Accueil / A C T U A L I T É / Les impostures ?cologistes – Chapitre 3 : le principe anthropique

Les impostures ?cologistes – Chapitre 3 : le principe anthropique

Image Flickr par l’Ours

Mon pr?c?dent article traitant des impostures ?cologistes consacr? au concept de la pr?servation de la Plan?te a re?u son habituelle vol?e de bois vert, avec des qualificatifs ?voquant mon possible d?rangement mental, ma probable dangerosit?, mon ?vidente stupidit? ou ma patente mauvaise foi. Je constate toutefois avec un certain r?confort que mes analyses visant ? d?masquer les turpitudes intellectuelles de la mouvance ?cologiste recueillent un taux incompressible d?un tiers d?opinions favorables, ce qui marque un constat encourageant au sein d?un lectorat pourtant notoirement impr?gn? du penser ?cologiquement correct.

Avant de relier le th?me de la pr?servation de la Plan?te ? celui du principe anthropique, je voudrais r?pondre ? plusieurs d?tracteurs qui m?accusent de faire semblant de mal comprendre la propagande pour la pr?servation de la plan?te au motif que cette m?me propagande utilise volontairement une id?e fausse (l?homme peut d?truire la plan?te) en jugeant que tout le monde interpr?tera cette id?e diff?remment (l?homme peut modifier les eco-syst?mes). En d?autres termes, il ne faudrait pas prendre cette formule (qui constitue le credo de base des ?cologistes) au pied de la lettre, et comprendre autre chose quand on l?entend. C?est possible, mais il est notoire que la majorit? des gens, c?est ? dire Monsieur tout le monde, plus l?Homme de la rue, plus la M?nag?re de moins de 50 ans et plus encore bon nombre de quidams de par le globe, prend r?ellement cette expression au premier degr? et croit dur comme fer que la Plan?te court un danger mortel, ce qui n?est pas le cas, bien s?r, pour les esprit sup?rieurs et certains de mes lecteurs qui ont bien compris que ce slogan ?tait largement bidon mais suffisamment mobilisateur pour le petit peuple ? QI limit?. Cela s?appelle tout simplement de l?intox m?diatique, ou je ne m?y connais pas ! Je veux bien toutefois laisser de c?t? un instant ce ph?nom?ne d? empapaoutage des masses et ne consid?rer que la r?alit? objective du fonds de commerce ?cologiste, c?est ? dire la destruction suppos?e par l?homme (moderne) de certains ?cosyst?mes, d?nomm?e par eux abusivement ? action anthropique ?.

Une fois encore, et de la m?me fa?on qu?ils ont d?j? d?tourn? la science ?cologique ? leur profit propagandiste, ces charlatans m?diatiques s?attribuent un concept scientifique en falsifiant son sens initial. Le principe anthropique (du grec anthropos, homme) est, en fait, le nom donn? ? l’ensemble des consid?rations qui visent ? ?valuer les cons?quences de l’existence de l’humanit? sur la nature des lois de la physique et de la biologie, l’id?e g?n?rale ?tant de dire que l’existence m?me de l’humanit? (ou plus g?n?ralement, de la vie) permet d?affirmer que les lois de la physique sont n?cessairement telles qu’elles permettent ? la vie d’appara?tre. Nous voyons donc que l??nonc? de ce principe est largement diff?rent de celui qui constitue l?acceptation usuelle des ?cologistes, ? savoir l?action modificatrice de l?homme sur le fonctionnement de la nature.

A nouveau, les ?cologistes simplifient, r?duisent, travestissent et d?tournent des concepts scientifiques pour les transformer en slogans politiques accessibles aux masses. Cela n?a rien d??tonnant quand on sait que la plupart de leurs leaders n?ont strictement aucune culture scientifique et que, apr?s s??tre essay? au trotskisme ou au mao?sme, puis avoir d?cid? une fois pour toutes que le gauchisme ?tait pass? de mode, ils sont pass?s ? la ? verdure tendance ? en conservant les m?mes techniques de communication politique qu?autrefois.

