Accueil / T Y P E S / Articles / Les invasions barbares

Les invasions barbares

?

CAROLLE ANNE DESSUREAULT.

De tous les incidents dramatiques et violents que nous subissons dans une soci?t?, aucun n?est plus inqui?tant, traumatisant et toxique, que celui provenant d?une violence d?sesp?r?e qui ?clabousse des personnes qui n?ont rien ? voir avec celui qui d?clenche le drame.

?On assiste de plus en plus souvent ? des sc?nes d?vastatrices o? un individu incapable de supporter son sort ? que ce soit pour manifester contre le pouvoir ?tabli ou pour punir une personne qui l?a rejet? ? crache son d?sespoir par la bouche de son fusil sur des innocents. Incident qui se passe dans des lieux publics o? on s?attendrait ? une certaine s?curit??: universit?s, coll?ges, ?coles, cin?mas, gares. Et maintenant, les garderies!

Ne sont-ce pas l? les invasions barbares modernes de notre ?poque o? nous ne pouvons que constater notre impuissance!

Certes, les gestes de ces individus r?v?lent une grande souffrance. Ils inspirent aussi l?injustice. Le pire, la terreur.

Le drame qui s?est jou? ? la garderie?Les Racines de vie Montessori?vendredi dernier ? Gatineau ne laisse personne indiff?rent. Heureusement, il n?y eut aucun bless? parmi les 53 enfants qui se trouvaient dans la garderie. Mais deux morts, et de grands filets de peur diffus?s dans les consciences.

Le drame se d?roula en quelques minutes avant l?arriv?e des policiers

L?appel ? l?aide fut log? ? 10 h 27. Les policiers arriv?rent ? 10 h 30, mais le drame avait d?j? eu lieu.

Quelques minutes plus t?t, Robert Charron, ?g? de 49 ans, originaire de Denholm, fait irruption dans la pouponni?re de la garderie. Il tire sur l??ducateur, Neil Galiou, qui succombera ?? ses blessures quelques heures plus tard ? l?h?pital de Hull situ? de l?autre c?t? de la rue. M.? Galiou ?tait un fran?ais venu au Canada pour acqu?rir des comp?tences dans le milieu des services de garde. Selon sa famille, il souhaitait retourner en France afin de transmettre aux enfants ?un ?veil artistique.?

Apr?s avoir tir? sur l??ducateur, Robert Charron se rend vers le deuxi?me b?timent o? les 48 autres enfants d??ge pr?scolaire se trouvent. Charron a le bon sentiment de demander aux employ?s de faire sortir les enfants. Pourtant, plusieurs seront t?moins de la sc?ne pendant laquelle plusieurs coups de feu furent tir?s aux deux endroits.

Robert Charron en voulait surtout ? son ex-conjointe de quelques jours, Nathalie Gagnon, la directrice de la garderie, qu?il aspergea d?un liquide inflammable ainsi que le bureau de cette derni?re. Il ne r?ussit pas ? y mettre le feu, malgr? sa volont? de le faire. Il s?enleva la vie avec son arme de chasse. Il aurait laiss? une lettre ? son domicile sur les motifs de son geste, lettre d?couverte au cours de la perquisition des policiers.

Ici, une fois de plus, l?origine du drame se trouve au c?ur d?une rupture conjugale non accept?e.

Les psychologues recommandent aux parents de d?dramatiser l?incident

Pour les plus petits, avant l??ge de deux ans, sans doute les souvenirs seront-ils plus mineurs, peut-?tre m?me inexistants.

Pour les autres, c?est diff?rent.

Heureusement, il y a quelques mois, les pompiers de Gatineau avaient rendu visite ? la garderie pour expliquer aux enfants les ?tapes ? suivre lors d?une ?vacuation. Il semblerait que suite ? l?incident, plusieurs enfants croient toujours qu?il s?agissait d?un feu.

Pour d?autres, c?est moins s?r. Plusieurs auraient ?t? t?moins de la sc?ne de violence.

La t?che des parents ne sera pas facile. Dans un monde quotidien o? la vue de la violence est souvent banalis?e, ? parlons des films o? le ?bon? h?ros peut se permettre de tuer 130 fois sans ?tre per?u comme m?chant, mais uniquement comme un sauveur qui se d?die ? l??radication du mal, ? pr?tendre que l?agression dont ils furent victime n?est pas si dramatique, ni si dangereuse ? mais j?en conviens, c?est la seule voie possible pour garder un ?quilibre ?motionnel.

Les enfants doivent ?tre rassur?s sur la normalit? des ?motions qu?ils ont ressenties et qu?ils ressentent encore apr?s le choc.

Conclusion ? une invasion de moyens de d?veloppement pour tous

Est-il seulement possible de penser qu?on peut se prot?ger contre des personnes en crise ?motionnelle qui d?cident de r?gler leurs comptes en prenant ? t?moin des innocents?

Dans un monde meilleur, oui.

Pour l?instant, il faut faire avec. Surtout, ne pas intensifier la dramatisation.

Notre soci?t? a perdu l?illusion de la parfaite s?curit?. On se prot?ge du mieux qu?on peut. On se prot?ge avec des moyens ext?rieurs.

Mais,?le mal vient de l?int?rieur des ?tres.

Quel serait le facteur qui pourrait am?liorer notre soci?t?, et cons?quemment, les maillons des individus qui en constituent la cha?ne?

Favoriser le d?veloppement de l?enfant. Pas seulement sur le plan mental, mais aussi sur les valeurs du c?ur.

L?enfant est comme une graine plant?e dans le jardin de la soci?t?. Il prendra ce qu?on lui donne.

Le d?veloppement de l?enfant et son droit ? l??ducation sont les racines de la soci?t? en devenir. Le respect des diff?rences. Le soutien ? la pauvret?.

Dans une soci?t? o? la corruption se met dans les poches des milliards de dollars, il doit bien y avoir deux ou trois milliards qui pourraient lui ?tre extirp?s pour les consacrer ? assurer aux familles d?munies un revenu plus d?cent, et non pas uniquement une aide insultante par sa petitesse.

Abattons les cloisons sociales qui s?parent les individus de la coop?ration.

Unir, ce n?est pas uniformiser, c?est respecter l?individualit? de chacun, sa diff?rence. ? mon avis, la violence na?t du pouvoir qui uniformise et impose un mod?le, celui du plus fort.

Peut-?tre faut-il y voir l? le d?but des invasions barbares?

 

Carolle Anne Dessureault

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCLXXVI) : au Guatemala, les aéroports aux mains des narcos

Tous ces avions remplis de cocaïne se posent, on l’a vu, plutôt sur des pistes ...