Accueil / T Y P E S / Articles / Les infos qui dérangent – no. 19

Les infos qui dérangent – no. 19

Depuis début mai, une série d’agressions et de vols de voitures se déroulent selon un scénario bien particulier. Les autorités, qui ont déployé un dispositif de sécurité important, appellent à ne pas céder à la psychose.

policier

 

© CHARLY TRIBALLEAU/AFP Les malfaiteurs se font passer pour des policiers auprès des automobilistes. (Photo d’illustration.)

Voitures et fourgons dérobés, automobilistes dépouillés… Pas moins de sept agressions ont été recensées entre le 7 et le 17 mai sur des voies rapides de la moitié nord des Yvelines. A la manœuvre, un gang de faux policiers. Leur dernier méfait remonte à la nuit de samedi à dimanche, sur l’autoroute A13 au niveau de Gargenville. Des faits similaires ont été signalés dans le département voisin du Val-d’Oise et dans l’Oise, soit au total une dizaine de vols.

Gyrophare bleu et cagoules

Le scénario se répète quasiment depuis le début du mois de mai. Les agresseurs se font passer pour des policiers en civils. «Ils arrivent avec des gyrophares bleu pour stopper brutalement les véhicules en bord de route. Parfois cagoulés et munis de bombes de gaz lacrymogène, ils interceptent les voitures», explique au Figaro Jean-Marie Salanova, directeur départemental de la sécurité publique. S’en suit deux modes opératoires. Soit «ils font sortir l’automobiliste au prétexte de vérifier son coffre, s’assoient au volant et s’en vont» avec le véhicule, explique encore Jean-Marie Salanova. C’est ce qu’on appelle le «car-jacking», un vol de voiture avec menaces ou violence sur le conducteur du véhicule. Le plus souvent, «ils visent les voitures de grosse cylindrée ou des fourgons utilitaires.» Soit, ils se contentent de dépouiller les automobilistes de leur argent. «De faibles sommes, quelques dizaines d’euros» auraient pour l’heure été volées.

Source:  Le Figaro

Lire la suite

ligne_grise

Quatrième envol pour l’avion spatial expérimental X-37B

avion_spatial

Photo: United Launch Alliance via Associated PressLe X-37B – un programme expérimental secret de l’armée de l’air – en est à son quatrième vol.

Cap Canaveral, — Un mystérieux avion spatial s’est placé en orbite mercredi. L’appareil ne transporte aucun équipage mais est chargé d’instruments scientifiques.

L’armée de l’air américaine a lancé sa mini-navette tard mercredi matin, à bord d’une fusée Atlas V qui l’a emportée au-dessus de l’Atlantique.

Le X-37B – un programme expérimental secret de l’armée de l’air – en est à son quatrième vol. Lors des trois vols précédents, l’appareil avait également été lancé par une fusée Atlas V de la base du Cap Canaveral.

La mission – essentiellement un banc d’essai technologique – consiste en un vol orbital. L’appareil doit ensuite atterrir comme le faisaient les navettes spatiales de la NASA. Il ne compte aucun équipage et peut être réutilisé. Il mesure 8,8 mètres de long, environ le quart de la longueur des navettes de la NASA.

Lire la suite

ligne_grise

Sept ans de sanctions bancaires: l’incroyable trésor de guerre américain

« Ils ont joué à face je gagne, pile tu perds ». « Ils », dans la bouche du régulateur des services financiers de New York Benjamin Lawsky, ce sont six grandes banques internationales: les américaines Citigroup, JPMorgan Chase et Bank of America, les britanniques Barclays et Royal Bank of Scotland, ainsi que la suisse UBS. Des établissements collectivement sanctionnés ce mercredi à hauteur de 6 milliards de dollars par les autorités américaines et britanniques, en échange de l’abandon des poursuites dont ils faisaient l’objet. Leur faute: s’être entendus pour manipuler le marché des changes londonien entre 2007 et 2013. « Ils » auraient dû savoir qu’à ce jeu-là, depuis 2009, c’est toujours le Trésor américain qui gagne à la fin.

150 milliards de dollars en sept ans

La crise des subprimes, ces dérivés de crédits pourris immobiliers, qui a éclaté en 2008, avant de contaminer progressivement l’économie mondiale, avait scandalisé l’opinion publique et jeté le discrédit sur tout un secteur. Elle a également passablement énervé les régulateurs. Spécialement aux Etats-Unis.Comme s’ils avaient ouvert la boite de Pandore, une fois soldés les comptes des dérivés de crédits, les banquiers ont vu se multiplier les ennuis. Du simple délit d’initié à la violation d’embargo, en passant par le blanchiment d’argent, ou la manipulation des marchés -à commencer par cette vieille affaire du Libor et du marché des changes, les poursuites et les sanctions se sont multipliées.Les seules autorités américaines, au fil des négociations amiables imposées aux établissements financiers pris en flagrant délit de fraude, ont amassé des sommes folles. Elles dépassent aujourd’hui les 150 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB hongrois d’une année.

ligne_grise

PKP dit avoir appris ce matin qu’Archambault était vendu à Renaud-Bray

Le passé rattrape Pierre Karl Péladeau, qui entamait mardi sa carrière de chef de l’opposition à l’Assemblée nationale. « J’ai appris il y a quelques minutes que cette transaction-là avait été annoncée », a déclaré ce matin l’ex-PDG de Québecor à propos de la vente d’Archambault à Renaud-Bray.

La question des avoirs de Pierre Karl Péladeau fait la manchette depuis qu’il s’est lancé en politique. Même s’il n’est plus PDG de Québecor, il en est toujours actionnaire de contrôle. Et il n’a pas l’intention de vendre ses actions.

Le gouvernement de Philippe Couillard a dénoncé cette situation, tout comme certains de ses rivaux à la course à la direction du Parti québécois.

Source:  Ici.Radio-Canada.ca

Lire la suite

ligne_grise

Commentaires

commentaires

A propos de CentPapiers

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVI) : le laxisme multinational et l’incroyable réceptionniste de Mulhouse :

Le trafic international de cocaïne et son expansion fulgurante sont les résultantes de plusieurs laxismes.  ...