur le contingentement dans les programmes agréés qu’elles dispensent.

    Abus de pouvoir

    Le ton de la ministre se transforme aussitôt et elle fait remarquer à ses interlocuteurs qu’elle est aussi responsable de l’accréditation des futures infirmières et qu’en vertu du Code des professions, le diplôme d’accès à la pratique est le DEC en techniques infirmières offert par les collèges, ou un diplôme équivalent. Nonobstant le fait que les nouvelles infirmières formées dans les universités devaient posséder une qualification professionnelle supérieure à cette exigence de base, elle indique sans équivoque qu’elle n’hésiterait pas à utiliser son droit d’intervention en la matière pour rendre l’accès au marché du travail impossible pour les nouvelles bachelières… Elle les contraindrait à retourner au cégep pour un complément de formation !!! Les universités concernées n’avaient plus le choix : elles devaient obtempérer, même si elles jugeaient qu’il y avait là abus de pouvoir de la part de la ministre. En effet, il aurait été contraire à l’éthique d’engager des étudiantes dans une filière de formation qui aurait abouti à un cul-de-sac.

    Ce témoignage dans La Presse de Jacques Plamondon, ancien recteur de l’UQAH & l’UQTR et professeur à l’ENAP, est d’utilité publique !

    Je le remercie chaleureusement et j’espère que ca participera à écarter du pouvoir une personnalité politique si incompétente et coupée de notre quotidien.

  4. avatar

    Wow, quelle révélation.

    (Je n’ai pas pu produire mon dernier commentaire en tant qu’article car il n’est pas de ma main.)

    Cela me mène à penser que Pauline avait un plan depuis longtemps. Elle est peut-être croche, mais pas idiote. Elle a entrepris le démantèlement du système de la santé pour le faire mal paraitre et ensuite pousser le système à se tourner vers le privé. Sachant qu’elle fait partie de cette élite qui veut intégrer le Canada avec les É-U et le Mexique pour leur plus grand profit à travers la privatisation et le démantèlement de la classe moyenne, tout ceci commence à faire du sens.

    Tout ceci me semble être un problème crée de toute pièce pour créer une crise, après quoi les intéressés nous arrivent avec une solution « miracle » déjà toute préparée. Problème-Réaction-Solution. La stratégie de la tension appliquée au secteur de la santé.

    Il faudrait faire plus de recherches sur les connexions, collusions et intérêts financiers de Pauline Marois et aussi de John Charest. Nous risquerions de mieux comprendre ce qui se passe dans notre province qui est sensée être beaucoup plus riche que ça. Les Québécois n’ont jamais été aussi productifs, le sont en moyenne plus que le reste du Canada et il semble que l’argent, notre argent, soit siphonné à quelque part…

    Suivre l’argent…

  5. avatar

    C’est pas parce qu’elle a un MBA et de l’expérience politique, qu’elle est compétente dans l’intérêt général des québécois et plus sensible aux problèmes de la classe moyenne.

    Je pense que comme Bush, elle est incompétente et un monstre d’insensibilité. Ils sont dans une autre sphère et c’est pas leur talent d’acteur qui va me piéger.

    Je viens de créer un groupe Facebook.
    Les mains sales de Pauline Marois

    Voilà ma modeste participation dans l’intérêt des québécois pour qui les soins de santé c’est important et vital.
    En espérant qu’elle sera pas élu avec la baisse du vote ADQuiste.

  6. avatar

    Merci Paul. Solidarité !

  7. avatar

    J’ai dit un peu la même chose autrement sur mon blogue. http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/11/19/les-elections-2008-au-quebec-33-jours-et-33-billets-15/

    Stratégiquement parlant, je crois néanmoins qu’il faudrait idéalement un gouvernement minoritaire Marois, Charest pouvant être plus difficile a évincer quand, durant la crise, apparaîtra une option plus prometteuse.

    PJCA

  8. avatar

    Pierre Allard,

    Je suis surpris par ton choix stratégique.
    il faut éliminer le risque majeur pour le Québec et indiquer clairement qu’on ne touche pas aux services essentiels des québécois sans aller en prison … pardon sans être éjecté du système politique. Oui c’est criminel avec un système de santé essentiellement public. Tes mots ne sont pas durs mais juste. On est jamais dur quand on dit seulement la vérité crue sans aucun euphémisme. On est d’utilité publique !

    Tu a sous-entendu aussi, l’horreur qu’elle a commise et induite. Comment lui pardonner et lui accorder notre confiance ?

    Elle est aussi incompétente qu’un Bush junior.

    Bien sur le système électoral complique son éviction sans entacher les résultats du PQ. Je comprends mais ce leader n’a pas été élu par les militants PQ que je sache.