Mais je veux ?tre beau joueur et ignorer encore une fois cette imposture des id?es pour ne m?attacher qu?? d?monter pi?ce apr?s pi?ce l??difice factice de ce discours p?remptoire et suppos? incontestable. Dans cette affaire o? les mauvaises fois se confrontent aux ignorances, les ent?tements aux incomp?tences et les hypocrisies aux bons sentiments, il ne s?agit pas de contester la r?alit? de certaines cons?quences de l?activit? humaine sur l?environnement, mais de mesurer exactement leur niveau de gravit? et leur ?volution ? terme. La propagande ?cologiste ?mane d?un mouvement politique (Verts & consorts) dont l?objectif est l?obtention du pouvoir civil, coupl? ? un lobby ?conomique (Green Business/Al Gore) dont l?objectif est le profit financier. Elle utilise ? fond le ressort psychologique ancestral de la Peur de la Fin du Monde qui ne manquerait pas de survenir si les hommes ne satisfaisaient pas aux directives des grands pr?tres de sa religion, jouant ainsi sans retenue de la dramatisation, de l?exag?ration voire de la falsification des ph?nom?nes dits ? anthropiques ?. C?est ainsi que sont mis en sc?ne des soi-disant p?rils de la terre dans d?incessantes ?missions TV, films chocs, et autres produits multim?dias catastrophes dont l?aspect passionnant pour le public produit d?j? de juteux b?n?fices ? leurs promoteurs avant m?me que d?avoir une r?sonance en terme d?action politique.

Il n?est pas question de nier la disparition de certaines esp?ces vivantes et v?g?tales, l?accumulation localis?e de certains d?chets, l?industrialisation des produits alimentaires, la pollution de l?air dans certaines villes ou les quelques accidents nucl?aires. Mais sont-ce l? des probl?mes vraiment graves? Et pour qui ? Pas pour la Plan?te, en tout cas, puisque nous avons convenu de laisser de c?t? la langue de bois et de ne pas prendre le bon peuple pour une bille. La Plan?te s?en fout, les lecteurs avertis le savent bien. Elle absorbera, transformera, r?g?n?rera et recr?era en ? peine moins de temps qu?il n?en aura fallu ? la civilisation industrielle pour cracher, vomir, d?truire ou ab?mer Qui reste donc r?ellement concern? par ces dangers agitatoires? Les Hommes bien s?r, c?est ? dire Nous. Mais quels hommes ? Tous ? Une minorit? ? Une majorit? ?

Les bateleurs ?cologistes, rejetons atrophi?s du G20, ne mesurent l?avenir du monde qu?? l?aune de leur mode de vie d?velopp? en oubliant les 80% restants des habitants de la plan?te qui, eux, se soucient surtout de leur subsistance du jour m?me avant de songer ? celle du lendemain.

Le principe anthropique, m?me dans son acceptation ?cologiste d?tourn?e, ne comporte rien en soi de dramatique ni de scandaleux. Il n?est que l?expression de la logique m?me de la vie, une ?vidence banale, voire une tautologie anthropologique. Il est tout ? fait normal et rassurant d?observer qu?une esp?ce vivante dominante, l?Homme, influence et modifie son environnement naturel. Ce ph?nom?ne proc?de tout simplement de l??quilibre ?cologique. En modifiant l?g?rement quelques ?cosyst?mes, au grand dam des obscurantistes militants, l?homme marque ainsi son passage furtif sur la plan?te et laisse une empreinte pour les prochains si?cles, voire une mati?re apte ? la fossilisation et la reconstitution d?un nouveau p?trole utilisable par une future esp?ce dominante dans quelques millions d?ann?es.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (11): le petit Goebbels et l’échalas gay du White Power

De pire en pire a-t-on déjà dit précédemment ? La preuve encore aujourd’hui avec l’individu ...

2 Commentaire

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    Je crois que l’épuration a eu lieu, ces derniers temps et qu’aujourd’hui, il y a de moins en moins de ces «croyants».

    Cela dit, les hommes d’aujourd’hui auraient de quoi avoir peur, par exemple, que leur nappe phréatique soit contaminée par les produits chimiques utilisés par certaines industries des gaz…

    Ou encore, je crois que les Albertains concernés, ont raison de pleurer la contamination de leur source d’eau, les rivières, etc..

    Il n’y a pas là, la fin du monde en soi et certes, la Terre règlera un jour ces problèmes. Mais là, aujourd’hui, ils doivent faire quoi, ceux qui s’abreuvent auprès de ces cours d’eau?

    Je veux bien faire distinction entre les risques réels et les débilités plaidées par les émissions à sensations fortes, évidemment publiées par des entreprises qui en tirent bénéfices, mais comment voulez-vous que le lectorat au QI moyen y saisisse quelque chose?

    Et soit dit en passant, le trotskisme n’est pas passé date. 😛

  2. avatar

    Très intéressant cette série d’articles.

    Je vous encourage à la poursuivre.