Accueil / A C T U A L I T É / Les inventeurs de maladies

Les inventeurs de maladies

J?rg Blech ? Actes Sud, 2005 ? 282 pages

? partir d?un grand nombre d?articles parus dans d?importantes revues scientifiques, J?rg Blech a men? sa propre enqu?te. Gr?ce ? une multitude d?exemples et de r?v?lations, il d?veloppe une synth?se passionnante des dangers mena?ant les patients, malades ou pr?tendus tels.

Traduit dans une douzaine de langues, Les Inventeurs de maladies est un livre ? lire absolument avant de se rendre chez le m?decin.

Synopsis

? Si on pouvait autrefois esp?rer trouver un jour un traitement pour chaque maladie, nous explique J?rg Blech, les marchands de la sant?, aujourd?hui plus que jamais, semblent plut?t vouloir trouver une maladie pour chaque mol?cule fabriqu?e. En manipulant des membres influents de la communaut? m?dicale, les lobbys industriels ont peu ? peu modifi? les ??normes?? de certaines valeurs biologiques ? comme le taux de cholest?rol et la tension art?rielle ? afin d?augmenter le nombre de patients ??susceptibles d??tre trait?s??. Pour eux, faire croire ? des gens en bonne sant? qu?ils doivent se soigner ? vie est une v?ritable rente viag?re. Et pour propager une pareille absurdit?, ils nous sugg?rent que si nous ne ?? nous soignons pas?? par anticipation, nous mourrons de cancer, nous serons diminu?s par des maladies cardiovasculaires ou nous perdrons la t?te en raison d?une d?g?n?rescence neurologique? Le principal argument de vente des marchands de la sant?, c?est la peur. ?
(extrait de la postface de Martin Winckler)

L'urine de jument, ?lixir miracle

La m?nopause a beau ?tre une phase naturelle dans la vie d?une femme, l?establishment m?dical ne l?a jamais consid?r?e comme utile. ? La m?nopause est la p?riode la plus d?sagr?able dans la vie des couples, d?clarait en 1910 le m?decin slovaque Arnold Lorand. Pas seulement pour la femme qui est directement affect?e, mais aussi, dans une mesure presque ?gale, pour l?homme qui doit user de la plus grande patience. ? Par chance, le m?me Dr Lorand pensait avoir d?couvert un rem?de contre les d?sagr?ments de la m?nopause. Des extraits d?ovaires de truie auraient ainsi eu la capacit? de ? repousser le vieillissement de quelques ann?es ? ou du moins d?? adoucir ses effets, lorsque l??ge terrifiant s?est d?ores et d?j? install? ?.

Peu apr?s, dans les ann?es 1940, les laboratoires pharmaceutiques se mirent ? produire en grande quantit? l?oestrog?ne si convoit?, non plus ? partir de porcins, mais ? partir de l?urine de juments pleines (ce qui a donn? son nom ? un produit c?l?bre : le Premarin, dont l?origine est pregant mares urine). […]

Il fallut pourtant attendre la parution aux ?tats-Unis, en 1966, du best-seller Feminine Forever pour voir l?hormone sexuelle se transformer en une drogue de masse. Le jeune Robert Wilson, gyn?cologue new-yorkais, d?crit dans cet ouvrage l?urine de jument comme un rem?de miracle, prometteur d,une jeunesse ?ternelle. ? Pour la premi?re fois dans l?histoire, les femmes, ?gales biologiques des hommes, peuvent prendre part aux promesses de demain? Gr?ce ? la th?rapie hormonale, elles peuvent compter sur un bien-?tre accru et une jeunesse durable. ?

Robert Wilson accomplit ?galement sa mission aupr?s du corps m?dical. ? ? 50 ans, il n?y a plus d?ovules, plus de follicules, plus de th?ques, plus d?oestrog?ne ? une v?ritable catastrophe galopante ?, assurait-il doctement dans une revue m?dicale en 1972. Heureusement, les oestrog?nes viennent au secours de ces femmes. ? Ni les seins, ni les organes g?nitaux ne se fl?triront. Partager la vie de ces femmes sera particuli?rement agr?able, et elles ne deviendront ni b?tes ni vilaines. ?

Ce que personne ne savait encore ? l??poque, c?est que le laboratoire pharmaceutique Wyeth-Ayerst avait financ? les d?penses de Wilson li?es ? la r?daction de son livre. Par la suite, l?entreprise sponsorisa ?galement sa Wilson Research Foundation, dont les bureaux ?taient situ?s sur Park Avenue, ? Manhattan. En outre, elle r?mun?rait le m?decin pour les conf?rences sur son ab?c?daire hormonal qu?il tenait devant des associations de femmes.

Ces relations ne furent rendues publiques qu?en 2002, par le fils de Robert Wilson, Ronald Wilson. Le laboratoire Wyeth-Ayerst, devenu depuis Wyeth, ?tait alors le plus grand fabricant d?hormones au monde. M?decin ? Zurich, Barbara Wanner commente : ? Il est int?ressant de remarquer que la d?finition de la m?nopause comme maladie est apparue exactement au moment o? ?taient disponibles des hormones de synth?se susceptibles de traiter cette maladie nouvellement d?finie. ?

Des millions de femmes se sont laiss? duper par cette propagande. Les oestrog?nes furent d?crits comme une substance indispensable ? la vie ? et le fait que beaucoup de femmes survivent pendant 40 ans sans cette substance ne fut m?me pas ?voqu?. En 1981, l?Organisation mondiale de la Sant? se plia d?ailleurs ? la nouvelle d?finition de la m?nopause, la d?signant comme maladie du d?ficit oestrog?nique. Quant au fait que bien des femmes ?g?es sont en parfaite sant? et qu?elles vivent en moyenne plus longtemps que les hommes, cela ne semblait pas ?tre ? l?ordre du jour.

Ce texte est tir? du livre Les inventeurs de maladies de J?rg Blech, Actes Sud, France, 2005, pages 159-161.

R?f?rences pour ce billet

  1. R?f?rence n?1
    Aucun(e)
  2. L’Actualit?.ca 7 mai 2009 – Marc Zaffran, alias Martin Winckler,
    http://www.lactualite.com/sante/article.jsp?content=20090506_152521_2104
  3. PasseportSant?.net
    http://www.passeportsante.net/fr/P/Bibliotheque/Fiche.aspx?doc=Biblio_6278

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

« en marche », c’est mal parti !

Se mettre « en marche » avec un caillou dans la chaussure, n’est pas chose facile, mais ...