Accueil / L O C A L I S A T I O N / AFRIQUE / Les infos qui dérangent – No. 53

Les infos qui dérangent – No. 53

Syrie: le processus de Genève sombre dans la confusion, la guerre fait rage sur le terrain

 

Les discussions de Genève sur la Syrie prenaient l’eau de toutes parts mardi, le régime affirmant ne pas avoir de partenaire pour négocier, tandis que l’opposition exigeait de nouveau des mesures immédiates en faveur des civils et accusait la communauté internationale d’être totalement «aveugle» face à la tragédie syrienne.

Alors que l’envoyé spécial de l’ONU Staffan de Mistura avait mis la pression la veille en déclarant officiellement lancées les discussions de Genève, la journée de mardi a offert une image de confusion totale, illustrant l’extrême difficulté de réunir les belligérants et le fossé entre diplomatie et réalité sur le terrain.

La délégation du régime de Damas s’est entretenue mardi matin pendant plus de deux heures avec M. de Mistura, qui avait rencontré la veille l’opposition. Mais à la sortie de l’entretien, l’ambassadeur syrien à l’ONU Bachar al-Jaafari, chef de la délégation, a douché les espoirs d’une entrée rapide dans la négociation.

«Nous sommes encore dans la phase préparatoire des pourpalers indirects. Nous attendons toujours de savoir avec qui nous allons négocier et sur quel ordre du jour», a-t-il ajouté, répétant que la partie adverse n’était «pas sérieuse» et «ne traitait pas les questions comme des politiciens professionnels».

Syrie-IN1

La composition de la délégation du Haut comité des négociations (HCN), qui comprend des politiques et des représentants de groupes armés, est fustigée par Damas et ses alliés, qui considèrent comme «terroristes» certains de ses membres.

– Le dilemme de l’opposition –

Le régime joue à Genève une partie beaucoup plus confortable que l’opposition, écartelée entre sa volonté de ne pas apparaître comme celle qui ferait dérailler un processus de paix et son refus d’entrer dans une négociation sans amélioration concrète sur le terrain.

Un dilemme dont elle peine à sortir, alors que les bombardements se poursuivent sans relâche et que la situation humanitaire s’aggrave un peu plus chaque jour.

Les représentants du HCN ont d’ailleurs décidé de ne pas se rendre à la deuxième réunion qu’ils devaient avoir mardi après-midi avec M. de Mistura. «Nous avons présenté nos exigences (humanitaires). Il n’y a aucune raison de répéter la même chose», a déclaré une porte-parole, Farah Atassi, lors d’une conférence de presse improvisée convoquée devant le Palais des Nations.

Sur cette place, dont le sol a été tapissé de photos insoutenables d’enfants syriens tués dans des bombardements ou disparus, les responsables de l’opposition ont accusé les forces du régime et leurs alliés russes de commettre un «nouveau massacre» à Alep (nord) et Homs (centre).

Lire la suite:  http://www.liberation.fr/planete/2016/02/02/syrie-le-processus-de-geneve-sombre-dans-la-confusion-la-guerre-fait-rage-sur-le-terrain_1430465

ligne grise

«Mettez la pression sur TransCanada», dit Coderre aux citoyens

Le maire de Montréal a lancé un appel aux Montréalais, lundi soir, leur demandant qu’ils fassent pression sur TransCanada pour que l’entreprise «fasse ses devoirs» dans le dossier d’Énergie Est.

«La vraie pression, mettez-la sur TransCanada. Pourquoi se sont-ils conduits de cette façon?», a insisté Denis Coderre en marge d’une présentation sur la réduction de la dépendance aux énergies fossiles à l’Office de consultation publique de Montréal.

M. Coderre souhaite ainsi que TransCanada refasse son projet de pipeline qui selon lui et les 82 villes de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) ne répond pas aux impératifs de sécurité, d’environnement et d’aménagement des municipalités. Elles se sont opposées la semaine dernière à ce méga projet de création du pipeline Énergie Est qui doit transporter du pétrole entre l’Ouest canadien et le Nouveau-Brunswick.

«Ce n’est pas une question de bloquer le projet, a ajouté Denis Coderre lundi, c’est de s’assurer qu’on réponde à toutes les questions. Après on pourra discuter […] C’est pour ça que je dis qu’on n’est pas contre les oléoducs, mais on veut s’assurer que tout est correct.»

Il a rappelé que s’il avait indiqué en juin être en faveur de l’inversion du flux dans la ligne 9B d’Enbridge, c’était parce que la compagnie avait répondu aux conditions que les Villes avaient imposées et avait été transparente en enlevant toutes ententes de confidentialité.

On a fait rajouter au pipeline d’Enbridge une série de vannes qui, en cas de fuite, permettent d’endiguer cette fuite. Mais il n’y a même pas ça dans le projet d’Énergie Est», a illustré M. Coderre.

Journal Métro
Laurence Houde-Roy
ligne grise
Brésil: 404 cas de microcéphalie confirmés

Plus de 400 cas de microcéphalie ont été confirmés entre octobre 2015 et janvier 2016 au Brésil, confronté à une épidémie du virus Zika, et 3’670 autres cas suspects sont en cours d’examen, a annoncé mardi le ministère de la Santé.

Les autorités ont pu établir pour 17 malades une connexion avec le virus Zika, fortement soupçonné d’avoir un lien avec la microcéphalie, une malformation congénitale dont souffrent les enfants nés avec un cerveau anormalement petit.

Au 30 janvier, 4’783 cas suspects avaient été analysés, parmi lesquels 709 ont été écartés et 404 ont eu un diagnostic confirmé, une augmentation de 49,6% par rapport à la semaine dernière, précise le ministère dans un communiqué.

76 décès de nourrissons

Le nombre de cas suspects a lui progressé de 6,43% en une semaine. Par comparaison, seulement 147 cas de microcéphalie ont été diagnostiqués sur toute l’année 2014.

Par ailleurs, 76 décès de nourrissons ont été rapportés, dont 15 souffraient de microcéphalie ou d’une autre altération du système nerveux, et le virus Zika a été repéré dans le tissu foetal de cinq d’entre eux. Cinquante-six cas sont en cours d’analyse et cinq ont été écartés.

«Le ministère de la Santé enquête sur tous les cas de microcéphalie et d’autres altérations du système nerveux central rapportés par les Etats, ainsi que sur leur possible lien avec le virus Zika et d’autres maladies congénitales», indique le ministère.

ligne grise

Commentaires

commentaires

A propos de CP

avatar
Média citoyen

Check Also

Nous ne sommes pas dupes : la violence est d’abord économique et sociale…

Dans une tribune publiée par le journal Libération, 1400 représentants du monde de la culture, ...

One comment

  1. avatar

    La déclaration du maire au sujet des travaux demandés à Enbridge (dont il n’a pas été question avant aujourd’hui, sauf erreur) n’est pas sans rappeler les interrogations soulevées dans cet article:

    http://www.centpapiers.com/deversement-de-8-milliards-de-litres-deaux-usees-dans-le-fleuve-st-laurent/

    Trans Canada se heurte à l’opinion publique. Il a pourtant été dit par des journalistes que la compagnie n’abandonnait pas l’idée de voir le projet se réaliser et qu’elle est consciente qu’elle devra travailler à convaincre l’opinion publique. Assisterait-on avec cette demande du maire Coderre pour créer un ralliement de citoyens, au type d’approche Bon cop, Bad cop ?