Accueil / T Y P E S / Articles / Les infos qui dérangent – No. 9

Les infos qui dérangent – No. 9

Grand recensement des itinérants de Montréal

Début du grand recensement des itinérants de Montréal
Crédit photo : Radio-Canada

Une armée de mille bénévoles et intervenants a sillonné la ville de Montréal pour compter et recueillir des informations sur les sans-abri pour mieux connaître le phénomène de l’itinérance et donc mieux le combattre. VOIR LA SUITE »

Le gouvernement du Québec a récemment annoncé que les prestations d’aide sociale versées aux personnes qui n’ayant pas une adresse fixe seraient diminuées.  De plus, les nouvelles mesures prévoient une pénalité pour chaque bénéficiaire partageant un logement:  Ainsi deux bénéficiaires recevant des prestations d’aide sociale et vivant à la même adresse seront tous deux affectés par les nouvelles mesures.  Il y a quelques années seulement, on avait mis fin à cette pratique qui pénalisait le fait de partager un logement, pratique nettement discriminatoire vu le prix des loyers, la nécessité d’avoir un revenu suffisant pour pouvoir se loger et le montant dérisoire qu’une personne vivant de l’aide sociale reçoit.  Ces personnes recevaient alors 100$ de moins par mois chacune.  Avant même le dévoilement du budget, le volte-face sur cette mesure a été l’un des tous premiers à avoir été annoncé dans la foulée des mesures d’austérité, la tendance voulant que les pauvres soient toujours les premiers à écoper.  On n’allait pas faire mentir cette tendance, surtout pas en période annoncée d’austérité…

De plus, le gouvernement envisage de diminuer, voire d’abolir les subventions aux logements à prix modiques, ce que le gouvernement fédéral fait déjà depuis quelques années, jusqu’à ne plus accorder d’aide financière en 2020.

Comment une personne recevant moins de 700$ par mois peut-elle envisager se sortir de la pauvreté si elle n’a pas la toute petite possibilité d’améliorer son sort par une démarche légitime de partage de dépenses, laquelle, malgré qu’elle l’oblige à faire des compromis sur son intimité, demeure la solution que toute personne seule chercherait à faire en cas d’importantes difficultés financières?  La solidarité n’est pas vue d’un bon oeil.  Les actions pour se sortir de la pauvreté ne sont pas vues d’un bon oeil.

Comment des personnes qui auparavant pouvaient obtenir un logement social en versant 25% de leur revenus mensuels (bien qu’il n’y ait que très peu de ces logements offerts pour rencontrer les besoins qui existent) pourront-elles défrayer 500$, 600$ et 700$ par mois de loyer, tout en étant pénalisées lorsqu’elles devront obligatoirement faire le choix de vivre à deux et même à plusieurs?

Ce recensement des sans abris, à la fin de la saison froide faut-il le spécifier, prend des allures de liste pour permettre une vérification visant à faire des coupures d’aide financière.  Un tas de bénévoles croient y voir une sensibilisation accrue des autorités au sort des démunis, alors que tout semble plutôt cacher le besoin de statistiques pour les coupures à venir.  Se servirait-on des bénévoles comme de délateurs?

Quand une société n’a plus aucun respect pour les personnes fragiles ou en difficulté, c’est qu’elle a perdu toute décence.  Si elle n’a pas compris que tout est fait pour que les pauvres s’appauvrissent davantage, elle ne mérite pas qu’on défende ses revendications.  Il reste à lui souhaiter la même médecine?

Il est inutile de cacher que si les gouvernements peuvent d’année en année écraser toujours plus la misère, ils sont grandement supportés par l’opinion publique.

CentPapiers

http://www.frapru.qc.ca/manif21mars/

http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201501/08/01-4833524-austerite-et-logement-le-frapru-installera-un-camp-a-montreal.php

http://flhlmq.com/livre/les-cons%C3%A9quences-de-la-fin-du-financement-f%C3%A9d%C3%A9ral-des-hlm

ligne_grise

Le drone au dessus de l’école juive de Toulouse n’était qu’une araignée 

Le parquet de Toulouse a indiqué lundi avoir ordonné une enquête après la diffusion sur internet de la photo d'un individu faisant une "quenelle" devant l'école juive où Mohamed Merah a assassiné un enseignant et trois enfants juifs.

L’école juive Ohr Torah de Toulouse, où Mohamed Merah a tué trois enfants et un parent en 2012.

 

La peur a encore sa place à l’école juive Ohr Torah de Toulouse, oùMohamed Merah a tué trois enfants et un parent en 2012. Mais le drone qui avait été signalé les 8 et 12 mars derniers volant au dessus de l’école « était en fait une araignée », apprend-on ce lundi après-midi de source policière. Un nouveau survol avait été pourtant signalé ce lundi à 5h00 du matin, repéré par les militaires en faction devant l’école. « L’enquête de police a démontré que le drone était en fait une araignée placée sur la caméra » de surveillance, a expliqué à l’AFP une source policière.

Lire la suite

ligne_grise

Quand le Big Mac de McDonald’s devient une ligne de vêtements en Suède

Big_mac

Lire l’article

 

Commentaires

commentaires

A propos de CP

avatar
Média citoyen

Check Also

Voilà à quoi mènent QAnon et un président fou (7)

Nous voici arrivés à la fin de cette mini-série, c’est le jour de la prise ...